29/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ... III

DSC04582.JPGLundi, 24 avril, 6h15 : on l'a pas fait sonner un chouia trop tôt ce put... de bor... de mer... de réveil de mes deux ... aiguilles !!
Quand j'vais bosser, il sonne une bonne heure plus tard, ouais une Trrrrrrès Bonne heure plus tarrrrrrrrd et là ...
Je le sens pas !
Faut vraiment y aller ?
Bah, on va commencer par prendre le p'tit déj, cool, et puis, pareil, on fera les 46 kilomètres 918 mètres qui nous séparent du circuit, cool, en respectant tous les panneaux, limitations, agglomérations, circonspection, concentration, le pétage de plomb ça sera pour plus tard ... ou pas ;-)
Petit-déjeuner avec l'incontournable Philippe (le véto couché tard) ainsi qu'avec Philippe-Le-Grand qui adore que je le cite dans mon blog ;-) et la délicieuse Virginie, son épouse, sans oublier aussi Sarah et son papa, la gamine ^^ (HONDA CBf 600) appréhendant le moment car elle est tombée l'an dernier. Entre charentaises, Virginie (BMW 800 R) était tombée également sur le circuit mais l'année d'avant.
Finalement, ces demoiselles et ces dames y vont fort en piste, n'est-il pas ? Chaudes-boulettes les nénettes, hein ??
Bon, bon ...
Après quelques bornes pour sortir du centre commercial et du centre ville, on a embrayé sur les N51 et N3, toutes deux surnommées "Route historique du Patrimoine Québecquois", chose que je découvre avec vous, en visionnant la carte qui accompagne le road-book sur le logiciel "Road Tracer" livré avec le Tripy. Je n'ai vu ni caribous, ni murs de neige, ni tabernacles, ni Charlebois, ni Céline et René-Charles, ni érables (quoi que ?) sur le bord de la route et ... finalement je ne demande pas mieux qu'on m'explique cette "curiosité" géographico-historico-exotique.
La N3 était bien chargée ce matin-là, notamment en camions plus ou moins longs et plus ou moins dans le rythme, et dans ces cas-là, il ne m'en faut pas beaucoup pour me "chauffer". A ce petit jeu, seul Jean-Marc est resté dans ma roue mais peut-être était-ce parce qu'il n'avait pas pris son Tripy. Il devait l'économiser parce qu'il avait oublié le câble pour le recharger ...
Mareuil-le-Pont, Troissy, Vincelles, Trelou-sur-Marne, Courthiézy et Varennes puis, droite sur la D330, gauche sur la D3, re-gauche sur la D4 jusque Mont-Saint-Père, petite prière et petit signe de croix, le circuit n'étant plus qu'à 4 bornes (le père, le fils et le saint, Esprit !), puis D85, Route de Beuvardes et arrivée dans le Saint du Saint, le paddock des Ecuyers !!
ROUGE, impair et passe : les jeux sont faits, rien ne va plus !!
Et oui, on était à peine arrivés, on avait échangé quelques boutades ou autres avec l'un ou l'autre et puis, chacun à son tour, on s'est dirigés vers Ambie, le Maître des Couleurs, qui m'a tendu un bout de papier autocollant rouge. J'ai hésité à le prendre, je lui ai fait part de cette hésitation, il m'a demandé si je voulais "revenir en arrière" et j'ai finalement répondu : "Bah, on va essayer d'assumer !!"
Pendant que les verts et les bleus se partageaient la boucle de 1.2 km du circuit, nous avons utilisé l'autre boucle, longue de 2.3 km, deux runs au cours desquels je me suis fait déposer par presque tous les autres rouges, plus vifs que moi, et pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé de tenir le rythme : la Tiger raclait de partout, un coup à gauche, un coup à droite et même qu'au deuxième run, entre "Les Chicanes" et le "Grand gauche sans fin", je sais pas si c'est la latérale ou la centrale qui a frotté, mais la moto s'est soulevée pour faire un écart d'au moins 15-20 centimètres, provoquant immédiatement un lâcher de gaz et une frayeur ... qui n'a duré que le temps d'arriver au "Grand gauche" où j'ai repris mes esprits mais en assouplissant le poignet droit, voyez ?
