31/05/2012

Sardaigne, jour 3, deuxième !!

Six heures du mat', une voix douce nous invite à nous rendre au restaurant du ferry pour prendre le petit déjeuner. Bizarre, j'aurais pourtant parié au moins une lire que j'avais mis l'alarme du GSM sur 5 H 30' comme on nous l'avait conseillé la veille ...
La seconde d'après, François sautait à pieds joints dans son pantalon, enfilait son pull vert pomme, et courait déjà dans les couloirs du bateau ... Pendant ce temps-là j'ouvrais d'abord l'oeil droit, puis le gauche pour me rendre compte qu'il était déjà sorti ;-))
Un brin de toilette plus tard, je le rejoignais pour faire la file au self avec les autres sur le pont supérieur.
Nous avons ensuite regagné nos cabines pour nous équiper en motard et replier bagages avant de descendre dans les garages où nous avons retrouvé nos machines comme nous les avions laissées ...
Nous étions à PROPRIANO, hissez haut, à sept heures.
Nous avions juste 63 bornes à parcourir pour rejoindre l'autre port corse, à BONIFACIO où nous ne devions embarquer qu'en toute fin de matinée.
Autant dire qu'on a d'abord traîné sur la route avec un long arrêt sur les hauteurs de Propriano, et qu'on a ensuite traîné autour du port en attendant midi.
Les guides nous avaient conseillé d'acheter nos sandwiches avant d'embarquer afin d'éviter la cohue au bar du ferry et pour des raisons économiques également.
A ce propos on a tout de même payé un bête sandwich au thon quelque chose comme 4 € et la tout aussi bête cannette de Coca, de l'ordre de 3.30 €, pas vraiment l'affaire du siècle et franchement de quoi avaler de travers ;-))
Au moment de l'embarquement, même procédure, arrimage des motos à l'aide de cordes effectué par le personnel navigant, passage par des escaliers très raides en direction des ponts supérieurs pour atteindre une salle très sombre, basse de plafond et surchauffée où nous avons tous déballé nos repas pour les grignoter du bout des lèvres tant ils étaient chers ;-)))
Passage à l'air libre, un pont plus haut, pont balayé par le vent dont la force était doublée par la vitesse du frêle esquif et où il fallait s'agripper à sa moumoute pour ne pas passer par dessus ... bâbord ou tribord.
On a atteint l'autre rive plus ou moins 50 minutes plus tard et AVONS E-N-F-I-N atteint la côte sarde à SAN TERESA GALLURA !!!
Buongiorno Italia, buongiorno Maria
Con gli occhi pieni di malinconia
Buongiorno Dio
Lo sai chè ci sono anch'io !
Lasciatemi cantare ...

21:36 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : sardaigne 2012

30/05/2012

Sardaigne, jour 3 !

Et oui, déjà le jour 3 et nous ne sommes pas encore rendus comme on dit à Québec !
Deux jours pour traverser la France, une nuit pour arriver en Corse et encore quelques ... minutes pour enfin toucher les côtes sardes !!
Voici en avant-première mondiale et par-delà, les splendides photos , n'ayons pas peur des mots de cette troisième étape qui nous verra rejoindre, enfin, notre destination !!!

22:50 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : sardaigne 2012

Sardaigne jours 1 et 2, fin !

