01/07/2014

Entre Bretagne et Luxembourg ...

IMG_9429.JPGDe retour de vacances en Bretagne, je n'ai QU'UNE chose à dire ... Hein ? UNE SEULE chose ?? Oui mais non, c'est un peu court jeune homme ... S'il n'y avait, en effet, qu'un seul mot à dire ça serait le mot "charmé". J'ai été charmé par cette région de France. Evidemment, la météo était avec nous car, à part un semblant de début de timide crachin le vendredi, veille de notre retour, on a eu grand beau !! Pour le même prix, les cordes, les hallebardes, les cats and dogs, le ciel tout entier auraient pu nous tomber sur la tête, et nous n'aurions pas pu profiter pleinement des beautés offertes par ce bras tendu vers l'Atlantique ...
Malgré les 25-27-28 degrés souvent affichés par le thermomètre, on n'a pas fait du tourisme idiot, ni en lézardant sur la plage, ni en s'abritant à l'ombre du petit gîte sympa que nous louions. Arrivés le samedi soir, nous nous sommes levés tôt le dimanche : courses à l'Intermarché local le matin, crochet par la plage d'Erdeven en début d'après-midi, puis Quiberon son centre et sa côte sauvage en début de soirée, une côte sauvage de toute beauté même si elle l'est encore plus paraît-il lorsqu'il y a tempête (!!)
Le lundi, conseillés par Mme Delanoë, propriétaire du gîte, on est allé sur le marché d'Auray avec un crochet par un "parc" à mégalithes à l'entrée du village où nous résidions. Très grand marché que celui d'Auray : ça faisait des lustres que je n'avais plus mis les pieds sur un marché ... et que je ne m'étais plus fait marcher sur les pieds d'ailleurs ;-)) Des tas de produits de bouche, locaux, bios, artisanaux, des poules, des poussins, des lapins, tous vivants alors que, sauf erreur, c'est interdit chez nous depuis belle burette, des produits originaux, tels ces insectes grillés ou enfermés dans des bouteilles de rhum, des maraîchers venus des Dom Tom pour servir leur espadon combava ou leur rougail saucisse ...
Tout cela eut le don de nous ouvrir l'appétit, pas les insectes hein, l'espadon dites-donc, et après être descendus jusqu'au port de Saint-Goustan et y avoir flâné un peu, nous nous sommes installés en terrasse, au "Rive gauche", et nous nous sommes régalés de produits de la mer, si généreuse pour les ... amateurs de produits de la mer, n'est-ce pas François ;-))
Plus tard, nous avons crocheté par Carnac mais nous ne nous sommes pas égarés dans les alignements de mégalithes, nous avons préféré nous balader dans le centre ville, plus animé n'est-il pas : y a rien de vivant autour des vieilles pierres, toutes porteuses d'histoire soient-elles !!
Le mardi nous sommes partis à l'est, voir s'il y avait du nouveau : Etel, Belz et la maison du gardien du parc ostréicole plantée sur un banc de sable, Port-Blanc et le restaurant "Er Lannic" conseillé par Le Routard, Arradon et sa pointe, puis Vannes, ses remparts et ses jardins fleuris, puis encore Malestroit et enfin la Gacilly, de très jolis villages plantés dans une splendide nature ...
Mardi l'est, mercredi, petite pointe vers le nord : Port-Louis, Lorient dans son écrin (?) mais sans vieilles et précieuses pierres, la ville ayant été rasée à 95 % par les allemands lors de la 2ème guerre mondiale, retour vers la côte via Ploemeur jusque Le Pouldu et une petite sieste, les orteils en éventail au bord de l'océan !!

23:16 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : bretagne 2014

Commentaires

Cher Alberto,
Pour voir et acheter des animaux vivants sur un marché, pas besoin de courir si loin, viens le vendredi matin à Chimay et tu y verras des lapins, des poules et autres gallinacés. (donc pas interdit en Belgique).

Écrit par : obelix | 02/07/2014

Vu que ce n'est pas interdit, il n'y a pas de raison que je cours, comme un poulet sans tête, jusqu'à Chimay : il y a des marchés bien plus près de chez moi ...
N'empêche, j'ai un client, grossiste en volailles : quand je vois les contrôles vétérinaires dont il fait l'objet presque quotidiennement et les soins qu'il doit apporter à la traçabilité de tous les produits qu'il commercialise, sans compter les normes très strictes liées à l'entreposage et au transport, avec les coûts que ça engendre, je ne comprends pas comment n'importe qui peut vendre "tout et n'importe quoi" sur la place publique !

Écrit par : Alberto | 02/07/2014

Les commentaires sont fermés.