12/09/2017

Cévennes, 2 septembre 2017, jour 1

Et ouais, je m'y mets, "enfin" diront certains.
Sachez pourtant que je ne suis pas resté les bras ballants depuis dimanche 10 septembre 17 heures, date et heure auxquelles je suis revenu de ce périple d'un peu plus de 3.107 kilomètres.
Déjà, à peine arrivé, j'ai directement vidé le top-case et le sac de réservoir et j'ai remplacé le Maxia de 55 litres par le plus petit "balluchon" de 330 décilitres. A noter que, dans l'aventure, j'ai perdu 22.000 millilitres de capacité d'emport mais, s'agissant du dernier grand voyage de l'année, je n'en n'aurai (normalement) plus besoin !
En outre, j'ai passé les soirées de dimanche et de lundi à transférer les quelques 400 photos du petit Nikon sur le vieux PC Packard Bell, à les saucissonner (pour un futur pique-nique ?) en 9 jours équivalent au nombre de jours qu'a duré le périple et, last but not at all least, à les visionner en les améliorant de façon +/- automatique et en les recadrant : un taf de bénédictin, croyez-le bien ou non ! Dernière étape : transfert dans "Google+ Albums photos" pour les partager !!
Il faudra par ailleurs et autant que possible, que je trouve le temps de les légender, pour resituer chacune d'elle.
A ce stade, j'en connais déjà quelques uns qui auraient lâché l'affaire, certains se contentant par exemple de balancer le tout, en vrac, sur Picasa ou Google+ ou encore dans DropBOXON, dans l'état bien connu de l'acheteur ...
Et puisqu'on en parle, voici les photos du premier jour de ce voyage, première étape qui nous voyait quitter WANLIN en direction de CHAUMONT.
Le rendez-vous était donc fixé à la station d'essence de Wanlin entre 9h00 et 9h30, le long de la E411 en direction du Luxembourg.
J'y étais à 9h15 après environ 75 bornes d'autoroute ...
J'y ai retrouvé quelques membres du groupe, mais pas tous, certains ayant prévu d'autres points de chute, en ligne plus directe par rapport à leur domicile ...
J'ai payé le café et la mignardise à Xavier et j'ai pris la route derrière François qui étrennait cette fois la HONDA CB600F plutôt que la MOTO GUZZI V7 II, la japonaise étant plus adaptée aux longs voyages.
On a marqué le premier arrêt à Montfaucon-d'Argonne, au pied du Monument Américain érigé là pour commémorer la victoire américaine au cours de l'offensive Meuse-Argonne, durant la Première Guerre mondiale.
Impressionnant le monument, indeed ! Certains, dont la courageuse Muriel entre autres, on prit l'escalier en (large) colimaçon, qu'on pourrait décrire avec des mots en utilisant le qualificatif "hélicoïdal" plutôt que de brandir un index tournoyant vers le ciel (n'est-ce pas François et Xavier ?), escalier fort de 228 marches pardi ! Perso, je me suis contenté de tournicoter, jusqu'à franchir la barrière du cimetière qui bordait les lieux pour trouver l'angle insolite, l'angle mort en quelque sorte, s'agissant d'un cimetière, ah ah !!
On a convenu avec Paul (qui n'était jamais très loin derrière - ou devant d'ailleurs ! - avec sa camionnette) de s'arrêter pour manger à Varennes-en-Argonne et c'est ce que nous fîmes.
Nous avons planté les béquilles face à "L'hôtel-restaurant du Grand Monarque" et j'ai partagé la tablée avec Philippe et Virginie, Michel, Olivier, François, Paul et Xavier. La plupart a choisi une salade, composée par le chef avec ce qui lui restait en cuisine. Perso j'ai pris une bavette, frites, salade, une Orval et un totalement dispensable café gourmand, non qu'il n'était pas bon, mais il était ... totalement dispensable. Un effort certain est à faire côté gourmandise, c'est sûr et ... trop sucré à la fois ;-)
Certains ont préféré la formule pique-nique. C'est ainsi qu'au travers de la fenêtre du premier étage où nous mangions, j'ai vu Gull entrer dans un petit magasin sur la place et en sortir avec une baguette-sauciflard sous le bras et une bouteille de rouge dans la main et, comme il commençait à pleuvoir, je l'ai vu ensuite s'engouffrer dans l'église en face. J'ai su plus tard, qu'il avait laissé le fond de la bouteille de pinard sur l'autel de l'édifice religieux. Le sang du Christ, Amen !!

