28/05/2014

La Semois vivre ma vie ...

LA SEMOIS 20140525 001.jpgEncore une sortie en solitaire dont voici le lien vers l'album inachevé du jour !!
Inachevé, pourquoi ? Vous l'allez voir tout à l'heure comme on dit dans la fable ...
Pas de balades organisées en vue, aucune nouvelle des copains non plus, il est vrai que ce 25 mai était une date importante puisqu'en plus des élections européennes, il y avait les élections pour les divers niveaux de pouvoir dans notre petit mouchoir de territoire bienaimé !!
En tant qu'européen, muni de ma carte de séjour de résident permanent et de ma convocation, je me suis isolé un instant pour faire mon devoir à l'aide d'un grand crayon rouge. En général, c'est la couleur qu'on utilise pour souligner les erreurs ... Et apparemment, beaucoup de "citoyens" européens autant que nationaux s'en sont (et Dalilah) servis pour sanctionner les hommes politiques en place au point que ça en devient doucement effrayant : l'homme est un loup pour l'homme et ça ce n'est pas une fable de La Fontaine, c'est une dure réalité ... marquée quotidiennement dans la même couleur rouge, celle du sang !!
Bon, bon, voilà qui m'éloigne encore une fois du sujet ...
Suis donc allé voter EN MOTO s'il vous plaît, puis je suis passé chez Casu, concessionnaire Honda à Charleroi. Gull m'avait signalé qu'il s'y tenait des portes ouvertes et qu'il serait possible d'essayer plusieurs modèles de la marque ailée. Il y avait plusieurs machines en test mais j'avoue qu'aucun modèle en particulier ne m'attirait spécialement. Pour le "fun", j'aurais bien essayé l'Integra ou, si elle avait été présente, la nouvelle VFR 800 qui me fait du pied, mais pour aller où finalement ? Car il n'y a pas grand chose à se mettre sous les roues dans le coin. C'est comme quand j'avais essayé la 650 GS chez Faignoy en pffff 2003-2004 et que j'avais eu 20 minutes de temps libre pour faire ... 10 minutes dans un sens puis dans l'autre sur la Chaussée de Bruxelles !! Et donc, je me suis contenté de faire quelques photos avant de me décider pour une des balades proposées par le Tripy avec départ à proximité. Si je ne m'abuse, il y en a 3 qui partent toutes du "rond point du Bultia" à Gerpinnes : le Val Joly (+/- 150 km), les 4 belles vallées (+/- 210) et la Semois dans tous ses états" (+/- 330 bornes). Comme je ne m'étais pas éternisé chez Casu et que j'avais envie de bouffer du kilomètre, vite fait bien fait, j'ai choisi la Semois !! Peut-être l'ai-je déjà faite mais je n'en suis pas convaincu ...

18:00 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

27/05/2014

Retour de piste ...

Goût de bien trop peu après ces deux petits tours et puis s'en vont ...
Pour combler ce vide, il y avait heureusement le buffet. Oh, rien d'extraordinaire, pas de foie gras, de homard ou de caviar, mais que des bonnes choses, fraîches voire froides et en suffisance. Pour 10 € la journée "all in" c'est-à-dire le petit-déjeuner en concession, le road-book, les 2 tours du circuit, le buffet et les boissons à volonté, on n'a pas été volés : moins cher aurait été illégal comme on disait chez "Tata Carpette" dans un vieux slogan publicitaire ...
Pendant qu'on mangeait on a pu assister à la mise en grille du Moto Gp et regarder le départ, un départ plutôt chahuté, un peu comme le nôtre quelques minutes avant ;-), où Marc MARQUEZ s'est retrouvé 8 ou 9ème, DOVIZIOSO en tête et ROSSI à l'affût, très incisif et en tête après quelques tours !!!!
C'est le moment que nous avons choisi, Gull, Henri et moi, pour quitter la place et retourner à nos machines : une manière de ménager le suspens car nous avions tous trois branché nos magnétoscopes pour l'occasion.
Henri avait confectionné pas moins de 2 road-books pour le retour. Ils nous les avait envoyés un ou deux jours plus tôt. Deux versions : une courte empruntant un bout d'autoroute et une plus longue mais plus bucolique descendant plus au sud ... trop au sud en ce qui me concernait. Faut dire qu'à force d'éviter soigneusement Charleroi, j'ai l'impression que les copains bruxellois, brabançons et autres, snobent un petit peu cette ... pauvre région, voyez ? Oh, je n'en fais pas un complexe, loin s'en faut ! L'infériorité ne naît que de la supériorité si vous voyez ce que je veux dire ... et Lycée de Versailles.
Comme Gull n'avait que le 1er road-book, que moi je n'avais conservé que le second, que nous n'avons trouvé personne pour transférer le fichier "trb", nous avons opté pour une ... troisième solution. Alors qu'Henri persistait et signait, Gull et moi avons décidé de demander au Tripy de nous ramener dans la riante périphérie carolorégienne par des routes touristiques.
Le truc, c'est qu'on n'a pas tardé à se perdre de vue, par ma faute sans doute ... Comme ça tournicotait un peu dans tous les sens, que j'ai un peu largué l'ami Gull, qu'à l'arrivée dans Saint-Trond je me suis probablement trompé à une ou deux reprises et que, dans ces cas-là, le Tripy recalcule l'itinéraire, je me suis dit qu'il était vain de l'attendre vu qu'il avait suivi un autre chemin que le mien, et j'ai donc continué ma route sans plus me poser trop de questions et en respectant les injonctions du GPS !!
Sur la fin, les routes n'avaient plus grand chose de bucolique et c'est par une longue nationale, désespérément droite, que j'ai atteint d'abord Fleurus puis, par d'anciennes routes bien connues pour les avoir fréquentées dans ma jeunesse, Farciennes, Châtelineau et Châtelet.
Je suis arrivé à la maison à 17h00. Après échange d'e-mails, j'ai appris que nous étions tous rentrés plus ou moins à la même heure d'ailleurs ...
A peine étais-je rentré que j'ai mis en route l'enregistrement des courses sur le circuit du Mans. Après avoir zappé celle en Moto2 jusqu'à ses 2 ou 3 derniers tours pour me remémorer le podium, j'ai regardé à nouveau le départ de la catégorie reine, j'ai vu comment MARQUEZ est passé près de la correctionnelle en évitant LORENZO de justesse et, après quelque 8 ou 10 tours, l'enregistrement s'est arrêté brusquement !! J'ai encore foiré quelque part au moment de la programmation qui est pourtant simplissime, sauf dans la gestion des "marges" qu'on peut définir plus ou moins largement. Lorsqu'il s'agit de programmes qui se suivent, ceci explique peut-être cela ... Autant dire que j'étais bien énervé pour le coup !
Mais, mais, mais ... Y a le video-pass sur MotoGP.com me suis rapidement dit !! Peut-être que la "full race" est déjà disponible, me consolai-je ...
Evidemment, en ouvrant le site, j'ai immédiatement vu l'image de MARQUEZ franchissant la ligne "en mode avion", ne laissant ... planer aucun doute sur sa désespérante cinquième victoire d'affilée. Mais ça ne me disait rien de plus à ce stade de la compétition ;-) Je fis abstraction des autres infos et cliquai sur l'image ad hoc pour lancer la vidéo. Et là, je me suis à nouveau tapé le départ mais j'avoue qu'ensuite, j'ai fait glisser le curseur jusqu'à l'endroit présumé être la suite de ce que j'avais vu en télévision. J'ai vu comment ROSSI s'est un peu loupé lors du freinage en bout de ligne droite, ouvrant ainsi une porte béante au jeune Marc qui n'en demandait pas tant ! ROSSI, roi de la com' a beau dire qu'il a rendu les choses "trop faciles" pour MARQUEZ, je pense qu'il a peut-être commis cette petite faute exprès pour ne pas se faire dépasser à la régulière. Car même s'il avait effectivement un bon rythme, le gamin était autrement plus rapide. Il l'a prouvé tout au long des essais et il l'aurait prouvé sans mal en course. Cela étant, laissons le bénéfice du doute au TGV (Très Grand Valentino) et voyons au Mugello s'il fait jeu égal voire plus si affinités ;-))

23:36 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

Tour de piste ...

