30/07/2011

Accessorium sequitur principale

TIGER 800 Accessoires 010_640x480.jpgJ'ai d'abord sorti la HONDA aujourd'hui ... Une "HRX"
Mais elle n'a rien à envier aux HONDA du HRC et de fait, en tondant je me suis dit qu'elle aurait très bien pu "arborer" le sigle HRC : "Herbe Rasée Complètement" !!
Et oui, malgré un gazon encore imbibé par les pluies nocturnes et matinales, j'ai entrepris de lui couper l'herbe sous le pied avant qu'il prenne trop de hauteur et qu'il me toise du haut de ses brins !!
Un peu plus de deux heures plus tard, j'en avais terminé et croyez-moi, on voyait la place où j'étais passé, même si contrairement à ce qu'on dit d'Attila, aussi loin que je sois concerné, l'herbe repoussera !!!

Après la HONDA, j'ai sorti la TRIUMPH. Il était trop tard et j'étais trop fatigué pour une virée à deux, un caprice que je décidai de laisser aux amoureux du fromage bien connu ...
En plus, le ciel était très menaçant, son fusil chargé de nuages noirs n'invitait pas à la gaudriole ...
Je l'ai donc plantée sur la béquille centrale, j'ai sorti le tuyau d'arrosage, le seau, le savon et l'éponge et j'ai entrepris de lui faire un brin de toilette, à la Blanchette ;-))
J'en ai profité pour lui tirer le portrait en focalisant sur les accessoires que j'ai fait installer, les plus récents étant le bec de canard et les barres de protection du moteur.
Voici les images du jour.
Autre chose : Didier nous a invité à une virée demain dimanche, en fait celle qui est proposée dans le dernier MOTO80 au départ du lac de Bambois et dont le road-book "tripy" peut être chargé sur le site du magazine, si je ne m'abuse.
Hélas, hélas, hélas, personnellement je dois amener belle-maman à l'aéroport, François a des problèmes avec sa GUZZI, un ou deux disques voilés semble-t-il et Henri doit accueillir quelqu'un de la famille. Qu'à cela ne tienne, Didier prévoit de reporter sa sortie à mardi ou mercredi, jours où l'on attend des températures plus clémentes qui autoriseront peut-être la baignade : vivement l'été qu'on attend depuis plus d'un mois déjà !!!

Bon, là j'ai une moto blanche mais qui sait peut-être un jour ... I'll go back to black : ciao Amy !!!

21:35 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

29/07/2011

Triumph à donf !

Newsletter du jour avec un lien à suivre.
C'est ICI .
Ce n'est pas moi qui le dis et on ne pourra donc pas me taxer de partialité : la TIGER 800, la version XC il est vrai, est la "meilleure polyvalente" de l'année.
J'ajouterai que je serais bien incapable de déterminer si elle est bel et bien la meilleure étant donné que, contrairement à ceux qui le disent, je ne l'ai pas essayée DANS TOUTES LES SITUATIONS, en tout cas, pas encore ;-))
Comme Dupont ou Dupond, je dirais même plus : loin s'en faut !!!

Vous voulez que je vous dise un truc ? Ces longs voyages TUENT la moto : ben oui, après 12 jours en selle, il faut vraiment se motiver pour faire une petite sortie de quelques heures, sortie qui laisse d'autant plus un vrai goût de (beaucoup) trop peu !!!

23:20 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

27/07/2011

IglesiAS du guidon ;-))

Alors que je cherchais l'inspiration pour le "fameux" épilogue qu'il me reste à pondre (je le couve toujours !!) en me rendant sur le site de François pour voir ce que LUI avait mis comme conclusion à ce beau voyage, j'ai eu la très agréable surprise de voir qu'il avait ajouté le compte-rendu de notre balade du 15 mai 2011 (et oui, cela ne nous rajeunit pas !), balade R.A.T. (Riders Association of Triumph) des églises fortifiées organisée par notre ami commun, Henri !
Déjà, c'est très bien qu'il soit revenu sur cette balade qu'il aurait pu "oublier" mais en plus, il a ajouté une "petite vidéo" qui réserve également de très bonnes surprises, dont celle de m'y voir ;-))) mais ce n'est pas la seule, loin s'en faut : je vous invite à la regarder, c'est "que du bonheur" comme on dit sur les chaînes de télé people ...
Voici le lien vers son compte-rendu
ATTENTION : pour que la vidéo démarre, il faut cliquer sur la flèche < (rewind) en bas de l'écran apparemment ...

En tout cas, cher François, merci beaucoup pour ce morceau de bravoure !!

