31/05/2013

Dordogne 2013, jour 5, suite et fin ... peut-être !!!!!

DORDOGNE 2013 197.jpgAttention quand je dis "fin ... peut-être", ne croyez pas que vous vous en tirerez comme ça. Si je termine effectivement le récit du 5ème jour, il restera encore celui du sixième. Et, priez le Seigneur que, dans l'élan, ou le caribou pour mes amis canadiens, je n'en invente pas un septième !!

Une pizza, ça irait ? me demande la demoiselle derrière le comptoir, la casquette bleue vissée à l'envers sur la tête ...
Parfait ! que je lui rétorque avec un sourire jusque là !
Je demande l'autorisation de retourner à la moto pour décrocher le sac de réservoir non sans avoir préalablement dévissé le pied du Tripy pour le mettre à l'abri.
Je réintègre le bistrot, me débarrasse de la veste en plastique et du blouson, pose mes gants sur le radiateur qui n'est même pas tiède, mais bon ... et commande un soda brun pour patienter.
C'est à ce moment-là que je découvre que le bistrot est "fumeurs friendly" et l'odeur âcre de tabac envahit mes petits poumons sevrés depuis belle burette ...
J'en ai presque la nausée mais je résiste : ce n'est qu'à ce prix que j'aurai droit à ma pitance. La pitance contre la pénitence, en quelque sorte ...
Du coup, je choisi la pizza "Royale", qui coûte 50 cents de plus mais qui est garnie d'olives. C'est donc ça, la pitance contre la pénitence au jardin des oliviers, vous voyez la cène d'ici je suppose !!!
Je patiente donc, le temps de la confection et de la cuisson en regardant la télévision.

Justement, tiens, à propos de télévision, c'est l'heure de l'émission "On n'est pas des pigeons !" sur la RTBF ...
Permettez que je vous laisse un moment ? Merci !!

Voilà, après les pigeons, les infos ! Justement, que je vous parlais de tabac là, c'est aujourd'hui la journée mondiale sans tabac. Ainsi donc, un fumeur sur deux meurt à cause de la cigarette : le voilà averti, et comme un homme averti en vaut deux, l'autre l'est aussi et tant qu'à faire, nous voilà tous avertis car on meurt tous un jour ... ou l'autre. Autant l'autre comme disait ... l'autre !!!
Pfffffffff ...

Et cette pizza alors ? Elle arrive ??
Ben ouais, qu'elle arrive !
Et alors, ça valait la peine d'attendre ??
Ben ouais, ça valait, valet !!

