30/04/2016

Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers, jour 2 !!

DSC02245.JPG46,884 km pour se rendre au circuit, essentiellement parcourus sur la N3 (34,175 km), à allure légale, puis les D3 et D85, au même rythme voire plus, pour arriver à Beuvardes et pénétrer dans le saint du saint, le Circuit des Ecuyers ou les Ecuyères (à café ou à soupe, c'est vous qui voyez !) sont les bienvenues également.
Elles étaient bien moins nombreuses que les 2 éditions précédentes me semble-t-il. J'ai souvenir de photos sur lesquelles elles étaient toutes rassemblées et la belle brochette était bien plus fournie que cette année : pas de Muriel, pas de Virginie (l'autre, la femme à Philippe P.) ni de Giovanna, la plus assidue d'entre toutes ... Par contre la belle Sarah est là mais accompagnée de son papa ;-))
Les groupes avaient été constitués la veille. Pour info, lorsque Pierre-Yves m'avait tendu mon autocollant R-O-U-G-E après le souper, j'ai eu comme une hésitation, puis j'ai demandé à "revenir" chez les verts, par modestie sans doute ^^, mais aussi et surtout parce que je ne voulais pas foncer d'emblée comme un malade à la poursuite des "vrais rouges", ceux que j'avais "côtoyé" (ouais, j'étais pas à côté mais loin derrière, c'est pour ça que j'ai mis les guillemets) lors de 2 ou 3 runs l'an dernier, le temps de constater qu'il y avait encore du chemin à parcourir ... avant de leur arriver à la cheville, au genou et au coude ;-)
Les bleus (débutants) comme les rouges ont été mis directement à l'épreuve, les premiers sur une portion du circuit longue de 1,2 km, les seconds sur l'autre partie de 2,3 km. Quant aux verts, dont j'étais, pendant que les rouges nettoyaient la piste, nous avons pu prendre le temps de déjà goûter au bon café préparé avec amour par Geneviève ... en même temps que nous écoutions notre instructeur nous distiller les premières recommandations concernant notamment le comportement à avoir vis-à-vis des autres pilotes et les trajectoires à dessiner. La course ^^ étant déclarée "wet", il insista lourdement sur cet élément à garder à l'esprit AVANT TOUT.
1er run à 9h20 donc, sur les 2,3 km que comportait la partie réservée aux rouges et aux verts en alternance et ...en matinée.
Autant dire que nous sommes tous partis sur des oeufs, comme des omelettes, à la queue-leu-leu, sagement, en file indienne derrière l'instructeur, loin devant moi. Car comme d'habitude, je suis parmi les tous derniers à me mettre en branle, l'âge n'aidant pas, les bouchons à enfoncer soigneusement dans les oreilles, le souci que tout est bien en place ^^ et, du coup, je ne vois pas les trajectoires qu'il emprunte ... J'essaie déjà de viser les cônes, et je constate que devant moi ce n'est pas trop le cas, les pilotes se plaçant un peu n'importe où sur la piste. Voilà qui promet des dépassements compliqués souris-je dans mon fors intérieur ;-)))
Deux ou trois tours au ralenti puis on lâche les fauves, la Tiger n'étant pas la dernière à monter dans les tours, son pilote au diapason ... Bon, on appréhende quand même, on fait dans l'approximation parce qu'on voit quelques filets d'eau par ci et des raccords étrangement luisants par-là, toutes choses qui tempèrent un peu l'ardeur, même des Ardennais !! Quelques tours plus tard, c'est déjà l'heure de rentrer au paddock pour le debriefing avec échange des impressions/sensations et les précieux conseils de l'instructeur.
2ème run à 10h00 : on est déjà un peu plus franc et un peu moins conscient des dangers : là je parle essentiellement pour moi qui ne met pas longtemps à m'allumer tout en débranchant quelques fils dans les hémisphères gauche et droit, ceux qui concernent essentiellement l'instinct de conservation j'imagine ... Le plaisir est déjà au rendez-vous, celui de lécher ... ses trajectoires tout en évitant les pièges cités supra ainsi que celui de saisir le bon moment pour dépasser aussi proprement que possible, comme recommandé par le moniteur !!
3ème et 4ème runs : entrecoupés par une petite gaufre et un café, histoire de ne pas se déshydrater, ils permettent de mettre en pratique les nouveaux conseils prodigués avec de plus en plus d'acuité et qui notamment insistent sur le fait de bien décomposer les 3 phases de la prise d'un virage, de bien prendre les freins au bon moment, de travailler le filet de gaz pour maintenir une certaine traction, de sorte que les chronos tombent, que je vous raconte pas comme ils tombent ;-))
Midi approche déjà et c'est l'extinction obligatoire des feux jusqu'à 14 heures.
Au menu, il y avait toutes sortes de sandwiches garnis. Les jeunes aux dents longues se faisant rares dans le "club", les organisateurs ont même prévu un pain à la texture molle, histoire de ne pas péter des prothèses ;-)
Il y avait aussi des crudités et différents soda suivant affinités.
Nous avons mangé sous le préau en épiant et priant le ciel pour qu'il fasse beau. On a cru un moment au miracle tant il se dégageait laissant percer de chaleureux rayons de soleil mais ça n'a duré qu'un temps et les nuages ont repris le dessus, si je puis dire !!
L'après-midi, la piste était entièrement ouverte. Entendez par là que chacun des groupes à son tour avait accès aux 3,5 km du circuit. Les rouges ont ouvert le bal, suivi des verts et enfin des bleus.
1er run P.M., après le repas faut pas chercher les meilleurs chronos : on serait plutôt à l'heure de la sieste, voyez ? Et comme le revêtement n'a pas véritablement séché, la faute à la couverture chauffante nuageuse, on y retourne pareil qu'au matin, presque comme des débutants, en recalibrant les paramètres et en montant progressivement dans les tours ... Car les paramètres ont bien changé dans la mesure où entre midi et quatorze heures, la piste s'est allongée de 2,3 km pour les uns et de 1,2 km pour les autres, suffisant pour chambouler tous les repères pris au matin. La ligne droite par exemple : elle s'est allongée de, pffffff, 300 mètres facilement et, alors qu'on coupait les gaz à 120/125 km/heure, on peut franchement les tenir bien plus longtemps. Le problème c'est qu'elle dessine une cuvette cette ligne droite et qu'on n'en voit pas trop le bout, voyez ? Du coup, au début, on réouvre en grand pour reprendre de l'élan et on sait plus trop quand il faut couper. Déstabilisant !! Pareil pour les autres courbes : on croit qu'on est dans l'épingle (N°5) mais non, on est dans le double (N°2) et alors qu'on attend la parabolique (N°6), on arrive rechtdoor dans le pif-paf (N°3). On prend quelques tours à redessiner le truc dans sa tête et à prendre ses nouveaux repères, le circuit paraissant alors bien bien long !!DSC02255.JPG
Entre deux runs, je me suis placé près du muret et je me suis évertué à essayer de prendre quelques clichés de François au zoom, ce qui ne fut pas une mince affaire pour stabiliser les images. Le résultat n'est pas extraordinaire mais, au moins, il a le mérite d'exister. Entre charentaises, Paul S. s'est posté à divers endroits du circuit pour prendre des photos qu'on attend avec une certaine impatience. Il les a normalement transmises à PYM qui devrait les afficher sous peu sur le site. PYM, si tu me lis, je t'en prie, ne tarde plus, merci d'avance !!