Par contre question "épilogue", va falloir que je fasse preuve d'imagination pour ne pas tomber dans des lieux communs, l'Irlande n'étant absolument pas un ... lieu commun justement ;-))
J'ai besoin d'encouragements mais c'est sans doute trop demander.

22:35 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

24/07/2011

Whazaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ...

A force d'attendre la pluie, annoncée par les éminents météorologistes, j'ai remis à plus tard une envie de balade motarde en solitaire (ben oui, le club semble dissout, et dix sous c'est pas cher, je sais !) au point que là, il est bien trop tard pour ... passer à l'acte, même si, comme le dit la sagesse populaire, il n'est jamais trop tard pour bien faire !
Bah, on va se contenter de MOTO GP pour ce dimanche et là, il n'est pas trop tard puisque la course a lieu à 23 heures. Contrairement à ce qui se fait au Qatar, les américains de Laguna Seca Matata n'ont pas prévu d'illuminer le circuit et on se demande comment les pilotes vont se démerder sans lumière dans cette catégorie phare !!
Pffffff, n'importe quoi, je sais, faut pas m'en vouloir, c'est le décalage horaire qui fait cet effet :-)
Bon, alors, voici la grille de départ :

LORENZO - STONER - PEROSA
SPIES - SIMONCELLI - DOVIZIOSO
ROSSI - BARBERA - HAYDEN
CRUTCHLOW - EDWARD - BAUTISTA
ABRAHAM - AOYAMA - DE PUNIET
CAPIROSSI - ELIAS - BOSTROM

J'ai suivi le warm-up en version muette sur le site d'RTL Sport et voici le classement TOUT CHAUD :

STONER - LORENZO - DOVIZIOSO
SPIES - SIMONCELLI - HAYDEN
ROSSI - PEDROSA - CRUTCHLOW
BAUTISTA - EDWARDS - ABRAHAM
BARBERA - AOYAMA - ELIAS
CAPIROSSI - BOSTROM

A noter :
-l'absence de Randy DE PUNIET, touché aux vertèbres L3 et L5 après sa chute lors des essais libres;
-la contre-performance de PEDROSA;
-les "bonnes" performances des Ducati rouges (même si elles sont loin au chrono) avec HAYDEN et ROSSI en 6ème et 7èmes positions;
-LORENZO a chuté en FP3 et je l'ai vu rentrer dans son box en boitant en fin de WUP ...
A noter encore que BOSTROM est un "wild card" qui court sur une seconde Honda du team LCR aux côtés de TONI ELIAS ...

La suite à l'écran : ça promet d'être chaud devant et ... même, chaud derrière ;-)))

Si on ne s'entend plus, bonne semaine !!

19:44 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

23/07/2011

TDM, JAP ...

La TDM est une moto japonaise, oui mais ...
Ces initiales signifient aussi :
TDM : temps de merde
JAP : Juillet absolument pourri !!
Oui, météo déprimante sur notre petit territoire.
Et chez vous ?

12:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

21/07/2011

L'Irlande, le retour : Motteville -> Maison, SUITE (et qui sait, peut-être fin) !

Je ne suis pas très "vélo" mais là, j'ai regardé la fin de l'étape du Tour de France qui passait par les cols d'Agnel, du Lautaret et du Galibier et croyez-moi, j'y remettrais très très très volontiers les roues, celles de la Tiger ne les connaissant pas encore !
Sauf erreur, ça fait depuis 2007 qu'on n'a plus tourné dans les Alpes et je ne verrais pas d'un mauvais oeil qu'on s'y aventure l'an prochain, par exemple !
Bien entendu, aux dernières nouvelles, notre hôtel habituel, "Le Capricorne" situé au pied du col de la Madeleine, est fermé mais mais mais on avait vaguement discuté d'un autre point de chute, quelque part au milieu de tous ces cols mythiques, mi-voisins, sans encore concrétiser : la balle est dans le camp des G.O. et des "tripystes" invétérés que sont mes compagnons de route.
Oui, ils sont TOUS passés au TRIPY : il ne restait plus que Jacques à convaincre de l'utilité de ce "road tracer" et voilà qui est fait depuis un peu plus d'une semaine !
Quant à moi, j'attends le Tripy III qui fera les road-books tout seul, qui fera "full GPS", caméra embarquée et pilote automatique en cas de grosse fatigue ...
Cela ne saurait tarder !

