02/05/2016

Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers, jour 3, le retour et l'épilogue !!

Ce n'est pas la première fois que mon compte-rendu s'étale sur plus de jours que le voyage n'a effectivement duré.
Sans doute faut-il y voir la volonté de le prolonger ou alors celle de libérer l'une ou l'autre soirée pour faire autre chose que rester des heures devant l'écran et sur le clavier de l'ordinateur, je sais pas !
Quoi qu'il en soit, si ce n'est pas la première fois, ce ne sera pas non plus la dernière, je peux vous l'assurer !!
On en était où ? Quelqu'un peut me résumer l'affaire, histoire que j'embraye au plus vite ??
Bohan ??? Restaurant ???? Repas avec les "rouges" ?????
Aaaaahhhhh oui, ça me revient maintenant, merci !!
On s'est penché chacun sur l'addition et on a sorti des billets et des pièces de toutes les couleurs. On se serait cru dans une partie de Monopoly. Tous comptes faits, c'était juste avec peut-être quelques cents en trop ... pour le personnel !
A ce stade, on devait avoir parcouru dans les 153 km et 488 mètres. Il en restait un peu plus de 105 pour rallier la ligne d'arrivée fixée, pour rappel, à Naninne.
On a été plus prompt à se préparer et on a démarré quelques instants avant nos compagnons du jour.
François est une fois de plus parti devant et ... euh ... moi derrière.
Tiens, une petite charentaise en passant pour signaler un truc que j'ai remarqué. Autant avec les copains habituels, on laisse une importante distance entre chacun d'entre nous, de l'ordre de la centaine de mètres parfois, autant quand je vois les autres rouler, je trouve qu'ils se collent souvent de bien trop près. Cela me parait plutôt dangereux et il y a grand intérêt à ce que celui qui vous colle soit particulièrement attentif. Si, sur circuit, ça se justifie dans le mesure où on guette la moindre petite erreur pour faire l'intérieur par l'extérieur et vice-versa, autant sur la route, avec tout ce qui peut se passer, notamment une poule qui sort de son nid comme un diable surgirait de sa boîte, une distance "suffisante" me semblerait appropriée. Mais bon, chacun fait, fait, fait, c'qui lui plaît, plaît, plaît, surtout en ce début de mois de mai, mais mais ... autant réviser le chapitre "distance de sécurité" et "temps de réaction" pour se faire une opinion et surtout une raison !!
Après Bohan, on a pris la direction de Willerzie, puis Bourseigne-Neuve. A un moment, François me fit un geste pour me montrer l'état du ciel à l'horizon, un ciel qui n'annonçait rien de bon, prêt qu'il était à nous tomber sur la tête, le râble et le reste ! Et, de fait, un peu plus loin, à l'entrée de Felenne je crois, on a juste eu le temps de se ranger sur le trottoir et d'enfiler nos plastiques qu'une grosse giboulée de ... mars (?) venait nous fouetter de plein ... fouet, ouais !!
Mais qu'est-ce que c'est que ce binz ? On avait beau être plus ou moins avertis, ça fait un choc malgré tout.
Si ça c'est calmé un temps, entre Fromelennes et Givet, que dire un fois qu'on est arrivé sur Gochenée où les éléments se sont déchaînés avec une tempête de neige qui recouvrait la visière en moins de temps qu'il faut pour l'écrire et un vent latéral d'une grande violence. Autant dire que je regrettais déjà d'avoir poussé jusque là alors qu'on aurait pu rentrer par une voie bien plus rapide nous faisant gagner pas loin de 100 bornes ...
Autant dire aussi qu'après avoir traversé la N97 après Morville, fatigué par les éléments et un peu déprimé par le rythme presque trop prudent de François, je l'ai dépassé en espérant qu'il s'accrocherait à ma roue, et en me convaincant que je n'allais pas pousser la plaisanterie jusqu'à Naninne. Arrivé au grand rond-point, je ne l'ai pas attendu et plutôt que de continuer sur Namur, j'ai pris à gauche pour foncer vers Mettet et rentrer au plus vite à la maison.
A peine arrivé je lui ai envoyé un SMS pour lui signaler ma "désertion" afin qu'il ne s'inquiète pas de ne pas me voir à Naninne. J'avoue que je m'étais douté qu'il ne ferait pas non plus le crochet et qu'il avait continué sa route pour rentrer pareillement !
Je pense d'ailleurs que personne n'a été jusque Naninne au vu de la météo de chiottes à laquelle on a eu droit cet après-midi là !
A l'heure du bilan, je dirai juste que, même si la météo n'a pratiquement jamais été de la partie, je ne garderai que des bons souvenirs de cette sortie : de nouvelles connaissances, se mêlant aux anciennes, toujours aussi sympathiques, un bon hôtel, le circuit redécouvert sous la pluie, permettant de rouler presqu'aussi vite (ouais, bof !) mais de façon bien plus coulée, rien à dire, ce fut parfait, si si, parfait, y a pas d'autre mot et ce n'est pas la météo qui me fera dire autre chose !!
Si je ne me retenais pas je signerais d'ores et déjà pour la session d'août mais ... hum ... j'ai hélas épuisé mon capital ... de congés ;-)
Je terminerai en donnant les liens vers :
- le compte-rendu de François (avec celui du Touring Moto Day en cadeau Bonux)
- les photos du stage sur le site de Cap Moto (3 diaporamas après le texte d'intro)

Merci à toutes et tous pour cette nouvelle belle tranche de vie !!

Et bravo au TGV (Très Grand Valentino) pour sa superbe victoire à Jerez, la 113ème au total !!

22:06 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.