01/05/2017

CAP MOTO : Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers ... IV

DSC04604.JPG... LE RETOUR !!
On commence par les images du jour.
Entre charentaises, encore une nuit courte perturbée par un excès de boissons alcoolisées : va falloir que je ménage ma pompe à proton et/ou que je l'inhibe !!
Ce matin là, mardi 25 avril 7h00, au travers des Velux, le ciel était gris, les nuages ayant pris le dessus ou les devants suivant la position qu'on occupe ...
Petit-déjeuner en tête à tête avec Sarah ... et quelques autres. Une fois encore, j'ai essayé de me montrer raisonnable : deux bouts de baguette, deux tranches de jambon, un bout de fromage blanc et un mug de café et ... point barre. Sain et léger, comme ceux de Jane Birkin, pffffff !
La veille on avait plus ou moins convenu de rentrer en compagnie de Virginie, Philippe et son frère Michel, Georges le kiné ainsi que de Sarah et son père, même si elle avait prévenu qu'elle roulerait pépère.
Au final, le moment venu, la pluie s'étant invitée au départ et l'enfilage des combis plastiques s'imposant comme une évidence, nous étions prêts bien avant eux de sorte que nous sommes partis comme les trois mousquetaires : on voyage plus léger à trois plutôt qu'à 8 ou 10, la logistique est bien plus simple et il est plus facile de se caser dans un restaurant et/ou un bistrot !
Bleu,Vert,Rouge, Gris : et donc, le gris c'est la couleur du jour car il pleut ce matin du mardi 26 avril : le positif c'est qu'on aura pas emporté les plastiques pour rien !!
Gouverner c'est prévoir et rouler au sec, c'est pareil !!
Une fois encore, j'ai listé les patelins qu'on a traversés, les voici, les voilà, dans l'ordre d'apparition : Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt, Vrigny, Gueux, Châlons-sur-Vesle et Chenay où j'ai marqué l'arrêt devant le monument en hommage à la Résistance Française. On y avait une vue panoramique sur les environs avec un viticulteur qui bichonnait ses ceps et pas ses cèpes qui est l'affaire du myciculteur, comme quoi un "e" muet et un accent grave, ça vous change le monde : vous imaginez la Champagne championne du champignon ?
On a vu passer Philippe, Virginie, Michel et Georges qui ont continué leur chemin jusqu'à ce qu'on les rattrape et ... qu'ils s'arrêtent à leur tour !
On a poursuivi notre route en les snobant ;-) via Courcy, Fresne-lès-Reims, Sault-Saint-Rémy, Saint-Loup-en-Champagne, Avançon, Château-Porcien, Condé-lès-Harpy, Chaumont-Porcien, Rocquigny, Saint-Jean-aux-Bois, Marlemont, Flaignes-Havys et Maubert-Fontaine, WP 43 où, telle une oasis miraculeuse dans un désert aride, sous nos yeux ébahis et assoiffés, est apparu un bistrot providentiel, le "Bar National" qu'il s'appellait. Au lieu de tourner à droite comme l'intimait le Tripy, j'ai filé tout droit et planté la Tiger devant l'estaminet, suivi par Pierre et Jean-Marc. Il faisait soleil et même si les températures restaient largement en dessous des normales saisonnières, je décidai d'enlever les plastiques alors que mes acolytes hésitaient.
On est entré, on a passé commande et, chacun à son tour, on a défilé aux toilettes avant de s'installer.
Nous avons été rejoints quelques minutes plus tard par les 4 précités et c'est finalement Michel qui a gentiment payé la tournée alors que je m'apprêtais psychologiquement à le faire :-)
On a discuté le coup et on a convenu de s'arrêter pour manger un morceau à Couvin qui n'était qu'à 25 bornes environ.
En d'autres temps et sans cette belle compagnie, j'avoue que j'aurais foncé tout droit et que je serais rentré à ma maison ;-)
Rouilly, Régniowez, Cul-des-Sarts, Bruly-de-Pesche et arrivée à Couvin où il ne restait plus qu'à choisir le restaurant car il y en a 2 ou 3 sur la place. C'est finalement à "La Ruche" qu'on a mangé et ... s'il n'y avait pas d'abeilles à l'horizon, il y avait des fourmis qui ont envahi mon casque que j'avais posé dans un coin sur l'appui de fenêtre.
Tout le monde a pris des boulettes/frites sauf Jean-Marc et moi qui avons opté pour une salade thaïlandaise me semble-t-il qui ne nous aura pas laissé un souvenir "imputrescible" surtout à Jean-Marc qui, en sortant de l'établissement, s'est retourné pour vérifier l'enseigne et ne plus y revenir.
Avec Pierre on a embrayé sur la N5 et comme il traînait bizarrement, je l'ai dépassé, me suis calé à 126 km/h au compteur et j'ai filé tout droit jusqu'à la maison. Ce n'est qu'après que j'ai ... réfléchi. Ben ouais, je suis comme ça moi : je fonce et puis je réfléchi !! Je me suis dit, après coup, que j'aurais dû suivre gentiment Pierre et qu'on aurait pu aller boire le dernier en suivant le road-book jusqu'à Spy par exemple plutôt que de rentrer, bêtement, à 14h30 à la maison ...

A suivre pour l'épilogue !!

22:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017

Les commentaires sont fermés.