16/09/2010

Slovénie Jours 1 & 2 ...

SLOVENIE 2010 011_640x480.jpgC'est la suite ...
Si la première journée avait présenté un certain intérêt en matière de "qualité de roulage", la deuxième, qui devait nous voir atteindre l'hôtel Tirolerhof à St Johann In Tirol, ne promettait rien de ce point de vue là.
Il était question de se taper environ 450 bornes dont quelque 400 sur autoroute. Petite consolation : on se disait que certains tronçons étant libres en Allemagne, on allait pouvoir faire parler la poudre d'escampette et les chevaux bouillants de vapeur ...
Pas de road-book pour l'occasion, Didier "S" prétextant qu'il fallait juste savoir : 1. Karlsruhe 2. Stuttgart 3. Munchen (par le nord et en direction de Salsbourg) 4. Plein sud vers Kidy Bulle ou Kitzbühel et sortie 101 vers St Johann. Pas de carte, même succincte, ni une courte liste des villes à suivre comme initialement promis. Méfiant, j'avais chargé l'adresse de l'hôtel dans mon Tom Tom non étanche, des fois que et au cas où ...
On a commencé par prendre le petit-déjeuner, plutôt sympa d'ailleurs avec de bonnes confitures qui semblaient "home made", on s'est acquitté de nos dettes. Sauf erreur, le partage de la chambre avec François m'a coûté 31 €.
Après avoir arrimé les bagages, on est parti. Personne ne semblant vouloir partir devant et fort de mon Tom Tom collé face à moi, sur la bulle de la DL, j'ai pris l'initiative pendant quelques kilomètres. Evidemment le road-book Tripy différait de la route proposée par le Tom Tom et j'ai bien vite dû me rendre à l'évidence : je devais une fois encore me résoudre à suivre l'un ou l'autre de mes acolytes ...
On est monté sur l'autoroute, près à ouvrir en grand mais, que nenni, il nous a fallu déchanter très rapidement : souvent limitée à 2 voies, elle était bondée, percluse de travaux nécessitant des ralentissements à 80 voire à 60 km/heure, des vitesses affichées sur les panneaux de signalisations et qui changeaient pour permettre d'avancer "en paquet". Extrêmement déplaisant, indeed. Et même si, au petit jeu du faufilage entre les caisses, je suis le plus aguerri, les autres craignant sans doute pour leurs valises +/- débordantes, il reste que la progression était très lente. A un moment j'ai même dû sortir sur une aire de repos pour attendre mes potes que je ne voyais plus dans les rétros, laissant passer un flot de bagnoles que j'avais doublées auparavant ...
Ces gars sont finalement un peu trop "sages" mais comme dit le proverbe chinois : "Chi va piano va sano ... è lontano" !!
On a quitté, à regret, cette marée de boîtes en fer montées sur caoutchouc, pour remplir nos estomacs. Curieux endroit, mélange de fast-food et de foire aux produits agricoles régionaux me semble-t-il, avec le "meilleur" côtoyant le pire. Les plats, même en photo, n'inspiraient définitivement pas les papilles, ni les mamilles d'ailleurs ;-)))
J'ai pris un truc à base de patates et d'oignons, une macédoine de fruits frais et un coco-colo !!
Nous sommes repartis une heure plus tard en se promettant un bon café pour nous tenir éveillés. Toujours cette autoroute bondée, avec quand même une relative amélioration dans la fluidité si j'ai bonne mémoire et peut-être une pointe à 160/170 à l'occasion.
Je trouve assez intelligent d'autoriser des vitesses plus élevées sur certains tronçons : ça fait monter le taux d'adrénaline et réveille l'attention. Quoi de plus "mortel" que de se suivre à la queue-leu-leu, en tenant le même 120/130 pendant ... trop longtemps ??
Deuxième halte à Schierlsee, au bord d'un lac, endroit qui aurait pu être charmant si la météo avait été plus clémente. Henri, qui était entré dans l'établissement pour soulager un besoin légitime, revint en nous signalant qu'il y avait là de bien bonnes choses à se mettre sous la dent : on s'est tous laissés tenter par des tartelettes aux myrtilles ou au fromage, arrosées de cafés "mit oder ohne sahne" (avec ou sans crème !!), servis par une charmante demoiselle aux cheveux courts ...
Quelques photos plus tard, on entreprenait le dernier tronçon pour atteindre l'hôtel, un bel hôtel, façon hôtel de montagne avec des balcons en bois et une décoration kitch/colorée. Nous avons pris l'apéro dans une première salle avant de rejoindre la salle du restaurant. Je ne sais plus trop de quoi le menu était fait, j'y réfléchirai pour la prochaine fois, sans promettre de m'en souvenir !
Il ne restait plus qu'à dormir à poings fermés, sur nos deux oreilles fatiguées par le bruit trop constant qu'elles avaient dû supporter sur l'autoroute et à nous reposer pour reprendre la route du bon pied le lendemain matin ...