SARDAIGNE 2012 012.jpgSi le menu du premier jour était lourd en terme de kilomètres à parcourir, ce n'était pas le cas du deuxième : 667 jeudi et seulement 302 ce vendredi pour rejoindre Marseille. C'est dire si nous avons pris nos aises dès le petit déjeuner, prévu à 8h00 malgré tout, la grasse matinée étant réservée aux "vrais touristes" sédentaires et gras !
Petit déjeuner copieux avec tout ce qu'il fallait pour satisfaire tous les goûts et toutes les couleurs, je sais ça ne veut rien dire mais ça devait être dit ;-)
Les tables étant limitées à 6 places, François s'est vu obligé de migrer à la table voisine qu'il a partagée avec Henri et Dimitri, nos deux guides spirituels puisqu'ils ont toujours eu le mot pour rire, tout au long du voyage !!
Ils auraient pu nous faire un duo façon Laurel et Hardy en chantant "C'est moi qui guide, c'est toi qui guides, c'est nous qui guidons !!"
Pfffffffff ...
Bon, c'est pas tout ça mais faudrait quand même voir à prendre la route, la plus courte n'étant pas forcément la meilleure et puis, au bout, il y avait un bateau à prendre qu'il était interdit de louper.
Nous avons très vite essuyé les premières gouttes de pluie, celle-ci s'intensifiant plus nous descendions dans le sud. Chacun prit dès lors ses dispositions pour enfiler les plastiques par-dessus les cuirs, les Cordura et autres Gore Tex, un Tex Avery en valant deux n'est-il pas, et c'est ainsi que nous nous sommes un peu dispersés. A un moment, je remarquai un emplacement de parking et je m'y rangeai, suivi par Didier. De l'autre côté de la route il y avait un petit pont de chemin de fer sous lequel nous nous sommes abrités pour nous équiper de pied en cap, que dis-je, en péninsule !
Nous sommes repartis de plus belle jusqu'à atteindre SISTERON. J'avais pris un peu d'avance et, après le tunnel qui mène à la ville, je vis François qui faisait des grands signes, m'indiquant de contourner par la gauche pour atteindre le parking en contrebas de la place.
Un peu plus tard, Didier arriva mais il fila tout droit sans demander son reste ...
Nous avons longtemps attendu Henri et Bernadette alors que, finalement, ils étaient devant ... avec Didier qui les avait rejoints. Voilà qui m'a coûté trois appels internationaux, l'un pour m'entendre souhaiter un "Bon Appétit" de la part du facétieux Henri !!
Nous avons mangé en terrasse, au vent et dans le froid, sous le regard interloqué du garçon du "Grand Salon" et en compagnie des guides, jamais avares en anecdotes en tout genre !!
Nous avons retrouvé nos amis à MANOSQUE et avons continué la route tous ensemble jusqu'aux portes de Marseille que nous avons atteintes vers 16 heures.
Nous avons attendu environ une heure sur le quai d'embarquement, le temps de discuter avec l'un ou l'autre touriste de passage, notamment un couple de français, heureux possesseurs d'une splendide DUCATI Diavel ...
A l'heure "H", nous avons quasiment fait le tour du port au pas d'homme pour rejoindre le bateau qui nous attendait quasiment de l'autre côté de la Méditerranée ;-))
On a rangé nos motos en file indienne, sur leurs béquilles latérales et certains se demandent encore à l'heure qu'il est s'il valait mieux "mettre une vitesse" ou les laisser au point mort ...
Les hommes d'équipage se sont attelés à les attacher à l'aide de fines cordes pour assurer leur maintien en cas de gros creux ;-)
Nous avons eu la chance d'occuper à deux une cabine qui est normalement prévue pour quatre et croyez moi, c'est du luxe car il est bien difficile de gérer un espace aussi restreint lorsqu'on est quatre à le squatter : là, pas de souci, on se serait presque cru dans une grande suite !!
Petite douche et passage au bar avant un autre passage éclair, au restaurant celui-là, pour le repas du soir.
Nos guides avaient âprement négocié une formule "demi-pension" sur le bateau mais la condition fut que nous avons été obligés d'engloutir le repas entre 19 heures et 20 heures, au (re)pas de course, après quoi nous avons été ... gentiment mais fermement invités à faire place nette. Au menu, du dos de cabillaud accompagné de taboulé et un gros profiterole en dessert : tout cela n'avait qu'un vague goût, la fadeur étant sans doute le meilleur qualificatif qui me vienne à la bouche ;-)
Pour prolonger la soirée, j'ai invité mes amis à un "dernier" verre au bar avant de regagner nos appartements ...
Une courte nuit nous attendait puisque le petit déjeuner était prévu à quelque chose comme 5h30 si je ne m'abuse !! Vive les vacances !!!

