19/06/2017

Toscane, l'aller en 3 jours, I

toscane 2017Le rendez-vous était prévu au Truck Stop d'Habay-la-Neuve.
Certains avaient pris l'option d'y dormir pour être frais comme des gardons à l'heure du départ estimé entre 9H45 et 10H30.
Certains, plus frondeurs, avaient opté pour un point de départ plus éloigné, histoire de mieux répartir la distance qui nous séparait de la première étape fixée à Pontarlier : ceux-là (dont Pierre, François et Jean-Marc) dormirent à Toul, 170 bornes plus loin.
Certains enfin, dont votre serviteur, se levèrent dès potron-minet pour être à Habay dans la fourchette recommandée.
"Potron-minet" est une expression très galvaudée en la circonstance puisqu'en réalité, tout ayant été soigneusement bouclé la veille au soir, je me suis levé royalement à 7 heures du matin pour finalement prendre la route vers 8H00.
Comme il y avait 160 bornes à se taper sur autoroute, je suis arrivé, tranquille, sans forcer l'allure, à 9H30.
Petite remarque en passant. Avant de prendre la route, entre autres réflexions qui m'avaient traversé l'esprit, je m'étais bien recommandé d'être attentif à la fermeture de mon top-case GIVI Maxia (55 litres). Combien de fois en effet, lors de précédents voyages, ne m'avait-on pas signalé cet oubli, même qu'une fois, Olivier, accompagné de la charmante ^^ Isabelle, avait sauvagement tenté de le refermer lors d'un arrêt au feu rouge ...
Et bien, figurez-vous qu'à un moment, alors que je naviguais sereinement à 125-130 compteur, la passagère d'une voiture qui tractait une remorque et qui me dépassait, me fit comprendre par signe qu'il y avait un problème à l'arrière de ma moto.
J'ai attendu une aire de stationnement pour m'arrêter et, comme vous l'aurez deviné, le top-case n'était pas fermé !!
J'ai ensuite accéléré l'allure pour rattraper la voiture en question et remercier ses occupants pour le signalement.
Arrivé à Habay-la-Neuve, je pensais prendre mes aises en buvant un café par exemple mais je n'ai pas eu le temps : mes potes bruxellois (Didier, Jacques & Solange) étaient là depuis quelque temps déjà et ne pouvaient plus attendre ;-)
On a filé plein sud et ce n'est qu'au way-point (Wépion en français) 37, à hauteur de l'Auberge Lorraine à Colombey-les-Belles, un peu après Toul justement, que nous nous sommes arrêtés pour casser la croûte.
On n'était là parmi les premiers, mais suivant le phénomène connu qu'un motard à l'arrêt en appelle d'autres, on s'est vite retrouvés là avec beaucoup d'autres dont Virginie B., Didier et Gilles, Virginie R., Philippe et son frère Michel, Xavier, Jean-Marc D. et d'autres encore, de sorte que, sur les recommandations de Didier, on s'est dépêchés de choisir dans la carte, histoire d'être servis sans retard. Perso, j'ai opté pour une excellente et copieuse salade landaise, faite de noix, tomates, magrets, toasts de mousse de canard et gésiers confis. D'après l'intéressée, la salade nordique de Solange était tout aussi savoureuse. Voilà un premier repas en excellente compagnie qui augurait du meilleur pour la suite du séjour ;-)
C'était toutefois sans compter avec un orage d'abord et une pluie continue ensuite qui nous obligèrent à enfiler, défiler et enfiler à nouveau les plastiques sur la route. A noter que certains sont plus doués que d'autres dans la pratique de cet exercice, certains réussissant à les revêtir en sautant à cloche-pied, d'autres ayant nécessairement besoin d'une assise stable : je me situe quelque part à mi-chemin ;-)
Au Way-point 37 on prenait le repas de midi, au way-point 74, soit pile poil 37 WP plus loin, on s'arrêtait à Frétigney-et-Velloreille pour boire le pot de 16-17 heures. C'était à "La bonne auberge", un estaminet qui affichait l'emblème de la bière Grimbergen. Récemment acquis (nan, j'ai pas "écrit accroc" !) à la cause des bières belges, j'ai demandé ce qu'ils avaient en stock mais, après que madame se fut enquise (de parasol bien entendu !) auprès de son tenancier de mari, il s'avéra qu'ils n'avaient rien à me proposer. Dépité, je me rabattis sur un Perrier menthe, asteblif !
C'est là que nous avions remisé les plastiques mais nous avons dû marquer l'arrêt un peu plus tard tant le ciel à l'horizon était menaçant et jusqu'à ce que nous essuyions les premières gouttes qui ne nous lâchèrent finalement plus, me semble-t-il, jusqu'à l'arrivée à l'hôtel Ibis (pas le "Budget", l'autre, on a les moyens ou on ne les a pas !) de Pontarlier où nous avons retrouvé tout le reste de la troupe : à noter que l'arrivée était fixée au WP 111 soit 37 + 37 + 37, c'est dingue, non ?
Pour votre gouverne, sachez que le "rooming list" affichait 43 personnes pour 31 motos, que cela ne présume pas du nombre de couples et de motards solitaires car certains couples roulent chacun sur leur moto, alors que d'autres qui devaient venir en moto se sont finalement pointés en voiture (la faute à un nerf sciatique récalcitrant), que certains inscrits à deux ... "sont venus tout seul", que certains qui devaient venir à deux motos sont venus sur la même ...
Comme quoi, dans ce genre de voyage, rien n'est jamais définitivement écrit et/ou acquis ce qui, manifestement, n'est pas fait pour faciliter la tâche aux organisateurs, n'est-ce pas, Paul ?

23:41 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : toscane 2017

Commentaires

Une chose qui m'est revenue à l'instant !
Au sortir de l'Auberge Lorraine, la patronne nous a dit que "quelqu'un" avait payé notre addition. Elle pensait que la table de Philippe, Michel, Philippe II et Virginie notamment avait payé pour nous. Il n'en était en fait rien et, pour faire vite, c'est Jacques G. qui a payé par carte bancaire. A noter que c'est sur l'insistance de Didier que j'ai payé ma part alors que je pensais rembourser par banque au retour, comme je l'avais proposé à l'intéressé.

Écrit par : Alberto | 23/06/2017

Les commentaires sont fermés.