31/07/2015

Irlande, day five !!!!! (19/07 - Boucle nord Connemara)

DSC01312.JPGEt oui, les temps changent et en l'occurrence LE TEMPS change !
Ce matin il fait presque grand beau au point qu'on se demande si on est bien réveillé !! On se pince, Monseigneur ??
Voyez plutôt les photos du jour, comme elles sont pleines de couleurs, comme un arc-en-ciel après la pluie !!!
Au programme du jour (dixit le dossier de presse) :
"Boucle Nord du Connemara, 234 km dans le comté de Mayo"
Parcours agrémenté de notre amusant jeu touristique traversant le BALLYCROY NATIONAL PARK et la côte atlantique, une des plus longues routes côtières du monde ! Petit arrêt suggéré dans la jolie ville typique de Westport.


A suivre ...

17:37 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2015

Irlande, day four ! (18/07 - Boucle sud Connemara)

irlande2015Voilà déjà les photos , histoire que vous vous "imprégniez" de cette journée placée sous le sceau seau d'eau !!
Boucle sud du Connemara, 230 km ...
On était censé voir
- la terre brûlée au vent
- les landes de pierre
- les nuages noirs qui viennent du nord et qui colorent la terre, les lacs, les rivières ...
- Maureen (O'Hara ?) qui a plongé nue dans le lac ^^
- l'église en granit de Limerick (?)
- les Connor, les O'Conolly, les Flaherty du Ring of Kerry ...

et en fait on n'a rien vu DU TOUT !!!
Ainsi, donc, il n'y aurait à priori rien à dire sur cette journée aussi maussade que les services secrets israéliens ...
Et bien détrempez-vous, euh ..., détrompez-vous, il y a malgré tout de la matière !!
Ainsi, par exemple, dès le départ, on s'est retrouvé à deux, Henri et François étant partis sans nous attendre.
On est arrivé au kilomètre 26 du road-book et on a sorti la feuille-concours pour répondre à la première question qui était : "Que s'est-il passé ici en 1827 ?" On a traversé la route pour vérifier les inscriptions sur le monument qui se trouvait là, on s'est tous questionnés entre nous pour savoir si quelqu'un avait trouvé la réponse à l'énigme, sans succès. On est entré dans une boutique pour s'inquiéter auprès de l'un ou l'autre vendeur. L'un d'entre eux, nous a affirmé qu'on s'était un peu moqué de nous, dans la mesure où il ne s'était absolument RIEN passé en 1827 !!
Il nous a aussi priés de quitter les lieux car on dégoulinait de partout sur la belle moquette de son beau magasin ...
Autant dire qu'alors que j'avais l'intention d'acheter un souvenir pour ma Douce, sa réaction m'a ôté toute envie !
En s'abritant comme on pouvait, on a attendu à l'extérieur que la pluie se calme un peu car il était écrit qu'elle ne cesserait pas !
On a définitivement renoncé à répondre aux 8 autres questions du concours. Je me voyais mal m'arrêter tous les "x" kilomètres pour sortir le papier de la poche car il aurait immanquablement fini en ... pâte à papier !
Dommage car ces questions permettent de s'arrêter, de se dégourdir les jambes, de tailler une bavette avec l'un ou l'autre, de lier connaissance avec, au bout, une "carotte" (encore !!) consistant en un lot dont on ne connait pas la nature !
Nous roulions donc en duo depuis près de 70 bornes sous une pluie parfois intense, souvent diluvienne, moi devant, Didier derrière ... Entre la buée qui finit malgré tout par envahir le pin-lock de sorte qu'il fallu relever a visière et les lunettes qui se couvrirent à leur tour de pluie, je n'y voyais PLUS GOUTTE !! Mon rythme sur la route devenait inversement proportionnel à mon rythme cardiaque. Je ralentis de plus en plus, en faisant comprendre avec force gestes (dont je suis friand n'est-ce pas François ?) que je n'y voyais plus rien.
Didier qui, malgré ses bientôt 70 ans, voit toujours très clair (au propre comme au figuré d'ailleurs !), est venu à ma rescousse en prenant les devants, tellement bien que j'avais du mal à m'accrocher à son feu rouge dont je distinguais vaguement la lumière : l'image d'un phare et d'un bateau en perdition me traversa un instant l'esprit ...
Heureusement, quelques kilomètres plus tard, il quitta la route principale pour entrer dans l'arrière-cour d'un pub qui était "Ouvert" apparemment ! Les portes étaient pourtant bien fermées et les volets baissés. Nous sommes restés là un moment puis Didier s'est forcé à se diriger vers la TDM pour prendre la carte d'Irlande et étudier un itinéraire "bis" afin de rentrer plus rapidement à l'hôtel.
Une voiture arriva sur le parking et nous avons pensé qu'il s'agissait du tenancier des lieux.
C'est à ce moment que nous avons entendu du remue-ménage à l'intérieur du pub jusqu'à ce qu'une charmante brunette vienne ouvrir les portes. Le gars était aussi un client en fait. Nous sommes entrés et avons demandé s'il était possible de manger. Une autre dame est venue nous faire le détail de ce qu'il y avait en magasin ... Nous avons été choyés, jugez plutôt, waf waf : une bonne soupelette bien chaude et bien crémeuse, suivie par trois petits sandwiches généreusement garnis, le tout arrosé par une grande cafetière de café qui nous a définitivement réchauffés. A ce propos, elles ont aussi chargé un petit poêle au bois (ou à la tourbe ?), histoire de chasser l'humidité ambiante. Encore un moment à "marquer d'un trèfle vert" tant nous y avons trouvé le réconfort !! A la limite, ça me fait penser à cette chanson de Brassens qui parle d' un Auvergnat et d'une hôtesse qui lui ont donné du bois pour se réchauffer et du pain ...
Là on a eu deux hôtesses irlandaises !! Et ça ne nous a coûté que +/- 9 € chacun !!
Si on avait osé, on aurait demandé un petit massage ou plus si affinité mais ... il ne faut jamais abuser de l'hospitalité sous peine ... d'hospitalisation ;-))
On a quitté l'endroit à regret pour ... replonger dans le road-book. Cette fois, je suivais ! Arrivés à un "T", on a longuement marqué l'arrêt sans savoir qu'elle direction prendre jusqu'à ce qu'on décide de taper "LEENANE" sur le Tripy en lui demandant de nous y ramener dans les meilleurs délais, tant qu'à faire par voie rapide et en le remerciant d'avance !! Nous avons donc fait demi-tour car manifestement nous nous en éloignions plutôt que l'inverse ...
A quelque 15 kilomètres de l'hôtel, alors que la météo était bizarrement devenue plus clémente, nous avons choisi de retourner sur Kylemore Abbey dont nous avions un excellent souvenir de notre précédent voyage (en 2011). Après les photos "obligées" pour essayer de ramener le plus beau cadrage de cette splendide abbaye noyée dans un décor tout aussi splendide ^^, et vu qu'on avait encore pas mal de temps devant nous, nous sommes allés jusqu'à la cafétéria des lieux et nous nous sommes régalés d'un énooooooorme capuccino en devisant héritage, mariage, concubinage ... on est là à tous les étaaaaaages ;-)) (air bien connu des Inconnus !!)
On a ensuite bouclé le dernier tronçon d'une belle route toute en courbes sensorielles jusqu'à l'hôtel. J'ai pris une douche rapide pour laisser la salle de bains à Didier qui aime à se prélasser dans un bain d'eau chaude quand il en a le temps. Je suis descendu mais plutôt que de me saouler (de bruit et d'alcool) au bar, je me suis installé à l'écart, dans une grande salle, genre bibliothèque, pour envoyer un long e-mail à ma douce. Apparemment, j'étais un des seuls à avoir des problèmes de réseau car il m'a été impossible d'envoyer des SMS ou de téléphoner ... Après coup, j'ai constaté qu'en retirant et en remettant la carte SIM, tout est rentré dans l'ordre !
J'étais assis en face de Paul et Pierre-Yves au moment du repas du soir. J'ai assisté à la correction des bulletins réponses qui étaient 14 si je ne m'abuse, soit un nombre très respectable, au "vu" de la journée pourrie que nous avions connue ! Certains s'étaient amusés à répondre totalement à côté de la plaque avec beaucoup d'humour. Je pense qu'un certain Jean-Pierre aurait pu gagner un lot de consolation !! Henri était parmi les 3 gagnants tirés au sort par la main innocente choisie par l'assistance. On peut dire qu'il a eu du bol puisqu'il a gagné ... un mug !!
Les sites les plus consultés ce soir là furent ceux consacrés à la météo du lendemain et ... on pouvait se montrer optimistes et ... rêver mieux, mais était-ce bien difficile ??