Lors d'un run, qui ont été 4 dans l'après-midi pour peu que le timing ait été respecté, je me suis fait courser par un gars en GS rouge. On avait pratiquement le même rythme. J'allais un chouia plus vite à certains endroits du circuit mais il me revenait dessus à d'autres, notamment au virage N°5 (L'épingle) où je me suis trainé lamentablement quasiment à chaque fois, ne sachant précisément comment le négocier, nondidju !! Par contre j'y allais plus fort dans "Le S" (N°11) et "Le droit des Stands" (N°12) qui conditionnaient la vitesse dans la ligne droite. Du coup, malgré ses 30 chevaux supplémentaires, il n'arrivait pas à recoller. A l'arrivée, il est venu me trouver pour en parler. Un jeune et grand gars, dont j'aurais pu être le père, voire le grand-père en poussant un peu. Voilà qui fait plaisir : pourrir un jeune gars sur une bécane plus puissante et dont le centre de gravité est très bas et la maniabilité réputée au plus haut ;-)
J'avoue qu'à un moment j'ai failli m'écarter pour le laisser passer car j'étais quand même sous pression et le voir une fois à gauche une fois à droite dans mes rétros m'a servi de leçon pour le dernier run de la journée.
Mais avant, encore une petite gaufre et un gobelet de café, pour le petit coup de fouet sucré et caféiné et un ou deux jokes pour enlever la pression ;-)
Si je ne me trompe pas, le dernier run était libre c'est-à-dire, que toutes les couleurs étaient les bienvenues. Autant dire que seulement quelques "furieux" ou ... égarés sont montés en piste.
Les premiers à se rendre au point de départ n'étaient autres que Philippe G. et Olivier F., les deux compères avec lesquels ont s'étaient fendu la gueule le dimanche soir. Quand je suis arrivé derrière eux, Philippe a insisté pour que je parte devant lui. Je ne voulais pas, je ne le sentais pas bien voyez ? PYM nous a souvent dit que les chutes survenaient lors du dernier run, celui où on veut tout donner en jetant ses dernières cartouches ...
Tant pis PYM, il y a des défis qu'il faut relever, m'fi : je retourne les rétros et je me lance derrière Olivier et devant Philippe !
Je crois qu'on a fait un tour dans cet ordre histoire de mettre les boudins à température puis on a mis du gaaaazzzzzzz pour activer le bbq !
Et c'est quand on s'applique le plus, qu'on se met peut-être un peu plus de pression, qu'on fait la petite faute. Au N°10, "Le bois des Ecuyers", Olivier écarte un peu trop et qu'est-ce qu'ils font les 2 lascars juste derrière, ils le passent et ouvrent un peu plus grand pour rester devant.
J'arrive dans les N°11 et 12 que j'apprécie assez, je redresse la Tiger dès que possible et je lâche la cavalerie. Un coup d'oeil furtif au compteur, j'accroche 163 km/h dans la ligne droite avant de soulager et je suis encore devant, ouaiiiiiiiiiiiiiiisssss !!! J'y crois presque pas ;-))
Je m'applique, je m'applique, je tiens encore un ou deux tours devant (pas sûr, pas sûr, à voir avec les acolytes anacoluthes) et puis j'arrive à nouveau dans ce foutu bord.. de mer.... de N°5 que je loupe au point de me retrouver sur le vibreur et, pas le temps de comprendre, je me fais passer à gauche par Philippe et à droite par Olivier : ouate de phoque !?!?!
Autant dire qu'après je n'ai pas essayé de les recoller car
1/ je n'suis pas fou comme on dit chez Media Markt;
2/ je n'oublie pas que j'ai bientôt 60 balais, pûûûûût... (ouais là je fais la "gallina vecchia" façon ROSSI, hi hi)
3/ on est arrivé sur les "retardataires" que les 2 loustics devant moi ont avalé sans tenir compte de la bienséance (et toc !)
4/ ils étaient définitivement plus vite que moi : ben oui, la vérité est parfois dure à dire mais elle doit être dite, qu'on se le dise !!
J'ai fini le run en mode "cool pépère" pour ne pas me mettre par terre et suis rentré au stand en attendant qu'on me chambre un p'tit coup mais ça ne fut pas trop le cas, merci les gars ;-)
Il ne restait dès lors qu'à regagner l'hôtel par le même chemin qu'à l'aller. Après quelques kilomètres, on s'est fait rattraper par nos deux amis ce qui a eu pour effet de donner des ailes à François qui a mis du gaz entre les vignobles en tenant un excellent rythme que j'ai suivi de loin tant j'avais beaucoup donné sur le circuit. Même Paul, qui nous avait suivis sur la route du retour, a dit qu'on roulait trop vite et qu'il préférait admirer les paysages que de rouler le nez dans le guidon. J'avoue qu'au détour du chemin on a même vu la maison Moët et Chandon et c'est vrai qu'elle aurait mérité qu'on s'arrêta pour lui tirer le portrait : ce sera pour l'an prochain tiens !!
Arrivés à l'hôtel, François avait envie de descendre une bière au plus tôt tandis que moi, j'avais envie d'une bonne douche et d'un peu de relaxation : une masseuse (de petite) thaï aurait été la bienvenue.
A ce propos, j'en profite pour ouvrir une charentaise que j'ai déjà eu envie d'ouvrir sans en avoir véritablement eu l'occasion. Etant donné l'âge moyen des participants aux activités, que ce soit de Cap ou d'Europa Moto, je pense qu'il serait opportun d'avoir dans l'équipe au moins une masseuse, un médecin urgentiste, un spécialiste en prothèses et un défibrillateur ... Ah oui, et pourquoi pas affubler la camionnette d'une belle et grande croix rouge, hein ??
J'ai rejoint François et les autres au bar. J'ai de nouveau succombé à une Delirium Tremens. Un excellent saucisson a tourné entre les tables, comme la veille.
On s'est retrouvé à table avec les mêmes ainsi que Virginie et Didier avec lesquels on s'est tout autant marrés. Voilà un couple extraordinaire quelque part. Ils roulent TOUS LES DEUX sur la même moto, une KAWASAKI Z 1000, verte pour elle et bleue pour lui. Je dirais même plus : ils roulent tous les DEUX sur LES MÊMES MOTOS, car en plus de leurs Z1000 ils ont récemment acquis deux TIGER 955i. Bon, ils nous ont avoués que, du coup, toutes les "priorités normales" de la vie passaient ... après les voyages et les balades à moto mais au fond, c'est quoi les priorités dans la vie à part se faire plaisir, mmmhhh ??? Aujourd'hui on est vivant, demain peut-être plus, donc, "carpette dilemme" comme on dit !!
On a regagné les chambres vers 23h00 par là et là, avec François, on a débriefé jusqu'à presque minuit. Il m'a raconté son expérience du jour et j'avoue que j'étais assez content. Je craignais en effet qu'il se soit ennuyé ou senti mal dans ses pompes entourés par des cinglés avides de vitesse, pas à sa place avec ses 47,8 chevaux, etc. Et bien non, il était heu-reux de l'expérience vécue et j'ai lu quelque part ;-) qu'il était prêt à la renouveler l'an prochain, plutôt en août, période supposée plus propice ... même si on est toujours à la merci des intempéries sauf à l'abri d'un parapluie ;-)
Ah oui, à ce propos, les gens de Cap Moto, une autre revendication : des umbrella girls ne seraient pas de trop avant qu'on prenne la piste !
Bon, Frankie, il est tard : demain faut se lever plutôt tôt nan ? Allez, fais des beaux rêves !!

