30/07/2013

Les motos ont des oreilles ?

CASQUE A OREILLES.jpgBen oui, puisque Jacques se penche sur elles et leur parle !
Il y en a même qui écoutent et qui dodelinent de la tête de fourche pour confirmer qu'elles ont tout bien compris !!
Bon, ouvrez-bien les vôtres car je vais enfin vous faire le compte-rendu de cette sortie du 14 juillet et, soyez bien attentifs, car je ne le répéterai pas !!
Ce matin là nous avons regardé le warm-up du Moto GP, Henri a pris un café au lait sucré, une espèce de sorte de "noisette" en quelque sorte, alors que Jacques n'a même pas accepté un verre d'eau. Comme j'étais le régional de l'étape et, quelque part, l'instigateur de cette virée, fier comme bar tabac, j'ai pris la tête du petit convoi. C'était sans compter avec un caprice que me fit le Tripy, m'fi ! Il indiquait bien la trace sur le côté droit de l'écran, mais il restait figé sur le message d'accueil. Pas évident dès lors de rouler sereinement et c'est donc Henri qui est parti devant. Heureusement, le problème s'est résolu quelques kilomètres plus loin et j'ai repris les rennes.
Fromiée, Biesme, Stave, Biesmerée, Ermeton-sur-Biert, Maredret, Sossoye, Anhée et Yvoir où un panneau de sens interdit a été planté à l'insu du plein gré du road-book tracé, il est vrai, il y a quelques années. Jacques prend le relais et nous remet sur le droit chemin trois ou quatre way-points plus loin ... On arrive dans Crupet, un Crupet bondé : des voitures partout, des piétons encore plus partout, on est obligé de rouler au pas ... ou pas, houba houba ! C'est en plus le moment que j'ai choisi pour me gourer à hauteur d'un "Y" en prenant à droite plutôt qu'à gauche. Comme un bleu, j'ai en plus entrepris un demi-tour alors que la route était étroite et en montée, de sorte que je me suis retrouvé coincé derrière une voiture stationnée. Impossible de sortir la béquille latérale, cette saloperie de route étant en plus en devers et contre tous, impossible de reculer sans descendre de moto, sans béquiller (!!) et en espérant avoir assez de force pour la tirer en arrière ... C'est que ça dépasse les 200 kilos ces machines-là ! Heureusement, Henri a vite compris : il a planté sa Tiger presqu'au milieu du chemin et s'est précipité pour donner le coup de main salvateur. C'est beau l'Amitié !!
On rattrape Jacques qui nous attendait à hauteur du château et le trio continue sur Durnal, Dorinne, Lisogne, Thynes, Sorinnes et Foy-Notre-Dame. Ce n'est certes pas la première fois qu'on s'arrête-là mais, sauf erreur ou omission, je n'avais pas encore visité l'église bien qu'à la réflexion, un doute m'assaille !
Quelques photos plus tard et après un court conciliabule on convient de manger sur place. Entendons-nous, on ne s'est pas installé dans la sacristie à manger des hosties et boire du vin de messe, non ! Par chance il y a un bar restaurant juste à côté du lieu de culte !
Et c'est là que j'ai mangé le "filet américain frites" à 18 € comme je l'ai déjà écrit lorsque j'ai raconté la virée du sept ! 16 € les boulettes sauce tomate et 22 € le steak, ce n'est clairement pas donné même si ce sont là les tarifs pratiqués dans notre petit royaume ... Nous étions "entre la poire et le fromage" comme on dit, même si nous n'avons pas tous pris un dessert, quand arriva un groupe de motards encadré par des capitaines de route, un groupe très hétéroclite, avec des sportives, des customs, des trails et des néo-rétros. Un gars est arrivé près de nous et a demandé à qui appartenait la (splendide) Tiger blanche ? J'ai demandé : Pourquoi ? Elle est tombée ?? Il m'a dit qu'il avait la même avant mais version XC et qu'il avait un pot à vendre, un pot SBK LeoVinci qu'il me laissait pour 150 €. Une affaire sans doute mais lorsque je lui ai demandé si à la coupure des gaz ça continuait à ratatouiller façon crécelle et qu'il m'a répondu par l'affirmative, j'ai décliné l'offre. Henri ajouta qu'on n'aimait pas le bruit et qu'on attendait avec impatience les motos électriques ... Pas sûr de ça, je fabule sans doute ... Je me rappelle qu'Henri était venu avec une revue et qu'il a aussi montré un intérêt certain pour la "nouvelle" Suzuki 1250 FA, une Bandit équipée d'un carénage intégral et d'une bagagerie complète à un prix défiant toute concurrence. Il a manifestement été très content de sa précédente "B12" et il se pourrait qu'il soit prêt à renouveler l'expérience. Affaire à suivre comme on dit dans le milieu des affaires ... à suivre ;-))

Hum ... Ce n'est pas encore cette fois que je terminerai ce compte-rendu, sorry ! Il est tard et en plus, en checkant mes e-mails, je viens de voir que Cap Moto nous avait envoyé toutes les infos pour le futur voyage sur l'Ile de Man : enfin de la lecture intéressante, ça manquait !!
Bonne nuitée !!

22:12 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.