30/05/2017

"Cap Moto Tour" à tour : je vais essayer d'en faire le tour !!

DSC04694.JPGJ'étais donc parti derrière les deux Explorateurs, Virginie et Didier, que j'ai rejoints et que j'ai suivi un temps.
Alors qu'ils roulaient à bon rythme sur les petites routes, ils tenaient le même sur les axes plus roulants. C'est une manière de rouler qui n'est PAS DU TOUT critiquable, au contraire, puisqu'elle a le mérite de respecter le sacro-saint Code de la Route.
Un peu moins sage aussi longtemps que je sois concerné, j'ai profité d'une ouverture pour ... ouvrir, ben tiens !
Un peu plus loin, il y avait l'E.S.A. qui n'est pas l'assistance électronique de suspension by BMW que la plupart des motards connaissent mais l"European Space Agency et son champ planté de nombreuses paraboles aux pavillons grands ouverts sur l'Espace avec un grand "E".
Même si ce n'est pas la première fois qu'on passe par là, j'ai planté la béquille de la Tiger dans le parking et j'ai pris quelques clichés. J'ai alors vu passer le couple mythique et son charroi anglo-saxon, puis sont arrivés Philippe, Bob et Pierre-Yves qui ont poursuivi leur chemin également.
J'ai rejoint ce petit groupe un peu plus tard et je me voyais bien les suivre car le rythme était dans mes tours, ni trop ni trop peu. A souligner d'ailleurs qu'un scooter 300 et un petit trail 250 peuvent trrrrrrrrès bien faire l'affaire dans ce monde de brutes en GS ;-)
Après quelques kilomètres, le convoi s'est arrêté. Le sac à dos que Bob avait fixé à l'arrière de la Dominator était en train de se faire la malle. Les autres s'étant arrêtés pour lui porter assistance ^^, j'ai mis gros gaz et suis parti à la rencontre de mon destin, sans plus me retourner !
J'ai retrouvé Virginie & Didier qui roulaient toujours pareil, de concert. Il était 11h00-11h15 quand on a rejoint un village où quelques motards avaient élu domicile pour boire le premier coup du jour. J'ai regardé le journalier et j'ai vu qu'on n'en était qu'à une septantaine de kilomètres et qu'il en restait donc encore 190. Trop tôt pour déjà s'arrêter alors qu'il faudrait le faire à peine une heure plus tard pour manger un bout de gras. Peut-être certains avaient-ils eu la bonne idée de prendre un pique-nique avec eux, pour gagner du temps, mais pas moi et j'avoue que j'en venais à le regretter.
Quelques bornes plus tard je suis arrivé dans Chassepierre, une perle dans son écrin de verdure qui, si je ne me trompe pas, accueille régulièrement des classes vertes. Trop beau l'endroit : les photos parlent d'elles-mêmes !!
Avant Chassepierre, histoire de prouver que j'ai le sens de l'orientation l'énumération, on a traversé, par ordre d'apparition à la visière ^^, Froidieu, Sohier, Fay-Famenne, Daverdisse, Maissin, Sart, Offagne, Fays-les-Veneurs, Les Hayons, Auby-sur-Semois, Cugnon et Sainte-Cécile.
Je suis ensuite passé par La Cuisine mais comme je n'avais pas encore faim, j'ai continué sur Florenville, Gérouville, Sommethonne, Villers-la-Loue, Dampicourt, Couvreux, Montquintin, Lamorteau, Torgny, Epiez-sur-Chiers, Et-oui-ça-existe, Allondrelle-la-Malmaison, Saint-Remy et ... MUSSON.
j'ai donc roulé seul tout ce temps et je commençais à désespérer, non pas de ne rejoindre personne, mais de ne pas avoir vu le moindre bistrot ouvert !! Et là, tel un mirage dans le désert, j'ai vu cette enseigne "Ali Baba Kebab" et, n'écoutant que mon coeur estomac, j'ai mis la Tiger en travers, face au snack providentiel ! Il y avait un tas de photos d'assiettes des deux côtés de l'entrée et, pour m'éviter de choisir, je suis entré et, vu qu'il était quand même plus de 13 heures, j'ai demandé :
1/ s'il était encore possible de manger
2/ en terrasse
3/ d'avoir une assiette avec de la viande, des légumes mais pas de frites
4/ si je pouvais prendre une canette dans l'armoire-frigo
"Bien sûr, oui, oui, c'est possible, installez-vous, je prépare une belle assiette pour toi !"
Le temps de me dépiauter, d'aller aux toilettes et de m'installer, que le gars m'apportait une grande assiette avec de la viande "effilochée" façon kebab, ben tiens, et ... des frites !!! Pour une fois que j'avais fait preuve de volonté en ne commandant, mon adjudant, que des légumes, je n'ai pas su me faire comprendre ... Avec ça par contre, pas l'ombre d'une feuille de salade ou d'un quartier de tomate qui auraient été les bienvenus pour rafraîchir quelque peu l'assiette. Bon, dans l'ensemble c'était tout-à-fait correct et, comme on dit dans la pub, "une assiette vide en est la preuve" !!
J'ai demandé s'il était possible d'avoir du café : "Turc" me répondit le tenancier et moi, du coup, sans savoir exactement à quoi m'attendre de décliner et de demander mon compte. Faut vous dire aussi qu'il y avait comme un "coup de feu" dans la mesure où, entre un petit groupe de scouts et d'autres clients, le gars était passablement débordé.
Tout le temps que je suis resté en terrasse, j'ai vu passer quelques deux roues mais aucun motard du groupe.
Je suis donc reparti accompagné de ma fidèle Tiger et j'ai continué sur Rachecourt, Habergy, Wolkrange, Hondelange jusqu'à arriver à une route barrée ... Comme c'est l'habitude chez la plupart des motards, on a du mal à considérer que quiconque puisse seulement envisager de nous barrer la route, non mais des fois !!
On fait tous fi du panneau et on s'engage et c'est ce que j'ai fait. Pendant quelques centaines de mètres ça passait même si ça secouait un peu, jusqu'à ce que j'arrive à hauteur d'une grue qui était stationnée en travers de tout, avec son bras articulé qui signifiait clairement :"Stop, je te déconseille d'aller plus loin !" Il y avait bien un trou de souris entre le bras et une voiture rangée le long du trottoir, trou de souris qui était précédé par une petite butte de terre +/- meuble ... J'ai clairement vu des traces de pneus qui indiquaient que ... ça passait tranquille mais, n'écoutant que mon courage, j'ai fait demi-tour. Et en fait, c'est là que ça a commencé à merder ! J'ai tenté de suivre la boussole mais à chaque fois que j'empruntais une direction, les voies empruntées rétrécissaient pour finir en chemins de terre : une fois, deux fois, trois fois (si, si si, si si si !), j'ai repensé à cette épreuve avec Cap Moto où j'avais parcouru près de 350 bornes au lieu de 220-230 je crois, mais, en sautant 1 ou 2 way-points j'ai finalement réussi à me raccrocher au road-book. En même temps, pourquoi n'avertit-on pas l'usager de la route ... que la ... route ... devient, au bout du bout, un chemin de terre, hein ? Une voie sans issue, voyez ?? Bon, sans être grand clerc, ça devient clair après quelques hectomètres mais ... je suis un petit obscur, un clair-obscur et parfois je m'obstine jusqu'à défier la logique voire ... la raison !!
Et toujours personne à l'horizon pour tromper ma solitude ;-)
J'ai le souvenir d'avoir fait le plein quelque part au Luxembourg, une station "Energy" je crois, où la 95 E10 était à 1,22 € soit le prix du diesel chez nous si je ne m'abuse. Il y avait là un couple en Goldwing que je n'ai pas reconnu et qui me le reprochera plus tard ...
Eischen, Gaichel, Guirsch, Bonnert, Lischert, Nobressart, Heinstert, Vlessart, Louffemont, Fauvillers, Sûre et Vaux-sur-Sûre puis arrivée au WP 104 où le choix était laissé de tourner à gauche vers Wideumont ou de continuer tout droit pour une "variante trail". J'ai hésité une fraction de seconde pour rapidement me convaincre que j'irai suivre un stage de trail avant de m'aventurer dans des chemins aventureux ;-)
Un peu plus tard j'étais à Saint-Hubert où je décidai de marquer l'arrêt pour engranger quelques photos pour l'album du jour : entre la place, l'église et la boutique avec les produits artisanaux, il y avait matière !
C'est à ce moment que j'ai vu arriver Dominique (Explorer 1200) et Xavier (R 1200 RS) qui demanda si on buvait un coup ici ou à l'arrivée qui n'était plus qu'à +/- 25 bornes. Je lui rappelai alors qu'on avait des tickets boissons qui n'étaient valables qu'à l'arrivée à Rochefort ! Autant en profiter, non ? Juste, me dit-il !
Ils repartirent et je continuai ma provision d'images. J'ai demandé l'autorisation de prendre des photos dans la boutique et la dame au comptoir a très aimablement accepté. Elle s'est montrée tellement sympa que j'ai presque failli acheter un truc ...
Je les ai rejoints à Rochefort où faute de place disponible, on s'est tous garés anarchiquement sur les trottoirs jusque devant le commissariat de Police ... Pendant que je sirotais mon café "americano" (long) mes acolytes du jour se tapaient sans vergogne une dame blanche et une dame noire, toutes deux de corpulence forte ;-)
C'est à ce moment que Jacky et sa (nouvelle) compagne se sont joints à nous. Jacky c'est le gars qui roule en Goldwing (entre autres) et qui était à la station-service au Luxembourg ... et que j'ai ignoré mais à l'insu de mon plein gré parce que, tout simplement, je ne l'ai pas reconnu !
Il nous a parlé de son expérience avec "Moto Pyrénées", un voyage dont il n'a dit que du bien.
Avec les potes on y avait pensé il y a 2 ou 3 ans mais j'ai été un des premiers à émettre quelques réticences. Pourquoi ? Parce qu'on roule derrière un guide, sans road-books, en convoi, voyez ?? C'est un truc qui me chipote ça. Après, d'après Jacky, on découvre bien plus de choses avec le guide qui connait le "coin" comme sa poche : c'est un local et il n'organise QUE ce trip là, c'est dire s'il peut vous emmener dans des endroits qu'à la limite il est seul à connaître, dans des bistrots typiques qui ne sont pas des pièges à touristes, etc. Peut-être à essayer donc mais ... quand on sera plus vieux encore ;-)
Bon, c'est bien beau tout ça, les potes, les terrasses, le soleil, mais va falloir se décider à regagner ses pénates, non ?
Domicile, voies rapides et zouuuuuuuuuu et 400 bornes en plus au compteur !!