Quand on est arrivés au paddock, un des monos qui roulait sur une YAMAHA MT-03 (un 300cc de 44 chevaux SVP !), et qui avait tourné avec nous en suivant l'un ou l'autre a dit : "Ce n'est pas catastrophique, le rythme n'est pas mauvais, ça va, ça va MAIS, toi, toi (moi quoi !) et toi, si vous continuez comme ça, c'est la gamelle assurée cet après-midi, les gars !! C'est pas la machine qu'il faut incliner, faut bouger le haut et le bas du corps !!!. Pas le temps de se concentrer là-dessus qu'on échange les pistes : les verts et les bleus sur la boucle longue et les rouges sur le tourniquet de 1.2 km.
Attention, il est beaucoup plus rapide, le tourniquet donc ... faites bien gaffe !!
Et là, si presque tous les rouges m'avaient déposés sur la "boucle moyenne", ici ils m'ont tous dépassé.
Franchement les gars, merde quoi ! Un peu de respect pour les rouges pâles que diable !! Faut pas se jeter ainsi à gauche, à droite et pourquoi pas par-dessus ?? Même Philippe qui étrennait sa Tracer 900 "pelle à tarte" pour la première fois et Olivier qui n'était pas peu fier de sa Z 1000 avec les durites aviation et le reste, m'ont fait l'intérieur ou l'extérieur ou les deux, j'sais plus. J'étais à deux doigts (d'honneur) de rentrer chez moi en pleurant et en pestant comme un enfant qu'on lui a piqué son jouet ou un adulte à l'ego piétiné, voyez ??
Cela dit, j'ai quelques excuses, jugez plutôt :
-déjà, la Tiger, toute vaillante qu'elle soit, n'a "que" 94 valeureux chevaux à côté de machines ... rouges ou pas qui en avançaient 115, 125, voire 150 et ça, dans la ligne droite, ça compte;
-lors de l'entretien des 60.000 km, mon concess m'avait dit qu'il fallait surveiller les plaquettes avants et qu'il faudrait les changer dans +/- 3.000 kilomètres. Et là on y était presque, du coup j'osais pas trop ouvrir pour après plonger sur les freins alors que les plaquettes étaient au bout du rouleau, voyez ? Ah ah, l'excuse de la loose qui perd ;-)
Ouais ben, en attendant, sans chevaux et chanfrein (comme on dit chez les limeurs de béquilles ^^), ça le fait qu'à moitié ...
Bon, trêve de considérations à la "mord-moi le disque", c'est l'heure de becqueter et là, j'ai pas beaucoup de concurrence !!
Entre 12h00 et 14h00, silence radio : 120 minutes de silence en mémoire aux riverains qui, entre nous, ne doivent pas être nombreux tant la surface dévolue au circuit et à ses dégagements est conséquente et tant les environs semblent déserts ...
La Loi c'est la Loi, personne ne s'en plaindra et, finalement, le temps est vite passé.
A souligner, la quantité et la variété des sandwiches, leur fraîcheur, idem pour les oeufs, les crudités, les boissons fraîches et chaudes, les fruits frais, franchement rien à dire : plus simple à préparer qu'un BBQ géant et finalement plus sain et plus léger !!
Il est déjà 14 heures et on est plus ou moins tous prêts à répondre à l'appel de la piste. Presque tous car Pierre a de plus en plus mal au dos et, si je ne me trompe pas, il a fait l'impasse sur tous les runs de l'après-midi et je pense que d'autres aussi ont renoncé pour l'une ou l'autre raison, bonne ou mauvaise, en tout cas qui ne regarde qu'eux.
Différence notable et de taille par rapport au matin, on profite chacun à son tour de toute la longueur du circuit : on additionne les 2,3 au kilomètre 200 pour un total, bonjour le calcul mental, de 3,5 bornes si je ne me trompe pas.