Putain, il est bougrement dur ce coussin, bizarre !!

A 3 heures du mat, je vais dans l'armoire et j'échange les coussins ... Ah, c'est mieux !!
Plus que 4 heures dormir, pffffffff !!

15:43 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

29/04/2016

Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers, jour 1 !!

DSC02232.JPG1. Nous étions censés quitter la Belgique, Pierre et moi, en embrayant sur le road-book à hauteur d'Hestrud (WP33 sur les 143 qu'il comportait au long de ses 308,898 km).
2. SMS de Pierre le vendredi soir pour nous informer, Pierre-Yves et moi, de sa très probable défection dans la mesure où il est malade depuis mercredi, qu'il se soigne mais que ça ne va pas, qu'il a peu d'espoir d'être capable de prendre le départ dimanche matin. Il demande d'ailleurs à PYM d'essayer de trouver quelqu'un pour le remplacer au pied levé et évoque son assurance annulation ...
3. Samedi matin, j'ai un message de François dans ma boîte vocale. Il me demande si j'ai vu l'e-mail de PYM, me dit qu'il y répond de suite et m'invite à en faire de même ...
4. Je lis l'e-mail de PYM : il demande si François et moi voyons un quelconque inconvénient à partager la chambre. Cela permettrait de réduire les frais de réservation et, ainsi, de faciliter le remboursement de Pierre !

Ainsi donc, François s'était inscrit "à l'insu de notre plein gré" et comptait nous faire l'agréable surprise de sa présence à Beuvardes : effet complètement raté pour le coup ;-).
J'étais par contre bien content de retrouver mon "cokoteur" attitré, l'ami Pierre m'ayant posé un lapin, contraint et forcé !!
Du coup, j'ai modifié mon plan de départ. Si j'avais rejoint Hestrud comme prévu initialement, il y avait de fortes probabilités pour que je roule TOUT SEUL jusqu'en Champagne. Cette perspective ne me réjouissant pas, oh non, oh non, j'ai décidé de rejoindre le point de départ prévu à Le Roeulx, à la station Q8 le long de l'autoroute entre les sorties 21 et 22.
Voilà pour le long préambule qui n'avait comme autre objectif que de planter le décor tout en justifiant de l'absence de Pierre. Entre nous soit dit, il va beaucoup mieux depuis, au point qu'il a été participer mercredi, sous la neige, le vent, la pluie et la grêle, au "Track Day" à Mettet avec la présence de Xavier SIMEON, Didier de RADIGUES et de Livio LOI même si Pierre ne mentionne pas ce dernier dans le court e-mail qu'il nous a envoyé.

Le rendez-vous étant fixé entre 9h00 et 9h30, j'ai quitté la maison vers 8h45, j'ai fait le plein et je suis monté sur l'autoroute que je n'ai quittée qu'à l'arrivée ^^. Baraki de conscience, j'ai fait le complément d'essence à la station Q8, une station où il faut payer avant de se servir : j'ai donc "prépayé" 5 € pour recevoir en retour 3,08 € si j'ai bonne mémoire, soit l'équivalent de +/- 1,5 litres de précieux liquide pouvant, le cas échéant, éviter la panne sèche !!
En effet, les road-books de Cap Moto évitant soigneusement "toute civilisation" pendant parfois plus de 150 bornes et la France profonde étant ce qu'elle est, deux précautions valent toujours mieux qu'une ;-)

Après quelques accolades et un bon café, histoire de se réchauffer (2°C ce matin-là !), on est parti François et moi en direction de Thieu, Maurages, Bray, Estinnes-au-Val pour marquer un bref arrêt devant le Collège de Bonne Espérance à Vellereille-les-Brayeux.
Je pensais que François voulait lui consacrer une brève visite où quelques photos mais en fait, non, il voulait juste laisser passer quelques motards du groupe qui nous avaient rattrapés. Sans doute ne voulait-il pas leur imposer son faux rythme : hum, c'est d'ailleurs un peu pour ça que je suis reparti devant au moment de quitter le parking. Non que cela me dérangea mais je voulais juste aller quelques hectomètres-heure plus vite, guère d'avantage, histoire de rester un peu plus "aware".
Mal m'en pris car la pluie se mêla de plus en plus au voyage et, malgré un ciel plombé, plus gris qu'une souris morte, le pin-lock chromatique de mon Shoei s'assombrissait incroyablement !! Etait-ce le fait des gouttelettes et de la réverbération pourtant quasi nulle ? Reste que j'ai été obligé de rouler visière presque complètement relevée en prenant la pluie en pleine poire. J'avais beau ralentir, faisant parfois des signes d'impuissance, François restait sagement derrière, ce que je ne peux décemment pas lui reprocher ...
Nous avons roulé ainsi pendant près d'une heure trente et avons hésité à nous arrêter à un café où nous avions repéré plusieurs motos appartenant au groupe. L'heure n'était alors propice qu'à l'apéro et nous avons donc continué sans désemparer sur un road-book toujours aussi "chevrotant" (allusion aux "chemins de chèvres" dont on parle parfois).
A un moment, alors que nous avions atteint une intersection, François s'est porté à ma "hauteur" et m'a demandé si j'étais d'accord de filer jusque Laon pour trouver de quoi manger, ce à quoi je répondis par un hochement de tête de bas en haut. Entre les WP's 62 et 63, nous avons donc quitté le r-b et via la N2, nous avons foncé tout droit sur le McDonald's de Laon , avenue Romanette !! Cet endroit est à recommander C-H-A-U-D-E-M-E-N-T, oui, oui : nous étions frigorifiés en y arrivant et la douce chaleur dégagée par les radiateurs et les friteuses nous a énormément réconfortés. La carte était par ailleurs très fournie et j'ai eu du mal à faire mon choix. Finalement j'ai opté pour un Royal Bacon, une Grande Frite et un Coca Cola Long Drink On Iceberg, le tout pour 8,10 €.
Pendant que nous devisions joyeusement la météo semblait se remettre petit à petit et, au moment de quitter ce lieu béni, il ne faisait certes pas grand beau mais les éléments s'étaient un peu calmés, le soleil perçant même timidement par endroits me semble-t-il. De nouveau, je n'ai pu qu'admirer la manière dont François s'y entend pour se remettre sur un road-book quitté auparavant. Perso, je serais incapable de prendre l'initiative et je reviendrais bêtement au WP abandonné. Au lieu de ça, gauche, droite, tout droit, boussole, est, ouest, petite et grande Ourse, sextant à l'appui, François nous a amené jusqu'au WP 74 pour embrayer sur le tracé à nouveau !
Nous avons donc repris la route, François devant, moi à belle distance derrière, en passant par Landricourt, Vauxeillon, Terny-Sorny, Bucy-le-Long, Venizel, Chacrise, Droizy, Launoy et Beugneux jusqu'à arriver sur un site impressionnant appelé "Les Fantômes". Plutôt que de donner un sempiternel lien vers un article de WikiWiki, voici les impressions de quelqu'un qui a pris le temps de détailler le monument et de s'en imprégner ! Si François est resté au bord de la route pavée en exploitant au mieux les service du zoom, en ce qui me concerne, je suis allé jusqu'aux pieds des fantômes, histoire de me dégourdir les jambes et de leur montrer que je n'avais même pas peur ;-)
Nous avons été rejoints un peu plus tard par Pierre-Yves et quelques autres qui roulaient de concert mais nous sommes repartis avant eux. Plus tard nous sommes passés devant le site du circuit mais François a continué sa route sans aller sur le site. C'est vrai que l'heure avançait, que la météo restait incertaine et qu'il valait sans doute dès lors mieux gagner l'hôtel sans plus tarder et puis, nous savions que nous aurions toute la journée du lendemain pour faire plus ample connaissance avec le circuit ! Nous sommes finalement arrivés à l'hôtel "Prim Hôtel Bagatelle" vers 18h30 ce qui nous a donné le temps de prendre une douche, de se faire un petit Nescafé et d'envoyer des nouvelles à nos chères et tendres avant de descendre et rejoindre les autres au bar ...
Les bières belges ne manquaient pour une fois pas à l'appel et c'est avec une excellente Delirium Tremens , offerte par François, que nous avons tué le temps, en flinguant tous azimuts, avant de passer à table. La formule "buffet d'entrées", plat à table et "buffet fromages et desserts" en sortie était d'application, comme dans l'hôtel auquel nous étions auparavant habitués d'aller.
Toutefois, la qualité était ici bien meilleure avec plus de choix aux buffets et un plat autrement plus coloré et goûtu que ce qu'on nous servait à Château-Thierry. Il était temps (petit navire) que Cap Moto se mette en chasse d'un autre hôtel car les commentaires négatifs amplifiaient concernant le précédent ...
Mention très bien donc avec, paraît-il, je dis "paraît-il" car je ne l'ai pas expérimenté personnellement, un bar "nocturne" autrement plus chaleureux. D'ailleurs, si je me souviens bien, il n'y avait PAS DE BAR de l'autre côté ... un peu comme à Notre-Dame de Laus, n'est-ce pas les amis ;-))) Ne comprendront ici que mes éternels compagnons de route !
Tiens, tant qu'on est sur "Notre-Dame", on s'est marré comme des bossus à table. On était avec Paul et Bob mais aussi avec Philippe G., vétérinaire (Yamaha Super Ténéré) et Olivier F. , venu incognito (en B12). Philippe n'arrêtait pas de secouer le pauvre Paul qui a pris quelques fous rires. Faut dire que les conversations ont beaucoup tourné autour des chattes, des chiennes et ... des femmes à lunettes ;-))))) On a évoqué notre expérience du circuit de l'an dernier et j'ai bien compris qu'ils étaient tous les 2 chauds comme des baraques à frites à l'idée de poser les genoux et les coudes.DSC02247.JPG Si Olivier a été obligé de s'inscrire chez les bleus (débutants) pour sa première participation, Philippe lui a conseillé de doubler de tous les côtés pour être puni ^^ et ainsi passer sans tarder chez les verts (confirmés) l'après-midi.
Certains ont prolongé au bar, m'invitant à faire de même, mais j'ai refusé car je me connais : j'avais déjà éclusé pas mal de verres de vin blanc et le "pousse" m'aurait définitivement achevé. D'ailleurs, pendant la nuit, j'ai dû me lever pour prendre un Alka Seltzer en espérant que ça suffirait pour me remettre d'aplomb pour le réveil prévu à 7h15.
Si j'étais pratiquement frais et dispo le lendemain matin, ce n'était pas le cas de Philippe : couché tard, le véto, ce n'est pas la meilleure chose à faire avant une journée INTENSE de circuit !!
On a tous pris le petit-déjeuner dans un calme relatif et, avec François, on est parti pour les 46 km de route vers 8h15, direction Beuvardes et le Circuit des Ecuyers !!