La prochaine sortie, ça va être quelque chose puisqu'on va s'arracher pour 4.000 bornes de bitume, direction la Toscane !
Plus que 3 fois dormir et on est partis : la machine est prête, reste à préparer les bagages et le pilote ce qui, pour ce dernier, n'est pas une mince affaire ...

Ah, les infos définitives et les road-books sont arrivés : les unes sont imprimées, les autres sont transférés sur le Tripy.
Un grand merci par avance à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la confection et à la préparation de ce voyage qui promet énormément sur le "route-livre" et le papier !

09:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

28/05/2017

Et ce "Cap Moto Tour" alors ?

DSC04658.JPGC'est déjà loin, une semaine pleine si je compte bien !
Autant dire que ce n'est plus trop frais dans ma tête, comprenez ?
Je vais me concentrer pour mettre ça en boîte ^^
Ainsi donc, le départ était fixé à Wanlin, à la station TOTOL (pas de pub ici, il y en a assez partout ailleurs !) située sur l'autoroute E411 entre les sorties 22 et 22a direction Luxembourg (point GPS en DMS : N 50°08'37.02250 E 5°04'44.20237).
Très belle précision indeed mais quand j'ai demandé au Tripy de m'emmener au lieu de départ, en choisissant "voies rapides" sans autoroute, il m'a affiché "Mission impossible", ce qui eut le don de faire légèrement monter ma tension.
A la réflexion, demander "sans autoroute" alors que la station se trouve SUR l'autoroute, ça ne pouvait pas le faire, n'est-ce pas ?
J'ai donc changé les paramètres mais le Tripy s'est obstiné : "Mission impossible 2" puis "3".
Comme j'avais tapé un oeil sur "Via Michelin" la veille, je suis donc parti sur Philippeville, puis Dinant, puis, à un moment, comme par enchantement, les pictogrammes sont apparus sur l'écran noir et blanc pour me conduire gentiment jusqu'au point de ralliement !!
Lorsque je suis arrivé sur le parking de la station TUTUL, j'ai vu Noëlle qui me faisait de grands signes et je me suis dirigé vers elle. Elle m'a demandé si ça allait et j'ai répondu "Bof !" histoire de faire mon intéressant, je sais pas ...
Qu'au final elle a claqué un bisou sur le coin de mon casque SHOEI, ce qui a suffi à me faire oublier le "Bof" et à m'estimer heureux d'être là. Faut dire que j'ai fait la route tout seul et que, bizarrement, ça m'avait un peu pesé. En même temps, comme disait feu mon père "Il vaut mieux être seul que mal accompagné" !!
J'ai salué quelques participants et suis allé trouver Pierre-Yves pour confirmer ma présence.
Blabla par ci, blabla par là, notamment avec Philippe Le Véto qui était là avec son fiston et sa MT-09 Tracer.
Je suis finalement parti dans les tous derniers, juste derrière Virginie et Didier (Explorer 1200) et devant Philippe, Bob (qui étrennait la 250 Dominator de PYM pour tester si tout était ok) et Pierre-Yves himself sur son vieux scooter 300 aménagé avec un porte-béquille "home made" !!
Voila, le départ est donné ;-)
Y a plus qu'à rouler !!

PS : Claude : t'as des nouvelles des enfoirés ??

23:34 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

26/05/2017

Pneus, plaquettes, Performance Bike ...

2017-05-26 11.20.00.jpgTout est dans le titre !
Voyez l'album photos du jour ...
J'y étais à 9 heures et j'en suis sorti qu'il était pratiquement midi.
Pourtant, le temps ne m'a pas paru long, dites-donc !
Bon, j'ai bien tourné en rond à un moment ou l'autre mais, dans l'ensemble, entre un tour du show-room TRIUMPH, un tour de celui de SUZUKI, le tour des occasions disponibles, deux ou trois crochets courts du gauche à l'atelier et, comme chacun sait que je n'ai pas la langue dans la poche, quelques échanges avec des clients de passage venus soit pour essayer les Tiger 800 XRT ou 1200 Explorer, soit pour commander des pièces pour reconditionner leur GSX-R ou customiser leur YAMAHA XSR 700 (et oui !), soit pour récupérer leurs machines déposées à l'entretien, soit encore pour discuter d'une reprise et d'un achat, je n'ai finalement pas eu le temps de m'ennuyer ! C'est fou le va-et-vient et la diversité de la demande !!
Par exemple le gars en Yamaha là, un grand black très sympathique, qui a bien personnalisé sa bécane en ressemelant lui-même la selle et le réservoir, il vient de BRUXELLES pour l'accueil et le service qu'il n'a pas dans la capitale. Et oui, les carolos savent recevoir et leur hospitalité n'a pas de frontière.
Quoi ? "Grand black sympathique" c'est stigmatisant ?? Ben alors, vous voulez que je dise que je suis un p'tit tchicho râblé et trop bavard ??? C'est dit ! Décrire quelqu'un succinctement, c'est toujours réducteur !
Si j'avais insisté, ce que je n'ai pas fait, j'aurais même pu m'offrir l'essai du Bobber, histoire de voir de quel bois se chauffait cet étrange véhicule mais je n'ai pas voulu faire perdre du temps à tout le monde !
J'en suis ressorti avec
-deux pneus neufs (des Continental Trail Attack 2)
-des plaquettes avants neuves (4)
-une chaîne plus propre que neuve et retendue comme il faut
-quelques bons conseils et autres tuyaux qui me permettent d'envisager l'avenir en TRIUMPH sereinement : non je n'en dirai pas d'avantage ;-)
-un portefeuille allégé plus que de raison mais ... quand ... on ... aime ... et qu'on ... est aimé ... on compte ... sur ... la compréhension du conjoint !!
En même temps, on n'a rien pour rien, hein ?

