31/08/2017

1, 2, 3, 4, 5 ...

Hier, ma fille m'a demandé d'un ton malicieux : "C'est où encore que tu pars cette fois ?"
"Dans les Cévennes", lui répondis-je.
"Ah" fit-elle : "C'est entre six et eight ?"
"Nein !!", lui rétorquai-je !!

On est de sacré polyglottes, don't you trouve ??

13:17 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

27/08/2017

J'ai essayé pour vous ...

... mais surtout pour moi, il me faut bien l'avouer, la BMW R 1200 RS.
DSCN0836.JPG
Merci à Xavier pour la photo !

ON EN REPARLE BIEN ENTENDU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!.

En fait, j'ai remercié Xavier pour la photo, mais je dois le remercier pour TOUT car c'est un peu lui qui m'a mis le pied au ..repose-pied, voyez ? C'est lui qui m'a dit qu'il y avait une RS à l'essai dans la concession bruxelloise. Lorsque j'ai appelé pour fixer le RDV, j'ai appris qu'il avait parlé de moi à l'équipe, ce qui a probablement "aidé" à ce qu'ils acceptent qu'un carolo débarque chez eux alors qu'ils savent très bien qu'il y a une concession près de chez moi ...
C'est lui enfin qui, une fois averti du jour et de l'heure, s'est proposé de m'accompagner lors du test et m'a transmis un road-book aussi varié que possible dans une région où les routes vertes, synonyme de routes touristiques et "à plaisir" sur les cartes Michelin, sont aussi rares que les éléphants roses, sauf à utiliser des substances hallucinogènes ;-)
Craignant de me perdre ou d'arriver en retard, je suis parti tôt et j'étais finalement devant le n°3 de l'Avenue L. Mommaerts, L. Mommaertslaan, (sur Internet c'était le 864 de la Chaussée de Louvain mais le bâtiment fait le coin, ceci expliquant peut-être cela) à 10h00 tout au plus, soit avec une demi-heure d'avance.
J'ai mis ce temps à profit pour faire le tour du très grand show-room, de discuter un instant avec Stefaan W., Sales Executive Motorrad, de lui remettre mes "papiers" (entre guillemets puisqu'il s'agit maintenant de cartes magnétiques) et de signer un "leen/huurovereenkomst" : c'est là, maintenant, en reprenant la feuille A4 que je me rends compte que j'ai signé "un truc komst" tout en néerlandais mais ... il aurait été en français que je ne l'aurais de toute manière pas lu, donc, pas de quoi se formaliser.
En gras, dans le dernier cadre il est question d'une "omnium" et de "franchise van 1.250 € ".
A la lecture et sans dico, j'ai compris que le véhicule loué était couvert en responsabilité civile, en défense en justice ainsi qu'en omnium avec la franchise précitée. En fonction du cas de figure, la franchise vous incombe ou pas, point à la ligne !
Normal ! Au moins n'y a-t-il pas eu de réservation de la somme sur ma carte de crédit comme ça avait été le cas chez Ducati, Ducati qui, soit dit entre charentaises, gagne un grand prix de plus avec le précieux Andrea DOVIZIOSO au guidon-bracelet (Guido Brasletti pour les transalpins) !!!
De quoi donner à réfléchir à nouveau avec une japonaise dont le moteur explose et une italienne qui ... triomphe : dans quel camp est la fiabilité en définitive ? Et de lorgner à nouveau vers la Multistrada 950 ;-)))
Une petite pause photos avant d'entrer (enfin) dans le vif du sujet !!
Et justement, c'est quoi le sujet.
Chez BMW, la base "flat-twin" 1200 cc + cardans, même si ce raccourci semble faire grincer les dents de certains ingénieurs férus en (@l)chimie motocycliste, se conjugue en plusieurs modes :
- Adventure avec la GS
- Tour avec la RT
- Roadster avec la R
- Sport avec la RS
Si les deux premières utilisent les tele et paralever (avant & arrière), la R et la RS arborent une fourche avant classique, mais inversée tout de même ^^ : une question d'esthétique semble-t-il, le système tout efficace qu'il soit, est difficile à caser/camoufler derrière une ligne fluide. Et pan dans la gueule des GS et RT ;-)
Et donc la RS n'est finalement rien d'autre qu'une R carénée. Et le "masque" lui va, selon mon humble avis, à ravir : un savant mélange de XR et de S qui vous change complétement l'allure. J'avoue que le critère esthétique balaie ici toute autre considération. En plus, cette version bicolore avec quelques touches de rouge sur le cadre, exacerbe le côté "sport" qu'on ne peut qu'applaudir. On en oublie presque les grosses gamelles qui débordent de chaque côté ;-)
A suivre ...
Xavier est arrivé. On a rediscuté un peu le coup avec Stefaan. On lui a tous les deux posé la même question de savoir si un tableau de bord TFT était à l'ordre du jour (d'après) pour la RS car, il faut bien avouer que, tel qu'il est là, s'il fourmille d'informations (encore plus dans sa version "PRO"), il n'est pas très lisible et de regretter qu'au lieu du tachymètre au graphisme étriqué, on n'ait pas un beau compte-tours comme sur la XR et qu'à côté de ça, le petit cadran rectangulaire affiche un tas d'infos plus ou moins illisibles si on n'a plus les yeux de ses 20 ans. Le rapport engagé par contre apparait plus clairement que sur la Tiger. Le TFT ne serait pas à l'ordre du jour et bénéficiera d'abord aux RT.
Tant qu'on est sur les points négatifs, j'ai trouvé que les rétroviseurs, plantés dans le carénage, nécessitent de longs bras pour être réglés et sont par ailleurs trop petits. Pour le reste, j'ai "trouvé ma place" rapidement : tout est là où on l'attend. Certes la position n'est pas celle qu'on a sur un trail, le guidon est cintré, on est légèrement basculé sur l'avant mais du coup, par la force des choses, on a une attitude plus proactive, voyez ? On n'est pas dans un fauteuil à regarder la télé, on joue le premier rôle du film, revoyez ?? Pour un habitué comme moi aux grands et larges guidons, c'est un peu déstabilisant mais après quelques ronds-points, je commençais à m'adapter ...
Xavier avait vu juste en me disant que les versions "démo" étaient full équipées. Celle-ci embarquait tous les packs :
- confort (échappement chromé, poignées chauffantes, RDC (contrôle pression pneus))
- dynamic (ABS Pro, feu de jour, Led clignotants blancs, style conduite Pro) et
- touring (cruise control, ESA dynamic, ordinateur de bord Pro, porte-bagages, prépa GPS, béquille centrale, support valises).
Ne pas oublier non plus le système d'alarme, le keyless ride et le shifter Pro : n'en jetez plus, SVP !!
Parlons-en du shifter Pro ! Pour rappel, il s'agit d'un système qui permet de changer de vitesse sans débrayer. Certains systèmes ne fonctionnent qu'à la montée des rapports mais ici il est possible de monter et de rétrograder.
Je ne devrais pas le dire mais c'est un truc qui m'a un peu perturbé lors du premier arrêt aux feux. J'ai failli caler parce que je pensais ne pas devoir débrayer !! C'est pas une boîte auto non plus, Alberto, voyons !! Après plusieurs essais, montée, descente de rapports, il faut bien avouer que ça secoue, surtout au rétrogradage. Renseignements pris lors d'un arrêt photo, Xavier m'a confirmé qu'il fallait dépasser les 5.000 tours pour que ça devienne efficace. Autant dire que ça ne sert finalement que lors de belles bourres ou sur circuit. Dès lors, qu'en penser sinon que ça serait plus utile en ville où l'on tricote plus souvent de la boîte ?
A vous de voir : l'option est à 445 €, autant savoir ...
En face, chez Honda on a développé la DCT, qui n'a rien à voir me diront les apprentis mécaniciens, une vraie boîte auto (à 1.200 € je crois) que certains ont essayé et adopté. Voilà également une moto à tester, tiens : l'Africa Twin DCT, ou pas !!
Dans tous les cas, la boîte est moins vive que celle de la Tiger avec laquelle les rapports passent à la volée. Avec l'anglaise, on peut sans problème monter les rapports sans débrayer (sauf peut-être entre 1 et 2), rétrograder demande par contre beaucoup plus de doigté (du pied) ! A en croire Stefaan, cela abîmerait toutefois la boite ...
Je n'ai évidemment pas pu juger de la qualité du châssis vu le trajet parcouru (+/- 40 bornes en périurbain) mais je fais confiance à BMW à ce niveau-là avec une partie cycle particulièrement bien réglée et modulable en fonction des envies et de la charge emportée ! Le confort est bon : la selle (à 82 cm du sol) est presque moelleuse et la suspension (en mode ROAD) n'est pas ferme, le passage sur quelques casse-vitesses et quelques taques métalliques n'engendre pas de sursaut des amortisseurs.
Le moteur ? Là aussi, difficile d'émettre un jugement ferme et définitif. Disons que les good vibrations du bicylindres sont là, mais bien contenues et que le son émis par l'échappement (de série) est très (trop ?) discret. Il semblerait que l'Akrapovic, conforme aux normes Euro4 monté sur la RS de Xavier ne soit pas beaucoup plus volubile, sauf à monter haut dans les tours.
Je n'ai eu qu'une fois l'occasion d'un peu ouvrir les gaz au moment où je dépassais une voiture et j'ai failli me faire surprendre par la réponse de la poignée. D'habitude, avec la Tiger, j'ouvre et je déboîte plus ou moins simultanément. Ici, la réponse est bien plus instantanée et il s'en est fallu de peu que je chope le coin de l'aile arrière gauche de la caisse devant moi. Pas de doute, les chevaux sont là même si ça reste assez progressif sans trop donner l'air d'y toucher. Attention aux Brembo radiaux, ils mordent bien et, comme sur la Multistrada, il faut un peu d'habitude pour bien doser ! A noter que l'ABS dans sa version "Pro" tient également compte de l'inclinaison de la machine : on pourrait donc à la limite piler en plein virage sans partir en sucette, encore un gage de sécurité non négligeable dans certaines circonstances ...
Que dire encore ? Qu'après à peine 40 bornes, je me sentais presque chez moi à nouveau et qu'au retour à la concession, on m'aurait tendu un bon de commande et un stylo que j'aurais signé des deux mains. Heureusement, le Sales Executive m'a laissé un peu de répit ;-)
Didier était là, qui avait lu les commentaires échangés entre Xavier et moi au sujet de cette matinée d'essai.
On a parlé Indian et de Scout en particulier (voir son compte-rendu plus avant), de Brixton, une marque également distribuée par l'ancienne concession Yamaha, dénommée Dynamic Ways Garage, sans grand intérêt me semble-t-il et s'inscrivant dans la mouvance des Mash pour ne citer que cette autre marque ...
Et donc, cette BMW R 1200 RS ? Qu'est-ce qu'on fait ??
Stefaan est allé faire le tour de la Tiger pour la prendre en photo et la proposer à divers marchands. Lorsqu'il est revenu, il m'a demandé qu'est-ce que c'était toutes ces taches et traces blanches sur le bas moteur, le bras oscillant, la jante arrière, le porte-plaque, etc ... Un peu confus, j'ai dit que c'était encore là les stigmates de mon voyage en Toscane et de la traversée des carrières de Carrare, ce que Xavier a confirmé tout en secouant l'index en signe de désapprobation : comment peut-on négliger ainsi sa ... seconde moitié quelque part.
Du coup, dans l'après-midi de samedi, j'ai pris mon courage à deux mains, l'éponge de l'autre et j'ai passé un sérieux savon à la Tiger qui a, du coup, rajeuni d'un an au moins, juste de quoi retomber amoureux, hé hé l
Tiens, petite charentaise au sujet du nettoyage des pots d'échappement. Claude N. a partagé une vidéo sur Fb où on voit un gars appliquer au pinceau de l'Harpic sur les tubes et, après quelques minutes de patience et un lustrage au chiffon, obtenir un ... brillant résultat. Cela semble incroyable. Faudra que j'essaye un jour après confirmation du bienfondé de cette méthode.
Bon, là j'attends l'offre de reprise de la Tiger pour prendre (ou pas) ma décision.
A noter toutefois que je me suis aussi inscrit pour l'essai d'une Tiger 800 XRT le samedi 16 septembre, histoire de voir si le modèle a suffisamment évolué pour que j'entrevoie l'hypothèse de rester dans la marque et le modèle ...
Je vous tiens au courant.
Dernière chose : on a reçu toutes les infos utiles pour le prochain voyage dans les Cévennes dont le départ sera donné ce 2 septembre. Il me tarde, il me tarde !!