00:12 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2015

30/07/2015

Irlande, day three, suite !

irlande2015J'aurais pu continuer la note précédente mais vous n'auriez peut-être pas vu qu'il y avait une suite ...
Et donc, aujourd'hui, 17 juillet 2015, le programme était relativement chargé puisqu'il nous fallait parcourir 400 bornes par monts et par vaux, par collines et par moutons, en remontant d'abord sur Dublin pour ensuite traverser la grande île d'est en ouest jusque Leenane.
Les motos étaient stationnées dans le parking en face de l'hôtel, parking gardé par une barrière, barrière que nous avions habilement esquivée la veille en suivant l'exemple de François : nous n'avions pas le code pour la lever !
En attendant Didier, toujours prêt le dernier, sauf quand c'est moi qui le suis et qui par conséquent ne le précède pas (Hein ?), je suis allé au pas de course jusqu'à la pharmacie que nous avions repérée la veille mais elle n'ouvrait qu'à 9 heures.
Nous avons pris le départ ensemble (ce qui sera très rarement le cas dans les jours qui suivront) et, après quelques tronçons d'autoroute parcourus à 112 km/h au compteur (70 miles étant la limitation s/les highways), nous avons marqué l'arrêt à la cascade de Glenmacnass, WP13 du road-book, au 89ème kilomètre de celui-ci.
Il a fallu attendre le WP36, au 245ème kilomètre, pour atteindre l'abbaye de Clonmacnoise . Je présume que ça ne se prononce pas "CLON MAKE NOISE" car ce n'est pas l'endroit idéal pour faire du bruit ^^, entouré qu'il est, de tombes qui imposent le respect et qui ramènent directement aux films d'épouvante ... Un lieu de recueillement à ciel ouvert et ... oui ... mes biens chers frères ... le ciel sera ouvert à ceux qui auront suivi les voies divines ... toutes impénétrables qu'elle soient ... ainsi soit-il !!
Après s'être gavés de nourritures spirituelles, nos estomacs se firent entendre à leur tour et ... au détour d'une tour ... nous découvrîmes la cafétéria des lieux !
Derrière les maigres comptoirs des jeunes filles s'affairaient pour servir les rares clients. A voir la photo, j'ai constaté que j'ai pu/su me contenter de peu, Seigneur : une quiche, une salade, un morceau de cheezecake et un soda pour tout potage ! J'ai remarqué aussi que Didier n'était pas de la partie et me suis rappelé qu'on l'avait planté au bord de l'autoroute.
Explication : la pluie s'intensifiant, je décidai un peu précipitamment de gagner une aire de parking le long de l'autoroute, ce qui surpris un peu tout le monde et Didier en particulier, qui passa outre et s'arrêta dangereusement un peu plus loin, sur le bas côté. Nous avons enfilé les plastiques, nous étions tous les 3 prêts, nous avons patienté un ... certain temps, et voyant qu'il se débattait toujours avec ses frusques, je décidai de reprendre la route, suivi par François et Henri. S'il avait été avec nous, je l'aurais certainement aidé mais là, il était trop loin. Je ne sais pas où nous l'avons retrouvé, à l'hôtel sans doute (?). Oui, ça doit être ça car j'ai souvenir que lorsque nous y sommes arrivés, sa TDM était sur le parking et il a passé la tête par la fenêtre-guillotine pour me donner le numéro de chambre.
Après Clonmacnoise, le road-book continuait son savant mélange de tronçons d'autoroute et de routes plus pittoresques sur lesquelles, avec les amis, nous mettons un point d'honneur à respecter au mieux les limitations de vitesse. Il faut dire que la limitation à 100 km/h sur certaines portions est ... impossible à atteindre tant ça tournicote, monte et descend, comme sur des montagnes russes ;-)
Quant aux villages et villes, nous les traversons à l'allure imposée, ce qui est loin d'être le cas pour certains des participants : attention, j'ai les numéros de plaques et j'ai une connaissance qui a travaillé à la Police, qu'on se le dise !!!
C'est sous la pluie et emballés dans nos plastiques que nous avons continué. 120 kilomètres plus loin, nous sommes littéralement entrés dans la propriété du Ashford Castle entouré par un terrain de golf et un lac. Très belle propriété qui aurait gagné à être vue en plein soleil plutôt que dans la grisaille, ses murs gris ne la mettant définitivement pas en valeur. Deux WP plus loin (56 et 58), nous sommes arrivés dans le village de Cong où fut tourné le célèbre film (?) "The Quiet Man" dont vous savez déjà tout étant entendu que je vous ai déjà donné le lien. Sachez juste que la statue de bronze qui représente Maureen O'Hara dans les bras de John Wayne est toute récente puisqu'elle n'a été inaugurée qu'en janvier 2014, voyez plutôt . Ce titre de film m'a rappelé qu'il y a près de 45 ans maintenant, j'avais un prof de français qui m'appelait de temps en temps "l'homme tranquille" sans que je sache pourquoi si ce n'est la fine allusion à mon nom de famille : maintenant, je sais (comme dirait Jean Gabin, un autre "monstre sacré" du 7ème art) !
