24/07/2012

Le TRW, Tour de Wallonie !

C'est la suite !
Ainsi donc, après un crochet par la station service la plus proche et donc par conséquent pas la moins chère, peuchère, j'empruntai les petites routes habituelles pour rejoindre le point de départ fixé au bord du circuit de Mettet !
Hélas, hélas, hélas, à l'entrée de Biesme, un comité d'accueil déviait la circulation vers Oret pour une raison que je découvrirai plus tard ... En attendant, me voilà parti, tribord toute, en direction d'Oret ...
J'entends déjà d'ici le comique de service dire : "Si j'Oret su, j'Oret pas v'nu" !
Chemin faisant, je remarque de plus en plus de gens massés sur le bord de la route et je rattrape un 4X4 de la Police, sirène hurlante, avec un conducteur, bras gauche dehors, qui intime aux usagers de se ranger !
C'est trop d'honneur me dis-je dans mon for intérieur et voilà que je me prends au jeu de saluer la foule. A la flamme rouge, je comprends qu'il s'agit d'une course cycliste et du coup, j'en remets une couche, en faisant mine de pédaler sur ma moto ...
Ouais, je sais, c'est idiot mais ... on ne se refait pas !! Et bien, vous ne le croirez peut-être pas mais, sauf erreur ou omission de ma part, je pense que Blanchette et moi, n'avons jamais été autant regardés et salués sur notre passage.
J'ai eu mon heure de gloire en quelque sorte ;-)) Enfin, quelques centaines de mètres à tout casser !
En fait, vérification faite, il s'agissait du Tour de Wallonie, l'étape entre Binche et Mettet et donc, l'accès au circuit était purement et simplement interdit !
Ne connaissant pas l'itinéraire emprunté par le road-book, j'ai changé mes plans et suis parti vers Stave, Corenne, Rosée et Gochenée. Sur ces petites routes de 4 mètres de large, j'ai rejoint une caravane de voitures chargées de vélos, immatriculées au Pays-Bas, lettrées au couleur de l'équipe SKY, voitures qui roulaient à tombeau ouvert ... A mon avis, elles carburaient au même produit qu'ils mettent dans les bidons des coureurs ...
J'ai préféré suivre car aller plus vite c'était finir dans le fossé !!
Après Gochenée, j'ai continué tout droit sur Agimont, Heer, puis la remontée et la plongée vers Flamignoul, Anseremme et Dinant !!
Je passe le pont, il suffit parfois de le passer et c'est tout de suite l'aventure, comme le chantait je ne sais plus qui ;-), le pont avec tous les saxophones multicolores qui enjambe la Meuse. Je passe devant la gare et j'arrive au passage à niveau dont les barrières ... barrent la route. Un premier train passe. Le temps passe aussi. Un gars sur une Triumph Bonneville se pointe, juste un peu derrière moi, à ma gauche, le type béquille. Il arrive à hauteur des barrières, regarde à gauche, puis à droite. Le temps continue de passer. Je lui fais signe de faire des haltères et de nous libérer la route. Il a un casque jet, une petite sacoche en cuir estampillée de l'Union Jack. On bavarde un peu. Un second train arrive, plus court que le premier. On se salue, je pars devant et je suis déjà loin !
J'ai énormément de respect pour un tas de trucs et de gens, mais j'ai du mal à respecter les limitations de vitesse : ça m'a déjà joué des tours et ça m'en jouera sans doute encore mais c'est plus fort que moi. Il n'y a vraiment qu'en agglomération où j'arrive à me tenir et encore faut-il qu'il y ait beaucoup de trafic qui impose à ... redoubler de prudence !!
Je me penche sur ma Tigerette et je lui demande, au creux du rétro, si elle est partante pour "une petite Molignée". Grrr, qu'elle me fait, ce que je traduis par un grrrrrand oui et nous voilà partis dans un sympathique passo doble, laissant derrière nous tous les caisseux qui promènent leurs tombereaux et quelques motards en goguette. Oh, ne croyez pas que j'ai "frotté la centrale", le nez dans la bulle, loin s'en faut, mais j'ai roulé un peu actif quoi, sans plus !
Je suis rentré à la maison après +/- 186 bornes et j'avais la banane comme on dit dans le jargon cycliste ;-))
Bien le blouson, aéré et tout : adopté dès la première sortie !

22:01 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.