30/05/2017

"Cap Moto Tour" à tour : je vais essayer d'en faire le tour !!

DSC04694.JPGJ'étais donc parti derrière les deux Explorateurs, Virginie et Didier, que j'ai rejoints et que j'ai suivi un temps.
Alors qu'ils roulaient à bon rythme sur les petites routes, ils tenaient le même sur les axes plus roulants. C'est une manière de rouler qui n'est PAS DU TOUT critiquable, au contraire, puisqu'elle a le mérite de respecter le sacro-saint Code de la Route.
Un peu moins sage aussi longtemps que je sois concerné, j'ai profité d'une ouverture pour ... ouvrir, ben tiens !
Un peu plus loin, il y avait l'E.S.A. qui n'est pas l'assistance électronique de suspension by BMW que la plupart des motards connaissent mais l"European Space Agency et son champ planté de nombreuses paraboles aux pavillons grands ouverts sur l'Espace avec un grand "E".
Même si ce n'est pas la première fois qu'on passe par là, j'ai planté la béquille de la Tiger dans le parking et j'ai pris quelques clichés. J'ai alors vu passer le couple mythique et son charroi anglo-saxon, puis sont arrivés Philippe, Bob et Pierre-Yves qui ont poursuivi leur chemin également.
J'ai rejoint ce petit groupe un peu plus tard et je me voyais bien les suivre car le rythme était dans mes tours, ni trop ni trop peu. A souligner d'ailleurs qu'un scooter 300 et un petit trail 250 peuvent trrrrrrrrès bien faire l'affaire dans ce monde de brutes en GS ;-)
Après quelques kilomètres, le convoi s'est arrêté. Le sac à dos que Bob avait fixé à l'arrière de la Dominator était en train de se faire la malle. Les autres s'étant arrêtés pour lui porter assistance ^^, j'ai mis gros gaz et suis parti à la rencontre de mon destin, sans plus me retourner !
J'ai retrouvé Virginie & Didier qui roulaient toujours pareil, de concert. Il était 11h00-11h15 quand on a rejoint un village où quelques motards avaient élu domicile pour boire le premier coup du jour. J'ai regardé le journalier et j'ai vu qu'on n'en était qu'à une septantaine de kilomètres et qu'il en restait donc encore 190. Trop tôt pour déjà s'arrêter alors qu'il faudrait le faire à peine une heure plus tard pour manger un bout de gras. Peut-être certains avaient-ils eu la bonne idée de prendre un pique-nique avec eux, pour gagner du temps, mais pas moi et j'avoue que j'en venais à le regretter.
Quelques bornes plus tard je suis arrivé dans Chassepierre, une perle dans son écrin de verdure qui, si je ne me trompe pas, accueille régulièrement des classes vertes. Trop beau l'endroit : les photos parlent d'elles-mêmes !!
Avant Chassepierre, histoire de prouver que j'ai le sens de l'orientation l'énumération, on a traversé, par ordre d'apparition à la visière ^^, Froidieu, Sohier, Fay-Famenne, Daverdisse, Maissin, Sart, Offagne, Fays-les-Veneurs, Les Hayons, Auby-sur-Semois, Cugnon et Sainte-Cécile.
Je suis ensuite passé par La Cuisine mais comme je n'avais pas encore faim, j'ai continué sur Florenville, Gérouville, Sommethonne, Villers-la-Loue, Dampicourt, Couvreux, Montquintin, Lamorteau, Torgny, Epiez-sur-Chiers, Et-oui-ça-existe, Allondrelle-la-Malmaison, Saint-Remy et ... MUSSON.
j'ai donc roulé seul tout ce temps et je commençais à désespérer, non pas de ne rejoindre personne, mais de ne pas avoir vu le moindre bistrot ouvert !! Et là, tel un mirage dans le désert, j'ai vu cette enseigne "Ali Baba Kebab" et, n'écoutant que mon coeur estomac, j'ai mis la Tiger en travers, face au snack providentiel ! Il y avait un tas de photos d'assiettes des deux côtés de l'entrée et, pour m'éviter de choisir, je suis entré et, vu qu'il était quand même plus de 13 heures, j'ai demandé :
1/ s'il était encore possible de manger
2/ en terrasse
3/ d'avoir une assiette avec de la viande, des légumes mais pas de frites
4/ si je pouvais prendre une canette dans l'armoire-frigo
"Bien sûr, oui, oui, c'est possible, installez-vous, je prépare une belle assiette pour toi !"
Le temps de me dépiauter, d'aller aux toilettes et de m'installer, que le gars m'apportait une grande assiette avec de la viande "effilochée" façon kebab, ben tiens, et ... des frites !!! Pour une fois que j'avais fait preuve de volonté en ne commandant, mon adjudant, que des légumes, je n'ai pas su me faire comprendre ... Avec ça par contre, pas l'ombre d'une feuille de salade ou d'un quartier de tomate qui auraient été les bienvenus pour rafraîchir quelque peu l'assiette. Bon, dans l'ensemble c'était tout-à-fait correct et, comme on dit dans la pub, "une assiette vide en est la preuve" !!
J'ai demandé s'il était possible d'avoir du café : "Turc" me répondit le tenancier et moi, du coup, sans savoir exactement à quoi m'attendre de décliner et de demander mon compte. Faut vous dire aussi qu'il y avait comme un "coup de feu" dans la mesure où, entre un petit groupe de scouts et d'autres clients, le gars était passablement débordé.
Tout le temps que je suis resté en terrasse, j'ai vu passer quelques deux roues mais aucun motard du groupe.
Je suis donc reparti accompagné de ma fidèle Tiger et j'ai continué sur Rachecourt, Habergy, Wolkrange, Hondelange jusqu'à arriver à une route barrée ... Comme c'est l'habitude chez la plupart des motards, on a du mal à considérer que quiconque puisse seulement envisager de nous barrer la route, non mais des fois !!
