13/05/2014

Stage de détente mécanique en Champagne ...

Ben ouais, on n'en est pas encore revenu de c't'affaire !!!
Pour rappel, le stage durait 3 jours, du dimanche 28 au mardi 30 avril. J'en étais resté à la soirée du 29 et au repas "plus blanc que blanc" qu'on aurait cru qu'il était sponsorisé par de la poudre à lessiver ...
Après les desserts et le café, quoi de plus normal pour certains que de prendre le pousse, puis le pousse-pousse, puis le dernier pour la route, les chambres n'étant pas bien loin ... Je reviens là-dessus parce que l'ami Pierre m'a rappelé cet épisode. Si je me suis plaint du prix prohibitif de la grande bière, pratiquement un prix de marché noir lors de la prohibition voyez, il y en a qui ont profité d'une jeune serveuse la veille au soir ... nan, j'ai pas dit "de la vieille serveuse à jeun au soir" !!
En fait 3 ou 4 piliers de comptoir, amateurs de troisièmes mi-temps, s'en sont mis plein derrière le coltard et ont descendu une bouteille de grappa en 3 verres chacun tant les verres étaient remplis à ras bord façon Perrier par la demoiselle inexpérimentée. Ils ont même sifflé des fonds de bouteille gratuitement : ils l'ont sans doute convaincue que c'était pratique courante Outre-Quiévrain mais de l'autre côté bien entendu ...
Mais ce soir, nada. Jacques est allé jusqu'en cuisine pour discuter le coup, mais il est revenu bredouille ou presque. Je dis presque parce j'ai quand même vu tourner des verres d'alcool mais ... remplis comme il fallait. J'ai poliment refusé car si je tiens plutôt mal le vin, je ne tiens pas du tout la gnôle, toute bonne soit-elle, ainsi soit-il !! Non, même pas le vin de messe ;-))
Dernière anecdote avant de quitter définitivement l'hôtel et prendre la route du retour ...
Je voulais évoquer l'épisode "chute de Jacques" que j'ai abordé précédemment. Il faut savoir que le gars était équipé d'une veste avec airbag. Carrément !
Si je ne me trompe pas, c'était un système avec cordon de sécurité qui relie la veste à la moto. Le système a manifestement bien fonctionné et contrairement à ce que je pensais, le tout est parfaitement réutilisable. On attend quelque 20 secondes, le temps que les airbags se dégonflent, on remet une bonbonne de gaz en place et on repart comme en 40 ... Avouons qu'il faut être drôlement gonflé pour repartir aussi sec (à propos, encore un p'tit coup ?) et encore faut-il que la machine n'ait pas trop souffert de l'incident.
Je pensais naïvement que cet attirail ne servait qu'une fois voyez ? C'est dire si le sujet m'avait fortement intéressé jusque là !! Faut dire aussi que lorsqu'on débourse dans les 500-600 € voire plus pour cet équipement de sécurité, on ne s'attend pas à le "jeter" à la première occasion ... A en croire le Jacques, qui le fait bien d'ailleurs, (soit dit entre charentaises), cela aura sauvé la vie d'au moins un de ses compagnons de route.
Les gars qui l'ont vu tomber racontent qu'ils l'ont vraiment vu rebondir sur le bitume. Et moi d'en remettre une couche, j'en tenais probablement une petite, en disant qu'il rebondissait toujours à l'heure où l'on parlait et qu'on l'avait surnommé "la balle magique" !!
Bon, sur ce, je promets de raconter le retour demain sans faute. En attendant sachez qu'on a pas préparé les valises la veille en se disant qu'on aurait largement le temps de le faire le lendemain matin : la procrastination a du bon !!
Bonne nuit !!!

23:37 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : les ecuyers 2014

Les commentaires sont fermés.