Entre charentaises, ce village aurait pu servir également pour ... je sais pas moi ... raconter les épisodes de la vie d'un roi et le titre du film était tout trouvé : "King Cong", voyez ? Sorry, je le referai plus !!
A propos de "plu", les éléments se sont un peu calmés, même si les plastiques sont restés de rigueur jusqu'à l'arrivée au Leenane Hotel : dans ces cas-là, il vaut mieux prévenir que guérir, les évènements (et les éléments) pouvant se ... hum ... précipiter et bardaf c'est la grosse ondée et vous arrivez trempé jusqu'à la couenne !!
Comme déjà dit, Didier était déjà là. Je lui ai dit qu'on l'avait longuement attendu à l'abbaye, qu'on y avait même mangé, mais il m'a affirmé qu'il n'avait pas vu l'indication sur le Tripy qui proposait de la visiter ...
Après le repas, comme chaque soir, Pierre-Yves a fait son petit discours précédé par des tintements de verres !
Vu qu'une boucle de 230 km était au programme du lendemain, il nous a annoncé qu'il y aurait un petit jeu concours mais qu'il ne distribuerait les questions que le lendemain, juste avant le départ, histoire qu'on ne dégote pas déjà quelques réponses sur la Toile !
Il ne restait plus qu'à faire sécher son linge autant que possible et à faire la danse du soleil (ça existe ça ?) pour qu'il ait le courage de se montrer, ce planqué !!
A noter que la chambre était impeccable, spacieuse, la literie confortable et que nous n'aurons qu'à louer les organisateurs tout au long du voyage pour l'excellent choix qu'ils ont fait en matière d'hôtels. En ce qui concerne la cuisine, pas de quoi se plaindre non plus si ce n'est la présence systématique de purée, choux blancs, brocolis et carottes vapeur en accompagnement des plats ...

21:30 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2015

29/07/2015

Irlande, day three ! (17/07 - Enniscorthy > Leenane)

irlande2015Autant d'Irlande il n'avait pratiquement pas été question jusque là, autant cette journée allait lui être LONGUEMENT consacrée, puisqu'elle nous voyait la traverser de part en part : entre Enniscorthy à l'est et Leenane complètement à l'ouest, à hauteur de Dublin et aux portes du Connemara, il y avait non moins de 400 bornes à abattre !!
Une longue étape de liaison qui allait être "récompensée" par un séjour prolongé dans le même hôtel dans la mesure où nous y séjournerons 3 nuits, de quoi vider les top-cases et autres sacs de réservoir pour faire respirer les linges et s'organiser pour n'emporter que le nécessaire aux boucles qui suivront ! Cela permet, entre autre, d'avoir de l'espace pour ranger le casque, les gants et toutes ces sortes de choses, pour visiter des sites touristiques par exemple !
Au nombre de ceux-ci, l'Abbaye de Conmacnoise, le château d'Ashford et le village de Cong où fut tourné le film The Quiet Man avec John Wayne et Maureen O'Hara (et pas "Martine au haras", n'est-ce pas Paul ?) étaient suggérés par les gentils organisateurs !
Le "Leenane hotel" est une de ces bâtisses qui évoque la "vieille époque" : du parquet et du bois partout, des escaliers et des couloirs recouverts de tapis et de moquette épaisse, avec les craquements que ça implique et la vie que ça suggère. Avec aussi un dédale de corridors dans lesquels on pourrait se perdre. A ce sujet, je trouve important de soumettre l'idée de transmettre les PLANS de ces hôtels afin qu'on ne s'y perde pas : idée à creuser les gars ;-)
Les fenêtres à guillotine et à simple vitrage n'auguraient rien de bon question isolation mais nous n'en avons pas souffert d'une part parce que l'hôtel était "perdu" au bord d'un fjord où régnait un calme olympien et, d'autre part, parce que les lits étaient pourvus de couettes sous lesquelles on ... crevait de chaud !!
Avant de vous conter cette longue journée, voici les photos .
Entre charentaises, elles me semblent de piètre qualité face à celles de François que je viens de visionner. Est-ce le fait que je les ai transférées en réduisant le format ou est-ce le fait de mon incompétence à utiliser les fonctions avancées de mon appareil photos ? J'ai bien peur (I'm afraid) que les 2 faits soient liés !
En même temps, je me suis senti obligé de réduire le format d'autant que j'ai dû racheter de l'espace pour charger ce nouveau lot de 570 photos tirées lors de ce périple ...

