31/07/2014

Et voici la V7 contemporaine ...

Ce n'est pas moi qui ai de la suite dans les idées, c'est une pure coïncidence. Moto Station vient juste d'essayer la Moto Guzzi V7 Stone de 2014 qui, manifestement, rend un "vibrant" (ah ah !!) hommage à sa grand-mère : good vibrations en perspective !!
Je me vois bien finir ma carrière de motard invertébré sur ce genre de brêle, moi ... mais on est encore bien loin du compte. Enfin, je touche du bois !!
Voilà qui me fait penser au week-end dramatique qu'a vécu l'Open Trophy de Chimay cette année : lisez plutôt . Catastrophique n'est-il pas ? Probablement jamais vu une telle hécatombe ... Et apparemment, on met tout cela sur le dos du destin : un peu facile je crois et à approfondir en tout cas !!
Bien triste évènement !!
Je vous ai sans doute déjà raconté que mon père a failli perdre la vie sur ce circuit en 1956 alors qu'il était là en tant que spectateur et que ma mère me portait dans son ventre ?

00:05 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

29/07/2014

La voilà la V7 à DS !!

guzziv7.jpgComme pour m'inviter à publier une nouvelle note, l'ami DS, de retour de son voyage en Ecosse avec Cap Moto, m'a envoyé une photo de "ses deux amours" comme le chantait Joséphine Backer à une époque : elle illustre (terme bien choisi n'est-il pas cher Didier !) donc le propos du jour qui, autant vous prévenir, partira dans tous les sens et les Graminé, Tom & Jerry et autre Prity ne vous seront d'aucune utilité ;-)) Pour l'exhaustivité, sachez que la photo ... euh ... date et qu'à l'arrière plan, on voit les contours du lac de Sainte Croix dans le Verdon !
Si vous le permettez, en cette trêve estivale en Moto GP, Moto 2 et Moto 3, j'irai de quelques commentaires personnels.
Tout d'abord, à tout seigneur toute honneur, quelques réflexions sur la catégorie reine :
- ROSSI a signé pour les saisons 2015 et 2016 avec Yamaha
- pour sa part, LORENZO n'a MEME PAS ENCORE signé et si ça se fait, ça ne serait que pour un an avec une option pour une saison de plus, à moins qu'il parte chez les rouges ...
Bravo à Valentino qui a convaincu par une première moitié de saison plutôt remarquée même si pas totalement remarquable : 5 podiums en 9 courses certes, mais aucune victoire alors que l'an dernier il avait gagné à Assen. Cette année il a terminé 5ème aux Pays-Bas et il échoue au pied du podium au Sachsenring où Lorenzo lui a mis un vent ! Il termine donc cette première partie de saison en demi-teinte, ce qui est plutôt de mauvaise augure ... Reste qu'il est bien plus facile de signer avec Rossi qui conserve un capital sympathie énoooooooooooooorme, un charisme unique et ... un tas de sponsors !!
Pour Lorenzo, qui joue du "yoyo" depuis le début de l'année, c'est moins évident. Je suis persuadé qu'il n'a rien perdu en qualité de pilotage, pourquoi en serait-il ainsi d'ailleurs ? Mais voir MARQUEZ "le cannibale" tout gagner, ça doit miner c'est sûr et tant qu'il ne le battra pas au moins une fois à la régulière, ça risque de le poursuivre mentalement car lui, il a encore beaucoup à prouver, beaucoup de records à battre encore et, contrairement à Valentino, il est loin de la "retraite". Alors, si un Pedrosa s'en accommode, lui qui en 8 ans au HRC n'a pas été fichu de décrocher un titre alors que Hayden, Stoner qui n'ont fait qu'y passer et maintenant Marquez y sont parvenus, Lorenzo n'est pas de ce bois-là !
Espérons pour la suite, qu'il retrouvera la constance dans l'excellence !!
Quant à Marc Marquèz, il fait un sans faute absolu, un 10 sur 10 même s'il s'agit en fait d'un 9 sur 9 avec 225 points sur 225. Il est en train de balayer tout le monde des tablettes des records même si, sur la durée, je demande à voir. En tout cas, les courses se suivent et se ressemblent et si ça continue, je vais retourner à la F1, c'est dire s'il tue de plus en plus le "suspens", même si, pour les places d'honneur, il y a déjà quelques années qu'on retrouve toujours les mêmes sur le podium ...
Les seules "curiosités", sur ce podium justement, ont été Dovizioso par 2 fois (Amérique et Hollande) et Bautista en France. Pour le reste, les 2ème et 3ème marches ont toujours été partagées par Pedrosa, Rossi et Jorge Lorenzo ...
En Moto2 heureusement, même si Esteve Rabat semble prendre tout doucement l'ascendant, on a quand même 5 vainqueurs différents en 9 courses ! Si Rabat en a gagnées 4, Mika Kallio, son équipier au sein du Marc VDS Team, en a décrochées 2 pendant que Maverick Vinales, Dominique Aegerter et Anthony West (!!) se partageaient les 3 autres victoires. Sur les divers podiums on a aussi vu, en guest stars, Simone Corsi, Thomas Luthi, Luis Salom, Johann Zarco et même notre compatriote Xavier Siméon !! A noter que ce dernier n'a terminé que 4 des 9 courses avec, en outre, des fortunes très diverses et qu'il se classe en 11ème position au classement général avec 37 maigres points.
Pour ce qui est de la Moto 3 , 3 pilotes se sont partagés les 9 victoires : 4 pour Jack Miller, 3 pour Romano Fenati et 2 pour le petit frère du "cannibale", Alex Marquez. Les 5 premiers se tiennent en 35 points et, dès lors, tout est encore possible car il reste 9 grands prix à disputer. Notons que le petit Livio Loi, autre fierté nationale sur deux roues motorisées, a été évincé du team Marc VDS au profit d'un ibère de plus, Jorge Navarro. S'il a (l'ancienne) constance de l'autre Jorge (Lorenzo) et l'efficacité du commissaire divisionnaire bien connu des séries télé, peut-être pourra-t-il faire mieux, c'est tout ce qu'on lui souhaite. On souhaite bien entendu que Livio retrouve un guidon au plus vite ... pour aller plus vite !!!

J'ai des tas d'autres choses à "livrer" mais je terminerai le mot du jour par une ANNONCE : j'ai un client qui vend sa BMW 1200 GS pour la simple raison qu'il n'a pas le temps de faire de la moto et ... l'âge n'aidant pas, il n'envisage pas d'en faire d'avantage. Il l'a achetée il y a 3 ans. Elle avait 10.800 km au compteur et elle a maintenant 13.400 km , c'est dire s'il l'a peu emmenée en virée, hein ? Elle est de 2007 et pratiquement "full options". Si ET SEULEMENT SI vous êtes intéressés, prière laisser un commentaire et votre e-mail : je transmettrai !! Merci pour lui !!!

