30/03/2012

Moto 80, ni plus ni moins ...

moto80 201204.jpgVoilà, c'est fait, on est dans le journal et pas n'importe quel journal mais THE JOURNAL avec un grand "TH", pratiquement la Bible belge du deux roues motorisé !!
Je vous l'annonçais déjà dans ma note du 16 courant ... que je vous invite à relire ...
Le "rédac chef" de la célèbre revue est allé rendre visite à notre ami Henri pour le questionner sur sa longue expérience au guidon de la Tiger 955i avec laquelle il a dépassé les 130.000 kilomètres en un peu moins de 8 ans !!
L'article court de la page 54 à la page 56 avec de belles photos et le détail des frais engendrés par l'utilisation au quotidien de cette machine très fiable. Il est très loin le temps où, dès lors qu'on évoquait la marque anglaise, on l'imaginait directement, baignant dans son ... huile !
TRIUMPH n'a plus rien à envier aux nippones par exemple ...
Henri n'a pas oublié de parler des copains. Il est question dans l'article de notre "assemblée générale extraordinaire" qui se tient chaque année à la Chandeleur et au cours de laquelle les projets de voyages sont étalés sur la table en même temps que les crêpes maison !
Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les deux dernières phrases de l'article, allez comprendre pourquoi ... Voici :
Pour mieux saisir tout l'intérêt du sympathique couple de Momignies visitez leur site, http://nicolas.laudelout.free.fr/tiger_intro.htm . Il renvoie également vers d'autres blogs de leur bande, comme le blog d'Alberto. Jolis récits et belles histoires.

Dans ce numéro d'avril, il y a bien entendu l'essai de la TRIUMPH Tiger 1200 Explorer à ne pas manquer et un tas d'autres sujets, tous plus intéressants les uns que les autres : ouais, je fais ... l'article mais ... j'ai de bonnes raisons non ??
Tiens : pendant que j'écris ces lignes, je regarde "Auto Mobile", une émission sur la RTBF et, comme son nom ne l'indique pas, il y est aussi question de motos. Et là, coïncidence parfaite, deux journalistes nous font part de leurs impressions au guidon de ... l'Explorer qu'ils ont comparée à l'inévitable BMW GS et de nous signaler que dans le prochain Moto & Loisirs, il en sera également question.
Moto 80 annonce un gros comparatif trails en juillet, patience donc !

Un petit bémol toutefois par rapport à ce mensuel mythique mi-raisin mimolette : en janvier j'ai renouvelé mon abonnement pour un an et je devais recevoir en cadeau des bouchons d'oreille. Mi-février, toujours rien dans ma boîte aux lettres, je décide d'envoyer un e-mail à la rédac, e-mail auquel on me répond 4 jours plus tard en me disant que le fournisseur a pris du retard dans la livraison mais que ce n'est plus qu'une question de quelques jours. Un mois et demi s'est écoulé depuis et je n'ai toujours rien vu venir. Inutile de préciser que je n'entends pas (hein ? keskidi ?? il n'entend pas ??? N'a qu'à enlever les bouchons qu'il a dans les oreilles !!! Pffff), que je n'entends pas en rester là et que je compte bien leur tirer les oreilles, bouchées ou pas !!!

22:17 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

29/03/2012

Cap Moto, rando due !!

20120325 CAP MOTO RANDO OUVERTURE 005.jpgOn a donc laissé les radars, casse-vitesse et autres joyeusetés qui font le bonheur de nos amis flamands qui y sont très attachés, pour descendre vers le Sud et la Wallonie qui n'a de limites qu'en matière intellectuelle comme le disait le perfide Leterme qui a été le ... Premier à confondre la Brabançonne et la Marseillaise, comme quoi, c'est celui qui dit qui est !!!
Omal, Les Waleffes, Borlez et ses frères, Chapon-Seraing, un étonnant croisement de volatiles n'est-il pas ;-) et Jehay, way point 75 du road-book, avec son célèbre château.
Quelques mètres plus tôt, il y avait un café en face duquel s'étendait un vaste parking planté d'un petit monument à la mémoire de Zénobe GRAMME, qui sans en faire des tonnes, a tout de même inventé la dynamo, entre autres choses !
Vu qu'on avait roulé sans arrêt jusque là, on avait les vessies bien pleines et Bernadette, partie en éclaireuse, est revenue, oui, comme la Mathilde du grand Jacques, en serinant que les toilettes étaient dégueulasses ...
Et c'est vrai que des bottes en caoutchouc auraient été plus appropriées en tels lieux !!
Bah, la serveuse était souriante, petite, elle portait une jupette à volants de couleur azur qui ne couvrait que légèrement ses jolies jambes qu'on ne pouvait s'empêcher de regarder vu qu'elle est montée plusieurs fois sur un escabeau pour se saisir de verres qui étaient posés sur de hautes étagères ...
Pour les toilettes, il est clair que des "happy hours" pendant lesquelles la chope est à 1 €, ça laisse des traces !!
On a reprit nos brêles pour les planter jusque quelques mètres plus loin devant le Château de Jehay qui, il me plaît de le penser, doit mériter une longue visite tant le site est plus étendu qu'il y paraît : il suffit de consulter le site qui lui est dédié pour imaginer les trésors qu'il recèle.
La route nous appelait à nouveau : "hé, les motards, on repart ??" ainsi que Jacques qui commençait à crever la dalle malgré une Leffe blonde descendue plus vite qu'en kayak ...
Ne comprendront ici que ceux qui ont déjà descendu la Lesse à bord de ces petits canots !
On a convenu de s'arrêter à HUY pour le repas du midi. On est passé par Flône, Hermalle-sous-Huy, Ombret, Neuville-sous-Huy et sommes arrivés sur la place qui était déjà envahie par une multitude de motos stationnées un peu partout et de motards attablés à tout ce que l'endroit comportait comme terrasses !!
Guidés par un Didier qui a toujours le nez fin dans ce genre de situation, on s'est juste un peu écartés du centre névralgique et avons trouvé un petit restaurant italien, le Paparazzi, à l'écart de la cohue qui régnait par ailleurs ...
Désolé mais vu l'heure, je suis obligé de remettre au lendemain, une fois encore !
Suite au prochain épisode !!

