20/09/2012

Les Alpes, le retour, quatrième !!

Ce n'est même plus drôle, n'est-il pas ? En même temps, ça me permet d'en garder un petit peu sous la plume sinon je n'aurais pas grand chose à dire à part suivre l'actu et épingler l'un ou l'autre truc susceptible de vous intéresser, ce que vous pouvez faire par vous mêmes à ce que je sache !
D'où ce récit distillé plus finement que le meilleur des breuvages !
Et justement, à propos de breuvage :-) vous nous aviez laissés, Jacques et moi, à la brasserie sur la Place d'Armes à Vitry-le-François face à laquelle nous avions planté nos béquilles latérales dans un emplacement prévu à cette fin. Sauf erreur, vu la taille de la place en question, il y a juste un parking long de 3 mètres tout au plus, réservé aux deux roues, c'est bien maigre, n'est-ce pas François ?
On traverse la rue pavée de bonnes intentions et on s'attable en terrasse. Le serveur ne tarde pas à venir : c'était l'heure du café mais nous avions grand soif et j'ai demandé s'il était possible d'avoir une grande bouteille d'eau pétillante et ... deux cafés. Pas de grandes bouteilles, uniquement des demis bouteilles ! Qu'à cela ne tienne, Etienne, on va prendre deux demis alors et deux cafés, merci !
On allonge nos guiboles sous la table et on s'étire comme on peut en attendant les boissons. Le gars se pointe avec deux bières et deux cafés. Mais ce n'est pas ce que nous avons commandé, m'sieur !?! Ben si qu'il dit l'autre là, deux demis et deux cafés. Mais non m'sieur, on a commandé deux demis BOUTEILLES D'EAU et deux cafés. En France, un demi c'est une bière qu'il rétorque l'autre : il fallait préciser !! On vous a demandé de l'eau, m'sieur, pas de la bière !!!
Il grommelle un truc entre les dents, dépose les deux cafés et repart en continuant de grommeler des trucs entre les dents ... Pas content le gars !
Il se pointe à nouveau quelques minutes plus tard et, avant même de déposer le plateau, dit : "Vous n'êtes pas d'ici vous ?" Et là, ce n'est pas trop dans mes habitudes, est-ce la fatigue déjà ou quoi ou qu'est-ce, mais je suis parti au quart de tour : "Ecoutez m'sieur, ça suffit là ! On vous a demandé une grande bouteille d'eau, vous avez dit que vous n'aviez que des demis, on vous en a donc commandé deux demis, c'est logique non ? Il fallait préciser "deux demis bouteilles d'eau" parce qu'en France ... Ben on n'est pas français m'sieur, on est des cons de belges voyez ? Je n'ai pas dit ça, vous devenez vulgaire qu'il me dit ...
Vulgaire ?!? vous vous rendez compte ?
Il était moins une qu'on en vienne aux mains ! Je lui ai dit qu'il ferait bien d'être un peu plus à l'écoute de sa clientèle et surtout plus aimable. Un vrai connard je vous jure !!
Du coup, c'est Jacques qui est allé payer à la caisse pour éviter qu'on se croise avec ce classieux serveur en short et chemise à carreaux : est-ce que c'est une tenue de travail ça hein ?
On a encore un peu profité de la terrasse ensoleillée avant de retourner aux motos et d'attaquer les 180 bornes qui restaient pour Couvin. Nous sommes montés sur la N44 direction Reims, jusque Châlon-en-Champagne, puis la D977 et Suippes. Quelque part entre les deux, nos témoins de réserve d'essence se sont allumés de concert et nous avions dans l'idée de faire le plein à Suippes, c'est que nous avons de la Suippes dans les idées, voyez ?
Hélas, il y avait bien une pompe AVIA mais elle était fermée et sans terminal bancaire. On continue quelques centaines de mètres et on voit une camionnette de la gendarmerie sur une sorte de square en ville. On accoste, Jacques descend de cheval, questionne les pandores qui lui disent qu'il n'y a rien dans le coin et qu'il faut retourner sur Châlon à 12 bornes de là ... soit-disant !
On tire sur les rennes pour un demi-tour gauche et on repart au trot sur Châlon, le témoin de réserve devenant de plus en plus menaçant !!
10 bornes, 12 bornes, 15 bornes, on arrive à une intersection, Jacques s'arrête, il me demande si on essayerait pas d'aller à ........... Oui mais, s'il n'y a rien là-bas ?? On continue, 20 bornes, finalement au bout de la 24ème borne on y arrive. Une station ESSO nous tend les pistolets : on choisit chacun sa pompe, la mienne fonctionne sans problème, celle de Jacques refuse obstinément son jeu de cartes complet. Il range sa GS à côté de la Tiger et une fois mon plein fait, je continue à verser le précieux liquide dans le réservoir de la grosse allemande. Il me donnera directement les 25 € en liquide car, comme le dit la sagesse populaire, les bons comptes font les bons amis.
Ainsi donc, l'aller retour Suippes-Châlon-Suippes nous aura coûté 50 bornes et une bonne demi-heure, comme si on avait le temps de batifoler, j'vous jure !!!
Au retour sur Suippes, on s'est fait rattraper par deux motards auxquels Jacques a fait signe de ralentir, ce qu'ils ont fait, en nous suivant gentiment. En fait, le fourgon bleu des Schtroumpfs était en "mission" et communiquait avec d'autres Schtroumpfs sans doute planqués quelque part sur ces interminables lignes droites qui caractérisent la région, lignes droites propices à l'ouverture des gaz en tout grand.
.Après Suippes, suivaient Mazagran, Rethel, Signy l'Abbaye, Rocroi, la frontière belge et Couvin que nous avons atteint à 20 heures environ.
A suivre ... on arrive au bout, rassurez-vous !!

23:59 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

Commentaires

Evidemment des 3 cylindres et des bicylindres refroidis par air, cela consomme plus que des bicylindres refroidis par eau (4,2l/100 en revenant de Provence et en se limitant à 120 compteur sur les départementales et 140 sur les morceaux d'autoroute). Le retour par le roadbook retour de Sardaigne vous aurait évité les longues lignes droites de Mazagran et passe à côté d'un Carrefour avec pompe à Rethel.

Écrit par : ds | 21/09/2012

D'après Jacques, la dernière évolution du flat-twin refroidi par air qui lui a fait gagner quelque 10 chevaux et un bruit d'échappement autrement plus sympa, a eu pour conséquence une importante augmentation de la consommation. Peut-être que la version refroidie par eau palliera ce nouveau "défaut" ...
Quant à la Tiger 800 je dois compter sur une moyenne de 5,2L/100 mais je ne roule pas à l'économie,j'aime bien jouer de la boîte et du frein moteur et le faire chanter parfois. Sans ça je pourrais sans doute descendre à 4,5L ... Pour le retour, on a religieusement suivi le road-book : on était trop fatigué pour encore réfléchir à un meilleur itinéraire ;-)

Écrit par : Alberto | 22/09/2012

Les commentaires sont fermés.