21:39 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : sardaigne 2012

29/05/2012

Sardaigne, jours 1 & 2 (part two ... ZZZZZ)

SARDAIGNE 2012 004.jpgComme je le disais à François, j'avais prévu de continuer le récit dès hier mais une invitation de belle-maman en a décidé autrement !
Et donc, cette 1ère étape de liaison vers Marseille s'arrêtait à Beaucroissant dans la région de BelleMiche.
Les guides Dimitri et Henri avaient proposé un départ de la station service de Capellen à 9h00 au plus tard mais cette proposition n'a pas rencontré un franc succès, c'est le moins qu'on puisse dire puisque seul Philippe, surnommé "Midou", drivant une grosse GS Adventure, les a rejoint à cet endroit.
Tous les autres sont partis d'ailleurs ou le jour avant ou ... que sais-je encore !
C'est donc avec le seul François, il est unique en effet, que nous avons fait la route. Il est arrivé à la maison à 7H45 comme prévu et, après une dernière jatte de café, nous avons décollé à 8h00 sonnantes et trébuchantes !
J'avais finalement pris la précaution de faire les niveaux et de vérifier la pression des pneus mais nous avons fait un arrêt carbu à Couvin pour que François fasse l'appoint également.
Comme j'avais glissé à son oreille que j'estimais utile de s'arrêter au minimum toutes les 2 heures, c'est pile poil à 10 heures que nous avons fait le "véritable" premier arrêt pour se dégourdir les guiboles et le reste.
Je descends de moto, enlève les gants, le casque et ... les bouchons. Je constate qu'il me manque un bout de bouchon ... Premier arrêt et voilà déjà que je perds un truc, ce n'est pas P-O-S-S-I-B-L-E !!!!!! Je me mets à plat ventre et ferme un oeil pour scruter l'horizon au ras du sol et ... je ne vois rien. Je râle, je peste et François me demande si le morceau qui manque n'est pas resté dans mon oreille. Vous imaginez ? C'est comme dire à un bigleux qui cherche sa monture qu'il l'a sur le bout du nez, non ??
Je dis non, convaincu que le bout qui manque concerne l'oreille droite mais, par acquit de conscience je glisse mes pouce et index gauches dans l'oreille gauche et ... oh ... surprise, le bout de bouchon est bien là : planqué va !!!
Evidemment, François en rit encore, le traître !
Route sans histoire : on a vu VERZENAY au loin, François distinguant le phare et moi le moulin, l'endroit étant connu puisque nous l'avions visité lors du trip en Champagne.
Nous étions à midi à LEUGLAY et nous aurions pu manger au restaurant "Les Fumerons" par lequel, sauf erreur, nous avons déjà transité lors d'une remontée du sud de la France, mais nous n'avions pas encore grand faim ni soif !
Nous avons dès lors continué près d'une heure et demie jusqu'à la périphérie de DIJON où François connaissait un excellent "Mac Do" dont nous avons vu l'enseigne au loin mais nous avons été bien incapables de le rejoindre tant le centre commercial était immense. On a planté les motos sur le parking d'un Carrefour, sommes entrés dans une galerie marchande et, renseignements pris, nous sommes dirigés vers le self d'un Casino.
Autant vous dire que le repas fut vite avalé, nos papilles n'ayant même pas le temps d'apprécier à leur juste valeur les mets délicats que nous avions choisis ;-) J'en ai eu pour mon argent, quelque chose comme 6 € 80 si j'ai bonne mémoire. L'adage qui dit que l'appétit vient en mangeant n'est pas toujours vérifié, croyez-moi sur parole !
On a continué sur des routes qui devenaient heureusement de plus en plus intéressantes, entendez moins rectilignes, et cahin-caha, copains clopant, sommes arrivés à l'hôtel "Le Pont de Champ" à quelque chose comme 19 heures, non sans avoir fait les pleins d'abord. Nous avons retrouvé nos amis Didier, Henri et Bernadette, Solange et Jacques, ainsi que d'autres motards que nous avions rencontré lors de la réunion préparatoire chez Dimitri.
Le moment est peut-être bienvenu pour énumérer les forces en présence ;-)
Outre donc les "habitués", il y avait, par ordre alphabétique :
- ALAIN : Yamaha XT 1200 Z, Super Tenere (la grosse bleue, j'y reviendrai)
- DIMITRI : Triumph Street Triple (guide Cap Moto)
- HENRI : Bmw 800 GS (guide Cap Moto)
- JEAN PIERRE : HONDA Integra (oui, un scooter mais qui n'est plus vraiment un scooter !)
- PATRICK : Bmw 1200 GS (même top-case que moi dites-donc, non mais !!)
- PHILIPPE : Bmw 1200 GS Adventure.
Au total il y avait donc là 11 motos (et assimilé), 13 participants auxquels il faudra ajouter JOSEE et GABRIELLE qui se joindront à nous chaque soir !!
Je crois me rappeler qu'il y a eu quelques désistements de dernière minute qui ont contrarié les organisateurs qui auraient préféré qu'on atteigne le nombre de 20 participants pour une meilleure rentabilité de l'opération ...
Une leçon à retenir assurément avec des acomptes à exiger, acomptes non remboursables si désistement tardif et/ou non sérieusement motivé !!
On a descendu quelques bières et autres apéritifs avant de passer sous la douche et ensuite à table !!
Il n'a pas fallu longtemps pour que l'ambiance soit bonne et, à l'usure, nous avons obtenu qu'on nous offre le pousse-café, une verte Chartreuse.
A ce petit jeu de la drague et de la persuasion j'ai vite compris que j'avais trouvé au moins "mon alter ego" si pas mon maître en la personne du grand Philippe, un gars bien sympathique qui travaille à l'ancien "M.E.T." et qui s'occupe activement de la sécurité des motards, le plus beau métier du monde si pas le plus vieux ;-)))
Restaient à convenir de l'heure du petit-déjeuner et à dormir, ce qui fut fait dans cet ordre là.
Bien que nous étions trois à partager la chambre, celle-ci était composée de deux pièces séparées par une porte, de sorte que nous avons pu isoler Didier et ses ronflements insupportables pour certains ...
Rideau sur cette première journée !!

