28/05/2013

Dordogne 2013, jour 4, boucle 2, deuxième !!!!

17 spots pour 253 kilomètres, ça vous en met un tous les 14,882 km, soit, en supposant une moyenne optimiste de 60 km/h, tous les quarts d'heure et ça implique juste un arrêt photo et un redémarrage sur les chapeaux de roues ... à défaut de quoi, voilà une boucle qui aurait pu prendre 3 journées à elle seule !!
Autant dire donc qu'il fallait faire des choix ...
Pour ce qui est de notre petit groupe de motards, on s'est un peu appuyés sur la connaissance de la région qu'en avaient Jacques et Solange, pour y avoir séjourné à quelques reprises me semble-t-il.
Par contre, pour Gabrielle et Josée, qui ne faisaient pas la même ronde que nous, ce matin-là et comme chaque matin ou presque d'ailleurs, après le petit déjeuner, s'est tenue une courte réunion présidée par Pierre-Yves, qui les a conseillées sur ce qu'il fallait voir en priorité et sur la manière la plus appropriée de s'y rendre : encore merci à lui d'avoir consacré un peu de son temps à nos compagnes.
Le matin, nous n'étions jamais à table en même temps. Certains s'y pointaient dès 7h30 tandis que d'autres montraient le bout du nez vers 8h15-8h30, de sorte qu'on n'a jamais discuté le coup sur ce que nous allions voir ou pas sur le parcours. Cette petite phrase anodine prendra toute son importance le lendemain matin, "vous l'allez voir tout à l'heure" comme le dit au curé Thérèse Pança, la femme de Sancho, au chapitre XLIV du roman de Cervantès, Don Quichotte de la Manche, page 287 de l'édition de 1837 ... à peu près !
Et donc, nous voilà partis, toujours les mêmes, toujours accompagnés d'Alain qui nous a adoptés pour le voyage, toujours près à enfiler les plastiques même si le ciel est plus dégagé ce matin et si les pronostics quant à la météo du jour sont plutôt dans le "beau" que dans le "variable" !
On fait quoi ... 25 bornes à tout rompre et on atteint la Grotte de Rouffignac . Dans un premier temps, Henri et Bernadette s'arrêtent avec nous puis prennent congé de nous parce qu'ils préfèrent aller voir la "Maison Forte" de Reignac. En fait, qu'ils me contredisent si je me trompe, mais je pense qu'eux aussi connaissent assez bien la région et qu'ils ont déjà visité cette grotte ou celle de Lascaux ...
Nous avons donc planté les motos face à l'entrée de la Grotte, nous nous sommes acquittés des 6.50 € en échange du ticket d'entrée, puis avons attendu sagement le train sur le quai 9 3/4 pour un voyage dans la préhistoire ...
Au début, les commentaires, énoncés d'une voix monocorde et "numérisée", semblaient sortir tout droit d'un enregistreur ou d'un robot, mais en réalité, nous avions bien un guide en chair et en os, équipé d'un micro et qui débitait son savoir de façon un peu automatique dirais-je. Mais au fil des hectomètres, le discours est devenu plus intéressant jusqu'à arriver sur les lieux mêmes ou nos ancêtres, 14.000 ans plus tôt, s'étaient amusés à graver ou dessiner divers animaux sur les parois plus ou moins friables de ces grottes façonnées par des rivières souterraines ... Alors, pourquoi s'être enfoncés si loin dans les entrailles de la terre pour laisser libre cours à leurs talents artistiques, jusqu'à parfois ramper dans d'étroites galeries pour en peindre les plafonds ? Mystère et boule de gomme !! Ce qui est sûr, c'est que c'était la meilleure façon de conserver ces oeuvres à l'abri ... des regards et du temps !!!
Il a été dit également qu'ils avaient une parfaite connaissance des animaux qu'ils ont dépeints : la preuve avec un mammouth dont l'artiste a parfaitement représenté le "trou du cul", ce n'est pas moi qui le dit, c'est notre très sérieux et très compétent guide qui a employé ce terme. Il a trouvé ce point particulier tellement intéressant qu'il s'est lancé dans une parfaite traduction en anglais, en employant le terme "anal clapet" si j'ai bonne mémoire, et tout le monde de pouffer ... Il faut dire que sa prononciation valait, presqu'à elle seule, le déplacement, n'est-ce pas, Solange ??
Ouais, Solange ne lit pas mon blog, ni Jacques d'ailleurs. Je leur ai dit que c'était probablement le DERNIER voyage que je faisais avec eux s'ils ne mettaient pas un commentaire en bas de l'un ou l'autre épisode de ce compte-rendu !!!
La visite terminée, nous sommes revenus à ciel ouvert et je dois avouer que l'air et la lumière commençaient déjà à me manquer ... C'est pourquoi, une fois encore, je suis parti devant. Je suis arrivé le premier à la Côte de Jord où, m'a-t-il semblé, il n'y avait rien à voir, juste un parking en forme de rond-point et en sous-bois, sauf peut-être à s'en écarter pour accéder à un point de vue ? J'ai donc fait le tour du rond-point et j'ai repris le chemin en sens inverse, où j'ai croisé mes amis motards. Sans les attendre, j'ai continué jusqu'au Château de Losse , de l'autre côté de la rivière et j'ai rangé la Tiger un peu plus loin. J'en suis descendu, j'ai pris le Canon dans le top-case Givi, j'ai marché quelque 50 mètres, j'ai pris une première photo, puis une deuxième, puis une troisième ... J'ai attendu mes acolytes, j'ai attendu, attendu, ils ne sont jamais venus, zaï zaï, zaï, zaï ... J'en ai conclu qu'ils s'étaient encore éternisés au spot précédent, me suis dit qu'à ce train de sénateur là, on ne serait pas rendus avant la nuit tombée et, ni une ni deux ni trois, je suis remonté en selle, sur mon fidèle destroyer destrier, j'ai donné un petit coup de rênes à la Tiger et hiaaaaa hiaaaaa, j'ai repris la route, le mors aux dents !!
Je suis arrivé à La Roque-Saint-Christophe , un village troglodyte à voir absolument : là aussi j'ai fait deux fois le tour du parking, j'ai même vu qu'il y avait l'un ou l'autre motard du groupe de Cap Moto, j'ai vu qu'il était possible de se restaurer à l'ombre des arbres ... et j'ai continué ma route, sans trop savoir si je n'allais pas y revenir !
Trois bornes plus loin, face à un parking rempli de camping cars, se dressait la Maison Forte de Reignac , un site assez impressionnant que j'ai eu envie de visiter. J'ai rangé la Tiger à côté d'un mobile home dans l'embrasure de la porte duquel est apparue une dame qui a engagé la conversation après mon poli "bonjour" !
Elle a vu "BAILLEUX" sur la plaque de la moto et elle a cru que je venais de "Baileux", voyez ? En fait, il y avait là comme une "concentre" de belges qui faisaient le tour de France en camping car. J'imagine que ça doit être assez sympathique comme mode de déplacement même si ça fait souvent tache dans le paysage. Un camping fait souvent tache dans un paysage mais un camping car, c'est une tache mobile, voyez ? Mais bon, rien à dire, chacun prend son plaisir où il veut, n'est-ce pas ?
Et bien moi, j'ai pris plaisir à visiter cette vaste demeure gagnée sur la roche, pleine d'objets hétéroclites qui ont sans doute chacun une histoire, d'escaliers de pierre ou de bois qui grimpent sur plusieurs étages ...
Une belle blonde, sans doute d'origine hollandaise à l'accent, me demande ce que signifie "silex", je lui réponds "You mean Sex, Uma ?" Ici, les accrocs de pubs télévisées sauront à quelle boisson gazeuse je fais allusion alors que les autres me prendront pour un vieux satyre ;-))
Je n'ai évidemment pas dit ça, hein !! Suis pas fou quand même !!
En cours de visite, je reçois un SMS de Jacques qui me dit : "Miam, miam chez les troglodytes. A+"
Je réponds : "Suis à Maison Forte"
Il me dit : "Sadique ! Nous on mange. On te retrouvera à maison forte."
La visite dure une bonne heure. J'ai la dalle. Je me dis que j'aurais peut-être dû les rejoindre pour casser la graine avec eux mais je ne voulais pas non plus bâcler la visite ... Je la termine donc. Y a rien à becqueter à la boutique. J'achète une bouteille de San Pellegrino que je descends plus vite que les escaliers qui me restent à dévaler pour rejoindre la moto. Je taille une bavette avec quelques sexagénaires en goguette qui s'apprêtent à visiter à leur tour la bâtisse. Je me prépare doucement : tour de cou, bouchons dans les oreilles, fermeture de toutes les tirettes-éclairs ... Pas de Jacques, de Solange, de François, d'Alain ou de Didier à l'horizon. Je ne vais tout de même pas rebrousser chemin, bon sang !
C'est décidé, je reprends la route sans demander mon reste, ciao !!
On dit que "ventre affamé n'a pas d'oreilles" mais il semble qu'il n'ait pas d'yeux non plus car je n'ai pas jeté un oeil au Château de Commarque , ni même à celui de Puymartin qui se trouvaient sur la route aux KM 97 et 107 !
Je suis donc arrivé à Sarlat-la-Canéda vers 15 heures, la vessie pleine mais le ventre désespérément vide ...