A suivre ...

22:59 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : irlande2015

Irlande, day Two ! (16/07 - Trehafod > Fishguard > Rosslare > Ennicorthy )

Au programme : 197 km pour rejoindre le port de FISHGUARD, traversée de la Mer d'Irlande (4H30 environ) et une 40aine de kilomètres pour atteindre l'hôtel Treacy's à ENNISCORTHY, dans le comté de Wexford.
Comme chaque matin, c'est mon GSM réglé la veille à l'heure souhaitée qui nous réveillera.
Comme chaque matin, alors que je m'étais promis de ne pas me laisser tenter, histoire de ne pas prospérer encore d'avantage au niveau du "belly", je vais me laisser tenter par un petit-déjeuner anglais : le bacon, les eggs, scrambled or not, les saussages, les tomatoes, les potatoes, les puddings noirs et blancs sont définitivement TROP TENTANTS, t'entends !?!
Comme chaque matin, Pierre-Yves et Paul vont devoir charger la montagne de bagages dans la camionnette.
A noter qu'on se demande parfois ce que trimballent certains motards et couples de motards : à croire qu'ils emportent avec eux toute leur garde-robe !! Si je ne m'abuse POURTANT, la consigne est bien d'emmener UN SAC SOUPLE par "tête de pipe". Ce matin-là, et celui-là uniquement, je les ai aidés à mettre le tout dans le bahut. Ils faut qu'ils fassent comme chez RYAN AIR : imposer un format et/ou un poids maximum, sinon, ils vont devoir investir dans un semi-remorque !!
irlande2015Je pense que chacun doit investir dans une bagagerie adéquate en fonction de ... sa coquetterie, voyez ?
Ainsi, moi, dans mon top-case de 55 litres, savez-vous que j'ai casé 2 pantalons, un short, 8 slips ainsi qu'une dizaine de paires de chaussettes, 5 chemises, 3-4 tee-shirts et 2-3 polos ainsi que la trousse de toilette et la tablette tactile de 10" ? De quoi me changer (et me laver et surfer sur le Net) TOUS LES JOURS.
Dans le sac de réservoir : l'unique paire de chaussures, la graisse pour chaîne, tous les chargeurs et câbles pour gsm, appareil photos (inclus dans le sac), tablette, Tripy, le tout surmonté par les vêtements de pluie !
Y a des gars qui ont 3 valises et qui ont besoin d'un sac de plus qu'ils remettent aux organisateurs. Et ce ne sont pas forcément ceux-là qu'on voit avec une tenue différente chaque soir !! Je ne comprends pas bien ...
Ce long chapitre consacré aux bagages a été rédigé à la demande de Paul qui a insisté pour que je pousse un coup de gueule en son nom ;-))
Après cette grande preuve de courage de ma part, voici les photos du jour.
Que retenir de cette journée ? Qu'en traversant le Pays de Galles on a déjà eu un semblant d'aperçu de ce qui nous attendait de l'autre côté de la Mer d'Irlande, avec ses collines d'un vert pétant parsemées de petites tâches blanches qui se déplacent sur 4 pattes et, au bout, la mer !
On peut dire aussi que la traversée s'est faite "en cabine" dans la mesure où, dehors, il pleuvait, ventait et gelait ... presque ! Un avant-goût également de ce qui, peut-être, nous attendait sur l'autre côte.
Et, comme de fait, au débarquement, il a bien fallu se rendre à l'évidence : il était impératif et "imperméablatif" de s'emballer dans les plastiques tant la météo était, euh, typique !!
Heureusement, nous n'avions qu'une 40aine de kilomètres à parcourir, toujours en étant attentifs à rouler "babord toute".
Nous sommes arrivés à Enniscorthy juste à temps, une fois encore, pour nous changer vite fait, mal fait, et gagner le restaurant. Pour la 2ème fois déjà, entre autres choix il est vrai, le poulet farci au boudin noir était au menu ...
Après le repas, nous avons été invités à un petit spectacle organisé en notre honneur dans la salle qui jouxtait le restaurant. Il y avait là un trio de musiciens dont 2 chanteuses et un flûtiste ainsi qu'un joyeux groupe d'ados et de pré-ados aussi sveltes sur leurs jambes que "tchantchès", la marionnette liégeoise bien connue ... à Liège et par-delà.
Si je reste sans voix (si, si) sur la performance physique que cette danse folklorique représente, je pourrais être beaucoup plus volubile quant à la "grâce" qu'elle dégage ... Mais j'en resterai là pour ne pas heurter les amateurs de cette "sauterie". On ne m'empêchera pas malgré tout de souligner qu'en matière de claquettes, Fred Astaire, Gene Kelly et les quelques plantureuses partenaires qui les ont accompagnés dans leurs pas de danse, m'ont laissé de bien meilleurs souvenirs !! Je sais, ça n'a rien à voir, mais bon, c'est moi qui raconte, na !!
Après le spectacle, François et moi sommes allés faire un tour en ville où il a pris quelques photos "by night", promenade au cours de laquelle nous avons repéré une pharmacie : Didier avait oublié son dentifrice et j'avais oublié un peigne ou une brosse. Il était question qu'on répare cet oubli le lendemain matin ...

PS : pour satisfaire les amateurs de "sauterie irlandaise", voici 2 liens à suivre
- le premier
- et le second