10:10 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

26/04/2016

Cap Moto : stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers !!

Je mets d'ores et déjà les photos en ligne pour brûler la politesse à François qui a pris congé demain UNIQUEMENT pour pouvoir rédiger et mettre en ligne son compte-rendu de l'évènement avant moi !!!
Pour rappel, ça s'est passé ainsi :
-1er jour : rendez-vous à Le Roeulx pour un road-book de 308 km en direction de Dizy-Epernay, en Champagne;
-2ème jour : Circuit des Ecuyers situé à Beuvardes, à 46 km de l'Hôtel "Bagatelle" où nous logions;
-3ème jour : retour vers Naninne par un road-book de 258 km.

La suite ... suivra !!

17:58 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

23/04/2016

Thérèse l'Effrontée ...

ROSSI POLE JEREZ 2016.jpgLes "habitués" savent que c'est la traduction libre de "Jerez de la Frontera" !
Et si Thérèse est effrontée, le "vieux pilote italien", neuf fois champion du monde, l'est aussi car, figurez-vous qu'il a fait la nique à tous les ibères présents aux qualifications en prenant LA POLE aujourd'hui en devançant dans l'ordre LORENZO, MARQUEZ, DOVIZIOSO, VINALES, A. ESPARGARO, PEDROSA, P. ESPARGARO et BARBERA soit 7 espagnols dans les 9 premiers.
Il avait déjà fait le meilleur temps en FP3 et c'est au troisième et tout dernier tour de son second run qu'il a ravi la première place sur la grille à LORENZO.
F-A-N-T-A-S-T-I-C-O, le ROSSI !! Il a encore quelques leçons à donner aux jeunes, c'est sûr.
Bon, la saison n'a pas super démarré pour lui avec notamment une chute à Austin et il est 3ème au général mais déjà avec 33 points de retard sur MARQUEZ et 12 sur LORENZO qui, lui, était tombé en Argentine.
La saison s'annonce intéressante !!

Demain matin, c'est le départ pour la Champagne et les tours de Circuit des Ecuyers lundi ...
Prions pour que les dieux de la météo soient avec nous, et avec votre esprit, Amen !!

16:02 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

21/04/2016

YAMAHA MT-07 Tracer !

mt-07-tracer-yamaha-500x375.jpgAussi appelée YAMAHA 700 Tracer, c'est le "trail routier" extrapolé de la petite MT-07 que ... beaucoup attendaient.
Voyez l'article qui lui est consacré sur Moto-Station.
Quelques défauts d'entrée de jeu en ce qui me concerne :
1/ le prix : alors que la version roadster tourne autour des 6.000 € si je ne m'abuse, la Tracer est annoncée à 8.490 €. La différence se justifie-t-elle ? Quid du placement produit par rapport aux Versys et autres DL 650 ??
2/ le look : pas top top à mon goût même si un peu plus équilibré que celui de la grande sœur MT-09 Tracer. L'arrière cadre, même si allongé de 5 cm via le bras oscillant, ne comporte pas de porte-paquet et du coup le top case, indispensable aux "grands voyageurs", fera l'effet d'une grosse verrue sur un joli fessier ;-)
3/ le cockpit : pour l'avoir vu sur d'autres sites, même si installé différemment, il est en tous points pareil à celui du roadster et donc plutôt "cheap" en apparence et probablement en informations.
4/ la hauteur de selle : ça sert à quoi de sortir un petit trail léger si c'est pour y coller une selle à 845 mm du sol ? (Notez que j'ai lu 835 mm ailleurs mais ça reste trop élevé pour ... hum ... des gens comme moi !)
5/ la béquille centrale : est-elle disponible au moins en option ?

Pour le reste, sans présumer du changement de comportement lié à l'allongement du bras oscillant qui pourrait nuire à la maniabilité, ainsi qu'à la tête de fourche qui alourdira sans doute la direction, cela devrait être tout bon si on s'en réfère aux commentaires généralement dithyrambiques de la presse spécialisée concernant la version "naked".

Encore une machine à essayer en tout cas :-)

PS1 : vos avis à chaud sont les bienvenus voire même souhaités !
PS2 : une version "Ténéré" est semble-t-il en cours d'élaboration en remplacement de la XT660 qui est appelée à disparaître ...

