01/06/2013

Dordogne 2013, jour 6 !!!!!!

dordogne 2013Même pas envie de raconter ce 6ème jour ...
Voilà qui tombe bien, me direz-vous, car vous n'avez pas plus envie de savoir ce qui s'est passé !!
Et bien tant pis, je me lance : vous n'êtes de toute façon pas vraiment obligés de lire ce compte-rendu de fin de voyage, n'est-ce pas ?
Ainsi donc, nous étions à Bourges ville bien connue pour son printemps, le fameux "Printemps de Bourges" !!
Et de printemps, il en était finalement bien question ce matin là car, comme le dit François dans le début de son rapport du jour, "C'est inespéré : il fait beau !" Lustucru ??
Comme le dit aussi François, le petit-déjeuner n'a pas laissé de souvenir "imputrescible" ... contrairement aux fruits "frais" qui avaient tous une toute petite mine, comme s'ils avaient fait la bringue toute la nuit !
Mais bon, on va pas faire la fine bouche : ça reste un hôtel étape, rien de plus ... avec sèche-cheveux dans la chambre tout de même. Je sais ça n'émeut pas les chauves ;-))
Et donc, comme à chaque fois, j'ai aidé au chargement de la Golf qui a aussi transporté un sac souple appartenant à Solange & Jacques.
Avant de quitter les lieux, j'ai graissé la chaîne de la Tiger. Je sais, on est censé faire ça à chaud mais la veille, j'ai été trop fade pour le faire. Henri m'a aidé à la mettre sur la béquille centrale et il a aussi tapé du pied sur le pneu pour qu'il tourne et que je puisse ainsi généreusement badigeonner les o-rings !
Il n'y avait plus qu'à lever le camp. Le road-book affichait 416.9 kms jusqu'à Vervins et puis ... plus rien.
Il est vrai qu'à partir de là, la Belgique étant tellement vaste, chacun pouvait bifurquer vers le Nord ou le Nord Nord Est ou le Nord Nord Ouest pour regagner son lieu de résidence ...
Dernier point avant de partir pour de bon. Il n'y avait qu'un "spot" touristique prévu cette fois et c'était "BOURGES au kilomètre Zéro". Autant dire qu'on l'a zappé, d'autant que François, Didier, Jacques et Solange, arrivés 3 heures avant moi la veille à l'hôtel, avaient visité la ville à pied, de part en rempart ... Hein ? Y a pas de remparts à BOURGES ? Ho, hé , c'était juste pour le jeu de mot(s), saisissez ça ?? Evidemment, si j'avais dit : "ils ont visité Carcassonne de part rempart" c'eut été encore plus drôle, voyez ?? Le truc c'est que Carcassonne n'était pas sur le road-book donc, c'eut tombé à plat ou à côté de la plaque, c'est selon qu'on est immatriculé ou pas !!
Et donc, nous voilà E-N-F-I-N partis, pour de bon cette fois et tous ensemble. Ouais mais nan ... Pas tous ensemble puisque le Grand Gull a opté pour les voies rapides. Il m'a avoué qu'il était sur les rotules. Et pourtant, même comme ça, il me dépassait encore d'une tête ;-)))))
Faut dire à sa décharge :
1/ que ça faisait des plombes qu'il ne roulait pas de façon aussi intensive
2/ que les gars de Cap Moto ont oublié de charger son "masque respiratoire" dans la camionnette, un truc qu'il utilise la nuit à cause des nombreuses apnées dont il est sujet. Donc là, il avait très mal dormi et il était d'autant plus dans le gaz !
Quelques noms de patelins pour vous situer ? Non ?? Allez ouiiiiii !!
Fussy, Menetou-Salon, Henrichemont, Ivoy-le-Pré-et-le-bonheur-dedans, Les Naudins, Oizon, Châtillon-sur-Loire, Briare, Ouzouer-sur-Trézée, Breteau et Bléneau où nous marquons le premier arrêt "PCP" !
Nous sommes rejoints par la camionnette d'assistance qui, pour rappel, tire une remorque sur laquelle deux belles Kawa Z800 prennent la pause.
Paul, le chauffeur et un des organisateurs ainsi que Virginie, la femme de Didier, l'infortuné qui a fini au fossé, se joignent à nous pour boire la tasse.
L'histoire ne dit pas si Paul et Virginie furent heureux et eurent beaucoup d'enfants, mais je présume que non, toutes les histoires ne finissent pas forcément bien ;-)))
On repart : Villeneuve-les-Genêts, Champignelles, Charny, Villefranche, Saint-Martin-d'Ordon (alors que frère Jacques sonne les mâtines, sonne les mâtines, ding din don ...), Bussy-le-Repos et Villeneuve-sur-Yonne au WP 45, 162ème kilomètre du road-book !