22:14 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : sardaigne 2012

28/05/2012

Sardaigne, jours 1 & 2

A la surprise générale de ... moi tout seul, alors que je viens à peine de béquiller la TIGER au garage après plus de 3.500 km et près de 58 heures de moto en 11 jours, voilà que je me décide déjà à entamer le compte-rendu de ce voyage dans ... l'autre île de beauté.
Commençons d'abord par les photos de ces deux premiers jours qui ont consisté à descendre jusqu'au port de Marseille pour prendre le ferry ...
Deux jours, deux nuits et encore une grosse matinée pour arriver en Sardaigne alors qu'il ne faut qu'une heure 45 en avion, on peut se poser la question de la "raisonnabilité" de la chose comme dirait Sé-sé-sé-Ségolène ... Et bien non, la question ne se pose pas car les vacances commencent dès qu'on pose les fesses sur la selle de la moto, les pieds sur les repose-pieds et les mains gantées sur le guidon !!!

19:55 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : sardaigne 2012

16/05/2012

Beaucroissant !

Sympa le nom du patelin qui constituera notre première étape dans la descente à Marseille pour monter ensuite sur le ferry qui voguera, toutes voiles dehors, jusqu'en Corse !!
Les amis Solange et Jacques, Bernadette et Henri, accompagnés de Didier partaient dès ... ce matin pour "couper la poire en deux". C'est vrai que de chez moi à Beaucroissant (mettez-m'en trois SVP !), Michelin indiquait 719.9 kilomètres en optant pour "le plus court chemin" et cela a suffi pour en refroidir quelques uns, notamment Jacques qui voulait ménager sa monture, son épouse ainsi que son dos, faisant ainsi des émules auprès de ceux qui ... ont bien plus de congés que nous et qui, par conséquent, peuvent prendre leurs aises !
Quand je dis "nous" c'est de François et de ma pomme dont je parle : nous sommes là, à compter les jours de congés que nous devons savamment distiller, pour les partager au mieux sans créer de tensions familiales, amicales et ... patronales !
Ainsi donc, François nous a concocté un itinéraire aux petits oignons qui ne devrait curieusement pas dépasser les 664 kilomètres : il a fait plus court que le plus court proposé par Michelin, autant dire qu'il a fait très fort !!
Je suppose qu'il ne s'agit pas de distances à vol d'oiseau ;-)))
En ce qui concerne les bagages, il faut savoir que ma Douce faisant le voyage en avion/voiture de location avec Gabrielle, épouse de Didier, j'ai pu glisser quelques affaires dans ses valises et, du coup, j'ai vraiment l'impression que mon top-case (Givi Maxia 55) est ... vide !
De là à craindre de me retrouver au bord de la route "à poil sans mes bottes", comme dans la chanson de Renaud , il n'y a qu'un pas que mon pauvre esprit franchit allègrement !
Bon, je vais aider madame à préparer le souper ... J'ai faim !!!

