19/09/2014

Dolomites J3 !!!

On commence par les photos du jour, ainsi les plus "fades" y jetteront un oeil (ou 2) distrait(s) et passeront leur chemin ;-)
Pour les autres, voici en quelques mots (hum, hum), le résumé du jour !!
L'hôtel se trouvant pratiquement au pied du Stelvio, on n'avait pas fait 17 bornes qu'on l'attaquait par la face nord ;-) Annoncé comme le plus haut col routier d'Italie, culminant à 2.758 mètres d'altitude, il comporte une soixantaine de virages en lacets. C'est, à ce qu'on dit, un col mythique que tout motocycliste se doit d'avoir fait !
Et bien vous voulez que je vous dise ? Il a beau être mythique, j'avoue que tous ces lacets ne sont pas faits pour me plaire. Entre charentaises, comme je l'ai déjà dit, je préfère finalement les mocassins, bien plus faciles à chausser ;-)
Après, c'est vrai qu'une fois qu'on est là-haut, le spectacle est grandiose même si gâché par un tas de boutiques de souvenirs et de terrasses bondées de motards et autres touristes d'une heure ...
En fait, je préfère m'arrêter un peu avant ou un peu après un sommet, ainsi je me retrouve seul et je peux faire de belles photos où on ne voit .. que ma moto et le paysage à perpète !!
Pour le coup je m'étais arrêté avec la meute. J'avais planté la Tiger dans le "bon sens", tête de fourche vers le haut, pour avoir plus facile à repartir ensuite ... Un jeune gars en DL bleue s'est rangé près de ma Blanchette. Il faisait partie du groupe de Moto 80. Il m'a demandé si j'étais content de la Tiger et, au cours de la conversation, j'ai appris qu'avant sa DL bleue, il avait possédé une Suzuki Freewind, dites-donc ! Je lui ai finalement conseillé la 1050 Sport plus pêchue plutôt que la 800, plus linéaire, car il semblait plus attiré par la pêche que par la ligne, hé hé ... De là à ce qu'il apprécie la pêche à la ligne, il n'y a qu'un Passo !!
Mes amis Jacques et Didier sont arrivés bien plus tard. Ils s'étaient arrêtés en route pour faire des photos . J'ai aussi appris qu'au détour d'un lacet Didier était tombé. Les lacets sont tellement serrés qu'on est obligé de se déporter presque complètement à gauche pour les négocier correctement et rester sur sa droite une fois le lacet passé. Le souci c'est lorsqu'un autre véhicule, quel qu'il soit, arrive dans l'autre sens. On est alors obligé de serrer plus à droite avant le lacet tout en perdant de la vitesse, au point qu'on arrive à la corde quasi à l'arrêt. Pour peu qu'on ne puisse pas accélérer rapidement, on pose le pied au sol ... mais gare au devers et aux courtes pattes et ... bardaf, c'est l'embardée !!
Au final, plus de peur que de mal, même que je suis sûr qu'il n'a même pas eu peur le Didier ! On l'a aidé à redresser la TDM, reine des montagnes disiez-vous (?), et il est reparti comme en 14 ;-))
On a entamé la descente ensemble mais comme toujours, une fois que ça descend, je me sens pousser des ailes !
Attention, "j'ai une bonne descente" mais ça n'a pas empêché quelques malâââââdes de me doubler et de me laisser quasi sur place et pas toujours des gars en sportives car j'ai vu défiler l'une ou l'autre grosse GT !!
Je suis arrivé à Bormio, je me suis rangé à l'ombre et j'ai attendu, attendu, ils ne sont jamais venus, zaï zaï zaï zaï ... alors j'suis r'parti, que vouliez-vous que je fasse ? Marre d'attendre aussi !!
J'ai donc continué sur Santa Caterina Valfurva (tchi tchi !!) et le Passo Di Gavia et je suis arrivé à Ponte Di Legno (qui signifie Pont de Bois en français) où je me suis un peu emmêlé les boudins, d'abord dans la vieille ville faite de pavés et de rues très étroites aux pentes abruptes, puis dans la ville nouvelle où je n'ai remarqué aucun restaurant qui vaille la peine qu'on s'y arrête parce que dépourvu de terrasse au soleil ...

triumph dolomite.jpgTiens, petit "trou normand" avant de ... passer à table. En cherchant à l'instant après je ne sais pas trop quoi, je suis tombé sur la TRIUMPH Dolomite !! Pour autant que je m'en souvienne, c'était une bien belle caisse qui transpirait la sportivité ...