PS : une chose que j'ai oublié de signaler c'est que, dans le show-room, il y avait une GS équipée d'une selle basse (à 76 cm si je ne m'abuse). Du coup, l'éléphant se transforme en Grosse Souris tant elle devient accessible ;-)
Hum, si j'osais ... je demanderais un essai !!

00:25 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

Stone, le monde est SILVERSTONE !

Grille de départ du MotoGP de demain d'aujourd'hui :

1. MARQUEZ (1.59.941, nouveau record du tour) - 2. ROSSI (2.00.025) - 3. CRUTCHLOW (2.00.106)
Tous les 3 ont battu le record du tour détenu par MARQUEZ depuis 2015)
4. VINALES - 5. LORENZO - 6. DOVIZIOSO
7. PEDROSA (sorti de la Q1 !) - 8. ZARCO - 9. A. ESPARGARO
10. FOLGER (sorti de la Q1) - 11. P. ESPARGARO - 12. REDDING

13. RINS - 14. BAUTISTA - 15. IANNONE
16. BARBERA - 17. MILLER - 18 PETRUCCI
19. SMITH - 20. ABRAHAM - 21. BAZ
22. RABAT - 23. LOWES

ROSSI a failli créer la surprise de dernière minute, ne concédant que 84 millièmes à MARQUEZ.
Autant MARQUEZ continue de jouer les équilibristes sur la Honda avec un talent fou, autant la Yamaha semblait bien plus ... équilibrée. Espérons que les positions se resserrent à nouveau au classement général !

00:13 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : motogp 2017

24/08/2017

La selle musicale ...

Y a pas que les chaises qui jouent des partitions ...
On a des selles aussi !!
En Moto GP, on en sait déjà un peu plus sur la saison 2018.
Par exemple, cela fait un moment déjà que l'annonce a été faite de l'engagement par le team E.G. 00 Marc VDS de Franco MORBIDELLI qui fait un tabac pour le moment en Moto2. Et on vient juste d'apprendre que Thomas LUTHI, qui lui court après au classement, fera également partie du team belge.
Et que deviennent Jack MILLER et Tito RABAT me direz-vous !
Et bien, pour l'australien, l'affaire est conclue : il sera chez Pramac avec Danilo PETRUCCI.
Par contre l'avenir de Tito n'est pas encore connu. Entre charentaises, savez-vous qu'on a volé la Moto2 avec laquelle il avait été champion du monde en 2014 ? Ouais ! ça fait une semaine je crois : des malfrats se sont introduits dans les locaux du team à Gosselies et ont embarqué la machine !! Peut-être ceci explique-t-il cela, allez savoir : plus de moto, plus de contrat ;-)
L'appel est lancé : si vous voyez débouler une KALEX n°53 en wheeling dans votre rue, vous êtes invités à appeler Marc ! Non, hein, pas Marc MARQUEZ, Marc VAN DER STRATEN, évidemment !!
Chez Pramac, MILLER remplacera Scott REDDING qui débarquera chez Aprilia, en lieu et place de Sam LOWES qui n'a pas réussi grand chose jusque là. On remercie un peu vite d'après son compatriote Cal CRUTCHLOW qui estime qu'une saison ne suffit pas pour donner sa chance à un pilote, ce en quoi il n'a pas tort car, sauf à s'appeler Marc MARQUEZ ou Valentino ROSSI par exemole, il faut "un certain temps" comme dirait l'autre ...
ADDENDUM : j'ai appris aujourd'hui (27/08/2017) que Takaaki NAKAGAMI , pilote japonais actuellement officiant en Moto2, rejoindra Cal CRUTCHOW au sein du team LCR HONDA en Moto GP. C'était une volonté du constructeur nippon d'avoir un national dans un team satellite.