Bravo à l'auteur du road-book qui nous guidait par la main jusqu'à la "Gate 1" du circuit de Zolder. Finalement, Gull et moi y sommes arrivés en même temps qu'Henri qui avait sans doute fait un crochet pour faire le plein de sa Tiger. Un gars est directement venu nous trouver pour nous indiquer où nous étions attendus pour boire un coup et manger. On nous a également prévenus que si on voulait faire DEUX tours du circuit, il fallait être dans les starting-blocks à 12h45 ... Voilà qui nous laissait juste le temps de boire et tant pis pour le buffet froid qui risquait de devenir tiède !
On nous confirma qu'il était possible d'essayer une BMW S1000RR et/ou de faire un tour ou deux "à cul" d'un pilote confirmé sur ce même modèle. Seule obligation mais de "taille" : ne pas dépasser 90 kg ce qui excluait la plupart des invités du jour ;-))) Une S1000RR c'est pas une GS Adventure non plus !!
Buvette donc et café pour moi, juste pour déjà titiller l'adrénaline. Un peu plus tard, on coiffait à nouveau le casque et enfilait les gants élégants et on se mettait sagement en rang, deux par deux, dans la voie des stands. Et là, on a attendu, attendu, sous le soleil exactement, de sorte que les esprits ont commencé à s'échauffer à l'insu de notre plein gré ;-)
C'est sans doute la raison pour laquelle, lorsque le feu est passé au vert et qu'on nous a lâchés sur la piste, tout le monde voulait dépasser les pilotes qui encadraient l'évènement ...
Et évidemment, c'est parti n'importe comment et dans tous les sens. On roulait à 4 ou 5 de front et on arrivait pareillement, à 4 ou 5 dans les chicanes sans plus savoir où se mettre. Impossible de se concentrer sur une quelconque trajectoire. Arriver ainsi en paquet, voir tous les feus stop s'allumer comme dans un sapin de Noël, ça fout les jetons ... et les boules aussi ! Alors, on essaye d'élargir "por fuera" pour s'en faire un ou deux et c'est comme ça qu'on est obligé de piler dans le virage parce qu'on a été un peu trop optimiste ... Rien de bon là-dedans finalement.
Les plus malins ont été ceux qui se sont alignés les premiers dans le paddock et qui ont pu suivre les "lièvres". Les plus malins encore ont été ceux qui se sont laissés décrocher à l'arrière de la meute. Ils ont pu profiter d'une piste déserte et ... ont pu faire un tour en plus !! C'est que le gars chargé de nous faire quitter la piste à la fin du deuxième tour, pensant qu'on était tous là, à détourner le regard et c'est à ce moment là que sont arrivés les 2 ou 3 "retardataires" qui ont continué à tourner !! L'ami Gull était de ceux-là. Je pense même qu'il s'est retrouvé TOUT SEUL sur le circuit en fait ... J'aurais dû faire comme lui, j'aurais enfin eu un "tour clair" comme on dit dans le jargon motocycliste ;-)
Bon, bon, on ne va pas faire la fine bouche. On était juste là pour le folklore, comme dans ces spectacles qu'on organise juste pour les touristes, voyez ? En même temps, on avait tellement dû se concentrer sur les panneaux de limitation de vitesse qui poussent plus vite en Flandre que les champignons dans nos beaux bois wallons, sur les gendarmes couchés et autres coussins berlinois, que ça faisait un bien fou de pouvoir essorer la poignée comme des malâââââdes !!!

00:28 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

25/05/2014

Bol d'or à Zoldor ...

Avant d'en finir avec cette autre journée mémorable, voici un lien vers l'album mis en ligne par Herpigny.
Si je me rappelle bien, j'étais resté au pied d'un radar du côté de Juprelle ...
Après Slins et Houtain-Saint-Siméon, commençait la remontée vers le nooooooooooooord ... Derrière Eben-Empel et avant Riemst, nous avons franchi la frontière ... linguistique, frontière matérialisée par un fossé de plus en plus profond suivant Bart Le Grand : un autre monde, een andere wereld !! Tout devient propre, net, riche : pas de chômage, pas de CPAS, pas de socialistes, pas d'étrangers, tous dans des centres fermés dont les clés sont détenues par Maggie qui s'est assise dessus, pas de compromissions, pas de clientélisme, pas de népotisme, pas de pédophiles, en un mot, pas de "wallons" : een perfekt wereld !!! Ok, ok, le propos est plutôt "démago" et très caricatural mais, au vu des résultats des élections là-bas, un flamand sur trois y croit ... La Flandre doit lâcher du lest si elle veut s'envoler vers une prospérité sans partage du haut de laquelle elle toisera l'Europe et le monde entier ... La misère se partage, pas la richesse !!
Sorry, je suis en train de regarder "X-Men" qui sont une poignée d'hommes et de femmes en train de sauver le monde et ça déteint sur mes propos ... dont je ne pense pas un mot ... ou presque !
Et donc, à partir de Riemst, ce ne fût qu'ordre et beauté, calme et volupté, une véritable invitation au voyage, avec des villages dorés aux doux noms comme Mopertingen, Gellik, Zutendaal, Genk, Houthalen, Zolder, Heusden et Zolder encore ! Cynisme à part, il doit faire bon vivre dans ces patelins où on voit à chaque coin de rue ce qu'on y fait avec l'argent du contribuable. Le problème, c'est que ça doit être bien plus sympa à traverser en vélo qu'en moto ... On a eu droit à un panneau "90" pendant quelque deux cent mètres, je crois !
Mais heureusement, au bout du voyage, il y avait le circuit !!!

23:55 Écrit par Alberto | Commentaires (5)

24/05/2014

Bol d'air à Zolder !

On avait convenu que je me pointerais chez Pierre à 8H15. J'étais prêt bien avant et j'en ai donc profité pour faire un crochet dans une première station "service" pour vérifier la pression des pneus, surtout l'arrière après la mésaventure de vendredi ... Seconde station pour le plein, l'essence y étant quelques cents moins chère. Elle aurait pu être aussi bon marché que l'air à la première station, non ?? A 8h15 pile, j'étais au rendez-vous. Pierre m'attendait presque. Il a pris le temps de passer un produit anti-buée sur mes lunettes. Il est passé devant pour nous sortir de son quartier et il nous a mené jusqu'à Cognelée après quelques petites hésitations une fois  le centre de Namur atteint, une ville dont il n'est pas facile de sortir ... et où même le Tripy perd un peu la boussole !
N91, Chaussée de Louvain, Cognelée, on y arrive. Sans complexe, je plante la Tiger dans l'emplacement libre, juste devant l'entrée de la concession BMW. Je cherche du regard la Tiger 955i noire d'Henri et tombe sur la Cagiva aubergine et le casque rouge fluo de François ! Tiens, me dis-je, comment se fait-il ? Le fils ne serait donc pas aussi attentionné que ça ?? Je vois enfin la machine d'Henri et je me précipite doucement à l'intérieur du show-room pour les saluer !
Ils étaient bien là, tous les 2, å deviser allègrement autour des machines exposées ...
François annonça qu'il ne serait pas des nôtres pour la virée, que c'était juste une visite de courtoisie. Je suis allé prendre juste un café car j'avais déjà pris un bon petit-déjeuner avant de partir. Je me suis ensuite annoncé pour que Sabrina surligne mon nom sur la liste des inscrits et je suis passé près du gars qui chargeait les road-books sur les GPS et les Tripy. Spiti était là et il m'a conseillé de vérifier si le fichier était bien chargé car il arrivait qu'il "disparaisse" sans qu'on puisse l'expliquer (?).
Il était temps de partir si on voulait être dans les temps pour faire quelques tours du circuit. J'attendais que quelqu'un prenne l'initiative car je doutais de la direction à prendre. Henri quitta la concession et partit sur la gauche. C'est à ce moment que le Tripy indiqua enfin clairement la direction opposée ! Demi-tour donc !! On croisa d'autres motards qui avaient fait comme nous, peut-être par mimétisme ?
Henri fila devant sans trop demander son reste. J'étais tenté de le suivre mais à un carrefour Gull me dit que sa BM ne tenait pas le ralenti et qu'elle s'éteignait inopinément ... A partir de là, je l'attendais à chaque changement de direction pour m'assurer qu'il ne reste pas en rade.
Le road-book concocté par nos hôtes du jour n'allait heureusement pas droit au but. Il dessinait une espèce de demi ellipse qui filait plein est en direction de Maastricht pour ensuite remonter vers Genk et Heusden-Zolder. Les routes empruntées étaient du genre "Cap Moto", voyez ? On a traversé Hirgeon, Landenne, Huccorgne, Warnant-Dreye, Verlaine, Haneffe, Fexhe-le-Haut-Clocher où Henri craint de s'être fait flasher ... Il râlait d'autant plus que c'est en Flandre que le risque était le plus grand, c'est bien connu. Cela dit, à ce jour, pas de nouvelle et donc, sans doute, bonne nouvelle !!
Après Fexhe, il y avait Fooz, puis Awans et là, le Tripy nous avertit d'une zone ... de turbulence sur 2.6 km. C'est TOUT JUSTE après que j'ai vu un appareil photo auquel j'ai souri au passage après avoir lâché du gaz !

14:13 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

22/05/2014

D'un circuit à l'autre ...