Rue du Commerce, Place du Marché, on range les motos. le "Bar Restaurant de la Halle", au n°27 fait face à la place. Le gars refuse (poliment) de nous accueillir pour plein de mauvaises raisons et il nous conseille un autre restaurant au bord de l'Yonne. On récupère nos brêles. On descend jusqu'à la rivière. Le restaurant affiche complet. On refait un tour gratuit et on se rappelle qu'il y avait un autre restaurant dans cette même Rue du Commerce. L'ANNEXE qu'il s'appelle. On s'inquiète et la patronne nous invite cordialement à prendre place, enfin !! Pourquoi le type de tout à l'heure ne nous l'a pas conseillé, là est la question. En tout cas, on n'a très probablement pas perdu au change. On y a très bien mangé, entrée, plat, dessert et boisson pour "pas un rond" ou presque !! En plus la patronne était sympa, une casquette façon "Titi parisien" vissée sur la tête et les lieux étaient propres et décorés de ci de là d'objets de caractère, madame nous avouant qu'elle aimait chiner.
L'établissement est relativement nouveau dans la mesure où sur "Google Earth - Street View" il est toujours en attente d'affectation ...
Temps mort pour les photos ? les photos du jour
Tout au long de notre périple qui longeait régulièrement des rivières, nous avons pu remarquer qu'elles étaient souvent gorgées d'eau (ben tiens !) et prêtes à sortir de leur lit. La dame du restaurant nous a d'ailleurs dit qu'on en était là parce qu'on les retenait sinon Paris serait noyé ... J'avoue que j'ai pris cela pour argent comptant ...
C'est 140 bornes plus tard que nous avons marqué l'arrêt PCP suivant, à Châtillon-sur-Marne et pas à Châlons-sur-Marne comme le dit François erronément, au Bar "Urbain II" du nom du Pape qui avait succédé à, hum, Urbain Ier ou Urbain TouTCourt ou LeBref (?), de toute façon on s'en fout, n'est-ce pas ?
Quand nous sommes arrivés sur les lieux, nous avions, si je ne m'abuse, le choix entre plusieurs bistrots mais la tenancière, très urbaine, a eu l'excellente idée de sortir des chaises en terrasse : autant dire que nous nous y sommes précipités !!
Au moment de quitter les lieux, comme personne ne semblait se décider à partir en premier, j'ai pris la tête du convoi, droit sur la selle comme le "i" de la Tiger, le panache SHOEI blanc et orange au vent, fier comme Bar Tabac, merci Fernand ;-))
A un moment, Alain s'est porté à ma "hauteur" pour me dire qu'il avait besoin de carburant. On a bien roulé jusqu'à la périphérie de Laon jusqu'à ce qu'il se perde peu à peu dans mes rétroviseurs. J'ai compris qu'il ralentissait l'allure pour économiser de l'essence mais à ce point là, il aurait tout aussi bien fait de couper son moteur et de continuer à pied, flanqué de sa superbe Tiger 1050 Sport rouge ...
Justement comme on était en périphérie d'une grande ville, j'étais sûr qu'on trouverait son bonheur et c'est l'Intermarché du coin qui l'a sauvé. Il m'a dit que le compteur affichait une autonomie restante de "Zéro" et j'ai donc mieux compris son désarroi. Tant qu'à faire, nous avons tous fait le plein. Moi-même je venais juste de passer en réserve, ce qui me laisse quelque chose comme 75 à 90 bornes de rabiot en fonction du mode de conduite ...
35 bornes plus loin nous mettions un point final au road-book. Nous nous sommes rangés sur le bas côté et nous sommes salués. Alain, Didier, Jacques et Solange, ainsi que François je suppose, tiraient tout droit vers Mons via Maubeuge, pendant qu'Henri, Bernadette et moi, nous penchions plus vers Chimay. A Macquenoise, nous nous sommes arrêtés une fois de plus pour nous saluer à nouveau. Après ça, j'ai pris Chimay, puis Virelles, Froidchapelle, Cerfontaine, Silenrieux et Walcourt, un dernier bel enchaînement de routes à motards, pour finir en beauté. Je dis ça mais pour ce qui est du tronçon à partir de Silenrieux, ça devient limite scandaleux. Le milieu mais surtout les bords de la route commencent a être infestés de nids-de-poules. Moi qui aime "soigner mes trajectoires" et qui "plonge à la corde" mieux que personne, me voilà vraiment en danger. J'ai l'air de rigoler, comme toujours diront certains, mais non, il n'y a vraiment pas de quoi rigoler : ça devient vraiment dangereux. Il faut bien se maintenir au 2/3 droit de la chaussée à défaut de quoi on risque sa peau, c'est sûr !!
C'est vraiment dégueulasse de voir l'état dans lequel sont nos routes. Quand je vois le pognon qu'on nous suce, je viens de remplir ma déclaration d'impôts c'est vous dire comme j'ai les idées claires à ce sujet, et bien quand je vois ça et quand je vois l'état de ... notre Etat et des institutions qui vont avec, il y a vraiment de quoi se poser des questions et, pour en revenir à notre sujet particulier, tous ces motards en colère ont bien raison de l'être et ils ont tout aussi raison de le montrer !!
Ces derniers kilomètres m'ont quelque peu mis de mauvaise humeur mais ... passagère ... même si je suis toujours seul sur ma selle ;-)
J'étais à la maison à 20h30, avant Josée et Gabrielle, ce qui était relativement inquiétant, mais cela est une TOUTE AUTRE HISTOIRE ...