23:29 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

26/03/2012

Cap Moto, rando Uno

20120325+CAP+MOTO+RANDO+OUVERTURE+002.jpgDéjà, il faut savoir que j'ai très peu dormi cette nuit de samedi à dimanche. De une, parce que le changement d'heure nous en faisait perdre une et de deux parce que j'ai traîné derrière l'écran TV à regarder "On n'est pas couché", au point que j'ai vu mon GSM passer de 00h59' à 2h00' alors que, curieusement, ce changement devait s'opérer entre 1h59' et 3h00' si je ne m'abuse.
En même temps, ça m'a rassuré quant au fait de me lever à l'heure juste !!
Et de fait, il a sonné à 7h45' mais je n'ai pas su m'arracher tout de suite, j'ai mariné sous la couette encore pendant quelques précieuses minutes, minutes perdues que je n'ai jamais retrouvées vu que j'ai opéré à la vitesse petit "v" pour ce qui était de la toilette, du petit déjeuner, de la fixation du Tripy II au guidon de Blanchette ...
J'ai donc rejoint Waterloo et la concession GINION avec près d'une demi-heure de retard sur l' E.T.A. auquel on m'attendait. Non, je ne suis pas devenu un indépendantiste basque ? Qu'est-ce qui vous fait croire ça ?? E.T.A. ???
Pffff, ce sont les initiales pour "Estimated Time of Arrival", une locution latine que tout voyageur ... qui a voyagé, connait !
Avant de prendre la N5 qui m'a mené tout droit sur la morne plaine précitée, j'ai fait le plein à une station SHELL EXPRESS à Jumet où la SP 95 était à 1,553 €, un tout bon prix par les temps qui courent. A la réflexion, j'aurais dû remplir mon top-case !!!!
Et donc, j'ai rejoint mes amis qui m'ont d'ailleurs un peu remonté les bretelles comme on dit, et qui avaient appelé ma Josée, inquiets qu'ils étaient de ne pas me voir arriver.
Je pensais pouvoir un peu discuter avec Pierre-Yves MERCIER, m'entretenir avec lui de ma jeune expérience du Tripy et de notre futur voyage en Sardaigne organisé par son club, mais je n'ai pris que le temps de boire un café sur le pouce ...
La première partie du road-book manquait cruellement d'intérêt. On a joué à saute mouton ("haasje-over" en néerlandais et pas "spring schaap" comme je le pensais avant de vérifier la traduction) sur la frontière linguistique, au propre comme au figuré d'ailleurs, car je ne vous raconte pas le nombre de casse-vitesse qu'on a dû sauter, debout sur nos fiers destriers ...
Ajoutez à cela un tas de radars fixes plantés un peu partout, à la va comme je te pousse, et vous aurez compris que la vigilance était plus que jamais de rigueur. Dans ce contexte, alors que je roulais en deuxième position, devant Didier et Jacques, j'ai laissé filer Henri qui ne semblait pas trop se soucier de ces espèces "d'arbres à pigeons" : je me demande s'il n'a pas un "Tiger furtif" et cette couleur noire ... doit cacher quelque chose ;-))
Il y a certes eu l'un ou l'autre truc un peu pittoresque, des pavés par-ci, des côtes à 22 % par là, un bout de chemin de terre pour sortir des sentiers battus, mais jamais de quoi "angler" ou faire grimper le compte-tours.
Ce n'est qu'une fois entrés en Wallonie, qu'on a pu enfin se concentrer un peu plus sur la route plutôt que sur les radars et les ralentisseurs en tout genre ...
A suivre !

PS : Joyeux anniversaire à DDR qui fêtera ses 54 ans dans 3 minutes chrono !!!
Pas de scoop pour ton pote Al ?

23:57 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

25/03/2012

Cap Moto, rando allegro pizzicato Waterloo...

20120325+CAP+MOTO+RANDO+OUVERTURE+010.jpgQue d' "O", que d' "O" ... Déjà deux dans le mot moto, autant que de roues, une heureuse coïncidence, n'est-il pas car ... finalement, l'essentiel du plaisir dans ce type d'engin motorisé c'est qu'il n'a que deux roues, sur lesquelles on doit s'appuyer pour négocier, coûte que coûte, tous les virages que "les ponts et chaussées" ont tracés à l'intention des usagers de la route !
Est-il utile de rappeler qu'il ne nous suffit pas de tourner bêtement un volant assisté électriquement ou hydrauliquement à gauche ou à droite pour tourner pareillement à gauche ou à droite ? On doit s'impliquer bien autrement que ça en faisant corps avec nos machines et en prenant l'angle ad hoc, obtus ou aigu, instantanément, au degré près sous peine de se retrouver dans le fossé, sur le bas côté !!!
Ok, ok, j'en viens au fait !
Voici les quelques photos que j'ai eu l'occasion de prendre au cours de cette belle journée ensoleillée toute dédiée à cette chose vitale qu'est la motocyclette ;-)

N.B. : pour ce qui est du compte-rendu, je crois que je vais céder à la procrastination ...
Hein ? Keskiki ?? Pff, consternation !

