28/06/2016

Slovénie, J1, J2 et J3 : deuxième !!

DSC02397.JPGCourte nuit, debout à 6H15 et départ une bonne heure plus tard.
Météo mitigée mais j'ai refusé d'enfiler les plastiques d'entrée, meeerde !
Pas fait 4 ou 5 bornes que déjà je suis emmerdé par de la buée dans le pin-lock.
Qu'est-ce qui se passe ? La veille j'avais eu la "bonne" idée de décrocher la visière et de la nettoyer à grandes eaux. Quelques gouttes se sont glissées entre les deux écrans et, avec le chaud-froid généré par les températures extérieures et ma chaleur corporelle légendaire, et bardaf, c'est la buée assurée !! Obligé de rouler en crabe et en roulant ... des yeux pour discerner la route : heureusement que le tronçon entre le domicile et le lieu de départ n'est fait que d'autoroutes, par conséquent pratiquement rectiligne et quasi désert à cette heure matinale ! N'empêche, fait chier !!
J'arrive à Habay-la-Neuve à +/- 9 heures. J'y retrouve Gull qui a dormi à l'hôtel du Truck Stop. J'y retrouve également d'autres, dont Pierre Explorer 1200, qui compatit à ma douleur et qui entreprend de retirer le pin-lock pour qu'on l'essuie correctement. Je me laisse tenter par un second petit-déjeuner, moins copieux que le premier.
Je pensais prendre la route avec Claude mais il ne m'a pas attendu. J'en suis à me demander si je n'ai finalement pas pris la route seul car chacun a pris son temps pour s'équiper des plastiques, la pluie ayant déjà fait son apparition, laissant augurer d'une journée pour le moins ... humide !!
J'ai roulé comme ça jusqu'à Sainte Marie aux Chênes où j'ai fait mon premier plein à 11 heures environ.
J'ai continué jusqu'à Maizières-Lès-Vic où j'ai vu la moto de Gull stationnée devant le restaurant "La Table du Saulnois". J'y ai retrouvé le lascar assis en face d'Alain B. à une table pour 2. On a déménagé à une autre table et nous avons ensuite été rejoints par d'autres motards, dont Pierre, qui s'est joint à nous. J'ai pris une salade de gésiers puis des "penne bolo", puis un dessert, puis un café et, alors que j'avais pris la "ferme" résolution de faire un effort question bouffe pour ne pas rentrer avec des kilos en plus, je commettais déjà là une première entorse au R.O.I. !!
Je n'ai pas souvenir d'un "grand road-book", entendez par là que les routes ne m'ont pas paru très intéressantes alors que, pourtant, la traversée de la Gaume, de la Lorraine, des Vosges, de l'Alsace et du Rhin, aurait pu laisser espérer le contraire. S'agissant d'une étape de liaison, sans doute les organisateurs n'ont-ils pas estimé nécessaire de trop tourner autour du pot, voyez ? Le seul point d'intérêt se trouvait être Le Rocher de Dabo par lequel nous étions déjà passés lors d'un retour de voyage aussi arrosé, et de ce fait, je n'y ai fait qu'un court arrêt, le temps d'une photo de groupe avec Georges, Philippe et quelques autres ...
J'ai refait le plein à un peu plus de 18 heures à Hausach, soit à 80 bornes environ de l'arrivée : autant dire que je suis arrivé à l'hôtel et que j'ai juste eu le temps de me changer avant de rejoindre la salle du restaurant.
Bouffe moyenne mais déjà belle ambiance ^^
Fin du jour 1 avec pratiquement déjà 600 bornes de plus au compteur de la Tiger.

317 kilomètres au programme du deuxième jour : autant dire qu'on pouvait le faire à s'n'aise comme on dit chez nous. Et autant dire qu'il en fut ainsi d'autant que le passage le long du Lac de Constance, avec une route relativement étroite, limitée à deux bandes et blindée de trafic en tout genre, que finalement, le moindre arrêt était le bienvenu !! Nous avons d'abord visité l'église baroque de Birnau , puis nous avons marqué un long arrêt à Lindau et avons arpenté son artère principale à la recherche d'un endroit pour boire un coup mais sans succès : désespérant !!
A midi, j'ai partagé la table avec Alain et Claude dans un restaurant où nous avons pris le "menu du jour" : une bonne soupelette avec une espèce de grosse boulette aplatie de viande, puis une salade mixte et enfin des pâtes carbonara. Si vous ne parlez pas allemand, tâchez d'avoir quelques bonnes notions d'anglais lorsque vous voyagez dans ses pays sinon vous serez condamner à manger ... n'importe quoi !! J'ai constaté que j'étais loin d'être le seul à tomber sous le charme des serveuses et que certains avaient le regard particulièrement affûté pour déceler ... certaines choses !
Après ça, les choses (il s'agit ici d'autres choses, hein) sont devenues plus intéressantes avec l'attaque des contreforts du Tyrol autrichien et, notamment, l'escalade du Hahntennjoch Pass , le plus haut col autrichien, culminant à 1.894 mètres, autrement plus ROULANT que la route du Stelvio, beaucoup plus tortueuse et située 1000 mètres plus haut (!!) qui était au programme du lendemain pour ceux que ça intéressait ...
Nous sommes arrivés à Nauders , au Margarete Maultasch, sous la pluie. Le revêtement du parking était en dur d'un côté et en terre + ou - battue de l'autre, de sorte que les retardataires ont dû faire avec cet autre côté. Nous avons "assuré" les motos autant que possible en glissant des pierres plates sous les béquilles ...
On gagne nos chambres, je traine un peu plus à la salle de bains histoire de retrouver figure humaine et lorsque je sors pour rejoindre les autres au bar, je croise Claude qui me dit que ma moto était tombée sur la sienne !!!

A suivre !

22:40 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slovénie2016 |  Facebook

Les commentaires sont fermés.