25/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ...

Pour celles, très nombreuses ^^, et ceux (m'en fous) qui s'inquiéteraient de ma petite personne, qu'elles et qu'ils sachent que je suis bien revenu, en forme, de ce stage en Champagne !
Voici les photos du premier jour qui consistait à rejoindre l'hôtel "Bagatelle" à DIZY.

Si je ne m'abuse ça doit faire la 4ème fois que je participe aux stages de remiseS en formeS organisés par CAP MOTO en début de saison motocycliste, un stage qui, pour rappel, consiste en une première journée de balade pour se rendre à l'hôtel, une deuxième journée toute consacrée au stage proprement dit sur le circuit des Ecuyers et une troisième pour rentrer à la maison.
Il est aussi possible d'opter pour la seule journée sur circuit (avec plantage de tente sur le paddock) ou pour deux journées au lieu de trois, avec retour le soir.
Perso, comme à chaque fois, j'ai joint l'agréable à l'agréable en optant pour la formule "longue", histoire de prendre les choses à la cool, voyez ?
J'avais donc rendez-vous à 9h30 devant le Château d'Acoz (WP 8 du road-book qui démarrait de Genappe) avec Pierre alias Gull et Jean-Marc, un gars avec lequel il avait sympathisé lors de son précédent stage en août 2016 je crois.
J'étais au poste à l'heure et j'ai fait connaissance avec lui avant l'arrivée de l'ami Gull. Il m'a raconté qu'il a rencontré un problème de mise en route de sa 1200 RT ce matin-là suite à des soucis de connexions électriques : il a réparé une partie du faisceau sous la selle à cause de coupures intempestives et pensait avoir tout réglé mais apparemment la machine faisait encore quelques caprices ... Cela dit, sa monture a parfaitement fonctionné tout le reste du voyage !
Pierre est arrivé, il a avalé un croissant, m'a demandé si je voulais rouler devant et on est partis comme ça, lui derrière, Jean-Marc au milieu et moi devant.
En pièces jointes à un e-mail, il nous avait envoyé des road-books modifiés, pour l'aller ainsi que pour le retour.
Après examen du tracé originel, il a remarqué qu'à l'aller, il passait tout près de 2 sites touristiques qu'il nous proposait de visiter, qu'on s'arrête ensuite pour boire le coup sur la Place Ducale de Charleville-Mézières et qu'on termine la matinée autour du Lac de Bairon pour y casser la croûte au resto du lac, s'il était ouvert ... Ces crochets rallongeant le tracé de 24 bornes et des poussières, il avait même prévu un raccourci entre les WP 62 et 83 pour rattraper les kilomètres perdus si on le désirait : une organisation sans faille pour laquelle je le remercie chaleureusement et publiquement !!
On est donc partis pour un trajet de 324 kilomètres au total en passant par Morialmé, Florennes, Corenne, Rosée, Romerée, Gimnée, Mazée, Oignies-en-Thiérache, Fumay, Revin, (Gazzzzzzz) Deville, Sécheval (cabré) jusqu'à arriver à Charleville-Mézières où nous avons quitté le road-book pour se diriger sur la Place Ducale qui vaut le détour pour son histoire, son architecture et ... ses terrasses.
On a pris quelques photos et on s'est installés à celle du restaurant "L'Entrecôte". Pierre a pris une bonne bière pendant que Jean-Marc et moi avons préféré un grand café car si le soleil était de la partie il faisait bien froid en ce milieu de matinée, de l'ordre de 5 ou 6° tout au plus, une boisson chaude étant dès lors la bienvenue ! On s'est fait quelques confidences sur nos compagnes et nos déboires respectifs avant de reprendre la route pour un peu plus de 37 kilomètres vers Villers-Semeuse, Les Ayvelles, Flize, Chémery-sur-Bar et plutôt que de continuer sur Le Chesnes on est parti sur Stonne et sa célèbre butte par la D24 pour voir le mémorial 1940 . Pierre ne connaissait pas l'endroit mais, perso, j'y étais déjà venu à l'une ou l'autre occasion avec Henri et les copains. Depuis ma dernière visite, l'escalier qui mène au sommet de la butte a été entièrement refait "en dur", par contre la croix qui était plantée au sommet est dans un sale état et est apparemment en chantier. On y a vu deux parapentistes qui, telles des marionnettes, défiaient le froid et le vent au bout de leurs ficelles.
Sept kilomètres et demi plus loin, on s'est arrêtés au site de la Chartreuse du Mont-Dieu, un endroit que je ne connaissais pas ... si ma mémoire ne me trahit pas ! Pierre nous a avoué qu'il rêvait d'acquérir un tel endroit pour y organiser des festivals de musique qui réuniraient des milliers de motards auxquels il proposerait le camping et quelques chambres d'hôtes dans la très grande bâtisse centrale. C'est beau d'avoir encore de tels rêves ...

A ce propos, je crois que je vais en rester là pour aujourd'hui et que je vais tomber dans les bras de Josée !
A+ ?

23:45 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : ecuyers 2017

Commentaires

Cela m'étonne de ta part.... Il manque un 'S" à "Remise en formeS"
Yek yek (comme dirait le caporal Blutch)

Écrit par : T@z | 26/04/2017

Les commentaires sont fermés.