03/09/2012

Val Veny, Val Joly, Val Vici ...

Vous êtes des millions à m'avoir réclamé à cor et à cri, la suite du feuilleton des Alpes et je suis désolé de vous laisser dans l'attente, comme on dit au Camping des Flots Bleus ...
J'ai eu beaucoup d'autres chats à fouetter ces derniers temps et, à propos de chat justement, je ne peux pas passer sous silence la disparition de notre Nutella, une belle chatte qui approchait les quinze ans, une gentille chatte qui, l'âge n'aidant pas, était devenue totalement sourde, une petite chatte qui a été heurtée par un véhicule qui descendait sans doute trop vite la rue et qu'elle n'a même pas entendu arriver, une pauvre chatte qui repose maintenant en paix dans le fond du jardin ...
Ce n'est certes qu'un petit animal, plutôt indépendant qui s'en va définitivement mais auquel toute une série de petits souvenirs resteront attachés : la Mort ne laisse jamais indifférent.
Et donc, pour en revenir au titre, aux Alpes et à mon actualité motarde, avant de me raccrocher au récit alpestre qui continuera par notre escapade en Italie dans le Val Veny, sachez que je me suis offert un petit caprice à moi tout seul ce dimanche, une virée dans l'Avesnois dont voici les trois photos .
Quand je dis "tout seul" ce n'est pas tout-à-fait vrai puisque j'étais flanqué de mon fidèle écuyer, "TripyTwo", comme qui dirait le "Passe-Partout" de fort Boyard, Tripy-Tout que j'ai suivi au long des 157 kms qu'il m'a proposé de faire en sa compagnie, sur les traces d'un road-book choisi dans sa bibliothèque, au départ du rond point du Bultia à Gerpinnes jusqu'au Val Joly et par-delà !
Pour vous dire si j'avais envie d'un caprice en solitaire, tout seul, tout seul, c'est que lorsque je suis arrivé à hauteur de la station Avia où j'envisageais de faire le plein vu que la jauge n'affichait que 3 barrettes, le simple fait d'y voir deux motards me fit passer mon chemin : je n'avais même pas envie de faire un semblant de causette, ce qui est souvent le cas quand on en croise ...
J'ai donc continué ma route vers Nalinnes ...
Ce détail a légèrement conditionné et contrarié une partie du reste de ma virée car il n'a pas fallu longtemps pour que l'énorme témoin jaune de passage sur la réserve s'allume au tableau de bord alors que j'étais dans la "France profonde", et chacun sait que la France profonde marche à l'eau claire ou au pinard pour ceux qui possèdent des éthylotests-à-la-con, et que pour trouver du carburant c'est parfois la croix et la bannière !! C'est d'ailleurs avec un grand soulagement que j'ai vu que je revenais sur la Belgique, sur Chimay en particulier, alors que l'ordinateur m'indiquait une autonomie restante d'une vingtaine de kilomètres !! J'avoue que j'ai fait le plein à ras bord sans m'inquiéter du prix, une façon de compenser quelque part ...
Encore une fois, le road-book, tout en empruntant des routes par moment mille et une fois foulées, se permettait de sortir des sentiers battus et de vous mener sur des chemins étroits plus fréquentés par des tracteurs qu'autre chose et j'avoue que ça me plait assez même si j'aime aussi les belles routes aux courbes rapides, l'un n'empêchant pas l'autre et vice versa, le plus important étant de rouler, et de rouler encore et encore !!!
Je confirme que je me trouve très bien avec les nouveaux Conti Trail Attack et depuis que j'ai changé les plaquettes de freins ... plus rien ne m'arrête ;-)))

14:14 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

Commentaires

Erreurs mon cher Alberto,
La première, tu étais à un jet de pierre de Momignies et tu aurais pu venir nous dire bonjour !
La deuxième plutôt que de revenir sur Chimay tu aurais dû faire route sur Hirson où la sp95 est vendue au prix de 1,54€ !!!
A dimanche ?

Écrit par : Obelix | 05/09/2012

C'est vrai que j'aurais pu passer car ce n'est pas toi qui va spontanément donner des nouvelles de "notre" Bernadette ;-) Mais en fait, c'était une escapade +/- matinale et Josée m'attendait pour le repas de midi, je n'avais dès lors pas trop le temps.
Pour le carbu, j'ai voulu suivre scrupuleusement le road-book (sans quoi je me perds !!!) mais c'est vrai que j'aurais pu basculer vers les "P.O.I." et me faire conduire à la pompe la plus proche à n'importe quel moment ...
Pour dimanche enfin, je serai moralement avec vous ...

Écrit par : Alberto | 05/09/2012

Les commentaires sont fermés.