28/07/2017

Y a pas que la GS non plus, sans blaaaaaaaague, merde !!

Triumph_Street_Scrambler_First_Ride-15.jpgBen ouais, y a pas qu'elle, c'est sûr même si elle est aussi "unstoppable" qu'incontournable lorsqu'il s'agit d'aborder la catégorie des trails. Voici "malgré tout" le lien vers un article fort exhaustif sur 3 trails qui ne déméritent certainement pas ...
On ne présente plus l'Africa Twin d'Honda qui, depuis sa sortie rencontre un beau succès commercial.
On ne présente plus non plus la V-Strom 1000 de Suzuki qui, viens ici Kiki !, est sur le marché depuis belle burette mais qui a su évoluer au fur et à mesure des versions pour atteindre une homogénéité enviable. N'était son physique "pas facile facile", elle aurait peut-être pu casser la baraque.
Enfin, la 950 Multistrada de Ducati qui est arrivée il y a peu et qui n'est pas, comme on aurait pu le craindre, la 1200 du pauvre, puisqu'elle garde la plupart des attributs électroniques de base de la grande soeur. Elle s'équipe du bicylindres de 939cc et 113 chevaux et ne perd que le mono-bras pour un élément classique, et la suspension, réglable manuellement, est moins sophistiquée mais l'ensemble propose finalement un cocktail plus équilibré semble-t-il et tout ça pour un paquet de lires en moins, à peu près 8 millions tout de même !!
Des machines à essayer mais encore eut-il fallu qu'elles soient à l'essai !

Au lieu de ça, me voilà inscrit le 4 août à 14 heures pour tester une TRIUMPH Street Scrambler 900 : bah, de quoi s'amuser un peu assurément !!

ducati-multistrada-950-face_hd.jpgLast minute : cet après-midi, j'ai fait un saut chez le concessionnaire Ducati à Sambreville. Me suis inscrit pour un essai de la Multistrada 950. Il succédera à celui de la Scrambler anglaise puisque prévu à 16h00. Ils ont une version "démo" rabaissée de 3 centimètres (810 mm de hauteur de selle) et une selle basse existe qui réduit encore la hauteur de 2 centimètres, de quoi mettre à l'aise les petits Garabit gabarits de mon acabit. Pour l'anecdote sachez que sur le parking de la concession il y avait deux bimbos qui m'ont suivi lorsque j'ai franchi le seuil. Au moment où j'ai dû donner mon numéro de GSM pour l'essai, aucune des deux ne s'est précipitée sur son portable pour le noter hélas ;-)
A savoir : s'il ne fait pas beau, l'essai sera reporté d'office. Une façon de mettre à l'abri les 1.000 € de "caution provisoire" ...
Voici l'essai réalisé par des pros avant ... le mien qui ne devrait durer qu'une vingtaine de minutes.
Ah, ce masque digne du Carnaval de Venise ;-))

22:39 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

26/07/2017

GS 2018 ...

R1200GS-2018-BMW-Adventure-tableau-de-bord.jpg
Les bavarois ont déjà présenté le modèle 2018 de leur best-seller, la R1200 GS !!
Voici l'article que lui consacre Moto-Net.
Ce nouveau tableau de bord semble finalement plus lisible que ce qu'on peut d'ores et déjà qualifier d'ancien modèle mais, attention, c'est un peu un leurre dans la mesure où il est lisible tant qu'on sélectionne les infos qu'on veut avoir en permanence sous les yeux. mais il faudra jouer de la roulette, de la souris et du bouton pour afficher les autres données disponibles ...
A noter que le système pourra également intégrer le GPS mais, là aussi, il faudra faire des choix si l'on voudra une information suffisamment claire. D'ailleurs, pour ce point particulier, BMW ne s'y trompe pas, qui proposera également le système "classique".
Il y aura enfin un système d'appel d'urgence avec géolocalisation, comme dans les bagnoles de luxe de la marque.
Où s'arrêteront-ils ? questionneront certains.
On n'arrête pas le progrès !! rétorqueront les autres.

PS : une zone rouge à 5.500 tr/min c'est quand même triste, non ?

Enfin un commentaire instructif, c'est tellement rare que ça méritait d'être souligné ! Ainsi donc, le compte-tours (avec "s" sinon il n'y aurait qu'un tour et il serait dès lors inutile de le compter ...) est ADAPTATIF et fonction de la température du moteur ? Alors, là, je crie au génie, franchement !!
Au temps pour moi ...
Cela me permet de rebondir sur une chose que j'ai remarquée depuis des années et qui m'interpelle parfois.
Il y a des motards qui ont pour habitude de mettre en route leur monture bien avant de prendre la route, histoire de chauffer la mécanique.
C'est, à mon HUMBLE avis, bruyant, polluant et inutile, à moins de vouloir mettre gros gaz dès les premiers ... tours de roues, non ?
Autant démarrer tout de suite et monter progressivement dans les tours en même temps que le coeur de la bête monte en température NATURELLEMENT.

Autre PS : une âme charitable m'a apporté quelques bonbons précisions concernant cet écran TFT by BMW. En voici le contenu :
Pour info, le tableau de bord TFT est proposé en option à 625€.
Le GPS n'y est pas intégré, mais via le Bluetooth et l'application BMW, tu peux à l'aide de ton smartphone avoir une indication grossière de la direction. Pour un affichage plus sophistiqué, il faudra encore investir dans un GPS.

Je me rends compte que mon "post" était d'un amateurisme affligeant en définitive :-)
L'important est qu'il ait fait réagir !!!

22:10 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

10/07/2017

TOSCANE 2017, épilogue !!

