06/05/2014

Journée sur le Circuit des Ecuyers : matin !!

IMG_4108.JPGFaut absolument que je raconte cette journée inoubliable avant de tout oublier ;-))
Je resitue le truc ? Journée de "détente mécanique" organisée par Cap Moto sur un circuit situé en Champagne, loin des bouchons !!
Nous sommes le lundi 28 avril, il est 7H00, le réveil sonne. Je me réveille à côté de l'ami Gull avec lequel je partage la chambre pour l'occasion. Passage sous la douche avant d'enfiler la tenue. Sans doute pour la 1ère fois en 14 ans de moto, je glisse le pantalon DANS les bottes. Depuis toujours en effet, je laisse le pantalon par dessus. Mais là, je me suis dit que si je venais à chuter et glisser sur le bitume, le pantalon maintenu dans la botte ne se retrousserait pas. Voyez l'état d'esprit dans lequel j'étais ... En même temps, il vaut mieux prévenir que guérir, n'est-il pas ?
Après un petit déjeuner varié et un passage obligé "chez Jules ... de chez Schmidt en face" on a pris la direction du circuit des Ecuyers à Beuvardes aidés par le road-book téléchargé sur le Tripy.
D'une longueur totale de 3,5 km, on le doit à un gars du cru qui exploitait un haras et/ou un manège avant de convertir le site en circuit : après les chevaux de chair, les chevaux de fer comme on appelle parfois nos motocyclettes !! Voilà pour l'explication de l'appellation.
Au moment de remplir le bulletin d'inscription à l'évènement, il fallait indiquer s'il s'agissait
- d'un premier stage sur le circuit (première expérience)
- d'un second (voir +) stage auquel cas une formation correspondante était souhaitée
- d'un "gnègnème" stage avec, dans ce cas, la possibilité de rouler librement et d'être coaché par un instructeur (ou pas !)
Comme on était en France, pays peuplé de ... tricolores comme dirait l'ami Rémy TISSIER, on avait les 3 couleurs à notre disposition : le bleu pour ... les bleus, le blanc pour les "formations" et le rouge pour les "libres" !
Perso, j'ai beau avoir 14 ans d'expérience en 2 roues, à part 2 ou 3 tours à Mettet lors d'un "Télévie", je ne les ai jamais posées sur un circuit. Il était donc normal de rejoindre le rang des bleus. De toute manière, Pierre-Yves m'avait déjà dit qu'en fonction du niveau "réel", il était toujours possible de monter en catégorie ou, pour les présomptueux, d'en descendre ...
Ainsi donc, après la distribution des stickers bleu, blanc, rouge, chacun gagna sa monture pour l'y coller avant l'écolage ;-)
Pendant que les blancs et les rouges prenaient d'assaut 2,3 des 3,5 kilomètres du circuit et avant de nous lancer sur le kilomètre 200 restant, Serge, un des instructeurs, nous expliqua l'intérêt de ce stage. En gros, contrairement à ce que d'aucun pourrait penser, ce n'est pas pour bêtement "ouvrir en grand" mais à notre niveau de débutant, c'est essentiellement pour mieux appréhender les trajectoires les plus "safe" comme on dit en français et pour acquérir plus d'aisance et de "mobilité" sur la moto ainsi que la fameuse "technique du regard" dont tout le monde parle sans jamais l'avoir vue ;-)