14:16 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

25/05/2017

Pas de nouvelles, ... pas de nouvelles !

toscane-landschap-in-toscane.jpgA une grosse semaine du départ en Toscane, on a encore R-I-E-N ... de véritablement concret à part un programme détaillé mais pas trop.
Pas de "News" sur le site d'Europa Moto : on ne sait même pas si Paul est revenu de la reco !
Pas de photos de la reconnaissance.
Pas l'ombre d'un road-book.
A la limite et ... à la réflexion, ça m'inquiète même un petit peu car ce n'est pas le genre de Paul de faire preuve d'un tel manque de communication !
A l'entame de ce long week-end de l'Ascension, on aurait pu, je sais pas moi, taper un coup d'oeil au tracé, visiter virtuellement les hôtels qui nous sont proposés ou, pour les plus aguerris, peaufiner les road-books pour pouvoir en sortir et visiter des sites non prévus aux alentours, etc.
Au lieu de ça, RIEN. Tôt ce matin j'ai vu un attroupement de motards à la station Esso de Couillet et je me suis demandé ce que ça pouvait être. Puis j'ai vu sur le site qu'aujourd'hui, les amis d'Europa Moto, partaient pour le trip en Forêt Noire. Alors, peut-être n'était-ce pas le lieu de rendez-vous pour le départ mais, ce qui est sûr, c'est qu'on aura aucun élément supplémentaire concernant la Toscane et qu'il faudra attendre encore et encore.
Je ne doute pas que tout cela soit extrêmement compliqué à mettre sur pied et que la volonté y est permanente de satisfaire tout le monde mais ... ce n'est pas en multipliant les intervenants qu'on simplifie les choses, c'est sûr : rien de tel qu'un bon tandem ...
En attendant, c'est un peu frustrant, voyez ?
En plus de ça, croyez-vous qu'on vous envoie un petit truc, histoire de vous faire patienter ? Rien de la part de personne : ni Pierre, ni Paul, ni Jaques, ni Claude, ni Xavier, ni Dominique, nid d'abeille, nid d'hirondelle... et encore moins Henri ou François !
Le seul contact a été pris par l'agence de voyage pour demander un supplément ... pour le kérosène de l'avion sans doute, pfff !

Allez, c'est mon coup de gueule de frustré du jour et surtout, pas de commentaires SVP, du genre : "Si ça te plaît pas, hé, tare ta gueule à la récré" ou alors "T'as qu'à les faire toi-même les road-books, hé patate !"
D'abord, c'est MONSIEUR Patate, un peu de respect, soupe au lait !
Ensuite, on est entouré de "pros" ou pas ?
De passionnés alors ...

En même temps, quel sale type je fais !
Ben ouais !! Pendant la reco là, c'est pas qu'ils aient été avares en news : ils m'ont envoyé des SMS, aussi bien Paul que Pierre.
Le 13 mai à 11:47 : "On prend l'apéro avec Leonardo, pas di Caprio, l'autre ! Todo va bene. Amitio, Paolo"
Le 15 mai à 14:22 : "Paul a parlé avec Linda Rossi en anglais. Il est tout fou ! J'espère rentrer idem. Photo suivra." J'avoue que je n'ai pas bien compris le sens de ce "rentrer idem" mais je n'ai pas obtenu d'éclaircissements malgré ma demande.
Le 16 mai à 12:12 : Bonjour ensoleillé du circuit de Mugello. (signé Paul)
En fait, on n'est pas entourés de pros mais ... d'amis qui nous veulent du bien !!
Ben voilà, je n'ai plus qu'à faire des excuses publiques pour ce coup de gueule de vieux frustré en manque d'action ;-)
N'empêche, je n'ai toujours pas reçu la photo de Linda Rossi, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnn et, depuis le 16, à part Pierre qui a signalé qu'il ne pouvait pas faire le CMT (Cap Moto Tour) du 21 et qu'il devait s'enfermer 5 jours pour terminer les road-books justement, on est sans nouvelles ...
Pour clôturer le sujet (provisoirement), alors que je suis en train de faire mon Calimero là, il y a quelqu'un qui m'a rappelé très judicieusement que ça n'a pas toujours été aussi facile ...
Voyez plutôt ce qu'il m'écrivait pas plus tard que tout à l'heure :
"On croirait voir Louc et ses RB envoyés la veille au soir ! Il y a quand même eu un "net" progrès: jadis tu recevais le RB le matin du départ et chacun avait son rouleau de tape pour coller ses feuilles et les rentrer dans le dérouleur. Je te laisse imaginer la bordée de jurons quand il pleuvait et que tu "nourrissais" ton dérouleur sous la pluie."
Et c'est tellement vrai ...

09:38 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

23/05/2017

Nicky HAYDEN est parti ... avec d'autres hier et aujourd'hui.

1.jpg
Il n'a pas survécu à ses blessures ...
Même si ce n'est pas la moto qui est en cause ici, on ne répétera jamais assez qu'elle demeure un sport dangereux.
Avez-vous vu la cabriole de MILLER lors des essais au Mans ? Pour le même prix, il finissait complètement disloqué ...
Des images qui font froid dans le dos et qui en ont rappelé d'autres.

Les cancers fulgurants à 89 ans (Roger Moore), les attentats à la sortie des concerts (Manchester 22/05), une voiture à un carrefour (Nicky Hayden 17/05) : la Mort frappe partout, aveuglément, sans discernement. Quand elle est accidentelle ou la conséquence d'une maladie, on l'accepte, comme une fatalité. Mais quand elle est le fait d'êtres sans noms qui se font sauter au milieu d'enfants, elle est intolérable.
J'imagine à peine la douleur, la rancoeur et le sentiment d'injustice que doivent éprouver les familles ainsi détruites ...

21:46 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

21/05/2017

CAP MOTO TOUR 2017

Voici d'emblée les photos de cette sortie organisée par Cap Moto. Du soleil et une relative fraîcheur en roulant mais pas en terrasse, un temps parfait en quelque sorte !
Je vous raconte incessamment !!

23:30 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

A la pooooooooooooooooorte !!!

Xavier SIMEON fait 16ème au grand prix du Mans en Moto 2 et Livio LOI fait ... pareil ... soit 16ème également en Moto 3 : à la pooooooooooooorte des points comme on a l'habitude de dire.
Quand je pense que Blanche en a ramenés 363 en poussant la chansonnette à l'Eurovision, je suis sidéré !!
Bon, les gars, faut les pousser les portes, hein, et pas rester derrière en attendant qu'on vous les ouvre !!!

Et l'autre TGV, là, qu'est-ce qu'il nous a fait aujourd'hui de chuter dans le dernier tour : putain, suffit que je sois pas là pour qu'il fasse des conneries le gamin !!
Du coup, le voilà 3ème au classement général avec 23 points de retard sur son coéquipier Maverick VINALES et derrière Dani PEDROSA qui revient franchement dans la course cette année. Quant au jeune prodige espagnol, Marc MARQUEZ, il a chuté également.
Les positions au classement se resserrent derrière VINALES qui, avec ses 3 victoires sur 5 grands prix prend un peu le large en comptant 85 points, puisqu'on a ensuite
- PEDROSA avec 68 points,
- ROSSI 62,
- MARQUEZ 58,
- ZARCO (!!) 55 et
- DOVIZIOSO, 54.
Si ce dernier n'avait pas été fauché par Aleix ESPARGARO en Argentine, il serait sans doute 3ème au classement général ...
Prochaine course au Mugello, le 4 juin : on se frotte déjà les mains ;-)))

PS : au passage, je signale que je ne dénigre pas la performance de ... Blanche à l'Eurovision ! Une belle quatrième place pour une chanson pas du tout formatée pour ce genre de concours. Tout juste, la trouve-je un peu courte en durée alors qu'elle aurait mérité une envolée finale un tantinet plus percutante mais bon ... c'est un avis personnel que je partage avec moi-même.