15:26 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

19/04/2016

"Offrez-moi la lune !", édition 2016, le compte-rendu !

DSC02227.JPGJ'hésitais, la météo étant plus incertaine que jamais. En avril, on ne se découvre pas d'un fil mais on ne se défile pas non plus, surtout quand c'est pour la bonne cause, les bénéfices de l'opération étant versés à l'Association qui porte le beau nom de "Offrez-moi la lune" !
S'ils n'ont été qu'une douzaine à fouler le sol lunaire, nous étions parait-il une petite centaine de motards et de passagères à avoir répondu à l'appel de la route. Mais commençons par le début.
La veille de l'évènement, Pierre, alias Gull, a envoyé un e-mail "au récipient non communiqué" et pas au "vases communicants" par conséquent, pour signaler qu'il y allait et demander qui d'autre c'était inscrit.
J'ai répondu présent.
Le lendemain matin, il m'a appelé vers 10h00 pour me demander si je roulais ...
Autant dire qu'il n'a pas assuré de suivi à sa demande !! Après l'avoir un peu cuisiné, j'ai quand même appris que Jacques était à Freyr (pour faire de l'escalade) et que François était en Bretagne.
On a fait un crochet par Villers-Perwin pour aller chercher un copain à lui. Marc B. qu'il s'appelle. Il roule sur une Doucâââââti Moultistrada ... blanche, une double preuve de compétence motocycliste et de bon goût ;-)
On est arrivé à Longchamp, près d'Eghezée, qu'il était quelque chose comme 11h45. Autant dire qu'à cette heure, la grande majorité des motards inscrits avaient déjà pris la route. Perso, je ne m'étais pas inscrit. Ce n'est en effet pas la première fois que je paie et que je ne participe pas à une rando organisée. Cette fois, j'ai joué la sécurité. Cela m'a coûté 12 € plutôt que 10 (en prévente), mais disons qu'ainsi j'ai contribué un peu plus au bénéfice de l'entreprise ...
J'ai salué Paul qui était bien entendu là et Pierre-Yves qui a chargé les 2 road-books sur le Tripy.
On est allé chercher notre cornet de ... pâtes. On s'est installé au bout d'un banc, à côté d'un groupe de joggeurs. Pierre, qui a toujours soif, a payé les boissons, on l'a remercié et on a bu à sa santé !
Après courte concertation, on a choisi le long road-book (196 km 403) et, comme Marc n'avait pas pris son GPS, on l'a encadré, Pierre devant et moi derrière !
On est passé à Upigny mais on ne s'est pas arrêté à la fabrique de foie gras d' Upignac alors que nous avions reçu un ticket d'entrée pour la visiter : on ne sait définitivement pas tout faire, il y a ma foi des choix à faire et du choix nait l'embarras.
Au WP13 on était à Perbaix, au 23 à Saint-Martin, au 37 on contournait l'Abbaye de Floreffe puis on a continué sur Buzet, Bois-de-Villers, Besinne, Bioul, Salet et on s'est arrêté à Falaën dans un café en face des draisines. Encore une fois, si ces patelins résonnent comme des refrains bien connus à nos oreilles de motards, les G.O. de Cap Moto sont passés maîtres dans l'art consommé de nous faire découvrir des petites routes et des chemins insoupçonnés : on est finalement presque toujours en terre inconnue et pourtant à 2 pas des "lieux communs", voyez ??
La serveuse parlait néerlandais avec un consommateur et c'est donc dans la langue de Vondel que nous avons essayé de passer notre commande ;-) Cette fois, c'était à mon tour puis à celui de Marc B. d'offrir. J'ai appris à mieux connaître ce motard que je qualifierais de "versatile". C'est le genre de gars qui a presque tout essayé. Il achète en occasion et revend, parfois dans les 6 mois. Là il roule en Multistrada depuis peu, mais il a eu une Triumph Explorer, quelques Aprilia RSV dont il a gardé un souvenir ému, et encore d'autres machines dont j'ai oublié le type.
Il roulait avec Pierre et sa bande de potes, mais apparemment, ils se sont perdus de vue, les uns ayant arrêté la pratique parfois pour raison de santé, les autres étant parfois partis dans l'au-delà hélas ... Ils auraient des tas d'anecdotes à raconter, c'est sûr, et j'ai eu droit à quelques échantillons !!
C'est là qu'on s'est séparé, car il avait des impératifs familiaux. A la prochaine !!
Normalement, on était censé continuer, Pierre et moi ... Je dis censé car après l'épisode Falaën, on s'est pratiquement perdu de vue !
Je suis parti devant et j'ai vu, dans mon rétro, que Pierre qui avait pourtant démarré à peu près en même temps que moi, s'arrêtait pour je ne sais quelle raison. Je continue à petit rythme puis, par la force des choses, je commence petit à petit à mettre du gaz. Après quelques kilomètres, pris d'un semblant de remords, je m'arrête, moteur au ralenti et croise les bras sur le réservoir. J'attends. Je coupe le trois pattes (au canard, pffff). Pas de Pierre. J'ôte les gants et le casque. Toujours pas de Pierre. J'attends. Pas de message sur le gsm. Je repars, comme en 40, et poursuis sur Hastières-Lavaux, Hermeton-sur-Meuse et Heer où je retrouve "Piheer", rangé sur le côté, assis sur sa BMW.
Il me semble qu'il me fait signe de continuer et donc, je continue ! Je roule bon train et continue sur Celles, Conjoux, Conneux, Barcenale (WP79), Fays, Sovet, Reuleau, Assesse, etc ...
A un moment, une urgence m'appelle ...
Non, je ne suis pas de ces chirurgiens qu'on bipe pour aller sauver une vie qui ne tient plus qu'à un fil.
Je devais juste pisser, voyez ?
Je suis revenu en arrière (quelque 200 mètres) sur le pont qui surplombait la voie ferrée pour prendre quelques clichés et me soulager. Non, pas du haut du pont !?! Z'êtes malades ou quoi !!
J'ai donc un peu trainé là à nouveau, en attendant Pierre qui n'est finalement jamais arrivé.
J'ai poursuivi ma route sous un ciel qui devenait de plus en plus menaçant et, si jusque là, on avait bien reçu 2 ou 3 gouttes éparses ci et par-là, la pluie a commencé à devenir régulière à partir d'Hingeon.
Je me suis abrité sous le auvent d'une station-service, j'ai enfilé la veste en plastique et, au vu du ciel de plus en plus bouché, j'ai "tripyté" : maison par la voie rapide !!
Quelques minutes après j'étais sur l'autoroute et j'ai mis plein gaz pour rentrer à la maison. Ce n'est pas confortable de mettre plein gaz sur une autoroute bondée où les projections des bagnoles vous aspergent copieusement et réduisent votre vision des choses. Mais le mieux c'est d'essayer d'être devant plutôt que d'être coincé dans le troupeau : il y va de sa sécurité, comprenez ?
J'étais à la maison vers 18h20 je crois.
Plus tard j'ai envoyé un e-mail à Pierre, un peu pour m'excuser et aussi pour avoir de ses nouvelles.
En gros, il a d'abord eu des soucis avec son Tripy qui ne voulait pas démarrer au sortir de Falaën, puis il a court-circuité le road-book pour me rattraper, puis à Heer, pensant que j'étais devant, il reprogrammait son GPS pour rentrer au plus court, puis ... etc ... etc !!
Finalement, avec ces Tripy et autres GPS, on finit par rouler chacun pour soi, à son rythme, sans plus se soucier des autres : il y a à boire et à manger là-dedans ?
Hein ??
Ce n'est pourtant pas une boîte à pique-nique ??
Prochaine sortie, les 24, 25 et 26 avril avec la Champagne et le circuit des Ecuyers.
Pierre-Yves vient de nous envoyer les road-books, ainsi qu'une feuille rappelant quelques règles de bon sens à respecter sur le circuit et "l'abandon de recours" en cas que et ... dans tous les cas d'ailleurs !!