Tant qu'on est sur le sujet Moto GP, voici les horaires très particuliers pour les Moto GP des trois journées du grand prix de Silverstone ce week-end :

Vendredi

FP1 : 10h55 > 11h40
FP2 : 15h05 > 15h50

Samedi

FP3 : 10h55 > 11h40
FP4 : 14h30 > 15h00
Q 1 : 15h10 > 15h25
Q 2 : 15h35 > 15h50

Dimanche

WUP : 12h00 > 12h20

Course Moto3 : 13h40
Course Moto2 : 15h00
Course Moto GP : 16h30

C'est "la faute" au Grand Prix de F1 à Spa-Francorchamps. En fait, si vous ne faites pas comme moi l'autre dimanche et que vous ne rentrez pas trop tard de votre virée motarde, vous pourrez voir la course en "direk laïfe" !!!

22:57 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : motogp 2017

La balade des Aubépines CAP MOTO

aubépine.jpgJe rebondis une fois encore (mais où et à quelle hauteur cela s'arrêtera-t-il ?) sur la dernière balade CAP MOTO pour tenter de promouvoir, par le modeste biais qu'est ce blog, la prochaine sortie organisée par ce même CAP MOTO.
Voici le lien vers le site et les infos concernant cette "Balade des Aubépines".
Et même si, comme moi, vous êtes absent ce jour-là, pourquoi ne pas vous inscrire en versant les 8 €, voire les 10 €, afin de contribuer à cette bonne action, quitte à faire la balade plus tard, accompagné de vos amis ou ... seul si vous n'en avez pas ?
A noter à l'agenda, cette date du 10 septembre 2017
A noter également le "Discovery Day" by Touring, la veille ...

Tiens, suite au contenu du début de cette note, je signerais bien

Alberto TRAMPOLINO ;-)

19:40 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

20/08/2017

La Perbaisienne 2017 avec Cap Moto, suite !

oui oui fait du velo.jpg
Attention les enfants : ne coloriez surtout pas le dessin ci-contre, ou alors pas au marqueur indélébile !!

Givet, vous aussi ?
Retour sur dimanche dernier pour terminer ce compte-rendu que tout le monde réclame.
On avait donc mangé à Givet pour pas cher et on est reparti de plus belle sans prendre de tarte à la mirabelle !
Rancennes, Flohimont, Charnois, Landrichamps puis la montée de Felenne où Xavier a fait parler la poudre ... d'escampette grâce aux 125 chevaux de feu de la RS 1200 bavaroise !!
Winenne, Houyet, Haversin, Nettinne, Porcheresse, Verlée, Fontenoy, Odet, Les Avins, Pailhet, Molu, un mix de routes roulantes, de campagne, défoncées par endroits, puis Grand-Bazar Grand-Marchain et Les Forges. A un T, on s'est retrouvé côte à côte avec Xavier avec devant nous un panneau qui indiquait HUY à huit kilomètres. On va boire un coup à Huy ? Oui, oui, et on a fait les huit kilomètres qui nous séparaient de l'ancien fief d'Anne-Marie LIZIN, paix à son âme charitable et socialiste, ceci n'étant pas un pléonasme !!
Il y avait du beau monde sur la place de Huy, oui ! Le dimanche, quand il fait beau, tous les ouin-ouin, les bobos, les zozos, les ginos, les rambos, sortent leurs plus belles autos et leurs plus belles motos pour pauser sur la place du marché ;-) Du coup, on a parfois droit à un musée à ciel - bleu - ouvert ou à un ciel bleu-vert c'est vous qui colorez car des goûts et des couleurs il ne faut point discuter.
Il y avait notamment là une rutilante FORD Mustang, une YAMAHA V-Max flamboyante et quelques HARLEY-DAVIDSON rutilantes, flamboyantes et pétaradantes sans lesquelles le tableau n'aurait pas été complet ! Une petite charentaise concernant les H-D : il y en a qui sont impossibles à suivre, dans le droit comme dans le sinueux et ce n'est pas le fait de leur châssis à l'équilibre par ailleurs remarquable mais aux décibels qu'elles envoient ...
On était là, au soleil, à la terrasse d'un café, Valérie, Virginie, Philippe, Pierre, Robert, Xavier et moi, à profiter de l'instant.
On y aurait pas cru la veille, tant le temps avait été mauvais. Et pourtant, malgré ça, il se trouvait 3 membres de notre petit groupe qui avaient suivi un stage à Andenne. CAP MOTO, et c'est là son activité principale et essentielle d'ailleurs, organise en effet toutes sortes de stages, de tous niveaux, destinés aux motards débutants comme expérimentés et, quel que soit le niveau où l'on se situe (ou croit se trouver), on en tire toujours quelque chose. C'est valable pour le freinage d'urgence comme pour les manoeuvres à très basse vitesse, l'évitement d'obstacle comme la prise d'angle "maximum" !
Les participants au stage du 12 août étaient d'ailleurs intarissables sur le sujet !
A propos d'intarissables, pour une fois j'ai été sage et j'ai bu un tonic plutôt qu'une bière forte ^^ Seul Pierre je crois, a pris une "Brugse Zot": blonde, elle reste sage et se limite à 6° ...
Ce sont Robert et Valérie qui ont payé le coup, histoire de nous remercier de les avoir acceptés au sein du groupe.
Ce n'était évidemment pas nécessaire mais pour eux c'était sans doute la moindre des choses.
On a repris la route et c'est via Wanze, Moha, (Toha, Nhous), Huccorgne, Marneffe, Oteppe, Lamontzée, Burdinne, Acosse, Meeffe, Wasseiges, Branchon, Boneffe, Francquée, Taviers, Noville-sur-Mehaigne, Mehaigne, Aische-en-Refail, Perwez, Thorembais-Saint-Trond, Orbais, Tourinne-Saint-Lambert, Nil-Saint-Vincent et Saint-Martin, Walhain-Saint-Paul et, enfin, Perbais qu'on a atteint alors qu'il était pas loin de 18h30 ! Généralement, à cette heure-là, je suis déjà de retour à la maison. Je ne savais pas prévenir ma Douce et Ferme à la fois car j'avais oublié mon GSM chez moi et quand je le signalai, on me proposa gentiment de l'appeler en me tendant un portable. Convaincu que j'en aurais terminé rapidement, j'ai décliné en remerciant. Grossière erreur ...
Parce qu'une chose en entraînant une autre, une parole en appelant une autre, une bière en demandant une autre, on a beaucoup discuté avec Pierre-Yves de ses activités, de ses opérations à répétitions sans qu'on ait encore trouvé la solution pour remettre son pied d'aplomb, puis Pierre a offert "le dernier" (signe de croix en priant qu'il y en ait beaucoup d'autres après !!!) avant de prendre la route, et blabla, et glouglou et hi hi, et ha ha ... puis le GSM de PYM a sonné !
Allo ? Oui ! C'est bien ça, je suis l'organisateur de cette sortie. Votre époux ? Il est justement à côté de moi, je vous le passe !
Je prends l'appareil, incrédule, presque certain qu'il s'agit d'une mauvaise blague. Au passage je vérifie le numéro appelant et là, pas de doute, c'est bien le 071/ ........ , le fixe, car oui, j'ai un domicile fixe, celui que je partage (pour combien de temps encore, me suis-je demandé à ce moment-là) avec ma Douce et le fiston ...
--
Une conversation brève mais intense s'ensuivit qui me fit comprendre combien négligeant j'avais été et combien j'aurais dû saisir le portable que le d'ores et déjà ami Robert m'avait tendu ! De fait, il était pratiquement 20 heures et je n'avais donné aucun signe de vie. J'aurais été inquiet à moins si ç'avait été ma Douce qui était partie plus de douze heures ainsi, en oubliant son petit mari à la maison ...
Avec un peu de recul, ça m'a rappelé la fois où mon père était venu me rechercher au café alors que j'avais dans les 15 ans et que j'avais tardé à rentrer alors que la mère m'attendait pour souper, voyez ? Un truc qui m'a ramené presque 50 balais en arrière, les gars ! Alors, de deux choses l'une, soit je suis resté un grand enfant qui n'a pas encore le discernement pour juger de la portée de ses agissements, soit la moto ça aide vachement et "définitivement" à rester jeune dans sa tête !!
Une moralité tout de même : on ne m'y reprendra plus et au moindre retard, présumé et ... assumé, il faudra prévenir !