A suivre ...

On continue !!

cévennes 2017Au sortir du restaurant, la pluie s'était arrêtée de tomber et les rayons de soleil dardaient à nouveau malgré une couverture nuageuse encore bien épaisse. Tellement épaisse d'ailleurs, qu'il ne fallut pas attendre bien longtemps avant qu'une nouvelle ondée ne s'épanche sur nous. On s'est arrêté "plic ploc" sous la pluie "plic plac" et, du coup, on s'est perdu de vue dans la mesure où Pierre s'est arrêté avant moi et est reparti pareillement, alors que François et Xavier notamment s'étaient déjà "étanchéifiés" au moment de quitter Varennes. J'ai donc fait le reste de la route seul, sans plus voir personne. Comme je n'avais pas fait l'appoint à Wanlin, j'ai fait le plein à Velaines (FR-55000) qui se situe pile poil entre Tronville et Ligny-en Barrois, dans une station AVIA qui n'est manifestement pas la moins chère mais au diable l'avarice et la varicelle, qui est aussi une maladie entre charentaises !
Il restait quelque 90 bornes pour atteindre CHAMONT (FR-52000) et j'y suis arrivé autour de 17 heures. Malgré les explications du descriptif du voyage rédigé, de main de maître, par l'ami et GéO Paul, j'ai fait un tour gratuit du pâté d'immeubles avant d'emprunter le sens interdit ... mais autorisé aux riverains (?) pour trouver l'entrée du parking situé à l'arrière de l'hôtel en sous-sol. Il n'y avait encore que peu de monde, à peine 4 ou 5 motos me semble-t-il.
Arrivé pratiquement en même temps que moi, Xavier décida de chercher un "bike wash" pour que sa splendide ^^ 1200 RS retrouve ses belles couleurs ! J'avoue que j'ai préféré gagner la chambre pour passer sous la douche et retrouver mes belles couleurs !
cévennes 2017On a bu le coup en terrasse, juste à côté de l'hôtel puis, avec François et Xavier, on est parti pour faire une petite visite de la ville. Intéressante visite avec quelques remparts, quelques belles demeures ainsi que des maisons comportant une excroissance dans la façade, abritant des escaliers en colimaçon, histoire de ne pas perdre trop de surface intérieure. Serait-ce typique de la ville car nous en avons dénombré au moins une demi-douzaine ?
Au retour, j'ai croisé Gull et j'ai appris qu'on aurait chacun une chambre. En effet, la nôtre possédait certes deux lits mais ils étaient matériellement inséparables, à moins d'utiliser force outils. Après discussion avec la préposée, il a obtenu que je reste dans la 64 pendant qu'il occuperait la 73. On s'est donc retrouvé en "single" pour le même prix. Il faudrait définitivement que les hôteliers fassent bien la différence entre une chambre "twin" et une chambre double !!
La salle du restaurant était très chic et les serveuses avenantes : une blonde souriante autant que dynamique et une brune "indémontable" malgré les facéties de l'ami Gull. J'ai le souvenir d'un problème avec la bouteille de Pinot Noir qui était de 2013 et 2014 (?) et qui, au moment de la payer, oscillait entre 19,50 et 25 € ...
En fin de repas, Paul a fait l'appel (et pas Pelle a fait la pole, ce qui n'est pas pareil avouez !) afin que tout le monde voit "qui est qui", "who's who" comme on dit par-delà le Channel, tout en nous présentant quelques nouveaux venus.
Avec François toujours et Gull cette fois, on a de nouveau fait un petit tour en ville mais il n'y avait rien d'ouvert pour se jeter le dernier..
On a dès lors regagné nos chambres pour profiter d'un repos bien mérité d'autant qu'une longue étape de 411 kilomètres nous attendait le lendemain ...

22:32 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : cévennes 2017

Écrire un commentaire