zolder circuit.jpgLes photos d'abord !!
Cet "Herpigny Day" nous avait été proposé par Gull début mai ... sans que personne ne réagisse à sa proposition.
Ce n'est qu'en balayant ma boîte électronique une dizaine de jours plus tard que je suis retombé dessus. On avait jusqu'au 13 pour s'inscrire et seul le paiement de 10 € faisait foi. On était le 12 en fait. Sans savoir si la météo serait de la partie, les prévisions météorologiques à plus de 3 jours sur notre petit pays étant aléatoires, j'ai quand même sorti le digipass et j'ai viré la somme sur le compte mentionné. Par sécurité, j'ai envoyé un e-mail pour confirmer ma participation afin de recevoir en retour un bulletin d'inscription en bonnet difforme ...
Dans la foulée, j'ai averti les copains. Gull et Henri se sont également inscrits alors que Didier, à peine revenu du sud de la France, préférait souffler un peu, Jacques était retenu par une communion et François était en visite chez son père en Bretagne, comme il le fait une fois par mois, en fils attentionné qu'il est. Ce n'est pas quand ils sont au cimetière qu'il faut aller voir ses parents ... Cela fait plus de 6 ans que les miens y sont et j'avoue que ce n'est pas le meilleur endroit pour leur rendre visite !
Je n'ai pas reçu le bulletin en retour alors qu'il était parait-il pourtant bien parti (on ne peut définitivement pas compter sur les e-PTT !) mais Sabrina me confirma qu'elle m'avait bien inscrit. Rassuré, il ne restait plus qu'à mettre la Tiger en condition. Il m'avait en effet semblé que la chaîne claquait parfois contre le bras oscillant. Une petite poussée de l'index me confirma qu'elle était fort détendue et qu'elle nécessitait un réglage. Un doute m'effleura : et s'il fallait changer le kit chignon-peigne (?) ? Il a quand même près de 30.000 bornes dans les o-rings et les dents !! Je croisai les doigts et sonnai à mon concessionnaire pour savoir s'il était possible de faire une pointe, vendredi par exemple, à l'heure qui lui conviendrait le mieux pour une vérification visuelle et une tension manuelle ;-)
Ouais, bon, sans doute que c'est de l'ordre du possible de faire ça soit même, mais j'avoue que j'ai deux mains gauches et je signale au passage que je suis droitier, cela pour ne pas heurter les gauchers qui eux, pourraient parler de "deux mains droites", moins adroites que leur seule main gauche, voyez ?? Cela dit, le clivage "gauche/droite" n'a plus vraiment cours sauf à aller vers les extrêmes, n'est-il pas ??
Bon, bon ... Finalement, je me suis pointé là-bas vendredi vers 11h15. Je n'ai pas dû patienter longtemps. L'accès à l'atelier étant obstrué par un gros side-car de compète, le mécano s'est occupé de ma machine à l'extérieur. Il n'a remarqué aucun "point dur" à la chaîne et m'a assuré qu'il n'était pas utile de la changer. Il a ensuite procédé à la tension puis, heureusement, au graissage. Heureusement car c'est en faisant tourner la roue qu'il a vu qu'une vis à tête cruciforme s'était plantée dans la chair tendre de mon boudin. Merde ! Hum ... "Vous avez le temps de réparer là, tout de suite ?" lui demandai-je de mon plus beau sourire ;-) Il réfléchit un quart de seconde et me confirma que c'était possible. Ouf ! En même temps, je n'aurais pas su rentrer à la maison, à moins qu'on me prête une moto ...
Et donc, il entreprit la réparation dans la foulée, avec la panoplie classique : colle, mèche, tire-fond, etc ... de sorte que dix minutes plus tard, facture en main, je pouvais repartir vers de nouvelles aventures !!
Encore merci à eux pour l'accueil, la gentillesse, la compétence et la disponibilité !!
J'ai pris rendez-vous pour l'entretien des 30.000 km, de sorte que je pourrai partir dans le Luxembourg, la Forêt Noire et les Dolomites l'esprit tranquille. Restera tout de même à changer le pneu arrière ... avant le grand voyage de septembre en Italie.

21:52 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

20/05/2014

Bonne mine ...

LES ECUYERS 201404 057.jpgPizzeria "Bonne mine" à Le Nouvion-en-Thiérache : c'est là que s'est arrêté mon compte-rendu interminable dans le sens premier du "terme" à savoir que je n'y ai pas encore mis un terme alors que ça se terminait il y a vingt jours, jour pour jour ;-)
Autant dire que ça n'a plus qu'un intérêt d'exhaustivité et comme je suis jusqu'au-boutiste, une religion comme une autre, totalement pacifiste celle-là, je m'en vais vous conter les derniers kilomètres.
Pour rappel, plus de 70 ont été nécessaires pour tomber sur cette pizzeria, c'est dire si les routes empruntées évitaient soigneusement tout centre urbanisé, ne traversant que des petits villages paumés, même pas connus de Jean-Pierre Pernot, comme le chante Kamini !
Quel soulagement dès lors de tomber sur cette bonne mine. Entre nous soit dit, vaut mieux tomber sur une bonne mine que de sauter sur une autre ...
Nous étions donc 5 à nous attabler et à nous empresser de dévorer ... la carte pour, vite, vite, passer notre commande tant nous étions affamés. Si je me souviens bien, personne n'a pris de pizza, si on admet qu'une flammekueche n'en est pas une en tout cas car au moins deux des convives se laissèrent tenter par cette tarte aux lardons et au ... maroilles, incontournable dans ces contrées où on en mange au petit déjeuner, trempé dans le café ! Plus classiquement, je me suis rabattu sur une bavette/frites, ces dernières tout autant incontournables ... dans toutes les contrées ;-)
Les conversations tournèrent autour des kiens chiens de nos amis Virginie et Philippe ainsi que Jacques, tous propriétaires de ces meilleurs amis de l'homme ... et de la femme. Il y allèrent chacun de quelques sympathiques anecdotes à leur sujet. Je me demande si Virginie n'a pas demandé un doggy bag justement car, de mémoire, elle n'a fait que picorer dans son assiette : elle a tellement peu mangé qu'on aurait dit qu'il y en avait plus dedans après qu'avant qu'elle ne l'entame ... C'était pourtant très bon et voilà une adresse à recommander si vous êtes de passage dans le coin car le rapport qualité/prix est plutôt favorable.
Nous nous sommes salués au sortir de l'établissement, nos routes se séparant à cet endroit, certains remontant presque tout droit vers le nord alors que d'autres bifurquaient nord-est ... Je pensais avoir des nouvelles car j'avais insisté sur l'existence de ce blog et sur la manière de le trouver mais je n'ai rien vu venir. J'avoue être un peu déçu mais bon ... ça ne m'a pas vraiment empêché de dormir !
Et donc, Gull et moi, nous sommes repartis avec l'idée de respecter le road-book ... jusqu'à un certain point, en fait jusqu'à ce qu'il s'écarte exagérément de notre ... trajectoire idéale ;-)
On a donc d'abord continué sur Beaurepaire-sur-Sambre, puis Cartignies, Etroeungt, Sémerie, Sart-Poteries, Dimechaux jusqu'à arriver à une route barrée, vraiment barrée par d'imposants engins de chantier qui ne laissaient aucune échappatoire contrairement à ce qui se passe souvent quand on roule à moto et qu'on peut se faufiler entre deux barrières ...
Gull a fait demi-tour avant moi et il a pris la direction des opérations, sans plus respecter le road-book, fatigué qu'il était sans doute de tourner autour du Pô comme on dit dans la plaine ... Si au début, ça m'avait un peu agacé, dans la mesure où je m'en tiens généralement aux routes qui sont proposées par les organisateurs, certains diront "de peur de me perdre", j'ai fini par "accepter" la situation en me disant qu'on serait d'autant plus vite à la maison et que ce n'était finalement pas une mauvaise chose. On s'est quitté au sortir du R3, à deux pas de nos pénates respectives ...
Voilà, je suis arrivé au bout de ce foutu compte-rendu et je suis déjà bon pour embrayer sur celui de notre Herpigny Day de ce dimanche, bon sang de bonsoir !!

Juste une petite réflexion pour conclure, c'est que cette première expérience sur circuit m'a "botté grave" et que si c'était à refaire, je le referais sans hésiter et ... les yeux fermés ;-)
Ouais, comme technique du regard, y a mieux, je sais !!

23:33 Écrit par Alberto | Commentaires (5) | Tags : les ecuyers 2014

17/05/2014

Les Ecuyers, le retour du retour du come back ...

