27/09/2016

Les Grandes Alpes, Jour 8, suite !!!!!!!!

grandes alpes 2016On était restés à l'Auberge de Gévrieux, sur mon île flottante ... en plein désert dessert !
J'allais oublier : en fin de repas, un gars qui venait d'en terminer avec le sien, nous a pris à partie et nous a félicités, nous les belges, considérant que nous étions un peuple bien plus avancé que ses concitoyens (en un mot) bien qu'il ait insisté pour qu'on divise le mot en deux, voyez ? Il a ajouté qu'il considérait que nous étions loin devant eux en bien des matières et notamment en ce qui concernait l'euthanasie par exemple. Et moi d'en rajouter sur le mariage pour tous et la possibilité d'adoption pour les couples homosexuels comme autre exemple, des matières qui heurtent encore une "bonne" moitié des français qui hurlent leur désapprobation jusque dans les rues et qui sont par contre acceptées dans notre petit pays depuis plus d'une décennie, sans que ça gêne quiconque d'ailleurs, sauf peut-être quelques déracinés du keffieh et autres bigots !!
Mais je dérape, je dérape, pardonnez-moi ...
Le gars nous a presqu'invités à passer par chez lui, à Chalamont, pour boire le pousse mais on est passés outre !
Moules/frites, dessert et bière pour 19 €, on est bien en deçà des tarifs pratiqués chez nous par contre, on ne peut pas tout avoir, on a plus de "libertés" mais on les paie plus cher ;-))

Nous sommes repartis ainsi, à quatre, et nous avons traversé Marlieux, Châtillon-sur-Chalaronne, Guéreins, Belleville, Saint-Jean-d'Adrières, Corcelles-en-Beaujolais, Villié-Morgon non loin de Chiroubles, des noms qui parlent à tous ceux qui ne savent pas mettre d'eau dans leur vin, puis Avenas, Trambly, Clemain et Sainte-Cécile jusqu'à arriver à Cluny où il était proposé de visiter l'abbaye.
Alors que nous sommes entrés dans le parking avec Claude devant qui cherchait à mettre les motos à l'ombre, Henri a fait mine de suivre, puis il a fait un tour gratuit du parking et il est ensuite reparti pour d'autres aventures.
On l'a regardé partir et on a planqué les motos sous des saules pleureurs puis on a accroché nos affaires avec les anti-vols et les cadenas ... On est allés au guichet de l'information mais il fallait compter plus de deux heures pour la visite du site tout entier. Il nous a été conseillé alors de faire un tour dans la vieille ville en suivant, au sol, les clous en bronze représentant l’agneau pascal et la flèche indiquant le sens du parcours.
On a bien commencé en restant scrupuleusement dans les clous mais, au hasard des rues et ruelles, on a fini par suivre notre flair qui nous a conduits tout droit à la "grand place" et à la terrasse semée de parasols d'un bistrot ...
A défaut de bière de l'abbaye du coin, qui n'était plus proposée à la carte depuis un certain temps sans qu'on apprenne le pourquoi par la bouche de la jeune et jolie serveuse, j'ai pris une Dûûûûûûûûûvel et Claude de soupirer et de trouver malheureux de boire une telle bière à 150 lieues de sa région natale : oh, hé, hein, bon !!