Et croyez-moi, ça change la donne. On met au moins un run complet à reprendre ses marques car, si chacun des virages reste "familier", c'est leur succession et leur enchaînement qui ... déroute : on croit qu'on peut ouvrir en grand mais on arrive dans l'épingle, on coupe les gaz alors qu'on a encore 300 bons mètres de ligne droite. On se rend compte que ce circuit, mine de rien, est vachement technique et que sans les cônes, il y a quelques virages qu'on serait bien en peine de négocier correctement. Je pense aussi au "pif-paf" qu'on ne devine justement que grâce aux cônes !!
Tout l'après-midi j'ai essayé de faire abstraction des autres rouges, définitivement plus rapides que moi. Je me suis plutôt appliqué au mieux pour travailler les trajectoires en essayant d'éviter de frotter les cale-pieds et ce n'est que lorsque j'essayais désespérément de suivre un autre motard que je gaffais et me loupais. Il y en a 4 ou 5 qui se sont tirés la bourre et, si je suis sûr que ça doit être excitant, ça doit aussi être relativement dangereux et sans doute qu'on est amené à faire un peu n'importe quoi ... Bah, on remettra ça à une autre fois quand j'aurai gagné du gallon et quelques chevaux ;-)
Le dernier run "normal" terminé à 17h20, je rentre en léger décalé par rapport aux autres furieux et j'entends Philippe qui dit que tous ceux qui le veulent, toutes couleurs confondues, peuvent repartir "direk" pour une dernière salve.
Hélas, je suis en réserve depuis pas mal de tours déjà et je crains la panne sèche : c'est qu'à ces rythmes endiablés, la Tiger descend près de 7 litres au cent je pense ... Mais Philippe, encore lui, me dit qu'Olivier a amené un gros bidon d'essence avec lui (il est venu en camionnette le matin même) et que je n'ai qu'à lui demander. J'hésite. Je pourrais très bien en rester là, raisonnablement, non ? Mais le petit diable ne l'entend pas de cette oreille. Je fonce jusqu'à la camionnette et, sans trop oser, ajoute un ou deux litres tout au plus. Je remonte sur la piste et profite des derniers tours de cet excitant circuit jusqu'au dernier moment, merci Olivier, merci tous mes sponsors et tout le team du staff ;-)
Merci maman, merci papa !! Tous les ans, on voudrait qu'ça r'commence, oukaidi, ouikaida !!
Avec Pierre et Jean-Marc on ne s'est pas éternisés et, juste le temps de récupérer le top-case, qu'on prenait la route du retour vers l'hôtel. A une intersection, je me suis porté à la hauteur de Pierre (il mesure pourtant 30 centimètres de plus que moi !) et je lui ai demandé qu'on s'arrête pour faire quelques photos des vignobles environnants. Passe devant ! qu'il m'a dit, ce que j'ai fait sans sourciller. Un peu plus loin, on a planté les béquilles et complété l'album. Ils sont repartis un peu avant moi qui ai pris mon temps pour profiter du panorama et du silence qui régnait là.
Je les ai rejoint un peu avant l'hôtel et, contrairement à eux, j'ai fait le plein à la Station Leclercq du centre commercial en même temps que Marc et Alain sur FJR et Multistrada.
Le soir, au bar, le patron était de retour : un gars extrêmement jovial qui nous a fait des prix sur les consos et qui a fait tourner du saucisson dans les rangs ...
A table, comme la veille, excellente ambiance, nourriture de très bonne facture et vins de toutes les couleurs, une fois encore.
Rideau sur un deuxième jour parfait en tous points, point !
Y a plus qu'à dormir en espérant que la météo sera avec nous car les prévisions ne sont pas bonnes pour le lendemain ...