On a pris le petit-déjeuner sur des hauts tabourets, pas ce qu'on fait de plus confortable mais l'important n'était pas là, il était au buffet ... Comme prévu, nous avons mangé en compagnie de Virginie, Philippe et, un peu plus tard, Jacques, les 3 participants au stage avec lesquels nous avions convenu de faire la route du retour.
On a ensuite regagné la chambre pour ramasser, rassembler et empaqueter nos affaires : vite fait, bien fait et par conséquent vite prêts. Nous sommes descendus au parking pour arrimer les top-case, les sacs de réservoir et les valises ...
Nous sommes passés à la station service toute proche pour faire les pleins. Je me souviens d'une nouvelle Clio à bord de laquelle se trouvaient deux jeunes types, pas tibulaires mais presque, qui est arrivée à fond la caisse et à contresens et d'un coup de frein à main, s'est remise dans le bon sens pour venir se planter à hauteur des pompes ... Débiles les gars, c'est sûr !! Mais c'est qu'on oserait pas leur faire la leçon, on risque de se prendre des baffes alors qu'on devrait plutôt être donneur en la circonstance ...
Quand je pense qu'à côté de "ça", il y a des stations services bardées de caméras de surveillance où il faut, en plus, payer avant d'aller se servir. Suis sûr que les gars en question le referait juste pour passer à la télé !! Plus bêtes que méchants sans doute ...
J'ai demandé si je passais devant et Philippe a dodeliné du chef ... Je pensais qu'il aurait préféré rouler devant pour imposer le rythme car je signale, pour rappel, que Virginie, sa femme, roule "de son côté", lui sur GS1200 2014, elle sur la F800R, bien belle machine entre charentaises. Me voilà donc parti devant, fier comme bar tabac, d'abord à petit rythme, puis en accélérant par paliers pour constater que ça suivait sans problème. Nous avons traversé Verdilly, Epieds, Limé, Braine, Brenelle, Presle-et-Boves, Cys-la-Commune, Chavrenne, Soupir et son pont (?) jusqu'à arriver au WP19 où la route continuait sur la droite mais où le road-book signalait un point d'intérêt, un Cimetière Italien à voir en l'occurrence. J'hésite, m'engage à gauche suivi par Philippe et Pierre mais pas par Virginie et Jacques qui, apparemment, continuent sur la route principale ... Je m'arrête, constate rapidement que le point d'intérêt n'en a pas véritablement, questionne et Philippe me dit de continuer sur cette route secondaire car elle rejoint le road-book quelques kilomètres plus tard. Je pense qu'il utilisait un Garmin qui a l'avantage d'afficher directement la carte. Ouais, je sais, le Tripy II en fait autant mais j'oublie systématiquement comment l'afficher et surtout comment la zoomer pour y voir clair !! J'obtempère donc et nous roulons ainsi jusqu'au changement de direction suivant. On s'arrête. On attend. On attend ... On ne voit rien venir. Philippe fait l'aller-retour et revient bredouille. Pierre décide de repartir pour trouver de quoi étancher sa soif. Je salue à mon tour et propose qu'on se retrouve plus loin ... sinon ... à une prochaine fois !!
Au WP23, à Cerny-en-Laonnois, je m'arrête pour faire quelques photos du lieu-dit "Chemin des Dames" et 3 kilomètres plus loin, je vois Pierre (Gull) qui me fait des grands signes. On est à Chamouille et c'est là qu'il s'est arrêté pour boire un coup. Pas le temps de s'installer que déjà arrivent nos 3 comparses, bientôt rejoints par Didier, Virginie, Muriel, Neyla et Paul, puis un autre motard qui roule avec une Tiger 1050 bleue dont je ne connais malheureusement pas le prénom. Malheureusement parce que, figurez-vous qu'au moment de payer, la tenancière nous a dit qu'il avait TOUT réglé ! Un tout grand merci à lui pour cette belle générosité, devenue rare par ces temps de disette ... On était bien là, au soleil. On avait sorti toutes les chaises encore empilées à l'intérieur de l'estaminet et on avait rapproché les tables et les conversations allaient bon train comme on dit à la SNCF !
Hein ? Pourquoi la SNCF et pas la SNCB ?? Parce qu'à la SNCB on n'a pas le temps de bavarder Monsieur, on travaille !!
A la limite, l'heure avançant, on aurait même pu manger là mais il n'y avait rien, aucune petite restauration. Notre petit groupe est donc reparti, toujours guidé par votre serviteur, un oeil rivé sur le Tripy, un autre sur le rétroviseur et le troisième droit devant !! Il était question de rouler 1/2 heure, 3/4 d'heure et de dégoter le petit resto sympa mais ... il a fallu attendre 78.877 km pour en trouver un après avoir traversé des tas de patelins comme Bruyère-et-Montbérault, Athies-sous-Laon, Sarmonssy, Marle, Berlancourt, Marfontaine, Lemé, La Vallée-au-Blé et même Marly-Gomont , village presqu'aussi connu que Bergues depuis que Kamini l'a rappé ...
Et donc, on est arrivé à Le-Nouvion-en-Thiérache et sa providentielle pizzeria "Bonne Mine" devant laquelle nous avons planté les motos, l'estomac dans les talons et la salive aux babines !!!

00:36 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : les ecuyers 2014

15/05/2014

Moteurs ... "Action(s)" !!

Demain ce sont les 1ers essais à Le Mans ... brothers !!
Le serial winner MARQUEZ frappera-t-il encore en Moto GP ou bien quelqu'un parviendra à l'arrêter avant qu'il tue définitivement le suspens pour la course au titre ? On compte sur Jorge, Dani, Valentino et pourquoi pas Fernand, Firmin et même Francis et Sébastien ... et puis Paulette !!
FP1 : 9h55>10h40
FP2 : 14h05>14h50
J'enregistrerai le grand prix dimanche car je suis (encore !) de sortie, destination Zolder pour 3 petits tours de circuit, à l'initiative d'Herpigny et avec les amis Gull et Henri !!

Alors, le circuit du Mans aussi appelé le circuit "Bugatti", kesako ?
Longueur : 4185 m
Largeur : 13 m
Virages à gauche : 4
Virages à droite : 9
Plus longue ligne droite : 674 m
Construit en 1966
Modifié en 2008
Les Moto GP effectueront 28 tours (117.2 km) contre 26 pour la catégorie Moto2 (108.8 km) et 24 pour les Moto3 (100.4)
On en fera au moins trois fois autant ce jour-là ;-)
"Circuit étroit, avec de nombreux virages qui se négocient en 1ère et qui imposent des freinages tardifs ainsi qu'une bonne accélération."
Ces caractéristiques font qu'il n'est pas apprécié outre mesure par la plupart des pilotes ...
Pour la "petite" histoire, sachez qu'on y a couru jusqu'en 1995, année de l'accident d'Alberto PUIG (l'ex-mentor de Dani PEDROSA ...) de sorte qu'il fut écarté du calendrier pour subir de profonds aménagements. Les courses y reprirent en 2000.

23:19 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

14/05/2014

Le stage, les Ecuyers, le retour !!!

Une toute toute dernière chose concernant la journée sur le circuit avant de remonter sur nos brêles et sur la Belgique ...
En 3 ans de pratique de la Tiger, je ne me souviens pas avoir jamais raclé le bitume avec les repose-pieds ! C'est peut-être arrivé une ou deux fois et encore, à l'insu de mon plein gré.
Là, sur le circuit ça n'a pris qu'un ou deux tours pour faire crisser le métal !! Imaginez ma surprise et aussi mon effroi ... malgré les chaleurs sous le cuir et le Gore-Tex ;-)) Ben voilà, j'ai compris pourquoi je suis revenu avec un rhume : un chaud effroi !!
Au début, ça raclait uniquement dans les virages très fermés mais petit à petit, la confiance aidant, le "métier" rentrant, le genou et le coude sortant, juste un petit peu pourtant, ça commençait à racler un peu partout et n'importe où ...
Tiens je me demandais et ...je demande à mes copains ingénieurs, physiciens, informaticiens de premier ordre, tous férus de mathématique, quelles données seraient nécessaires pour déterminer quel angle j'ai pu prendre avant de "faire du bruit" ... Je suppose que la garde au sol, pilote à bord, en fait partie et sans doute la largeur de la machine d'une extrémité du repose-pied à l'autre ? Cela permettrait déjà de se faire une petite idée ??

Bon, je laisse de façon définitivement provisoire cette expérience sur circuit en vous rappelant les 3 liens vers les albums photos :
- le mien
- celui de Kick , près de 1.000 photos prises autour du circuit
- ceux de Paul sur le site de Cap Moto, 16 albums compilés tout au long du voyage.
Vraiment de quoi s'en mettre plein les yeux et de contenter les plus exigeants !!

23:16 Écrit par Alberto | Commentaires (5) | Tags : les ecuyers 2014

13/05/2014

Stage de détente mécanique en Champagne ...

Ben ouais, on n'en est pas encore revenu de c't'affaire !!!
Pour rappel, le stage durait 3 jours, du dimanche 28 au mardi 30 avril. J'en étais resté à la soirée du 29 et au repas "plus blanc que blanc" qu'on aurait cru qu'il était sponsorisé par de la poudre à lessiver ...
Après les desserts et le café, quoi de plus normal pour certains que de prendre le pousse, puis le pousse-pousse, puis le dernier pour la route, les chambres n'étant pas bien loin ... Je reviens là-dessus parce que l'ami Pierre m'a rappelé cet épisode. Si je me suis plaint du prix prohibitif de la grande bière, pratiquement un prix de marché noir lors de la prohibition voyez, il y en a qui ont profité d'une jeune serveuse la veille au soir ... nan, j'ai pas dit "de la vieille serveuse à jeun au soir" !!
En fait 3 ou 4 piliers de comptoir, amateurs de troisièmes mi-temps, s'en sont mis plein derrière le coltard et ont descendu une bouteille de grappa en 3 verres chacun tant les verres étaient remplis à ras bord façon Perrier par la demoiselle inexpérimentée. Ils ont même sifflé des fonds de bouteille gratuitement : ils l'ont sans doute convaincue que c'était pratique courante Outre-Quiévrain mais de l'autre côté bien entendu ...
Mais ce soir, nada. Jacques est allé jusqu'en cuisine pour discuter le coup, mais il est revenu bredouille ou presque. Je dis presque parce j'ai quand même vu tourner des verres d'alcool mais ... remplis comme il fallait. J'ai poliment refusé car si je tiens plutôt mal le vin, je ne tiens pas du tout la gnôle, toute bonne soit-elle, ainsi soit-il !! Non, même pas le vin de messe ;-))
Dernière anecdote avant de quitter définitivement l'hôtel et prendre la route du retour ...
Je voulais évoquer l'épisode "chute de Jacques" que j'ai abordé précédemment. Il faut savoir que le gars était équipé d'une veste avec airbag. Carrément !
Si je ne me trompe pas, c'était un système avec cordon de sécurité qui relie la veste à la moto. Le système a manifestement bien fonctionné et contrairement à ce que je pensais, le tout est parfaitement réutilisable. On attend quelque 20 secondes, le temps que les airbags se dégonflent, on remet une bonbonne de gaz en place et on repart comme en 40 ... Avouons qu'il faut être drôlement gonflé pour repartir aussi sec (à propos, encore un p'tit coup ?) et encore faut-il que la machine n'ait pas trop souffert de l'incident.
Je pensais naïvement que cet attirail ne servait qu'une fois voyez ? C'est dire si le sujet m'avait fortement intéressé jusque là !! Faut dire aussi que lorsqu'on débourse dans les 500-600 € voire plus pour cet équipement de sécurité, on ne s'attend pas à le "jeter" à la première occasion ... A en croire le Jacques, qui le fait bien d'ailleurs, (soit dit entre charentaises), cela aura sauvé la vie d'au moins un de ses compagnons de route.
Les gars qui l'ont vu tomber racontent qu'ils l'ont vraiment vu rebondir sur le bitume. Et moi d'en remettre une couche, j'en tenais probablement une petite, en disant qu'il rebondissait toujours à l'heure où l'on parlait et qu'on l'avait surnommé "la balle magique" !!
Bon, sur ce, je promets de raconter le retour demain sans faute. En attendant sachez qu'on a pas préparé les valises la veille en se disant qu'on aurait largement le temps de le faire le lendemain matin : la procrastination a du bon !!
Bonne nuit !!!