Premier exercice. Dans le bout de ligne droite qui nous était dévolu, une série de cônes sont placés à bonne distance les uns des autres : à nous de slalomer d'abord en inclinant simplement les épaules et, dans un second temps, en accompagnant ce mouvement avec le bas du corps. Combien de motards restent figés, droits comme des "i" majuscules sur leur machine dans ce qu'ils croient être la bonne posture ! Ce n'est pas parce qu'on est 99,99% du temps sur route ouverte, que ce genre de fantaisie est interdite. Elle est notamment bien utile sous la pluie car, autant vous augmentez VOTRE angle par rapport à la moto, autant vous réduisez SON angle par rapport à la route en gardant ainsi un plus grand contact pneu/bitume, non ??
Cela dit, perso, autant les épaules ça passait, autant j'ai eu du mal à "danser" sur la bécane. J'avais même l'impression que de balancer ainsi d'un côté à l'autre de la selle avait plutôt pour effet de la déstabiliser, voyez ... Mais sans doute était-ce parce que je restais trop "accroché" au guidon.
Deuxième exercice. Dans le premier des 2 virages appelés "Les associés", les maîtres de stage avait placé d'autres cônes ... un peu en dépit du bon sens, sans doute justement pour nous faire travailler "le regard". Il s'agissait d'arriver sur les cônes en freinant, puis de plonger à la corde dans un angle fort fermé ... en préparant le mouvement. Plus tard, ils nous ont expliqué l'intérêt de faire "vroum vroum" avant de descendre une vitesse, cela afin d'adoucir la liaison moteur/transmission. Si cela semblait tout naturel pour certains, d'autres ne l'ont pas saisi à mon avis. Cela étant, avec les DCT, quickshifter et autre seamless actuels, cette "technique" se perd complètement !! Là, perso, pour faire "vroum vroum", pas de souci ;-))
On nous a laissé faire quelques tours ainsi, le circuit toujours parsemé de cônes pour nous faire travailler ces points particuliers. Au bout de la ligne droite, Pierre-Yves se dandinait d'un pied sur l'autre pour nous inciter à bouger sur la moto pendant que Serge tendait l'oreille pour ... voir (?) si on faisait bien les vroum vroum, tandis que plus loin, Dimitri et un autre acolyte, surveillait notre approche des cônes et de la corde au virage I des Associés. A un moment, il m'a fait des grands signes pour que je m'arrête et il m'a gentiment engueulé !! En fait, l'angle était tellement serré à cet endroit que je sortais la jambe ... intérieure (?) au virage (!) pour ... me rassurer, genre : "si je glisse, je me rattrape et je redresse la mob à la force du mollet", voyez ?? Autant dire qu'après sa remarque, j'ai bien gardé le pied sur le repose-pied en essayant de serrer bouger les fesses pour réduire l'angle ...
A 10h30 environ, on a fait une pause pour calmer les esprits et se remettre de ces premières et nouvelles émotions ...
Il y avait toutes sortes de boissons NON alcoolisées (ben tiens !!) à disposition ainsi que des encas pour les petites fringales.
Pendant la pause, les instructeurs ont enlevé tous les cônes de sorte que, lorsqu'on a repris la piste, on a pu aller droit au but et prendre E-N-F-I-N les bonnes trajectoires sans tortiller ;-))
A un moment, un mesquin crachin s'invita sur le circuit et on craignit pour la suite des festivités mais il ne dura heureusement que peu de temps et n'eut même pas le temps de mouiller la piste, ouf !!
Après quelques tours, les quelques virages qui agrémentaient ce "mini tronçon" de 1.2 km n'avaient plus de secret pour les plus francs. Le pif-paf notamment était fort sympathique et permettait de faire la différence sur les plus frileux ;-)). S'il avait été recommandé de ne dépasser qu'en ligne droite, la tentation de faire les intérieurs ou les extérieurs suivant affinité était très grande. Cela a dû en effrayer l'un(e) ou l'autre car je fus témoin d'au moins une mise au point entre R et N par exemple. C'est qu'on se prend vite au jeu hélas ;-))
Avec tout ça, le temps passa à la vitesse grand V et il était déjà midi : l'heure était venue de ranger les machines et de se restaurer !!
Il y avait toutes sortes de sandwiches à disposition; confectionnés par au moins deux charmantes bénévoles que je remercie au passage !! Il y avait également des fruits et des boissons jusqu'à plus soif ! Je me suis retrouvé assis à côté d'un gars qui avait des traces vertes sur sa veste. J'ai d'abord naïvement cru qu'il s'était allongé dans l'herbe pour une courte sieste mais ... il n'en était rien. Il ne s'était pas allongé mais vautré dans l'herbe. Il nous a raconté l'épisode avec une telle bonne humeur que nous en avons beaucoup ri tout en compatissant, c'est évident !! Avec son pote, il nous en a racontées d'autres, tout aussi ... dramatiquement drôles ;-)) Quelques bouts de "scotch" plus tard, sa K1600 était +/- rafistolée et il a repris la piste comme si de rien n'était : bravo à lui !!
Les hostilités reprenaient à 14 heures. Cette fois chaque groupe allait avoir accès à toute la piste à raison de 20 minutes par heure. L'honneur étant donné d'abord aux rouges, puis aux blancs et enfin au bleus, nous allions devoir attendre jusqu'à 14h40. Nous en avons donc profité pour faire un semblant de sieste : c'est que ces quelques heures passées sur la piste au matin, ça nous avait bien entamé l'adrénaline ;-))

A suivre ...

21:43 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : les ecuyers 2014

Les commentaires sont fermés.