11/05/2013

Bretagne, jour 3, suite !!!

BRETAGNE 2013 111.jpgPour cette boucle bretonne, voyons un peu ce qu'annonce François, régional de l'étape qui a mis tout cela sur pied et qui a rédigé un mémo pour chaque jour :
Une petite boucle de 150 kms dans le sens contraire des aiguilles d'une montre en grande partie dans la presqu'île de Rhuys avec beaucoup d'arrêts plus ou moins culturels. On commence par rendre visite aux amis d'Henri et Bernadette avant de tourner en rond dans La Roche Bernard. Ensuite on roule un peu dans les terres pour mieux apprécier le retour en bord de mer avec des coins typiques comme les petits ports de pêche qui ont été transformés en ports de plaisance, les pubs irlandais (!), les ruines datant du niènième siècle (ou avant), les moulins (pas à vent) et un retour à la maison pour un repos bien mérité. Attention, si on visite tout ce qu'il y a à visiter, ça pourrait coûter cher !
Qu'en fut-il sur le terrain, je dirais même plus, sur la route ?
Et bien, il en fut ainsi !!
Mais avant de prendre la route, nous avons pris le petit-déjeuner tous ensemble, tous ensemble. L'ami Jacques s'était porté volontaire pour aller chercher le pain et les croissants, de sorte que nous avons très bien commencé la journée.
Ensuite, c'est vrai, nous avons retourné nos montres pour faire la ronde de 146,940 kms exactement. Premier arrêt à Arzal, où demeurent des amis d'Henri. En fait, le mari a travaillé chez un fournisseur de la société dans laquelle Henri a officié plus de 35 ans. Son métier l'a fait bourlinguer de par le monde jusqu'à le conduire là ... Remarquez ici l'ingénieux raccourci utilisé par mes bons soins ;-)
Ces nombreux voyages d'affaires lui ont donné le goût de l'aventure et il s'apprête à tout larguer, au propre comme au figuré. Alors que certains se sentent pousser des ailes, aidés en cela par des boissons énergisantes, ce sont des nageoires qui sont en train de lui pousser sur le dos. En effet, il est sur le point de vendre "tous ses biens terrestres" pour acquérir un catamaran et ... parcourir les océans l'essentiel du temps !
Il compte emporter avec lui sa femme bien sûr et son chat, un splendide chat américain aux oreilles de lynx et au long poil cendré : pauvre bête qui devra passer le plus clair de son temps sur un catamaran pas marrant. Finie la chasse aux souris, bonjour la pêche au poisson-chat ... Est-ce que ça résiste aux griffes d'un chat ces coques en plastique ?
Perso, voilà bien un truc qui ne me fait pas rêver. Certes, filer doux, toutes voiles repliées dans les eaux azures des Caraïbes, se dorer la pilule et le reste sur le sable aussi fin que blanc, ça évoque des choses et ça ne peut pas laisser indifférent. N'empêche, je préfère mon Loir gaulois au Tibre latin et plus mon petit Liré, que le mont Palatin ...comme disait l'autre !
Difficile de concevoir qu'on puisse tout laisser ainsi, derrière soi, pour prendre la mer ... d'autant que c'est un leurre car, c'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme, tadadam !!!
Toujours intéressant toutefois de discuter avec des gens qui ont des projets, des idées et qui ont le don pour les exposer et les partager !
On caresse le matou et on prend congé car, comme toujours, la route nous appelle, les deux mains en porte-voix : ohé des motos !!!!
Camoël, Férel, Marzan, promenade dans La Roche Bernard puis Péaule et Questembert.C'est connu, les kilomètres ça creuse, la preuve en est avec tous ces nids-de-poule. La place de la ville grouillait de restaurants et autres snacks et c'est au "vogel pick" que nous avons opté pour celui où nous nous sommes assis en terrasse, oui en terrasse, parce que, figurez-vous que le soleil, qui s'était fait oublier jusque là, avait décidé de sortir dehors : il en connait un rayon celui-là pour se pointer quand on ne l'attend plus !