Aaarrrgggghhh, plus que six grosses heures à dormir avant que le réveil sonne : plus de temps à perdre en bavardage !
Dernières caresses aux chats, derniers bagages à plier, dernières recommandations aux êtres chers et dodo ! Une longue route nous attend demain, va falloir être "aware" !

Profitez de mon absence pour relire des grands classiques, ça vous changera ;-)
A bientôoôôôôôôôôôôt !!!!

18:38 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : sardaigne 2012

14/05/2012

Image du jour ...

SUPERBIKE 2012 DONINGTON.jpg
Superbike à Donington aujourd'hui ...
On ne le dirait pas comme ça mais, dans la première manche, les deux BMW de MELANDRI et HASLAM ont réalisé le doublé avec une première victoire historique pour la marque bavaroise.
En seconde manche par contre, Jonathan REA en a décidé autrement en envoyant les deux compères au tapis dans le dernier virage du dernier tour : un "fait de course" ? Peut-être ...
En tout cas, ce qui est certain, c'est que les REA, MELANDRI, HASLAM, BIAGGI et SYKES nous ont régalé tout au long des deux manches ... car ce ne sont pas des manchots !!!

Voir l'épilogue ICI , un article de "Moto-Station".

00:06 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

13/05/2012

Bonne fête !!!

Bonne fête à toutes les mamans !!!!.
Et oui, chez nous c'est aujourd'hui la fête des mamans, on est en avance par rapport à nos amis d'Outre Quiévrain ...
Faut dire qu'on a toujours au moins une longueur d'avance sur eux ;-))
Bah, l'ami HOLLANDE va changer tout ça !!!
D'ailleurs, pour étayer cette affirmation, il se chuchoterait, dans les milieux autorisés, que pour sortir plus vite le pays de la crise, il commencerait par supprimer purement et simplement les limitations de vitesse à soixante-dix et quatre-vingt-dix kilomètres à l'heure pour les remplacer par septante et nonante kilomètres à l'heure : seul un président socialiste pouvait oser une telle mesure, non ??

11:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

New cap ...

