06/07/2016

Slovénie, le 7ème jour !!

slovénie2016Le septième jour, Dieu se reposa !
D'autres ont "fait" de même ce jour là qui sont restés à l'hôtel pour ... nager et ... boire !
Comme je ne tiens pas la distance dans un cas comme dans l'autre, en fait je nage saoul l'eau en quelque sorte, j'ai préféré prendre la route une fois encore à la découverte du Pot aux Roses et de ses environs.
La boucle du jour comportait 205 kilomètres et, avec Claude, on avait décidé de quitter le road-book à Pivka pour aller voir et sans doute visiter le Château de Predjama et puis revenir sur nos pas pour réemprunter le trajet concocté par Paul : cela ne représentait qu'un supplément d'une trentaine de kilomètres.
Avant ça, bien entendu, on a pris un copieux petit déjeuner. Autant souligner qu'en la matière, on n'a jamais (???) eu à se plaindre du buffet matinal, copieux à souhait, continental ou pas, avec des fruits frais ou des macédoines, enfin de quoi satisfaire tout le monde cette fois... De toute façon, le bureau des plaintes est en congé !!
Petit coup d'oeil à la fourche de la Tiger avec des mâchoires de freins toujours au sec ...
Pas de souci à se faire donc, on pouvait mettre les voiles : au départ d'un port, ça tombait bien, avouez !!
Voici l'album photos du jour que je vous invite à feuilleter, bonnes pâtes que vous êtes !
Après une quarantaine de kilomètres de routes quelconques, on est arrivé à l'église en ruine de Hrastovlje . Si je me suis sagement garé en bas, non loin de deux autres motards qui avaient marqué l'arrêt là aussi, Claude s'est engagé dans la petite route puis le chemin escarpé qui menait pratiquement à ... l'autel ! Du coup, le notaire motard eu l'idée de le copier et de s'aventurer pareil jusqu'à planter sa GS pile poil devant l'église. Si Claude a pu faire une visite éclair, agrémentée de quelques photos normalement interdites, visite gratuite de surcroît alors qu'il fallait normalement s'acquitter d'une somme de 3 €, l'autre visiteur s'est retrouvé face à la guide du site qui lui a proprement claqué la porte au nez : et on parlera, après ça, de charité chrétienne ;-))
Il y avait là également une espèce de sorte de "bar", dont la superficie avoisinait les 5 mètres carrés, qui n'était pas en service et qui s'appelait "žgabucin". Il existe un mot en italien "sgabuzzino" qui signifie "débarras, cagibi" : comme quoi le slovène a aussi des origines latines en plus de slaves ...

On a poursuivi la route jusqu'à Kozina pour s'arrêter dans une auberge à la terrasse ombragée garnie de longues tables entourées de bancs en bois, Gostilna Križman : qu'il doit faire bon y manger le cochon de lait à l'occasion !! Nous on a pris un Schweppes. Le prenant pour un Orangina en voyant de la pulpe au fond de la bouteille, j'ai entrepris de la secouer en obstruant le goulot du pouce. Autant dire qu'au lâcher dudit doigt, ça n'a pas fait un pli mais un gros schhhppppllliiiiiiiiiiiiiiiit, façon podium d'arrivée, voyez ?
Claude s'est bien fichu de ma pomme alors que je retournais au comptoir pour demander une serviette pour "esponger" !