21:22 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

24/07/2014

DS et sa V7

MOTO GUZZI V7 SPORT DANS MOTO REVUE.jpgPour ceux qui ont le privilège de le connaître, allez un peu voir la photo suivante .
Notre ami Didier S. a été l'heureux propriétaire de cette moto mythique dans les années septante (70 pour les français) et, si on n'y prend pas garde, on jurerait que c'est lui qu'on voit sur la photo n°1 sur la page de droite, non ? Pourtant, c'est de Mike HAILWOOD dont il s'agit !
Décoiffant, non !?!

23:23 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

23/07/2014

Meetic and gloves

J'avais presque envie de rédiger un épilogue pour mettre un point final à ce mini-trip dans le Grand Duché mais ... finalement j'ai estimé que ... ça suffisait comme ça !!!
Juste (hé hé !) une réflexion concernant le nouveau pneu Anakee III monté sur la Tiger : il est bruyant, comme le diamant, rapide comme le vent il siffle et chuinte dès qu'on atteint une certaine vitesse et ma foi, c'est plutôt désagréable. Vérification faite sur des sites spécialisés, c'est un défaut qui est régulièrement souligné. Et quoi ? On ne fait pas des tests en conditions réelles chez Michelin ?? C'est fou ça, non ??? Ah, pour vanter les nouvelles sculptures pour lesquelles la marque a déposé moult brevets, ça, on le claironne mais pour les "chifflements et les suintements", botus et mouche cousue !! Paaaaaas bien les gars !!! Faudrait voir à bien étudier le produit que vous mettrez à disposition pour les Moto GP en 2016, sinon les courses feront le même bruit que le peloton du tour de France ;-)))
Cela étant, il tient sans doute très bien la route. Je dis "sans doute" parce que, entre nous, honnêtement, pensez-vous que l'usage qu'on en fait au quotidien, permet de juger réellement de ses possibilités ? Je pense qu'on exploite la compétence d'un pneu à 20 ou 30 % tout au plus et encore, non ?? C'est pareil pour nos cerveaux paraît-il ... et encore, je suis certain qu'il y en a qui arrive tout juste à 5 %, suivez mon regard ;-))

Tout autre chose maintenant, avec ces quelques photos .
On y voit :
- la TRIUMPH Speed Twin de 1937;
- la TRIUMPH Bonneville T120 de '59;
- la date à laquelle TRIUMPH est entré dans la légende. Ceux qui me connaissent apprécieront la coïncidence ... mais en est-ce vraiment une ? Je comprends pourquoi j'aime la vitesse depuis que je suis ... tout petit !
- mes nouveaux gants d'été !
Pour ces derniers, comme déjà fait sur Facebook où j'ai lancé le débat ;-), je suppose que pour en profiter pleinement, je devrais démonter les pare-mains. Vu qu'ils sont dans un matériau spécial et qu'ils sont percés d'ouvertures aérodynamiques pour laisser l'air s'y engouffrer, MAIS que cet air est dévié par les pare-mains, il y a comme qui dirait un défaut non ? Car, à quoi servent les pare-mains sinon à dévier l'air froid en hiver et à donner un peu plus le look d'un faux trail, mmmhhh ?? Je pose la question !!!
Quant au hors série de Moto Revue, il tient ses promesses tout en restant très "reader's digest" sur les motos qu'il évoque, ne consacrant que 2 pages pour chacune. A chacun ensuite de faire des recherches plus poussées s'il veut tout savoir et le reste sur un modèle particulier !

Enfin, pour ceux qui aiment la moto et les chats, une petite vidéo vue sur Moto-Station tout récemment.
Bonne route !!

22:47 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

22/07/2014

Viande de Vaux, Marché, Maison ... Hein ??

Purée, c'est pas possible ! ... Toujours pas clôturé ce compte-rendu de "voyage" au bout du monde !!
Je pense n'avoir jamais fait aussi fort en matière de saucissonnage de reporting, de surcroît pour un trip aussi court ...
Bah, ça me permet de continuer à voyager dans ma tête et plus je vieillis, plus je prends plaisir à vivre de petites anecdotes heureuses du passé !!
"Je sais me contenter de petites choses à présent" comme le chante Stephan EICHER dans Tu ne me dois rien , extrait de son album ENGELBERG ...
Les hommes savent pourquoi ils préfèrent la Jup !.jpgTiens, je terminais la note précédente en évoquant Jacques. En faisant un petit tour sur le site de Cap Moto tout à l'heure, j'ai trouvé une photo de lui et de son "éternel" compagnon de voyage ... Pour une fois, ils sont habillés "en civil" et non avec leur combi motard surmontée de gilets airbags ! Des gais lurons, n'est-il pas ? Ils sont en Ecosse à l'heure qu'il est ... Enfin, à l'heure locale qui est légèrement différente !!
Les hommes savent pourquoi ils préfèrent la "Jup" !!
Je crois que NOTRE ami Didier S. est du voyage également mais j'ai beaucoup de mal à l'imaginer en habit folklorique ;-)) Comme disait l'autre, c'est pas parce qu'on porte une jupe qu'on est forcément de la jaquette !! Oh, oh, oh ... Vous imaginez sur la piste de danse : Jacques et ses Jaquettes !!
Non mais ! Tu vas le finir ton compte-rendu à la con ? Oui ou merde !!!
Ok, ok, j'y retourne !!