Mais revenons à nos moutons irlandais, voulez-vous ?
Vous avez compris que François était "hors service" pour continuer la route avec nous et après discussion, il nous a convaincus de continuer le road-book alors qu'il prendrait la route la plus directe pour rentrer tout seul chez lui : sage décision me semble-t-il même si, un instant, j'ai pensé l'accompagner ...
Nous avons donc exaucé sa dernière volonté et c'est Henri qui, à partir de là, a pris la direction des opérations.
Cette "nouvelle responsabilité" lui a fait pousser des ailes dans le dos, oui c'est plus efficace que dans le ..., au point qu'il a commencé à tracer comme il a rarement tracé. Il faut dire que l'itinéraire était fait de lignes droites interminables et la Tiger 955i adore ça, les longues lignes droites interminables.
D'habitude il suffit de quelques virages pour que je recolle mais là, il prenait de plus en plus d'avance et, curieusement, il ne respectait même plus les sacrosaints 50 km/heure dans les villages traversés. J'étais un peu excédé par ce soudain empressement et je voyais par ailleurs que Didier, volontairement ou non, était également largué ... Je décidai alors à mon tour de me laisser décramponner mais ça ne modifia en rien les ardeurs de notre ami. Et pourtant il faisait plutôt dégueulasse, une fine pluie qui nous avait obligés à enfiler les plastiques, un ciel de plomb et des routes plutôt sales et bien entendu humides ...
Je n'ai toujours pas compris mais bon, quand on suit, on n'a rien à comprendre, on s'adapte et de toute façon, la vitesse moi, j'aime ça !
On est arrivé à NAOURS, en passant par MONTVILLE, LONDINIERES, VIEUX ROUEN EN BRESLE, HORNOY-LE-BOURG, MOLLIENS-DREUIL et BOURDON, après 158.6 km de course et c'est là que nous avions prévu de dîner (oui dîner, je suis "belge", en tout cas résident, et c'est ma fête aujourd'hui !!!)
Manque de bol, le resto ne servait que les "ceusses" qui avaient pris les tickets pour visiter les grottes et ça coûtait 10 € le ticket, un peu cher d'autant que nous n'avions pas trop le temps de nous enterrer là ...
Oui, sous NAOURS il y aurait des grottes et même toute une ville et une vie souterraine, je parle au conditionnel car je n'ai pas été voir. Il semble toutefois que le site vaille le détour et je propose qu'à l'occasion on se fasse une longue virée jusque là en partant un dimanche très tôt : la balle est de nouveau dans le camp des G.O. ;-))))
Et donc, on est reparti, on a prolongé d'une trentaine de kilomètres par les D60, 919 et D91, ainsi les "D" sont jetés, jusque la ville d'ALBERT, où nous avons marqué l'arrêt sur la place, face à l'église pour y investir le restaurant "Hygge Café"
A suivre ...
Je continue ...
Nous sommes dans le département de la Somme, région Picardie et, à la carte, il y avait "l'assiette picarde" ... En fait, je ne sais pas trop ce qu'il y avait dedans mais une chose est sûre c'est qu'il y avait un ramequin avec un truc gratiné au Maroilles et ce petit "+" a suffi pour me mettre de bonne humeur d'autant que, au cours du repas, nous avons eu des bonnes nouvelles de notre ami François, arrivé à bon port !
Au sortir du restaurant, nous avons salué Didier qui avait choisi de rentrer chez lui via un axe plus direct, pendant qu'Henri, Bernadette et moi, nous continuions le road-book à bord de nos deux félins à moteur : mettez un tigre dans votre moteur qu'on disait chez ESSO a une lointaine époque.
ALBERT, PERONNE, NAUROY, BOHAIN, ETROEUNGT, WIGNEHIES, FOURMIES, ... on s'approchait de l'écurie et ça commençait à fleurer bon la maison !! Alors qu'on avait +/- convenu que je transite par MOMIGNIES, à un "T" j'ai vu l'indication "CHARLEROI" à droite et j'ai subitement décidé de suivre cette voie là : j'ai klaxonné pour saluer mes amis et j'ai pris cette direction. J'ai toutefois fait un dernier arrêt à Chimay pour un ravitaillement en carburant car l'autonomie restante affichée par l'ordinateur de bord était insuffisante à moins d'avoir envie de finir à pied, ce qui n'était pas dans mes intentions.
J'ai ponctué le voyage par un passage sur les belles routes des Barrages, de quoi profiter jusqu'au bout du bout du plaisir du pelotage pilotage dont jamais on ne se lasse.
Cela dit, j'étais tout de même très content de rentrer, faut pas croire ;-) et au final, c'est encore chez soi qu'on est le mieux !
Je pourrais en rester là, avec cette conclusion un peu "bateau" mais je vais essayer de travailler un épilogue, c'est promis !!