20:36 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

14/08/2017

La Perbaisienne 2017 avec CAP MOTO

DSCN0769.JPGVoici les photos de cette très belle journée au départ de Walhain-Perbais, balade dont on doit le road-book à Pierre-Yves MERCIER de Cap Moto.
On en reparle car il y a beaucoup à dire !!!
-- -- --
40 bornes entre le domicile et Walhain-Perbais : R3, E42, N98, N29, quelques claques décatis aux vitrines désespérément vides à gauche et à droite, traversée de jambes lourdes Gembloux avec radar 50km/heure, puis gauche, gauche et arrivée à Perbais. Pas de paille semée sur le parking cette fois, juste de la gadoue. J'ai sagement rangé la Tiger le long de la petite route, pas l'âme de faire du tout-terrain boueux, d'entrée, comme ça, voyez ?
Quel plaisir de retrouver "petit" Pierre, Xavier et sa splendide 1200 RS, Philippe P. et sa splendide ... femme ;-), et aussi deux nouveaux venus, Valérie et Robert (sur 1200 GSA) qui se sont "incrustés" (c'est pas moi qui le dis, c'est Robert qui nous a d'ailleurs remerciés en fin de boucle) avec lesquels nous avons roulé toute la journée. Il y avait aussi Henri, mon mentor qui s'impatientait déjà de lever les voiles alors que, comme vous savez, j'aime bien prendre mon temps, discuter le coup avec les uns et les autres, prendre le petit déjeuner (offert dans le ticket de 8 € qui comprenait aussi la boisson de fin de boucle).
J'ai aussi salué Pierre-Yves ainsi que Bob ... et les autres !!
Finalement, Henri est parti quelques minutes avant nous, qui nous éternisions autour de la 1200 RS de Xavier, sur laquelle je suis d'ailleurs monté sans être outre mesure impressionné par la soi-disant selle haute (?) : une bien belle machine, indeed, à essayer assurément !!
Philippe avait eu quelque peine à charger le road-book sur son Garmin mais une fois le problème réglé, c'est lui qui a pris la direction des opérations.
Je suis parti le dernier du groupe (on ne se refait pas) et je les ai rejoints après quelques kilomètres en direction de Chastre.
Au hasard des way-points et des erreurs des uns, puis des autres, j'étais devant au moment où nous avons atteint Flavion, tout près de Florennes (WP41). Il y avait là une église, un bistrot et quelques motards. Je demandai à Xavier, qui s'était porté à ma "hauteur", si on continuait ou pas. Il me répondit "Oui" et alors que je m'apprêtais à redémarrer, il passa devant et entra dans le petit parking devant le café : les bouchons d'oreille semblent avoir été la cause de ce malentendu ;-)
Perso, j'aurais continué mais je n'ai pas voulu faire mon asocial attardé !
Endroit ... particulier s'il en est : déjà, le tenancier, info prise un certain "Vincent Pierre", n'est plus un gamin et il a beaucoup de mérite de continuer à exploiter un petit bistrot de village comme celui-là, des établissements qui ont tous disparus les uns après les autres. Quand on voit en France par exemple, combien de villages il faut parfois traverser avant de tomber sur une terrasse accueillante, c'est vraiment dommage. Chez nous, c'est un peu pareil mais la France étant plus de vingt-et-une fois plus grande que notre plat pays qui est le vôtre aussi, le constat est moins, euh, dramatique !
Le tenancier d'abord, l'endroit ensuite : d'une part le dessus de cheminée et les étagères au dessus du bar sont tous garnis de petites motos fabriquées avec des pièces de motos, de vélos ou que sais-je encore (j'ose à peine imaginer le temps qu'on peut perdre à faire les poussières là-dessus et souligne, entre charentaises, qu'elles étaient toutes nickel, certains d'entre nous devraient en prendre de la graine, n'est-ce pas ?) et, d'autre part, la pièce qui jouxte la salle du café a été décorée essentiellement à la gloire des attributs féminins dans ce qu'ils ont de plus charnel, voyez ? Je ne sais pas s'il en est l'auteur mais cela reflète d'évidence un "single minded spirit", un SMS en quelque sorte ...
J'ai été sage et me suis contenté d'un café offert par Philippe et Virginie. On a fait un peu plus ample connaissance avec Robert et Valérie puis on est reparti en direction de Givet, quelque 20 bornes plus loin, où nous avions décidé de manger.
On a rangé les motos en biais, sur un parking réservé aux deux roues, en long de Meuse.
Ensuite on a fait le pied de grue devant les quelques restaurants de l'autre côté de la rue et, entre des cartes aux menus trop copieux et des restaurants aux tables réservées dans lesquels il était impossible de s'installer en terrasse, on s'est finalement dirigé vers "Le café du Musée" où nous avons retrouvé Henri qui terminait son repas, seul à une table et où, finalement, nous avons dû former deux groupes, les tables étant limitées à six places et la serveuse ayant refusé qu'on ajoute une table. Ainsi donc, Robert et Valérie se sont installés ailleurs pendant que Virginie, Philippe, Xavier, Pierre et moi occupions une table de 6.
Henri nous ayant vanté le plat du jour, mignon de porc et gratin de courgettes, nous avons été 4 à faire ce choix pendant que Xavier optait pour une andouillette, frites, salade. Et nous ? On a pas droit à des frites ?? Moyennant supplément ! Mettez donc deux suppléments s'il-vous-plait bien, merci !! Et comme boissons ? Quand la serveuse a parlé d'Orval, j'ai bondi sur ... la proposition.
Au moment du dessert, on s'est tous tâtés et c'est finalement Virginie "Mais-où-met-elle-donc-tout-ce-qu'elle-mange", qui a demandé s'il restait de la tarte à la mirabelle. La serveuse était convaincue que non, le serveur qu'elle questionna au passage avait la même conviction et après 2 ou 3 minutes, elle revint, non pas de Revin (!), en confirmant qu'il n'y en avait plus ...
La mort dans l'âme on s'est tous rabattus sur un café, court ou long, inversément à nos tailles respectives. On s'en est tiré pour la somme de soixante-dix-huit euros quatre-vingt-quinze (à prononcer à la façon de Pierre Bellemare dans le télé-achats).
Avant de partir, Virginie qui fut la première à faire un détour par les toilettes remarqua au passage qu'il restait bien une dizaine de portions de tarte à la mirabelle sur l'étagère d'un des frigos à la porte vitrée ... Des enculés ces serveurs, j'vous jure. C'est pas moi qui le dit, c'est le patron du café qui était particulièrement de mauvaise humeur cet après-midi là. N'empêche, ce n'est pas une manière de traiter le personnel. A savoir on aurait commandé 7 tartes et on les lui aurait foutues sur la gueule ...
Une bataille de tartes à la mirabelle ? J'y vais !!
ENTRACTE
Allez, un petit bout de télé-achats avec Laurent Gerra, Virginie Lemoine et Pierre Bellemare lors d'une émission chez Michel Druker ...