21:00 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

20/05/2017

GS, un mot un ges'

Vu sur Moto-Station à l'instant : les 700 et 800 de BMW sont en passe d'évoluer fortement pour 2018.
Bon, faut avouer qu'à ce stade de la compétition comme disait l'autre, on n'en sait guère beaucoup ...
On suppute en quelque sorte. N'empêche, ça promet !!
Je vais de ce pas avertir les gars d'Hinckley pour qu'ils se penchent dans les meilleurs délais sur une évolution tout aussi importante de la Tiger 800, voyez, genre 50 cc et 16 chevaux de plus, un relooking plus qualitatif car la 2ème génération a un peu perdu de ce côté là. En effet, si elle a gagné en technologie, elle s'est un peu japonisée au niveau cosmétique ...

23:32 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Le Mans, brothers ...

Une FP3 perturbée par la pluie et voilà que, par le hasard des montées sur piste et de l'évolution de celle-ci, des "gros bras" comme PEDROSA, ZARCO, IANNONE, LORENZO et même DOVIZIOSO pourtant bon sur piste humide, se sont retrouvés en Q1 alors que les deux KTM de Pol ESPARGARO et Bradley SMITH et les Ducati d'ABRAHAM et de BAZ par exemple, étaient qualifiées d'office pour la Q2.
Autant dire que la Q1 fut chaude et que les deux places à prendre pour se joindre aux 10 autres pilotes ont été âprement disputées !! BAUTISTA a tenu la corde puis LORENZO, puis BAUTISTA à nouveau, puis ZARCO qui a amélioré 3 fois son temps, puis c'est PEDROSA qui a fait le meilleur temps, puis DOVIZIOSO s'est rappelé aux bons souvenirs de chacun, soufflant la première place à Dani et enfin, alors qu'on croyait l'affaire pliée et alors que ZARCO avait probablement roulé trop longtemps avec ses pneus tendres, il a tout de même réussi à s'intercaler devant l'espagnol pour 69 millièmes : c'est donc DOVIZIOSO et ZARCO qui ont obtenu le visa pour jouer avec les grands ;-)
Quant à la Q2, le même ZARCO a épaté son public une fois encore puisque c'est dans son tout dernier tour qu'il s'est installé sur la 1ère ligne de la grille en devançant Cal CRUTCHLOW de 71 millièmes cette fois.
Voici donc la grille complète pour ce grand prix de France :

1. VINALES (1.31.994) - 2. ROSSI (1.32.100) - 3. ZARCO (1.32.229)
4. CRUTCHLOW (1.32.300) - 5. MARQUEZ (1.32.493) - 6. DOVIZIOSO (1.32.726)
7. REDDING (1.33.119) - 8. P. ESPARGARO (1.33.399) - 9. ABRAHAM (1.33.517)
10. SMITH (1.33.629) - 11. MILLER (1.33.756) - 12. BAZ (1.33.955)
13. PEDROSA - 14. BAUTISTA - 15. FOLGER
16. LORENZO - 17. IANNONE - 18. A. ESPARGARO
19. PETRUCCI - 20. BARBERA - 21. LOWES
22. RABAT - 23. GUINTOLI

Les bleus ont retrouvé leurs couleurs : après la déconvenue de Jerez où VINALES mais surtout ROSSI étaient un peu à la dérive, les voilà revenus au sommet des charts ! J'avoue que je n'ai pas trop suivi ce point particulier mais ce serait dû aux pneus Michelin, revenus aux spécifications de 2016 et par conséquent plus durs, ce qui irait mieux aux Yamaha. La décision avait été mise "aux votes" et 20 pilotes sur 23 auraient choisi cette option.
Pour le reste, je pense que la course vaudra d'être suivie car les dépassements seront nombreux ;-)))
Attention Johann, de ne pas trop te frotter aux "factory" : Lin JARVIS et Valentino n'aiment pas trop ça ...
Perso, je ne pourrai pas la suivre en "direk life" vu que je participe à une sortie organisée par CAP MOTO, le "Cap Moto Tour", une boucle de 266 kilomètres au départ de Wanlin avec retour sur Rochefort : la météo sera de la partie !!
Vous me raconterez la course et je vous raconterai ma sortie, ok ? On se dit quoi ;-)

21:49 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

18/05/2017

Nicky Hayden ...

NICKY HANDEN 2017.jpgVoyez l'article concernant un accident dont il a été la victime ce mercredi dans le nord de l'Italie alors qu'il circulait à vélo.
Le week-end dernier la catégorie SuperBike était à Imola pour le Grand-Prix d'Italie.
Il était resté dans la région et s'entraînait sur son vélo ...
Voilà encore une chose qui n'arriverait pas sur circuit, oui, je sais, c'est pas le propos !

On croise les doigts.

00:17 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

16/05/2017

Plus de pluie ... ni de ... bon temps !!

Suivant cet article relayé par MNC, on court le risque imminent de ne plus voir ces belles ... personnes ... peupler les grilles de départ des courses motos !
Après, on ne les force pas à montrer ainsi leurs charmes, comme d'autres n'obligent pas leurs femmes à se voiler, voyez ?
Vous en pensez quoi vous ?
Une qui a bien joué du pépin, c'est Rihanna avec son "Singing in the rain" des temps modernes ...

21:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

13/05/2017

Tracer ... la route !