18:42 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : irlande2011

L'Irlande, le retour : Motteville -> Maison

Je me demande si quelqu'un avait remarqué que le récit du voyage n'était pas terminé ? Ou, au mieux, si quelqu'un s'en souciait ne fusse qu'un tout petit peu ?? Et, bien que personne ne m'ait réclamé la suite et la fin du récit, que j'ai laissé en rade, quelque part entre ROSCOFF et ici-même, je me fais un devoir d'y mettre le point final, parce que je suis du genre à aller au bout des choses, parfois, et pas de ceux qui ouvrent 36 fenêtres en même temps sans jamais les refermer comme la plupart des utilisateurs de Windows ...
Motteville
Lundi 6 juin 2011
8h30'
Patrice, pas triste et même plutôt du genre gai luron, ne nous leurrons pas, nous avait averti que sa maman viendrait avec les croissants et il avait dit vrai.
La table du petit déjeuner était dressée et le café était chaud : il ne nous restait plus qu'à honorer le TOUT et nous ne nous sommes pas fait prier : "Bénissez ce repas, cette table accueillante ..."
Avant de partir, nous avons payé notre dû soit 53 € chacun ce qui, pour une chambre single, un souper et un petit déjeuner, est ma foi extrêmement abordable !
Je pense même qu'il s'agit clairement d'un prix d'ami, pour les amis des amis, Henri et Bernadette étant des habitués des lieux, ceci expliquant cela !!!
Il ne restait plus qu'à agiter les mouchoirs et à reprendre la "long and winding road, that leads to Belgium" !
On a atteint PAVILLY et on a fait les pleins à la pompe du Carrefour Market du coin : encore 18.67 € de précieux liquide pour aller de l'avant !!
On quitte l'aire de ravitaillement et on se range un peu plus loin pour graisser les chaînes. En effet, la veille nous avions roulé sous la pluie et elles méritaient bien cette petite attention. Petit détail en passant : au début du voyage, François m'avait offert une bombe de graisse vu qu'il n'en avait plus besoin pour sa Guzzi à cardan ...
Henri et Didier terminaient l'opération alors qu'après plusieurs tentatives, je n'arrivais toujours pas à planter la Tiger sur sa centrale. Et c'est là qu'il s'est passé ce que vous savez déjà à savoir que François dans sa grande bonté, me voyant dépourvu quand la bise fut venue, m'a proposé ses services. Un bon coup de pied sur la béquille et hop ... voilà que son tendon d'Achille "se fait la malle" !
En fait François n'a pas su résister à mon offre : deux béquilles latérales contre une béquille centrale !!!

A suivre ...

10:55 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

19/07/2011

Tour à teak

Ouais, je pourrais vous parler d'une machine-outil pour travailler le bois, c'est vrai !
Mais bon, il y a mieux pour occuper son temps pour les fans d'accessoires en tous genres pour "customiser" leurs "machines-tout-court" ...
Voici un tas d'accessoires TOURATECH pour votre Tiger 800 chérie, vus sur le site de TRIUMPH à donf : le lien à suivre !!!
Cela dit, certains d'entre eux, sont proposés par la marque elle-même à des prix parfois comparables, alors, pensez à faire plaisir à vos concessionnaires, ils vous le rendront un jour ;-))

17:55 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

17/07/2011

Sachsenring ...

