18/09/2012

Les Alpes, le retour, troisième !!

alpes 2012Terminer ce compte-rendu semble mission impossible. Va falloir demander l'aide de Tom Cruise Control, tiens !!
3 tranches pour le retour, comme je le disais précédemment : Les Arcs 1800 -> Viriat, Viriat -> Ville-Sous-La-Ferté et enfin, V-S-L-F -> Couvin.
3 tranches pour 3 motards, Jacques, Philippe et moi-même !
On quitte l'Hôtel du Golf à 7h30, en laissant François à son triste sort, on descend sur Bourg Saint-Maurice, on monte sur l'ex N90 devenue D1090 par quel tour de passe-passe et sous quelle autorité, on n'a pas le temps de se le demander, pensez, trop de route à tailler, on voit le toit de l'Hôtel du Capricorne où nous logeâmes maintes fois, je me mets debout sur les cale-pieds et je constate qu'il a gardé la même couleur saumon rose canadien et la même enseigne, je me dis que peut-être, il n'a pas changé d'affectation même s'il a changé de gestionnaire, et je continue, peinard, loin derrière mes deux acolytes qui semblent oublier les limitations à 110, voire 90 qui alternent joyeusement sur cette ancienne nationale ...
On passe donc Moutiers, puis Albertville, on atteint Ugine par la D1508 et on poursuit sur Annecy. Au fur et à mesure que nous avancions, le trafic se faisait de plus en plus dense avec un semblant de point culminant à Annecy justement.
C'est là qu'un motard qui faisait partie du club Moto80 et qui roulait sur une splendide KTM 990 SMT se rangea à mes côtés pour me signaler que mon top-case (Givi Maxia 55L) "vibrait pas mal" en se demandant si "c'était normal". Il était suivi, un peu plus loin, par une autre moto que j'ai longtemps prise pour la Varadero de Philippe mais ... en réalité ... il n'en était rien. Philippe, qui trimballait ses deux valises latérales, s'était en fait englué un peu plus que Jacques et moi dans les embouteillages et sans doute qu'au "gnègnème" rond-point, il a perdu le contact visuel, après quoi, je ne sais pas s'il a continué longtemps sur le road-book originel, mais j'ai appris à l'arrivée qu'il avait opté pour l'autoroute qu'il n'avait plus lâchée jusqu'à la maison où il est arrivé sain et sauf, mais "crevé", en se jurant qu'il ne ferait plus jamais une aussi longue étape !!
Nous avons continué sur la D1508 jusqu'à embrancher l'autoroute A40 pour un court tronçon de 77 kilomètres environ jusqu'à la sortie Viriat. Nous avions été prévenus dès le départ, il y aurait deux tronçons d'autoroute sur le road-book du retour, représentant quelque 200 kilomètres, histoire de se voir avancer un peu plus, voyez ?
Certes, l'autoroute, ce n'est pas du tout notre tasse de thé à nous motards, mais que représentent 100 kilomètres sinon à peine trois quart d'heure ... et 5,60 € de péage !
Nous nous sommes rangés sur le parking pour enfiler les gants et tirer les fermetures éclairs et avons été rejoints par le même gars sur la SMT 990 et la moto que j'avais prise pour la Honda de Philippe et qui était en réalité une Yamaha FJR 1300 chevauchée par un jeune couple. Nous avons également été rattrapés par un autre couple, lui en Varadero aux pots chantant et aux phares antibrouillards façon vieilles voitures de rallyes, elle sur une Honda Hornet mais le nouveau modèle, pas l'ancien quoi !
Nous les avons laissés repartir devant, place aux jeunes n'est-il pas, et avons repris les D1083 puis D996 jusque Marboz, puis Louhans suivi par Mervans, les N73, D973, via Seurre, encore un petit bout de D996 et la D20 jusque Nuits-Saint-Georges où nous décidâmes de nous arrêter pour le repas de midi.
Il était en réalité quelque chose comme 12h45 et nous avions déjà accompli près de 350 kilomètres.