23:26 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

23/03/2012

La parole aux spécialistes ...

A force de donner mon avis sur tout et n'importe quoi, vous allez penser, vous pensez peut-être déjà, que j'ai "la grosse tête" ...
Il n'en est en fait rien et, celles et ceux qui me connaissent bien, savent que je fais tout, ou presque, en dilettante !
Et donc, je vais céder la parole au spécialiste qu'est Didier De Radiguès, interviewé au lendemain des essais de Sepang : même si le sujet remonte au 2 mars, et qu'il ne colle donc pas à l'actualité brûlante, je troue qu'il est plein d'enseignements en plus d'être plutôt sympa : voici le LIEN vers le site "MotoGP Inside" et cette vidéo de près de 9 minutes ...
Plus que 13 jours et des poussières de gomme pour les premiers essais libres sur le circuit du Qatar !!

PS : certains vont croire que je fais un appel du pied à DDR pour qu'il parle encore, à l'occasion, de mon blog sur antenne ... Rien n'est moins vrai, c'est juste par sympathie.
Ciao, ciao ...
;-))

13:04 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

22/03/2012

BMW et la compète ...

Melandri-bmw.jpgDeux articles à lire :
- le premier transcrit les propos tenus par le patron de la section moto de BMW;
- le second dévoile ceux tenus par l'ami Marco MELANDRI, fraîchement engagé par ladite marque en World Superbike ...
Fallait oser et en même temps ... ça remet un peu les pendules à l'heure, non ??

Je sais que Marco MELANDRI est un "sale gamin" à ses heures mais ce petit côté "David contre Goliath" n'est pas pour me déplaire ;-))

Et puisqu'on est dans la compète, petit rappel au passage : demain commencent les derniers essais officiels à Jerez pour la catégorie reine, trois jours pour (peut-être) (enfin) étalonner les forces en présence !
En Moto 3 et en Moto 2, ce sont respectivement Maverick VIÑALES et Claudio CORTI qui repartent avec les meilleurs temps.

13:05 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

20/03/2012

GT ou gros trails ...

Honda_Crosstourer_BMW_R_1200_GS_st3pz.jpgVoilà un premier duel entre "gros bras" : dans le coin droit, la référence du segment, j'ai nommé la GS bavaroise et dans le coin gauche, une nouvelle venue dans le segment des poids lourds, la HONDA Crosstourer avec son V4 et sa boîte DCT en option ...
Je vous invite à lire le comparo et à vous forger votre opinion, car c'est en forgeant qu'on se fait une opinion, n'est-ce pas ?
Si on commence par la fin de l'article, à savoir le tableau des points, on ne peut que constater que la GS se prend une belle branlée comme on dit communément.
Le trône de la teutonne vacillerait-il ?
Oui et non ou ... peut-être !
Ce qui est sûr c'est que la GS, qui a su évoluer avec son temps, prenant à chaque fois de l'avance sur la concurrence, arrive au bout du concept tel qu'il existe, la marque le faisant par ailleurs payé très cher.
Les nippons, les italiens et les anglais, moins enfermés dans cet espèce de "gimmick" qu'est devenue la GS, ont plus de latitude pour la contrer.
Et force est de reconnaître que, petit à petit, ils y arrivent, la preuve en est faite !!
Certes la GS garde pour elle sa relative légèreté et sa maniabilité, grâce notamment à sa suspension unique et son centre de gravité situé assez bas, mais pour le reste la Crosstourer n'a rien à lui envier, au contraire, tout ça pour un prix inférieur de 4.000 € à équipement égal !
Alors ?
Alors, wait and see ...
Ce qui est sûr c'est qu'il y a d'autres comparos dans l'air qui risquent de nous réserver d'autres surprises !

23:00 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

17/03/2012

Le blues de la Semois, qui n'en finit pas !

20120311 Le Blues de la Semois 015_640x480.jpgUne chose à laquelle j'ai pensé, c'est qu'avant de tomber sur les traces du road-book 335 autour de Givet, nous avions fait une halte devant les rochers de Freyr.
Je vous avais cité 3 des cinq rochers (Mérinos, Tête de lion et 5 ânes), il faut savoir qu'il y a aussi "Le Pape" et "Les Pucelles", les deux allant de paire bien évidemment ...
Pour la petite histoire sachez que ces rochers sont très réputés et fréquentés par les amoureux de la grimpe : le Mérinos comporte 106 voies, le Pape, 74 voies, la Tête de lion, 50, les 5 ânes 57 et les Pucelles, moins fréquentées manifestement, seulement 13 : imaginez que toutes ces voies s'élèvent en même temps et ... le boucan d'enfer derrière !!!

