29/05/2012

Sardaigne, jours 1 & 2 (part two ... ZZZZZ)

SARDAIGNE 2012 004.jpgComme je le disais à François, j'avais prévu de continuer le récit dès hier mais une invitation de belle-maman en a décidé autrement !
Et donc, cette 1ère étape de liaison vers Marseille s'arrêtait à Beaucroissant dans la région de BelleMiche.
Les guides Dimitri et Henri avaient proposé un départ de la station service de Capellen à 9h00 au plus tard mais cette proposition n'a pas rencontré un franc succès, c'est le moins qu'on puisse dire puisque seul Philippe, surnommé "Midou", drivant une grosse GS Adventure, les a rejoint à cet endroit.
Tous les autres sont partis d'ailleurs ou le jour avant ou ... que sais-je encore !
C'est donc avec le seul François, il est unique en effet, que nous avons fait la route. Il est arrivé à la maison à 7H45 comme prévu et, après une dernière jatte de café, nous avons décollé à 8h00 sonnantes et trébuchantes !
J'avais finalement pris la précaution de faire les niveaux et de vérifier la pression des pneus mais nous avons fait un arrêt carbu à Couvin pour que François fasse l'appoint également.
Comme j'avais glissé à son oreille que j'estimais utile de s'arrêter au minimum toutes les 2 heures, c'est pile poil à 10 heures que nous avons fait le "véritable" premier arrêt pour se dégourdir les guiboles et le reste.
Je descends de moto, enlève les gants, le casque et ... les bouchons. Je constate qu'il me manque un bout de bouchon ... Premier arrêt et voilà déjà que je perds un truc, ce n'est pas P-O-S-S-I-B-L-E !!!!!! Je me mets à plat ventre et ferme un oeil pour scruter l'horizon au ras du sol et ... je ne vois rien. Je râle, je peste et François me demande si le morceau qui manque n'est pas resté dans mon oreille. Vous imaginez ? C'est comme dire à un bigleux qui cherche sa monture qu'il l'a sur le bout du nez, non ??
Je dis non, convaincu que le bout qui manque concerne l'oreille droite mais, par acquit de conscience je glisse mes pouce et index gauches dans l'oreille gauche et ... oh ... surprise, le bout de bouchon est bien là : planqué va !!!
Evidemment, François en rit encore, le traître !
Route sans histoire : on a vu VERZENAY au loin, François distinguant le phare et moi le moulin, l'endroit étant connu puisque nous l'avions visité lors du trip en Champagne.
Nous étions à midi à LEUGLAY et nous aurions pu manger au restaurant "Les Fumerons" par lequel, sauf erreur, nous avons déjà transité lors d'une remontée du sud de la France, mais nous n'avions pas encore grand faim ni soif !
Nous avons dès lors continué près d'une heure et demie jusqu'à la périphérie de DIJON où François connaissait un excellent "Mac Do" dont nous avons vu l'enseigne au loin mais nous avons été bien incapables de le rejoindre tant le centre commercial était immense. On a planté les motos sur le parking d'un Carrefour, sommes entrés dans une galerie marchande et, renseignements pris, nous sommes dirigés vers le self d'un Casino.
Autant vous dire que le repas fut vite avalé, nos papilles n'ayant même pas le temps d'apprécier à leur juste valeur les mets délicats que nous avions choisis ;-) J'en ai eu pour mon argent, quelque chose comme 6 € 80 si j'ai bonne mémoire. L'adage qui dit que l'appétit vient en mangeant n'est pas toujours vérifié, croyez-moi sur parole !
On a continué sur des routes qui devenaient heureusement de plus en plus intéressantes, entendez moins rectilignes, et cahin-caha, copains clopant, sommes arrivés à l'hôtel "Le Pont de Champ" à quelque chose comme 19 heures, non sans avoir fait les pleins d'abord. Nous avons retrouvé nos amis Didier, Henri et Bernadette, Solange et Jacques, ainsi que d'autres motards que nous avions rencontré lors de la réunion préparatoire chez Dimitri.
Le moment est peut-être bienvenu pour énumérer les forces en présence ;-)
Outre donc les "habitués", il y avait, par ordre alphabétique :
- ALAIN : Yamaha XT 1200 Z, Super Tenere (la grosse bleue, j'y reviendrai)
- DIMITRI : Triumph Street Triple (guide Cap Moto)
- HENRI : Bmw 800 GS (guide Cap Moto)
- JEAN PIERRE : HONDA Integra (oui, un scooter mais qui n'est plus vraiment un scooter !)
- PATRICK : Bmw 1200 GS (même top-case que moi dites-donc, non mais !!)
- PHILIPPE : Bmw 1200 GS Adventure.
Au total il y avait donc là 11 motos (et assimilé), 13 participants auxquels il faudra ajouter JOSEE et GABRIELLE qui se joindront à nous chaque soir !!
Je crois me rappeler qu'il y a eu quelques désistements de dernière minute qui ont contrarié les organisateurs qui auraient préféré qu'on atteigne le nombre de 20 participants pour une meilleure rentabilité de l'opération ...
Une leçon à retenir assurément avec des acomptes à exiger, acomptes non remboursables si désistement tardif et/ou non sérieusement motivé !!
On a descendu quelques bières et autres apéritifs avant de passer sous la douche et ensuite à table !!
Il n'a pas fallu longtemps pour que l'ambiance soit bonne et, à l'usure, nous avons obtenu qu'on nous offre le pousse-café, une verte Chartreuse.
A ce petit jeu de la drague et de la persuasion j'ai vite compris que j'avais trouvé au moins "mon alter ego" si pas mon maître en la personne du grand Philippe, un gars bien sympathique qui travaille à l'ancien "M.E.T." et qui s'occupe activement de la sécurité des motards, le plus beau métier du monde si pas le plus vieux ;-)))
Restaient à convenir de l'heure du petit-déjeuner et à dormir, ce qui fut fait dans cet ordre là.
Bien que nous étions trois à partager la chambre, celle-ci était composée de deux pièces séparées par une porte, de sorte que nous avons pu isoler Didier et ses ronflements insupportables pour certains ...
Rideau sur cette première journée !!

22:14 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : sardaigne 2012

Commentaires

Trèèèèès bien. Continue comme ça.
Les anecdotes sont excellentes et figure-toi que j'avais déjà oublié le coup du bouchon perdu.
Maintenant que tu me l'as rappelé, je vais l'embellir pour mon compte-rendu.

Pareil pour l'excellent repas au Casino du centre commercial au nord de Dijon. C'était tellement bon que ça m'était sorti de la tête (non, je n'ai pas tout vomis ! Mais ça aurait pu).

Écrit par : Francois | 30/05/2012

Les commentaires sont fermés.