Je reviens du "New Cap", un restaurant à Lasne, une des communes les plus "chic" de Belgique, certains diraient un des quartiers les plus "surfaits" de Belgique ...
M'en fous, c'est pas moi qui invitais et ... de toute manière, l'addition, à ce que j'en sais, ne fut pas des plus lourdes, "loin" s'en faut, d'autant qu'entre Lourdes et Lasne, il y a du chemin à parcourir, 1.065 bornes si on en croit "Michemin", 760 si on choisit "l'autre Lourdes", à l'est de Quimper en Bretagne :-)))
Un peu déçus par la carte et par le service même si pas grand chose à reprocher à ce qu'on a trouvé dans nos assiettes et c'est sans doute là l'essentiel ...
Tiens, vous ai-je dit qu'une réunion s'est tenue chez Dimitri, réunion préparatoire à notre voyage en Sardaigne, réunion suivie, sur l'idée de ma Douce, par une bonne bouffe "Chez Ginette" à Houtain-Le-Val, où nous nous sommes retrouvés, Solange et Jacques, Gabrielle et Didier, Bernadette et Henri ainsi que Josée et moi-même ??
Très sympa cette sortie, à renouveler assurément, indépendamment des voyages que nous effectuons ensemble ... ou pas tous ensemble vu qu'en matière d'épouses accompagnantes, seules Bernadette et Solange sont de vraies assidues ... sur la selle des brêles d'Henri et Jacques !!!
La réunion préparatoire, en elle-même, ne nous a pas, à proprement parler, appris grand chose sur le voyage en lui-même, et n'a finalement servi qu'à rencontrer les autres participants à l'aventure, organisateurs compris. Quelques consignes utiles ont été glissées dans les conversations, genre "prendre un double des clés", "prévoir une tenue de rechange" dans un sac à emporter une fois à bord du bateau plutôt que de trimballer les valises et autres top-cases ...
Il a été convenu également de discuter, chaque soir, des hauts lieux touristiques à ne pas manquer tout au long des 3.500 kilomètres que nous allons être amenés à parcourir en 11 jours ...
Une carte au 1/200.000 était étalée sur la table et on a pu constater que cette île italienne n'aurait plus de secrets pour nous après ce voyage. J'en ai eu la confirmation hier, lorsque j'ai affiché les divers road-books sur mon pc portable et que je les ai marqués au feutre fluorescent sur ma carte au 1/350.000, carte que je remettrai à nos épouses, Josée et Gabrielle, qui feront la route en voiture de location ...
Jugez plutôt :
- on débarque à SANTA TERESA DI GALLURA après un crochet par la Corse entre Ajaccio et Bonifacio et on descend dans la périphérie de DORGALI, à Cala Gonone exactement;
- de là, on descend jusqu'à TORTOLI pour remonter jusqu'à GAVOI, en passant par ORGOSOLO, village bien connu pour ses fresques peintes à même les façades des maisons;
- on plonge ensuite jusqu'à BURCEI par l'intérieur des terres;
- de BURCEI, on longe les côtes du sud en passant par VILLASIMIUS, CAGLIARI, pour remonter jusqu'à BIDDERBI et l'agriturismo "Le Rocce Bianche";
- on quitte à nouveau la côte pour revenir ensuite sur BOSA MARINA, en décrivant une espèce de "grand huit" sans qu'il se croise au milieu si vous voyez ce que je veux dire;
- on remonte enfin, plein nord comme dirait François, jusqu'à LUOGOSANTO en passant par PORTO TORRES.
De là, on rejoint SANTA TERESA DI GALLURA, on remonte sur le bateau, Bonifacio, Ajaccio, "re-bateau", Marseille et remontée vers le plat pays qui est le nôtre ...
Un programme de folie puisqu'on change d'hôtel TOUS LES JOURS, toutes les nuits devrais-je dire ! Cela ne va pas être de tout repos mais je crois pouvoir dire, sans trop m'avancer, que le jeu en vaudra la chandelle !!
Là, je la souffle et je vais me coucher, des images de voyage plein la tête !!!

00:29 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

10/05/2012

En passant ...

CHAMPAGNE 2012 MEMORIAL BONHUIL.JPGJ'ai eu eu flash ...
Vous avez vu comme, d'une course à l'autre, les esprits se sont calmés chez DUCATI Racing Team : depuis les propos plutôt incendiaires du "Dottore" après le grand prix du Qatar, "des choses" ont certainement été mises au point car, tout à coup, tout le monde a retrouvé le sourire (sauf peut-être Niky HAYDEN) et Valentino est presque heureux de terminer 7ème avec 26.797 secondes de retard sur Casey et de dire que, tout va mieux, que l'évolution est bien là, que le feeling à bord de la machine s'améliore grandement au point qu'enfin, le TGV (Très Grand Valentino) peut enfin attaquer ...
Vous savez quoi ? Si Hector BARBERA court sur une DUCATI Pramac, j'ai le sentiment que ROSSI est en train de prendre la mesure de la DUCATI Prozac ;-)))
Ok, ok, c'était facile mais ... il fallait y penser, non ?
On ne demande pas mieux qu'il vienne lutter à armes égales avec les actuels jeunes ténors de la catégorie reine !!!

Alooooooooooors, pour que François puisse terminer, en toute sérénité, son compte rendu en donnant les 4 liens vers les 4 albums photos que j'ai confectionnés au cours de ce voyage en Champagne, voici le dernier lien vers les photos du quatrième et dernier jour de ce périple champenois !
Autant vous dire qu'avec le temps qui passe, les chances que je vous gratifie d'un compte-rendu exhaustif s'amenuisent comme celles de décrocher le jackpot à l'euro millions ...

12:54 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

08/05/2012

Des pneus ... au ... top !