2017-05-06 12.31.27.jpgAvant de continuer, sachez que ce week-end, c'est au tour du concessionnaire Yamaha d'Arsimont, les établissements Pellegrinelli, de garder ses portes ouvertes, gare aux courants d'air. A l'essai, les Tracer 700 et 900 bien entendu mais aussi la FJR 1300, la XT1200 Ténére, la MT-10 en version "Tourer Edition", les MT-09 et 125, la XV950 Scrambler, la XSR 700, le T-MAX 530 DX et le N-MAX 125.
Sauf erreur, tous ces modèles étaient aussi à l'essai chez Marchandise avec même le scooter à 3 roues, Tricity.
Ainsi donc, le "groupe de Pierre" était revenu de sa ronde de 3/4 d'heure.
Brèves impressions ? "Pas mal, pas mal ! ça roule très bien !!" me dit l'ami Pierre.
Comme souvent, quand je suis confronté à une situation nouvelle, je perds la moitié de mes facultés qui ne sont déjà pas légions. Une fois assis sur la moto, je ne savais pas trop quoi faire : pas de bouton poussoir pour le starter mais un basculeur. Je questionne.
Monsieur Marchandise qui était juste à côté, a mis la clé de contact sur "on", m'a demandé de débrayer, à demandé à Pierre si j'avais déjà conduit une moto (véridique et, je pense, humoristique !) et lancé le bicylindre de la 700 noire qui m'était allouée, gentille allouée ;-))
Comme presque toujours, j'étais le dernier à quitter la concession, suivi du "capitaine-qui-fermait-le convoi" sur une vieille Yamaha Diversion me semble-t-il. J'ai été tout de suite étonné par les vibrations du bicylindre. J'ai perdu ces "good vibrations" depuis que je roule avec le 3 pattes Triumph. Le "stûûûûûûût" avec ça, c'est qu'elles sont présentes à tous les régimes et qu'on a par conséquent jamais vraiment de répit. Pour l'occasion, j'ai relu quelques essais parus ici et là sur la 700 et J-A-M-A-I-S aucun essayeur n'a relevé ce fait là : ça m'étonne car, s'il est en effet plaisant de sentir un moteur vivre sous soi, je me demande si le plaisir persiste tout au long d'une balade de 250-300 bornes voire plus lors d'étapes de liaison au cours d'un voyage par exemple ...
Cela dit, il m'a semblé que ces vibrations ne nuisaient en rien au confort, entendez par là que le reste ne vibre pas, ou à peine : le guidon, les repose-pieds, les rétroviseurs restent parfaitement "stoïques" contrairement à certains autres bicylindres sur des modèles américains ou italiens par exemple ^^
Evidemment, lors d'arrêts feux rouges ou intersections, la circonspection était de mise en ce qui me concerne : pas question de poser les pieds à plat et donc obligation de pencher la machine côté gauche pour prendre appui sur la bonne jambe et de rester débrayé en première, histoire de ne pas devoir redresser la moto pour taper la vitesse quand la voie était libre : tout un art d'être petit ;-)
On n'a pas emprunté de routes spécialement plaisantes mais en 45 minutes dans la périphérie de Charleroi, le contraire eut été difficile. Toutefois, entre les quelques petites routes défoncées et les portions de ring et autoroute, le panaché m'a permis de constater que la 700 avait du répondant, avec un très bon couple dès 2.500 tours environ qui permet de belles reprises, que le confort de suspension et de selle était très correct, que la protection au vent l'était tout autant, malgré un saute-vent malingre, que la boîte permettait de monter les rapports sans débrayer et qu'en usant de "doigté", il était possible de rétrograder pareillement : une bonne boîte japonaise en somme.
Petite digression concernant les saute-vent sachant, entre charentaises, que celui de la 700 est réglable sur + de 6 cm.
Quel est l'effet le plus indésirable du vent sur la progression d'un motard ? 1, 2, 3, ...je compte jusque 10 !
Alors ?
Le B-R-U-I-T... bien entendu. Car pour le reste, le vent contribue à l'impression de vitesse et ça fait partie de la chose motocycliste sinon on n'a qu'à se planquer derrière un pare-brise en verre feuilleté avè le désembuage intégré, voyez ?
Et donc, la solution c'est quoi ?? Je recompte jusqu'à 10 ??? Non, pas un saute-vent "pelle à tarte" comme je l'ai vu sur la 900 de Philippe G. à Beuvardes ni, pire encore, sur la 900 rouge qui était présente aux P.O. du jour. Non, pas un casque prétendument silencieux qui ne fonctionne correctement que si la moto n'est pas équipée ... d'un saute-vent. Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des solutions bien plus chères que !! LA SOLUTION !! qui n'est autre que de s'équiper DE BOUCHONS d'oreilles !!!
Hein ? Quoi ?? Qu'est-ce que vous dites ???
Avez-vous essayé d'en porter ???? Vous reviendrez avec vos arguments bidons une fois que vous aurez essayé, ok ?????
Perso, je ne sais plus m'en passer.
Evidemment celui qui a monté un pot AcrapaudinoVitch (adieuuuuuuuu comme le chanterait Mireille Mathieu) à 1000 €, y va pas gâcher son plaisir en se bouchant les portugaises, hein !!
N'importe quoi !! Libre à vous de ne pas l'entendre de cette oreille, on est +/- en démocratie et je ne voudrais pas de malentendus entre nous ...
TRACER 700 TABLEAU BORD.jpgBon, pour en revenir à la 700, trois petits bémols quand même :
-perso, je trouve le tableau de bord plutôt "bon marché" : un petit truc totu riquiqui qui diffuse l'info LCD avec un compte-tours barre-graphe pas très lisible, même si le reste des infos est par contre plutôt clair;
-le commodo gauche m'a aussi semblé totu riquiqui au point que je devais le regarder pour pouvoir "clignoter" correctement;
-les couleurs pas folichonnes de la moto : bleu, rouge et noir et c'est tout ! Aucune fantaisie dans l'approche et le détail, du sérieux, trop sérieux ! La MT-07 dont elle est dérivée est bien mieux servie de ce côté-là ...
Pas trop le temps de tortiller avec l'essai suivant dans la foulée.
Reste qu'on a été un peu retardés car j'ai remarqué qu'un bout de métal s'était invité dans le pneu arrière de la 900.
Petit crochet par l'atelier pour constater que le "plantage" était superficiel et qu'on pouvait reprendre le cours des essais !
Là voilà donc, cette fameuse Tracer 900 dont on ne dit que du bien et qui en donne semble-t-il beaucoup pour son argent ...
Cette fois je n'étais pas le dernier sur la sellette. Au passage et puisqu'on est sur le sujet ^^, sachez qu'elle est réglable mais, au plus bas, on est à 845 mm du sol alors qu'on peut monter à 860 mm. Quoi qu'il en soit, elle m'a semblé plus étroite (et plus fine aussi) que celle de la 700 et, au décompte, je n'étais pas moins "à l'aise" sur la plus grosse. Le capitaine devant, sur sa FJR, moi en 2ème place, Pierre sur la 700 juste derrière et puis les autres ...
Pas de vibrations ici, le 3 pattes ne cogne pas, ça sent l'équilibre parfait. Le commodo gauche est plus ergonomique et comporte, à ce que je sache, un bouton qui permet de naviguer dans la partie droite du tableau de bord qui affiche une série d'informations (au choix) dont le rapport engagé de façon beaucoup plus claire que sur ma Tiger soit-dit en passant.
compteur-yamaha-mt09-tracer_hd.jpgReste qu'une fois encore, j'ai trouvé ce tableau plutôt triste et pas spécialement lisible. Le contraste est moins marqué que sur celui de la 700 dont le fond est blanc plutôt que gris souris ici ... Le compte-tours, barre-graphe est tout aussi peu déchiffrable. Ma Freewind de 1999 avait déjà le même avec, s'il-vous-plaît, une zone ROUGE sur le compte-tours qu'on ne retrouve pas ici :-(
Dommage, dommage, car toutes les infos y sont et même plus qu'il n'en faut apparemment !!
Un bout de droit, le capitaine ouvre en grand, j'en fais autant et là on se rend compte effectivement qu'on est dans un autre monde par rapport au sympathique 700 : le 3 pattes épate (et nan, ça ne lui en fait pas quatte ^^) en grimpant allègrement dans les tours et on sent qu'il a de la ressource : on est sur 115 chevaux dois-je le rappeler ? Et encore, la carto était en mode "soft". Y a un gars qui a joué de la manette avant moi sur la 900 et qui m'a dit que ça dépotait grave en mode A ou B, je sais plus. Entre charentaises pourquoi A, B ou Std plutôt que Rain, Road ou Sport, hein ? Bon, il est clair que le proprio aura vite fait de savoir à quoi correspondent ces modes mais pour un essayeur occasionnel, c'est pas pareil !
Oufti, le capitaine a coupé les gaz, je saisis la manette de frein un peu fort et constate qu'au niveau progressivité, ce n'est pas tout-à-fait ça et que ça plonge pas mal. Mais bon, en compensation, le compromis confort/sport semble très bien calibré, sauf peut-être si on pilote façon trappeur, voyez !
Retour à la concession. Court échange d'impressions. Xème tour du propriétaire : le look de cette Tracer ne me convainc qu'à moitié avec une tête de fourche trop acérée laissant trop d'espace avec le garde-boue, une boucle arrière trop droite et relevée, des couleurs improbables et/ou ternes, l'ensemble faisant penser à une espèce de sauterelle. Je vais me faire lyncher si je continue ! Cela dit, elle figure en très bonne place comme compagne future de voyages car c'est un véritable maître-achat, d'une polyvalence rare.
Dans l'immédiat, direction le buffet où nous attendaient un tas de pizzas. J'en ai mangé facile 3 ou 4 quartiers et puis j'ai bu une chope. Petit tour dans le show-room pour quelques photos encore. Puis je suis parti alors que Pierre restait pour essayer une FJR. Je ne sais pas s'il a eu l'occasion de le faire.
Ben voilà encore un compte-rendu de bouclé !
Finalement, entre le bi 700 de 75 chevaux et le tri 900 de 115, le bon compromis ne serait-il pas un 3 pattes 800 cc de 94 chevaux, mmmhhh ? Bon Dieu, mais c'est bien sûr !", j'ai justement ça à la maison !!!