Nous étions donc à Marche, au Vieux Moulin. Avant de nous quitter, le Jacques et les autres nous ont confié un Tripy qu'un de leur condisciple, déjà reparti, avait eu en prêt. C'est une facilité qu'offre le club aux participants, soit pour simplement suivre plus facilement les road-books qu'en version papier, soit pour donner un aperçu des possibilités de l'engin, un "placement de produit" comme on dit maintenant, avec au final le "secret espoir" de voir l'utilisateur passer commande, Pierre-Yves étant revendeur officiel de la marque.
Petit imbroglio au moment de payer la note, la serveuse nous comptant les verres consommés par les gars qui étaient partis. Certains s'énervaient déjà mais, vérification faite, ils avaient bel et bien réglé leurs consommations mais le type à la caisse n'avait apparemment pas sorti ou remis les tickets. Petit détail : j'avais demandé un grand café et j'en ai eu deux petits ! Les choses étant rentrées dans l'ordre, je suis entré dans le bar et j'ai remis le Tripy en prêt au gars derrière le comptoir en donnant les instructions qu'ils a transcrites sur un bout de papier pour ne pas les oublier !!
Petit conciliabule avec Henri et Gull sur le parking, pour savoir quelle route on allait prendre pour rentrer à la maison. "Secouage" de mains avec Domi et Alain. Départ avec Gull devant et moi derrière. On a roulé tout le temps comme ça, jusqu'à Gerpinnes sous un ciel gris qui a commencé à lâcher des gouttes, d'abord insignifiantes au point qu'on pouvait les compter une par une, puis, entre Gerpinnes et la maison, ce fut la grosse drache avec les hallebardes, les cordes, les chats et les chiens !!! Je n'allais pas me mettre à l'abri et réenfiler tous les plastiques alors qu'il ne restait que 7 ou 8 bornes à couvrir, hein ?
Suis évidemment arrivé bien trempé par ... endroits ... malgré l'étanchéité annoncée par les étiquettes cousues ici et là à l'intérieur des vêtements Gore-Tex, mais c'est de bonne guerre sinon à quoi serviraient les survêtements de pluie, hein ??
J'ai donc pendu le tout sur la corde à linges et, comme d'hab, j'ai immédiatement fait le tri des fringues mis/pas mis, sales et moins sales, directement dans le panier ad hoc, comme un mari drillé que je suis ... devenu ... à l'insu de mon plein gré ;-)))
Fin de l'histoire !!!

21:45 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

20/07/2014

Vianden, Clervaux, Marche, Maison ...

Bien belle ville que Vianden qui mérite qu'on s'y attarde ... C'est ce que nous avons fait puisque nous nous sommes installés à la terrasse d'un café dont le tenancier était très probablement hollandais ainsi que la jolie serveuse qui vint s'enquérir de notre commande que nous avons dû passer dans la langue de Vondel !
Bonne idée que d'opter pour une grande bouteille d'eau pétillante plutôt que de la bière ou du café. Je l'ai descendue "quatre à quatre", un peu comme un escalier qu'on est pressé de monter ... Hein ? Quel rapport ?? Sais pas ... Ce qui est sûr c'est que l'expression "grimper un escalier 4 à 4" existe bel et bien et que je ne vois pas pourquoi on ne la détournerait pas pour exprimer ce qu'est le blues cette même idée de vitesse mais ... dans l'autre sens et dans un autre contexte ! Pas d'objection ? On continue donc ;-)
A souligner que, jusque là, on a roulé AU SEC et sous des températures caniculaires ou presque !
On arrive à Clervaux, juste le temps de trouver un endroit pour se garer que la pluie s'invite à nouveau, et pas qu'un peu, mon neveu !! On s'est précipité dans le Rhino Steakhouse à l'entrée du piétonnier, comme dans un refuge ! Vu qu'on était là, pas tout-à-fait par hasard, on n'a pas fait un tennis, hein ? C'est pour manger ?? Non, connard c'est pour un tennis ;-))
Alors, tu mets : un duo de tartares pour Domi, une truite meunière pour Alain, une napoletana pour Riri et un spareribs ibérique pour Bibi et tu arroses le tout avec 2 Coca Cola, un grand Sprite et une Goldsteiner 0.50L, s'il te plaît bien. Et tu prends ton temps, hein ? On repartira pas tant qui f'ra pas sec ! Nous nous en allerons quand les vents tourneront, comme disait l'autre !!
C'était bien bon même si 22 € pour quelques centimètres carrés de bidoche farcie d'os, on ne peut pas dire que c'est donné, hélas ... Quand nos restaurateurs s'inspireront-ils sur ce que font leurs homologues français ? Peut-être qu'avec l'instauration des caisses enregistreuses électroniques et inviolables, ils devront baisser leurs tarifs pour diminuer d'autant leurs plantureux bénéfices ... non déclarés jusque là !!! Mais, non, tout le monde sait que ça va très mal dans l'horeca : ça eut payé mais ça paie plus !!
Justement, au moment de payer, tout le monde fait ses comptes et dépose des billets de toutes les couleurs et des pièces en or et en bronze sur le tapis ... Comme je ne savais pas récupérer la monnaie sur mon gros billet, j'ai payé avec ma carte bancaire après avoir raflé toute la mise ;-)
On est remonté sur nos destriers sans visiter la ville pour au moins photographier son château, direction Marche-en-Famenne, dernière étape prévue au road-book.
Chemin faisant, à un moment j'entends un coup de klaxon, je regarde dans mon rétro et je vois Henri qui me fait un signe de la main, façon "Danse des canards", signe que j'interprète comme une "invitation" à m'arrêter pour qu'on prenne des photos. Et de fait, on était sur les hauteurs de Laroche-en-Ardennes et le paysage valait assurément qu'on y prêta attention ;-) Cela nous a valu 2 ou 3 beaux clichés de plus.
Pour la petite histoire sachez juste qu'en réalité son geste, pour rappel l'imitation du crabe qui ouvre et referme une pince, signifiait que j'avais oublié d'éteindre mon clignoteur ... Voilà qui nous arrive à tous. Je ne sais pas si certaines machines de haut de gamme sont équipées d'un arrêt automatique ou d'un rappel sonore, façon voiture voyez ?
On est arrivé à Marche aux environs de 15h30 si je ne m'abuse et on s'est éparpillés sur le parking en face du café "Le vieux moulin".
On s'est installé en terrasse sur des banquettes en bois autour d'une table du même matériau. On a passé notre commande. On a été rejoints par d'autres motards dont Jacques, celui qui avait fait un tour dans l'herbe sur le circuit des Ecuyers.

18:54 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

19/07/2014

Derde dag, troisième et dernier jour au Luxembourg, le retour !