Petite digression et petit retour en arrière pour répondre au commentaire de "OLI" de Limal ... Entre charentaises, je suis ravi OLI, qu'on me lise jusqu'à Limal et par delà ;-)
Pour ce qui concerne les pneus, il me dit qu'il n'est pas très content du flou que génère les Pirelli Scorpion Trail sur l'angle, qu'ils ont 5.000 km et qu'il est ... déjà temps de les changer.
Personnellement j'ai plus de 8.500 bornes avec ces boudins et, à première vue, il semble qu'ils en feront encore quelques milliers.
Ceci dit, je peux me tromper et je vérifierai dès demain, au saut du lit, si je n'ai pas sous-estimé leur usure : c'est hélas un truc qu'on a tendance à négliger, les pneus, alors qu'ils représentent les seuls éléments qui nous relient à la terre ferme, trop occupés que nous sommes à planer tant le plaisir du pilotage nous fait oublier le reste ;-))) Pffff !
En fait, cher OLI, la seule chose qui m'ait un peu dérouté avec ces pneus, c'est qu'au premier contact, la direction m'avait paru extrêmement légère et hyper-réactive par rapport à mes motos précédentes (une Suzuki Freewind et une DL 650), sans doute parce que le Scorpion Trail est plus rond que les habituels METZELER Tourance que j'utilisais jusque là ... A part ça, je dois dire que je leur fais entièrement confiance mais je dois ajouter que j'ai dépassé l'âge "d'angler" comme un malade et que je n'attaque plus la corde comme un dératé depuis des siècles et des siècles !
En son temps, les journaux spécialisés n'ont dit que du bien de ces nouvelles enveloppes même s'ils concluaient en confirmant qu'elles étaient essentiellement dessinées pour la route ...
Voilà pour les pneus.
En ce qui concerne le top-case, il faut savoir que j'en ai deux, deux GIVI, un MAXIA (55 litres) et un B 33 (litres), tous deux dans la gamme "Monokey" car ils supportent 10 kg contre seulement 3 kg pour les "Monolock". Celui qui a dit "du vagin" me donne son journal de classe !!!
Je n'aimais pas la forme parallélépipédique du top Triumph, trop teuton dans l'approche si vous voyez ce que je veux dire, non plus que sa capacité, inférieure à 40 litres si j'ai bonne mémoire et son prix qui, platine comprise, frôlait les 600 euros !!
alu rack.jpgEt pour fixer ces boîtes à pain, comme dit Jacques, j'ai trouvé mon bonheur chez SW-MOTECH .
Le site est allemand mais rédigé en anglais, de toute façon les images parlent autant que les mots.
Les chemins :
1. Shop > luggage systems > racks > alu rack > page 4 "Triumph" 800 / 800 XC : 109.95 €
quick lock adapter plate.jpg2. Shop > luggage systems > racks > quick lock adapter plate for individual use > 4ème item pour "GIVI/KAPPA" Monokey : 29,95 €
Il faut les deux pour pouvoir fixer les coffres à jouets !!
Perso j'avais commandé le rack via le concessionnaire et l'adapter plate via internet : 10% de ristourne dans le premier cas, plus de 15 € de frais de port dans le second. Cela dit, je ne peux que louer les services du second, "The Douda's shop" de Mülheim. Déjà, à chaque envoi on reçoit des sachets de bonbons, ce n'est pas une blague !!
Ensuite, lors d'une sortie avec les potes, Jacques ayant remarqué qu'une des vis qui relient les deux éléments était cassée, j'ai été amené à en commander. Le prix était de 5.95 € et je râlais déjà de devoir en ajouter 15 pour les "frais de port international". Je passe commande de deux pièces pour "amortir" le coût du transport et j'envoie un e-mail pour exprimer ce qu'est le blues du motard qui doit raquer trois fois le prix d'une vis pour se faire livrer ;-)
J'avais écrit sans conviction, on m'a répondu dans les 24 heures en certifiant qu'il s'agissait de tarifs imposés et on m'a promis d'en mettre une troisième GRATUITEMENT, ce qui fut fait avec, toujours en prime, les fameux sachets de bonbons : c'est pas du service ça, hein ?
J'ai acheté les top-cases chez RAD à Nivelles : le gros m'a coûté 285 € et pour le petit j'ai attendu une action "25% sur un article" de sorte que je l'ai acquis pour 105 €. Faites le compte : pour moins cher que chez TRIUMPH, j'ai deux splendides coffres à outils à la forme aérodynamique qui ferait pâlir d'envie les meilleurs designers chez Lamborgivi ;-)))

PS : !!! WARNING !!! depuis lors, GIVI a sorti une platine adaptée au porte-paquet de la Tiger 800 mais ça manque un peu de discrétion. A vous de voir !