11:23 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

11/05/2017

Tracer ...

2017-05-06 10.52.25.jpgSamedi dernier, c'était "Portes Ouvertes" chez Marchandise Motos à Fontaine-L'Evêque, concessionnaire Yamaha depuis la nuit des temps ...
Voici les photos de ce jour ensoleillé !
Quelques mots sur les réservations et l'organisation de ces portes ouvertes ... en tous points parfaites !!
Les réservations d'abord !
Si on accepte l'idée que "Facebook" n'est pas un monstre à 8 têtes et 16 testicules tentacules, décrié par tous les intellos en manque de reconnaissance (?), on peut dire que le système de réservation mis sur pied par le concessionnaire était excellent.
A partir du moment où vous aviez "liké" sa page, un lien vous permettait de vous inscrire en déclinant votre e-mail, protégé par mot de passe, suite à quoi vous receviez une confirmation qui vous redirigeait vers un tableau comportant en abscisse les modèles à l'essai et en ordonnée les tranches horaires, subdivisées par "trois quarts d'heure" : il suffisait de cocher une ou plusieurs cases, enregistrer son choix et l'envoyer. Suivait un e-mail de confirmation du (ou des) modèle(s) et de la (des) tranche(s) horaire(s) choisis ainsi que des précisions quant au déroulement de la journée. Il était recommandé de se pointer 1/2 heure avant la réservation, d'amener son équipement (pas de prêt de casque, de gants ou de vêtements adaptés). Il était précisé qu'on serait tenus de suivre un guide et de respecter le code de la route. Enfin, le concessionnaire confirmait qu'il ne pouvait être rendu responsable pour "quelques dommages que ce soient qui pourraient survenir".
J'avais prévenu Pierre (Gull) et comme il n'est pas du tout "Fb", je lui ai directement envoyé le lien vers le tableau de réservation.
Au départ j'avais juste choisi d'essayer la 700. Puis Pierre m'a envoyé un e-mail dans lequel il m'apprenait qu'il avait réservé la 900 à 10h00 ... et la 700 à 11h30. Du coup, alors que j'essayais la 700 à 10h45, je me suis dit que ça serait marrant que, pendant qu'il roulerait sur la 700, j'en fasse autant avec la 900, en même temps voyez ?
Evidemment je redoutais la hauteur de selle, de la 700 comme de la 900 d'ailleurs, car l'une culmine à 835 mm et l'autre à un inaccessible 845 mm !!! Je m'étais de toute façon convaincu que je verrais sur place et qu'il serait toujours possible de me dégonfler ou de me faire plus petit que jamais ;-)
J'en étais même venu à souhaiter qu'il pleuve entre 10h00 et 12h00 pour avoir une espèce de sorte d'excuse pour me défiler : pff pff pff, quel preux chevalier je fais, hein !?!
A 10 heures je prenais la route et j'étais au 142 de la Rue de l'Enseignement à Fontaine-L'Evêque à 10h15, soit pile une demi-heure avant le premier essai. Cette demi-heure m'a notamment permis de grimper sur une 900 qui appartenait à une sympathique motarde. Même si elle avait fait refaire l'assise chez un sellier de Montigny-le-Tilleul, cela m'a conforté dans l'idée de signer au bas du second document pour l'essai de la 900. Faut dire qu'elle a bien vendu le produit : elle m'a dit que c'est elle qui avait rodé la 700 et que, si elle était bien vive, avec la 900 on était "dans un autre monde".
Ok, ok, on va y aller !
Le groupe parti à 10 heures était de retour et ça allait être mon tour !!
A suivre ...

23:25 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

Lettres de noblesse ...

Il semblerait que Royal Enfield soit intéressé par Ducati ...
Voyez l'article à ce sujet.
Alors ... bientôt ... une Royal Duc

14:58 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

09/05/2017

Neyla's day !!

Deux boucles étaient prévues ce jour-là.
La boucle longue dessinée le matin avec ses 155 kilomètres entre Courrière et Sart-Custinne avec, en point d'orgue, le repas au Domaine de Boiron. Pour le même prix et si le soleil avait été au rendez-vous, on aurait pu manger dehors, en terrasse, au bord du lac ...
A la réflexion, ç'aurait été compliqué avec la formule buffet, froid, chaud et ... tiède ! Sans compter la pièce toute dévolue au vestiaire et croyez-moi, quand une quarantaine de motard(e)s se dépiautent, même sans aller au bout du geste comme dans 'The Full Monty", ça prend de la place entre les casques, les gants, les cuirs et les gore-tex ainsi que les survêtements de pluie pour les plus frileux ...
Il était près de 15h15 quand on a levé le camp parmi les tous derniers bien évidemment et on a retrouvé tous nos effets dans le "joyeux bordel" qu'était devenu le vestiaire, justement : boucle de 99 km avec Naninne et la Brasserie 830 comme objectif.
Plus prompts au départ que Gull qui démarre souvent façon "diesel", alors que Didier prend la roue sans retard et sans se laisser décramponner, c'est à deux qu'on a roulé tout le reste de l'après-midi.
On est passés par Patignies, Vencimont, Bourseigne-Vieille et Neuve, Felenne, Flohimont, Fromelenne et juste à la sortie de Givet, Didier m'a dépassé et avant de tourner sur Dinant, au T, WP 20 du R-B, il a pris à gauche pour faire le plein à la petite station Total du coin. Il y avait là 4 ou 5 motards dont une machine immatriculée en Espagne : ça voyage aussi du sud au nord, faut pas croire, tout le monde ne voit pas le nooooord comme Galabru dans les ch'tis ;-))
DSC04648.JPGOn a vu passer Pierre qui ne nous a pas vus, lui, et qui a poursuivi sa route. Il nous avait prévenus qu'il n'irait pas au bout du road-book, il m'a d'ailleurs donné son ticket boisson de fin de parcours, et qu'il s'arrêterait à Maredsous.
Avec Didier, on a finalement convenu de ne pas aller au bout non plus et si on a continué sur Agimont puis Gochenée et Morville, au WP 32, plutôt que de continuer sur Falaën, Salet et Ainsi-de-Suite, on est partis sur Ermeton-sur-Biert et quand j'ai plongé à gauche sur Biesmerée, Didier m'a d'abord suivi avant de se rendre compte que ce n'était pas sa route et qu'il a fait demi-tour pour poursuivre sur Saint-Gérard et Fosses et Etcetera ...
Je m'apprêtais à continuer sur Biesme pour voir si ma Dulcinée était chez belle-maman mais je me suis rappelé qu'il y avait un meeting sur le Circuit de Mettet avec "Classic Twenty-one" une radio nationale ...
J'ai donc planté la Tiger sur le parking "Visiteurs" et j'ai fait les quelques hectomètres à pied pour approcher l'esplanade et le circuit. Au hasard de mes pas, j'ai vu le box de Xavier SIMEON, celui du petit Barry BALTUS, un prodige d'à peine 12 ans qui pourrait porter haut nos couleurs s'il trouve les bonnes personnes et les bons sponsors sur sa route, ainsi que la bonne fortune car le talent ne suffit pas toujours à percer, j'en sais quelque chose ;-)))))))))))))))
Plus loin, j'ai vu un petit attroupement vers lequel je me suis tout naturellement dirigé et là j'ai vu cette GSX-R 1000 qui n'était plus qu'une G S X - R 1.0 ... en décomposition : le carénage était en miettes, la boucle arrière arrachée, des fils électriques pendouillaient de partout et le gars qui m'a expliqué ce qui lui était arrivé, avait l'avant bras droit bandé.
En fait, comme souvent, on a le gars devant soi qui loupe sa traj', on voit l'ouverture dans laquelle on est tenté de plonger et puis ... le gars reprend la corde et ... là ... on croise les doigts, on croise les skis, on ferme les yeux et ... comme c'est la "technique du regard" qui fait le reste ... on se vautre !! Voilà qui donne un peu froid dans le dos et moi de penser directement à la sortie du 2 juillet avec la Fédémot sur ce même circuit, et de me demander au final "Est-ce bien raisonnable pour un gars de 60 balais qui roule en trail ?"
Ouais, mais nan, faut arrêter de se poser ce genre de question car, à ce train là, qui n'est pas un train de sénateur ah ah ah, on ne vit plus ... or la moto, c'est vital !!