21:23 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017

28/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ... II

DSC04555.JPGOn quitte la Chartreuse du Mont-Dieu et 10.744 mètres plus tard, on rejoint les rives du Lac de Bairon.
Le restaurant "Le Panoramic" est ouvert et on s'installe en terrasse.
En cherchant des renseignements sur cet établissement, je suis tombé sur un fait divers qui remonte à 2013 et qui avait vu les gérants (mère et fils) condamnés à 6 mois de prison avec sursis pour travail au noir (9 personnes sans contrat de travail) et détention/utilisation de denrées alimentaires périmées (viande, boudin, yaourt, ...) avec 44 x 50 € d'amende par produit avarié !
Bon, si j'ai trouvé un goût "étrange" à mon américain (steak tartare Outre-Quiévrain) ce n'est pas pour cette raison. D'ailleurs, Pierre qui a pris la même chose n'a rien trouvé à redire et Jean-Marc, qui ne mange plus de viande, a fait l'effort de le goûter et n'a rien relevé non plus. Il y avait sans doute juste un assaisonnement "exotique" par rapport à mes habitudes, toutes simples !!
En milieu de repas, un groupe de joyeux quinquas, sexas, voire septuagénaires, s'est mis à jouer quelques compositions de son cru ainsi que l'un ou l'autre standard français. J'ai essayé de faire un petit film mais n'y suis jamais parvenu, j'en reviens toujours pas d'ailleurs !! Comme souvent, j'ai ponctué le repas par un café serré, pour éviter de m'endormir au guidon pendant la digestion, encore un effet secondaire de l'âge qui avance sans se préoccuper du temps qui passe : ah ah, encore une phrase qui dit bien ce qu'elle veut dire, c'est-à-dire rien ;-)
On est repartis, toujours dans le même ordre et on n'a pas coupé le road-book qu'on a donc respecté au pictogramme près.
Comme d'habitude, les traceurs se sont évertués à emprunter des toutes petites routes mais contrairement à notre pauvre pays, les routes françaises, même les plus reculées, restent tout-à-fait roulantes. D'ailleurs, c'est symptomatique : juste avant la frontière, on était secoués comme des pruniers sur des tronçons pourris et puis est apparu le panneau "France" et tout est rentré dans l'ordre : Vive la France !! Bon, on est un peu secoué, c'est pas non plus le billard, mais ... les boules et la queue restent en place et ne sont pas envahies par les fourmis ;-)
Le Chesne, Tannay, Les Petites Armoises, Belleville et Châtillon-sur-Bar puis Boult-au-Bois, Thénorgues, Champigneulle, Saint-Juvin, Cornay, Autry, Bouconville, Séchault, Ardeuil et Montfauxelles. On est passés devant l'ossuaire de Navarin sans marquer l'arrêt et on a continué, sans désemparer, sur Saint-Hilaire, Mourmelon-le-Grand et -le-Petit, Ambonnay (dont on dit qu'il faut ABSOLUMENT le voir "by night", Ambonnay de Nuit, voyez ?
Ouais, bon, on peut pas toujours être au top, genre "Ambonnay due forme" ou en "Ambonnay H" ce qui prouverait par contre la pleine forme ^^
A partir d'un moment, on s'est mis à chercher après un bistrot mais les villages qui se succédaient à cadence régulière n'en comportaient pas. A quelques encablures de l'arrivée, Pierre m'a doublé et s'est engagé dans le parking d'une station-service. Ce n'était pas pour faire le plein mais plutôt pour faire le vide, voyez ? On s'est soulagés derrière une haie et, tant qu'à faire, j'ai proposé qu'on fasse l'appoint d'essence. On n'était plus qu'à une douzaine de bornes de l'hôtel et je trouvais logique qu'on ne s'arrête pas à nouveau alors qu'on avait ce qu'il fallait, là, sous la main !
On est arrivés à l'hôtel à 18h30 environ : chambre 44, 3ème étage (sans ascenseur), un grand et un petit lit. Vu nos gabarits respectifs, l'affaire était pliée. Et bien non : Pierre a besoin de brancher son "respirateur" et, faute de rallonge suffisante, il a dû prendre le petit. En même temps, petit ou grand, la longueur est la même, non ?
On est descendu au bar et, bonne surprise, il y avait de bonnes bières à la carte : des Rochefort et de la Chouffe entre autres.
On s'est retrouvé sur la terrasse et on a discuté avec 3 motards qui venaient de l'autre côté de la frontière linguistique mais qui s'exprimaient presque parfaitement en français, en tout cas, autrement mieux que moi qui baragouine quelques mots en néerlandais ... mais avec un très bon accent !!
A table, je me suis retrouvé avec l'ineffable Philippe (le véto de l'an dernier - YAMAHA 1200 Ténéré - que j'ai retrouvé lors de la sortie "Offrez-moi la lune") et d'autres. La formule buffet d'entrées, plat à table et buffet de desserts était de mise, comme l'an dernier, et on a pu se féliciter de la qualité de l'offre. Les vins (blanc, rosé et rouge) étaient également compris dans la demi-pension. En fin de soirée, c'est BOB qui a essayé de prendre la parole mais il a eu un peu de mal à s'imposer : n'est pas Pierre-Yves qui veut. Reste qu'il n'y avait pas grand chose à dire si ce n'est insister sur l'heure d'arrivée au circuit.
Sachant qu'il y avait un peu moins de 47 kms à faire et qu'il fallait bien entendu déjeuner, on a convenu de faire retentir le clairon à 6h15, mazette !! Que suis-je venu faire dans cette galère !?!
En plus, avec les Chouffe et les vins de toutes les couleurs que j'ai descendus sans compter, je n'en menais pas large quand je me suis réveillé à 2h30 mais, heureusement, l'Alka Seltzer que j'ai bu m'a permis de replonger dans le sommeil du juste, juste ce qu'il fallait !
Pour compenser tout ce blabla ... INDIGESTE finalement, voici en cadeau les photos du deuxième jour .
On en reparle !!!

22:19 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017

25/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ...

Pour celles, très nombreuses ^^, et ceux (m'en fous) qui s'inquiéteraient de ma petite personne, qu'elles et qu'ils sachent que je suis bien revenu, en forme, de ce stage en Champagne !
Voici les photos du premier jour qui consistait à rejoindre l'hôtel "Bagatelle" à DIZY.