En fait, le road-book faisait la part belle à la Meuse plutôt qu'à la Semois et que, l'une dans l'autre, ces 2 rivières nous ont accompagnés pratiquement tout du long, au point que les paysages se confondaient parfois ...
Nous avons traversé Hierges, Haybes, Fumay, Revin, Deville et Monthermé. C'est à ce way-point N°19, sur un road-book qui en comportait 58, que nous avons marqué le premier arrêt.
Nous avons planté les motos au bas de la colline et l'avons escaladée, tous les 4, pour atteindre le point de vue, que nous avons partagé : un beau méandre dessiné par la Meuse et qui embrasse la ville d'est en ouest ... Je dis ça mais en fait je n'en sais rien, c'est peut-être de nord en sud, mais ça sonne moins bien à l'oreille.
On s'est étendu sur le passé industriel de la région et Henri nous a indiqué du doigt l'endroit où se trouve le musée de la Boulonnerie qu'il a visité avec François dans le passé.
Il y aurait également un "chaos" de rochers à voir dans les parages mais je n'ai pas trop suivi la conversation à ce moment là ...
Il suffit dans ces cas-là de taper 2 ou 3 mots clés et on y arrive les doigts dans le nez, je sais c'est dégueulasse et après, ça colle sur le clavier : voici donc Roc la Tour pour tout savoir sur ce grand chaos !

Je vais me laver les mains et je reviens ;-))

On est ensuite descendu au bas de la colline, on a récupéré nos montures et on a pris la direction de Vresse-Sur-Semois où nous avions décidé de nous arrêter pour le repas de midi. Juste avant de passer la frontière, on a fait un "pit stop" dans une station service française car il faut savoir que la tendance s'est inversée depuis quelque temps, l'essence est en effet devenue moins chère en France que chez nous. Une seule pompe fonctionnait et pour gagner du temps, Henri a fait le plein des 2 tigres avec sa carte bancaire sans raccrocher le pistolet. Je lui devais quelque chose comme 11 € et j'ai remboursé ma dette en lui "offrant" son repas : boulettes/frites pour mes acolytes, brochette ardennaise/frites pour moi, 42,90 € pour 4, boissons comprises. Bientôt il faudra choisir, boire et manger ... ou ... conduire, tellement le carburant devient impayable !!
Pour l'anecdote, il faut savoir que nous avons mangé en terrasse tellement il faisait agréable. On a juste déplacé la table pour qu'elle soit au soleil. Nous avions planté les machines juste devant l'estaminet pour avoir un oeil dessus : on aime bien avoir un oeil sur nos machines, ça nous permet en outre de ne pas trimbaler nos casques, nos gants et nos Tripy I et II.
Il y a bien un antivol (34,50 €) qui empêche de dévisser le bras de support du Tripy mais je doute qu'un "vrai vandale" s'attarde à ce détail et arrache le tout sans ménagement ...
Repus et tout bronzés ;-) nous avons repris la route et avons traversé, par ordre d'apparition devant nos visières, Monzaive, Rochehaut, Poupehan, Corbion, Bouillon et sa culture, Menuchenet, Paliseul, Porcheresse, Haut-Fays, Gedinne, Willerzie et enfin, Felenne : la boucle était bouclée.
Il ne restait plus qu'à rentrer chez soi en faisant le choix de l'itinéraire : Henri trancha le premier et, après nous avoir chaleureusement salués, partît de son côté.
Didier se pencha sur le Tripy, encoda la destination, choisit l'option "rapide mais sans autoroutes" si je ne m'abuse, et démarra, Jacques et moi lui emboîtant la roue ...
Après quelques tergiversations, il s'arrêta et se proposa d'encoder une "ville étape", en l'occurrence FOSSES-LA-VILLE, pour aider le Tripy à couper un peu au court. C'est à ce moment là que je me suis mis à sa hauteur et, décidé à suivre le Tripy auquel j'avais préalablement demandé poliment de me ramener à la maison (via un P.O.I. encodé en son temps !), je saluai Didier et Jacques à mon tour.