Voila une belle façon de boucler l'article, n'est-il pas ?

21:56 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : neyla's day 2017

05/05/2017

Neyla's Day !!!

DSC04623.JPGVoici les photos de la deuxième édition de cette sortie dédiée à Neyla, une jeune motarde partie bien trop tôt, emportée par la maladie, qui avait pris l'habitude de participer aux stages et aux voyages organisés par Cap et Europa Moto ...
Ce "départ" aussi inattendu qu'injuste a convaincu Paul de faire quelque chose pour cette sympathique jeune dame.
Et beaucoup ont répondu présent lorsqu'il a lancé ce "Neyla's Day".
Il l'a voulu particulier ce rendez-vous, en mettant LES MOTARDES à l'honneur, et en les encadrant comme un père ou un grand-père jaloux entoureraient ses filles adorées ...
Il était là le papy, affairé derrière son portable, à charger les road-books sur les divers GPS des nombreux participants.
Il était flanqué de Noëlle qui était à la manoeuvre pour les inscriptions mais "pas que" puisque, sauf erreur, elle s'est occupée du tracé des deux boucles et je pense même qu'elle a été les reconnaître. Elle était là aussi pour mener le groupe des motardes avec une autre capitaine de route expérimentée pour fermer le convoi. Si l'an dernier nous avions eu un buff de couleur orange (couleur préférée de Neyla) en cadeau, cette fois, c'était un bout de tissu de la même couleur pour nettoyer les visières : bien vu et merci à Sacha qui est à l'origine de cette idée.
Finalement, comme Pierre l'avait fait, et Didier l'a décidé sur place, j'ai opté pour la formule "all inclusive" avec petit-déjeuner, repas du midi et verre de fin de parcours, le tout pour 30 € road-books compris bien entendu !! On a invité Henri à faire de même mais apparemment le budget n'avait pas été voté ...
J'avais pris mon petit-déjeuner à la maison, j'en ai pris un second à la Boulangerie Pierson de Courrière : on a que le bien qu'on se fait et la cellulite qu'on mérite, n'est-ce pas mesdames !
Suis parti devant. Je devais faire le plein et il y avait tellement de stations services à droite que passé le premier rond-point, j'ai coupé la ligne blanche pour tanker à gauche, chez Lukoi : pas très malin, j'en conviens d'autant que j'avais encore une belle autonomie. Dans la manoeuvre, on a provisoirement perdu Pierre qui suivait de trop loin. C'est Henri qui a pris la tête du convoi au sortir de la station.
Wierde, Dave, Lustin, Profondeville, Rivière, Arbre, Saint-Gérard, on rattrape quelques autres motards et Henri se lance dans les dépassements alors que Pierre, lui, qu'on avait rattrapé et qu'Henri avait dépassé, reste sagement derrière ce petit groupe. Du coup on a perdu Henri !
Denée, Ermeton-Sur-Biert, Furnaux, Biesmerée, Stave, Rosée, Soulme, Surice, Romedenne, Romerée, Matagne-la-Grande, Vierves-sur-Viroin, Olloy-sur-Viroin, Pierre s'arrête et demande si on boit un coup. Il est pas loin de midi. On a encore de la route Tatayet, or on nous attend au resto, voyez. Du coup, je conseille qu'on poursuive et j'entends Gull grommeler dans son casque. C'est vrai qu'il fait soif mais si on s'arrête, combien de temps ça va prendre, hein ?
Fumay (et pas Buvay, puisqu'on s'est pas arrêtés, faut suiv' aussi !!), Haybes, Hargnies, Monthermé, Bohan, Membre, Petit Fays, Bellefontaine, Houdremont, Gedinne, ... Ben non, Gedinne pas ! Mr Pierre quitte le road-book alors qu'on est à un jet de Saint-Honoré du resto et se perd dans des petites routes, très étroites qui s'enfoncent dans une forêt de plus en plus hostile ;-)
Je commence à bouillir dans le casque pendant que l'heure tourne et que mon estomac se rappelle à mon bon souvenir.
Comme la carotte au bout du bâton, c'est la Tour du Millenaire qui s'offre à nos regards et se dresse devant nous, au bout du chemin.
Comme t'as pas voulu qu'on s'arrête pour boire un coup, tu vas monter là-haut et nous ramener 3 chopes !"
Quand je vous le disais qu'il avait soif, le Gull !!
Avec ce détour par la tour on a, à l'aise, perdu encore une demi-heure et on est arrivés au restaurant les derniers vers 13h40, au point qu'il n'a pas été facile de nous caser et qu'on s'est incrustés à une table de 4 où on s'est donc retrouvés à 5, comme les trois mousquetaires ...
Entre charentaises, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands en réservant le restaurant du Domaine de Boiron, qui vaut assurément le détour et qui, pour 20 €, nous en a donné pour notre argent, voire plus si affinités !!
Queue au buffet pour l'entrée, froide ou chaude au choix.
Re-queue pour le plat ...
On a parlé de l'entretien des 20.000 km de la K1200 GT de l'ami Pierre : une véritable saga avec non moins de 4 devis différents mais je ne vais pas m'étendre là-dessus, il la raconterait bien mieux que moi. Faut dire qu'une moto qui a 10 ans et 20.000 km, ça rentre pas dans les cases, les tablettes et les plannings des constructeurs, voyez ? Les entretiens étant souvent "forfaitaires", il est compliqué de sortir de ces forfaits !!
On a aussi parlé de l'ex-concessionnaire Yamaha de l'ami Didier : le repreneur n'a pas pu devenir un "officiel" pour de sombres raisons que seul le constructeur pourrait donner. Proximité ? Numerus clausus ?? Potentiel de vente ??? Quoi qu'il en soit, voilà le nouveau exploitant contraint à se limiter aux entretiens et à la vente de japonaises d'occasion.
Il a toutefois ajouté une corde à son arc en devenant dealer officiel de la marque INDIAN
indian scout.jpgEt c'est pendant qu'on parlait de la Scout, modèle que Didier aura probablement l'occasion d'essayer lors du prochain entretien de la TDM, que le garçon est arrivé, sans prévenir, furtivement, à pas de loup et en catimini, le plateau chargé de deux cafés et d'un pichet de vin, plateau que j'ai renversé d'un grand geste théâtral. Que voulez-vous : un italien, ça parle aussi avec les mains et si j'ai la jambe courte, j'ai le bras long et ... bardaf, c'est l'embardée !! Confus, je fus et prêt à payer les consommations mais on m'a convaincu que c'était autant ma faute que celle du serveur qui, à partir de là, a mis des manches à mon égard en me contournant largement ;-)
Entre le plat et le dessert, Sacha a fait un court discours qu'on a tous applaudi.

A suivre ...

PS : pour vous faire "patienter", voici l'essai de la Scout dans sa version 1133 cm3 et 100 chevaux. Il existe une "sixty", plus dépouillée et moins puissante également ...

22:44 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : neyla's day 2017

CAP MOTO : stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers, V : épilogue !!

screen Merlemont.jpg
Dans épilogue il y a "happy" et "log" mais tout n'a pas toujours une fin heureuse, vous l'allez voir tout à l'heure ...

Et oui, parce que, pendant que je filais tout droit sans jeter un regard en arrière, Pierre, lui, a continué son petit bonhomme de chemin en empruntant les méandres dessinés par le road-book en passant par Nimy, Dourbes, Villers-en-Fagne, Merlemont, Villers-le-Gambon, Vodecée et Florennes où il s'arrêta pour boire un coup (sans doute) et attendre les autres pour le partager (certainement). Mais, le problème, c'est qu'il est resté là une bonne demi-heure et que, tel Frère Pierre, cousin de Soeur Anne, il n'a rien vu venir. Considérant qu'ils avaient entre temps modifié leur route, il est finalement rentré chez lui.
Ce n'est qu'un peu avant 19 heures que nous avons reçu un e-mail de Jean-Marc qui avait pris la route avec eux au départ de Couvin, vu qu'ils remontaient tous vers le Brabant Wallon et Bruxelles. Voici l'email de J-M qu'il a complété ensuite avec la photo qui sert d'enluminure à la présente note :

A déplorer cet aprèm, un petit accident de la Bmw F800 dans une petite boucle très serrée à droite avant Florennes. il y un mur en belles pierres du pays à l'extérieur opposé de la boucle qui lui faisait de l'oeil et la pilote n'a pas pu refréner son irrésistible envie de s'y frotter..
Patatras!, en moins de deux Madame s'est retrouvée la jambe coincée sous la moto.[...] on l'a dégagée, le luxembourgeois (NDLR : frère de Philippe P.) et moi ainsi qu'un voisin compatissant. Madame x (NDLR : Virginie en fait, épouse de Philippe P.) aura moins souffert que la belle (moto) dont la bulle et le cadran sont out ainsi que la poignée de frein. Finalement, elles (belle & X) ont repris la route tant mal que bien. Pas facile pour la dame qui se prenait désormais tout le vent glacial et les grêlons- en pleine poire. [...] Je les ai quittés à l'approche de Gembloux . Welcome at home à 16h10

Pour être précis, outre la photo, J-M nous a envoyé les coordonnées exactes du lieu où s'est produit l'incident :

suivant la trace46 de mon tripy, l'accident a eu lieu à Merlemont, Rue du Baron Nothomb (printscreen de la boucle en question ci-joint - voir photo) : latitude N 50°10'20.62191 - long. E 4°36'16.48197

Comme quoi, hein, la route reste définitivement plus dangereuse que le circuit : ça pourrait, quelque part, être la morale de cette histoire !
Philippe, si tu nous lis, des nouvelles des belles nous agréeraient !!

13:26 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017

01/05/2017

CAP MOTO : Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers ... IV

DSC04604.JPG... LE RETOUR !!
On commence par les images du jour.
Entre charentaises, encore une nuit courte perturbée par un excès de boissons alcoolisées : va falloir que je ménage ma pompe à proton et/ou que je l'inhibe !!
Ce matin là, mardi 25 avril 7h00, au travers des Velux, le ciel était gris, les nuages ayant pris le dessus ou les devants suivant la position qu'on occupe ...
Petit-déjeuner en tête à tête avec Sarah ... et quelques autres. Une fois encore, j'ai essayé de me montrer raisonnable : deux bouts de baguette, deux tranches de jambon, un bout de fromage blanc et un mug de café et ... point barre. Sain et léger, comme ceux de Jane Birkin, pffffff !
La veille on avait plus ou moins convenu de rentrer en compagnie de Virginie, Philippe et son frère Michel, Georges le kiné ainsi que de Sarah et son père, même si elle avait prévenu qu'elle roulerait pépère.
Au final, le moment venu, la pluie s'étant invitée au départ et l'enfilage des combis plastiques s'imposant comme une évidence, nous étions prêts bien avant eux de sorte que nous sommes partis comme les trois mousquetaires : on voyage plus léger à trois plutôt qu'à 8 ou 10, la logistique est bien plus simple et il est plus facile de se caser dans un restaurant et/ou un bistrot !
Bleu,Vert,Rouge, Gris : et donc, le gris c'est la couleur du jour car il pleut ce matin du mardi 26 avril : le positif c'est qu'on aura pas emporté les plastiques pour rien !!
Gouverner c'est prévoir et rouler au sec, c'est pareil !!
Une fois encore, j'ai listé les patelins qu'on a traversés, les voici, les voilà, dans l'ordre d'apparition : Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt, Vrigny, Gueux, Châlons-sur-Vesle et Chenay où j'ai marqué l'arrêt devant le monument en hommage à la Résistance Française. On y avait une vue panoramique sur les environs avec un viticulteur qui bichonnait ses ceps et pas ses cèpes qui est l'affaire du myciculteur, comme quoi un "e" muet et un accent grave, ça vous change le monde : vous imaginez la Champagne championne du champignon ?
On a vu passer Philippe, Virginie, Michel et Georges qui ont continué leur chemin jusqu'à ce qu'on les rattrape et ... qu'ils s'arrêtent à leur tour !
On a poursuivi notre route en les snobant ;-) via Courcy, Fresne-lès-Reims, Sault-Saint-Rémy, Saint-Loup-en-Champagne, Avançon, Château-Porcien, Condé-lès-Harpy, Chaumont-Porcien, Rocquigny, Saint-Jean-aux-Bois, Marlemont, Flaignes-Havys et Maubert-Fontaine, WP 43 où, telle une oasis miraculeuse dans un désert aride, sous nos yeux ébahis et assoiffés, est apparu un bistrot providentiel, le "Bar National" qu'il s'appellait. Au lieu de tourner à droite comme l'intimait le Tripy, j'ai filé tout droit et planté la Tiger devant l'estaminet, suivi par Pierre et Jean-Marc. Il faisait soleil et même si les températures restaient largement en dessous des normales saisonnières, je décidai d'enlever les plastiques alors que mes acolytes hésitaient.
On est entré, on a passé commande et, chacun à son tour, on a défilé aux toilettes avant de s'installer.
Nous avons été rejoints quelques minutes plus tard par les 4 précités et c'est finalement Michel qui a gentiment payé la tournée alors que je m'apprêtais psychologiquement à le faire :-)
On a discuté le coup et on a convenu de s'arrêter pour manger un morceau à Couvin qui n'était qu'à 25 bornes environ.
En d'autres temps et sans cette belle compagnie, j'avoue que j'aurais foncé tout droit et que je serais rentré à ma maison ;-)
Rouilly, Régniowez, Cul-des-Sarts, Bruly-de-Pesche et arrivée à Couvin où il ne restait plus qu'à choisir le restaurant car il y en a 2 ou 3 sur la place. C'est finalement à "La Ruche" qu'on a mangé et ... s'il n'y avait pas d'abeilles à l'horizon, il y avait des fourmis qui ont envahi mon casque que j'avais posé dans un coin sur l'appui de fenêtre.
Tout le monde a pris des boulettes/frites sauf Jean-Marc et moi qui avons opté pour une salade thaïlandaise me semble-t-il qui ne nous aura pas laissé un souvenir "imputrescible" surtout à Jean-Marc qui, en sortant de l'établissement, s'est retourné pour vérifier l'enseigne et ne plus y revenir.
Avec Pierre on a embrayé sur la N5 et comme il traînait bizarrement, je l'ai dépassé, me suis calé à 126 km/h au compteur et j'ai filé tout droit jusqu'à la maison. Ce n'est qu'après que j'ai ... réfléchi. Ben ouais, je suis comme ça moi : je fonce et puis je réfléchi !! Je me suis dit, après coup, que j'aurais dû suivre gentiment Pierre et qu'on aurait pu aller boire le dernier en suivant le road-book jusqu'à Spy par exemple plutôt que de rentrer, bêtement, à 14h30 à la maison ...

A suivre pour l'épilogue !!

22:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017