00:34 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

12/08/2017

Spielberg ... (Red Bull Ring !)

red bull ring.jpgPedrocci et Petrusa en Q2 !!
Hein ?
Ouais, ça m'est venu à l'esprit parce que le présentateur sur MotoGP.com s'est un peu pris les pieds dans les couvertures chauffantes en prononçant le nom des repêchés en Q1 des essais du grand prix d'Autriche ...
Et donc voici la grille complète de départ demain 14 heures :

1. MARQUEZ (1.23.235) - 2. DOVIZIOSO (1.23.379) - 3. LORENZO (1.23.621)
4. VINALES (1.23.754) - 5. PETRUCCI (1.23.780) - 6. ZARCO (1.23.879)
7. ROSSI (1.23.982) - 8. PEDROSA (1.23.985) - 9. CRUTCHLOW (1.24.024)

10. IANNONE - 11. ABRAHAM - 12. BAZ
13. FOLGER - 14. BARBERA - 15. REDDING
16. P. ESPARGARO - 17. BAUTISTA - 18. BAUTISTA
19. KALLIO - 20. MILLER - 21. A. ESPARGARO
22. RINS - 23. SMITH - 24. LOWES - 25. RABAT


La semaine dernière, comme un ami le soulignait sur Fb, Marc MARQUEZ a donné une leçon de stratégie en rentrant très tôt pour se chausser de pneus slicks, un peu contraint il est vrai par son choix de pneus mixtes trop tendres sur la grille de départ. A défaut de stratégie, Valentino ROSSI a donné une leçon de pilotage, ajoutait-il. C'est vrai que lui et Andrea DOVIZIOSO ont été les antépénultièmes à rentrer au stand, TROIS TOURS plus tard, ZARCO poussant même la "plaisanterie" un tour de plus (!!) : les deux italiens ont terminé respectivement 4ème et 6ème à 20,460 sec et 23,259 sec. Sachant qu'après le premier tour en slicks MARQUEZ gagnait plus de 10 secondes au tour, il est clair que Valentino et Andrea se seraient battus avec l'espagnol pour une place sur le podium !!! Mais comme disait l'autre, si ma tante en avait eu, ç'aurait été mon oncle !!!
Et donc, à Brnôôôôôôôôôôôôôôôôôôôô, Marc MARQUEZ a augmenté son avance au classement général.
Il semble bien parti pour renouveler l'expérience, ici, à Spielberg, en Autriche ...
Je n'aurai pas l'occasion de voir le grand prix en direct car je me suis inscrit à une balade organisée par CAP MOTO au départ de Walhain-Perbais dans le Brabant Wallon, la "Perbaisienne" que ça s'appelle ...
Autant il a fait dégueu aujourd'hui, autant il semblerait que ça ne soit pas beaucoup mieux demain ;-) sauf qu'il devrait malgré tout faire sec mais froid et gris mais sec !
Au plaisir de vous y retrouver !?!

PS : l'air de rien (faut dire que dehors on se croirait déjà en automne) il y en a qui ont (eu) la chance de reprendre la route pour des voyages en moto. Si la bande à Paul d'EuropaMoto partait ce matin pour prendre le ferry et visiter le Lake District, la bande à Luc du club Moto80 est partie hier pour une énième croisière RAD dans les Alpes. Bon voyage à eux !!

14:29 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

11/08/2017

GS, RS, which is the b'S ?

BMW-R-1200-RS-2017-fiche.jpgLe vécu d'un motard qui est passé de la GS à la RS, ça vous intér... S ?
Le voici :

Puisqu’on me demande mon avis, la RS est certes moins polyvalente que la GS, mais c’est ce qui fait son charme à mes yeux. Avec la GS on peut tout faire, le pratique, le raisonnable et l’irraisonnable. La RS est un peu plus exigeante, moins pratique au quotidien et plus fun dans l’irraisonnable. La mise sur l’angle est rapide mais pas piégeuse, et elle restera imperturbable dans les courbes ou elle permettra de prendre les freins même un peu tard, ou de corriger une trajectoire par une simple petite pression sur le repose-pied. Mais elle n’offre bien sûr pas le même confort et la même agilité que la GS sur les revêtements précaires ou dans les manœuvres (Il faut changer l’annonce de son GPS « faites demi-tour dès que possible » en « faites demi-tour comme vous pourrez »). Sans doute la roue avant de 16 pouces et l’angle de chasse plus ouvert sont responsables de ces différences de comportement. Je trouve la garde au sol un peu basse, je dois régler les suspensions sur 2 personnes pour l’élever un peu, même en solo sans bagages (donc pas de problème pour les petites jambes ;-) de plus Il y a 3 hauteurs de selle possibles). L’absence de telelever permet de gagner un peu de poids par rapport à la GS. Idem pour le réservoir de 18l qui oblige à faire le plein tous les 300kms maxi. La fourche «classique» -la même que sur la S1000R quand même- génère un transfert de masse dans les freinages, assez léger car l’amortissement est assez ferme même en mode « road », ça rend la moto plus « vivante » que la GS et remonte un bon feeling de l’avant (j’adore ou je regrette alternativement selon les conditions de route..) L’arrière conserve le monobras avec paralever BMW, assez confortable malgré sa fermeté (ce qui n’était pas le cas de la XR que j’ai essayée avant de me décider pour la RS). Je ne trouve pas la position de conduite fatigante, les jambes, les bras et les poignets vont bien malgré les 12.500 kms parcourus depuis le mois mars.
Avec ma GS, j’avais parfois l’impression qu’elle se débrouillait très bien sans moi et que j’aurais pu la laisser partir en balade toute seule.. avec la RS on forme un duo pour le meilleur et pour le pire. En résumé, elle est moins parfaite que la GS et c’est très bien comme ça. (Tiens ça me fait penser au syndrome de Madame Ginette, un classique de psychologie motarde. Si tu ne connais pas je te l’expliquerai.. mais bon.. hein ?)

Merci à Xavier pour son ressenti. Plus qu'une chose à faire : les essayer, l'une et l'autre ! A priori, comme ça, au feeling, la RS m'attire d'avantage ...
Et pour les branleurs qui piaffent devant la vitrine de Dame Ginette, voici l'explication du syndrome dont question supra :

Il s’agit du puceau qui fût déniaisé dans un claque décati (non, pas Ducati) entre les bras de Madame Ginette, matrone aux seins flasques, sentant le patchouli et le dessous de bras; et qui depuis cette expérience n’obtient ses plus belles érections que si ces conditions sont réunies.
Le syndrome est transposable au jeune motard qui fit ses premiers tours de roue sur une vieille pétoire usée, vibrante et perdant huile et pièces, sentant l’essence et l’urine du chien de la concierge, mais à laquelle il continuera de comparer toutes ses motos par la suite. Ah la première expérience mystique, ça compte!
On s'y retrouve tous un peu non?

Voilà qui sent un peu le vieux cul vécu, non ??
"Un claque décati" ... j'adore !! Et bien moi j'ai eu une claque DUCATI avec le testastretta de la Multistrada Nove Cinquanta !
En même temps, je suis sûr que les 125 chevaux du "flotte-twin" de la RS déménagent grave ;-)

PS : je viens de faire un saut, non pas dans les quartiers chauds de Charleroi, mais chez LOUYET, concession BMW à un jet de clé de douze de chez moi. Pas de RS 1200 en show-room. Possibilité d'essai mais à Bornem ... Quelqu'un l'a déjà fait, de se taper Bornem pour essayer une BMW ? Comment cela se passe-t-il ?? J'ai souvenir que quelqu'un m'a raconté son expérience pas très concluante, la région n'étant faite que de zonings, échangeurs d'autoroute et ... radars, interdisant tout essai sérieux. Vrai ???