17:15 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

16/03/2012

Le blues de la Semois

20120311 Le Blues de la Semois 013_640x480.jpgSemois Laurel, Setois Hardy, c'est toi qui pédales, c'est moi qui conduis ...
Non, ce n'est pas ça !
On vient de là, on vient du blues de la Semois ...
Ouais, on y est presque !
Rendez-vous à Dinant donc (pour ceux qui ne suivraient pas, prière de relire les quelques notes précédentes) où m'attendaient déjà Jacques et Didier.
Henri est arrivé le dernier ce qui n'est pas dans ses habitudes. Il a sans doute pensé, comme moi, que les "bruxellois" seraient en retard, comme souvent, et il a traîné en route, comme le lièvre de la fable ...
Il a, à son tour, complimenté Didier sur son "nouvel" achat et, au hasard des conversations, il nous a dit qu'il y aurait un essai de la nouvelle Explorer de TRIMPH dans le Moto80 d'avril ...
Comme je suis assez rapide sur la balle, j'ai vite compris que s'il connaissait le sommaire du prochain numéro de notre mensuel favori, c'est ... qu'il serait ... dedans !!!
Et oui, mes amis, Henri et son vieux tigre aux roues dentées fatiguées fera la une, ou presque, du Moto80 d'avril. Une nouvelle rubrique est née qui invite tout qui a dépassé les 100.000 bornes avec son fier destrier à le faire savoir par e-mail à la rédaction. En février, c'était Pierre Capart et sa YAMAHA TDM 900, ce mois-ci Eric Gérôme et sa BMW R1100 S, le mois prochain ce sera donc le tour de notre ami Henri et sa TRIUMPH Tiger 955i d'avril 2004 qui affiche plus de 130.000 km au compteur !!
J'enrage, moi qui ai passé presqu'autant d'heures à remplir les colonnes de ce blog et jamais une ligne dans un magazine, même régional, même un toutes-boîtes, et lui, il arrive, haut perché sur sa motocyclette et, ni une, ni deux, ni trois, il arrive placé, dans un journal à la réputation mondiale et par-delà ... J'espère qu'ils auront pensé à surfer sur son splendide site et que, par la bande (de copains), ils auront rebondi sur mon dense carnet de notes ;-))
C'est que je ne désespère pas de devenir un jour riche et célèbre grâce à mes écrits et que je ne doive pas attendre d'être dans l'au-delà, hein Laudelout, pour être reconnu !
Ouais, on a tous un petit côté mégalo non ? Y a qu'à voir comment que ça marche la téléréalité par exemple ...
Bon, bon, tout cela nous écarte du road-book et contrairement au GPS, mes fonctions n'incluent pas un recalcul automatique d'itinéraire ...
Contrairement aux habitudes, on n'a pas commencé par un café au Derby, face à la place et on a pris la route directement.
Le point de départ devait être Felenne, c'est certainement de là que j'aurais démarré si j'avais été seul, mais mes potes sont plus pragmatiques ou plus débrouillards, même par temps clair, et on a donc raccroché l'itinéraire du jour à partir de Givet.
Il faut en effet préciser ici qu'un autre truc sympa avec le Tripy c'est que, dès lors que vous "tombez" sur la trace du road-book que vous avez sélectionné, il fait apparaître les way-points et les pictogrammes "boules et flèches" comme par enchantement. Vous pouvez ainsi prendre un road-book en route si je puis dire en n'importe quel point et, évidemment, en sortir dès lors que ... vous savez où vous êtes et que vous voulez regagner vos pénates par d'autres voies, impénétrables ou pas, suivant vos croyances !!!

22:48 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

15/03/2012

Dura lex, sed lex ... de la vexation !

Jugez plutôt, waf, waf, pff pff, grrrrrr :
Jeudi - Ciel serein
Vendredi - Ciel peu nuageux
Samedi - Averses de pluie
Dimanche - Pluie
Lundi - Ciel peu nuageux
!!!!!
De toute façon, il n'y a pas de regrets à avoir puisque
a) j'ai roulé le 11, je roulerai le 25, il est donc "logique" que je ne roule pas ce 18
b) j'ai promis à ma blonde que je serai "tout à elle" ce week-end ...
Tout un programme, n'est-il pas ??

16:34 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

12/03/2012

Et de 4 donc ...