La route nous menait ensuite à Montceau-les-Mines, Saint-Martin-la-Patrouille, Germagny, puis un autre Saint-Martin, celui d'Auxy jusqu'à arriver à Ecuisses (nan c'est pas à côté de Jambes, m'enfin !) et les écluses du Canal du Centre. Claude s'est arrêté à l'une des premières. J'ai compris ensuite pourquoi : c'était la même que celle où s'était arrêté Paul lors de la reconnaissance et il voulait sans doute faire la même photo. Entre charentaises, il y avait un jeu-concours lors de ce périple avec, justement, pour objectif de retrouver les endroits où Paul avait pris des photos lors des 4ème et 5ème jours si je ne m'abuse. Il fallait ensuite les lui renvoyer ou simplement d'indiquer les coordonnées GPS exactes de chacun d'eux. A gagner à la clé de 12, il y avait une place pour le souper annuel qui aura lieu, pour rappel, les 19 et 20 novembre, ces dates restant à confirmer.
Je me suis arrêté à mon tour à la énième écluse pour prendre les dernières photos "en décor naturel" avant d'arriver, une vingtaine de kilomètres plus tard, à l' Hôtel des 3 Maures .
Lorsque je suis arrivé sur le parking, que François m'a courtoisement indiqué après m'avoir briefé sur les lieux, il n'y avait plus de place disponible et je me suis rabattu sur une arrière-cour intérieure où j'ai pu glisser la Tiger entre deux autres motos en prenant garde de bien l'assurer sur sa béquille ;-)
Manifestement, les tenanciers, plus tout jeune tout jeune, étaient un peu débordés par l'arrivée massive d'un troupeau de belges assoiffés et il a juste fallu faire preuve d'un peu de patience et d'amabilité pour être servi car, oui, après une douche rapide et une mise en charge des Tripy, GSM et autre tablette, j'ai vite gagné la salle du bar pour étancher une vilaine soif de bière ;-))
A un moment, de ma fenêtre du 1er étage j'ai entendu un des membres du personnel discuter avec quelques motards et j'ai cru comprendre que la Tiger empêchait presque le passage vers une salle qui se trouvait en sous-sol dans une annexe de l'hôtel. Je suis donc rapidement allé la changer de place et cela m'a permis de découvrir en avant-première, avec quelques autres dont Marily, Didier, Carmelo et Anne-Marie, la très belle cave, extrêmement fraîche entre charentaises, qui allait nous accueillir pour notre dernier repas. Les tables rondes étaient dressées avec goût et les lumières indirectes achevaient de donner un cachet tout particulier à cet endroit.
Lorsqu'on s'est répartis à table, on s'est rapidement retrouvés à 8 et comme Didier avait tardé à se pointer dans la salle du restaurant, il a dû s'installer ailleurs alors, qu'après réflexion, on aurait pu se serrer un peu pour lui faire de la place car, comme moi, il n'en prend pas beaucoup ce petit homme ;-)) Pas de souci toutefois, il s'est retrouvé en bonne compagnie à une table voisine : comment aurait-il pu en être autrement vu que tous les motards sans exception, ou alors elles sont très rares, suivez mon regard, sont extrêmement sympathiques !!
En fin de repas, j'ai été "cerné" par Philippe d'un côté et Noëlle de l'autre, qui m'ont pris à partie pour me dire que j'avais indûment soupçonné le grand Yves d'avoir mélangé nos gants et nos casques à Bonneval-sur-Arc et qu'il nous avait quittés prématurément, offusqué qu'il avait été par cette accusation injuste !!
Et la petite marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu ...
Autant je n'ai pas mordu à cette histoire autant j'ai bien dû reconnaitre que je m'étais fourvoyé, voyez, car les VRAIS COUPABLES de cette machination diabolique, n'étaient autres que les deux personnes qui m'encadraient étroitement ce soir là : au temps pour moi, on ne m'y reprendra plus à accuser sans preuves formelles !
Plus tard, on s'est retrouvé à un petit groupe sur la place du village à se demander s'il n'y avait pas un truc ouvert pour terminer la soirée autour d'un verre mais apparemment il n'y avait rien à des kilomètres à la ronde.
On s'est donc salués et j'ai rejoint une fois encore l'ami Didier qui avait gagné la chambre un peu plus tôt.
La wi-fi étant ce qu'elle était, je ne l'ai pas faite très longue ce soir-là et j'ai plongé rapidement dans un sommeil réparateur qui m'a conduit jusqu'au lendemain, dernier jour du voyage.

21:03 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : grandes alpes 2016 |  Facebook

Commentaires

Esssplique moi!!

Le titre de l'article est "Les Grandes Alpes, Jour 8, suite". Je note bien "Jour 8"....
25 lignes plus bas, tu comprends le pourquoi de l'arrêt de Claude pour un concours s'étendant les jours 4 et 5!!!!!!!!!!!!!
Tu vis mal l'entrée dans la 7ème décennie... ;-)

Moi y en avoir pas tout compris.
Seulement moi y en avoir compris que moi y en a être parmi les gagnant du concours ;-)

Écrit par : T@z | 28/09/2016

Je crois qu'il faut voir cela comme une continuation. Claude s'étant arrêté les jours 4 et 5 à des endroits bien précis , là où Paul s'était arrêté aussi lors de la reco. Faire une photo à ces mêmes endroits faisait partie du concours des jours 4 et 5. Par contre , au jour 8 , pas de concours , juste l'envie de prendre une photo ou Paul s'était arrêté aussi, juste pour le fun. C'est ce que moi j'ai compris , peut être n'est ce point la vérité vraie. Notre guide spirituel va probablement éclairer notre lanterne sur la chose . ;-)

Écrit par : patrick masson merlin | 28/09/2016

L'intervention de Claude serait la bienvenue mais il semblerait que l'accès au blog et surtout à ses commentaires soit "vérolé" par des publicités intempestives systématiques !
Il y a peut-être des nettoyages de navigateurs à envisager sur certains pc et j'avoue que j'ai moi-même le problème avec la tablette par exemple ainsi que le pc du bureau mais chuuuuuuuuut ....
A noter que lorsqu'on accède au site d'Europa Moto, on rencontre le même genre de souci !!

Écrit par : Alberto | 28/09/2016

Pas de problème avec le site Europa Moto, seulement avec La moto vitale...
Actuellement une ouverture get.mirando.de !
Je me suis arrêté pour faire la photo, car le canal, la vieille péniche (et non pénis) je trouvais cela joli... sans savoir que Paul aurait fait une photo au même endroit...
D'ailleurs j'ai honte... (quoique, quand je vois le comportement de certains participants lors de ces concours, déjà du temps de capmoto!) je me suis totalement désintéressé de ce challenge, j'ignorais les jours où il était d'application et je n'avais pas regardé les photos .
Lors des reconnaissances en Allemagne, Paul m'avait fait remarqué que j'avais les mêmes goûts que lui...pour les beaux paysages

Écrit par : speed | 29/09/2016

Au lancement d'Europa Moto "Nos félicitations, vous êtes notre 99.999ème visiteur" avec un bon d'achat chez HUBO à la clé !
Pour le reste, j'ai un peu honte aussi de n'avoir accordé aucun intérêt au concours alors que j'étais bien au courant de son existence.
Perso je suis aussi assez sensible à la beauté des paysages, décidément on pourrait créer un club dans le club ;-))

Écrit par : Alberto | 29/09/2016

Les commentaires sont fermés.