Faut terminer le compte-rendu, c'est dans la logique des choses même si ça n'intéresse probablement que quelques irréductibles, gaulois pour la plupart ...
On a pris nos aises pour le petit déjeuner qu'on a terminé en compagnie de Paul si j'ai bonne mémoire. Tiens, vous ai-je dit qu'il a été victime d'une sortie de route au retour de Sardaigne ? Il regardait et/ou photographiait un paysage, comme il le fait depuis toujours, c'est d'ailleurs grâce à cette attention qu'il porte à ce qui l'entoure qu'il nous ramène de si splendides photos et, lorsque son regard s'est à nouveau porté sur la route, il en était légèrement sorti. Il a essayé de la reprendre mais il y avait un gros dénivelé entre le bas-côté et le bitume, de sorte que la Pan s'est finalement couchée après une ou deux pirouettes, Paul en faisant autant. Au décompte final, plus de peur que de mal, autant pour Paul que pour la Pan. Quelques bouts de plastique à remplacer et un hématome au bras qui n'est pas encore résorbé. Ils s'en sont très bien sortis tous les deux et on est bien contents pour eux !!
Et donc, on termine le petit déjeuner ensemble, j'ai succombé au breakfast à l'anglaise alors que je m'étais promis de rester léger, une fois pour changer ;-))
Le road-book, qui décrivait une sorte de double "Z" s'arrêtait à Marche-en-Famenne et comptait 255 kilomètres, c'est dire s'il faisait la part belle aux routes bucoliques et "tournicotantes" comme on disait dans le Manège Enchanté. Pour confirmer la chose et vérification faite, même en prenant l'option "découverte" sur le site du pneu français que tout le monde connait, et qui, entre charentaises, deviendra le fournisseur officiel de boudins sur les courses de Moto GP en 2016, en lieu et place des nippons de "Pont de Pierre", on arrive à peine à 165 kilomètres. Cap Moto en a trouvé 90 de plus pour le même prix !!
Pour le même prix, c'est le cas de le dire parce que avec la super95 au prix du diesel, on peut rouler tout son saoul pour pas plus cher. Ce jour là j'ai encore fait un plein pour 17 € et des goutelettes ...
On a roulé sans désemparer jusqu'à Vianden, Henri ayant pris la direction des opérations cette fois. Arrivės sur les hauteurs de la ville, le château s'offrait au visiteur tel une carte postale des plus réussies. Personne ne s'arrêta pourtant ... sauf moi qui tombai ... en admiration devant le panorama offert. Quelques photos prises sous un certain angle, puis demi-tour (et ouais une entorse au règlement) pour remonter un peu plus haut et prendre d'autres clichés, avec la satisfaction du travail bien fait !
Je continue la descente vers le centre ville, je vois mes amis attablés à la terrasse d'un café. Ils m'indiquent avec force gestes où ils ont plantés les motos. J'y arrive en empruntant une route barrée pour cause de travaux. Je décroche le Tripy, le glisse dans le sac de réservoir avec les gants, emporte le-dit sac (on n'est jamais assez prudents) et les rejoins.

13:33 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

16/07/2014

Petits suisses luxembourgeois ...

Ben ouais, après "La Vache qui rit", il était ... hum ... logique de démarrer avec ce titre, non ??
Nous étions au Musée Patton à Ettelbruck que nous avons visité en même temps que Pierre-Yves qui avait négocié les entrées pour nous. En sortant, nous avons croisé un couple de motards qui nous questionnèrent sur l'intérêt de la visite. Je leur ai suggéré de dire qu'ils appartenaient à notre groupe pour bénéficier du tarif préférentiel : jamais avare en tuyaux l'Alberto, hein ? Je suis comme ça, toujours prêt à partager ... l'argent des autres ;-))
Je me suis un peu planté en sortant d'Ettelbruck et je suis retombé presque par hasard sur Alain qui s'était arrêté pour s'inquiéter d'un couple en Honda Goldwing : leur moto s'était mise en travers sur une chaussée particulièrement glissante. Une fois encore, plus de peur que de mal, la Goldwing ne se couche parait-il pas, tant elle est large et tant le centre de gravité est situé extrêmement bas, plus bas encore que celui de la GS si on en croit les "on-dit", le "flat six" de la japonaise flattant bien plus le regard que le "flat two" fané de la teutonne, cela dit en passant bien entendu ;-))
Tiens, un petit break musical de circonstance avant de continuer sous la pluie luxembourgeoise qui ne nous lâchait pas ce samedi 5 juillet de l'an de grâce 2014 : écoutez ceci . Cela me fait penser aux "pluies de beau temps" qui font tout le charme de la Bretagne ;-)) Quelque part, la pluie c'est aussi dans la tête, non ??
Après le musée, il n'y avait "plus que" des châteaux au menu des points d'intérêt. Tout d'abord, celui de Bourscheid où nous avons marqué l'arrêt Alain et moi avant d'être rejoints par Dominique et Henri que nous avions perdus à Ettelbruck. Ensuite, 32 kilomètres plus loin, celui de Brandebourg qui nous toisait du haut de son promontoire et que nous avons par conséquent ignoré. Enfin, au détour d'un virage plongeant, celui de Beaufort qui dressait ses tours comme des bras tendus vers le ciel, implorant qu'on lui tire le portrait.IMG_9957.JPG Bien beau site qui aurait sans doute aussi mérité la visite même si, comme disait l'autre, "quand on a vu un château on les a tous vus" ce qui est totalement faux, vous en conviendrez n'est-ce-pas ? En même temps, quand on est équipé comme on l'est, cuir ou Gore-Tex dessous, plastique par-dessus, il n'est pas simple de se lancer dans des visites interminables qui ont le don de nous faire suer comme des boeufs ... et la vache d'en rire de plus belle ;-))
A ce stade, alors qu'il était 17h18 environ, il restait pas loin de 60 bornes à négocier par monts et par vaux. Autant dire que les uns allaient être en retard pour la dégustation de vins locaux et les autres allaient rater la première mi-temps du match Belgique-Argentine. Et de fait, nous sommes arrivés à l'hôtel vers 18h30. Certains, dont l'ami Gull, avaient coupé court, par les nationales, fatigués par le temps un peu pourri et pour ne rien perdre de la prestation de nos diables rouges. D'autres étaient attablés dans un coin de la salle de restaurant et sirotaient des fonds de verres de vins du cru. Perso, je me sentais sale et ... de fait, je sentais mauvais. J'ai filé dans la chambre, j'ai libéré le putois qui s'était glissé dans ma combi pluie et j'ai profité d'une longue douche qui m'a réconcilié avec l'eau d'une part et les bonnes odeurs d'autre part ;-)) J'avais également allumé la télé pour constater que nos diables étaient menés 1 à 0 : pas encore de quoi s'affoler par conséquent, certains pessimistes ayant pronostiqué qu'ils allaient se faire étriller par les hommes de Sabella ... Quand on voit comment les ibères ont été laminés par nos voisins hollandais et comment, plus tard, les brésiliens ont été ridiculisés par nos autres voisins, teutons ceux-là, on pouvait certes le craindre d'autant que nos nationaux n'avaient pas été très convaincants jusque-là, même s'ils avaient gagné tous leurs matches de poule !
Une fois récuré de pied en cap, j'ai gagné la salle annexe à celle du restaurant pour regarder la dernière demi-heure du match. J'ai sauté de ma chaise plus d'une fois dans l'espoir de voir nos joueurs égaliser mais ... en vin vain ! Comme l'a dit "Big Dan" lors de l'interview d'après match : "Fait chier !" traduisant la pensée générale car pour le même prix, on méritait au minimum de pousser l'Albiceleste aux prolongations, voire plus si affinités !!
Rendez-vous dans 2 ans pour l'Euro !!
Après ça, on est passé à table. J'ai bu un premier demi-litre de bière suivi d'un quart-de-litre pour clôturer la soirée. J'ai été voir les photos sur le site de Cap Moto pour vérifier ce qu'on avait au menu ce soir là mais Paul n'a pas jugé ... bon de photographier son assiette ! Je pense qu'on a mangé du poisson mais je ne mettrais pas ma main dans l'aquarium plein de piranhas ... Ce qui est sûr, c'est que Gull a négocié une seconde portion de dessert avec la charmante serveuse du soir, que j'avais surnommée "Ichli Bediche". J'ai également essayé mais mon charme n'a pas opéré cette fois ... Je vieillis !!
Quand on a regagné nos chambres, vers 22h30, j'ai déjà replié mes affaires, en triant le grain de l'ivraie et avec Gull, on a regardé le 2ème match en buvant ... de la bière et de l'eau pétillante, trouvées dans le mini-bar. J'ai payé la note le lendemain matin, n'en doutez pas !
Bonne nuit !!

