12/07/2016

Slovénie, Jour 11, le tout dernier !!!!!!!!!!!

Bad Mergentheim - Saint Vith : 372 km
Et voilà : le dernier jour est arrivé et certains d'entre vous sentiront déjà l'écurie ...

Couleur bleue = emprunt d'un texte tiers : en l'occurrence c'est la première phrase du descriptif remis par Europa Moto concernant ce dernier jour du voyage ...
A propos de "sentir", petite charentaise en passant :
1/ tout le monde ne s'est pas arrêté à Lipica et je ne vois dès lors pas ce que l'écurie vient faire là ,-)
2/ aujourd'hui j'ai enfilé ma tenue motard pour déposer la Tiger cher Performance Bike et ... pour sûr ... ça sentait !!
Entre le blouson, le casque et les gants, les pluies et la canicule qu'on a connu là-bas, j'ai pris plein d'effluves dans les narines, effluves que je ne qualifierais pas de "délicats fumets", c'est une chose sûre.
J'en ai parlé une fois arrivé à Dampremy et on a un peu discuté du sujet avec Daniela notamment !
Va falloir sortir le VANISH, la brosse à récurer et l'huile de bras !
Tiens, autre petite charentaise, histoire de faire la paire en somme, je suis revenu avec une Tiger 800 XRx en prêt et en version "low". Evidemment je n'ai fait que quelques kilomètres dans un trafic de ouf en plus, donc je n'ai pas pu me faire une opinion bien arrêtée (quoique, presque !) sur cette mouture 2016.
slovénie2016Disons toutefois que je me suis senti (décidément, quel nez !!) en terrain connu, voyez ? Si ce n'est quelques boutons en plus au guidon (cruise control à droite, accès aux infos et aux différentes cartographies à gauche, du moins je crois), un design un peu différent au niveau du tachygraphe, j'étais "comme chez moi" à la différence qu'en effet le "low" n'est pas un vain mot, la moto ayant même l'air plus petite, dans son ensemble, que la Tiger normale. Du coup, elle m'a semblé plus réactive sur la route mais peut-être était-ce dû aux pneus uniquement (des METZELER Tourance Next). L' injection m'est apparue plus lisse, plus onctueuse à la relance avec une souplesse encore plus grande tout en bas du compte-tours. Par contre niveau "cosmétique" je ne suis pas convaincu : le nouveau carénage de radiateur gris fait un peu "tache", le radiateur élargi nuit un peu à la finesse de l'ensemble, la fourche n'a plus la belle couleur dorée, les jantes sont noires plutôt que grises, les mâchoires de freins pareillement noires, toutes choses qui, pour moi, ne vont pas dans le bon sens en rendant le produit plus "standard". Ce ne sont toutefois que des détails qui ne devraient pas conditionner ma décision si elle devait tomber un jour de changer de destrier ...

Mais revenons-en à nos moutons slovènes, voulez-vous ?

Et une bonne manière pour y revenir c'est de vous envoyer les quelques photos du jour, non ?

Avant de quitter l'hôtel, on était quelques uns à filer un coup de main à Paul pour faire entrer dans la camionnette la tonne de bagages qui étaient empilés dans le hall, un jeu qui s'apparente au "Tetris" tant il faut faire preuve de sens pratique pour tout caser. Comme ça serait drôle que les bagages similaires "disparaissent" au fur et à mesure qu'on les empile correctement, tiens !!
C'est en trio qu'on a quitté les lieux, Alain s'étant joint à nous. Plus tard, on a rattrapé Pierre ...
Comme d'habitude j'ai pris les devants mais après quelques kilomètres mon Tripy a commencé à me jouer des tours. Le contraste s'affaiblissait au point que les images disparaissaient parfois pour revenir normalement ensuite puis disparaitre à nouveau et ainsi de suite jusqu'à ce je me trompe de direction, partant à droite plutôt qu'à gauche. Coup de klaxon de Claude qui me signale l'erreur et qui prend la tête. Pendant tout un temps je me suis retrouvé dernier du convoi dont Pierre commençait à décrocher petit à petit et derrière lequel je suis resté sagement puisque le Tripy était devenu ... muet !! Ouais, je sais, il ne parle pas le Tripy, contrairement aux Garmin et autres Tom Tom et c'est justement une de ses qualités, mais ici, c'est une image, voyez ?
Après une soixantaine de kilomètres sur des routes secondaires, on est monté sur l'autoroute qu'on n'a presque plus quittée. Paul avait laissé entendre que la proportion routes/autoroutes était de 50/50 mais, à vue de nez, on était plutôt à 10/90 ou 20/80 me semble-t-il. A chaque nouveau picto on "espérait" sortir de ce ruban d'asphalte soporifique mais à chaque fois, c'est un nouveau tronçon d'autoroute qui s'affichait de 50, 60 voire 70 bornes.
Sur un tronçon libre, j'ai vu disparaître les deux GS devant moi, celle de Claude et celle d'Alain, pendant que Pierre se faisait définitivement larguer. Je ne suis pas sûr qu'il sache que l'Explorer 1200 à 140 chevaux dans le moulin ou alors, il n'aime pas la vitesse auquel cas, il a raison d'y aller à son rythme !!
Perso, j'ai juste poussé à 145-150 mais façon "cruise control" de sorte que je suis revenu petit à petit sur les GS's boys et, comme le Tripy s'était réveillé, je suis même repassé devant. Je préfère une allure constante à ce jeu de l'élastique, voyez ?
Plus loin, Claude est repassé devant, il m'a fait le signe "pouce en bas en direction du bouchon de réservoir" et on est sorti à la station Shell de Lautzenhausen . On paie au shop chacun à son tour et Claude retourne dans la boutique pour en ressortir avec 3 RADLER qui ont presque été accueillies avec une "standing ovation" et qu'on a bues goulument à sa santé !!
Il y avait dans le parking une vieille Opel Rekord des années 60 : c'est pas ce qu'on fait de plus beau en matière de "oldtimer" mais il faut avouer qu'on reste sensible à ces machines qui nous rappellent notre tendre enfance ...
J'ai encore marqué un arrêt, +/- 1 heure plus tard lorsque j'ai vu un viaduc en construction dont j'ai voulu immortaliser la genèse ;-) A se demander comment ils font pour jeter ... des ponts dans le vide, entre chaque pilier : ça doit être drôlement impressionnant de travailler sur ces ouvrages de génie !
slovénie2016On est arrivés à Saint-Vith aux environs de 13h15 si je ne m'abuse. Pierre était déjà là. Il était attablé avec Josiane et Henry ainsi que "le notaire" et son habituel acolyte, pas clerc ...
Il a fait mine de venir nous saluer avant de "soit-disant" partir mais finalement il s'est installé avec nous ;-)
Gull est arrivé également peu de temps après et on s'est retrouvé à cinq à compulser la carte et à faire notre choix.
J'ai vu à ce moment-là que Paul avait envoyé un SMS vers 12h15 pour nous demander "Où nous dînions ?" mais je ne lui ai répondu que plus d'une heure plus tard, de sorte que, n'ayant vu ni eu de nouvelles de personne, il a éteint son GSM et est rentré sans manger. Désolé Paul : on aurait dû te prévenir et on aurait été heureux de partager ce "dernier repas" ensemble. La prochaine fois, on sera moins égoïstes et on pensera à toi qui dois parfois bien te morfondre, tout seul, à bord de la camionnette !!
Au moment où nous repartions, Noëlle et Philippe sont arrivés. Noëlle a insisté pour qu'on échange, de façon statique et platonique, nos Tiger afin que je me rende compte de la différence. En effet, elle a fait rabaisser la sienne et elle voulait comparer les positions en selle. Mètre en main, j'avoue qu'elle n'est pas flagrante et de l'ordre de 2 cms peut-être. A signaler que j'ai dit à plusieurs reprises qu'à cause du sac de réservoir je ne voyais pas les compteurs de la Tiger mais ce n'est pas tout-à-fait vrai. Je ne les vois presque plus mais uniquement lorsque je recouvre le sac de son étui plastique protecteur qui se gonfle avec le vent et qui masque presqu'entièrement le cockpit. Par temps sec, sans cet étui donc, je vois parfaitement à quelle vitesse je roule.
Ah mais, j'y pense, c'est peut-être la raison pour laquelle je roule plus vite sous la pluie que sur le sec :-)))