Si je ne m'abuse ça doit faire la 4ème fois que je participe aux stages de remiseS en formeS organisés par CAP MOTO en début de saison motocycliste, un stage qui, pour rappel, consiste en une première journée de balade pour se rendre à l'hôtel, une deuxième journée toute consacrée au stage proprement dit sur le circuit des Ecuyers et une troisième pour rentrer à la maison.
Il est aussi possible d'opter pour la seule journée sur circuit (avec plantage de tente sur le paddock) ou pour deux journées au lieu de trois, avec retour le soir.
Perso, comme à chaque fois, j'ai joint l'agréable à l'agréable en optant pour la formule "longue", histoire de prendre les choses à la cool, voyez ?
J'avais donc rendez-vous à 9h30 devant le Château d'Acoz (WP 8 du road-book qui démarrait de Genappe) avec Pierre alias Gull et Jean-Marc, un gars avec lequel il avait sympathisé lors de son précédent stage en août 2016 je crois.
J'étais au poste à l'heure et j'ai fait connaissance avec lui avant l'arrivée de l'ami Gull. Il m'a raconté qu'il a rencontré un problème de mise en route de sa 1200 RT ce matin-là suite à des soucis de connexions électriques : il a réparé une partie du faisceau sous la selle à cause de coupures intempestives et pensait avoir tout réglé mais apparemment la machine faisait encore quelques caprices ... Cela dit, sa monture a parfaitement fonctionné tout le reste du voyage !
Pierre est arrivé, il a avalé un croissant, m'a demandé si je voulais rouler devant et on est partis comme ça, lui derrière, Jean-Marc au milieu et moi devant.
En pièces jointes à un e-mail, il nous avait envoyé des road-books modifiés, pour l'aller ainsi que pour le retour.
Après examen du tracé originel, il a remarqué qu'à l'aller, il passait tout près de 2 sites touristiques qu'il nous proposait de visiter, qu'on s'arrête ensuite pour boire le coup sur la Place Ducale de Charleville-Mézières et qu'on termine la matinée autour du Lac de Bairon pour y casser la croûte au resto du lac, s'il était ouvert ... Ces crochets rallongeant le tracé de 24 bornes et des poussières, il avait même prévu un raccourci entre les WP 62 et 83 pour rattraper les kilomètres perdus si on le désirait : une organisation sans faille pour laquelle je le remercie chaleureusement et publiquement !!
On est donc partis pour un trajet de 324 kilomètres au total en passant par Morialmé, Florennes, Corenne, Rosée, Romerée, Gimnée, Mazée, Oignies-en-Thiérache, Fumay, Revin, (Gazzzzzzz) Deville, Sécheval (cabré) jusqu'à arriver à Charleville-Mézières où nous avons quitté le road-book pour se diriger sur la Place Ducale qui vaut le détour pour son histoire, son architecture et ... ses terrasses.
On a pris quelques photos et on s'est installés à celle du restaurant "L'Entrecôte". Pierre a pris une bonne bière pendant que Jean-Marc et moi avons préféré un grand café car si le soleil était de la partie il faisait bien froid en ce milieu de matinée, de l'ordre de 5 ou 6° tout au plus, une boisson chaude étant dès lors la bienvenue ! On s'est fait quelques confidences sur nos compagnes et nos déboires respectifs avant de reprendre la route pour un peu plus de 37 kilomètres vers Villers-Semeuse, Les Ayvelles, Flize, Chémery-sur-Bar et plutôt que de continuer sur Le Chesnes on est parti sur Stonne et sa célèbre butte par la D24 pour voir le mémorial 1940 . Pierre ne connaissait pas l'endroit mais, perso, j'y étais déjà venu à l'une ou l'autre occasion avec Henri et les copains. Depuis ma dernière visite, l'escalier qui mène au sommet de la butte a été entièrement refait "en dur", par contre la croix qui était plantée au sommet est dans un sale état et est apparemment en chantier. On y a vu deux parapentistes qui, telles des marionnettes, défiaient le froid et le vent au bout de leurs ficelles.
Sept kilomètres et demi plus loin, on s'est arrêtés au site de la Chartreuse du Mont-Dieu, un endroit que je ne connaissais pas ... si ma mémoire ne me trahit pas ! Pierre nous a avoué qu'il rêvait d'acquérir un tel endroit pour y organiser des festivals de musique qui réuniraient des milliers de motards auxquels il proposerait le camping et quelques chambres d'hôtes dans la très grande bâtisse centrale. C'est beau d'avoir encore de tels rêves ...

