27/08/2012

Alpes, seconde boucle, première, clap !!

ALPES 2012 085.jpgLe film continue ;-)
Titre de "l'épisode" : le tour du Mont-Blanc !
On commence par les photos pour changer !!
Petit déjeuner toujours en compagnie des mêmes, avec la même chose au menu et rendez-vous fixé au même endroit, à savoir à la sortie du parking !
Philippe et Jacques sont au rendez-vous alors que François se fait attendre parce qu'il est retourné à la chambre, non pas à La Chambre, le patelin déjà cité situé à 20 bornes au sud du sommet du Col de la Madeleine, mais la chambre 237 de l'hôtel du golf, pour y récupérer son appareil photo qu'il croyait dans son sac de réservoir mais qui n'y était point !
Nous voilà partis dans la belle descente sur la D119 jusque Boursin-Maurice (?), puis gauche, droite dans la Vallée des Chapieux jusqu'au Cormet de Roselend où on s'arrête pour une première séance de photos du lac du même nom, presqu'à l'aube puisqu'il est quelque chose comme 9 heures et quart seulement : ça se voit d'ailleurs sur les photos, le soleil est encore blafard ...
On poursuit sur Beaufort puis Villard-sur-Doron, le Col des Saisies, Crest-Voland, N-D de Bellecombe et Flumet.
C'est le way-point que je choisis pour me tromper : je pars à gauche et je me rends très rapidement à l'évidence, je fais fausse route, le Tripy est d'ailleurs là pour me le confirmer, la grosse flèche de sa boussole est pointée droit sur moi ce qui en langage décodé signifie : "Faites demi-tour dès que possible !!". Comme la route était plutôt encombrée, j'ai cherché le meilleur endroit pour m'exécuter et le temps de revenir sur mes pas, soit à peine quelques minutes, mes trois acolytes non anonymes avaient littéralement disparu à l'horizon !!
Je pensais les retrouver rapidement mais ce ne fût pas le cas : maintenant que nous avons tous des Tripy et autres GPS, on n'a plus qu'à compter sur eux apparemment ...
Contrairement à une époque où j'aurais commencé à paniquer, façon "poulet qu'on vient de décapiter et qui continue à courir dans tous les sens", voyez, j'ai gardé mon calme et j'ai gentiment suivi les instructions affichées et qui n'étaient, ma foi, pas trop compliquées, jugez plutôt : D1212 vers Mégève puis D909 et Saint-Gervais-les-Bains et enfin D1205 jusque Chamonix !
Dès le départ, Jacques avait évoqué "un petit chemin à gauche" pour éviter Saint-Gervais et son trafic de "ouf" mais en son absence j'ai ... bu le calice jusqu'à la lie en essayant de me faufiler au maximum ... Cette partie du road-book n'était vraiment pas excitante car déjà à Mégève, j'ai vachement galéré au milieu d'un trafic tout aussi dense.
Petite charentaise : dans de telles circonstances, on sent bien le "trois pattes" de la Tiger. Attention, il reste très civilisé et souple, ainsi que l'embrayage d'ailleurs, qui n'est jamais trop dur à manipuler, mais ... ça chauffe pas mal, voyez ? Les deux Suzuki qui ont précédé cette Triumph ne m'ont pas habitué à une telle chaleur dégagée par le moteur : il faut dire qu'ils prenaient moins de place dans le cadre ...
J'étais arrivé au point où il fallait charger le second road-book du jour, "le 3-b Long" et je dois avouer qu'à ce moment, je me suis drôlement planté. Dans quelque direction que je parte, le Tripy me signalait une erreur et me demandait de rebrousser chemin !! J'ai essayé de "me libérer" au moins trois ou quatre fois de ce traquenard mais sans succès. En désespoir de cause, je lui ai demandé de m'amener au point de départ du second road-book et là, il m'a annoncé près de 12 kilomètres pour l'atteindre, ce que j'avais du mal à croire mais bon ... je ne pouvais compter que sur lui n'est-il pas, et après quelques tours en ville, il m'a fait monter sur une 3 ou 4 voies qui me mena jusqu'à l'entrée du Tunnel du Mont-Blanc ! Je me voyais déjà contraint de passer dessous et d'abréger ... mes souffrances mais c'était sans compter sur la possibilité de prendre la tangente en continuant sur la D1506 !!!!!!
Il y avait là aussi un trafic de malade, à croire que le "monde entier" s'était donné rendez-vous à cet endroit et à cette heure !!
J'en avais un peu marre de me battre avec le monde entier ;-) et je décidai de m'arrêter à la station service pour me dégourdir les jambes et faire l'appoint.
C'est là que je vis la GS de Jacques et la Varadero de Philippe, par contre aucune trace de la Breva de François. C'est là aussi que j'appris qu'ils avaient perdu François qui s'était paraît-il arrêté quelque part pour m'attendre ... mais je me demande encore où car point je ne l'ai vu !!

A suivre !! C'est palpitant, hein !?!?

22:50 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : alpes 2012

Les commentaires sont fermés.