Pour le retour, j'ai choisi de suivre GULL qui avait proposé de revenir par "les petites routes" alors que Pierre (l'homme de Spy) et Claude envisageaient plutôt l'autoroute si j'ai bien compris ...
La pluie redoublant de vigueur, GULL se montrant d'une prudence de Sioux (Tomorrow !), à un moment j'ai mis les gaz, j'ai rejoins l'autoroute et j'ai roulé longtemps ainsi jusqu'à sortir à hauteur de Naninne pour terminer par des petites routes plus sympathiques ...
Je suis arrivé à la maison autour de 17h30 me semble-t-il. Madame était allée au cinéma avec des copines.
J'en ai profité pour tout de suite fourrer le top-case directement dans la machine et j'ai rapidement embrayé sur le transfert des photos sur le PC. J'avais hâte de commencer le compte-rendu avant de tout oublier en fait !!
Et voilà que je le termine 16 jours (!!!!!!!!!!!!!!!!) après.

Entre la reconnaissance et l'accompagnement Paul fait 2x chaque voyage et moi c'est en le racontant que je le refais !
J'espère que ça vous permet à vous aussi de le revivre même si on n'a pas tout partagé et que vos anecdotes ne sont pas les miennes. Libre à vous de mettre votre grain de sel : les commentaires sont là pour ça aussi !!

Prochain voyage à moto en ce qui me concerne : les grandes Alpes en septembre.
Entretemps j'espère faire quelques virées dominicales, la prochaine étant d'ores et déjà prévue ce dimanche au départ de la concession BMW de Cognelée ...

21:31 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : slovénie2016 |  Facebook

Commentaires

Départ de St Vith avec, étonné qu'il me suive, petit Pierre en direction de Namur par les routes touristiques au tripy. Soit Vielsalm, petites routes jusque Hamoir, Huy et maison. Très vite roulé seul ayant perdu Pierre avant Hamoir sur les petites routes humides.

Écrit par : speed | 13/07/2016

Merci pour tous ces beaux commentaires qui me font partiellement revivre une ...3è fois ce beau voyage. Quel narrateur ! ... et quel buveur de Radler ! toi qui ne bavais, pardon, toi qui ne buvais pas !
Merci aussi pour tes gentils mots et gestes à mon égard et pour ta bonne humeur permanente.
C'est toujours un plaisir de te retrouver. Merci de participer à la réussite de l'ambiance EUROPAMOTO.
Paul

Écrit par : Paul | 13/07/2016

Moi, je veux savoir lesquels d'entre vous sentent l'écurie; comme ça, je saurai qui éviter en partage de chambre Twin.
Des noms, des noms !

Écrit par : Francois | 13/07/2016

Quand tu vois la bande d'excités que ça devient une fois qu'ils voient passer de jolies gazelles (le terme "juments" ne serait pas approprié pour la circonstance), ce qui est (presque) sûr c'est qu'ils se prennent (presque) tous pour des étalons.
De là à ce qu'ils sentent (presque) tous l'écurie, il n'y a qu'un pas :-))))

Écrit par : Alberto | 14/07/2016

Les commentaires sont fermés.