A ce propos, je crois que je vais en rester là pour aujourd'hui et que je vais tomber dans les bras de Josée !
A+ ?

23:45 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : ecuyers 2017

20/04/2017

Americas first !

trump a moto.jpgOui mais d'abord un petit lien vers le récit, fort bien torché d'ailleurs, de l'expérience d'un gars qui, comme moi, a eu la CHANCE de partager une tranche de vie avec la sympathique SUZUKI Freewind : le voici .
Cette machine mue par un monocylindre de 650 cc fort de 47 chevaux ne pesait que 162 kgs à sec et tenait le parquet comme un kart ! Un peu haute pour mes guibolles, j'avais fait remplacer les biellettes pour ramener la selle à quatre-vingts centimètres du sol, tout juste pour ma taille. Je me suis bien amusé et, en 4 ans, j'ai parcouru plus de 50.000 km avec les copains : on a été dans tous les recoins de l'Hexagone et par-delà. Fallait pas aller trop bas dans les tours mais, sauf à oublier de descendre un rapport ou deux, elle repartait comme en 40 d'un simple mouvement du poignet :-)
Un peu juste sur les grands axes et les longues courbes à perte de vue, elle était un enchantement dans les virolos et les lacets de montagne ... Pour info, FREEWIND ne veut pas dire "libre comme le vent" mais le "wind" ici est synonyme de serpenter, enrouler, voyez ? Comme la Long and WINDing road chantée par les Beatles !!
Souvenirs, souvenirs : comme cela est déjà loin ...
Après le passé lointain, le futur proche, après la France profonde, l'Amérique superficielle !
Ce week-end c'est à Austin que les cadors de la Moto GP se sont donné rendez-vous pour la 3ème manche du championnat.
Voici les horaires pour la catégorie reine :

Vendredi 21/04
FP1 : 16:55 > 17:40
FP2 : 21:05 > 21:50
Samedi 22/04
FP3 : 16:55 > 17:40
FP4 : 20:30 > 21:00
Q1 : 21:10 > 21:25
Q2 : 21:35 > 21:50

Dimanche 23/04
WUP : 16:40 > 17:00
RACE : 21:00
: les feux rouges s'éteindront et on sera partis pour 21 tours d'un circuit long de 5,5 kms aux innombrables virages (11 à gauche et 9 à droite) exigeant pour les machines comme pour les pilotes.
On s'attend bien entendu à une 5ème victoire de Marc MARQUEZ mais, qui sait ?
N'oublions pas les courses en Moto 3 et en Moto 2 à 18:00 et 19:20.
A souligner la déclaration de Johann ZARCO lors de la conférence de presse qui a quelque part regretté d'être devenu plus célèbre pour les 6 tours qu'il a menés lors du grand prix du Qatar que pour les 2 titres de champions qu'il a décroché en Moto2.
Il a ainsi rappelé l'importance de ces catégories qu'on a effectivement tendance à un peu oublier ...

21:54 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

15/04/2017

Pépites annonces ? Petites annonces !...

petites annonces.jpgOuais, mais nan, je ne cherche pas encore une remplaçante à la Tiger ...
Au hasard du site de "Moto Doc" de Limal, j'ai trouvé quelques "curiosités" telles :

- une YAMAHA TDM 900 qui afficherait 790.000 kms au compteur : Didier, tu as encore de la marge avec la tienne !

- une SUZUKI V-Strom DL 650 de ... 1959 : Henri, ta DL a encore une longue vie devant elle !

- un scooter Peugeot 50cc avec plus de 40.000 kms au compteur en - de 10 ans, de quoi faire rougir de honte pas mal de motards aventuriers qui ne tiennent pas cette moyenne annuelle !

- une SUZUKI Freweend Freewind , juste pour rappeler que ce fut ma première monture et que si vous êtes à la recherche d'une moto pour débuter ou pour vous y remettre, elle vous tend son guidon : plus polyvalente qu'une petite 300 ou 400, elle permet d'envisager les voyages au long cours également et ça, ça n'a pas de prix. C'est sans doute pour ça que le proprio n'en a pas indiqué ;-)

- une TRIUMPH Daytona 675 pour le circuit, oui !!! 2007 - 21.500 km - 4.800 € avec quelques accessoires, miam, miam !! Ouais, bon, la couleur ... un peu pâlotte certes ...mais c'est ... furtif !!

- une BMW R1200 RS qui, dixit son propriétaire, ne lui convient pas : on se demande bien pourquoi et on se dit qu'à des prix pareils, il faut absolument essayer la moto avant de signer le bon de commande !!