Et donc, je passai "le petit pont de bois", chargeai le road-book Dol1403b et continuai ma route. Mais la faim commençait à pousser des cris au fond de mon estomac qui avait tendance à descendre (rapidement le bougre) dans le fond de mes bottes !!
J'arrivai à Vermiglio que je traversai à 30 et 50 à l'heure suivant les panneautages ... Le way-point suivant étant annoncé 30 bornes plus loin, je me ravisai et je fis demi-tour. Je revis l'hôtel-restaurant qui affichait une pancarte représentant un motard et qui "parlait" de polenta ! Il n'en fallait pas plus pour combler un motard affamé !! Et c'était en effet excellent. Il y avait là une grande famille couvrant 3 générations qui partageait le même menu, unique d'ailleurs, et qui s'exprimait dans un italien au fort accent qui m'a rappelé celui de la famille de ma sainte mère, originaire de Collebeato, un petit village à 80 km à l'ouest de Milan ...
Enfin j'entendais parler l'italien !!! Car, entre nous, j'ai très souvent eu l'impression, plus que l'impression d'ailleurs, qu'on était en Allemagne. Je me suis promis de me pencher sur l'histoire de la région pour comprendre le pourquoi du comment !
J'ai pensé que mes amis me retrouveraient mais ce ne fut pas le cas. Je poursuivis dès lors ma route, seul, en direction de Varollo-Scanna, Lana et Marling(o). Le road-book proposait d'éventuellement visiter la ville de Merano même si on allait y repasser le jeudi. Comme le temps s'était un peu dégradé, je pense même qu'à ce moment là il commençait à tomber quelques gouttes, je décidai d'investir la ville !! Je me suis garé, très mal d'ailleurs, dans une petite rue qui longeait une église et son cimetière. Juste le temps de marcher jusqu'au carrefour un peu plus bas que je croise une camionnette des "carabinieri". Je la suis du regard, des fois qu'ils s'arrêteraient à hauteur de la Tiger pour verbaliser, mais ils ont continué leur chemin. Je suis donc entré sereinement dans l'église et j'ai pris quelques photos. Un album sans photos d'église n'est pas digne de foi, c'est une évidence !!
Le temps s'est ensuite remis au beau et j'ai continué à attaquer le bitume, histoire d'oublier que j'étais là en touriste ;-))
Comme il était encore relativement tôt, j'ai marqué l'arrêt à Prato Stelvio pour "visiter" un bien étrange musée à ciel ouvert. A peine avais-je passé "la porte" qu'un gars en short avec une plume d'indien dans le ... chapeau est venu à ma rencontre en m'adressant la parole en allemand bien entendu ! Finalement, je n'ai jamais très bien su si je devais dire que j'étais belge ou italien dans ce pays et il m'est même arrivé de m'exprimer en anglais pour me faire comprendre ... J'ai donné 1 € au gars à plume, c'était la somme qu'il demandait, je n'allais tout de même pas lui donner plus et, par politesse, j'ai photographié un tas de brols de plus ou moins mauvais goût avant de partir en lui montrant un pouce levé en guise de félicitation pour l'ensemble de son oeuvre !! N'empêche, il en a mis du temps pour obtenir un tel résultat !!
J'ai ensuite regagné l'hôtel, j'ai rentré la moto au garage à l'aide de la clé électronique qui ouvrait également les chambres et j'ai pris mes aises pour faire ma toilette du soir, barbe comprise car elle avait 2 ou 3 jours ...
Rien à signaler concernant le repas du soir, sinon qu'il suivait la même formule que la veille avec buffet et service à table et que la serveuse avait couvert le haut également cette fois, snif !!
Petite promenade digestive en solitaire car les autres ont trouvé qu'il faisait trop froid ... et c'est vrai qu'il ne faisait pas bien chaud, peut-être 8-10 degrés tout au plus mais on logeait à près de 2.000 mètres d'altitude, faut pas l'oublier !!
Un oeil à ma tablette avant de fermer l'autre oeil et voilà encore une très belle journée qui se terminait ...

22:31 Écrit par Alberto | Commentaires (3) | Tags : dolomites 2014

Commentaires

Bon, ça vous plait jusqu'ici ?
Savez-vous qu'à ce stade, je ne sais même pas si les amis Jacques, Solange et Didier sont bien rentrés, eux qui avaient prolongé en Slovénie jusque mercredi ?
Par ailleurs, je crois savoir que François s'est inscrit pour le voyage en Dordogne avec Cap Moto auquel cas il a pris le départ hier ...
Quant à Henri, peut-être est-il parti avec lui ou bien séjourne-t-il chez son fiston, dans le sud de la France ...
Quoi qu'il en soit, bon vent à toutes et tous !!!

Écrit par : Alberto | 20/09/2014

On serait morts qu'on te l'aurait dit. On a eu du beau temps dans le Bled de Slovénie et au retour. Cette fois-ci le col de Vrzik avec ses lacets en pavés était sec. Nous avons inversés les roadbooks de façon à éviter la foule des motards et en outre il était bien plus intelligent de visiter la capitale un dimanche, plutôt qu'un lundi comme prévu par le programme : pas de trafic, monuments ouverts... Ceci dit, pour arriver à Bled, on nous a fait faire un peu d'enduro par des chemins en terre dans les bois et plusieurs n'ont pas apprécié et ont demandé à Garmin une autre route. Evidemment Moto80 ne fait pas de reconnaissance..On est bien rentrés crevés (705km le dernier jour).

Écrit par : ds | 20/09/2014

Pourquoi on ne te parle pas en italien dans les Dolomites ? Ce n'est pas pcq ils ne t'aiment pas mais va voir http://mimmoc.revues.org/232 qui te donnera une explication historique de cette région, où actuellement près de 70% des habitants sont germanophones.

Écrit par : ds | 21/09/2014

Les commentaires sont fermés.