Burger, frites & Breizh Cola au menu, typiquement régional, passage au distributeur pour alimenter le portefeuille après l'estomac, on pouvait repartir pour d'autres aventures.
Berric, Theix, Noyalo, Le Hezo, Saint-Armel, Le Clifden, pub irlandais fermé jusque 16 heures, on pousse plus loin jusque Port de Logeo où on prend le café, les pieds dans l'eau ou presque, puis Saint Gildas de Rhuys, Arzon et son Moulin à marée de Pen Castel que nous visitons vite fait bien fait tant il n'y a pas grand chose à y moudre.
On a sauté "la butte de César" qui ne méritait apparemment pas le détour et on a rejoint le "Cairn du Petit Mont". Henri, Bernadette et François ayant déjà visité le site lors d'un précédent voyage, ils sont restés au parking pour garder les motos et les casques pendant que Didier et moi avons arpenté le petit chemin jusqu'au monument en question, un amoncellement de pierres savamment superposées sous lesquelles s'étendent diverses pièces, plus ou moins grandes. On y devine des glyphes qui remontent au gnègnème siècle, oui des glyphes et pas des hiéroglyphes, n'est pas sacré qui veut !!
Petite charentaise ici pour remercier Didier et sa culture qu'il distille plutôt qu'il l'étale, comme une fine liqueur plutôt que comme une marmelade ;-)
Il ne restait plus que le Château de Suscinio à mettre à notre tableau de chasse et nous l'avons assiégé et mitraillé de toutes parts, il n'y a qu'à voir le nombre de clichés que j'en ai tiré !
La boucle était presque bouclée, la prochaine étape étant le quartier général à Penvins. Il fallait aussi penser au dîner. Impossible de quitter la Bretagne sans avoir mangé une crêpe salée, n'est-il pas ? Et comme le hasard fait souvent bien les choses, à seulement un jet de poêle de là, dans un zig-zag, dans le trait d'union comme dirait François, la crêperie "Les Salines", 11 rue de Ker an Poul, nous titille les narines au passage. On s'arrête pour réserver une table pour 7 mais l'endroit est clos. Qu'à cela ne tienne Etienne, François relève le numéro de téléphone. Quelque temps plus tard, il appelle et confirme la réservation. Etant donné qu'il n'y avait qu'un kilomètre et deux cents mètres à parcourir, nous nous y sommes rendus à pied : il faisait beau, ce n'était dès lors pas un problème !
Finalement on a pris une crêpe salée en plat et une crêpe sucrée en dessert. J'ai choisi la "kermoizan" et quand j'y pense, j'en ai encore l'eau à la bouche : trop bonne la kermoizan, d'ailleurs la sympathique serveuse m'a dit que c'était le meilleur choix, na, et vous savez quoi, nous étions au moins deux à le penser !!
Encore une belle journée ponctuée par une double promenade jusqu'à la maison d'abord et une pointe jusqu'à la mer ensuite : curieusement, en tendant fort l'oreille, on a pu entendre le "Brekekekex coax coax" des grenouilles du Nil ...
Rideau sur le troisième jour !!

Pour les amoureux de culture avec un grand "Q" et de batraciens avec des longues cuisses, voici un lien à suivre ...

19:47 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : bretagne 2013

Commentaires

Petite erreur, cher Alberto, ce n'est que le matin du 4eme jour que Jacques nous a fais le plaisir d'aller acheter la baguette et les croissants. Merci encore à Jacques.
PS : ce matin là nous avons déjeuner avec la baguette de la veille passée au grille pain !

Écrit par : obelix | 14/05/2013

Petites fautes d'orthographe, cher Henri, mais un message ou un e-mail sans fautes d'orthographes de ta part, n'auraient pas la même saveur ...
En effet, ce matin là on a mangé de la baguette de la veille : les bruxellois ont pour habitude de congeler leur pain pour qu'il ne sèche pas et garde ainsi sa fraîcheur. Le lendemain matin, le grille-pain fait le reste !

Écrit par : Alberto | 14/05/2013

Les commentaires sont fermés.