PS II : pour info, le ticket d'entrée pour une 1200 RS est à 14.300 €. Il existe des packs (confort 445 €, dynamic 745 € et touring à 1575 €) mais il est possible de piocher les options/accessoires séparément. Il y a aussi les "style 1 et style 2" packs qui concernent les coloris, le sabot moteur et la finition du réservoir d'essence. En faisant l'impasse sur les supports et la bagagerie maison, je m'en suis sorti pour 16.045 € "bruts", remise et reprise non déduites ...
J'ai pioché dans le catalogue SW-MOTECH où j'ai repéré le porte-paquets à 139.95 € qui permet de récupérer la platine universelle pour recycler les top-cases Givi.
Voilà, le catalogue des prétendantes s'allonge encore ...
N'empêche, ça fait quand même pas mal de thunes !!

12:20 Écrit par Alberto | Commentaires (13)

08/08/2017

Essais ... au tour de la Ducati !!

DSCN0752.JPGMarque mythique s'il en est ...
D'ailleurs quand je suis arrivé devant la concession, je me suis demandé un instant si j'allais oser franchir le seuil ,-)
J'ai un pote qui s'est fait snober lors d'une visite chez les italiens (d'une autre concession) : faut dire qu'il était arrivé en guenilles (en guenilles, sans pantalon !) avec une vieille brêle toute sale sur le parking et donc, on peut comprendre, si pas accepter le fait qu'il ait reçu un "accueil" plutôt réservé.
Cela dit, on peut avoir à faire à des bons vendeurs comme à des imbéciles, dans n'importe quelle marque !
Cela dit aussi, moi je m'étais lavé et parfumé au Pino Silvestre (oui, celui qu'utilise Gros Minet !) et la moto était plutôt propre même si elle conservait quelques stigmates de son passage à Carrare ... ce dont je m'excusai, en fin de visite, au moment de faire le "dossier photos" pour d'éventuels marchands acheteurs !!
pino silvestre.jpgJ'ai dû patienter quelque temps, la patronne étant occupée à des tâches importantes de préparation de livraison.
Pendant ce temps là, j'ai discuté avec deux vieux motards comme moi, qui buvaient le coup au comptoir près de la machine à café. C'est fou comme les langues se délient facilement entre motards. J'en entends déjà d'ici dire qu'on ferait bien de lier la mienne mais il faudrait également me lier les mains alors ;-)
Bon, les motards qui roulent en Ducati ne semblent pas moins sympathiques que les autres et on a plus de chance de tomber sur des italiens, ce qui était le cas en l'occurrence.
On a notamment parlé de hauteur de selle, l'un d'eux m'a même invité à m'asseoir sur sa Multistrada 1200, ce que j'ai décliné, échaudé par des expériences malheureuses en voulant grimper sur la moto de copains ... hein Claude ?!?
La patronne en ayant terminé, elle m'a gentiment demandé de la rejoindre pour remplir les formalités d'usage avant de passer aux choses sérieuses ...
Ouais bon, les choses sérieuses ont commencé dès lors qu'il a fallu lui tendre ma carte de crédit pour qu'elle "réserve" la somme de 1.000 € en forme de caution au cas où je me barrais avec la moto ou, pire, que je la couche à l'insu de mon plein gré. J'ai en outre, comme à Lodelinsart, donné mes documents à photocopier, et j'ai signé un truc que j'ai préalablement "lu et approuvé", ce qu'on se contente généralement de transcrire sans prendre connaissance des termes exacts du contenu, n'est-ce pas ?
On m'a avancé la Multistrada 950 rouge de démo. Le poisson pilote qui allait me servir de guide se présenta, m'expliqua rapidement l'essentiel à savoir pour prendre la route, puis se dirigea vers sa Monster ...
Je remonte la fermeture éclair du blouson, enfonce les bouchons dans les oreilles, enfile le casque et les gants, lance la jambe DROITE par-dessus la selle de l'italienne et pose mes fesses dessus. Alors ? J'ai pied !! Pas à plat, à plat, mais j'ai pied. Suffit de la basculer légèrement sur la droite pour être à l'aise. Comment qu'on lance le bi encore ? Ah, oui, tiens, on ne pousse pas sur le starter mais on le bascule vers le bas, sans doute une originalité Ducati ...
Le guide Michel démarre, je lâche l'embrayage et ... je cale ! Faut s'habituer à la garde et à l'attaque qui est immédiate ou presque. Un coup de basculeur et le bicylindre s'ébroue à nouveau. Je fais bien gaffe cette fois et, à cause d'une oreille interne plutôt sensible, je sens quand même qu'on est à la limite au niveau hauteur de selle. Une selle basse (-2 cm) se justifierait pleinement, histoire d'avoir l'esprit plus serein à chaque arrêt ...
Pour le reste, la position est royale : tout tombe sous les mains et les pieds et même les repose-pieds particulièrement rembourrés permettent de glisser la botte sans problème sous le sélecteur, un sélecteur onctueux qui permet de passer les vitesses rapidement avec aussi un embrayage pas dur du tout à pincer. Le guide m'a parlé d'éventuels problèmes pour passer le point mort (moto en fin de rodage ...) mais je ne l'ai jamais passé : j'aurais dû essayer !
On s'élance et on constate d'emblée qu'on est sur un bicylindre : bas dans les tours les vibrations sont bien présentes avec une sérieuse remontée dans la selle. Peut-être est-ce plus marqué sur cette version démo rabaissée de 3 centimètres, dois-je le rappeler ? Dès qu'on monte un peu plus haut dans les tours, ces vibrations s'accélèrent et disparaissent finalement.
Je me suis senti tout de suite à l'aise, "comè a casa", capito ?
L'ouvreur a emprunté un tronçon d'autoroute ce qui a permis de pousser les rapports inférieurs. Et là, les amis, dès qu'on passe un certain seuil, le pot (d'origine, pas un Termignoni) se met à chanter La Traviata et la bête pousse très très vivement, une sensation jamais connue sur la Freewind, la V-Strom et même la Tiger, bien plus linéaire même si elle pousse aussi mais plus haut dans les tours ... La TRIUMPH 1050 Sport essayée récemment, avec pourtant 12 chevaux de plus, ne m'a pas gratifié d'un tel plaisir auditif et "sensationnel" dans le sens "sensation" voyez ? Les bicylindres ont ça de bien, qu'ils envoient plus tôt la patate, avec aussi un frein moteur plus présent, ce qui apporte également son lot de "vie". Du coup, là, dès qu'on peut ouvrir, on ne s'en prive pas !!
A ce petit jeu, j'ai tapé un oeil sur le compteur et j'ai vu un chiffre qui m'aurait valu un retrait immédiat du permis, voire une confiscation du véhicule mais ... m'en foutais, c'était pas le mien. Et puis, je suivais religieusement le guide, Monsieur le Juge !
Pour ce qui est du freinage, si les Brembo radiaux sont très efficaces à allure élevée, il faut prendre garde à faible vitesse et ne pas saisir la manette trop violemment sous peine de passer au dessus de la bulle réglable manuellement ;-) C'est là aussi une question d'habitude mais peut-être pourrait-elle gagner en progressivité.
La machine était réglée en mode "Touring", sans influence sur la suspension, réglable MANUELLEMENT, devant comme derrière et, quoi qu'il en soit, je suis passé exprès sur des taques métalliques en milieu de chaussée pour constater que le confort était très bon, façon GS mais Citroën voyez, pas BMW ;-)
On n'a pas fait trop de sinueux mais un peu quand même, suffisamment pour constater que la partie cycle suit parfaitement les trajectoires imposées. A confirmer sur circuit ^^
DSCN0756.JPGJ'ai un peu joué avec le saute-vent réglable (facilement de la main gauche en roulant) mais je me suis trouvé le mieux en position basse. Faut dire que je n'aime pas avoir la bulle devant les yeux, ça fausse la vision des choses d'après moi ...
On a roulé une petite demi-heure par là et, lorsqu'on est revenu à la concession, je me suis d'abord longuement entretenu avec le guide justement. On a refait le tour du propriétaire, on a parlé des options et des différences avec la 1200, on a évoqué les possibilités qu'offrait "le monde Ducati" avec un club officiel et divers événements organisés chaque année, etc.
J'ai retrouvé mes "nouveaux amis" dans le show-room, puis j'ai rejoint à nouveau la patronne pour qu'on annule d'abord la réservation de la carte de crédit et puis qu'on parle gros sous. En gros, justement, il faut savoir qu'on part d'un prix de 13.690 €, qu'on a droit à un "chèque cadeau" de 5% à valoir sur tout accessoire/vêtement/extension de garantie ou que sais-je encore.
Ensuite viennent les packs. Ils sont au nombre de 4 : Touring, Urban, Sport et Enduro. Les deux premiers concernent essentiellement les valises latérales, béquille centrale, top-case et sac de réservoir, le Sport est totalement dispensable à mes yeux (Termignoni, cosmétique et carbone), alors que le pack Enduro comprend quelques protections qui pourraient s'avérer utile au cas où, voyez ?? On peut bien entendu dissocier chacun des accessoires de chacun des packs mais disons que, le pack est plus avantageux lorsque, par exemple, deux accessoires sur trois vous conviennent, le troisième étant généralement "offert". Au final, en prenant tout ce qui me semblait utile, le mot n'étant pas totalement approprié j'en conviens, la facture s'élèverait à 16.129,63 €, ceci en prenant les valises et le top-case Ducati ...
Entre autre économie possible, il est clair que, moyennant une platine universelle, les Givi (33 et 55 litres) que je possède actuellement, pourraient reprendre du service car j'ai su me passer de valises latérales depuis toujours !
Après ça, avec madame toujours, on a fait le tour de la Tiger qu'elle a prise en photo(s) pour constituer le dossier qu'elle a complété avec les options installées sur la machine. J'ai souligné que le kit pignons-chaîne était neuf et que les pneus n'avaient que +/- 4.000 km dans les jantes.
Jusqu'à ce midi, j'attendais une offre de leur part ...