11:13 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : luxembourg 2014

13/07/2014

Echternach ! A tes souhaits !!

IMG_9958.JPGPetite mise au point (d'intérêt) concernant l'affollement du Tripy ... S'il est passé à brûle-pourpoint (d'intérět toujours) de la note 15 à la 105, c'est parce que le road-book décrivait une espèce de double 8, un 88 en quelque sorte, et que du coup, avec la fonction "recalcul automatique" activée, il cherchait le point le plus proche géographiquement ...
Dans ce cas de figure, il est donc vivement conseillé de demander d'ětre déposé à la note suivante !! Pour procėder, ouvrez votre manuel å la page 79, Verset 5.6, b. ! Pourquoi ne pas plastifier toutes les pages et trimballer ce mode d'emploi en permanence, mmmhhh ?
Ainsi donc, après quelques égarements, nous sommes arrivés sur la place d'Echternach et sous une pluie qui avait redoublé d'intensité. On a trouvé à s'abriter à la terrasse d'un café où nous avons été rejoints par Gull, jamais très loin lorsqu'il s'agit de s'arrêter à la terrasse d'un café ;-)
Je suis allé voir l'ancien palais de justice de plus près car il faisait l'objet de 2 questions du concours. Cap Moto improvise parfois ce genre de chose, histoire d'agrémenter la virée et d'imposer des arrêts culturels ... A la clé, il y avait cette fois des bouteilles de vin à gagner !
Un capuccino, une Diekirch 50cl, un Strongbow, un Coca et un café plus tard, nous sommes repartis en direction du Château de Larochette, une ruine datant du XIème siècle, partiellement restaurė et que personne n'avait envie de visiter. Par contre, lorsque nous sommes arrivés devant la friterie "Mr Goufy" à Colmar-Berg, tout le monde a été d'accord pour visiter les cuisines ;-) Cet établissement est une institution dans la région. Les gens faisaient la file jusqu'au dehors : en général, c'est un bon signe quant à la qualité des produits proposés. Cela étant, par les temps qui courent, la "mal bouffe" à petit prix a, depuis belle burette à huile frelatée, pris le pas sur la gastronomie à prix astronomique, et ça s'explique aisément ! J'ai pris des "wings-frites-Coca-mayonnaise" à 8,50 € TVA et service compris. Service aussi rapide que sympa, malgré le coup de feu du moment. On s'est glissé avec une certaine difficulté entre les tables et les bancs disposés à l'extérieur, sous abri. On est resté là ... un certain temps et on est reparti vers 14h25. 20 minutes plus tard, on arrivait à Ettelbruck devant le General Patton Museum. On était là ... On se tâtait ... On visite ? On visite pas ?? C'est combien l'entrée ??? 5 € !?!?!? Et ça vaut le coup et/ou coût ?????? Pierre-Yves arrive. Il nous interpelle. Alors, vous visitez ? Il entre. Revient. J'ai négocié un prix de groupe nous dit-il fièrement. C'est 3 € par tête de pipe !! Pensez, une pipe à ce prix-là, on s'est tous précipités ...
Plutôt mal à l'aise au début, dans une aile dédiée à la montée du fascisme, ses symboles et son leader, j'ai ensuite sorti l'artillerie légère avec mon Canon Ixus calibre 95 IS pour fixer quelques images, faits, photos et objets de l'époque. Pour tout savoir sur le Général, rendez-vous ICI . Il est sûr que ce musée méritait qu'on lui consacre plus de temps tant les trésors qu'il recélait étaient nombreux mais, au vu du programme chargé qu'avaient concocté nos gentils organisateurs, il fallait procéder sous peine de louper d'autres "spots" touristiques ...
Avec tout ça, on marinait toujours entre pluie dehors, sueur dedans, protégés par nos plastiques parce que, entre deux averses, il pleuvait, voyez ? Entre charentaises, c'est fou le nombre de synonymes qui existent pour définir ces gouttes d'eau qui tombent des nuages, hein ?? Cela permet aux prévisionnistes de ... noyer les pigeons que nous sommes ;-))
Inutile de souligner que ces routes mouillées ont grandement gâché le plaisir qu'on peut prendre à piloter. C'est d'autant plus dommage que leur revêtement est généralement parfait, ce qui en temps normal, entendez par là SEC, aurait été vachement plus drôle. Ouais, vachement drôle ... comme le fromage du même nom ;-)

19:19 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : luxembourg 2014

12/07/2014

Luxembourg, bourg, bourg ...

Au programme du deuxième jour de ce mini-trip, une boucle de 282 kilomètres avec, comme "points of interest" :
au km 56, la ville d' Echternach ;
au km 85, le château de Larochette;
au km 152, à Ettelbruck, le musée Patton;
au km 167, le château de Bourscheid;
au km 199, un autre château, celui de Brandebourg et enfin
au km 228, un dernier pour la route, le château de Beaufort .