17:55 Écrit par Alberto | Commentaires (6) | Tags : irlande2015

27/07/2015

Irlande, day wan ! (15/07 - Calais > Douvres > Trehafod)

irlande2015Au matin, on a suivi Roger, puisque c'est de lui dont il s'agissait, et on a un peu ramé dans le dédale de la ville pour rejoindre les quais.
Finalement, tout le monde a répondu présent à l'appel et on était tous sur le pont à 8h00 en attendant l'embarquement pour Douvres.
Voilà les images du jour ...
Dès 8h10, j'étais enregistré et nous nous sommes dirigés vers les quais sur la "Lane 171" où nous avons attendu le feu vert pour entrer dans le ventre de la baleine. Pas toujours facile de sangler les motos quand les attaches sont récalcitrantes, le tout étant de ne pas s'énerver et de procéder avec ordre et méthode. Si ça ne suffit pas, on peut toujours faire appel à un ami, voire à l'équipage du bateau ...
Quelques miles marins plus tard, nous attaquions la terre ferme et les 439 bornes qui nous attendaient entre Douvres et Trehafod, dans la région de Cardiff : ON ROULE A GAUCHE !!
Comme d'habitude, François nous a servi de guide pour nos premiers tours de roue. Dois-je rappeler qu'il a séjourné dans la banlieue londonienne pendant quelque temps, de sorte qu'il appréhende plus naturellement la conduite à gauche.
Il avait si bien préparé notre débarquement, qu'il avait pris soin de repérer un bon restaurant sur la route entre Douvres et Winchester, première ville qu'il était conseillé de visiter. C'est donc à l'auberge "The Wheatsheaf" qu'il nous a mené pour le repas de midi.
Si Didier, François et moi, avons opté pour un ploughman platter à 7£95 si j'ai bonne mémoire, Henri s'en est tenu à un sandwich qu'il a mangé un peu à l'écart avant de nous rejoindre pour boire le pot avec nous. Il en fera de même plusieurs fois lors de ce périple ...
On a repris la route jusqu'à Winchester qui se situait +/- à mi-chemin mais on n'a pas pris le temps de visiter la ville : on a juste béquillé les motos pour la pause café (amélioré par un bout de gâteau pour certains) avant de repartir de plus belle.
Petit intermède pour souligner que, malgré sa méconnaissance absolue de la musique de variété en général, l'ami Didier insistait pour dire qu'il se souvenait d'une chanson qui s'appelait "Winchester Cathedral", qu'il prétendait des Beatles et qu'il essaya bien de fredonner mais sans que ça ne fasse TILT chez aucun d'entre nous. Perso, je connais tout le répertoire des "Fab Four" par coeur et ce titre ne me disait absolument rien.
Vérification faite après que le WI-FI soit disponible à l'hôtel, il s'est avéré que cette chanson existe bel et bien et qu'elle a même connu plus qu'un succès d'estime dans les années 60 : écoutez donc ce morceau d'anthologie qui, une fois qu'on l'a en tête, n'en sort plus !! Combien de fois, depuis lors, ne me suis-je pas surpris à siffloter cet air (de rien) dans mon casque !! Bon, ce n'est certes pas les Beatles qui ont commis ce "truc" mais ... ils auraient pu en être les auteurs, leur répertoire ne manquant pas de ce genre de bluette primesautière ^^.
On est revenu sur le road-book et par Andover et Marlbourough, nous avons atteint le pont sur la "Severn River", dont le passage était gratuit pour les motards. Plus loin, on est arrivé à Caerphilly, un très large espace vert réservé à son Château du gnègnème siècle ainsi qu'à d'innombrables oies qui caquètent et cancanent, jacassent et jasent, papotent et bavardent, babillent, commèrent et gloussent à vous assourdir !!
Il ne restait plus qu'une quinzaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre l'hôtel "Heritage" à Trehafod.
Nous n'avons eu que le temps de décharger les motos et de nous asperger de déodorant avant de rejoindre le restaurant. Pierre-Yves nous avait envoyé le menu dans lequel nous avions dû faire notre choix dans les entrées, les plats et les desserts : une organisation sans faille qui s'avèrera impeccable tout au long de notre long séjour !!
Ce n'est que le lendemain que nous allions (enfin) gagner l'Irlande !!

22:31 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2015

Irlande, day zirouw ! (14/07 - Home > Calais)

DSC01104.JPGPourquoi "day zirouw" ? Parce qu'il a bien fallu aller jusqu'à Calais le mardi soir pour être à pied d'oeuvre le mercredi matin à l'embarcadère du ferry de la compagnie P&O à 8 heures.
Voici les quelques photos de notre passage à Calais.
Avec Didier, nous avons trouvé plus intelligent pratique de réserver un hôtel sur place plutôt qu'à 35 bornes du port, histoire de se lever un peu plus tard, de prendre son petit-déjeuner à l'aise et surtout, d'éviter le trafic du matin aux heures de grande affluence ...
Dans la mesure où j'avais quitté la maison vers 15h15 par là, j'avais dans l'idée de faire un petit "rallongi" en longeant la côte d'Opale, au moins partiellement.
L'autoroute étant ce qu'elle est pour un motard, à savoir, un truc extrêmement barbant, je me suis arrêté vers 17h00 dans une aire de service, histoire de boire un café et de manger un petit pain au chocolat. C'est à ce moment très précis, que j'ai reçu un SMS de Didier qui me disait, en substance, qu'il était déjà arrivé à l'hôtel !
Du coup, mon projet de côte d'Opale est tombé à l'eau. J'ai repris la route et j'ai gagné le B&B de Calais dans les meilleurs délais.
Etant donné qu'il faisait beau, nous avons décidé de partir à pied pour faire un tour en centre ville et dénicher un endroit pour becqueter.
Chemin faisant, alors que nous arrivions à un carrefour, une classieuse MERCEDES décapotable avec des sièges en cuir brun, s'arrête au feu rouge avec à son bord un jeune gars "BCBHG" (Basané Crépu, Bagnole Haut de Gamme) et, se rappelant de son ancien boulot d'inspecteur des finances, l'ami Didier ne peut s'empêcher de lâcher "Alors, la drogue, ça marche ?"
Autant vous dire que j'ai fait mine de ne pas le connaître et de continuer mon chemin en sifflotant et en regardant si le ciel ne devenait pas tout à coup ... menaçant !!
J'ai entendu la réaction du jeune gars, offusqué, ainsi que le crissement des pneus de la voiture allemande au moment où le feu est passé au vert !
J'ai ensuite sermonné le petit Didier qui n'a décidément pas la langue dans la poche et dont l'attitude méritait là quelques qualificatifs peu reluisants ... Si le "BC" avait été "blond clair", sans doute aurait-il pensé qu'il s'agissait là d'un jeune gars de bonne famille !
Mais n'épiloguons pas là-dessus et continuons à traverser la ville qui recèle quelques hauts lieux d'architecture post-moderne ... Hein ? Je sais, ça ne veut sans doute rien dire en matière d'architecture mais je trouve que ça sonne bien ;-)
Au passage, on est entré dans une brasserie qui annonçait un jardin-terrasse et on a réservé pour la demi-heure qui suivait.
On a continué sur l'avenue des Champs Elysées du coin et on a croisé un couple de motard en TRIUMPH Tiger 800 XC blanche, ce qui dénote une connaissance certaine de la chose motocycliste doublée d'un bon goût tout aussi certain ^^
Lui était originaire des Pyrénées et elle de l'Avesnois. Ils faisaient une espèce de tour de France ...
Au retour, on s'est donc arrêtés à la brasserie où Didier a mangé des moules à la Provençale pendant que j'optais pour une bavette à l'échalote.
Retour vers l'hôtel où une splendide jeune fille a failli "rentrer" dans Didier, obnubilée qu'elle était par son portable. Elle s'en est excusée et Didier a répondu qu'il n'y "avait pas de mal, au contraire !" tout en se retournant et en la regardant longuement alors qu'elle poursuivait son chemin ... Il ne m'a pas habitué à ça, lui qui drague généralement les petites vieilles ah ah ah !!
A l'hôtel, nous avons remarqué qu'un autre participant au voyage avait choisi d'y dormir également et grâce à la plaque et au listing nous remis par les organisateurs, on a même pu savoir qui il était !
Extinction des feux vers 22h30 et réveil réglé à 6h45.
Bonne nuit !