22:44 Écrit par Alberto | Commentaires (5)

07/08/2017

Essais ... repartis mon Kiki !

DSCN0747.JPGA la demande générale de mon ami Porcinet, heureusement qu'il est là parfois celui-là, je vais vous narrer mon vendredi après-midi.
D'abord j'avais rendez-vous chez Performance Bike, pour l'essai de la TRIUMPH Scrambler 900.
Alors, c'est quoi cette machine ? Faut dire que pour s'y retrouver dans la gamme "vintage" de la marque britannique, il faut ... s'y intéresser car elle est du genre extended, see you ?
En gros, et pardonnez-moi par avance si ce n'est pas rigoureusement exact voire exhaustif, on a :
-la série des "Street" avec
-- la Twin
-- la Cup
-- la Scrambler, toutes 3 équipées du bicylindre 900 cm3 fort de 55 chevaux et 80 Nm à 3230 tr/min pour les Twin et Cup, alors que la Scrambler atteint son couple maximum à 2.850 tr/min.
Vient ensuite la série "Bonneville" avec
-- la T100 (même moteur que les "Street")
-- la T120 et T120 Black avec un bi de 1200 cm3, 79 chevaux et 105 Nm à 3.100 tr/min
-- le Bobber avec sa belle selle monoplace qui est annoncé pour ... 77 chevaux, 106 Nm à 4.000 tr/min (!?!)
Arrive enfin le duo des Thruxton avec
-- pour la version "normale" le 1200 cm3 poussé à 96 chevaux et 112 Nm à 4.950 tr/min
-- et la "R" qui s'ennoblit de suspensions Ôhlins et d'autres raffinements que ne renieraient pas les Norton d'aujourd'hui.
Cette "R" afficherait un petit cheval de plus que la version de base ...
Et donc, moi j'étais là pour essayer la Scrambler. J'avais lu plus de bien sur les Street que sur les Bonneville, au châssis moins agile ...
En arrivant, j'ai d'emblée vu une Tiger XRx bleue qui me rappelait quelque chose et quelqu'un et je ne me trompais pas : il y avait là l'ami Rudi qui s'était inscrit à la même heure que moi pour essayer une Bonneville T120. On a taillé une courte bavette puis je me suis rendu au comptoir où m'attendait la sémillante et souriante Daniela qui m'a remis la clé de la Scrambler après avoir pris copies de ma carte de séjour de ressortissant européen (!) et de mon permis de conduire. Il y avait là un jeune gars qui avait un Shoei XR1100 avec le même graphisme que le mien sauf la bande centrale rouge plutôt qu'orange. Il avait fixé une GO PRO sur le côté : il était là pour un essai également. Dominique a avancé la moto et m'a brièvement briefé quant à ses particularités : deux roues, un guidon, une poignée de gaz, etc.
Entre charentaises, ces motos n'ont de "vintage" que le look car, techniquement, outre une électronique bien présente, elles possèdent l'ABS, le traction control (tous deux déconnectables sur le Scrambler, histoire de se lâcher dans la gadoue), le ride-by-wire, le feu arrière LED, l'embrayage assisté et la clé sécurisée par transpondeur !! TRIUMPH parle d'ailleurs de ses "modern classics".
Rudi ne connaissant pas du tout la région, il m'attendait pour que nous roulions de concert. La première impression fut très favorable : j'avais les deux pieds bien à plat, la selle m'est apparue bien moelleuse et rien à dire sur l'ergonomie générale car toutes les commandes tombaient parfaitement sous la main et sous le pied !!
On avait un peu moins d'une heure devant nous ce qui a permis de faire quelques tronçons d'autoroute, de dénicher les quelques routes sinueuses du côté de Lausprelle, Acoz et de Gerpinnes et même de passer derrière chez moi sur la "route des bosses" comme l'appelait les enfants, histoire de voir les aptitudes "tout-terrain" de cette Scrambler :-)
On a fait le plein au Bultia et j'avoue que si Rudi n'avait pas été là, je n'aurais pas su tanker ! Le bouchon était à clé mais ça ne transparaissait pas, le trou de serrure étant occulté par un cache à la finition parfaite ! ll fallait en plus tourner la clé dans le sens opposé pour ensuite libérer le mouvement d'ouverture. Comme dans le temps quoi ! Avec un bouchon qu'il faut poser quelque part, ce qui n'est pas top, top, il faut bien l'avouer. Hors ce petit détail, cette Scrambler m'a bluffé, vraiment. Quand on essaye ce genre de machine, on part avec quelques à priori et on ne s'attend pas à ... grand chose, voyez ? Et bien, pas du tout : confort, gros couple, belle allonge au point que, même sur autoroute on s'oublierait en 3ème, belle sonorité, très agile dans le sinueux, elle vaut bien mieux que la balade dominicale de terrasse en terrasse où elle ne dépareillera de toute façon pas à côté d'autres belles machines à regarder ;-) Par contre, pour le voyage, il faudra gâcher sa belle ligne rétro avec des accessoires qui ne lui iront probablement pas au teint ...
Quant à la T120, Rudi a été pareillement bluffé au point qu'en fin de session, il a attendu que Dominique soit disponible pour aller à l'écart et discuter achat et reprise ! Qui sait, peut-être renchérirai-je sur l'offre qu'on lui a faite pour sa XRx bleue ;-)
Ah, oui ! J'étais parti sans permis et sans carte d'identité car dans la confusion, Daniela ne m'avait pas rendu mes papiers avant qu'on ne s'élance pour l'essai. On a encore bavardé un bon moment autour d'un café et puis, vers 15h35, j'ai repris la route, direction Sambreville et la concession Ducâââââti !