22:50 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

17/04/2016

"Offrez-moi la lune !", édition 2016

Les photos parlent souvent mieux que les mots !!
4ème édition de cette randonnée organisée par Cap Moto dans le cadre des festivités de l'ASBL "Offrez-moi la Lune" pour récolter des fonds destinés à faire évoluer la recherche de cette maladie orpheline qu'est l'ataxie de Friedreich.
Si je ne me trompe pas, ça doit faire la 3ème à laquelle je participe.
Je vous raconte incessamment !!
Bonne semaine.

23:35 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

16/04/2016

Entretien, quand tu nous tiens, tiens !!

2016-04-16 14.10.04.jpgC'est la suite ...
En fait pas grand chose à ajouter par rapport à la note d'hier si ce n'est que, si on a parlé de tout et de rien au cours des 2 heures que j'ai passées dans la concession, je suis revenu sur la hauteur de selle de la Tiger en rappelant ma mésaventure au sortir de la station service il y a de cela quelques semaines ...
Il est certes possible de remplacer la biellette arrière pour gagner quelque chose comme 2 cm mais j'ai bien compris que Dom' n'était pas chaud car, même si on rattrape légèrement sur l'avant également, l'assiette de la moto est modifiée et pour peu qu'on fasse du duo, et en fonction du ou de la passagère qu'on embarque, la direction risque de devenir plus légère et nuire ainsi à la tenue de route. Demandez à Didier l'effet que ça fait de dépanner un copain en le prenant "à cul" et de constater au premier virage que la moto ne tourne plus :-) !!
Du coup, j'ai évoqué la version "LOW" des nouvelles Tiger et là j'ai appris quelque chose d'assez incroyable dans la mesure où, suivant le constructeur, la charge maximum autorisée (pilote, passager, bagages et ... accessoires) passerait de 225 kg à 140 kg seulement !! Adieu le passager donc ou les bagages ... ou la tonne d'accessoires !!
Alors, les représentants de la marque ont beau se défendre en arguant que cette version a subi des essais dans des conditions extrêmes, allant bien au delà de cette charge maxi, mais quid dans les faits si, par exemple, une compagnie d'assurances invoquait le motif de "surpoids" dans le cadre d'un accident ?
That's the question qui reste sans answer à priori et, dans ce cas, autant savoir, n'est-il pas ?

Aujourd'hui, après les courses à Bomerée, (madame n'est pas là, elle est en Alsace avec des copines, faut bien s'occuper de l'intendance), j'ai poussé jusque chez CASU, histoire de tourner autour de l'Africa Twin ...
Voici les photos : on en parle un peu, plus tard ... car je dois faire le souper (madame n'est toujours pas rentrée depuis ^^, la bouffe ne se fera pas toute seule !!)
Il y en a une à l'essai, une version DCT avec "frein à main" comme disait le jeune gars de chez Casu avant que je ne parle de "frein de parking" ;-)
Il y avait là un type de mon âge ou un peu plus, intarissable comme moi, avec un curriculum vitae long comme un jour sans frites, juché sur la machine en question, équipé en parfait baroudeur, propriétaire d'une Africa Twin d'époque, celle que j'ai prise en photo avant d'entrer dans la concession, qui entretenait le vendeur plutôt que l'inverse. Je me suis mêlé à la conversation, ce qui a permis à ce dernier de s'occuper d'autres visiteurs, et puis je suis monté sur la bête : j'avais ... presque pied dites-donc. Pourtant à l'analyse de la fiche technique on est entre 85 et 87 cm avec la selle réglable sur deux niveaux. Un jeu de mot en passant ? Si certains ont l'air de vrais baroudeurs, perso je suis juste un bas rouleur, voyez ? En fait, la machine est plus fine qu'un 3 pattes par exemple et en plus, la suspension souple s'abaisse lorsqu'on s'installe. Cela pourrait laisser présager un comportement de "cheval à bascule" façon KLE d'une époque, mais à la lecture des nombreux essais déjà publiés, ce n'est apparemment pas trop le cas ...
Je ne dis pas qu'un jour je ne l'essayerai pas ... même si je pense pouvoir dire d'emblée que je ne l'achèterai pas !
Trop typée trail, avec ce que cela suppose d'équipement ad hoc et d'utilisation effective. J'avoue ne pas être un aventurier ni dans l'âme ni dans les faits et même si une escapade dans les dunes me fait parfois rêver, je préfère quand même garder les pieds sur ... le bitume et ... ce n'est pas toujours facile à mon niveau ;-))
Pour ce qui est des tarifs, on se situe dans une bonne moyenne : 12.790 € pour la version boîte "manuelle" (pfffff !), + 210 € pour les versions tricolores + 1.000 € pour la boîte DCT. Vient ensuite se greffer une longue liste d'accessoires dont je n'ai pas pris connaissance.

Demain c'est la balade caritative "Offrez-moi la lune" au départ d'Eghezée. Je prends la route avec mon ami Pierrot qui m'a prêté sa plume pour écrire ce mot : l'ami Pierrot La Lune !! On y sera vers 11h00, cela étant dit pour celles et ceux qui voudraient nous y retrouver.
Le week-end suivant, c'est le départ pour la Champagne et le Circuit des Ecuyers. Je suis déjà en train de m'imprégner du tracé, c'est dire si ça me démange ;-)
A propos de circuit, sachez que je me suis officiellement inscrit pour le track day du 23/05 avec l'équipe de Performance Bike et la Mertens School bien entendu. Là aussi, hâte d'y être.
Après ça sera le grand voyage en Slovénie ...
Des lendemains qui chantent !!!

18:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

15/04/2016

Entretien, quand tu nous tiens ...

Bon, je poste juste pour ne pas qu'on me taxe de fainéantise : c'est que j'ai 2 ou 3 lecteurs exigeants qui prennent la mouche si je ne publie rien pendant plus de 3 jours !!
Et donc, comme déjà signalé, j'ai déposé la Blanchette chez Performance Bike mardi dernier. Finalement, j'y suis allé en début d'après-midi plutôt qu'en fin de journée car la météo s'annonçait de plus en plus mauvaise au fil des heures.
J'ai rappelé qu'en plus de l'entretien des 50.000 km, il y avait lieu de monter le Continental Trail Attack II commandé dès février et j'ai demandé qu'on tape un oeil au freinage arrière car il m'a semblé que la pédale était fort peu réactive.
Je sais qu'on ne freine quasi jamais de l'arrière mais ... pour resserrer une trajectoire un peu large, c'est parfois utile ^^, cela étant dit en pensant, par exemple, aux lacets alpins que nous emprunterons en septembre.
Le lendemain, dès 10h41, j'avais un message comme quoi "la moto était faite".
Impatient de la retrouver, j'ai quitté le bureau à midi, avec un paquet de dossiers sous le bras, histoire d'aménager l'après-midi par du télé-travail, joignant ainsi l'utile à l'agréable, l'idée étant d'aller faire une petite balade jusqu'à Lompret par exemple pour d'ores et déjà roder le Conti qu'attaque !!
Finalement, le fiston m'a déposé à la concession vers 15h45 par là et je l'ai quittée qu'il était plus de 18 heures, et croyez-moi, je n'ai absolument pas vu le temps passer : une fois qu'on entre dans "le milieu de la moto" on est tellement bien dedans qu'on a du mal à en sortir ;-)
Du coup, comme on était attendu pour souper chez belle-maman, je suis rentré vite fait bien fait : le rodage ce sera pour dimanche ....
Alors, cette facture ? 378,96 €, pneu arrière, huile de frein, joint de cuivre, filtre à huile, huile, autoscan ou motoscan c'est vous qui voyez, main d'oeuvre et TVA comprises. En plus des 245,47 € pour le pneu AV et les plaquettes, les 89,89 € pour la dorsale et le polish ALU, les 59,95 € pour le pinlock chromatique, on est déjà, si je compte bien, je reporte deux, à 774,27 € alors que j'ai parcouru un petit millier de kilomètres cette année. Il y a grand intérêt à amortir ces coûts dans les mois qui viennent !!!
A suivre ...