20120311%20Le%20Blues%20de%20la%20Semois%20006.jpgRendez-vous était donc pris devant la gare de Dinant à 10h30.
Nous savions que François serait absent parce qu'il ne pouvait être en même temps avec nous et en Bretagne ...
Quant à ma présence, j'avais laissé planer un doute vu que j'étais de sortie la veille pour l'anniversaire surprise d'une copine à ma soeur. En général quand je sors je ne sais pas me tenir comme dit ma Douce qui a toujours raison mais là, pensez, l'importance du rendez-vous du lendemain m'a aidé à "faire dans la sobriété".
J'ai certes fait honneur à l'apéritif d'entrée et au mousseux de sortie, mais entre les deux, j'ai essentiellement carburé au soda brunâtre et sucré dont je vous fais grâce du nom !
Et même si la soirée a duré jusqu'à deux heures du matin, je n'ai pas eu trop de mal à arracher ma carcasse du pieu à 8 heures 30. Petit déjeuner, passage au vestiaire, descente au garage, sortie de la caisse du gamin et enfin, de la Tiger.
Passage par la pompe Avia et là, pour m'amuser, j'active le Tripy II, je tape l'adresse de la gare (Avenue Franchet d'Esperay à 5500 DINANT), je choisis l'option "itinéraire rapide", le calcul commence, se termine, et l'écran me propose de faire demi tour et m'indique 91.7 kilomètres jusqu'à la destination, soit quelque chose comme deux fois la distance normale en passant par Philippeville qui n'est déjà pas l'itinéraire le plus court pour rejoindre Dinant !!!
Apparemment, choisir l'option "rapide" impose au Tripy de prendre l'autoroute à tout prix. Il faut donc être prudent et "faire son marché" intelligemment parmi les options disponibles !!
Je prends donc l'option Philippeville, Anthée, Dinant et roule prudemment ...
Arrivé dans Anthée, je bute derrière un papy dans un monovolume compact, je ronge mon frein et mords sur ma chique sans mordre la ligne blanche et dès qu'il bifurque à droite vers Hastières, je mets du gros gaz pour me défouler ... C'est pile poil à ce moment là que le "border info" du Tripy me signale l'imminence d'un radar et que simultanément je repère la boite à image et plus loin le break Volvo de nos amis à l'uniforme bleu.
J'ai immédiatement coupé les gaz, coupé mon souffle, plongé sur la manette de droite et prié le Dieu des motards que ... ça passe. Je me suis retrouvé instantanément à un petit 55 kilomètres à l'heure et je suis passé devant les pandores en prenant un air détaché, droit comme un "i" sur mon sage trail, en les saluant presque : ouf, je l'ai encore une fois échappée belle.
Purée, quand est-ce que je vais devenir adulte ?
Je continue ma route, plus sagement encore, et arrive à Dinant.
Sur le parking de la gare, les machines de Jacques et Didier sont plantées sur leurs béquilles, les deux larrons absorbés par leur conversation remarquant à peine mon arrivée.
Il faut dire que toute notre attention s'est, dans un premier temps, focalisée sur la "nouvelle" monture de l'ami Ddier, une TDM 900 Abs de 2008 dont je vous ai déjà parlé.
Déjà le rouge n'est pas le rouge pompier qu'on aurait pu craindre, la machine paraît plus longue que la 850, d'abord parce qu'elle est plus basse (j'y reviens) et ensuite, parce qu'elle EST effectivement plus longue : mètre en main, l'empattement est passé de 1470 mm à 1485 mm, Gabrielle a donc bien raison !!
Elle est plus basse parce que le concessionnaire a changé la biellette de sorte que la moto est "descendue" de 30 mm, ce qui n'est pas rien quand on est court sur pattes. Didier m'a invité à m'y asseoir et j'ai pu constater avec plaisir que j'avais les deux pieds plats bien à plat sur le sol.
J'ai appris, via Henri je pense, que cette possibilité existait également pour la Tiger 800. Pensez, je me suis empressé de vérifier dès que j'étais de retour de cette balade et j'ai trouvé 2 biellettes sur deux sites différents : une première de marque MIZU à 126 € s'il vous plaît, plus de 5.000 anciens francs belges pour un bout de métal percé de 2 trous aux extrémités, ça fait mal n'est-il pas, et une seconde de marque ALSAVELO à 92,25 €, plus abordable en espérant qu'elle n'en profite pas pour être plus courte ;-))
Entre nous, je ne comprends absolument pas ces prix. Savez-vous que SUZUKI proposait et propose toujours d'ailleurs, une biellette pour la V-STROM 650, sous la référence 62641-33E00, voyez que je n'invente rien, au prix, vous êtes assis (?), de 13,12 € !!! Alors, je veux bien que SUZUKI est réputé pour ses prix souvent imbattables mais il faut qu'on m'explique pourquoi de telles différences !!!
En plus de ça, même si ces biellettes sont certifiées TÜV , je persiste à penser que cette "transformation" doit s'accompagner d'un rééquilibrage sur l'avant de la machine pour éviter que les phares n'éclairent que les oiseaux dans les arbres au risque de perturber leur nidification et peut-être un raccourcissement corollaire des béquilles latérales et centrales sous peine de voir tomber sa machine à la moindre bise contraire ou de ne plus pouvoir la hisser sur son chevalet !!!!!
Ce n'est pas ce qu'on dit chez MIZU et ALSAVELO mais permettez-moi d'être sceptique. D'ailleurs, la béquille de Didier a été rabotée de quelques millimètres pour lui éviter toute mésaventure, de sorte qu'il claudique ... mais nan ... de sorte qu'il a un peu de mal à la choper pour la sortir avec son pied gauche. Remarquez que c'est toujours plus facile qu'avec son pied droit, ah ah ah !!!
Très drôle, hein ?
Bon, je crois que je vais en rester là si je ne veux pas me lever du pied gauche demain matin ...

22:17 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

11/03/2012

Et de 4 !

Pas encore de compte rendu de cette quatrième sortie de l'année avec la Tiger, juste quelques photos prises au hasard de nos arrêts le long de cette balade extraite de la bibliothèque du Tripy II sous le vocable "Le blues de la Semois".

20:06 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

09/03/2012

Back to the roots

Royal_Enfield_Continental_GT_500_stpz.jpgAlors qu'un vent d'abdication commence à souffler sur la tête de notre souverain Albert II, ça bouge chez ... Royal Enfield : voyez plutôt !! .
Si on est en droit de faire la moue, et pas la guerre bien entendu, sur le premier modèle présenté, la "Thunderbird 500", on ne peut qu'écarquiller les yeux devant la "Continental GT 500", non ??
Casque bol.jpg
Un "café racer" pur jus, comme on les faisait du temps de la V7 Sport de Ducââââti ... Moto Guzzi, bien entendu !!
Lunettes aviateur.jpgEvidemment question performance on est très très loin du modèle italien : le monocylindre d'un demi-litre affiche une puissance de 27,3 chevaux et le poids doit frôler les 200 kilos dans la mesure où j'ai vu sur le site belge, qu'une "Classic" (mono-selle, cadre simple berceau) atteint déjà 187 kilos : c'est le "prix" à payer pour des matériaux NOBLES, mon cher Monsieur !!!
Peut-être finirons-nous notre carrière de motards sur ce genre de deux roues ... !

20:50 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

08/03/2012

Cax

Article extrait de Moto Mag à lire ICI .
Ces résultats de tests auraient donc fait grand bruit chez les constructeurs incriminés ...
Inutile de vous dire que, très égoïstement, j'ai suivi le lien inséré dans l'article, lien qui redirige vers un site anglais très réputé apparemment. En bas à droite de l'écran, j'ai cliqué sur "More ratings" et en page 21 sur 24, j'ai vu que, si l'ancien SHOEI XR1000 n'avait décroché que 3 étoiles, le XR1100 lui, avait obtenu le score maximum : de quoi ne pas ... se prendre la tête avec ça !!!
D'autres ont peut-être du souci à se faire, j'en vois d'ailleurs d'ici en train de se gratter le cuir chevelu sous le casque ;-)))

13:05 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

07/03/2012

Explorer : premières photos ...