17:25 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2015

24/07/2015

Here land !

Juste un petit coucou de là-bas ! On quitte l'Irlande demain matin. On traverse la mer d'Irlande pour rejoindre la Grande-Bretagne qu'on traversera d'ouest en est, samedi et dimanche pour rejoindre Douvres, puis Calais et retour dans le plat pays.
Vous saurez tout et le reste sur ce très beau périple dans les prochains jours ou les prochaines semaines ...

23:46 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

13/07/2015

"Left is right, right is wrong" ...

drive on left.jpgVous la connaissez tous cette phrase, non ?
Quand on pose les pieds ou les roues sur le sol britannique, c'est "THE SENTENCE" qu'il faut toujours avoir en tête et, entre nous, elle n'est juste là que pour semer un peu plus la "confioujeune" !
Dans ce même état d'esprit, voici un e-mail que vient de m'envoyer l'ami Gull (entre charentaises, quand je suis sur la Tiger, c'est toujours le "white spirit" qui m'anime, pfffff) :
Ok, c'est bien
Je vous souhaite du beau et bon temps.
N'oublies pas qu'on roule à gauche et que tu dois changer tes clignoteurs, quand tu actionnes le bouton du cligno droit, c'est le gauche qui doit faire bip bip, c'est très important dans les ronds-points car comme tu tournes dans le sens des aiguilles d'une montre, si tu sors le bras droit c'est pour faire signe à celui qui te suit et pas pour sortir et le bras gauche c'est pour l'embrayage; il y en a certains qui préfèrent aussi permuter les poignées, c'est plus facile, il paraît ............

Ce serait pas plus simple de mettre le guidon à droite finalement, comme dans les bagnoles ?

22:47 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

12/07/2015

Ooh, Belgique, ooh mèère chériiiie ...

simeon 2015 sachsenring.jpg
Bon, tout le monde ou presque sait que je ne suis pas belge, en tout cas, pas sur ma "carte de séjour de ressortissant, etc". Je suis resté italien, un peu par principe, beaucoup par inadvertance ;-)
Sans doute est-ce pour cela que je n'ai pas de fierté nationale, ce qui m'a parfois été reproché.
Mais je n'en peux rien, je suis né italien, de deux parents italiens, qui se sont rencontrés, là-haut, dans le brouillard, sur le sol belge. C'est un beau roman, c'est une belle histoire : ils furent heureux et eurent deux (beaux) enfants !!
Et donc, tout ça pour dire, que, même si ce n'est pas "légitime" quelque part, je suis très très content de la victoire de Xavier SIMEON en Moto2 en terre teutonne !!!
Il a battu Johann ZARCO, l'homme fort de la saison puisqu'il caracole maintenant en tête du championnat avec 179 points. Le malheureux Tito RABAT a été balayé par la fougue de Franco MORBIDELLI en fin de course et, bien que deuxième au classement, il n'a que 114 points.
Tiens, tiens, coïncidence : MARQUEZ qui a gagné aujourd'hui est 4ème du championnat MotoGP avec 114 points également et ROSSI, qui est en tête (pourvou quai ça doure !!) en a aussi 179 !!
Trêve estivale et prochain grand prix le 9 août à Indianapolis : ça tombe bien je suis en congé également et je ne raterai donc RIEN de la suite des évènements !!
Encore bravo à Xavier SIMEON qui est le 3ème belge à gagner un grand prix de vitesse : le dernier en date était Didier de Radiguès en 1983 ! C'est dire si ça remonte !!
Maintenant qu'il a eu le déclic, il n'a plus qu'à mettre des claques !! Oui mais non, pas besoin de la manière forte, et pas d'agressivité : à la cool, en douceur et profondeur comme dirait ADAMO et son pote ARNO !!

23:18 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Prochaine destination ...

Hotel CALAIS.jpgC'est à Calais, c'est l'hôtel "B&B" situé au 55 de la Rue de Lille et c'est Didier qui l'a réservé pour nous. A moins de partir en plein milieu de la nuit de la maison pour rejoindre l'embarcadère, réserver un hôtel "au pied du port" était certainement la meilleure solution ! En tout cas la plus confortable !! Le hasard faisant bien les choses, l'hôtel se situe juste en face du "Motoland" de Calais, et même si on n'aura pas le temps d'y faire un tour, il sera d'autant plus facile à repérer avec cette grande enseigne :-)
Les choses se précisent ...
J'ai retrouvé quelques Livres Sterling qui pourront servir lors de notre traversée sur le sol britannique entre Douvres et Fishguard, j'ai remis la main sur la prise spéciale à 3 broches, indispensable si on veut utiliser le courant alternatif de là-bas, j'ai échangé les top-cases, du 33 au 55 litres, histoire de ramener des bouteilles de Jameson, , je n'ai pas oublié de switcher la clé du jeu de doubles, j'ai fait une toilette sommaire à la moto et au casque et j'en suis resté là.
Je ne "ferai les bagages" que mardi matin très probablement, car je ne prendrai le départ vers Calais que tard dans l'après-midi ... A moins que je décide d'emprunter les routes touristiques mais je doute !