23:24 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : slovénie 2010

15/09/2010

Slovénie Jours 1 & 2

SLOVENIE 2010 001_640x480.jpgBien que notre "club" soit composé de 5 motos, nous avons réussi à former 3 groupes pour ce qui constituait la première étape de notre périple en Slovénie. Cette première étape était fixée à Wissembourg, en Alsace.
Le premier groupe était formé par Didier sur TDM 850 ainsi que Jacques & Solange sur GS 1200 avec départ fixé quelque part dans le Brabant flamand à facilités (?). Deuxième groupe à lui tout seul (il en a la carrure) constitué de François sur Breva 1200, brabançon & wallon d'adoption et enfin, troisième groupe, avec pour membres Henri & Bernadette sur Tiger 955i et votre serviteur sur une DL d'un bleu métallique du plus bel effet ...
Voici directement les photos de cette étape ainsi que celle qui nous mènera à Sint Johann In Tirol, en Autriche équatoriale ...
J'avais 1/2 heure d'avance sur l'heure limite à laquelle m'attendait Henri, sur le bord de la route à Signy-L'Abbaye. Quelques minutes plus tard, nous poursuivions ensemble le chemin via un itinéraire varié, fait de départementales roulantes et plaisantes. Vers 13h00, nous nous sommes arrêtés dans un restaurant-grill et avons, je crois, tous les 3 opté pour un menu à 12€ avec, personnellement comme plat principal de l'émincé de foie de porc bien cuit ... Le monde est petit car Bernadette a rencontré tout-à-fait fortuitement, le fils d'une cliente, qui remontait d'une virée automobile dans les Alpes françaises, accompagné de son épouse.
Nous sommes repartis un peu plus lourds mais le coeur léger ;-) par un road-book dont je n'ai aucune souvenance dans la mesure où j'avais juste reçu un tracé sur une carte quasi muette quelques jours auparavant, sans trouver le temps de l'examiner ... Quel intérêt de toute façon, dans la mesure où je n'avais qu'à suivre sagement la Tiger féline !!
C'est un peu avant 19h00 me semble-t-il que nous avons atteint l'Hôtel d'Alsace à Wissembourg. Nous avons été "accueillis" par un gars plutôt ... euh ... renfrogné, qui nous a remis nos cartes magnétiques, de quoi nous rendre dans nos chambres et faire un long brin de toilettes, les autres nous ayant avertis par sms et message vocal, qu'ils ne seraient pas là avant 19h45/20h00, "E.T.A."
Rien à voir avec l'organisation indépendantiste évidemment, E.T.A. signifiant dans le cas présent Estimated Time of Arrival ... ce que je n'avais pas très bien compris dans le sms sibyllin du facétieux Didier !!
Finalement ils sont arrivés comme annoncé et après une toilette sommaire ;-) se sont joints à nous pour une petite marche à la recherche d'un restaurant ...
Il faut savoir que leur première étape a été marquée par une ... panne de la GS !!! Arrivés à hauteur de Dinant, la BM a commencé à se plaindre bruyamment et Jacques, mécano en chef, a derechef décelé une panne d'alternateur. En fait, la courroie avait été changée lors de l'entretien mais mal montée, de sorte qu'elle est sortie de son axe et s'est complètement effilochée. Didier a dû faire un sprint aller/retour de +/- 90 bornes en quête de la pièce salvatrice. Après quoi, Jacques s'est chargé de la main-d'oeuvre. Ils n'ont donc pas pu visiter à leur aise les divers spots culturels qu'ils s'étaient promis de voir et ont dû filer bon train pour être +/- dans les temps !!
Arrivés au resto, Chez Cathy, on a envoyé un sms à François pour lui fixer rendez-vous. Il est arrivé vers 21h15, s'est d'abord retrouvé devant les portes closes de l'hôtel, le sympathique réceptionniste s'étant semble-t-il éclipsé un moment, et pendant que le dévoué Henri faisait déjà le chemin à pied pour lui ouvrir, il nous a rappelé pour nous dire qu'il avait enfin eu accès à la chambre 33 ...
On s'est donc tous retrouvés au resto, j'ai pris des "penne" gratinées avec des morceaux de blancs de poulets, arrosées d'un Pinot noir et je crois avoir déjà fait l'impasse sur le dessert : marre de se goinfrer à chaque repas !!! Je tiendrai +/- cette "philosophie" tout au long du séjour avec juste quelques petites entorses de temps en temps ...
Petite promenade digestive pour regagner l'hôtel et nos chambres pour une première nuit loin de nos pénates, snif !!

22:48 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : slovénie 2010