Je suis donc passé chez Bailleux : d'abord sur le temps de midi pour acheter le prolongateur de garde-boue arrière et en fin de journée pour tirer le portrait à cette nouveauté dont tout le monde parle sans l'avoir vue ;-))
Voici donc les photos que j'ai prises pour vous !
Pour compenser tant de lourdeur, ok je plaisante !!, j'ai aussi glissé l'une ou l'autre photo de la nouvelle Daytona 675 "R" comme Rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !!!
L'Explorrrrrerrrrrr démarrrrrrrrrrrre au prix plancherrrrrrrrr de 14.690 € horrrrrrrrrs frrrrrrrrrrais de mise en serrrrrrrrrrvice.
A vos tirrrrrrrrelirrrrrrrrrrrrrrres !!

18:45 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

06/03/2012

Prolongation ...

Garde boue T800.JPGOuais, prolongeons, la tête la première !!
Après ma virée dominicale j'ai déroulé le tapis rouge le tuyau d'arrosage et j'ai décrotté une fois encore la Tiger. J'ai remarqué que le top-case était tout maculé de boue. En fait, le garde-boue arrière est plutôt minimaliste. Sauf erreur, ce sont nos amis anglo-saxons qui ont inventé la mini-jupe et il en reste quelques séquelles ;-))
Et donc, je me suis rappelé que dans la longue liste des accessoires de la 800, il y avait un "prolongateur de garde-boue arrière".
Quelle surprise de constater qu'il n'apparait plus sur le site de TRIUMPH ! Enquête faite, il semblerait qu'il ait été retiré du catalogue parce qu'il était incompatible avec les attaches nécessaires à la fixation des valises latérales : pas très malin, reconnaissons-le !
Qu'à cela ne tienne, Etienne, Etienne, je ne lâche pas l'affaire et consulte au hasard le catalogue Touratech et, sans surprise, j'y trouve mon bonheur avec un prolongateur de toute beauté ;-)), en aluminium anodisé, avec une forme aérodynamique qui dévie la boue en direction du casque de celui qui vous suit : c'est pas beau çaaaaaaaa, corde à sauter héhé !!!
Début d'après-midi, au moment de regagner le bureau après une pause méritée, je vois un camion devant chez les Bailleux et, ni une ni deux, je me pointe chez eux.
Plantée juste au milieu de l'allée centrale du show-room, qu'est-ce je vois ? Non mais qu'est-ce que je vois ?? Je vous le donne en mille ! Je dirais même plus, en mille deux cents !! Ben oui, la Tiger 1200 Explorer, en chair et en os, toute en chair et moins en os d'ailleurs car, comme ça, à première vue, elle en impose, c'est le moins qu'on puisse dire : cadre noir, moteur noir, cardan noir et réservoir gris, le tout fait un peu "monolithique" ...
On m'a invité à l'escalader et je me suis retrouvé sur les pointes, le tutu en moins ;-) Il y avait là un des pontes qui officie chez l'importateur hollandais, et il a dit qu'une selle plus basse était d'ores et déjà disponible.
Monsieur BAILLEUX va s'absenter deux jours, il part en "formation" à Alkmaar pour tout savoir sur cette nouvelle venue et bien venue dans le monde des deux roues !!!
Il faudra ensuite qu'il fasse un peu de roulage avant de mettre la 1200 en pâture aux amateurs : je dis ça pour que les intéressés ne se précipitent pas dès demain matin devant la concession dans l'espoir de faire un galop d'essai.
J'ai évidemment parlé de mon prolongateur de G-B ARR et d'un petit souci que je continue de rencontrer avec le réglage de la garde d'embrayage qui ne me satisfait pas pleinement.
Après un court échange d'e-mails avec Madame BAILLEUX, j'ai appris qu'elle en avait deux en stock, deux prolongateurs j'entends, vous vous rendez compte, deux, un plus un !!
Je lui en ai fait mettre un de côté que j'irai probablement chercher demain ... Encore un petit "plus" pour Blanchette qui devient de plus en plus parfaite ;-)))

22:40 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

04/03/2012

Et de trois, et en solitaire encore une fois !!!

