12/06/2012

Sardaigne, jour 9 !

sardaigne 2012En fait, dernier petit bout de Sardaigne ce jour là puisque la première partie du road-book nous baladait de Luogosanto à San Teresa Gallura où le ferry devait larguer les amarres à 11 heures.
Comme j'avais été le dernier à arriver à l'hôtel San Trano, j'étais prêt le dernier pour le quitter. Il faut dire pour ma défense que je quittais également ma Josée qui, elle, restait là jusqu'au dimanche matin. J'ai encore l'image de ma douce qui court à côté de la moto pour me dire au revoir et j'avoue qu'à ce moment-là j'ai eu comme un petit coup de cafard à devoir prendre congé d'elle : c'est qu'elle m'aime encore un peu la tigresse ;-))
"Heureusement", lorsqu'on roule à moto, il faut toujours rester concentrer sur son sujet et on n'a dès lors pas beaucoup le temps de se poser des questions ou d'avoir des états d'âmes, tadam comme dirait Renaud !
Or donc, dernier petit bout de Sardaigne avec un itinéraire de 44 kilomètres et 306 mètres passant par Crisciuleddu, Li Ferroli, Malti, Vignola mare pour rejoindre la côte puis Ciuchesu et enfin le port de San Teresa Gallura.
Le bateau était là où on l'attendait et vice versa, on a rentré les motos qui ont été solidement attachées par le personnel naviguant, on est monté sur le pont supérieur et cette fois, je n'ai pas été sur le pont extérieur, j'ai été au bar pour prendre le dernier café italien ...
Une grosse demi-heure plus tard environ, le ferry manoeuvrait pour accoster à Bonifacio , nous lâchant ainsi sur le sol corse !
On refixe pour la gnègnème fois le sac de réservoir, on en fait de même pour le Tripy qu'on rallume pour la gnègnème fois plus une (?), menu "Road books", "Utilisateur", "Sardaigne 2012", "Sardaigne j-9-2"pour accéder au second trajet du jour soit 129 km et 868 mètres entre Bonifacio et Ajaccio.
On est passé par La Tonnara, Pianottoli-Caldarello, Roccapina, Orasi, Bocca Albitrina et Propriano où nous avons mangé, à la terrasse d'un restaurant sur le port.
J'ai le souvenir d'une belle et grande serveuse blonde qui n'en pouvait plus, elle avait sans doute mal aux pieds, son string était sans doute trop tendu ou que sais-je, mais elle se plaignait ouvertement qu'elle n'en sortait pas et l'arrivée d'une douzaine de motards patibulaires mais presque n'avait fait qu'ajouter à son malheur. Le serveur au contraire était tout guilleret et nous charriait un peu ...
Nous avons passé notre commande, j'ai pris des brochettes de viande je crois, on a été servi plutôt rapidement sauf Philippe qui a attendu ses frites plus d'une éternité. Il a fait passer le message au serveur qui l'a passé au cuistot qui, pour l'occasion, était U-N-E cuistot, que Philippe est allé trouver personnellement aux cuisines pour répondre au message qu'elle avait transmis au serveur qui l'avait rapporté à Philippe ... Vous suivez toujours ?? Enfin que soit, Philippe a ramené la jolie cuisinière (?) jusqu'à notre table, puis il est allé lui montrer nos motos en lui demandant laquelle elle préférait, juste comme ça, pour voir !
Il espérait sans doute qu'elle allait désigner sa grosse GS Adventure grise et noire et bien non, elle a préféré la Yamaha XT 1200 Super Ténéré, la grosse bleue comme elle a dit, la machine d'Alain, le bienheureux ;-)).
A partir de là, on l'a bien chambré avec sa grosse bleue, j'ai même pensé à le surnommer "Grand schtroumpf" mais j'ai oublié de le signaler !
Après le repas, j'ai un doute mais je crois que le groupe s'est divisé, certains suivant Henri dans les petites routes montagneuses tandis que d'autres ont suivi la côte avec Dimitri, arrêtez-moi si je me trompe ...
Entre nous, ces routes à l'intérieur du pays ne m'ont pas du tout botté : elles étaient de très mauvaise qualité, très bosselées avec, cerise sur le gâteau, des gravillons un peu partout, vraiment pas de quoi mettre la banane derrière la visière si vous voyez ce que je veux dire. On a longuement suivi un local sur TDM qui enroulait gentiment mais efficacement et on est arrivé à un "T" où se trouvait un bistrot qu'Henri choisit pour marquer l'arrêt. Un couple de motards belges, monsieur et madame, qui ne faisaient pas partie du groupe, s'arrêta également sur le parking, couple qu'Henri connaissait : il faut dire que c'est la 14ème fois qu'il "fait la Sardaigne" et que, par conséquent, il y a sans doute ... baladé presque tous les motards que compte la Belgique !!!
On a donc traversé Cipiniellu, Cappiciolo, Stiliccione, Cognocoli-Montichi et Pisciatello pour arriver enfin à Ajaccio où tout le groupe se retrouva autour d'un dernier verre pour certains, une énorme glace pour d'autres, avant d'embarquer sur le bateau. Le moment venu, j'ai vite compris qu'il fallait suivre François qui était parti sans hésiter pour rejoindre le quai d'embarquement. Les autres étaient partis s'engluer dans les embouteillages de la ville et nous avons dû les attendre pendant une bonne dizaine de minutes, au point que François en était venu à se demander si on ne s'était pas trompé de quai !
Longue attente avant l'embarquement, embarquement, installation dans les cabines (à deux plutôt que quatre), douche, bar, repas du soir inclus dans le prix global, cuisine plutôt sans saveur comme à l'aller mais cette fois on nous a laissé plus de temps pour arriver à nos ... fins !
J'ai là un souvenir d'une jolie brunette qui faisait le service et qui avait un badge accroché à la poitrine où il était écrit "garçon" !
Les filles ne sont définitivement plus ce qu'elles étaient mon bon monsieur ...
Il y en avait une autre également, dont les charmes débordaient de partout, qui remit notre ami Philippe à sa place en le mettant au défi de s'attaquer à plus gros morceau que cette fluette brunette ;-))
Entre nous, je crois que le Philippe en question n'a peur de rien mais bon, on avait d'autres chats à fouetter !
On s'est retrouvé sur le pont, à l'air libre, et on a encore bu des bières jusqu'à plus vraiment soif avant de gagner nos cabines vers 23 heures et s'endormir, bercés par une mer d'huile : tiens, faudra que je vérifie le niveau demain ...

21:28 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : sardaigne 2012

Les commentaires sont fermés.