Ben non, je n'avais pas tout dit !!
Par exemple, je terminais la dernière note en disant que je n'avais pas tortillé et que j'étais rentré DIREK à la maison.
Et bien, ce n'est pas vrai ...
J'suis passé par la rue des putes à Gosselies ...
"Peu vous chaut" apparemment ...je dirais même plus, ça vous laisse totalement froids.
Pourtant il me semble avoir remarqué au cours du voyage que certains d'entre nous étaient plutôt chauds de ce côté-là de la Force ;-)
Soyons clairs : je n'ai pas basculé tout-à-coup ! L'animal qui est en moi est toujours bien tapi dans l'ombre (le côté obscur ?) et ce n'est pas à 60 balais et après 37 ans de mariage qu'il va se réveiller. Tout au plus, risque-t-il un petit COURT-CIRCUIT (à Mettet ou Beuvardes, voyez?) de temps en temps !
Bon, y a quoi au bout de la rue des filles de joie, sur la N5 à Gosselies, mmmhhh ???
FAUX BOURRE DE BRUXELLES, N°320, 6041 GOSSELIES, c'est quoi ??? Le siège social de la S.A. TRIPY, ben oui !!
Tripy, vous connaissez pas ? Trippa, vous connaissez pis ?
C'est le GPS, et encore GPS n'est pas le mot à moins de le traduire "Grandement Plus Supérieur" à tout ce qui existe sur le marché comme Global Positionning System.
Grandement et globalement supérieur, mais parfois le Tripy vous lâche, et souvent sans prévenir ...
Ce fut le cas en Toscane 48 heures après une journée très très arrosée lors de la traversée de la Suisse.
Au retour, plutôt que de "procrastiner" j'ai décidé de faire directement le crochet par Gosselies pour le déposer.
Je l'ai récupéré le lundi d'après et, malgré ses cinq ans et plus, j'ai eu l'excellente surprise d'apprendre que tout était pris sous garantie. En plus de régler le problème d'étanchéité, ils l'ont entièrement vérifié et reconditionné en blanchissant par exemple les boutons de commande. BRAVO à cette équipe de passionnés et de presque bénévoles ;-)
De quoi me conforter dans mon choix de continuer avec eux et de ne pas céder aux sirènes des Tom Tom et autres Garmin, affublés des nouvelles technologies de transmissions avec ou sans fil, micros et autres écouteurs.
Entre charentaises, au risque de passer pour un vieux réac, je suis CONTRE toutes ces choses qui n'aboutissent qu'à une seule, la distraction du pilote. A la limite, si on se ... limite aux injonctions de la voix qui, elle même, se limite à vous dire "Faites demi-tour dès que possible !" et qu'ensuite on n'en fait qu'à sa tête et qu'on refuse de le faire parce qu'on a pour principe de NE JAMAIS FAIRE DEMI-TOUR, là, ok ! Par contre si on "profite" de cette connectivité pour embrayer sur la téléphonie, le multi-média avec playlist, etc ... là, je dis non, non non non non ! C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres et la sortie de route vous guetta comme dirait David !!! Hélène s'égara et David guetta, faut choisir ...
Bon, le problème du Tripy étant réglé, je me suis attaqué à celui de la platine de top-case. Il ne fallait qu'une vis pour le régler, le problème. Une vis qu'il fallait commander chez SW-Motech, une vis à 5,95 € + frais de port à 11,50 € je crois.
Vu l'état de la platine sur laquelle il manquait quelques cales en caoutchouc que j'avais remplacées par du bric et du broc, j'ai finalement décidé d'acheter tout de neuf : les frais de port n'ont pas augmenté et "pour quelques dollars de plus", j'ai la platine, trois vis, des cales en caoutchouc de deux dimensions et des attaches métalliques de réserve en cas que : pas beau çaaaaa !!
Ne restait plus qu'à s'occuper de l'appareil photo ...
J'avais acheté le petit Nikos à Ponte dell'Alba, la veille de notre visite à Florence, parce que le Sonya fonctionnait de façon erratique. Je pensais le déposer chez le vendeur (Mediamarket) en espérant le récupérer ... un jour !
Mais depuis mon retour, il fonctionne à nouveau parfaitement ! Je pense qu'il n'apprécie pas le séjour dans le top-case : faut croire que le traitement qui lui est infligé perturbe son bon fonctionnement. C'est vrai qu'il doit être méchamment secoué !!
Du coup, je ne sas pas trop quoi faire ...
Le compact Nikos, je le glissais tranquille dans la poche du blouson mais le Sonya est bien plus volumineux et plus lourd.
J'ai parfois roulé avec l'appareil autour du coup et si généralement ça se passait plutôt bien, j'ai quand même parfois dû vérifier qu'il était toujours là lorsque le vent soufflait latéralement par exemple : pas très rassurant en fait.
Il faudra lui trouver une place plus confortable et plus sûre pour un prochain voyage. Pour cet usage, le sac de réservoir est tout indiqué mais cette fois je lui avais préféré le sac de selle, plus volumineux. Devrai-je me résoudre à prendre les deux ? Quand je vois la promo actuelle sur les Tiger 800 avec les 2 valises offertes, je me dis que je pourrais peut-être faire d'une pierre deux coups ... mais, bon, ce n'est pas (encore) le moment et puis j'attends une Tiger 900 ;-)
Que dire encore ?

Plus rien, ça vaut mieux ! De toute manière, quand je vois ce que ça génère comme commentaire, autant se taire !

12:34 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : toscane 2017

08/07/2017

Toscane, 14-06-2017, Kandel > Habay-la-Neuve !

toscane 2017On commence par les quelques photos de la dernière étape de ce périple toscan ... du Plantier ;-) (celui-ci pour les cinéphiles avertis).
En préparant cette note, préparation qui consiste à
-regarder les photos
-charger le fichier ".trb", suivre la trace et prendre note des patelins traversés
-à l'aide des pictos, essayer de se remémorer l'un ou l'autre des "hauts-lieux" du parcours;
-essayer aussi de repérer les endroits précis où l'on s'est arrêtés pour la vue, le 10 heures ou le 4 heures ...
je me suis rendu compte, normal pour un compte-rendu, qu'il n'y avait pas grand grand chose à dire ;-)
Voilà la raison pour laquelle j'ai tartiné ce long préambule !
Du coup, je ne vais pas me gêner et je vais vous bassiner avec des noms de patelins allemands qu'on a traversés, de quoi vous dégoûter définitivement de la langue de Goethe sans doute, voyez plutôt : DRUSWEILER, GLEISZELLEN-GLEISHORBACH, MÜNCHENWEILER AM KLINGBACH, WERNERSBERG et RiNNTHAL, voilà un premier jet qui sert d'amuse-gueule.
Au WP 14, le TRIPY ne se sent plus : "Youpie" qu'il dit en affichant une route ondoyante et des sapins. C'est Noël.
Il faut dire qu'en effet, les routes sont presqu'aussi roulantes que la veille par endroit, traversant d'immenses forêts et, dès lors, baignées dans une ombre rafraîchissante.
On continue direction TRIPPSTADT, puis KARLSTAL, WEILERBACH, SCHWEDELBACH, REICHENBACH-STEEGEN, je n'invente rien, vous n'avez qu'à suivre sur une carte si vous avez le moindre doute, OBERSTAUFENBACH, FÖCKELBERG, MÜHLBACH AM GLAN, ALTENGLAN, RATHSWEILER, BAUMHOLDER, HEIMBACH; NEUBRÜCKE, NONNWEILER et NEUMEHING : ça suffit là ?