Oh, c'était pas la pizza "della mamma" ni de la "bella mamma" mais vu les circonstances et l'endroit, il n'y avait vraiment pas de quoi se plaindre et quand la fille à la casquette à l'envers m'a demandé si c'était bon, je n'ai pas menti en lui répondant par l'affirmative. Après ça, j'ai bu un café "ristretto", j'ai remercié, j'ai salué la compagnie, dont un VRP qui connaissait la Belgique et Charleroi pour sa fantastique équipe de basket-ball. Et oui, Charleroi n'est pas connu que pour ses terrils et ... le reste !!
Le temps était toujours aussi maussade, comme on dit dans les services secrets israéliens et même pas dix bornes plus tard j'arrivais à Oradour-sur-Glane . Voilà bien un site qui mérite mille fois la visite pour le devoir de mémoire qu'il entretient mais en la circonstance, pour l'avoir déjà arpenté lors d'un précédent voyage d'une part, à cause de cette météo aussi triste que l'endroit d'autre part et enfin, parce qu'il restait encore 200 kilomètres à parcourir pour atteindre Bourges , j'ai juste fait le tour du parking où j'ai vu la camionnette d'assistance de Cap Moto d'ailleurs, et je suis reparti vers d'autres ... Cieux , pas plus cléments hélas, puis Vaulry, Le Châtain, Châteauponsac, Saint-Hilaire-la-Treille, Arnac-la-Poste (!), Saint-Agnant-de-Versillat, Saint-Germain-Beaupré, La Chapelle-Baloue, Crozant, Saint-Jallet, La Jarrige, Orsennes, Montchevrier, Le Magny, La Châtre, tous des noms de patelins qui auraient pu chanter à l'oreille mais qui pleuraient plutôt, tant ils étaient ensevelis sous un ciel si bas qu'un motard se serait perdu ...
Plus encore qu'en d'autres "temps", le pilotage d'une moto dans ces conditions nécessite une attention extrêmement soutenue et sans doute cela empêche-t-il de penser à quoi que ce soit d'autre, de sorte qu'on ne s'ennuie absolument pas. A un moment j'ai rejoint deux autres motards qui se sont rangés quelques secondes pour admirer le paysage (?) et qui sont repartis juste après, à mes trousses. J'ai pris plaisir à forcer un peu le rythme jusqu'à ce qu'ils lâchent l'affaire ... Je sais, c'est un peu idiot, mais voilà qui m'a fait gagner un peu de temps ;-))
A La Châtre, j'ai osé quitter le road-book, voyez comme je m'émancipe n'est-ce pas, pour atteindre un SUPER U et faire le plein de super 95 pour 21,84 €.
A ce stade j'avais atteint le "way point" 104 et autant dire que je touchais presqu'au but, Dieu merci et Mbokani aussi ;-))
En fonction de l'E.T.A. affiché par le Tripy, j'ai un peu baissé la garde et j'ai commencé à flâner. Je me suis arrêté tout près de Venesmes pour prendre en photo un four à chaux du 19ème siècle mais finalement je n'ai pas trouvé un angle de prise de vue satisfaisant et déçu, je me suis un peu enfoncé dans la campagne pour me soulager contre un arbre séculaire ou presque ;-)
Plus tard, je me suis à nouveau écarté quelque peu du road-book pour planter la Tiger devant la Basilique Notre-Dame-des-Enfants à Châteauneuf-sur-Cher , un édifice qui a une bien belle histoire qui vous est contée si vous prenez la peine de suivre le lien. Elle a été construite à l'initiative de l'abbé Jacques-Marie DUCROS, prenez donc la peine de suivre le lien sinon pourquoi il se serait décarcassé, hein ??
A ce moment là, j'étais à un jet de goupillon de l'hôtel, quelque 25 bornes à vue de nez et j'y suis arrivé vers 18h45 si je me souviens bien ...
Lorsque j'ai rangé la Tiger toute crottée dans l'alignement des autres motos, j'ai entendu qu'on m'appelait mais j'ai fait la sourde oreille, juste un peu, pour marquer le coup, et puis j'ai dit à François, Henri et Bernadette, qui prenaient le frais en terrasse : "Tiens, vous êtes déjà là, tizautes ??" et j'ai été à l'accueil où on m'a donné le numéro de chambre qu'on avait allouée au couple mythique mi-raisin que nous formons depuis 33 ans, ma Tendre et moi ...
J'arrive à l'étage, je frappe à la porte, personne ne répond. J'insiste. La porte de la chambre d'à côté s'ouvre, un gars passe la tête, je le questionne, il me dit que ma Tendre n'est sûrement pas dans la chambre en question, vu que c'est un pote à lui qui l'occupe mais qui n'est pas là pour le moment. Je me gratte les cheveux ... Je frappe à la porte d'en face, presqu'au hasard, pas de réponse non plus ! Pfffffff ... Même pas fichu de me souvenir d'un numéro de chambre, c'est dire si j'ai la tête bien vide et que je suis bien fatigué !! Je redescends à la réception. On me redonne le numéro, le même à priori ;-) et me voilà reparti. Je répète le numéro sans cesse dans ma tête tout au long du trajet et, miracle, je frappe à la bonne porte pour enfin tomber dans les bras de ma Josée qui s'inquiétait un peu, il faut bien le dire ...
Le repas du soir, initialement prévu à 19h30 a été reculé à 20h30 dans la mesure où les quelques équipages qui avaient effectué le VRAI road-book du jour sont arrivés au compte-goutte. Lorsque nous avons été invités à passer à table, le garçon nous a bien précisé que le buffet, bien garni de belles choses, n'était pas pour nous !
On a donc sagement attendu qu'on nous apporte d'abord le feuilleté de patates caché sous sa feuille de salade, puis la cuisse de lapin et sa purée Mousseline, petits pois et enfin, le cake au chocolat et son coulis de grenadine. Voilà qui n'a même pas gâché notre bonne humeur, contents que nous étions d'être à nouveau tous réunis autour d'une bonne table !
Pierre-Yves a de nouveau pris la parole pour le debriefing du jour et le briefing du lendemain, il a invité tout le monde à envoyer ses photos pour qu'elles soient mises en ligne sur le site de Cap Moto et il a gentiment fait référence à mon blog en disant que j'avais "une belle plume" ... Il a d'ailleurs mis un lien vers mon blog sur le site, ce dont je le remercie.
Et bien voilà : encore une de faite ! Une que les boches n'auront pas !!

Demain, 22 mai, dernière ligne droite, toute faite de virolos, direction la casbah !!!
Ah oui, j'oubliais : lors du repas, on a voté à main levée pour savoir qui faisait le road-book le lendemain et tout le monde a tendu le bras en l'air, voire les deux en ce qui me concernait ...

18:24 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : dordogne 2013

Les commentaires sont fermés.