23:37 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : les ecuyers 2014

10/05/2014

RAD marée ...

Trop la bougeotte en ce début d'après-midi ... Et même si dans le ciel, les nuages ne baissaient pas la garde, fallait que je sorte. C'est sans doute l'effet pervers du 4/5ème temps. 3 jours d'affilée entre 4 murs, ça le fait pas !! Hier j'ai "donné" pour la maison, demain je donne pour les mamans dont c'est la fête chez nous, aujourd'hui il fallait faire quelque chose ... Et comme je le disais en clôture du message précédent, il y avait cette action SHOEI au magasin RAD de Nivelles.
J'ai récupéré mon vieux Shoei bleu que j'ai casé dans le top-case, j'ai essayé de taper l'adresse sur le Tripy et, comme souvent, il ne l'a pas trouvée. En fait, j'ai pris le Tripy pour qu'il m'emmène par des routes bucoliques plutôt que de monter sur l'autoroute, voyez ? Et donc, j'ai tapé "THINES" avec l'option "Centre" et me suis laissé guider ... du moins un temps, celui de me rendre compte que c'était trop bucolique ... et de panacher l'itinéraire pour avoir l'impression d'avancer et être certain d'arriver à destination avant la tombée du jour ;-)))
Un panaché de vent et de pluie, de routes dégradées et de pavés luisants, autant dire que j'étais content d'arriver au Chemin de la Vielle Cour. Dans le parking du magasin il n'y avait que 2 ou 3 motos, deux ou trois VRAIS motards en quelque sorte, qui étaient venus comme moi pour une révision gratuite de leur couvre-chef. Tous les autres étaient venus en bagnole et on ne les blâmera pas ... parce qu'on est comme ça, on ne blâme pas, pas de blâmblâme, que de l'action !!
Sur le parking, un camion : dans le camion, deux représentants de la marque japonaise. Devant le camion, une courte file d'attente. Des gars qui poirotent sous la pluie, le crâne chauve ou sans capuche, le casque en bandoulière dans son étui ... Moi, je l'ai gardé sur la tête, faut dire que j'avais le reste de la panoplie alors que les autres pas !! Au moins, j'ai attendu au sec. A mes côtés, un ancien gendarme, il ne l'a pas tout-à-fait avoué mais presque, qui se plaignait de ces anciens casques BMW C4, C5 et C6 qui prenaient tous l'eau mais qu'il était obligé de porter ... shoei xr1100.jpgMoi de me plaindre du manque d'insonorisation de mon XR1100 mais d'ajouter qu'avec les bouchons, ça résolvait le problème. Lui de me dire qu'il ne portait pas de bouchons parce qu'il avait peur de ne plus rien entendre. Moi de lui rétorquer que je les portais au moment où on parlait et que ça n'empêchait rien. Lui de commencer à douter. J'invite tout qui n'a jamais essayé les bouchons de le faire avant de ne plus ... entendre mes propos !!! La moto ça rend sourd, c'est sûr !!!
Mon tour venu, j'enlève mon XR1100 et le tend à la charmante blonde qui parle moins que son collègue français mais qui est tout aussi efficace ;-)
Le gars me dit qu'il m'a entendu me plaindre du bruit. D'après lui la coque de mon casque est trop large, peut-être pas au niveau des bajoues ;-) mais plutôt au niveau des oreilles. Je lui dis qu'il me sied parfaitement et qu'il maintient tout en place, que mes oreilles ne se sont jamais décollées et le questionne sur une modification éventuelle des mousses intérieures ... Un gars derrière dit qu'il suffirait d'injecter de la mousse de polymachintruc et découper le surplus qui déborderait ... Y a des gars qui ont un humour décapant, pan !!!
shoei xr1000.jpgQuant à mon XR1000 bleu, vieux de 10 ans, même que le gars n'y croyait pas avant de vérifier dans la calotte et de visu, il m'a dit de le réserver à un passager occasionnel que je n'apprécierais pas particulièrement. Interloqué, je lui demande le pourquoi du comment du qu'est-ce donc ? Il me dit que même si la coque garde toutes ses qualités, la matière qui amortit les chocs, qu'il compare d'ailleurs élégamment à une caisse à poissons, d'où les odeurs parfois me dis-je dans mon for intérieur, cette matière vieillit, s'use et perd de ses facultés d'absorption.
Cela étant dit, ça ne les a pas empêchés tous deux de lui apporter les mêmes soins qu'à mon Shoei actuel duquel on a remplacé 2 petits éléments de soutien de la visière. Je remercie, je salue la compagnie, rejoins la Tiger, range le XR1000 dans le top et reviens sur mes pas pour faire un tour dans la "boutique" qui fait quelques centaines de mètres carrés tout de même ...
J'ai failli acheter des nouveaux gants mi-saison puis j'ai cherché les bottes DAYTONA dont Dimitri, encore lui, m'avait dit le plus grand bien en Sardaigne. Je les ai trouvées mais, ouch, le prix dites-donc ! A ce prix là, je me paie 2 paires et demi de Richa les gars !! En même temps, quand je suis rentré, sous la pluie et sur l'autoroute pour faire court, même si j'ai fait un ou deux crochets du gauche puis du droit pour prolonger le "plaisir", j'ai constaté que mon pied droit baignait une fois encore. Pour des bottes soi-disant étanches, ça le fait pas ... zappa !!
Donc, pour les prochaines, je viserai les Daytona. Peut-être qu'en prenant un 43 au lieu d'un 44, j'économiserai quelques euros ??

22:59 Écrit par Alberto | Commentaires (8)

Amis de la poésie et de la pub ... à 2 balles !

Vu dans un folder transmis par un gros marchand de matériaux :
Matthias, garde-chasse, bricoleur efficace ... Son projet : construire une terrasse.
Quentin, mécanicien, bricoleur bout en train ... Son projet : aménager le jardin.
Simon, ingénieur du son, bricoleur tatillon ... Son projet : agrandir sa maison.
Manon et Yvon, chefs de rayon, jeunes bâtisseurs wallons ... Leur projet : construire une maison.
Nathan, aide-soignant, bricoleur à mi-temps ... Son projet : aménager une chambre d'enfant.

Plutôt sympa, non ? On pourrait multiplier les exemples à l'envi mais ... pas plus envie que ça. Si ça vous dit, l'espace "commentaires" vous est grand tout vert. Grand tout vert ? C'est l'incroyable Hulk ça ?! Grand ouvert voulais-je écrire !! M'enfin ...

Moi j'ai un slogan qui m'est venu direct à l'esprit !

Alberto, 4/5ème temps chez Sofidexo, bricoleur manchot ... Son projet : faire de + en + de moto.

D'ailleurs, pas plus tard que tout à l'heure, si le ciel se dégage par bonheur, j'irai faire un tour chez RAD à Nivelles (ç'aurait été à Alleur, ça rimait, mais ce n'est pas le cas ...)
Y a des gars de chez Shoei qui se proposent de remettre votre casque à neuf moyennant que dalle : c'est pas beau ça ? Cela dit "casque à neuf", c'est vite dit. Mais un petit coup de frais, ça ne peut pas lui faire du mal. Je vais prendre mon ancien XR1000, que je ne porte plus depuis + de trois ans maintenant. On ne sait jamais qu'ils accepteraient de se pencher dessus également, pour le même prix ;-))

Maintenant ... Si d'aventure le temps restait obscur, je pourrais faire un saut en voiture, n'est-ce pas Arthur ?

12:22 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : les ecuyers 2014

09/05/2014

Journée sur le Circuit des Ecuyers : épilogue !!!

Fin du deuxième run de 20 minutes ... Je retrouve Dimitri à la pause. Il me demande pourquoi je tricote autant de la boîte. Il me dit que le 3 pattes est bien assez souple pour ne pas être martyrisé de la sorte. Il sait de quoi il parle le veinard : en plus de sa Street Triple ...

Sorry ... J'ai entendu "On mange !!!" du fond de la cuisine et j'ai tout laissé en plan. Après quoi, je me suis occupé de rassembler les documents fiscaux pour compléter la déclaration familiale et celle du fiston. Après quoi quoi, je n'avais plus trop envie de revenir sur le blog.
Faut dire aussi que je la fais exceptionnellement longue sur cette courte journée sur circuit alors que c'est un "non évènement" par excellence, non ? Je sais pas moi .. C'est pas non plus la Trans Tunisia ni un tour du monde en solitaire, voyez ? Qu'est-ce que ça serait dans ce cas là ? Une saga en 7 tomes ou quoi !?!?!

