13/09/2012

Les Alpes, le retour !!

Voilà bientôt un mois jour pour jour que j'en suis redescendu de ces montagnes, en motocyclette, pouet pouet !!
Bientôt un mois, vous vous rendez-compte ! Non mais, vous en êtes-vous seulement rendus compte ?? Et toujours pas de compte-rendu !! Enfin, pas complet quoi, puisque rien n'a encore transpiré, ni sous les bras, ni ailleurs, concernant le retour !
Je crois que c'est la première fois, ou la seconde tout au plus, que je traîne à ce point pour finaliser un récit de voyage !!
Je vais vous faire grâce du résumé des précédents épisodes sinon on n'est pas rendu et vous invite à les relire pour vous imprégner à nouveau, le mot est choisi, comme la plupart des autres d'ailleurs, de l'ivresse des cimes, car les cimes m'agréent, pffffffffff !!!!
Elles m'agréent les cimes !!!
Or donc, mais où est donc Ornicar, nous étions descendus en deux jours, nous avions effectué nos deux boucles sur place, il nous restait juste à saluer ces majestueuses Alpes et à rentrer à la maison.
Alors que certains avaient opté pour un retour saucissonné, Jacques, Philippe et moi, avions décidé de nous taper les 753 kilomètres et 981 mètres qui nous séparaient de Couvin en une seule traite, restait ensuite à gagner Bruxelles ou Charleroi pour rejoindre nos pénates !
Pour espérer y être avant la nuit noire, il fallait se lever dès potron-minet et c'est ce que nous fîmes puisque le réveil sonna à 6h30, heure locale bien évidemment !
Pour gagner un peu de temps encore, je crois, sans en être vraiment sûr, que j'ai été déjeuner en tenue motard directement. Alors que François remontait en deux jours et qu'il aurait dès lors pu carrément s'offrir une obèse matinée, il s'est levé et il a partagé le repas avec nous pour nous souhaiter un bon retour.
A 7 heures 30 sonnantes et trébuchantes, on s'est retrouvé sur la grille de départ habituelle, face au grand parking. Pour une fois, je n'ai pas oublié de rendre la clé de la chambre à la réception, chose qui m'arrive assez fréquemment je dois l'avouer !
Le road-book du 5ème jour était découpé en trois tranches, la première, longue de 228,812 km jusqu'à Viriat, un patelin que nous connaissons bien puisque nous y avons séjourné à plusieurs reprises dans des chambres d'hôtes au Moulin de Champagne, la seconde jusque Ville-Sous-La-Ferté qui fait la fierté de toute la ville comme chacun sait, une étape de deux cent cinquante-neuf kilomètres et sept cent cinquante-huit mètres et la troisième qui nous conduisait à Couvin et encore 265,411 km, s'il-vous-plaît !!
Long and winding road, isn't it ??
Tellement longue que ça me fatigue rien que d'en parler ...
Je vais en rester là pour cette fois car il est bien tard à nouveau !
A demain !!

23:27 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.