A suivre ...

21:43 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : dordogne 2013

Commentaires

C'est vrai que chacun a fait sa propre balade, mais c'est inéluctable, tout le monde n'a pas les mêmes envies. Vous n'avez par exemple pas visité hier le cloître de l'abbaye alors qu'il est exceptionnel par ses petites sculptures représentant des scènes de la vie quotidienne des moines. Moi j'avais choisi les grottes de Rouffignac, la maison forte et le chateau de Beynac, escamotant Sarlat que je connaissais.Puis on a poussé jusqu'à Domme Il est vrai qu'avec toutes ses visites on manquait l'apéro et les dégustations mais la nourriture de l'âme n'est-elle pas la plus importante. Remarque que pour ce faire j'utilise les fonctions GPS du Tripy tapant mes destinations directement sans toujours suivre le roadbook.

Écrit par : ds | 29/05/2013

Je suis à un âge où le corps a encore besoin d'exulter : la vie trépidante des moines du cloître de Cadouin m'intéresse ma foi moins ;-))
Pour ce qui est de l'âme, il sera toujours temps plus tard. Encore faudrait-il qu'elle existe d'ailleurs car ... hum ... seul Dieu l'aurait parait-il rencontrée et encore, en catimini !!
Enfin, pour ce qui est des libertés prises avec les road-books, j'en reparlerai mais j'ai tendance à vouloir respecter à la lettre ceux que les G.O. ont pris la peine de confectionner. Peut-être est-ce dû à mon manque de sens de l'orientation ou de l'initiative mais je doute !
Merci pour tes commentaires, ça fait avancer le schlimi, le schmili, le pffffff ... et ça ajoute toujours quelque chose à ce blog. Pour les autres, à bon entendeur ...

Écrit par : Alberto | 29/05/2013

Les commentaires sont fermés.