Bon, le Dimitri là, comme son prénom l'indique, il est friand de tri-cylindres, d'ailleurs je propose qu'on le rebaptise Dimitricylindres !!
Il a donc une Street Triple avec laquelle il était venu ce jour là et, entre autres motos, il a également en magasin une Tiger XC800, celle avec le cadre rouge et une peinture "noir volcanic" qui n'a de noir que le nom puisqu'à la lumière il semblerait qu'elle renvoie des reflets rouges également ...
Il est donc revenu sur mon "pilotage" en critiquant cet abus de la boîte de vitesses, ce tricotage ayant pour effet de brusquer la moto avec des cabrages et des plongées inutiles autant que déstabilisantes, ce qui ma foi, n'est probablement pas faux même si ça fait plus "sportif" ne fusse que par le bruit du pot dans les oreilles ;-)
Autant dire qu'au run suivant je me suis appliqué un peu plus à ce niveau là et c'est sans doute pour cette raison que j'ai mis un tour à presque tout le monde ;-)))
Bon, je vais être honnête, il faut bien avouer que la concurrence était rare. Il y avait juste deux ou trois autres "bleus" qui se débrouillaient plutôt bien dont le Réginald que j'ai eu du mal à "me faire" après l'avoir suivi pendant 2 tours et avoir constaté qu'il ralentissait beaucoup dans le dernier droit avant la ligne droite ... Il y en avait un autre qui déhanchait drôlement mieux que moi mais peut-être au détriment de l'efficacité. Car, entre nous, avec les vitesses somme toute modérées que nous avons atteintes avec nos trails et autres machines de tourisme, était-il bien nécessaire de poser le genou et le coude ?? Etait-ce même possible ??? Quand je vois la hauteur à laquelle la selle culmine et la longueur de mes guibolles, j'ai du mal à imaginer, voyez ?!?! Plus facile pour un géant sur une pocket-bike, c'est ... quasi sûr !!
A la fin du 3ème run, il était environ 17h10 et, comme il fallait rendre les clés du circuit à 18h00, il n'était plus question d'une dernière ronde de 20 minutes. C'est pourquoi après un ou deux sandwiches arrosés d'un soda et le feu vert donné par les instructeurs à ceux qui le voulaient d'aller faire quelques derniers tours tous ensemble, je me suis remis en selle pour en profiter jusqu'au bout du bout ! Pierre-Yves m'a mis en garde car c'est souvent à ce moment là qu'on veut "trop en faire" et qu'on se met au tas dans le tout dernier tour. En fait, il faut se dire qu'on va encore faire 5 tours mais s'arrêter au 4ème !!
Et c'est vrai que la tentation est forte d'essayer de suivre les blancs et les rouges mais on a "vite" fait de comprendre que ... ça sera pour une prochaine fois ;-))
Faut vous dire, Monsieur, qu'il y avait des gars qui étaient en R1 voire en machines de compète même pas immatriculées dites-donc !!
Quand le drapeau rouge est sorti, j'avoue que je suis rentré au stand avec un goût de trop peu. J'aurais bien fait quelques tours encore ... D'ailleurs, au repas du soir, j'ai proposé qu'on y retourne. Tiens, z'auraient eu l'air malins les gars avec leurs machines de compète sans plaque et sans éclairage ;-))
Au moment de quitter le site, Pierre-Yves est venu me réexpliquer la fonction "chronomètre" sur le Tripy. En fait il suffit de l'activer à un point "X" du circuit, soit à l'arrêt soit en roulant, et le "tour" est joué !! A chaque passage au point en question il affiche le chrono ... Si j'ai bonne mémoire je me souviens de ses temps qui tournaient autour de 2'20" environ à bord, il est vrai, d'une bien vieille "B6" (Suzuki Bandit 600) qui avait fait toutes les guerres pour être aussi "ridée" aujourd'hui, qui avait fait toutes les guerres de la vie, et des circuits aussi ...
Je suis allé voir le record du tour : il est à 1'46" si j'ai bonne mémoire !!
J'ai aussi regardé une vidéo "on board" d'un gars qui a fait un truc comme 1'55". Le mec, il a tout fait en 2ème sauf la ligne droite où il a tapé la 3ème, c'est dire si le circuit est LENT, non ?? Au bout de la ligne droite il était à 215/220 km/heure, alors que moi, je n'ai pas dépassé les 160/165 en 4ème avant de couper les gaz et pourtant j'ai poussé la 3ème à pppfffff tours/min !!
Je quitte le circuit derrière Gull ... Je constate que j'ai oublié mon sac de réservoir. Je fais demi-tour. Je le récupère. J'entends l'équipe de la Protection Civile qui se plaint qu'on ne l'a pas prise en photo. Qu'à cela ne tienne, je propose de le faire. P-Y me dit que ce n'est pas grave et que ça sera pour une prochaine fois. Je repars. Je regagne l'hôtel en me félicitant de revoir à nouveau des paysages car, sur circuit, à part les cônes rouges, il n'y a aucun autre "P.O.I.", voyez ? Je passe sous la douche ...
Au moment de commander une boisson, j'attends mon tour poliment. J'entends que la grande bière est à 6,80 €, un prix tout bonnement scandaleux. Je prends un petit Tonic. Puis on passe à table. Buffet entrées. Plat TOUT BLANC : du poisson blanc avec du riz blanc et une sauce blanche, le tout incolore, inodore et presque insipide. Buffet desserts plus colorés et plus sucrés. On prend rendez-vous le lendemain pour le petit-déjeuner avec Virginie ^^, Philippe son mari et Jacques le jardinier du circuit ;-) avec lesquels nous convenons de faire la route du retour le lendemain ...

19:30 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : les ecuyers 2014

07/05/2014

Journée sur le Circuit des Ecuyers : après-midi !!

Bleus Circuit 2 - 56.JPGEntre 14h00 et 14h40, on a laissé rouler les rouges et les blancs pour qu'ils préparent le terrain, qu'ils laissent de la gomme sur le bitume et nous le rende plus adhérent ;-))
14H40 : un instructeur prend la tête du convoi des bleus et, à l'instar de la pace car en F1, nous montre le chemin à suivre, à petit rythme, histoire de chauffer les pneus et de faire connaissance avec la piste. A la fin du deuxième tour, il fait mine de rentrer au stand et lâche la meute des enragés que nous sommes ;-) Ben ouais quoi : on a dû ronger nos freins pendant 7 longs kilomètres à un train de sénateur ou presque !!
Un peu comme des lapins effrayés par un coup de fusil, on part dans tous les sens et toutes les trajectoires sont bonnes pour se frayer un chemin !!
On avait tourné jusque là sur 1/3 du circuit et on avait plus ou moins pris nos marques avec des trajectoires de plus en plus léchées, focalisés sur les points de corde matérialisés par des cônes de couleur rouge et les vitesses de passage n'avait cessé d'augmenter ou presque ...
Là, d'un coup, nous découvrions plus de 2 kilomètres supplémentaires, faits d'un tas de nouveaux virages, parfois très ouverts, parfois très fermés, avec des dénivellations plus ou moins importantes et une "nouvelle" et relativement longue ligne droite au bout de laquelle il fallait estimer la vitesse et le freinage avant de plonger dans le virage à droite ...
A ce régime là, autant dire que les repères qu'on avait plus ou moins acquis sur la "petite boucle" se perdirent dans le paquet des nouveaux points de corde qu'il fallait "viser" ! Autant dire aussi que pendant le premier run de 20 minutes on vit un peu tout et n'importe quoi, chacun occupant la piste un peu comme des écoliers dans une cour de récré, voyez ? Perso, j'essayais bien de me concentrer exclusivement sur les cônes rouges mais ça n'était pas évident ...
Au sortir du "S", drapeau rouge : les 20 minutes étaient déjà passées !!
You know what ? Même si je commençais "tout doucement" à prendre mes marques, la pause était la bienvenue !! C'est que si on prend la peine de s'impliquer, le pilotage c'est quelque chose de très exigeant ... même et peut-être surtout pour un débutant !!
Debriefing, café, eau, re-café, coca-cola, vidange et c'est à nouveau à notre tour. Il est 15h40 et on remonte sur la piste ! Ne pas se jeter d'entrée à corps perdu dans l'arène !! Pensez à faire un tour +/- pépère, le temps de faire monter les pneus à température et le corps pareillement !! Je fais un deuxième, puis un troisième tour, je me fais rejoindre et dépasser par Dimitri, un des instructeurs avec lequel, entre charentaises, on avait "fait" la Sardaigne en mai 2012 ...
Il me fait signe de le ... suivre ou, en tout cas, d'essayer !! Je hausse le rythme, en tout cas, j'essaye ;-)
Je commence à faire grimper l'aiguille du compte-tours et à taper des rapports, deux fois en bas, une fois en haut en n'oubliant pas les vroum vroum de circonstance !
Je vois qu'il se retourne et qu'il est obligé de m'attendre ... Et merde ! Y a du chemin à faire !! Mais bon, je suis un bleu après tout, non ?

23:23 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : les ecuyers 2014

06/05/2014

Journée sur le Circuit des Ecuyers : matin !!