Et bien voilà, on est arrivé au bout du bout les gars : c'est pas beau ça !!
Il reste encore l'un ou l'autre truc à dire mais ça fera l'objet du compte-rendu du septième jour, comme annoncé, hé hé, l'épilogue quoi !!!

22:29 Écrit par Alberto | Commentaires (4) | Tags : dordogne 2013

Commentaires

Et le 7ème jour Dieu se reposa... Prends en de la graine, l'oeuvre n'est pas la même mais tu as quand même droit à un jour de congé payé.

Écrit par : ds | 02/06/2013

Merci seigneur !
D'autant que j'en ai bien besoin car je me sens très fatigué. J'ai l'impression que tout mon "petit corps" est victime du syndrome des loges et pas seulement les avant-bras comme pour les pilotes de Moto GP !
J'épiloguerai donc le ... huitième jour !

Écrit par : Alberto | 02/06/2013

Merci d'avoir identifié l'erreur qui s'est glissée dans mon compte-rendu. Je vais m'empresser de la corriger. Pffffff.

Écrit par : Francois | 03/06/2013

Pfffff toi-même ;-)
Sais-tu que Châlons-sur-Marne s'appelle aussi Châlons-en-Champagne ? Apparemment, la ville change de nom comme Madonna change de string ...

Écrit par : Alberto | 03/06/2013

Les commentaires sont fermés.