J'en parlais tout à l'heure à table avec le gamin et deux images/idées me sont venues :
-parfois les noms sont tellement longs qu'ils dépassent du panneau, avec des lettres qui pendouillent et qui s'accrochent l'une à l'autre au bout de la flèche;
-parfois aussi, on a juste le temps de lire le début du nom du patelin en y pénétrant et la fin en sortant !
Ce qui est tout-à-fait vrai, c'est que les caractères sont souvent petits (pour rentrer dans le panneau) et d'autant plus difficiles à lire au passage !!

J'ai cherché désespérément à retrouver l'endroit exact où nous nous sommes arrêtés, certains pour se gaver de pâtisseries, d'autres juste pour boire un café où une boisson fraîche, mais je n'ai pas pu mettre le doigt dessus : boulangerie-pâtisserie Muller apparemment, mais des "Muller" il y en a autant en Allemagne que de Dupont ou Durant en Belgique et en France.
En attendant et quoi qu'il en soit, cet arrêt fut le bienvenu puisqu'il précédait une séance d'autoroute, toujours antipathique aux yeux d'un motard ... normal ... blanc :-)
Et donc, au WP 40, on est monté sur l'autoroute, chacun à son tour, chacun à son rythme, comme cela arrive de plus en plus souvent et on est parti pour une petite centaine de kilomètres jusqu'à la sortie Luxembourg Centre.
Là, il y avait une station-service Q9 (c'est pour éviter la pub !) où nous nous sommes plus ou moins tous retrouvés (mes potes de longue date veux-je dire) et on a fait les pleins : la 95 y était à 1,138 € le litre. Je suis reparti derrière Jacques qui s'est trompé au premier picto : au lieu de prendre à droite vers WILTZ, il s'est enfoncé dans le centre ville !
On a encore eu droit à 5 bornes de routes +/- sympas avant de remonter sur l'autoroute pour sortir 36 kilomètres et 91 mètres plus tard à HABAY et rejoindre le Truck Stop, 790 mètres plus loin..
J'ai fait la queue au self, comme tout le monde, et j'ai jeté mon dévolu sur un burger de boeuf et un Caco full calories, un menu bien de chez nous, le boeuf étant très probablement un blanc bleu et le Caco à base de sucre de Tirlemont, non ?
J'ai rejoint François, Didier, Jacques et Solange à table en attendant ma commande.
Une fois servi, je me suis levé pour aller chercher un truc, couvert, serviette ou autre je sais plus, et j'ai croisé la serveuse qui s'était occupée de nous et qui a dit : "Dégage" !
C'est à moi que vous vous adressez, mademoiselle ? Elle sourit de toutes ses dents (elle était déjà pardonnée dans tous les cas) et confirma. Quoi, dis-je ? Je veux parler à la directrice ! Elle est juste là me répondit-elle en faisant un signe de tête dans sa direction. Pareille la directrice : tout sourire. C'était perdu d'avance ;-) En fait, ça plaisantait à tire-larigot et fallait être dans le ton si vous voyez ce que je veux dire.
J'ai rendu le Tripy II à François, on s'est tous salués, embrassés, accolés, étreints à grande vitesse, et on est repartis chacun de son côté. Perso j'ai pris l'option de rentrer par l'autoroute car je n'avais plus envie de tortiller ...

Voilà, je suis arrivé au bout avec ce compte-rendu. J'ai balayé les 12 jours, un par un, en essayant de me rappeler d'un maximum de choses que je tenais à partager avec vous. Je sais, c'est très long à lire mais c'est encore plus long à écrire !!
Je ne referme pas définitivement le livre sachant qu'il y aura très probablement un épilogue ...
SLC, salut les copains !!

PS : pour revoir toutes les photos, voir le bandeau de gauche, tout au fond, les liens y sont, jour par jour !

09:53 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017

07/07/2017

Toscane, 13-06-2017, Nauders (A) > Kandel (D) (in-de-wind?)