IMG_4108.JPGFaut absolument que je raconte cette journée inoubliable avant de tout oublier ;-))
Je resitue le truc ? Journée de "détente mécanique" organisée par Cap Moto sur un circuit situé en Champagne, loin des bouchons !!
Nous sommes le lundi 28 avril, il est 7H00, le réveil sonne. Je me réveille à côté de l'ami Gull avec lequel je partage la chambre pour l'occasion. Passage sous la douche avant d'enfiler la tenue. Sans doute pour la 1ère fois en 14 ans de moto, je glisse le pantalon DANS les bottes. Depuis toujours en effet, je laisse le pantalon par dessus. Mais là, je me suis dit que si je venais à chuter et glisser sur le bitume, le pantalon maintenu dans la botte ne se retrousserait pas. Voyez l'état d'esprit dans lequel j'étais ... En même temps, il vaut mieux prévenir que guérir, n'est-il pas ?
Après un petit déjeuner varié et un passage obligé "chez Jules ... de chez Schmidt en face" on a pris la direction du circuit des Ecuyers à Beuvardes aidés par le road-book téléchargé sur le Tripy.
D'une longueur totale de 3,5 km, on le doit à un gars du cru qui exploitait un haras et/ou un manège avant de convertir le site en circuit : après les chevaux de chair, les chevaux de fer comme on appelle parfois nos motocyclettes !! Voilà pour l'explication de l'appellation.
Au moment de remplir le bulletin d'inscription à l'évènement, il fallait indiquer s'il s'agissait
- d'un premier stage sur le circuit (première expérience)
- d'un second (voir +) stage auquel cas une formation correspondante était souhaitée
- d'un "gnègnème" stage avec, dans ce cas, la possibilité de rouler librement et d'être coaché par un instructeur (ou pas !)
Comme on était en France, pays peuplé de ... tricolores comme dirait l'ami Rémy TISSIER, on avait les 3 couleurs à notre disposition : le bleu pour ... les bleus, le blanc pour les "formations" et le rouge pour les "libres" !
Perso, j'ai beau avoir 14 ans d'expérience en 2 roues, à part 2 ou 3 tours à Mettet lors d'un "Télévie", je ne les ai jamais posées sur un circuit. Il était donc normal de rejoindre le rang des bleus. De toute manière, Pierre-Yves m'avait déjà dit qu'en fonction du niveau "réel", il était toujours possible de monter en catégorie ou, pour les présomptueux, d'en descendre ...
Ainsi donc, après la distribution des stickers bleu, blanc, rouge, chacun gagna sa monture pour l'y coller avant l'écolage ;-)
Pendant que les blancs et les rouges prenaient d'assaut 2,3 des 3,5 kilomètres du circuit et avant de nous lancer sur le kilomètre 200 restant, Serge, un des instructeurs, nous expliqua l'intérêt de ce stage. En gros, contrairement à ce que d'aucun pourrait penser, ce n'est pas pour bêtement "ouvrir en grand" mais à notre niveau de débutant, c'est essentiellement pour mieux appréhender les trajectoires les plus "safe" comme on dit en français et pour acquérir plus d'aisance et de "mobilité" sur la moto ainsi que la fameuse "technique du regard" dont tout le monde parle sans jamais l'avoir vue ;-)

Premier exercice. Dans le bout de ligne droite qui nous était dévolu, une série de cônes sont placés à bonne distance les uns des autres : à nous de slalomer d'abord en inclinant simplement les épaules et, dans un second temps, en accompagnant ce mouvement avec le bas du corps. Combien de motards restent figés, droits comme des "i" majuscules sur leur machine dans ce qu'ils croient être la bonne posture ! Ce n'est pas parce qu'on est 99,99% du temps sur route ouverte, que ce genre de fantaisie est interdite. Elle est notamment bien utile sous la pluie car, autant vous augmentez VOTRE angle par rapport à la moto, autant vous réduisez SON angle par rapport à la route en gardant ainsi un plus grand contact pneu/bitume, non ??
Cela dit, perso, autant les épaules ça passait, autant j'ai eu du mal à "danser" sur la bécane. J'avais même l'impression que de balancer ainsi d'un côté à l'autre de la selle avait plutôt pour effet de la déstabiliser, voyez ... Mais sans doute était-ce parce que je restais trop "accroché" au guidon.
Deuxième exercice. Dans le premier des 2 virages appelés "Les associés", les maîtres de stage avait placé d'autres cônes ... un peu en dépit du bon sens, sans doute justement pour nous faire travailler "le regard". Il s'agissait d'arriver sur les cônes en freinant, puis de plonger à la corde dans un angle fort fermé ... en préparant le mouvement. Plus tard, ils nous ont expliqué l'intérêt de faire "vroum vroum" avant de descendre une vitesse, cela afin d'adoucir la liaison moteur/transmission. Si cela semblait tout naturel pour certains, d'autres ne l'ont pas saisi à mon avis. Cela étant, avec les DCT, quickshifter et autre seamless actuels, cette "technique" se perd complètement !! Là, perso, pour faire "vroum vroum", pas de souci ;-))
On nous a laissé faire quelques tours ainsi, le circuit toujours parsemé de cônes pour nous faire travailler ces points particuliers. Au bout de la ligne droite, Pierre-Yves se dandinait d'un pied sur l'autre pour nous inciter à bouger sur la moto pendant que Serge tendait l'oreille pour ... voir (?) si on faisait bien les vroum vroum, tandis que plus loin, Dimitri et un autre acolyte, surveillait notre approche des cônes et de la corde au virage I des Associés. A un moment, il m'a fait des grands signes pour que je m'arrête et il m'a gentiment engueulé !! En fait, l'angle était tellement serré à cet endroit que je sortais la jambe ... intérieure (?) au virage (!) pour ... me rassurer, genre : "si je glisse, je me rattrape et je redresse la mob à la force du mollet", voyez ?? Autant dire qu'après sa remarque, j'ai bien gardé le pied sur le repose-pied en essayant de serrer bouger les fesses pour réduire l'angle ...
A 10h30 environ, on a fait une pause pour calmer les esprits et se remettre de ces premières et nouvelles émotions ...
Il y avait toutes sortes de boissons NON alcoolisées (ben tiens !!) à disposition ainsi que des encas pour les petites fringales.
Pendant la pause, les instructeurs ont enlevé tous les cônes de sorte que, lorsqu'on a repris la piste, on a pu aller droit au but et prendre E-N-F-I-N les bonnes trajectoires sans tortiller ;-))
A un moment, un mesquin crachin s'invita sur le circuit et on craignit pour la suite des festivités mais il ne dura heureusement que peu de temps et n'eut même pas le temps de mouiller la piste, ouf !!
Après quelques tours, les quelques virages qui agrémentaient ce "mini tronçon" de 1.2 km n'avaient plus de secret pour les plus francs. Le pif-paf notamment était fort sympathique et permettait de faire la différence sur les plus frileux ;-)). S'il avait été recommandé de ne dépasser qu'en ligne droite, la tentation de faire les intérieurs ou les extérieurs suivant affinité était très grande. Cela a dû en effrayer l'un(e) ou l'autre car je fus témoin d'au moins une mise au point entre R et N par exemple. C'est qu'on se prend vite au jeu hélas ;-))
Avec tout ça, le temps passa à la vitesse grand V et il était déjà midi : l'heure était venue de ranger les machines et de se restaurer !!
Il y avait toutes sortes de sandwiches à disposition; confectionnés par au moins deux charmantes bénévoles que je remercie au passage !! Il y avait également des fruits et des boissons jusqu'à plus soif ! Je me suis retrouvé assis à côté d'un gars qui avait des traces vertes sur sa veste. J'ai d'abord naïvement cru qu'il s'était allongé dans l'herbe pour une courte sieste mais ... il n'en était rien. Il ne s'était pas allongé mais vautré dans l'herbe. Il nous a raconté l'épisode avec une telle bonne humeur que nous en avons beaucoup ri tout en compatissant, c'est évident !! Avec son pote, il nous en a racontées d'autres, tout aussi ... dramatiquement drôles ;-)) Quelques bouts de "scotch" plus tard, sa K1600 était +/- rafistolée et il a repris la piste comme si de rien n'était : bravo à lui !!
Les hostilités reprenaient à 14 heures. Cette fois chaque groupe allait avoir accès à toute la piste à raison de 20 minutes par heure. L'honneur étant donné d'abord aux rouges, puis aux blancs et enfin au bleus, nous allions devoir attendre jusqu'à 14h40. Nous en avons donc profité pour faire un semblant de sieste : c'est que ces quelques heures passées sur la piste au matin, ça nous avait bien entamé l'adrénaline ;-))

A suivre ...

