17/02/2013

La balade (avec un "L") des gens heureux ... avec deux oeufs !

IMG_6952.JPGHier, en plus de la caisse de ma Douce, j'ai sorti la Tiger et je lui ai passé un savon : je l'ai bichonnée au point que je n'ai oublié aucun recoin ... Mes mains, pas les draps, s'en souviennent tant je les ai écorchées à essayer de glisser l'éponge partout !
Faute de peau de chamois, j'ai fait le tour du quartier, bottes en caoutchouc aux pieds pour évacuer un maximum d'eau ...
Ce petit apéritif m'a mis en appétit et au vu du splendide soleil qui brillait de mille feux en ce début d'après-midi, et d'une température largement au dessus de zéro, puisque le mercure frôlait la demi-douzaine de degrés Celsius, je n'ai pas pu résister.
Je me suis équipé de pied en cap, que dis-je en péninsule, grosse chemise, gros pull, deux paires de chaussettes, la panoplie complète quoi, j'ai sorti la Tiger qui a démarré au quart de tour, comme la veille d'ailleurs, et je me suis arrêté à la première station-service pour vérifier la pression des pneumatiques. Au moment de la rentrer au garage la veille, en franchissant la petite marche, il m'avait en effet semblé que le pneu avant était bien mou ...
Las, le gonfleur, rafistolé, refoulait plus qu'il n'insufflait l'air. Deuxième arrêt à la station Q8 de Gerpinnes où j'ai enfin fait l'appoint ! Il manquait un bon 500 grammes à l'avant !!
Pour l'occasion, même si j'avais pris sous le bras le Tripy II, sans doute dans l'éventualité où je m'égarerais et aussi pour me sentir moins seul, j'ai ressorti un vieux road-book, "boules et flèches", que j'avais fait la première fois alors que je ne connaissais pas encore les potes avec lesquels je roule maintenant depuis douze ans et demi ...
Voici les treize photos que j'ai ramenées de cette virée de 240 bornes.
Je n'ai rencontré aucun problème sur les routes, qu'elles soient roulantes ou bucoliques et même si parfois, dans les sous-bois, je "levais le pied" au cas où il prenait l'envie à une coulée d'eau glacée de croiser ma route, je n'ai finalement eu aucune mauvaise surprise.
Le seul truc très gênant c'est ... ce soleil rasant qui m'a aveuglé parfois au détour d'un virage où tout au long d'une ligne droite, heureusement à ... perte de vue ;-))
Pas de pare-soleil sur le pare-brise du Shoei XR1100, dommage !
Dans ces cas-là, il ne reste plus que la main gauche pour servir de visière !!
En attendant, malgré ces quelques petits désagréments, j'ai vraiment pris un pied les gars, que j'vous raconte même pas !!!
Pas la peine d'insister, vous n'en saurez pas plus ;-))))

22:35 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.