23:39 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

09/04/2016

Touring Moto Day ...

DSC02202.JPGJe pensais y être à 10heures mais quand j'ai vu le thermomètre qui affichait 2°C, je suis resté un peu plus longtemps au chaud à la maison ^^
Je n'ai pas tortillé par des "routes touristiques" pour m'y rendre : j'ai pris l'A54 et j'ai tenu un tranquille 125 km/heure pour ménager l'homme et sa monture ;-)
Au 3/4 du trajet, un motard à emprunter la bretelle d'accès pour s'insérer dans le trafic : c'était François !
On a continué ensemble et on est arrivé sur le parking de DHL à Forest aux alentours de 10h30 je crois.
Avant d'aller + loin (pas la peine vu qu'on y était me direz-vous et vous aurez raison), voici les quelques photos que j'ai ramenées de l'évènement !!
Après quelques photos des exposants (Helite, Royal Enfield, Vulcanet, Zero, les motos électriques ...) on est allé voir Pierre-Yves à l'oeuvre, qui nous a prouvé, si besoin était, qu'une moto était toujours plus ... équilibrée que son pilote !
Il y avait des tas d'ateliers sur place (Tripy, Repare, First aid ...) mais je devais rejoindre l'autre parking à quelques centaines de mètres de là, où les instructeurs nous attendaient pour les ateliers "Voir et être vu", "Maniabilité" et "Freinage".
Je suis arrivé légèrement en retard et j'ai embrayé tout de suite sur l'atelier "maniabilité".
Autant dire que je n'en sors pas grandi ce qui, avec ma taille de départ, est un comble !!
Si je passe la plupart des exercices sans encombre, ce n'est A-B-S-O-L-U-M-E-N-T pas le cas lorsqu'il s'agit de braquer au plus court, le guidon en butée ! Rien à faire, je ne chope pas le mouvement et, soit je mets pied à terre pour ne pas perdre l'équilibre, soit j'élargis la trajectoire. Il y a de l'appréhension là derrière ainsi qu'un problème de posture sur la moto. Je vais y travailler dans le garage dès tout à l'heure ;-))
Pour ce qui est de l'atelier de freinage, bon, là, ce n'est pas particulièrement sorcier, sans doute grâce à l'ABS qui équipe pratiquement toutes les motos de nos jours. Reste qu'il faut veiller à toujours regarder devant, même loin devant, et pas au sol, afin de freiner en ligne.
Après ça, il était question de maniabilité à nouveau, avec des "huit" à exécuter. Une fois encore, j'ai été plutôt lamentable à cause d'un manque de vitesse notamment et j'ai fait juste réussi un 5, puis un 6 je crois !!
On réessayera l'an prochain.
J'ai retrouvé là un jeune gars avec lequel j'avais sympathisé lors d'une journée d'essai à Mettet. Il roule sur une KAWA ER6N et, si j'ai bonne mémoire, à l'époque il râlait un peu parce que j'ai fait des meilleurs temps que lui ;-)
C'était certainement dû à l'expérience, hé hé ou alors ... aux nombres de chevaux supplémentaires de la Tiger, allez savoir !! Il m'a dit qu'il fallait absolument essayer une moto électrique tant c'était jouissif, avec du couple à tous les étages (+ qu'une TDM, c'est dire !) dans un silence presque absolu. On essayera ça aussi, l'an prochain !
Avec tout ça, il était pas loin de 14 heures lorsque je suis retourné au parking et que j'ai rejoint les amis Didier, François, Jacques et Pierre qui m'attendaient pour faire le road-book qu'on avait reçu. Ils ont patienté un peu plus encore, le temps que j'engloutisse goulûment, sauvagement et pas très proprement (n'est-ce pas ?) un excellent burger accompagné de frites, suivi d'un soda.
On a pris la route vers 14h30 sans Pierre (Gull) qui voulait crocheter par Rebecq pour voir le magasin Golden Bike où il était question qu'il achète un pneu d'occasion si j'ai bien pigé.
On a quitté l'autoroute à Halle, puis on est parti sur Rebecq, Steenkerque, Silly, Lombise, Thoricourt où il y avait, selon Pierre qui l'a visité, un beau château et un corps de ferme qui valaient le détour, Cambron-St-Vincent, l'immense parking de Pari Daïza, Bauffe, Hierchies, Masnuy-St-Vincent Jean , Le Roeulx, Mignault, Ecaussinnes-d'Enghien, Henripont et Ronquières où nous avons marqué l'arrêt dans un café le long de la Sambre du canal Bruxelles-Charleroi, voilà ! Les routes que nous avons empruntées étaient sinueuses, étroites, par moment trop urbaines, parfois pavées de mauvaises intentions, souvent en mauvais état et n'autorisant pratiquement jamais d'ouvrir en grand . On aura quand même vu du pays, n'est-ce pas là l'essentiel ?
Les plus gourmands ont pris des ... brésiliennes (glaces ... chaudasses paraît-il) et les plus connaisseurs, merci Claude, une bonne Quintine blonde ou ambrée suivant affinité. On a été rejoints plus tard par un autre groupe dont le propriétaire de la toute nouvelle HONDA Africa Twin avec la boite DCT qui nous a expliqué que le ... levier d'embrayage n'était pas un levier d'embrayage mais un frein de parking ! Plus tard encore, Pierre Gull est arrivé à son tour. Autant dire que nous avons bavardé bien longtemps, le groupe étant intarissable dès lors qu'on étanche sa soif ;-))
On s'est séparé là, les uns remontant sur le Brabant tandis que d'autres s'en redescendaient vers le Midi, la Méditerranée. Hein ? Rien, c'est une chanson du regretté Michel Delpèche qui m'est revenue en tête.
J'ai pris l'option autoroute alors que Pierre a probablement recherché des routes plus touristiques car il a disparu de mes rétroviseurs quelques kilomètres plus tard. J'ai un doute du coup : t'es bien rentré Pierre ???
Prochaine sortie mardi en fin de journée pour déposer la Tiger à l'entretien des 50.000 km et le changement du pneu arrière : ça va encore coûter bonbon, caramel, esquimau, chocolat !!!

"Houp, houp, riki, riki, rikete, padzeur les haies et les bouchons voles au diable et
co pu lo"


PS : Grand Prix of The Americas : la grille de départ et les horaires sur le site (rubrique "Brèves") !!!!