- une BMW 1200 GS ... toute comme celle du Claude , tiens, tiens ? Il n'a pourtant rien laissé filtrer, même pas le café, lors de notre dernière sortie, pas plus tard que dimanche dernier !

Comme François, habitué aux cachotteries, Claude est du même tonneau si je puis dire, un peu comme Diogène qui fut (ben ouais) un grand philosophe "plus cynique que Sénèque" à une époque lointaine dont même Jésus-Christ ne se souvient plus, et pour cause !!
Bon, je suis carrément remonté à la source mais rien n'a filtré non plus chez les gars de Moto Doc. Serait-ce possible alors, qu'il ne s'agisse que d'une coïncidence ? Y a quand même mon p'tit doigt qui m'a dit ...

Et puisqu'on en est aux cachotteries, je ne dirai pas qu'on a d'ores et déjà reçu les road-books pour la descente, la remontée, l'aller-retour hôtel-circuit-hôtel, pour notre sortie en Champagne et notre remise en forme sur le circuit des Ecuyers à Beuvardes. La trace passe littéralement "en bas de chez nous" et on va pour ainsi dire prendre le road-book en marche devant le Château d'Acoz ou l'Administration Communale de Gerpinnes. Pierre a eu à coeur de vérifier les tracés et, en plus de corriger quelques imprécisions, il a ajouté 2 visites culturelles et un arrêt repas de midi au Lac de Bairon.
J'attends cette sortie avec une impatience que j'vous raconte pas l'impatience !!

Cela dit, je ne devrais pas le dire non plus mais tant pis, va falloir que je me remette en forme avant cette remise en forme car, c'est pas top-top pour l'instant. Depuis plus de deux semaines maintenant, je manque de souffle, je me sens oppressé au niveau du haut de la cage thoracique, j'ai des douleurs relativement aiguës dans le bras gauche et parfois aussi dans le bras droit ... au point que je crains l'infarctus, en bon hypocondriaque que je suis.
J'ai été voir le toubib hier : il penche plutôt pour une ... allergie au pollen et à toutes ces choses qui flottent dans l'air ces derniers temps. Me voilà avec un antihistaminique qui m'assomme en soirée. Dans la foulée il m'a prescrit une visite chez le cardiologue et le pneumologue, histoire de tester ma résistance à l'effort et de faire quelques "E.F.R."
Je croise les doigts et j'espère juste que ce n'est qu'un petit creux de vague avant une belle marée haute ;-))

Allez, à votre santé !!!

Tiens, une fois n'est pas coutume, une petite blague qui concerne un cardiologue, histoire de conjurer le sort :


Enterrement d'un cardiologue:
Ça se passe au cimetière, au moment de l'inhumation d'un célèbre cardiologue.
De nombreux confrères sont présents.
Pour la circonstance, l'entrée du caveau a été ornée d'un énorme coeur de deux mètres de haut, fait avec des fleurs, et le cercueil est placé devant.
Après le sermon et les adieux, le gigantesque coeur s'entrouvre, le cercueil est placé à l'intérieur et le coeur se referme.
Tout le monde est silencieux et très triste. Soudain, l'une des personnes présentes éclate de rire.
Son voisin le réprimande d'un air sévère :
- "Chut ! Mais qu'est-ce qui vous prend de rire comme ça?"
- "Désolé.... J'imagine mon enterrement : je suis gynécologue !!!"

Bon, on se quitte là-dessus si vous voulez bien ?

17:35 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

11/04/2017

Et la motte au GP !?!

Avec toutes ces sorties caritatives et/ou amicales, on en oublierait presque ce qui se passe au sommet de la hiérarchie motocycliste, hein ?
Z'avez regardé les deux grands prix ? Bon, là, je n'évoque que la catégorie reine mais perso, autant que possible, je regarde aussi les courses en Moto 3 et Moto 2 et pas seulement parce qu'on y trouve des petits belges avec Livio LOI et Xavier SIMEON !
Pour en revenir aux champions toutes catégories, les poids lourds du deux roues motorisé, il n'est pas inintéressant de commencer par "bêtement" aligner des chiffres et des lettres.