Vu le kilométrage à effectuer et la météo improbable, Gull avait tracé quelques raccourcis optionnels sur le road-book ...
Pour les mêmes raisons, le petit-déjeuner fut avancé à 7h30.
Il y en avait pour tous les goûts au buffet, il était même possible de manger à l'anglaise, c'est dire ...
C'est Dominique qui a pris l'initiative ce matin-là, prenant la tête du petit convoi que nous formions, avec Alain, Gull, Henri et moi. Autour du WP 15, après avoir emprunté une route en travaux, on s'est retrouvé face à un barrage en béton. On était sur un plateau plus ou moins désertique, barré d'une multitude de petites routes étroites et de croisements sans indication de direction et on n'en sortait pas. Arrivés dans le village en contrebas, on est pratiquement partis chacun de son côté. Me croyant plus malin que les autres, j'ai choisi de ne pas revenir sur mes "pas" et, un moment, j'ai cru que c'était la bonne option puisque, à nouveau, le Tripy affichait des boules, des flèches et des distances. Mais au bout de quelques hectomètres, je me suis rendu compte qu'il était passé du WP 15 au WP ... 105 !!! Là, j'étais mal ! Je m'arrête. Je tripote le Tripy pour revenir au WP 15 ou 16 ... Je fais quelques hectomètres de plus, le bidule bascule à nouveau sur le WP 102 ou 103 ... Je me vois déjà obligé de court-circuiter le road-book et me retrouver à l'hôtel ... avant midi !!
Heureusement, deux bornes plus loin je tombe à nouveau sur les copains qui avaient eu la gentillesse de m'attendre. On est reparti ensemble pour nous arrêter un peu plus tard et faire le point. La pluie s'étant invitée à nouveau, on en a profité pour enfiler les plastiques. Grâce au Tripy I d'Henri, qui permet de lister les villes et villages que traversera le road-book et au Garmin d'Alain qui permet de piocher dans cette liste, on a pris la direction d'Echternach. Entre charentaises, le Tripy II permet également de faire ce choix et il aurait tout aussi bien permis de sortir du road-book et de lui demander, poliment, d'aller à la note suivante !! Mais, comme beaucoup d'utilisateurs, nous ne maîtrisons pas vraiment l'outil.
D'ailleurs, le soir même, nous en avons discuté avec Pierre-Yves qui confirme la chose, qui rajoute que c'est pareil pour les utilisateurs de Tom Tom et autres Garmin, et qu'il a dans ses cartons, le projet d'organiser si pas plusieurs mais en tout cas une session d'information pratique.
Il n'en reste pas moins qu'on devrait tous investir un peu de notre temps à plancher sur les fonctions de nos appareils et d'en parcourir le mode d'emploi !!!!
Aussi loin que je sois concerné, si j'ai bien imprimé le mode d'emploi de l'appareil et du logiciel "road tracer", je n'ai consacré que quelques minutes à leur lecture.

23:25 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : luxembourg 2014

10/07/2014

Le Luxembourg ...

Est-ce le hasard ou bien les gars qui oeuvrent au sein du site "Le repaire des motards" consultent-ils mon blog ? Quoi qu'il en soit, ils consacrent un très long article au Grand-Duchė. Voici le LIEN à suivre ...
Un autre lien à suivre c'est celui qui vous conduit tout droit vers l'album photos
de notre précédent trip au Luxembourg, un trip organisé par "Didier La Science" à l'époque, en 2006 pour être plus précis, et auquel nous avions offert le "dernier repas" de midi au retour pour la peine !!
Mais retournons au futur à présent, à savoir le voyage de 2014 avec l'équape de Kip Moto ... Hein ? L'équipe de Cap moto, sorry !!
Le rassemblement était prévu à la Station Total de Wanlin sur l'E411, Namur-Luxembourg ... Comme j'y descendais avec Pierre, alias Gull, celui-ci m'avait donné rendez-vous au "Carrefour de Couillet". Faut croire que ce matin-là, j'avais la tête dans le "vous-savez-quoi" car j'ai d'abord été au Red Market de Couillet (où 2 bagnoles de flics étaient curieusement stationnées d'ailleurs), puis au Carrefour de Gerpinnes où je l'attendis bêtement jusqu'à prendre mon GSM pour l'appeler et lui dire "Qu'est-ce tu fous ? Où qu't'es ??" Et lui de me rétorquer qu'il m'avait vu passer et repasser (comme l'eau sur le fer dans le sketch de Bourvil et son eau ferrugineuse !) et de me dire de ne surtout plus bouger de là et qu'il arrivait tout de suite !! Pour un peu, on serait partis séparément jusqu'à Wanlin, hein ! Comme on habite à 2 ou 3 bornes à vol d'oiseau et à tout casser l'un de l'autre, la prochaine fois faudra se donner rendez-vous ... chez moi : là, je suis sûr de ne pas me gourer ;-)))
Avec ça, on a royalement perdu quasi une demi-heure sur le planning ! Du coup, pas question de tortiller sur des routes bucoliques, on a pris les N5, puis N40 et enfin N911 en passant par Philippeville, Givet et Beauraing jusqu'à Wanlin où nous sommes montés sur la E411 pour sortir à la Station Total où nous n'arrivâmes pas par hasard, comme le suggère la publicité !
Je pense que tout le monde était déjà là. Paul et Pierre-Yves avaient établi leur quartier général sur une table de pique-nique, à l'extérieur du bâtiment. Nous y avons retrouvé Henri ainsi qu'Alain (1200 GS Adventure) et Dominique (Tiger 1200 Explorer). Il avait été convenu par e-mail qu'on fasse la route ensemble. Henri, qui avait consulté la météo, avait repéré un magasin d'accessoires sur le parcours, à Izel, par lequel il comptait crocheter pour s'acheter un pantalon de pluie. Vérification faite il s'agit d'une importante concession multi-marques et ça s'appelle Collard Motos SPRL
Nous voilà partis, Henri loin devant, moi, Pierre, Dominique et Alain. Au hasard des dépassements, Dominique s'intercale entre Henri, encore plus loin devant, et moi alors que Pierre souffre un peu à l'arrière d'un peloton qui roule un peu vite pour lui ... Finalement, arrivés à hauteur de Izel, nous avons continué sur le road-book. Henri nous rejoignit plus tard, à Marbehan où nous avions décidé d'une halte pour nous désaltérer au "Café du Centre" qui faisait face à l'église du village. Particularité : un jeu de quilles automatique, sans doute l'ancêtre du bowling, et qui valait quelques photos ... Les 2 gars qui officiaient là étaient bien sympathiques et n'avaient pas la langue dans leur poche. Les gens qui entretiennent les conversations deviennent de plus en plus rares. La plupart se contentent de faire leur taf et basta !! Dommage ...
Il était 11h00-11h30 et Henri en profita pour avaler les 2 petits pains garnis qu'il avait amenés avec lui dans un souci d'économie et de rapidité ...
Nous sommes repartis en nous fixant "13 heures" comme dead hour pour trouver un endroit où casser la graine. Nous sommes arrivés à Virton, nous nous sommes engouffrés en son centre alors qu'Henri continuait bien évidemment sa route ... Nous avons choisi "La Maison Verte", une pizzeria qui n'offrait d'ailleurs pas que ça à la carte ... J'ai pris un hamburger-reblochon, frites. Pourquoi "La maison verte" alors que tous les châssis étaient bleus et de conclure que le patron était daltonien ! Nous nous étions d'abord installés au soleil mais il tapait si fort que nous nous sommes réfugiés à l'ombre un peu plus tard. L'atmosphère était lourde, chargée d'humidité et les températures frisaient les 30 degrés. Nous avons quitté Virton vers 13h45. Trois quart d'heure plus tard nous marquions l'arrêt pour enfiler les plastiques. La pluie s'était en effet invitée et les gros nuages noirs au loin n'annonçaient rien qui vaille !! Un quart d'heure plus tard, le Fort de Fermont fut le bienvenu pour nous mettre "définitivement" à l'abri de cette pluie qui était devenue averse et vice-versa ;-))
La visite guidée du Fort ne commençant qu'à 15h30, sur le conseil du conservateur (?) nous nous sommes rabattus sur le musée juste en face. Nous avons laissé nos frusques à la buvette, décidés d'y retourner après la visite, et avons parcouru en long, en large et en travers le musée. Quand on voit le mal que les français se sont donnés pour construire cette ligne Maginot et quand on voit comment les Allemands l'ont contournée en bafouant au passage la neutralité de notre petit royaume, on reste ... perplexe, c'est le moins qu'on puisse dire. Il était presque écrit qu'il en serait ainsi, non ? Quand on voit comment Hitler avait renié sa "parole" avec l'Autriche et la Pologne par exemple ... Enfin, l'Histoire avec un grand "H" ne nous apprend rien, c'est bien connu, et on renouvelle les mêmes erreurs, siècles après siècles !!
La visite terminée, on a campé à la buvette pour un long moment. On n'avait pas envie de "replonger" dans nos scaphandres de plastic et on a donc attendu la dernière goutte pour reprendre la route, sous un soleil presque retrouvé.
Vers 17h00, on a fait les pleins à la première station annoncée par le Tripy. C'était une "Total" une fois encore. L'EuroSuper y était affichée à 1,362 €, à comparer au +/- 1,60 chez nous, une ineptie économique si on y réfléchit un peu, juste un peu Messieurs les Ministres, mais c'est déjà trop vous demander !!
IMG_9894.JPGOn est arrivés à l'hôtel vers 18h30 si j'ai bonne mémoire. Henri y était déjà depuis plus de 2 heures ...
Gull s'est juste changé pour se précipiter ensuite dans une des salles du restaurant de l'hôtel où trônait un grand écran plat. Il avait enfilé sa perruque "noir, jaune, rouge", les couleurs du drapeau belge mais aussi celles du drapeau allemand. L'hôtel étant situé chez nos voisins germains, il avait beau jeu de supporter l'équipe teutonne face aux "tricolores", entendez par là, nos autres voisins et néanmoins amis, français ceux-là.
On connait le résultat du match, le même qui vit notre équipe éliminée le lendemain par les argentins, Tintin !! Mais n'anticipons pas ...
On est passé à table à 20 heures. Au menu, une carte rédigée tout en allemand mais avec Henri à mes côtés qui maîtrise très bien le flamand et un peu l'allemand, je n'ai pas été surpris lorsque les assiettes sont arrivées ;-)
Une soupe aux tomates, bien épicée en entrée, des blancs de poulets et des légumes en plat et une crème brûlée (en français dans le texte) en dessert, le tout de "bonne tenue" comme on dit quand on veut bien se tenir ;-)) Non, sans blague, c'était très correct !
La journée ayant été bien longue, on ne s'est pas éternisés à table et on a gagné nos chambres autour de 22h30 tout au plus. Très bien les chambres, entre charentaises ! Très spacieuses, avec beaucoup d'espaces de rangement, une grande terrasse dont nous n'avons pas profité faute de temps, un frigo-bar, une télévision et, last but not least, un sèche-cheveux. Si les chauves ne s'en émouvront pas, les autres considéreront qu'il s'agit bien là d'un plus à souligner !! A défaut de cheveux, il aura permis d'accélérer le séchage des gants par exemple ;-))
Allez, bonne nuit !!!

