19/08/2012

Alpes, la descente ...

DSC01236.JPGQuand on habite le plat pays qui est celui du grand Jacques et qu'on le quitte pour ailleurs, on ne descend pas Monsieur, on monte !
Certes, certes ... Mais géographiquement parlant, vous ne m'enlèverez pas que le petit royaume de Belgique se trouve bien au nord de ce massif, le plus haut d'Europe et qui s'élève à 4.800 mètres et des fafiottes : le titre se justifie donc bien quelque part !
Comme déjà écrit, quelque part aussi, s'agissant de la Croisière RAD , elle partait du magasin de Nivelles, situé Chemin de la Veille Cour.
J'y suis arrivé vers 8h45. J'ai cherché des yeux la Breva de François mais ne l'ai pas trouvée tant il y avait des motos dans le parking et aux alentours.
J'ai donc fait la queue, comme tout le monde, pour accéder au tee-shirt et au petit déjeuner, tous deux offerts par l'organisation.
Quelques minutes plus tard, j'ai atteint le "buffet" où j'ai retrouvé François, un François qui était accompagné par "le Grand Philippe", une ancienne connaissance qui a fait partie de notre club à une époque lointaine, puisqu'il ne nous accompagne plus depuis 2006 si je ne m'abuse ...
Ce fût un vrai plaisir de le voir là alors que, via quelques messages échangés sur Facebook, il m'avait dit qu'il faisait la Norvège et les Pyrénées avec Moto80 et que sa douce compagne, Renata, ne verrait pas d'un bon oeil qu'il fasse en plus la croisière RAD. Mais bon, apparemment elle a fermé les yeux, une fois de plus, sur les "frasques" de son petit mari ;-))
Il nous restait à attendre Didier qui ne participait pas à la croisière mais qui avait décidé de profiter de notre compagnie pour une gnègnème descente en Provence où il possède une masure.
Et nous voilà partis, Philippe se joignant à nous ... pour le reste (ou presque) de la virée alpestre !
Le road-book, dont nous avions également reçu une version papier, était constitué de deux tronçons, le premier de 252,083 km nous menait jusque Vigneulles-lès-Hattonchâtel, le second, plus court, puisque affichant 236,224 km et rejoignant les 2 hôtels réservés pour l'occasion tant nous étions nombreux, tous deux situés à Besançon, le Novotel au 22 de la rue de Trey et le Mercure sur l'avenue Edouard Droz au numéro 3.
Quelques patelins traversés par le premier tronçon ? Bien sûr, suffit de demander ! Alors, par ordre d'apparition sur le r-b : Sombreffe, Ligny, Bambois, Saint-Gérard, Anthée, attentif à droite vers Hastière, Mesnil-Saint-Blaise, Beauraing, Wellin, Halma, Libin, Recogne, Neufchâteau, Trintigny, Ethe et .... Ruette , juste avant la frontière française, Ruette où nous avons marqué le véritable premier arrêt, si on oublie l'arrêt appoint de carburant, pour prendre qui un café, qui une eau ... Didier qui s'était "incrusté" dans ce voyage avait promis de payer le pot, promesse qu'il tînt là !
Il profita de cette pause pour nous avertir de la présence d'un radar sur la route de Longwyon ...
Je rappelle aux distraits que la législation française punit sévèrement les détenteurs d'appareils servant à détecter ces joyeusetés d'appareils photos qui commencent à pousser comme des champignons vénéneux sur le bord de nos routes et je signale aux possesseurs de TRIPY qu'ils doivent copier/coller un fichier sur le site, fichier qui met à jour cette fonctionnalité en transformant ces "points d'intérêt" en "zone de danger" où il faut être particulièrement attentifs !! A bon entendeur ...
On quitte Ruette, on passe la frontière française, personne ne nous arrête pour nous demander de brandir nos éthylotests-à-la-con, ouf, on était tous bourrés comme des coings, c'est à peine si on tenait sur nos roues, on l'a donc échappée belle !!
Arrivés à Etain, le voyant "Faim" s'est allumé et pour éviter d'entamer nos réserves de graisse, on s'est arrêtés au Café Central où nous avons eu droit à des "paninis", des pains totou raplapla fourrés au jambon, tomate et une pointe de farigoulette, qui ne resteront pas dans les annales de la haute gastronomie hexagonale, c'est une certitude !
On est repartis presqu'aussi légers qu'à l'arrivée et on a traversé d'autres patelins aux noms "à la française" du genre de Heudicourt-sous-les-Côtes, Void-Vacon, Fresnes-sur-Apance, Oiselay-et-Grachaux et, petit dernier pour la route, Cussey-sur-L'Ognon ...
A 50 bornes du but, à l'initiative de François on s'est arrêté pour le dernier, au bord d'un plan d'eau. Didier qui devait pousser jusque Arbois préféra ne plus perdre de temps et nous laissa là pour continuer sa route non sans avoir préalablement jeté un oeil sur la carte pour choisir son chemin.
Nous avons donc bu le dernier avant de rejoindre notre hôtel à Besançon.
Après une petite douche bien méritée, on s'est rendu au restaurant de l'hôtel. Des dizaines de tables rondes étaient dressées à notre intention, avec de jolies nappes blanches, des serviettes de la même couleur et une belle argenterie ;-). En entrée nous avons eu droit à une salade avec du jambon, du fromage, des tomates. En plat, une viande dont certains ont pensé qu'il s'agissait de volaille, d'autres de cochon, d'autres encore de veau, c'est dire notre niveau de compétence en la matière, à moins que ce soit dû à la "qualité" du morceau de bidoche. En dessert, un gâteau dont la saveur m'a rappelé le frangipane mais je ne mettrais pas ma main au four à pain !
A table, Philippe a retrouvé un gars qui avait fait le voyage en Norvège avec lui et qui n'avait manifestement pas apprécié de la même manière cette virée dans le Grand Nord ou presque.
Evidemment, on a chacun ses critères pour apprécier ou non de tels évènements et je me réserve le droit de juger par moi-même dans quelques années, lorsque j'irai à mon tour y faire un ... tour !!
C'est bon d'avoir des projets de voyages, ça permet déjà de voyager !!!
Avant de regagner nos chambres pour un sommeil réparateur, avec Jacques et François, nous avons fait le tour du parking pour prendre connaissance des forces en présence :-) Evidemment, il y avait une majorité de BMW, essentiellement des GS mais aussi des RT, GTL et autres LT, mais aussi deux DUCATI Diavel, une HONDA Cross Toureur, une KAWASAKI Versys 1000, deux HONDA Goldwing dont une était soigneusement bâchée au point que j'ai pensé que peut-être le couple propriétaire de l'engin dormait dessous ...

Voici les photos du deuxième jour pour vous faire patienter, la suite valant son pesant de cacahuètes, je puis vous l'assurer !!

19:16 Écrit par Alberto | Commentaires (3) | Tags : alpes 2012

Commentaires

Encore merci à François auquel j'ai emprunté cette autre photo, un François qui est sur le point de devenir riche grâce à vos nombreuses visites ...

Écrit par : Alberto | 20/08/2012

Tching ling ling...

Écrit par : Francois | 21/08/2012

Every Sha-la-la-la
Every Wo-wo-wo
Still shines
Every shing-a-ling-a-ling
That they're starting to sing's
So fine ....

It's yesterday once more !

Écrit par : Alberto | 21/08/2012

Les commentaires sont fermés.