Une heure quart plus tard, nous sommes arrivés au Château de Predjama mais aussi près de Postojna ;-) à 9 kms en fait.
La visite "valait" la peine paraît-il, c'est pourquoi il fallait compter 11,90 € pour la faire. 500 balles ça ne se trouve pas sous le sabot d'un lipizzan et plutôt que d'errer dans les contreforts du château, on a préféré investir la Gostilna Pozar pour assouvir nos faims et nos soifs : des côtes de porc ("svinjska zarebrnica") + un demi-litre de bière de grotte ("Lasko") pour Claude et chevreuil sauce chasseur ("srna po lovsko") + un Coca ("Cola") pour le petit, .
"Jesti" et "piti"
comme on dit là-bas !
Au retour sur le road-book, on s'est arrêté au "Park of Military History" de PIVKA et on a mitraillé des chars avec nos appareils photos jusqu'à se qu'on se perde de vue. En repartant, je ne savais pas si Claude était devant ou derrière, du coup j'ai roulé sur un ... faux rythme, ne sachant pas si je devais temporiser ou mettre du gaaaazzzzzzzzzzzz. Finalement, il était devant et s'est arrêté pour m'attendre.
On est arrivé à Lipica où se trouve "quasi le plus célèbre haras du monde" et finalement ... on est passé à travers en devinant en effet quelques chevaux au loin mais sans plus : certains s'y sont arrêtés et se sont faits accompagnés pour une visite guidée et des démonstrations qui méritaient assurément le détour : c'est qu'en plus d'être le meilleur ami de l'homme, le cheval est un bien bel animal ma foi.
Piano, piano, on est arrivé à Sečovlje , une ville connue semble-t-il pour ses Salines.
Nous on s'est juste arrêtés pour boire un coup. On a rangé les machines le long du trottoir, sur la piste cyclable, à moins que ce soit sur le piétonnier ou alors carrément sur la route, on sait toujours pas à cette heure ...
Ce qui est sûr c'est que "ça sentait la morue jusque dans le coeur des frites" : en fait, j'avais choisi une espèce de mini-snack dont la spécialité unique semblait être le poisson frit, ceci expliquant cela ! Du coup, on ne s'est pas éternisés. J'ai payé les consos et on est repartis, les doigts ... pinçant le nez.
Comme toujours (ou plutôt presque toujours, vous comprendrez plus tard pourquoi je précise "presque"), lorsqu'on quitte un endroit, je me palpe aux endroits stratégiques (nan, pas comme Rossi !!) pour vérifier si j'ai bien mon portefeuille et mon GSM. Là, je constate avec effroi que ma "poche de coeur" est désespérément vide.
Je klaxonne pour avertir Claude et, ni une, ni deux, ni trois, je rebrousse chemin, sur le trottoir et en sens interdit au nez et à la barbe d'un policier qui était de faction à l'intersection !! Moi je l'avais même pas vu, c'est Claude qui me l'a dit après), j'étais trop inquiet d'avoir perdu mon précieux ...
Rien sur la terrasse, rien dans le snack ("Have you seen my wallet ?") : finalement, je l'avais rangé dans la poche droite de mon froc en Gore-Tex, pffffffffff !! Pour le même prix, je me serais payé une prune d'anthologie : merci à l'agent qui n'a rien voulu voir !
On est arrivé à l'hôtel relativement tôt. On a commencé par siroter des bières en regardant le match "Hongrie-Portugal" qui s'est terminé par un joli 3-3. Il y avait de jolies hongroises à une table voisine qui sautaient de joie à chaque but inscrit par les leurs. Mes acolytes du jour, qui connaissaient bien leurs anatomies pour les avoir reluquées longuement en bikini dans le courant de la journée, étaient chauds comme des baraques à frites, s'en était presque malnichonsain ;-))
slovénie2016On pensait voir le match des belges (à 21h00) sur la "grand place" de Vile Park mais il y avait une réception à cet endroit et on est finalement retournés à la même terrasse pour regarder le match "Suède-Belgique". Gull s'était équipé de pied en cap aux couleurs de la Nation : déjà qu'on le remarque par sa taille de Gulliver (comme été d'ailleurs) mais avec ses accessoires multicolores il était impossible de le louper.
D'autant qu'il a fait mine de s'échauffer avant le match en courant d'avant en arrière pour essayer ensuite de lancer des "olas" mais sans aucun succès hélas (3x) ...
Si on a gagné ce soir là c'est grâce à lui, Gull le géant mais aussi grâce au Nainggolan, Radjaaaaaa !!
Je ne sais plus à quelle heure on a levé le camp mais il n'était pas tôt et comme dirait Kermit, il était tard !!
Bonne nuit ? Bonne nuit !!
Demain, huitième jour, incursion en Croatie : akuna matata !!

21:13 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slovénie2016 |  Facebook

Les commentaires sont fermés.