19:04 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : luxembourg 2014

Petite GS

BMW_F700GS_2015_stpz-500x375.jpgPetite charentaise avec cette moto aux couleurs stendhaliennes qui lui sied, ma foi, plus que correctement ... sans aller jusqu'au ravissement s'agissant, faut-il le préciser, d'une petite BMW GS 700. Nouveaux coloris pour un modèle déjà millésimé 2015 !!

00:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

07/07/2014

Petit Luxembourg helvétique ...

Pour vous faire patienter, voici les 156 photos que j'ai ramenées de ce petit trip dans le grand Duché .

23:59 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : luxembourg 2014

03/07/2014

La Petite Suisse Luxembourgeoise ...

C'est reparti mon quiqui !
Demain matin, rendez-vous avec Gull à 8 heures à Couillet pour une étape en direction de Wanlin où nous attend la sympathique équipe de Cap Moto.
Le Luxembourg est plus qu'un voisin pour nous, au point qu'on peut se demander pourquoi y aller pour 3 jours avec des frais d'hôtel à la clé : l'idée ne viendrait à personne d'aller dormir chez le voisin ... sauf si sa femme est jolie et qu'il est parti en voyage me direz-vous !
Il ne faut pas "sous-estimer" cette sortie car, en comptant les kilomètres pour aller sur le lieu du départ et ceux qui seront nécessaires pour revenir de Marche-en-Famenne dimanche, ça va nous faire plus de 1.000 kilomètres à ajouter au compteur ! Il y a des motards qui ne font pas ça sur l'année toute entière ;-))
Autant dire que j'attends cette sortie avec impatience. La météo s'annonce capricieuse avec des orages en fin de journée demain, des pluies éparses samedi et des cieux un peu plus cléments dimanche, mais tout cela ne me fait même pas peur et n'altère en rien mon envie de bouffer du kilomètre d'autant que les routes là-bas sont aussi lisses que virevoltantes ...
Je vous raconterai !!
A lundi !!