Attention, tout à l'heure auront lieu les courses au Sachsenring.
N'en loupez aucune car en Moto3 notre petit LOI part 15ème et pourrait glaner quelques bons points, tandis qu'en Moto2, Xavier SIMEON part deuxième, au côté de Johann ZARCO. Il vise un podium et on lui souhaite de ne pas manquer la cible.
Quant en MotoGP, Marc MARQUEZ qui a retrouvé toute sa verve, part en pole. PEDROSA est deuxième, LORENZO troisième, puis viennent IANNONE, HERNANDEZ (!!) et ROSSI qui veut finir devant .. LORENZO.
La suite à l'écran !!!

00:35 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

07/07/2015

Yamaha R125 CUP à Mettet

Evoquée dans un article du dernier Moto 80 de juillet, la "YAMAHA R125 Cup" fut lancée en 2013 avec un franc succès, c'est ainsi que commence l'article en question ...
J'ai lu, j'ai apprécié et j'ai cherché une vidéo concernant cette manche à laquelle a participé l'auteur du papier.
Regardez les images : on en parle après !
A signaler que les 17 concurrents qu'il affronte pourraient être ses fils, non qu'il ait "semé" un peu partout mais parce qu'ils ont près de 30 ans de moins. A signaler également, pour sa décharge (pondérale ^^), qu'il leur rend également une trentaine de kilos voire 50 pour certains, plus fluets qu'un Pedrosa qui serait anorexique !!
yamaha r125 cup mettet.jpg
Alors ? Ce n'est pas du tout impressionnant, n'est-il pas ?? Des bicyclettes qui plafonnent à 115 km/heure en ligne droite, c'en est presque pathétique, hein ??? Vous êtes pour la plupart convaincus que vous feriez nettement mieux, même avec la Vespa de tante Adèle ...
Et bien détrompez-vous. J'ai regardé les temps au tour du gars "avec lequel on est à bord". S'il part neuvième sur la grille et arrive neuvième sur la ligne d'arrivée, il a parcouru le 1er tour en +/- 1.41 pour descendre en 1.34 au deuxième et 1.32 lors des 3ème et 4ème tours filmés. Pour rappel, lors de ma journée toute récente sur ce même circuit, le meilleur temps que j'ai accroché était de 1.31 et des poussières. Evidemment, je suis loiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnn d'être une référence mais, quelque part, je trouve que ça situe bien la performance globale de ces petites machines. Parce que moi, avec mes 94 chevaux, j'arrivais à +/- 180 km/heure dans la ligne droite avant de couper et +/- 140-145 dans la seconde ligne droite plus courte avant l'épingle à droite et le "cork screw". Là où ces 125cc de 15 chevaux (et leurs pilotes bien entendu !) font la différence, c'est donc dans les virages. Les pneus slicks suffisent-ils à expliquer pour beaucoup le rattrapage dû au manque cruel de puissance ? A tester ;-)) En attendant, c'est un peu cruel de voir ces machines peiner autant dans le rectiligne. J'ai regardé une autre vidéo où là, le mec, il a tourné en 1.10 et bien, il arrive à + de 240 dans la ligne droite des stands, à près de 200 dans la plus courte, un petit 200 qu'il tient dans le léger gauche avant l'épingle qui ramène sur la ligne d'arrivée : impressionnant !!
BOURGOGNE 2006 143.jpgJe dois faire régime ! Je dois faire régime !!
Voilà qui m'a rappelé un épisode vécu. On était en séjour en Bourgogne avec Ma Douce et Le Fiston et nous en avons profité pour aller faire quelques tours sur le circuit de karting à Nevers ...
Comme je pensais être meilleur que Le Gamin qui en avait fait encore plus rarement que moi et fort de mon permis de conduire (!!), je fus bien déçu de constater qu'il obtenait des meilleurs chronos que moi : le retour de la baffe, voyez ?
Du coup, j'avais questionné les gars qui travaillaient autour du circuit quant au handicap causé par le poids. Si je me souviens bien, on m'a dit qu'il fallait compter 1 seconde pour 10 kgs, un truc comme ça. Vu que j'en faisais minimum 75 et lui une bonne trentaine de moins, je fus quelque peu consolé. Ajoutez à cela le fait qu'un vieil homme de 50 balais (c'était en 2006) affrontait un ... puceau (?) de 32 ans son cadet !!
N'empêche qu'en fin de session, en ne perdant que quelques grammes de sueur, je suis tout de même parvenu à faire mieux que lui ... et de bomber le torse en rentrant le bide :"Alors gamin, t'as vu, t'as vu !!"
;-)))

00:00 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

05/07/2015

Irlande, préambule !