PS : A noter que François, dont la curiosité a été attisée par la Benelli TRK502, a surfé sur le Net à la recherche d'infos à son sujet et faut avouer que c'est ... disons ... décevant, jugez plutôt. C'est en english mais en gros : moteur insuffisant pour un poids éléphantesque, pas de freins et suspensions mollassonnes, un vrai tréteau en somme. Dommage, car avec de bons périphériques ça passait ...
Attention toutefois car on a aussi cet autre article beaucoup moins négatif voire même le contraire si on prend le rapport prix/prestations en compte !! Le britannique serait-il tombé sur un modèle du lundi ??

PS : voici quelques prix de la gamme "modern classics", histoire de vous faire une idée :
- Street Scrambler : 10.880 €
- Bonneville T120 : 12.480 €
- Bobber : 13.080 €
- Thruxton : 13.680 €
- Thruxton R : 15.680 €
Une Street Scrambler équipée "voyage" (porte-paquets, top case, selle double basse, obligatoire avec le porte-paquets apparemment (?), sacoche de réservoir et pare-brise long) arrive à 11.960 €.
En prenant une Tiger 800 XRx, bleue, en n'y ajoutant que les phares antibrouillard, les protections moteur et radiateur, ce qui suppose la récupération de la "bagagerie" de la 800 actuelle (support, platine et top-cases) on est à 13.123 € : sans doute la meilleure affaire ou le meilleur compromis !
Tous ces chiffres me filent le tournis ...

22:15 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

04/08/2017

Essais ... partis mon Kiki !!

Ce matin le temps était mitigé, presque maussade et il a déteint sur mon humeur ... du moins dans un premier ... temps !
En plus, comme certains attendent le Messie, j'attendais un homme de métier qui devait terminer un travail qu'il a commencé en juillet ... 2016 !! Je m'étais donc levé +/- tôt pour un vendredi alors que je suis en congé comme vous le savez.
Finalement, il m'a appelé à 11 heures (!!!) pour me dire qu'il pleuvait là où il crèche (à 25 bornes d'ici) et que par conséquent il n'était pas en mesure de venir ... Faut savoir qu'il doit juste couler les joints et il DOIT faire sec, c'est une condition sine qua non !
Y a plus qu'à prier le Messie, le Vrai cette fois, pour qu'il fasse beau demain pour qu'on en finisse avec ces travaux : quant à la facture de solde, s'il m'en adresse une, il attendra juillet ... 2018 pour que je l'honore ;-)
La matinée est vite passée malgré tout car, en l'absence de Madame, il y a de quoi faire ! On ne se rend pas bien compte de tous les gestes quotidiens que nos compagnes posent pour assurer la bonne "gouvernance" de la maisonnée. C'est quand elles ne sont pas là qu'on réalise ... Le problème c'est qu'à leur retour on se laisse de nouveau aller à la facilité !
Faut pas attendre l'An Neuf pour prendre de bonnes résolutions, n'est-il pas ??
En même temps, on fait notre part aussi dans la petite entreprise familiale et faudrait voir à pas abuser non plus, hein ;-)
Bon, et si on en revenait à nos motos, c'est pas une bonne idée ça ?
Ainsi donc, le temps se remettant plus ou moins, une fois mon repas avalé, je suis parti pour effectuer les deux essais que j'avais mis au planning de cet après-midi.
Pour rappel, il s'agissait de la
- TRIUMPH 900 Scrambler chez Performance Bike à 14 heures et de la
- DUCATI Multistrada 950 à Sambreville.
Rien à voir entre ces deux machines me direz-vous mais cela prouve juste mes goûts éclectiques !
Voici le petit album que j'ai ramené de ces escapades. Parti à 13h30 de la maison, je suis rentré à plus de 18h30 !!

On en reparle si vous voulez bien ?
Ou pas ...

23:57 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

03/08/2017

GS 2019 !

tigrou.jpgEncore un truc sur la GS ! Il y en a qui vont penser que BMW me paie pour parler de leur modèle phare !!
C'est vrai que le nombre incalculable de lecteurs que brasse ce blog a certainement contribué, contribue encore et contribuera dans les années à venir au succès de cette machine ...
Et donc, comme je le disais à Xavier en bas de son commentaire, je comptais ... euh ... rebondir ... c'est dit ... you hou hou ... sur la note précédente, parce que, comme une coïncidence, alors que j'évoquais le prétendu "downsizing" de la GS, Moto-Station a publié un article sur l'évolution probable et prochaine du flat-twin de la maison bavaroise.
Voici le lien vers l'article dont question.
BMW travaillerait donc, sur une distribution variable pour son emblématique moteur, afin d'aller jouer dans la cour des trails survitaminés que sont la Multistrada 1200 ou la KTM 1290 Super Adventure qui atteignent les 160 chevaux, l'italienne arborant fièrement cette distribution sur son "testastretta" depuis quelque temps déjà. Alors ? Qu'est-ce que cela apporte à la Ducati multi-route ?? Pas grand chose apparemment car, j'ai lu ici et là qu'elle restait plutôt creuse en milieu de compte-tours ...
Sans doute BMW voudra-t-il prouver qu'on peut faire mieux, et puis il y a cette norme Euro 5 apparemment qu'il faudra respecter.

Voilà qui fait penser au slogan de la marque à l'étoile qui surfe au sommet de la vague technologique dans l'univers automobile : "Das Beste oder nichts !"
En attendant, espérons que la conclusion de l'article et les craintes émises sur les forums ne soient pas fondées ...

Si le "DVT" ne vous parle pas, voyez l'animation réalisée par Ducati le concernant : après ça, il n'aura plus de secret pour vous ;-)

22:57 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

01/08/2017

GS 2020 !!

TRK502_GALLERY4.jpg
Scoop mondial ou Can U Lar ?
La GS 2020 abandonnerait le flat twin ??
Pour offrir un premier prix, une version 500 cc arriverait sur le marché en passant par les émergents ???

On en reparle car il faut que je retourne au bureau :-)

Je ne sais pas si certains d'entre vous y ont cru, même une fraction de seconde ...
S'il est vrai que BMW s'est attaqué aux petites cylindrées (avec la G 310 R par exemple) et qu'il utilise la main-d'oeuvre des pays émergents pour réduire les coûts, il est en tout cas totalement faux qu'une quelconque GS arrive sur le marché avec un bi en ligne, en L ou en V avec seulement un demi-litre de cylindrée ...
En fait, "tout cela" est arrivé (près de chez vous) parce qu'un soir, l'envie m'a pris de répertorier tous les "trails" sur le marché et cela en me basant uniquement sur ce qu'on peut considérer comme la Bible de la chose motocycliste, j'ai nommé "MOTO 80".
J'ai donc pris le dernier magazine paru, le n°800, un numéro spécial avec plus de 11.000 € de cadeaux, et j'ai été voir le tarif des motos neuves en relevant, marque par marque, les motos rangées dans la catégorie ... trail bien sûr.
Première surprise, chez Aprilia, rien concernant la Caponord : bizarre, bizarre ...
Après Aprilia, une autre marque "italienne" (entre guillemets car les chinois sont passés par là mais c'est l'autre pays des nouilles n'est-il pas ?), Benelli. Un trail chez Benelli ? Si, si : le TRK 502. Et voilà : c'est lui que vous voyez là, sur la photo ci-dessus qui illustre la présente note.
Annoncé à 5.990 €, avec un bicylindre moderne de ... 502 cc qui développe pas moins de 47 chevaux (comme ma première moto, la Freewind 650), un accastillage convaincant qui singe la référence du segment, elle est lourde puisqu'annoncée à 210 kilos (à sec je crois) mais demande à être essayée, non ? Avant de juger, je veux dire !
En plus, le dealer "Hors-Piste" de Péronnes-lez-Binches (qui fait aussi Aprilia et Moto Guzzi) semble à la hauteur si on en croit les commentaires laissés par ses clients ...

S vous insistez et que vous êtes sages, je suis prêt à reproduire la liste de tous les trails repris dans le tarif avec les prix !

13:40 Écrit par Alberto | Commentaires (7)