21:43 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : les ecuyers 2014

04/05/2014

Thérèse l'Effrontée ...(Jerez de la Frontera)

Il y a des priorités à respecter ...
Si j'ai fort envie de vous raconter ma première journée sur circuit, il faut bien admettre que les 3 championnats méritent autrement la Une ! Dans quelques minutes sera donné le départ de la course en moto3 : voir ces gamins se battre à du 220 km/heure sur des motos avec des roues de bicyclette, avec leur corps qui déborde de partout, c'est toujours très impressionnant ! Et puis il y a le petit Livio qu'on aimerait voir sur le podium ... même si ça ne va pas être coton cette fois : 24ème temps aux essais qualificatifs hier et 12ème ce matin au warm-up. En plus, j'apprends qu'il est le seul à être parti avec un soft à l'arrière et alors qu'il reste 16 tours, il est 21ème. S'il ramène 1 point, ça sera bien !!
En Moto2, Xavier partira de la 12ème place alors que ce matin il a fait le 7ème temps, à 215 millièmes du meilleur. Quand on regarde les temps des qualifs, on voit que les 20 premiers sont dans la même seconde !! C'est dire si tout est possible !
Livio, 18ème et il reste 7 laps to go ...
Aïe, il vient de chuter !!
Pas de Marcha Real en Moto3, c'est toujours ça de pris : Romano FENATI arrache sa 2ème victoire d'affilée . Le team Sky estampillé VR46 gagne en terre andalouse : c'est le patron qui doit être content. Si ça pouvait l'inspirer pour tout à l'heure ... Faut pas qu'il finisse 4ème en tout cas !!!!
Allez, place à la Moto2 ...
Bizarre ces écarts : alors que KALLIO caracole en tête, les autres suivent à bonne distance en groupes de 2 ou 3. On s'attendait à autre chose au vu des chronos en qualif ... Attendons voir au niveau de l'usure des pneus, peut-être cela se regroupera-t-il en fin de course.
SIMEON est 8ème pour le moment.
7ème maintenant mais le retard sur le 6ème grandit tour après tour ...La bagarre, comme le précisent les commentateurs d'Eurosport, c'est contre le chrono qu'elle se dispute, à coup de dixième : garder le rythme pour garder sa position.
Pas de Marcha Real en Moto2 ... Mika KALLIO, 31 ans et 201 grands prix, un papy quelque part, monte sur la plus haute marche du podium devant AEGARTER et FOLGER, respectivement hélvète et germain !!
La catégorie reine maintenant. MARQUEZ a décroché sa 4ème pole avec 401 millièmes d'avance sur LORENZO et un peu plus encore sur PEDROSA, en battant ainsi le record absolu de la piste en 1.38.120, mieux que LORENZO en 2008 ... Je pense que ces 3 là vont "venger" les ibères en squattant les 3 marches du podium. J'espère secrètement que Le Dottore viendra régler la question en les mettant tous trois d'accord : forza Valentino !!!
Dilemme : regarder la belle et souriante Guénaelle LONGY sur Eurosport ou revoir les qualifs sur La Deux ? Je me tâte ;-)) Faudrait quand même qu'elle trouve une solution pour ses cheveux ... Je vais lui refiler l'adresse de ma sœur !!
En vrac : PETRUCCI forfait, poignet cassé au warm-up ! 27 ans aujourd'hui pour LORENZO et 200ème grand prix. 100ème grand prix pour MARQUEZ.
C'est parti pour le tour de chauffe ...
Les 4 fantastiques ont déjà pris la poudre d'escampette : MARQUEZ, ROSSI, LORENZO et PEDROSA sont loin devant. Marc a plus de 2 secondes d'avance sur Valentino qui a monté un pneu dur à l'avant. Qui sait s'il ne lui servira pas en fin de course ??
ROSSI maintient bien sa 2ème place alors que PEDROSA menace de plus en plus LORENZO pour la 3ème place ...
10 laps to go ... RAS
PEDRO passe LORE et fond sur VALE ...
4 laps to go et 576 millièmes entre Vale et Dani ... Pff, pff, pff ..
Voilå, c'est fini :
1.MARQUEZ - 2.ROSSI - 3.PEDROSA
4.LORENZO - 5.DOVIZIOSO - 6.BAUTISTA
7.ESPARGARO A. - 8.SMITH - 9.ESPARGARO P.
10.BRADL - 11.HAYDEN - 12.AOHYAMA
13.REDDING - 14.HERNANDEZ - 15.BARBERA
16. LAVERTY - 17. PARKES
Bravo à MARQUEZ, bravissimo à ROSSI et chapeau à tous pour cette belle course !
On aimerait quand même voir quelqu'un d'autre sur la plus haute marche du podium ... car ça devient lassant !
Marcha Real en Moto GP !
100/100 pour M.M. : nous fera-t-il un 450/450 ?? Il est bien parti !!

10:55 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

02/05/2014

Les Ecuyers, suite de la suite ...

Bleus Circuit 9 - 19.JPGC'est bien vrai qu'on a quitté Signy sous un ciel gris souris et un fin crachin, j'avais failli l'oublier. Et c'est vrai aussi que la pluie allait crescendo en nous accompagnant mais pas au point de prendre la décision de s'arrêter pour enfiler les plastiques car, au fur et à mesure que l'horizon se rapprochait (??), les éclaircies s'annonçaient !!
Rethel, Perthes, Aussonce, Epoye et Sillery où nous nous arrêtons devant la Nécropole et où Gull y va d'un "jet d'éléphant d'Afrique saoul d'avoir bu 50 litres de Krotembourg"", ce n'est pas moi qui le dis, c'est lui ! C'est qu'il a une belle défense descente l'ami Gull !!
Nous y croisons un des participants sur sa 700 GS qui s'inquiète de savoir si nous sommes dans les premiers ou les derniers ...
Nous le retrouverons lors de notre arrêt suivant, au détour de Verzenay, de son moulin et de son phare. Nous y marquons un bref arrêt pour prendre la pause. Les lieux ont déjà été visités, de la cave au grenier, lors d'un précédent mini-trip dans la "Montagne de Reims"en 2012 avec les copains ...
On continue sur Verzy, puis Louvois, puis Pierry et Saint-Martin-d'Albois situé au WP 68 du road-book.
On avait convenu d'un arrêt "café" et plutôt que de continuer à gauche, nous avons pris à droite, en direction du centre, à la recherche d'un bistrot ...
Je suis passé devant le Bar Tabac sans vraiment le voir et c'est Gull qui me l'a signalé au moment de faire demi-tour. On a planté les motos sur le trottoir et sommes entrés à l'intérieur dedans ;-)
Perso j'ai pris un café alors que Pierre a demandé s'il y avait une bière spéciale.troll.jpg Il a pris une "Troll" que je ne connaissais pas j'avoue ... alors qu'elle est brassée chez nous, près de Lessines à l'en croire. Vérification faite c'est à Pipaix (!!) que ça se brasse, non loin de Leuze-en-Hainaut. Cette image me fait penser à la photo "morphée" qu'Henri avait faite de votre serviteur et qui se trouve quelque part en bas du bandeau de droite sur votre écran ...
A notre grande surprise, le patron nous offrit la seconde tournée ! Plus tard, il vint avec un tas de bibelots, des surplus de tombola si j'ai bien compris dont notamment des porte-clés avec des trèfles à 4 feuilles, des bracelets en plastic, des bouchons à bouteille de Champagne et ... une balle en mousse de forme ovale que je m'empressai de lancer au Jack Russel qui gambadait dans le bistrot ! Marrant le cabot et bien dressé : il faisait des roulés-boulés sur commande ...
On est repartis avant d'en faire autant ;-)
Après Orbais L'Abbaye et Lebreuil on a marqué l'arrêt devant le Château de Condé-en-Brie. La grille en était masquée par une énorme banderole que j'ai dû habilement contourner pour lui tirer le portrait. J'ai aussi fait une photo sur le pont qui enjambe la Dhuys qui traverse la charmante bourgade.
Nous touchions au but. Il restait 34 km et 418 mètres pour atteindre l'hôtel. Etant donné que le circuit se trouvait à michelin mi-chemin, nous y avons marqué l'arrêt un instant. Si on avait pu, on aurait été le reconnaître en cachette pour l'appréhender avant les autres débutants ;-))
Restait à traverser Bézu-Saint-Germain pour atteindre Château-Thierry, à la périphérie duquel se trouvait "Le Campanile". Alors que j'investissais le parking, je vis que Gull s'était arrêté à la station service juste en face, comme préconisé par les organisateurs de sorte que j'en fis de même : on est disciplinés ou on ne l'est pas !!
Retour au parking, déchargement des bagages, sac de réservoir et top-case, l'un comportant les chaussures et les vêtements de pluie alors que l'autre contenait le reste !
Installation sommaire, toilette sommaire et direction le bar où on n'attendait plus que nous ou presque ;-)
Nous avons appris qu'un des participants était à l'hôpital de Reims après une chute sur la route : y en a qui n'ont pas de bol vraiment !!
Comme j'en avais parlé au matin à Aische avec Pierre-Yves et Paul, ils ont fait tout leur possible pour qu'on puisse regarder la course de Moto GP d'Argentine sur l'Autodromo Termas de Rio Hondo. La mise en place a été un peu difficile (pas de câble HDMI, connexion Wifi laborieuse, interface PC portable / beamer compliquée) mais ils y sont arrivés. Il a juste fallu que j'accepte de donner le "sésame" d'accès au site de MotoGP.com auquel je suis abonné via "Video Pass", ce que je fis de bonne grâce ... sous peine de me faire lyncher ;-)))
Nous sommes ensuite passés au buffet pour les entrées. Nous avons reçu le plat à table : un ragout de porc tiède au curry accompagné de "penne" plus tièdes encore, pas de quoi casser trois pattes à un canard à l'orange ou laqué, c'est vous qui voyez. Heureusement, nous étions en bonne compagnie, de quoi faire oublier ce ... mauvais moment. On s'est rattrapé sur le vin et les desserts, plutôt variés et savoureux.
Nous avons gagné la chambre vers 22H15/22H30 après avoir compté les motos. Le truc c'est que je ne me souviens pas plus que ça de ce point particulier. Etait-ce 12 BMW pour une trentaine de motos ? J'ai des doutes ...
Ce qui est sûr, c'est que nous avons passé une bonne nuit de repos et que nous avons réglé les réveils matin sur 7H00. Nous étions attendus au circuit entre 8h30 et 8h45. Il était hors de question de se mettre en retard !!!

22:57 Écrit par Alberto | Commentaires (4) | Tags : les ecuyers 2014