irlande bar food guinness.jpgPourquoi déjà ? Parce qu'on a reçu toutes les infos concernant ce voyage qui nous verra prendre le ferry à Calais le matin du 15 juillet pour revenir le dimanche 26 juillet autour de 19h10 !!
Pour rappel, nous ferons partie de la deuxième fournée, avec les températures actuelles on serait même tentés de dire la "deuxième fournaise", le premier groupe étant parti ce 1er juillet.
Entre charentaises, ça n'a pas commencé de la meilleure façon qui soit pour les premiers "migrants". Figurez-vous qu'ils ont trouvé porte de bois quand ils se sont présentés au port. Une grève, encore une, en bloquait l'accès ainsi que celui de l'Eurotunnel. Sans savoir quand la situation reviendrait à la normale et pour ne pas hypothéquer tout le reste du séjour, il a été décidé de transférer tout le monde sur Cherbourg pour une longue nuit de traversée jusqu'en Irlande sans passer par l'Angleterre donc ! Un moindre mal car s'ils ont dû parcourir dans les 450 bornes supplémentaires pour atteindre le nouveau port de départ, ils ne devront pas traverser l'Angleterre de Douvres à Fishguard. Il n'empêche que comme souvent, les grèves ne tombent que rarement à point et qu'elles prennent en otage de "pauvres touristes" qui ont trimé toute l'année pour pouvoir se payer quelques jours de répit qui sont gâchés par ce genre de mouvement. Merci donc à la centaine de marins de la compagnie MyFerryLink qui sont à la base de ce blocage complet du port ...
Quid donc de la nuitée d'hôtel prévue à l'Heritage Park Hotel de Trehafod (UK) et du surcoût de la traversée autrement plus longue au départ de Cherbourg ? Et de ce beau road-book qu'ils avaient soigneusement reconnu pour traverser tout le sud de la Perfide Albion ?? Aux oubliettes ! To the dungeon !! What a pity !!! Quelle pitié !!!!
Souhaitons que les négociations ne tombent pas à l'eau et que les revendications, très certainement légitimes, soient pleinement entendues ^^ : c'est d'ailleurs très probablement déjà le cas étant entendu ... qu'on n'a plus rien entendu !
Et donc, voilà, on a tous les détails du voyage de 12 jours en direction de cette île qu'on croit connaître car elle est "voisine" mais qui garde malgré tout pas mal de mystère à nos yeux de pauvres continentaux.
Sans compter l'aller/retour maison/Calais/maison, et sans compter les "rallongis" qu'on risque de faire pour profiter plus encore des innombrables points d'intérêt qui jalonnent le très beau parcours dessiné par les road-books, on est déjà à 3.628 km soit de quoi LARGEMENT voir du pays !!
La Tiger est parée, le passeport renouvelé, la chambre à Calais réservée, il ne reste plus qu'à dormir quelques fois avant de préparer les affaires, sac, valise, paquetage, barda, malle et autre balluchon (ouais, j'ai consulté le dico des synonymes ^^) !!

18:08 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

04/07/2015

Touring Moto Day ... le retour !!!

Plus aucun intérêt de vous narrer la fin de cette sortie dominicale qui voyait se retrouver 4 amis motards ?
C'est vous qui le dites et, si vous en êtes convaincus, inutile d'aller plus loin.
Pour les ... 3 qui sont restés devant leur écran ;-) voici donc la suite. A noter que les 3 en question connaissent la fin de l'histoire mais ... ils restent quand même. C'est sans doute une simple question de politesse !
Alors que le road-book nous emmenait sur Chimay et Couvin par la "4 bandes", Henri a proposé qu'on enfile la splendide N589 qui va de Baileux à L'Escaillère (point culminant de la Botte du Hainaut) en passant par Rièzes. Nous avons ensuite bifurqué sur Cul-des-Sarts jusqu'à arriver à Brûly-de-Pesche, un site connu pour le "bunker d'Hitler" sur lequel je n'épiloguerai pas, le devoir de mémoire n'étant en l'occurrence pas mon cheval de bataille : qu'est-ce que vous voulez, je n'aime pas du tout ce type, je ne sais pas trop pourquoi, c'est physique, sans doute à cause de sa petite moustache et son air de deux airs et son esse de SS !! Pierre ne connaissait pas l'endroit et Henri était heureux de lui avoir enfin fait découvrir quelque chose. Il y avait là une fontaine à la gloire de Saint Méen dont l'eau est censée guérir de l'eczéma. Donc, si on a la chaude pisse, il suffit d'y tremper son biscuit cuit et c'est guéri, Ri !
Par contre si tu as un eczéma de passage ... tu reviens en seconde cession !!
On est repartis sur Olloy-sur-Viroin, Oignies-en-Thiérache, Fumay, Haybes, Linchamp puis Louette-St-Pierre, Gedinne, Hargnies, Vieux-Molhain et Hierges. Si je ne m'abuse Claude avait proposé qu'on s'y arrête mais quand j'ai vu que je passais outre et que tout le monde suivait, j'ai poursuivi la route. En fait, comme il y avait 2 road-books au programme, je pensais gagner Mettet rapidement, y boire un coup vite fait bien fait et repartir pour la seconde boucle de 71 kms ...
J'ai donc continué jusque Vaucelles, puis Gimnée où il y avait un match de balle pelote et où Henri a repris le commandement de la troupe au moment où je buttais sur les barrières Nadar.
Après ça, on a poursuivi sur Vodelée, Morville, Ermeton-sur-Biert, Biesmerée et Mettet.
Il y avait là un tas de motards ! Apparemment ils étaient de la balade organisée par la FMB et le seul bistrot du coin servait de point de contrôle où de point de chute final, je ne sais pas ! Vérification faite, il s'agissait de "La Mosane" organisée au départ de Dinant et dont, effectivement, l'arrivée était fixée à cet endroit.
On a hésité, on se voyait faire une pointe à Maredsous mais ç'aurait été tout autant blindé de monde.
Comme, en plus, il y avait une fanfare sur la place, on a été chercher nos verres au bar et on a bu debout, sur le parking. Merci à Claude pour la "Li crochon" qu'il m'a offerte. On est restés longtemps là, à discuter des voyages futurs et des anecdotes passées ... et on n'a pas fait la seconde boucle !!
Au moment de se quitter, Pierre a proposé qu'on s'arrête au centre ville, pour boire le der des ders mais j'ai décliné. Je suis rentré en crochetant par Biesme, histoire de voir si ma Douce était chez sa maman, mais ce n'était pas le cas. J'ai donc continué jusqu'à la maison où j'ai même trouvé le temps de préparer le repas du soir : faut vraiment tout faire dans cette maison ;-)

20:49 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

01/07/2015

Circuit des Ecuyers ...

Aaaarrrgggghhh ... si j'avais 50 ans de moins !!!
Voyez l'article sur Moto-Station et ... vous comprendrez !!!
En plus, le problème, ce n'est pas vraiment la taille des motos mises à disposition ...

10:01 Écrit par Alberto | Commentaires (1)