20120304 LES 4 VALLEES 007_640x480.jpgEt oui, malgré un "TDM", traduisez un temps à ne pas mettre un motard dehors, malgré que j'avais lavé la Tiger pas plus tard qu'hier après avoir passer le même savon à la Jetta de ma Douce, je n'ai pas pu m'empêcher de m'offrir la troisième sortie de l'année.
Que voulez-vous, depuis que j'ai un Tripy, je me sens pousser des ailes ...
Voici les photos que j'ai ramenées de cette virée.
Je ne vais pas encore vous parler du Tripy II, de une parce que je ne le connais pas assez que pour m'y attarder, de deux parce que pour tout savoir il suffit de se rendre sur le site ad hoc où tout, et le reste, est dit et expliqué. Sachez qu'il est même possible de s'inscrire à une session pratique via Skype : elle se tient normalement tous les mardis de 18 à 19 heures. Il n'est pas nécessaire d'être déjà propriétaire pour la suivre !
Perso j'ai craqué suite à une "promo" lors de la Saint-Valentin : 14 % de remise et, accessoirement, possibilité de payer en 3 fois. Quand on connait le prix plein (648 € tout de même !), voilà qui met quadruplement du beurre dans les épinards ou, pour les plus radins, du baume au coeur !!
Et donc, inclus "à l'intérieur dedans", pour le même prix sacrifié, vous avez droit à 533 road-books pré-enregistrés avec, évidemment, la possibilité d'en importer d'autres et d'en créer à l'envi à l'aide du logiciel "Road Tracer Pro" fourni avec le package en même temps que 2 supports, l'un pour fixer le pretty Tripy au guidon de la moto, l'autre pour le coller au pare-brise de la voiture ...
Dans la bibliothèque des livres de route, il est possible de choisir par proximité, par localité ou par fournisseur. En choisissant "proximité", j'avais pour le coup le choix entre 3 virées, toutes trois au départ du rond-point du Bultia à Gerpinnes, à 3 pas de chez moi : "Four nice valleys", la Semois dans tous ses états et Val Joly (dans l'Avesnois). 211 bornes pour la première, 334 pour la deuxième et 155 pour la troisième.
Comme souvent, la "vérité" étant au milieu, j'ai opté pour la longueur intermédiaire.
A suivre ...

Entre la pluie qui s'est invitée tout de suite alors que je ne l'attendais que dans l'après-midi et ... un Tripy qui ne voulait pas m'obéir, il s'en est fallu de peu que je rebrousse chemin après à peine 4 bornes !
Pour la pluie, pas besoin de vous faire un dessin, ce n'est jamais très drôle de rouler dessous ...
Quant au Tripy ...
Quand on choisit un point de départ, il vous propose de vous y mener, jusque là, parfait ! J'arrive donc au rond-point, je fais le plein à la station Avia, le Tripy s'ébroue et m'affiche le prochain "way point" à savoir, "gauche direction Gerpinnes centre". Le truc c'est que je suis d'abord entré dans le zoning commercial pour faire un retrait au distributeur et apparemment cela a suffi pour ... lui faire perdre le nord. En effet, j'embranche à gauche direction Gerpinnes et il se met en mode "compas" en m'intimant l'ordre de rebrousser chemin. Je m'attendais à ce qu'après quelques hectomètres, il comprenne que j'étais sur la bonne voie et m'affiche le "way point 2" mais non, rien à faire. J'avais lu qu'il était possible d'intervenir et de "forcer" la navigation vers ce second "way point" mais, après un arrêt et quelques pressions sur divers boutons, je n'y suis pas parvenu. J'ai donc FAIT DEMI-TOUR, un comble n'est-il pas, si près de chez soi, j'ai contourné le r-p à nouveau et là, il a raccroché le road-book. Autant vous dire que je ne suis pas parti en confiance ...
Et pourtant, pourtant, à partir de là tout s'est (presque) très bien passé. Oh, évidemment je me suis encore trompé l'une ou l'autre fois mais, dès lors qu'on s'écarte du "droit chemin", au lieu du bien connu "boules et flèches", l'affichage à l'écran passe en mode compas ou boussole, c'est vous qui voyez. Ce qui est sûr c'est qu'on voit donc pratiquement tout de suite qu'on n'est plus sur le road-book originel. Il suffit alors d'y aller à la boussole et on retombe assez vite sur ses ... roues et les boules et les flèches réapparaissent, rassurantes ;-))
Il n'y a que lorsque je suis arrivé au centre de Florennes que j'ai cafouillé à cause de travaux et d'une rue mise en sens interdit. Boussole ou pas, j'ai tourné en rond au point qu'à un moment, je me suis à nouveau retrouvé sur une toute petite route, dans un état pis que toyable ;-), où j'ai roulé debout sur les cale-pieds, tout ça pour arriver ... sur les mêmes travaux mais sans doute à l'autre bout de la rue en réfection. Demi-tour et là, un peu excédé, j'ai demandé le recalcul vers la destination finale en mode "rapide". Il ne restait en effet que 16.6 km et donc pas de quoi "dénaturer" le road-book et trahir son auteur ;-))
Un très beau road-book d'ailleurs. Bien sûr, il passait parfois par des routes maintes fois foulées, comment pourrait-il en être autrement dans un si petite région, mais tout y était fait pour éviter la monotonie. Dès qu'il vous mettait sur une voie roulante ce n'était que pour vous la faire quitter quelques kilomètres plus tard pour grimper à flanc de vallée. Dans la montée sur Gendron par exemple, quelques lacets m'ont rappelé le calvaire vécu en Slovénie, aménagés qu'ils étaient avec des pavés, comme dans le Col de ?????. Ici, 4 ou 5 lacets, là-bas, 50 ou 60 avec une pluie autrement plus intense !
En plus de la pluie qui s'est voulue une fidèle compagne pendant pratiquement toute la balade, les activités agricoles et forestières du moment ne m'ont pas non plus facilité la tâche, m'imposant de redoubler de vigilance.
Mais au fond, à la réflexion, cette vigilance de tous les instants participe du plaisir de rouler car elle "vide" complètement l'esprit et elle impose de ne faire qu'un avec sa mécanique et, si on est capable de ça et si on ... aime ça, c'est le pied assuré !!

18:44 Écrit par Albertino | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook