Peschiera." />

05/07/2017

Toscane, 12-06-2017, le retour : Peschiera > Nauders

toscane 2017Voici déjà les photos de cette deuxième étape de retour, direction l'Autriche, destination Nauders !
Mais que tout cela est loin ! "Heureusement", il y a les quelques photos et les road-books que je revisite mais pour le reste ... faut un peu improviser tout en essayant de ne pas raconter de bobards, "bobard le motard" ;-)
Les choses sûres comme on dit chez "Clarks" :
- on a pris le petit-déjeuner au rez de l'hôtel Confine;
- vu le problème de platine de porte-bagages, j'ai remis mon top-case à Paul qui l'a mis dans la camionnette en me demandant pour la gnègnème fois qu'est-ce que j'avais pu mettre dedans pour qu'il soit aussi lourd;
- Jacques s'est occupé de retendre ma chaîne. J'ai constaté que la clé pour desserrer l'écrou de roue manquait dans ma trousse à outils. Sans doute l'ai-je perdue mais je me demande bien dans quelle circonstance ! Aux mauvaises langues qui estiment que j'aurais pu faire cette opération moi-même, qu'ils sachent que c'est JUSTE POUR FAIRE PLAISIR à Jacques que j'ai fait appel à ses compétences. Il fut un temps où ce vieux motard ^^ démontait et remontait un moteur de Norton tombée en panne au bord de la route entre Calais et Douvres ;-) Cela étant, s'il a de beaux restes, il a malgré tout dû s'y reprendre à deux fois car, après le premier réglage, c'est d'hypertension que souffrait la Tiger, au point que la roue ne tournait quasi plus ! Le deuxième essai fut le bon;
- on a fait le plein à Desenzano del Garda et, pour un peu, je partais avec une bouteille de limonade sous le bras sans la payer. Un ticket de 2.50 € que j'ai ramené du voyage est là pour le prouver !
- on n'a pas longé le lac de Garde alors que, pour y être allé lors de vacances familiales (j'ai de la famille du côté de ma mère près de Brescia, Collebeato exactement), j'ai pourtant le souvenir d'une très belle rive gauche avec, en point d'orgue, la ville de Riva : des routes trop chargées (en population, en ronds-points et en radars) ont convaincu les organisateurs de s'en écarter;
- on a semé les autres apparemment et perdu Didier dans un tunnel à un WP mal emmenché oû j'aid'ailleurs failli me faire choper par un 30 tonnes fort pressé, et c'est à deux, François et moi, qu'on est arrivé au WP 36, après 60 bornes, sur les bords du lac d'Idro. Le picto du Tripy invitait à prendre à droite et à s'arrêter pour manger et/ou boire. On a fait ni l'un ni l'autre mais, l'endroit était tellement charmant, que j'ai eu l'idée de pousser plus loin sur la petite route qui le longeait, pensant pouvoir retomber sur le road-book plus loin : petits bourgs de Ventone, Parole et puis ... Vesta où il n'y avait plus de routes carrossables et où il fallait faire demi-tour ! A noter que si l'endroit était bucolique, j'ai lu quelque part que le lac, d'une superficie de 11 km2 et d'une profondeur maximum de 122 mètres, était victime d'eutrophisation : et pan, encore un mot savant ;-)
- un peu de mal à retrouver mon chemin après le demi-tour mais François m'a laissé me démerder, ce qui est une bonne chose, car il faut apprendre à ne pas toujours compter sur les autres, n'est-ce pas ? Paul pour les bagages, Jacques pour la mécanique et François pour la route : faudrait voir à ne pas trop abuser, ho, hé, hein, bon !!
- on a continué notre remontée vers le nord longtemps encore, dans les 120 bornes à peu près, jusqu'à arriver à Romeno où nous nous sommes arrêtés au restaurant "Villa Nuova" : on avait retrouvé Alain, Jacques et Solange et c'est donc à 5 qu'on a investi les lieux. Certains n'étaient intéressés que par un plat de pâtes, (François et Alain) alors que d'autres avaient envie d'un peu plus et de goûter un peu à tout, voyez ? Un "mixte" de pâtes et de vrais gnocchis en entrée et une grande mais fine mais grande "bistecca" accompagnée de patates sautées et de légumes, encore une fois, presqu'aussi bons qu'à la maison !!
toscane 2017Autant dire qu'on aurait tous bien volontiers piqué un petit roupillon avant de reprendre cette foutue route qui nous attendait ;-)
"Foutue route" oui mais non car, petit à petit, elle devenait de plus en plus intéressante au fur et à mesure qu'on s'approchait de l'Autriche au point qu'une fois encore on a largué nos compagnons de route et qu'on ne s'est retrouvé qu'à deux pour un ... caprice : une bonne grasse glace "Forêt Noire" comme petit "quatre heures" ;-)
Plus loin on a longé le Lac de Resia (et son clocher submergé que j'ai complètement zappé mais qu'on avait déjà vu au moins à deux si pas trois reprises lors de voyages précédents), puis la frontière autrichienne, puis le village de Nauders où on a bien galéré pour trouver le petit garage ^^ qui devait abriter notre groupe ainsi que quelques motards allemands en goguette qui encombraient avec leur remorque, scheize ! Ils nous ont assurés qu'ils partaient tôt le lendemain matin, goed !!