D'abord, le classement général "Pilotes" après 2 courses :

1. Maverick VINALES : 50
2. Valentino ROSSI : 36
3. Andrea DOVIZIOSO : 20
4. Scott REDDING : 17
5. Cal CRUTCHLOW : 16
6. Jonas FOLGER : 16
7. Jack MILLER : 15
8. Marc MARQUEZ : 13
9. Alvaro BAUTISTA : 13
10. Dani PEDROSA : 11
11. Johann ZARCO : 11
12. Aleix ESPARGARO : 10
13. Danilo PETRUCCI : 9
14. Loris BAZ : 9
15. Karel ABRAHAM : 8
16. Alex RINS : 7
17. Hector BARBERA : 6
18. Jorge LORENZO : 5
19. Tito RABAT : 5
20. Pol ESPARGARO : 2
21. Bradley SMITH : 1
---
22. Andrea IANNONE
23. Sam LOWES
---
Là, déjà, on ne peut s'empêcher de rester interloqués, non ?
Quoi ? Maverick VINALES gagne les deux premiers grands prix alors qu'il débarque chez Yamaha ?!?
Re-quoi ?? Il fait mieux que son illustre équipier, neuf fois champion du monde ?!?
Hein, quoi ??? Qu'est-ce qu'il nous fait MARQUEZ, quatrième lors du 1er grand prix et par terre au quatrième tour du second ?
Et PEDRO ???? Dans les choux, pareil ! La HONDA n'a pas encore l'air au point : motricité défaillante encore ?
On va oublier LORENZO, il a tout fait pour, non ? 11ème à Sepang, la faute à la pluie, par terre au premier virage en Argentine, la faute à Jorge qui a confondu vitesse et précipitation et qui a fondu sur un IANNONE qui n'en pouvait rien, pour une fois ;-)
Et puisqu'on est sur IANNONE, qu'en dire ? A Sepang il touche la roue de MARQUEZ et finit par terre et à Rio Hondo il anticipe le départ de 2 centimètres je crois et le ride-through le pousse hors des points. Décevant : il mérite assurément mieux et quand il maîtrisera un peu plus son sujet et que les dieux de la Moto seront avec lui, il pourrait donner la leçon à certains ...
Les TECH3 vont aussi créer quelques surprises à mon avis : on se souviendra des nombreux tours qu'a menés ZARCO à Sepang et de sa consistance en Argentine, alors que FOLGER ne démérite pas. Tant que les Honda n'iront pas mieux, il y aura des podiums en vue pour les outsiders !

Quant aux "teams", voici le classement :

1. MOVISTAR YAMAHA MOTOGP : 86
2. MONSTER YAMAHA TECH 3 : 27
3. OCTO PRAMAC RACING : 26
4. DUCATI TEAM : 25
5. REPSOL HONDA TEAM : 24

6. PULL&BEAR ASPAR TEAM : 21
7. EG O.O. MARC VDS : 20
8. LCR HONDA : 16
9. REALE AVINTIA RACING : 15
10. APRILIA RACING TEAM GRESINI : 10
11. TEAM SUZUKI ECSTAR : 7
12. RED BULL KTM FACTORY : 3

Ecrasante domination des YAMAHA, factory (+ de 60 points d'avance sur le second team usine) ainsi que privées dans une moindre mesure avec des TECH 3 au taquet.
Faudrait pas encore un ou deux grands prix comme ça sinon elles auront tellement d'avance que leS championnatS seront d'ores et déjà scellés et que les autres n'auront plus qu'à lutter pour les accessits !
Bon, dans deux semaines ça se passe à AUSTIN, le fief de Marc MARQUEZ : il y en a pour dire que c'est déjà "sa dernière chance" pour recoller au championnat et espérer revenir dans la ... course au titre.
Entre nous, c'est à souhaiter, histoire de pimenter le bazar !!!

22:46 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

09/04/2017

"La Printanière" avec les copains ...

Une fois n'est pas coutume, les photos et le compte-rendu se trouvent sur mon site.
Accès à l'adresse suivante !!

23:09 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

05/04/2017

Remise en forme ...

moto toto.jpgNewsletter de Cap Moto qui mentionne que, sauf erreur de ma part, il reste quelques places disponibles !
Vous aimez le circuit mais sans vous faire peur? sans être entourés de furieux en GSX-ZX-R-SR-RRrrr mais uniquement par des moniteurs soucieux de votre sécurité et de vous apprendre les bons gestes ?
Ceci est pour vous !! et ça se passe les 23,24 et 25 avril sur le Circuit des Ecuyers en Champagne ... et qu'importe votre monture, elles sont toutes (ou presque) les bienvenues.
Surfez sur le site, téléchargez le formulaire et/ou contactez l'organisateur : il n'est peut-être pas trop tard.
Une chose est sûre : vous ne ne regretterez pas !!!

15:50 Écrit par Alberto | Commentaires (0)