22:17 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

08/04/2016

Austin ... POWER !

austin powers.jpgGrand Prix of the Americas !!
Le Circuit Of The Americas est le premier circuit conçu spécifiquement pour les Grands Prix et se situe à côté d'Austin, au Texas, avec une piste longue de 5.513 km et une capacité d'accueil de 120 000 spectateurs. La construction sur un terrain de plus de 400 hectares s'est achevée en 2012 et le MotoGP se rendra au circuit pour la première fois en 2013. L'une de ses caractéristiques principales est la longue montée, avec un dénivelé de 41m, qui conclut la ligne droite des stands et qui est suivie d'un virage à gauche serré. Le circuit est l'un des plus variés du calendrier et combine lignes droites rapides, épingles ainsi que plusieurs sections inspirées des circuits les plus célèbres. Le tracé a été conçu par le célèbre designer allemand Hermann Tilke. La piste se parcourt dans le sens inverse à celui des aiguilles d'une montre, pour un total de vingt virages, dont neuf à droite et onze à gauche, par tour. On va revenir à l'heure d'hiver avec ça, non ??
C'est le fief de Marc MARQUEZ : on y a couru 3 fois, en 2013, 2014 et 2015 et ... il a fait 3 poles et 3 victoires !!!
Il est bien parti pour rééditer la chose : en FP1, s'il n'a mis que 255 millièmes à LORENZO, IANNONE troisième est à 617 millièmes alors que ROSSI est septième à 1 sec 299 !!
La suite à l'écran ...

19:19 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

03/04/2016

Marche et roule ! Autre titre (référence à la photo) : Tiger Wood

2016-04-03 17.31.22.jpgEntre la marche Adeps et les grands prix en Argentine, je me suis payé une petite sortie en solitaire.
Personne ne s'étant manifesté, sauf Dominique qui envisageait de faire, dès ce dimanche, la balade autour d'Antwerpen que nous n'avons pas pu faire le 27 mars pour cause de week-end pascal, et auquel je confirme qu'on la fera un de ces 4 après qu'on ait concerté nos agendas, s'il est toujours partant bien entendu et pas encore parti bien sûr, je me suis rappelé qu'il y avait ce fameux "stage trail" organisé par Cap Moto et Eric BRUN en particulier.
Je savais que le rendez-vous était fixé à Mettet et que la journée se terminait autour de 18 heures je pense ...
J'ai donc enfourché la Tiger, j'ai fait le plein d'essence, j'ai chargé un road-book sur lequel je reviendrai tout à l'heure et j'ai pris la direction de Mettet ...
Arrivé sur place, j'ai bien vu quelques motos et, s'il y avait inévitablement l'une ou l'autre GS dans le lot, les autres destriers présents confirmaient qu'il ne s'agissait pas du groupe "BRUN".
Du coup, j'ai embrayé sur le road-book.
Un court road-book.
Quelque chose comme 74 kilomètres.
Juste ce qu'il fallait pour être rentré suffisamment tôt et regarder la course des Moto3.
Mais quel road-book me direz-vous ?
Et bien, l'année passée, lors du Touring Moto Day au départ de Mettet, accompagné d'un concours dont Claude fut le grand vainqueur d'ailleurs, deux road-books furent remis aux participants. Un premier de +/- 170 bornes et un second de ... 74 kilomètres.
En son temps, on a refait le premier avec Claude, Henri et Gull me semble-t-il et alors que j'étais le seul "chaud boulette" pour faire le second, personne n'avait manifesté l'intention de me suivre.
Frustré depuis lors ;-)))) j'ai décidé de le faire aujourd'hui.
Voici les quelques photos du jour.
Figurez-vous qu'après quelques kilomètres j'ai croisé le groupe "BRUN" et j'ai reconnu notre ami Alain B. (1200 GS LCA, casaque kaki, toque fluo) que j'ai salué d'un grand signe de la main. J'ai hésité une fraction de seconde à les suivre et puis j'ai continué ma route, persuadé qu'ils rentraient au bivouac et que ça se serait terminé derrière un comptoir.
J'avais plus envie de rouler que de faire le pied de grue.
ALAIN : je compte sur toi pour nous raconter ton expérience et pour nous donner l'envie de suivre un stage trail, merci !!.
Bon, et bien, comme d'hab, même si la virée fut brève, ce fut bien bon à prendre et ça me permet de repartir du bon pied pour la semaine !
Je reviendrai peut-être sur les grands prix car si j'ai raté la Moto3, j'ai par contre pu regarder la course de Moto2, un peu soporifique il faut bien l'avouer, même si je suis en admiration devant les images et les prouesses que réalisent ces pilotes, mais j'ai surtout pu suivre la Moto GP qui nous a réservé pas mal de surprises et de coups de théâtre !!

23:11 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

01/04/2016

TDRH ...

Non, ce n'est pas une ixième déclinaison d'un modèle quelconque de 2 roues ...
C'est "Termas De Rio Hondo", le circuit argentin où se déroule le 2ème GP de la saison du championnat.

Les horaires pour la catégorie reine sont :
-vendredi
-FP1 : 14h55 > 15h40 C'est maintenant !!
-FP2 : 19h05 > 19h50
-samedi
-FP3 : 14h55 > 15h40
-FP4 : 18H30 > 19H00
-Q1 : 19h10 > 19h25
-Q2 : 19h35 > 19h50
-dimanche
-RACE : 21h00

La course de Moto3 c'est à 18h00 (Go Loi, gooooo !!!) tandis que les Moto2 s'élanceront à 19h20 avec un Xavier SIMEON qu'on espère plus à son affaire.
La météo annonçant 19 degrés ce dimanche, on pourrait vivre une journée intégralement vouée à la moto : cool en journée et fast and furious en soirée ;-))

Wait and see ... and wait !

PS : juste pour info, il faut savoir que
- en Moto 3, Livio LOI a accroché ... le 2ème temps en FP1
- en Moto GP, les 12 meilleurs temps de la FP1 vont, dans l'ordre, à DOVIZIOSO, MARQUEZ, HERNANDEZ, VINALES, A. ESPARGARO, ROSSI, PEDROSA, MILLER, SMITH, REDDING, BARBERA & LORENZO. Etonnants 18ème chrono pour IANNONE et 20ème pour CRUTCHLOW. Il faut dire que la piste est "dusty and durty", ceci expliquant peut-être partiellement cela.
- en .. météo : il pourrait pleuvoir ces samedi et/ou dimanche en Argentine. Vive les umbrella girls !!
A noter également que lors de la conférence de presse, LORENZO n'a rien voulu dire de son futur contrat : restera-t-il chez Yamaha où ira-t-il chez Ducati. On sait que ROSSI a d'ores et déjà signé avec Iwata pour 2017 et 2018. Le "doctor" a dit qu'il faudrait des couilles à LORENZO pour changer de marque et que, donc, il ne le fera pas. Pas très cool de sa part à moins qu'il s'agisse encore d'un moyen de lui mettre une pression dont LORENZO n'a que faire ! Idem quand on lui a demandé ce qu'il pensait des huées à l'adresse de LORENZO et de MARQUEZ lorsqu'ils sont montés sur le podium au Qatar. Si les 2 espagnols ne comprennent pas (JL) ou n'apprécient pas (MM), ROSSI a dit "Boh, I don't know" !!
C'est une façon de dire "C'est que sans doute ils les méritent" ainsi que de laisser bouillir l'huile dans la friteuse ...

15:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0)