20:47 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Champagne, le troisième jour !!!

IMG_5823.JPGToujours pas de compte-rendu de ce mini-trip, la faute à la préparation du "maxi-trip" qui va suivre !!
Pour prendre patience, voici les photos du jour avec, en points d'orgue, la visite de Provins et celle du Musée de la Moto, à Montmirail, un musée privé appartenant à Monsieur LEBOEUF, joyeux octogénaire dont les yeux brillent encore dès qu'il parle de sa passion ...

PS1 : François a "déjà" publié son compte-rendu. Je vous invite à vous rendre sur son site sans perdre de temps !!!!!!

PS2 : Henri, quant à lui, n'a même pas encore ouvert la rubrique "voyages 2012" ... Ces jeunes retraités n'ont plus de temps pour eux ;-))

00:22 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

05/05/2012

Champagne et que ça saute !

2012-04-29 14.16.45.jpgDésolé mais je n'ai pas trop le temps de mettre des mots sur toutes les belles photos que j'ai ramenées de ce petit voyage ... Cela dit, j'ai tout de même ajouté des "légendes" à la plupart d'entre elles, légendes qui en disent déjà pas mal d'une part sur les sites visités et d'autre part sur l'ambiance qui a régné tout du long ...
Voici donc le lien vers les photos du deuxième jour qui nous voyait faire une boucle entre ... Sézanne et ... Sézanne, sinon çà n'aurait pas été une boucle n'est-il pas ?

N'oubliez pas demain, Moto GP à Estoril (plus Moto 2 et 3) ainsi que Superbike à Monza : de quoi passer un excellent dimanche.
Il y a aussi le R.A.T. Bailleux qui organise une bien tentante virée jusqu'à Francorchamps mais ... trop is te veel comme on dit des deux côtés de la frontière linguistique : je reviens de Champagne et dans à peine une douzaine de jours on repart en Sardaigne. Faut pas trop abuser des bonnes choses non plus, ça pourrait faire trop de bien !!!

23:41 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

02/05/2012

Champagne, le retour !

Bien rentré de ce "mini-trip" bien sympathique dans cette région toute proche, juste à un jet de bouchon !
Il n'a pourtant pas commencé sous les meilleurs auspices, même si cette expression est un peu exagérée, vous l'aller voir tout à l'heure.
Déjà le vendredi, alors que je comptais terminer ma journée comme elle le devrait en fonction du régime de 38 heures, à savoir à 15h30, j'ai été tenu d'élaborer et d'encoder mes prestations dans la mesure où le boss avait rêvé d'établir ses factures le 1er mai : ma journée s'est terminée à plus de 18 heures ...
Vous aurez relevé au passage comment un patron trop zélé peut fouler au pied une telle fête, n'est-ce pas ?
Donc, je n'ai pas lavé la Tiger comme je l'avais projeté, de quoi me mettre légèrement de mauvaise humeur ...
Ensuite parce qu'au matin du départ, j'ai d'abord été surpris de ne pas retrouver l'adresse d'Henri et Bernadette dans le Tripy et même s'il ne m'était pas indispensable, son soutien m'aurait rassuré ;-) J'avais pourtant bien ajouté leur adresse dans mes "p.o.i." !!
Enfin, parce qu'après quelques kilomètres parcourus et le retard déjà accumulé, je me suis rendu compte que je n'avais pas mon portefeuille avec moi ... Faux départ, demi-tour gauche, retour à la case de l'oncle Al, récupération du Sésame des temps modernes avec un peu de liquide et la précieuse carte de crédit que la banque continue de m'accorder et nouveau départ pour Momignies où je suis arrivé vers 10h20' après François mais avant Jacques et Solange, flanqués de Didier ...
Voici les photos du premier jour qui nous voyait gagner Sézanne.

23:58 Écrit par Alberto | Commentaires (1)