A suivre ...

Passage par la case "douche" avant tout autre chose, on n'est pas des bêtes ;-)
Gull était arrivé avant moi, comme souvent. En fait, c'est l'histoire du lièvre et de la tortue, voyez ? Sauf qu'ici, la tortue emprunte des itinéraires alternatifs, plus courts et plus directs ...
Gull ! Ineffable Gull !! Il emporte avec lui tout un fourbis de brols dont des élastiques et des pinces, de sorte qu'il peut étendre son linge en l'accrochant aux rideaux par exemple. C'est pour ça que j'ai fait une photo dans la chambre où on voit son pantalon, son tee-shirt et ses gants notamment, pendus aux tentures ...
Voyez comment il prend soin de ses "petites" affaires : ça s'appelle le "Mousty care". Drôle celui-là, hein ?
On a dit que la prochaine fois qu'on voyage ensemble, on prendra une petite foreuse avec laquelle on percera des trous pour tirer des cordes à linge dans la salle-de-bain ;-)
Quoi ? Pas d'état des lieux que je sache lorsqu'on prend possession de la chambre, non ?
Belle terrasse garnie de sofas à l'arrière de la salle de restaurant où la plupart des participants se sont retrouvés pour l'apéritif.
Puis, on a rejoint le restaurant pour un buffet froid en entrée, puis un plat dont je ne me souviens plus la composition, puis un dessert pareil. Ce dont je me souviens c'est qu'on s'est retrouvé entre gens sérieux pour une fois puisqu'on était que 4 à une table de 8 (moitié banquette, moitié chaises) : Solange, Jacques, Didier et moi !!
Ce dont je me souviens également parfaitement c'est de la serveuse ^^ . D'origine slave (tchèque ou slovaque ou les 2 j'hésite), elle avait le don de se pencher sur vous lorsque vous lui disiez quelque chose, pour mieux entendre sans doute. Du coup je parlais très bas pour qu'elle se penche d'avantage, voyez ??
Les montagnes en face, ne proposaient pas un aussi beau spectacle !
Ouais, bon, faut pas oublier que ça fait 10 jours qu'on roule comme des malââââââdes et qu'on ne s'est rien mis sous la dent depuis pffffffffffff , hein !!
Allez, on va se faire une bonne marche nocturne, ça va nous fatiguer ...
Et de fait, on est monté dans le village, jusqu'à l'église et on a bien profité de cette fraîcheur qu'offrent les villages de montagne, le soir. Certains ont renoncé rapidement pendant que Jacques, Solange et moi, grands marcheurs devant l'Eternel, continuions notre balade digestive.

21:10 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : toscane 2017

Les commentaires sont fermés.