21:51 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : luxembourg 2014

02/07/2014

Entre Bretagne et Luxembourg ... et ratatam

IMG_9748.JPGLe Pouldu c'était le mercredi, entre coquillages et crustacés et le soleil pour témoin comme disent les 2 chansons bien connues ...
Le lendemain, nous avions rendez-vous avec nos amis Christine et François qui séjournaient à Arzon, un rendez-vous fixé avant nos départs pour la Bretagne et devant la crêperie "Le Vahiné" à Locmariaquer. Ils sont venus à vélo et ont pris le bac pour la petite traversée. On a pris le plat du jour, à base de poisson, c'est dire que François a pris autre chose, une salade à base de ... hum ... feuilles vertes ;-) Nous sommes restés longtemps ensemble. On aurait même pu passer tout l'après-midi là, à deviser sur tout en général et sur rien en particulier, tant le moment était plaisant ...
Finalement, vers 16h30 je crois, on a quitté le restaurant que nous avions choisi, juste en face de la crêperie. Christine et François sont partis faire une petite reconnaissance à vélo jusqu'à un site de mégalithes que je leur avais signalé, tandis que ma Josée et moi, nous nous sommes arrêtés à La Trinité-sur-Mer où nous avons acheté quelques produits locaux (du gâteau et du cidre) avant de nous offrir une dernière fois Quiberon et sa côte sauvage, dont on ne se lasse pas : il y a ceux "qui bronzent" et ceux QuiBeron comme disait l'autre !
Le vendredi, veille de notre départ, on l'a jouée cool. On a mis nos chaussures de marche, on s'est pointé à l'office du tourisme et on a demandé ce qu'il y avait à voir dans les environs. On a un peu ramé pour trouver le point de départ mais une fois sur la bonne voie, nous avons été jusqu'au Manoir de Kércadio puis, par des petits chemins de traverse, nous sommes arrivés au Château de Kéravéon, belle et grande bâtisse entourée d'un parc de 20 hectares, planté d'une "île d'amour" où il régnait une quiétude abyssale. Il est des endroits enchanteurs qui exhalent tout leur charme en basse saison ... La randonnée empruntait quelques petites rues flanquées de splendides maisons, blanches ou beiges pour la plupart, entourées de jardins colorés, superbement entretenus et peuplés de magnifiques hortensias ainsi que d'autres parterres de fleurs qui rivalisaient de beauté. Enchanteur, je vous dis !!
Au retour, après un bon repas, nous avons entrepris le nettoyage consciencieux du gîte et avons "pré-bouclé" les bagages ...
Réveil à 7h00 le lendemain matin, lever à 7h30 après la demi-heure académique, petit-déjeuner, fermeture définitive des valises, appel à Mme Delanoë pour "l'état des lieux" et la restitution des clés et départ à, pffff, presque 10 heures pour 800 bornes de route. Si nous avions ... essuyé quelques gouttes de pluie (de beau temps !) le vendredi, ce matin il pleuvait déjà de façon plus ... humide et ça nous a suivi tout au long du voyage avec parfois des averses intenses au point que les essuie-glaces ne suivaient plus !! A un moment mon GSM (portable pour les français) m'a averti de l'arrivée d'un message : "Ayez l'obligeance de faire demi-tour et revenir pour ramener le beau temps. S'il vous-plaît bien."
C'était François qui nous soupçonnait d'avoir emporté le soleil dans nos bagages ;-)
Nous nous sommes arrêtés à Saint-James, au restaurant de l'hôtel Saint-Jacques, pour le repas du midi. J'ai pris une belle andouillette grillée et ce ne fut pas un mauvais trip ;-)
Bien plus tard, ma Josée n'étant pas plus pressée que ça de rentrer, c'est à Thulin que nous avons parqué la voiture, dans le parking du restaurant "Da Claudio" où nous avons mangé une excellente escalope maison. Il était plus de 22h30 quand nous avons enfin franchi la grille de la maison, douce maison comme disent les britons !!
Juste un coup d'oeil aux e-mails du jour pour constater que Cap Moto n'avait encore rien envoyé concernant le mini-trip au Luxembourg et de voir que Gull s'en inquiétait !!

22:39 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : bretagne 2014

01/07/2014

Entre Bretagne et Luxembourg ...

IMG_9429.JPGDe retour de vacances en Bretagne, je n'ai QU'UNE chose à dire ... Hein ? UNE SEULE chose ?? Oui mais non, c'est un peu court jeune homme ... S'il n'y avait, en effet, qu'un seul mot à dire ça serait le mot "charmé". J'ai été charmé par cette région de France. Evidemment, la météo était avec nous car, à part un semblant de début de timide crachin le vendredi, veille de notre retour, on a eu grand beau !! Pour le même prix, les cordes, les hallebardes, les cats and dogs, le ciel tout entier auraient pu nous tomber sur la tête, et nous n'aurions pas pu profiter pleinement des beautés offertes par ce bras tendu vers l'Atlantique ...
Malgré les 25-27-28 degrés souvent affichés par le thermomètre, on n'a pas fait du tourisme idiot, ni en lézardant sur la plage, ni en s'abritant à l'ombre du petit gîte sympa que nous louions. Arrivés le samedi soir, nous nous sommes levés tôt le dimanche : courses à l'Intermarché local le matin, crochet par la plage d'Erdeven en début d'après-midi, puis Quiberon son centre et sa côte sauvage en début de soirée, une côte sauvage de toute beauté même si elle l'est encore plus paraît-il lorsqu'il y a tempête (!!)
Le lundi, conseillés par Mme Delanoë, propriétaire du gîte, on est allé sur le marché d'Auray avec un crochet par un "parc" à mégalithes à l'entrée du village où nous résidions. Très grand marché que celui d'Auray : ça faisait des lustres que je n'avais plus mis les pieds sur un marché ... et que je ne m'étais plus fait marcher sur les pieds d'ailleurs ;-)) Des tas de produits de bouche, locaux, bios, artisanaux, des poules, des poussins, des lapins, tous vivants alors que, sauf erreur, c'est interdit chez nous depuis belle burette, des produits originaux, tels ces insectes grillés ou enfermés dans des bouteilles de rhum, des maraîchers venus des Dom Tom pour servir leur espadon combava ou leur rougail saucisse ...
Tout cela eut le don de nous ouvrir l'appétit, pas les insectes hein, l'espadon dites-donc, et après être descendus jusqu'au port de Saint-Goustan et y avoir flâné un peu, nous nous sommes installés en terrasse, au "Rive gauche", et nous nous sommes régalés de produits de la mer, si généreuse pour les ... amateurs de produits de la mer, n'est-ce pas François ;-))
Plus tard, nous avons crocheté par Carnac mais nous ne nous sommes pas égarés dans les alignements de mégalithes, nous avons préféré nous balader dans le centre ville, plus animé n'est-il pas : y a rien de vivant autour des vieilles pierres, toutes porteuses d'histoire soient-elles !!
Le mardi nous sommes partis à l'est, voir s'il y avait du nouveau : Etel, Belz et la maison du gardien du parc ostréicole plantée sur un banc de sable, Port-Blanc et le restaurant "Er Lannic" conseillé par Le Routard, Arradon et sa pointe, puis Vannes, ses remparts et ses jardins fleuris, puis encore Malestroit et enfin la Gacilly, de très jolis villages plantés dans une splendide nature ...
Mardi l'est, mercredi, petite pointe vers le nord : Port-Louis, Lorient dans son écrin (?) mais sans vieilles et précieuses pierres, la ville ayant été rasée à 95 % par les allemands lors de la 2ème guerre mondiale, retour vers la côte via Ploemeur jusque Le Pouldu et une petite sieste, les orteils en éventail au bord de l'océan !!

23:16 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : bretagne 2014