J'ai pensé à François qui avait prévu une première étape d'un peu plus de 300 bornes pour remonter en Belgique et je me suis fait la réflexion qu'il pouvait déjà être à son hôtel relais pour ... midi : de quoi faire une longue sieste après un bon repas et une plus longue sieste encore avant le repas du soir sans compter une longue nuit de repos après cette longue longue étape !!!
Nuits-Saint-Georges : comme dans tout homme, il y a un sommelier qui cochonne, je ne vous ferai pas l'injure de vous faire la leçon sur ce "patelin" au nom plus qu'évocateur. Et d'ailleurs, sur la place où nous plantons les motos, il y a des dégustations à tous les coins. Comme nous ne sommes pas là pour boire, nous choisissons le restaurant "La Côte d'Or" et nous nous installons en terrasse.
Sans crier gare, Jacques enlève son pantalon ... ce qui fait tourner les têtes et provoque des murmures dans l'assemblée ;-). Sous le pantalon Gore-Tex, il a pris l'habitude de garder un pantalon léger, en Tergal je crois ... Celles qui rêvaient de voir l'homme dans toute sa splendeur en seront pour leurs frais. Ceci dit, son idée est bonne de glisser un pantalon sous le pantalon : c'est certainement plus confortable à tous points de vue ! Et Jacques n'est pas à une originalité près : souvent il enlève même ses bottes pour rester en chaussettes et ... il n'attend pas le plateau de fromage pour le faire ;-))
On n'a pas pris l'apéro contrairement à ce que la photo du jour suggère, nous avons juste brouté une salade de gésiers et une bouteille de Badoit. Ah oui, les photos du jour justement : les voici !
Elles ont "toutes" été prises lors de l'arrêt de midi : je rappelle que nous avions plus de 800 bornes à faire et qu'on n'avait dès lors pas le temps de faire du tourisme !!
A la table voisine, il y avait d'autres belges qui avaient compris, à notre accent, qu'on était aussi de là-bas ;-) Ils étaient en visite et logeaient chez le fiston qui s'était installé comme boulanger un peu plus au sud. Il nous a d'ailleurs laissé sa carte de visite en nous invitant à passer à l'occasion ... Bien sympathique même si cette carte de visite est plus que probablement restée sur la table du restaurant car je ne l'ai pas retrouvée !
On a mangé (et bu) léger pour rester "aware" car, si la tendance est déjà à l'assoupissement après un repas, on devait en plus se taper le second tronçon d'autoroute juste derrière, et l'autoroute ce n'est pas notre tasse de thé à nous motards ... Euh, j'ai comme l'impression que je me répète là, non ??
Et donc, une seconde tasse de thé, plus soporifique qu'une camomille indeed, longue de quelque 87 miles (à vos convertisseurs !) à parcourir sur la A31 jusqu'à la sortie 23 à Ville-Sous-La-Ferté, son église, sa boucherie et son péage : encore 5,80 € sur le relevé Mastercard !
Nouvelle mise à zéro (MAZ) du journalier avant les derniers 265 kilomètres jusqu'à Couvin, sa grand place, la plus belle du monde après celle de Bruxelles et ses frites, les meilleures du monde sans doute aussi !!!
On se dirige vers Bar-sur-Aude par les D396 et 384, on poursuit cette dernière jusque Soulaine-Dhuys et Montier-en-Der pour enfiler ensuite les D12 et D13 jusque Vitry-le-François où nous avions convenu de boire le café au ... café habituel où nous nous sommes arrêtés des dizaines et des dizaines de fois déjà, c'est dire si nous sommes des habitués de l'endroit !!
Et pourtant l'accueil fut plutôt mitigé, mais ceci est une autre histoire ... à suivre !!!!!!!!!!!!

18:19 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : alpes 2012

Commentaires

Au vu de la fréquentation des stands et de l'intérêt porté aux différentes présentations des IDSR de la Maison de la SR, une telle journée restera pour certains usagers comme une expérience bénéfique pour leur conduite sur route.

Écrit par : Casque modulable | 20/09/2012

Les commentaires sont fermés.