23/09/2016

Les Grandes Alpes, Jour 6, suite !!!!!!

Café gourmand à Gourdon, forte chaleur, pas plus envie que ça de reprendre la route ...
Et pourtant, pourtant, il n'y avait pas d'autre choix car elle était encore relativement longue pour atteindre Les-Salles-sur Verdon sans compter qu'il y avait les gorges entre Gourdon et Les-Salles et qu'on allait inévitablement s'y arrêter à maintes reprises pour y plonger le regard !! Par ailleurs, il était déjà 14h15 lorsqu'on a quitté l'auberge ...
On a fait un premier arrêt "pano" où nous avons été rejoints une fois encore par Paul, un Paul qui ne chôme définitivement pas avec sa camionnette NISSAN aux fières couleurs d'Europa Moto. Nous avons eu l'occasion de le "croiser" sur l'un ou l'autre road-book et, croyez-moi, pour un "camion balai" il ne se traîne absolument pas ... d'où peut-être les problèmes mécaniques qu'il rencontre parfois !
Si le panorama était agréable à l'oeil, il y avait là une odeur qui fouettait grave et, si j'ai bien compris, car je n'ai pas trop osé regarder, il y avait un cadavre d'animal en décomposition tout près de la glissière de sécurité : peut-être était-ce la dépouille d'une pauvre bête qui avait été percutée par un automobiliste et qu'il l'avait ensuite balancée là ...
Vers 15h15, on est arrivés à Comps-sur-Artuby qui se situe pile poil entre les rives droite et gauche des Gorges du Verdon. Il y avait là un bar-restaurant (L'Artuby or not Tuby, je sais plus ...) et quelques motos et, quand un motard voit quelques motos devant un bistrot, il est attiré comme le marin l'est par le chant des sirènes, voyez ? Ou plutôt, entendez ?? On y a rejoint Noëlle, Philippe, Alain, Xavier et Laurent et on a eu la bonne surprise de constater qu'il était possible de boire des bières rares, en ces endroits reculés de la France profonde s'entend !
Pour vous dire, il y avait une pub pour "La Chouffe" notamment. A l'intérieur, il y avait quelques vieux objets dont ... deux statuettes de pin-ups des années soixante, moulées comme celle qui fait la pub pour Vulcanet et dont je suis tombé amoureux au(x) premier(s) regard(s).
Finalement, sur le conseil de Claude, brasseur ... dans l'âme, j'ai choisi une "Pietra", une bière corse à la châtaigne qui m'a bien goûté, j'avoue ! Il n'en fallait pas plus pour me remettre en selle ;-)
grandes alpes 2016On est partis par la rive gauche des gorges et on s'est arrêtés au niveau des balcons de la Mescla. Il n'y avait pas beaucoup de monde aux balcons et on a pu profiter de l'instant pour descendre les escaliers et s'approcher un peu plus jusqu'à donner le vertige en photographiant les sillons creusés par la rivière. Paul était toujours là et à un moment il a cru qu'il avait oublié son appareil photo au bistrot de Comps. Et malgré qu'il l'a rapidement retrouvé derrière le siège de la camionnette, il était trop tard pour qu'on change notre plan car, avec Claude, on avait décidé de revenir sur nos "pas" et de se faire les gorges par la rive droite, plus belle d'après certains alors qu'un local avait dit à Paul que la rive gauche l'était d'avantage. On ne va pas débattre là-dessus car de toute façon, la droite, la gauche, c'est pareil non, on le sait tous, autant s'abstenir ;-)
Ainsi donc, avec Claude, on est repassés devant le bistrot, on a embarqué les deux pin-ups (pou pou pidou !) et on s'est tapé la rive droite des gorges du Verdon. A un moment, on a embrayé sur la route des crêtes, une route semée de belvédères à tous les tournants et où nous nous sommes arrêtés à plusieurs reprises à la chasse aux images car il n'est pas rare d'y voir des aigles planer dans ces gorges profondes. On en a vu un seul mais je n'ai pas réussi à le mettre dans la boîte à images.
On était parmi les derniers à arriver à l'hôtel, les autres se prélassant encore dans la piscine ou bien buvant l'apéritif dans des fauteuils disposés en terrasse. J'ai planté la Tiger dans le grand parking dont la surface en petits graviers n'était pas des plus "bikers friendly" et, après le passage obligé par la réception, j'ai gagné la chambre qui se trouvait au 1er étage dans un bâtiment annexe.
J'ai pris tout mon temps pour décompresser un peu et, si je ne me trompe pas de jour, je n'ai rejoint mes coreligionnaires qu'au restaurant sans passer par la case apéro. Bon, ça m'étonne un peu mais ça doit être exact.
grandes alpes 2016Je pense aussi que c'est ce soir-là que Paul a cédé le micro à Yves, le grand castard à la Goldwing blanche, qui nous a briefés sur la journée du lendemain. Ce gars est un sacré rigolo qui déborde d'humour et qui nous a bien fait rire tant il a mis du coeur dans son discours : chaque phrase faisait l'objet d'une interprétation ou de sous-entendus et même ses silences en disaient long ;-) On a tous applaudis des deux mains, même d'autres clients qui étaient dans la salle du restaurant en même temps que nous !!
Ce soir-là, encore une fois, sans certitude absolue, on s'est un peu baladés autour de l'hôtel, d'abord avec François qui nous a montré une "app" pour smartphone qui permet de repérer les étoiles dans le ciel, puis avec le couple comique, Marc et T@z, avec lequel on a parlé de choses et surtout d'autres. Il y avait là un troupeau de Goldwing avec remorques qui appartenaient à des hollandais : vous croyez qu'ils y mettent aussi leurs boîtes de conserve, comme le font les caravaniers juillettistes et aoûtiens qui traversent notre plat pays en saison ??
Lorsque j'ai gagné la chambre, Didier ronflait bruyamment ce qui a couvert les bruits que j'ai pu faire avant de me glisser sous les draps.
Ah ben non justement, pas de draps, mais, comme d'hab, une foutue couette insupportablement chaude et qu'on s'empresse de balancer par dessus bord !! Je ne sais pas s'il y avait la clim, en tout cas, je ne m'en suis pas préoccupé.
J'ai sans doute sorti la tablette avant de tomber dans les bras de Morphée mais, comme c'est arrivé régulièrement, ça ne captait pas fort et après quelques jurons et autres grognements, je l'abandonnais sur la table de nuit en attendant des ondes meilleures ...
Pour le lendemain, fini de rigoler, on allait tracer : 375 bornes entre Les-Salles et Sassenage (dans la périphérie grenobloise) avec encore de belles images en perspective !!

21:23 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grandes alpes 2016 |  Facebook

Les commentaires sont fermés.