06/10/2014

L'Automnale de Cap Moto, ce 5 octobre 2014 ...

L'automnale 2014 Paul - 03.JPGLong silence, comme celui des sanglots des violons de l'automne ...
La faute à un voyage en Toscane, à pied, en avion, en bus et en train pour changer ... même si je n'ai jamais vu autant de deux roues de toute mon existence ! Les villes toscanes, comme sans doute toutes les villes italiennes en général, sont "infestées" de scooters en tous genres, à 2 voire 3 roues, alignés comme des sardines en boîte sur des parkings réservés et qu'on trouve partout : à se demander d'ailleurs comment leurs propriétaires parviennent à les récupérer tant les espaces entre chacun est étroit !! Les motos y sont plus rares mais, d'après moi, une moto n'a pas véritablement sa "place" en ville, une moto doit s'exprimer dans les grands espaces et pas dans ces labyrinthes inextricables. J'ose à peine imaginer quel calvaire c'eut été de louer une voiture et de circuler dans ce chaos. Au lieu de ça, on prenait le train à 15 minutes de marche de la maison de caractère que nous avions louée à Viareggio et on était déposés à quelques encablures des centres historiques de villes comme Florence , Pise , Lucques et Sienne ...
Il ne restait alors qu'à s'y promener tranquillement en partant à la découverte des trésors qu'elles recèlent !! Evidemment, on n'a pu faire que les "incontournables" mais on ne pouvait pas faire autrement avec les 8 jours qui nous étaient impartis aller et retour compris !
Un seul "couac" dans cette aventure, la perte de mon appareil photo. C'était dans le train "IC 522" que nous avons pris le soir à 22h53 à Pise pour rentrer à la résidence : il venait de Napoli Centrale et continuait ensuite sur Sestri Levante. On a fait tout le chemin à l'envers jusqu'à la gare de Viareggio dans l'hypothèse où je l'aurais perdu en route mais sans conviction car j'étais persuadé de l'avoir laissé sur la banquette. Par acquit de conscience et pour me convaincre que j'avais fait TOUT le nécessaire, je suis allé compléter une déclaration de perte auprès de la PolFer (Police ferroviaire) ...
L'appareil en soit ne valait plus grand chose. Je l'avais payé +/- 200 € il y a au moins 5 ou 6 ans mais j'avais déjà tiré plus de 330 photos, des photos de Florence et de Pise, des photos qui valaient surtout pour le souvenir. En même temps, à la réflexion, nous étions 6 "sur la place" et au rythme où l'on mitraillait, je pense que lorsqu'on va regrouper tout cela, il y aura suffisamment de matière pour oublier la pierre que j'aurais pu apporter à l'édifice et des édifices, ce n'est pas ça qui a manqué ;-))
En plus de ça, que deviennent toutes ces photos une fois tirées et visionnées le soir même ou le lendemain matin ? Avant, elles finissaient dans le fond d'un tiroir, maintenant elles terminent leur existence dans une partition totalement oubliée du disque dur et dont on se souviendra en pleurant le jour où il "sautera" sans qu'on ait jamais trouvé le temps de sauvegarder son contenu !!
D'où peut-être l'intérêt d'envoyer toutes ces merveilleuses photos dans ... Picasa (Google+) par exemple, histoire de les mettre à l'abri et de les partager, voyez ?
Belle transition pour en venir ... au fait du jour (d'hier) : voici les quelques photos que j'ai ramenées de la Der de Cap Moto cette année.
Je vous raconterai demain sans doute ...

PS : voici également le lien vers l'album inséré sur le site de Cap Moto. On m'y voit sur la 56/65, si, si, regardez bien, le tout petit dans le fond là, c'est bien moi !!
Merci à Paul pour la photo qui illustre, on ne peut plus à-propos, la note du jour ...

22:39 Écrit par Alberto | Commentaires (5)

Commentaires

En effet, c'est bien toi: on voit tes dents blanches quand tu souris.

Écrit par : Francois | 07/10/2014

Alberto,
Concernant ton appareil photo, en Italie, rien ne se perd, tout se pique ! Tu as certainement eu affaire à des pickpockets.

Écrit par : Obelix | 07/10/2014

ABSOLUMENT PAS ! J'avais l'appareil photo en main et j'ai fait la dernière photo dans le wagon où nous n'étions d'ailleurs que nous six à cette heure aussi tardive !! Mon erreur a été de l'ôter d'autour de mon cou et sans doute de l'avoir posé sur le côté de la banquette !!
Cessons de stigmatiser cette "pauvre Italie" qui n'est pas pire qu'un tas d'autres pays européens ... qui n'ont d'ailleurs d'européen que la notion géographique ... et encore !!!
J'étais encore une x à 2 doigts d'effacer ton commentaire mais ... après tout il n'engage que toi.

Écrit par : Alberto | 07/10/2014

Alberto,
Note que je n'ai pas écris que les pickpockets sont italiens en fait ils sont pour la plupart roumains ou tzigane ou d'autres peuples malmenés et sont très souvent des enfants obligés de voler les touristes sous peine de sévices corporels.

Écrit par : Obelix | 08/10/2014

Je comprends ... Comme disait Shakespeare : "The world is a stage" !
N'empêche, il y a là encore une espèce de sorte de stigmatisation qu'il faudrait éviter ... mais bon !!

Écrit par : Alberto | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.