Comme d'hab, voici les cartes postales de cette 3ème étape de liaison, longue de 470 kilomètres !
Ce matin-là, j'ai vu le monstre du Loch Ness. Si, si ! Il n'est pas en Ecosse, Ness pas ! En tout cas, pas ce matin-là.
Je crois vous avoir déjà raconté ce passage, bien avant dans le récit. Voyez donc la première photo de l'album du jour et vous comprendrez : Gull, son masque à oxygène et son masque à zyeux ;-) c'est quelque chose, non ?
Avant même de prendre un bon et copieux petit-déjeuner, on s'est empressé de sortir les motos du garage car nous étions parmi les derniers rentrés la veille au soir et nous ne voulions pas bloquer les lève-tôt ce matin : il y en a en effet qui prennent la route dès 7h-7h30, notamment pour rouler dans la fraîcheur.
Après ça, on est parti en cortège, Pierre (Gull) devant, puis François, puis moi, puis ... les autres dont Jacques, Solange et Didier.
Pierre avait manifestement envie de flâner le nez au vent et plafonnait à 75-80 kilomètres heures, le genre de "plafonnage" qui me gave ... très très vite. Je viens à la hauteur de François et lui fais comprendre que j'aimerais qu'il prenne l'initiative. En effet, je me rends compte que c'est souvent moi qui double les copains et je suis persuadé que ça doit aussi les gaver, irriter quelques fois, voyez ? François, qui est un garçon très bien élevé, continue de suivre stoïquement l'ami Gull qui persiste dans sa flânerie.
Bon, pas besoin de vous faire un dessin, j'ai passé la première, me suis mis en wheeling et j'ai salué tout le monde d'un grand coup de gazzzzzzzzzzzzzzzzzz, sans plus me retourner ... ou presque ! Il paraît que François a fait (à peu près) la même chose quelque temps plus tard mais il ne pas jamais rattrapé, enfin ce n'est pas vrai, puisqu'il a fini devant !!!!
Explication : après 120 bornes en Autriche, le Tripy rappelait qu'il n'était pas inintéressant de faire le plein avant de passer en Allemagne vu que l'essence était bien moins chère du côté autrichien. Et de fait, deux kilomètres avant la frontière, il y avait une station-service à laquelle je me suis arrêté. Bon, c'était un peu idiot en même temps vu que j'ai à peine réussi à mettre 5,43 litres d'essence pour 6,56 € : vous imaginez l'économie !?! J'en ai profité pour acheter un "rauch eistee pfirsich", un ice tea pèche, pour ceux que le teuton effraie !
Et qui est arrivé au moment où j'en terminais : Gull la Tortue ! Comme quoi, rien ne sert de courir, etc ... alors que François, lui, me courrait toujours derrière, du moins le croyait-il ;-))
Bon, inutile de vous dire que je n'ai pas attendu Gull pour repartir, oui, je sais, je suis un petit selfish de merde mais bon, c'est le "propre" de beaucoup de motards en définitive ...
Vingt kilomètres après la frontière, je suis arrivé au Lac de Forggensee, l'endroit même où Paul et Gull s'étaient arrêtés lors de la reco. Le Tripy parlait de "ma cabane" et du "Lac des Cygnes". Il était 11h30 environ. Alors que je venais de quitter Gull, il a mis un temps bête à me rejoindre au lac. Il m'a expliqué le pourquoi mais j'ai oublié depuis, j'avoue.
toscane 2017Sont arrivés ensuite Jacky et Danuta, puis Philippe W., Philippe P. et son frère Michel, puis Paul et Virginie (ça ne s'invente pas). Oui, une petite charentaise concernant Virginie, la femme de Philippe P. D'accompagnante qu'elle était, à bord de la GS de son grand et extrêmement sympathique mari (s'il ne met pas un commentaire dithyrambique après ça, je ne lui parle plus !), elle a fini dans la camionnette avec Paul. Victime d'une chute (que je vous ai racontée) lors d'une sortie avec Cap Moto, sa cheville, pourtant remise, s'est rappelée à son bon souvenir, au point qu'elle ne supportait plus le voyage en moto. Que soit ... Elle nous a raconté sa cohabitation avec Paul mais je garderai cet épisode pour moi. Je me demande quand même si la cheville n'était pas un prétexte, ah ah ah !
On s'est donc retrouvé là, au bord du lac, à manger des frites et des saucisses jusque là, arrosées de bière jusqu'à plus soif mais modérément bien entendu !
A un moment, on a vu passer Jacques, Solange et Didier qui ont continué leur chemin en nous ignorant totalement. Je me demande parfois ce qui leur passe par la tête : l'endroit était parfait pour Jacques qui adore les clapotis de l'eau, le cui-cui des oiseaux, etc ... et là, non, on passe sans même jeter un regard. Il faut parfois renoncer à essayer de comprendre !
Avaient-ils déjà mangé quelque part, ce qui pourrait si pas justifier du moins expliquer cette rock'n roll attitude.
Ensuite les merveilleuses routes de Bavière, toutes au plus douces et sinueuses, sans trous, propres, magnifiques. : ça s'est le descriptif qu'on a reçu qui le dit. Et on ne peut pas le taxer de "publicité mensongère" : F-O-R-M-I-D-A-B-L-E, F-O-O-O-R-M-I-D-A-B-L-E !!! Des routes S-P-L-E-N-D-I-D-E-S sur lesquelles les amateurs de grandes courbes et de vitesse pure (dans le sens écologique du terme ^^) s'en sont (et Dalila) donné à coeur joie !!!!
J'ai le souvenir que j'ai "coursé" un gars en BMW Série 5 qui roulait très très fort et duquel j'ai emboîté les roues. C'est qu'on a quand même un peu peur des radars et qu'on se dit que pour rouler comme ça le gars est du coin et sait pertinemment bien qu'il n'y en a pas, ou alors il est ... euh ... dingue !! C'est là que, pour la seconde fois je crois tout au long du voyage, j'ai doublé Henri et Josiane (sur GS) et qu'il me l'a reproché à l'étape ;-))
Après une petite portion d'autoroute on traversera le Langlauf Schwäbische Alb (à vos souhaits !) où coule le Danube (Donau) que nous traverserons pas loin de Ehingen. A partir de Reulingen des routes rapides à 4 bandes puis des autoroutes nous ferons avancer plus vite vers Stuggart, Pforzheim, Karlsruhe pour sortir à Kandel où l'hôtel nous attend.
J'avoue que j'ai juste recopié le dernier paragraphe du dossier nous remis avant le départ, parce que, en réalité, je n'ai plus beaucoup de souvenir de la suite, après l'épisode BMW Série 5 ... si ce n'est, qu'une fois encore, j'ai tout le temps roulé tout seul.
J'ai fait le plein à Kandel, à 17h19, en même temps que Marily (SUZUKI SV 650) et Didier (qui a troqué (?) sa DUCATI Scrambler contre une BMW 700 GS orange). il me semble qu'il a dit : "Quel road-book de merde !" mais je n'en suis pas sûr et je dois dire que, généralement, je ne prête pas attention à ce genre de réflexion, fuyant les gens qui se plaignent? Je suis là pour me changer les idées et autant que possible m'amuser. Cela dit, il est possible que sur les 470 bornes du jour, le final ait été un peu chiant, et alors ? Gull ajouterait : "Si ça te plait pas, t'as qu'à le faire toi-même le road-book" et il ponctuerait le propos d'un quelconque nom d'oiseau !
A l'hôtel on a rangé les motos dans le parking sur le côté. Il fallait se montrer prudent et bien assurer les motos car le sol était par endroit inégal et garni de graviers. On a suffisamment de mauvais souvenirs que pour être particulièrement vigilant à ce niveau ...
Il y avait une (trop) petite terrasse sur ce même côté de l'hôtel où nous avons pris l'apéro. Il fallait pratiquement faire le tour du bâtiment pour aller chercher ses consommations au bar derrière lequel officiait un serveur pas trop doué : plus de mousse que de bière avec le défaut majeur de faire tremper le bout du robinet de la pompe dans la mousse. Il parait qu'hygiéniquement parlant, c'est dégueulasse. En plus, la pompe débitait vraiment pépère au point que la bière était chaude une fois que le verre était rempli, j'exagère à peine ;-)
Nous n'avons pas pu manger en terrasse et la salle du restaurant était très, très bruyante. On voit Gull porter des vases à ses oreilles pour essayer de réduire les nuisances sonores. J'ai aussi essayé ces "bouchons" et c'était très drôle comme effet d'ailleurs car on avait l'impression d'entendre des voix comme si on était au fond d'une piscine ... avec ou sans pull marine.
Au menu, il y avait ce que vous voyez sur la carte mais mon allemand étant Rudy Mentaire, je serais bien incapable de vous la traduire !
En fin de repas, VERBOTEN de sortir : le même serveur qu'au bar est passé entre les tables pour encaisser en liquide toutes les consommations. Même comportement irascible qui évoquait la police allemande d'une époque qui se situe entre 40 et 45, voyez ? Nousse affons les moyens te fous vaire payer !! DE MOI VOUS OSEZ VOUS FOUTER !!
François qui était venu avec son Tripy I, son Tripy II et son Garmin m'a gentiment proposé de me prêter son Tripy II pour faire la dernière étape du lendemain. Cela me permettrait de ne pas courir à Wavre dans les jours qui suivraient pour ramener à Paul celui qu'il m'avait loué gratuitement ;-) jusque là.
Par contre, j'avais décidé de reprendre mon gros top-case (un peu pour les mêmes raisons) en espérant qu'il tiendrait sur la platine défectueuse ...
Et bien voilà, les gars, ça sent l'écurie. Demain, 14 juin, dernière étape jusqu'au Truck Stop d'Habay-la-Neuve : 288 kms via la Sarre et la Moselle ...

19:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017

05/07/2017

Toscane, 12-06-2017, le retour : Peschiera > Nauders

toscane 2017Voici déjà les photos de cette deuxième étape de retour, direction l'Autriche, destination Nauders !
Mais que tout cela est loin ! "Heureusement", il y a les quelques photos et les road-books que je revisite mais pour le reste ... faut un peu improviser tout en essayant de ne pas raconter de bobards, "bobard le motard" ;-)
Les choses sûres comme on dit chez "Clarks" :
- on a pris le petit-déjeuner au rez de l'hôtel Confine;
- vu le problème de platine de porte-bagages, j'ai remis mon top-case à Paul qui l'a mis dans la camionnette en me demandant pour la gnègnème fois qu'est-ce que j'avais pu mettre dedans pour qu'il soit aussi lourd;
- Jacques s'est occupé de retendre ma chaîne. J'ai constaté que la clé pour desserrer l'écrou de roue manquait dans ma trousse à outils. Sans doute l'ai-je perdue mais je me demande bien dans quelle circonstance ! Aux mauvaises langues qui estiment que j'aurais pu faire cette opération moi-même, qu'ils sachent que c'est JUSTE POUR FAIRE PLAISIR à Jacques que j'ai fait appel à ses compétences. Il fut un temps où ce vieux motard ^^ démontait et remontait un moteur de Norton tombée en panne au bord de la route entre Calais et Douvres ;-) Cela étant, s'il a de beaux restes, il a malgré tout dû s'y reprendre à deux fois car, après le premier réglage, c'est d'hypertension que souffrait la Tiger, au point que la roue ne tournait quasi plus ! Le deuxième essai fut le bon;
- on a fait le plein à Desenzano del Garda et, pour un peu, je partais avec une bouteille de limonade sous le bras sans la payer. Un ticket de 2.50 € que j'ai ramené du voyage est là pour le prouver !
- on n'a pas longé le lac de Garde alors que, pour y être allé lors de vacances familiales (j'ai de la famille du côté de ma mère près de Brescia, Collebeato exactement), j'ai pourtant le souvenir d'une très belle rive gauche avec, en point d'orgue, la ville de Riva : des routes trop chargées (en population, en ronds-points et en radars) ont convaincu les organisateurs de s'en écarter;
- on a semé les autres apparemment et perdu Didier dans un tunnel à un WP mal emmenché oû j'aid'ailleurs failli me faire choper par un 30 tonnes fort pressé, et c'est à deux, François et moi, qu'on est arrivé au WP 36, après 60 bornes, sur les bords du lac d'Idro. Le picto du Tripy invitait à prendre à droite et à s'arrêter pour manger et/ou boire. On a fait ni l'un ni l'autre mais, l'endroit était tellement charmant, que j'ai eu l'idée de pousser plus loin sur la petite route qui le longeait, pensant pouvoir retomber sur le road-book plus loin : petits bourgs de Ventone, Parole et puis ... Vesta où il n'y avait plus de routes carrossables et où il fallait faire demi-tour ! A noter que si l'endroit était bucolique, j'ai lu quelque part que le lac, d'une superficie de 11 km2 et d'une profondeur maximum de 122 mètres, était victime d'eutrophisation : et pan, encore un mot savant ;-)
- un peu de mal à retrouver mon chemin après le demi-tour mais François m'a laissé me démerder, ce qui est une bonne chose, car il faut apprendre à ne pas toujours compter sur les autres, n'est-ce pas ? Paul pour les bagages, Jacques pour la mécanique et François pour la route : faudrait voir à ne pas trop abuser, ho, hé, hein, bon !!
- on a continué notre remontée vers le nord longtemps encore, dans les 120 bornes à peu près, jusqu'à arriver à Romeno où nous nous sommes arrêtés au restaurant "Villa Nuova" : on avait retrouvé Alain, Jacques et Solange et c'est donc à 5 qu'on a investi les lieux. Certains n'étaient intéressés que par un plat de pâtes, (François et Alain) alors que d'autres avaient envie d'un peu plus et de goûter un peu à tout, voyez ? Un "mixte" de pâtes et de vrais gnocchis en entrée et une grande mais fine mais grande "bistecca" accompagnée de patates sautées et de légumes, encore une fois, presqu'aussi bons qu'à la maison !!
toscane 2017Autant dire qu'on aurait tous bien volontiers piqué un petit roupillon avant de reprendre cette foutue route qui nous attendait ;-)
"Foutue route" oui mais non car, petit à petit, elle devenait de plus en plus intéressante au fur et à mesure qu'on s'approchait de l'Autriche au point qu'une fois encore on a largué nos compagnons de route et qu'on ne s'est retrouvé qu'à deux pour un ... caprice : une bonne grasse glace "Forêt Noire" comme petit "quatre heures" ;-)
Plus loin on a longé le Lac de Resia (et son clocher submergé que j'ai complètement zappé mais qu'on avait déjà vu au moins à deux si pas trois reprises lors de voyages précédents), puis la frontière autrichienne, puis le village de Nauders où on a bien galéré pour trouver le petit garage ^^ qui devait abriter notre groupe ainsi que quelques motards allemands en goguette qui encombraient avec leur remorque, scheize ! Ils nous ont assurés qu'ils partaient tôt le lendemain matin, goed !!

A suivre ...

Passage par la case "douche" avant tout autre chose, on n'est pas des bêtes ;-)
Gull était arrivé avant moi, comme souvent. En fait, c'est l'histoire du lièvre et de la tortue, voyez ? Sauf qu'ici, la tortue emprunte des itinéraires alternatifs, plus courts et plus directs ...
Gull ! Ineffable Gull !! Il emporte avec lui tout un fourbis de brols dont des élastiques et des pinces, de sorte qu'il peut étendre son linge en l'accrochant aux rideaux par exemple. C'est pour ça que j'ai fait une photo dans la chambre où on voit son pantalon, son tee-shirt et ses gants notamment, pendus aux tentures ...
Voyez comment il prend soin de ses "petites" affaires : ça s'appelle le "Mousty care". Drôle celui-là, hein ?
On a dit que la prochaine fois qu'on voyage ensemble, on prendra une petite foreuse avec laquelle on percera des trous pour tirer des cordes à linge dans la salle-de-bain ;-)
Quoi ? Pas d'état des lieux que je sache lorsqu'on prend possession de la chambre, non ?
Belle terrasse garnie de sofas à l'arrière de la salle de restaurant où la plupart des participants se sont retrouvés pour l'apéritif.
Puis, on a rejoint le restaurant pour un buffet froid en entrée, puis un plat dont je ne me souviens plus la composition, puis un dessert pareil. Ce dont je me souviens c'est qu'on s'est retrouvé entre gens sérieux pour une fois puisqu'on était que 4 à une table de 8 (moitié banquette, moitié chaises) : Solange, Jacques, Didier et moi !!
Ce dont je me souviens également parfaitement c'est de la serveuse ^^ . D'origine slave (tchèque ou slovaque ou les 2 j'hésite), elle avait le don de se pencher sur vous lorsque vous lui disiez quelque chose, pour mieux entendre sans doute. Du coup je parlais très bas pour qu'elle se penche d'avantage, voyez ??
Les montagnes en face, ne proposaient pas un aussi beau spectacle !
Ouais, bon, faut pas oublier que ça fait 10 jours qu'on roule comme des malââââââdes et qu'on ne s'est rien mis sous la dent depuis pffffffffffff , hein !!
Allez, on va se faire une bonne marche nocturne, ça va nous fatiguer ...
Et de fait, on est monté dans le village, jusqu'à l'église et on a bien profité de cette fraîcheur qu'offrent les villages de montagne, le soir. Certains ont renoncé rapidement pendant que Jacques, Solange et moi, grands marcheurs devant l'Eternel, continuions notre balade digestive.

21:10 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017

03/07/2017

Toscane, 11-06-2017, le retour "du retour": Poggibonsi > Peschiera.

toscane 2017373 kilomètres au programme de ce dimanche 11 juin qui constituait la 1ère étape des 4 qui nous ramenaient en Belgique, un parcours qui nous voyait rejoindre Peschiera (del Garda) au sud du Lac de Garde.
Ce matin-là, les machines à café fonctionnaient mais c'est l'ascenseur qui était aux abonnés absents !
Dans ces cas-là, quand on loge au 5ème il faut bien planifier ses déplacements car entre le petit-déjeuner (au -1 s'il-vous-plaît), le rechargement des mules (on quittait l'hôtel et donc, il fallait tout descendre) et le reste (casque, blouson, gants, tripy, etc ...), il n'était pas exclu qu'on fasse l'aller-retour 3 ou 4 fois !!
Ce matin-là aussi, vers 7h30 je crois car le réveil venait de sonner, mon attention a été attirée par des bavardages et des rires à l'extérieur. Je me suis penché à la fenêtre et là j'ai vu un groupe de chinois et de chinoises, ils devaient être une petite dizaine, qui tournaient autour des motos dans le parking, certain(e)s posant à leurs côtés, les autres les photographiant et ainsi de suite.
Ils s'affranchissaient petit à petit d'abord juste en saisissant les guidons et en faisant vroum vroum sans doute (je sais pas comme ça se dit là-bas ^^) puis, j'ai vu une nénette qui grimpait sur une moto, puis une autre sur une GS et là, bien entendu, l'alarme s'est mise à sonner !! S'ensuivirent quelques petits cris de surprise et le groupe de disparaître rapidement :-)
Ce matin-là enfin, on devait tous faire le plein et comme Alain nous avait dit la veille qu'il avait trouvé une pompe "conviviale et compréhensive", je lui ai demandé de nous y conduire. Et de fait, on a réussi à faire le plein sans trop de difficultés sauf ... François dont aucune carte bancaire ne passait. On a essayé de réutiliser une des nôtres pour le dépanner mais il n'y a rien eu à faire !
Quand je regarde mon ticket, je vois qu'il était 8h56, que j'ai payé 21,31 € pour 15,45 litres à la pompe 6 de la station ENI de Poggibonsi, jusque là, okeille, rien à dire, mais à côté du "Prodotto" il est mis "Diesel" ! De quoi faire peur rétrospectivement, n'est-il pas ? La Tiger accepterait-elle ce carburant lourd sans broncher ??
Rassurez-vous, c'est la pompe qui s'est méprise !! Fichues pompes italiennes !!
François était parti devant, un peu dépité, mais nous l'avons rejoint rapidement et sommes restés sagement derrière car nous le savions à l'affût d'une station-service.
Castellina in Chianti, Radda in Chianti, Greve in Chianti, è tutti Chianti !
A un moment, François s'est arrêté et un gars lui a signalé qu'il fallait continuer sur la droite pour trouver ce qu'il cherchait. Le road-book intimant de continuer tout droit, j'ai fait ce qu'il disait, certain qu'on se retrouverait après.
60 kilomètres plus tard, on est arrivé à Loppiano où se trouve le sanctuaire de Maria Theotokos sur lequel je ne m'étendrai pas sauf à dire que, pour une fois, on avait là une espèce d'église qui fait profil bas, voyez ? Rien d'ostentatoire, une toiture telle une rampe entre ciel et terre, et un endroit qui appelle vraiment au rassemblement, amen !!
Par contre, quitter l'endroit fut un chemin de croix !!
Après quelques enchaînements dans le village, on est arrivé sur une toute petite route, très étroite, qui montait hardiment, avec quelques épingles très serrées qui en ont fait suer plus d'un(e) ! Ce tronçon n'ayant pas été reconnu, Pierre a même tenté d'avertir Paul de ne pas passer par là avec la camionnette et la remorque ...
Un peu plus loin, à Palazzolo (WP 25), il y avait un bar où se trouvaient déjà les frères Parys notamment et d'autres encore. A notre arrivée, ils nous ont laissé la place qu'on a prise de bonne grâce. On y a siroté une boisson au calme.
C'est là qu'on a reçu le SMS d'Henri L. qui disait ceci :
"Beau temps au circuit de Catalunya 27 à l'ombre pedrosa en pole. Rossi en 14eme. Ambiance de ouf. A+"
Didier S., qui n'en rate pas une, a soufflé la réponse suivante à Pierre qui lui a envoyée, je crois :
"29° en Toscane, Tranquilli en pole, excellente ambiance !!
Puis on est reparti via Casenuove, Rignano sull'Arno, Sant'Ellero, Carbonile, Colognano, Pontassieve, Rosano, Le Case San Romolo, Olmo jusqu'à arriver au way-point 50 (voir vue aérienne ci-dessus) à un autre "sanctuaire", le Circuit du Mugello !!!
Renseignements pris auprès du gars qui était sorti du casque intégral qui lui sert de bureau d'accueil, je décidai de pousser plus loin la visite, uniquement suivi par Pierre V. et Elisabeth, son ex-compagne (!), les autres faisant une moue dédaigneuse, continuant de considérer les circuits comme une espèce de sorte de roupie de sansonnet et continuant leur chemin : chacun ses valeurs, indeed !!
Perso, passer devant le Circuit sans pénétrer dans l'enceinte m'a semblé plus qu'un sacrilège : pour peu, j'aurais trempé mes doigts dans un bénitier s'il y en avait eu un !!
toscane 2017On a planté les Tigers dans le parking à l'arrière des paddocks. On a pris l'ascenseur pour monter au second puis au troisième étage, on a pris la passerelle qui traverse le circuit et on a arpenté les tribunes face au podium. Il y avait un track-day ce dimanche et des amateurs s'évertuaient à jouer les cadors sur cette piste mythique aux courbes dithyrambiques ;-)
Apparemment contrairement à Mettet (^^) pas de limite en terme de décibels : chaque passage nous arrachait les tympans, ou presque. Pour assister aux grands prix, il faut impérativement se protéger les portugaises, même si on est en Italie !!
Avec Pierre et Elisabeth on a décidé de manger là : on a pris des sandwiches (prosciutto, formaggio, bruschetta) et, sur le conseil de la serveuse, on est allé dans une salle annexe, plus au calme. A un moment, des médecins de piste sont venus manger également, ce qui a donné cette photo en forme de gros, gros clin d'oeil : à gauche Pierre, à droite Elisabeth et, au milieu et de dos, "le doctor" himself !! Comment pouvait-il être là et en Catalogne simultanément : on le sait très doué mais pas d'ubiquité que je sache ...
18 bornes plus tard on montait sur l'autoroute pour un peu moins de 120 kilomètres avec sortie prévue à Reggio.
Deux charentaises à ce stade :
1. juste après le péage, il fallait choisir entre la direction de Bologne ou de Florence, toutes deux vers la droite. N'ayant pas même ouvert une carte jusque là, j'ai pensé qu'il fallait partir sur Florence, le Tripy n'affichant qu'une flèche vers la droite mais, sauf erreur, sans l'indication de la ville à suivre ... Evidemment, j'ai dû attendre 18 interminables kilomètres pour pouvoir m'extirper de ce traquenard et repartir dans la bonne direction après un demi-tour et un burn-out ^^ devant la station de péage ;-)
2. l'ami Jacques n'a, quant à lui, pas payé le moindre Euro pour ses déplacements autoroutiers en Italie. A chaque station, il prenait la bande à l'extrême droite et se faufilait entre la demi-barrière et l'espace qui restait libre. On lui a expliqué en long, en large, en travers, en lui prouvant par A + B qu'il avait tort, en questionnant même les motards italiens de longue souche car il était tellement convaincu qu'il arrivait à en faire douter certains, il n'a pas baissé pavillon ce pirate d'eau douce !!! J'espère juste qu'il paiera son forfait le jour où il prendra l'autoroute du Paradis et qu'il rougira de honte devant Saint-Pierre !
Une fois sur le droit chemin, j'ai eu beau cravacher, je n'ai jamais rattrapé le couple en Tiger Explorer.
Ce n'est qu'une fois sorti à Reggio et après une quinzaine de kilomètres, au WP 77 à Cadelbosco di Sotto exactement, que je les ai retrouvés en compagnie de Virginie, Didier et Gilles entre autres. Là je me suis goulûment jeté sur une Moretti 660 ml. Ensuite, Jacques et Solange, Didier ainsi que François sont arrivés et on s'est raconté nos derniers faits d'armes.
Si je me suis grossièrement trompé lors du choix entre Bologne et Florence, il y en a d'autres qui se sont aussi engouffrés dans des tunnels où ils n'avaient rien à y faire ... De quoi ne pas se sentir seul en définitive face aux aléas de la route ;-)
Deuxième SMS d'Henri à 14h53 :"1 dov 2 mar 3 ped"
Merci Henri d'avoir ainsi cassé le suspens car, en effet, on ne voulait PAS LE SAVOIR et regarder le GP le soir, tu vois ? Tu l'as fait exprès ou quoi ??
Alleï, comme je ne suis pas rancunieï, voici le compte-rendu de son voyage qui l'a mené en Catalogne notamment !!
On a quitté le bar Gemmi autour de 16 heures pour prendre la direction de Brescello, village qui abrite la célèbre maison communale de Peppone et la non moins célèbre église de Don Camillo, personnages éminemment charismatiques incarnés sur le grand écran par Gino CERVI et FERNANDEL ...

A suivre ...

Il est où l'bonheur, il est là !! Petit village, place ensoleillée, les statues sur pied de Peppone et Don Camillo, l'église proprette et toute bien décorée et colorée à l'intérieur, des gens qui discutent aux tables des cafés et, last but not least, une magnifique Moto Guzzi de 1954, mieux conservée que la plupart d'entre nous, que le gars a accepté de mettre en route, pour me faire plaisir, et faire entendre le pompom du 250cc qui l'animait. En fait, il y avait justement eu une randonnée le samedi et le dimanche : on apprend ici qu'un "Motoclub Peppone Don Camillo" existe bel et bien et qu'on est tombé pile poil sur la fin d'une rando. Certaines personnes m'ont d'ailleurs pris à partie pour me demander si on venait d'aussi loin pour participer à l'événement et moi de préciser qu'il s'agissait d'une pure coïncidence, voyez ?
Une fois encore, je suis reparti de là en décalé et, sauf erreur, j'ai fait seul les quelque 90 kilomètres qui me séparaient de l'hôtel Confine de Peschiera del Garda.
Dans les halls, une déco que d'aucun pourrait qualifier de "kitsch", avec un bric-à-brac de vieux brols bien restaurés, qu'on aurait pu se croire sur une brocante ou chez Troc International, bien que là, c'est un peu méchant ;-)
Après la douche, j'ai exposé (entre autres) mes chaussettes au balcon, même qu'à un moment, j'ai failli faire la blague de les laisser tomber auquel cas elles auraient fini leur course sur une table où étaient disposés des apéros et des motards autour ...
Pas bonne l'idée, n'est-il pas : j'ai donc laissé tomber ;-)
Pas de Radler à Peschiera mais, à la demande, le barman vous en confectionnait une sur mesure, avec un fond de limonade gazeuse et de la bière pression : mais que ça m'a semblé bon les gars ! Désaltérant, frais et léger et tant pis si je passe pour un béotien aux yeux des puristes qui ne jurent que par des bières artisanales d'abbayes cisterciennes du XIème siècle, suivez mon regard ;-))
toscane 2017Ce soir là, à table, ce fut gargantuesque ! Du risotto, en veux-t en voilà, en veux-tu encore, en revoilà, des pâtes t'en veux plus, en revoilà quand même et puis de la fine "bistecca" avec des "contorni" que tu savais pas où les mettre, t'en veux encore, mais si voyons, et puis ... le dessert, une pâtisserie qui prenait la surface de l'assiette !!
Dans la salle du restaurant il y avait un téléviseur grand écran. Paul s'était encore une fois mis en tête de regarder la course de Moto GP et, cette fois, il y avait de la demande. Avec beaucoup de mal, au point qu'on a failli décrocher l'écran du mur, il a réussi à brancher son portable via HDMI mais lorsque j'ai ouvert le site de MotoGP.com et que j'ai rentré mes codes d'accès, ça n'a jamais voulu fonctionner : jamais je n'ai réussi à envoyer la vidéo qui comportait la "full race". Du coup, petit à petit, la salle s'est vidée et on s'est retrouvé Alain, Paul et moi, à vider les dernières bouteilles d'eau qui traînaient : perso j'avais en effet grand soif !!
J'ai fait part aux copains de mon stress avec la chaîne de la Tiger qui émettait régulièrement des claquements intempestifs et ils m'ont promis d'y regarder le lendemain matin, de sorte que j'ai bien dormi cette nuit là ;-))
L'étape suivante, longue de 313 kilomètres, nous verrait quitter définitivement l'Italie (Snif !) pour atteindre Nauders en Autriche et l'hôtel Tirolerhof, Dr. Tschiggfrey strasse, siebenundzwanzig !!
Achtung, baby !!

23:04 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017

Mettet gants et Mettet bottes, vive la Fédémot !!

DSCN0536.JPGOn quitte la Toscane un instant pour mieux y revenir plus tard;
Je ne résiste pas à l'envie de mettre en ligne les photos que j'ai prises lors de cette journée circuit à Mettet, organisée à la demande de la Fédémot, la Fée des Motards en quelque sorte puisqu'elle veille à leurs droits et leur sécurité.
Voici donc les images du jour !!
Il y en a un tas d'autres, visibles ICI, faites par Marc BOSSIROY. Elles sont bien évidemment +/- masquées mais si, d'aventures, vous me cherchiez, sachez que j'étais dans les bleus pour les 3 premiers runs (B1, B2 et B3) alors que, l'après-midi, je suis retourné avec les jaunes (J4, J5 et J6).
J'ai commencé avec les bleus ("confirmés") parce que les verts "débutants" (ainsi que les jaunes) étaient très nombreux (normal pour une journée de sensibilisation comme celle-ci) et donc, pour l'homogénéité quantitative des groupes, certains "intermédiaires" (jaunes) avaient été poussés chez les bleus. En fait, si je ne me trompe pas, on est "expert" (rouge) quand on tourne en moins d' 1:15, "confirmé" (bleu) entre 1:15 et 1:20, "intermédiaire" (jaune) entre 1:20 et 1:25 et "débutant" (vert) au delà d'1:25 mais avec une distinction entre les vrais débutants et les faux débutants !
DSCN0529.JPGEt donc, avec mon habituel 1:30, je devrais normalement être dans les verts de niveau 2 probablement définitivement ... à moins de changer de machine mais ça, c'est une autre histoire !
En même temps, c'est autant, voire plus le pilote qui fait le chrono que la machine, même si, bien évidemment, elle y contribue un peu, en ligne droite particulièrement ^^, cela dépendant également du circuit, sinueux ou rapide, voyez ? Voyez pas ??
Un exemple criant, sur base des chronos d'hier à Mettet :
- le n° 60 avec sa BMW K1200 GT de 152 chevaux : meilleur temps au tour 1:42.784
- le n° 26 avec sa TRIUMPH Daytona de 125 chevaux : meilleur tour en 1:40.250
- le n° 44 avec sa GUZZI V7 II Special de 47,6 chevaux : 1:38.828
Criant non ?

DSCN0545.JPGDu coup, le 101 avec sa Tiger 800 de 94 canassons et son 1:30.963, c'est pas totalement ridicule, n'est-ce pas ?
Avec des pneus route (car si mes "Trail Attack" ils sont vachement durs quand même hein !) et un peu plus de pratique (quelques track days supplémentaires ^^), le 1:28.500 ne serait pas hors d'atteinte ;-)
Bon, indépendamment de ces considérations chronométriques, qui n'intéressent que quelques allumés du bonnet, il n'en reste pas moins que, comme à chaque fois, l'ambiance lors de ce genre d'événement est très sympathique, souvent bon enfant même si l'esprit de compétition n'est pas totalement absent car, on a beau faire, on se prend au jeu. Mais, voilà, le mot est lâché : c'est un JEU !!
Bon, sur ces bonnes paroles, je vais essayer d'oublier cet épisode, qui trotte encore dans ma tête la nuit au cours de laquelle je compte encore les virages et refais tour après tour, pour ... en revenir au voyage en Toscane dont le compte-rendu n'avance pas ... à grands pas !!

18:32 Écrit par Alberto | Commentaires (6)

01/07/2017

Toscane, 11-06-2017, le retour : Poggibonsi > Peschiera.

toscane 2017"J'anticipe" la note du jour pour une raison maligne.
En effet, cette étape qui constituait le premier jour d'un retour prévu en 4 (!) nous voyait passer sur les pieds du Circuit du Mugello. Et qui dit Circuit dit Moto GP et plus encore.
Car vous n'êtes pas sans savoir que :
1/ demain c'est au Sachsenring que ça se passe : pleuvra, pleuvra pas ? En attendant la grille de départ de la catégorie reine promet du mouvement. Marquez a été impérial et risque de l'être encore demain mais, derrière, ça va chahuter, c'est sûr;
2/ demain aussi, c'est la journée Fédémot sur le circuit de Mettet.
Dès que la date était connue, je me suis inscrit ! C'était en février !!
J'ai préparé le cuir, dépoussiéré la dorsale mais j'avoue que, comme à chaque fois, "je ne le sens pas bien", voyez ?
Je suis sûr que demain matin, quand je me pointerai avec la Tiger à 7h30 sur le Circuit Tacheny, je me demanderai ce que je fous là au milieu de ces jeunes furieux avec leurs GSX-ZR-CB-RRRRRR.
Certes, il y a les groupes : vert, jaune, bleu et rouge mais, mais ...
Certes il y a un briefing avant la montée en piste qui explique ce qu'on peut faire et surtout ce qu'on ne peut pas faire mais, mais ...
Et puis il y a cette météo, incertaine au possible qui promet de la joie : wet, dry, wet, dry, ...
Heureusement j'ai des pneus mixtes, ça devrait le faire ...
Comme le disait Alain V. lors d'un échange sur Fb : "ça sera une chwet journée, profites-en un max !"
J'y compte bien.

Bon, voici les photos de cette étape de 373 kilomètres entre Poggibonsi et Peschiera.

22:47 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017