On fait tous fi du panneau et on s'engage et c'est ce que j'ai fait. Pendant quelques centaines de mètres ça passait même si ça secouait un peu, jusqu'à ce que j'arrive à hauteur d'une grue qui était stationnée en travers de tout, avec son bras articulé qui signifiait clairement :"Stop, je te déconseille d'aller plus loin !" Il y avait bien un trou de souris entre le bras et une voiture rangée le long du trottoir, trou de souris qui était précédé par une petite butte de terre +/- meuble ... J'ai clairement vu des traces de pneus qui indiquaient que ... ça passait tranquille mais, n'écoutant que mon courage, j'ai fait demi-tour. Et en fait, c'est là que ça a commencé à merder ! J'ai tenté de suivre la boussole mais à chaque fois que j'empruntais une direction, les voies empruntées rétrécissaient pour finir en chemins de terre : une fois, deux fois, trois fois (si, si si, si si si !), j'ai repensé à cette épreuve avec Cap Moto où j'avais parcouru près de 350 bornes au lieu de 220-230 je crois, mais, en sautant 1 ou 2 way-points j'ai finalement réussi à me raccrocher au road-book. En même temps, pourquoi n'avertit-on pas l'usager de la route ... que la ... route ... devient, au bout du bout, un chemin de terre, hein ? Une voie sans issue, voyez ?? Bon, sans être grand clerc, ça devient clair après quelques hectomètres mais ... je suis un petit obscur, un clair-obscur et parfois je m'obstine jusqu'à défier la logique voire ... la raison !!
Et toujours personne à l'horizon pour tromper ma solitude ;-)
J'ai le souvenir d'avoir fait le plein quelque part au Luxembourg, une station "Energy" je crois, où la 95 E10 était à 1,22 € soit le prix du diesel chez nous si je ne m'abuse. Il y avait là un couple en Goldwing que je n'ai pas reconnu et qui me le reprochera plus tard ...
Eischen, Gaichel, Guirsch, Bonnert, Lischert, Nobressart, Heinstert, Vlessart, Louffemont, Fauvillers, Sûre et Vaux-sur-Sûre puis arrivée au WP 104 où le choix était laissé de tourner à gauche vers Wideumont ou de continuer tout droit pour une "variante trail". J'ai hésité une fraction de seconde pour rapidement me convaincre que j'irai suivre un stage de trail avant de m'aventurer dans des chemins aventureux ;-)
Un peu plus tard j'étais à Saint-Hubert où je décidai de marquer l'arrêt pour engranger quelques photos pour l'album du jour : entre la place, l'église et la boutique avec les produits artisanaux, il y avait matière !
C'est à ce moment que j'ai vu arriver Dominique (Explorer 1200) et Xavier (R 1200 RS) qui demanda si on buvait un coup ici ou à l'arrivée qui n'était plus qu'à +/- 25 bornes. Je lui rappelai alors qu'on avait des tickets boissons qui n'étaient valables qu'à l'arrivée à Rochefort ! Autant en profiter, non ? Juste, me dit-il !
Ils repartirent et je continuai ma provision d'images. J'ai demandé l'autorisation de prendre des photos dans la boutique et la dame au comptoir a très aimablement accepté. Elle s'est montrée tellement sympa que j'ai presque failli acheter un truc ...
Je les ai rejoints à Rochefort où faute de place disponible, on s'est tous garés anarchiquement sur les trottoirs jusque devant le commissariat de Police ... Pendant que je sirotais mon café "americano" (long) mes acolytes du jour se tapaient sans vergogne une dame blanche et une dame noire, toutes deux de corpulence forte ;-)
C'est à ce moment que Jacky et sa (nouvelle) compagne se sont joints à nous. Jacky c'est le gars qui roule en Goldwing (entre autres) et qui était à la station-service au Luxembourg ... et que j'ai ignoré mais à l'insu de mon plein gré parce que, tout simplement, je ne l'ai pas reconnu !
Il nous a parlé de son expérience avec "Moto Pyrénées", un voyage dont il n'a dit que du bien.
Avec les potes on y avait pensé il y a 2 ou 3 ans mais j'ai été un des premiers à émettre quelques réticences. Pourquoi ? Parce qu'on roule derrière un guide, sans road-books, en convoi, voyez ?? C'est un truc qui me chipote ça. Après, d'après Jacky, on découvre bien plus de choses avec le guide qui connait le "coin" comme sa poche : c'est un local et il n'organise QUE ce trip là, c'est dire s'il peut vous emmener dans des endroits qu'à la limite il est seul à connaître, dans des bistrots typiques qui ne sont pas des pièges à touristes, etc. Peut-être à essayer donc mais ... quand on sera plus vieux encore ;-)
Bon, c'est bien beau tout ça, les potes, les terrasses, le soleil, mais va falloir se décider à regagner ses pénates, non ?
Domicile, voies rapides et zouuuuuuuuuu et 400 bornes en plus au compteur !!

La prochaine sortie, ça va être quelque chose puisqu'on va s'arracher pour 4.000 bornes de bitume, direction la Toscane !
Plus que 3 fois dormir et on est partis : la machine est prête, reste à préparer les bagages et le pilote ce qui, pour ce dernier, n'est pas une mince affaire ...

Ah, les infos définitives et les road-books sont arrivés : les unes sont imprimées, les autres sont transférés sur le Tripy.
Un grand merci par avance à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la confection et à la préparation de ce voyage qui promet énormément sur le "route-livre" et le papier !

09:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.