SACHSENRING 2011 BAUTISTA.jpgExcitante la course d'aujourd'hui avec de la "baston" à presque tous les étages.
Les trois premiers finissent en 1 seconde et demi, à dix secondes on a un deuxième paquet de trois pilotes dans la même seconde et, vingt-sept secondes plus tard, un troisième paquet de trois furieux dans la même seconde également.
PEDROSA, LORENZO et STONER puis DOVIZIOSO, SPIES et SIMONCELLI et enfin BAUTISTA devant les deux DUCATI rouges de HAYDEN et de ROSSI.
Ce dernier est assez rapidement revenu de la seizième à la neuvième position mais à partir de là il a buté sur un ALVARO et un NICKY qui ne voulaient pas s'en laisser compter !!
Belle course de BAUTISTA d'ailleurs sur une " blueue " qui retrouve des couleurs ;-))
Derrière ces 9 pilotes, pointe Colin EDWARDS esseulé en dixième position puis, à nouveau, un quatuor "dans un string" (c'est plus sexy que "dans un mouchoir", non ?) avec BARBERA, ABRAHAM, DE PUNIET et CRUTCHLOW (Cal et pas Carl, n'est-ce pas DDR ?) qui finissent dans la même seconde à 39 "unités" derrière DANY PEDROSA.
A la dérive, un AOYAMA étonnamment largué, et moins étonnant, même si navrant pour lui, un ELIAS complètement dans le gaz ...
Quant à Sylvain GUINTOLI, il n'a pu faire mieux que dernier, ce qui n'est pas si mal finalement ;-)
On a demandé à SIMONCELLI de courir avec sa tête plutôt qu'avec ses couilles, pardonnez-moi l'expression mais elle me paraît bien à propos ici, et du coup le flamboyant chevelu reste un ton en dessous. En plus il s'est loupé dans le tout dernier virage, pour laisser passer SPIES qui s'est presque excusé en sortant le pied comme on le fait pour saluer un motard qui vous laisse passer ou, tout simplement, qu'on dépasse !
Bravo à PEDROSA qui revient en pleine forme et qui va tout donner pour gagner un maximum de courses vu qu'en ce qui concerne celle au titre de champion du monde c'est probablement foutu avec 4 grands prix loupés pour blessures !!!!
Prochaine course dimanche prochain, aux States, à Laguna Seca : on sera au paradis puisque dans le ... attention ... jardin d'HAYDEN !!!!
C'est là qu'il y a bien entendu le fameux "corkscrew" et on se souvient tous de la lutte épique, épique et colegram d'ailleurs, entre ROSSI et STONER en 2008 : petite vidéo juste pour le plaisir ?
Dans "corkswrew" il y a "Cork", de quoi me rappeler l'Irlande et le compte-rendu à boucler définitivement. Mais là, je n'ai plus la pression : François m'a coiffé au poteau et je suis comme ces pilotes qui se font ... coiffer sur le poteau et qui dodelinent de la tête en lâchant complètement les gaz de dépit, à la limite, prêts à s'arrêter avant la ligne, voyez ??

PS1 : une chose tout de même qui me "console", c'est que "MOI" j'ai terminé depuis BELLE BURETTE le compte-rendu de la balade des églises fortifiées qu'on a faite avec le R.A.T. en date du 15 mai 2011 ;-)))
PS2 : les phares additionnels que j'ai fait monter sur la Tiger ne viennent pas de chez Touratech mais sont des produits MAISON, repris au catalogue TRIUMPH !!

22:56 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

16/07/2011

Du neuf chez BMW ...

Sur l'excellent site "MOTO-STATION" j'ai vu cet article concernant une intéressante GS 650 de deuxième génération.
Si la 800 GS a un ... relatif succès, plus d'estime que de masse il faut bien l'avouer, surtout quand on compare ses chiffres de vente à la grande soeur 1200, il est clair que la "fausse" 650 GS au moteur 800 dégonflé et aux allures plus routières, a loupé le coche ! 15 chevaux de moins que la "800", un disque de frein avant de moins, une "allure" plus anonyme dans les couleurs et une selle façon string effilé, il faut dire qu'elle n'avait pas grand chose pour percer sur un marché de plus en plus exigeant : elle ne convenait ni aux "jeunes" car trop fade dans son ensemble, ni aux "vieux" plus sensibles à la technologie embarquée et au confort.
Apparemment, BMW s'apprête à rectifier le tir et gageons cette fois que la marque visera juste ;-)).

23:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Un autre adjectif numéral ordinal ...

PADDOCK GIRL 2011 GRAN PREMIO D'ITALIA.jpg... qui me chiffonne ou me chipote, c'est selon, c'est la SEIZIEME place de Valentino ROSSI sur la grille de départ du Moto GP du Sachsenring qui, comme chacun sait, se court demain !
Quatorzième lors de la "free practice 1" (FP1) avec un temps de 1.24.512, il est passé douzième avec 1.23.533 en FP2 et je m'attendais à ce qu'il progresse inexorablement ainsi, essai après essai, au point que je le voyais comme à chaque fois faire mieux que son sympathique coéquipier Nicky HAYDEN qui s'était placé 3ème en FP1 (!!!) et 6ème en FP2.
Et bien si la toute relative logique a été respectée pour l'américain qui partira finalement en 8ème position, le "dottore" est resté 12ème en FP3 en améliorant d'un souffle son temps, passé à 1.23.279 mais lors de la "qualif de chez qualif" il n'a pas amélioré, pire, il s'est offert un misérable 1.23.320 qui l'a fait plonger en avant dernière position. "Heureusement" qu'il y a une PRAMAC drivée par Sylvain GUINTOLI, remplaçant de CAPIROSSI non encore remis de ses blessures, pour lui éviter la honte de la dernière place !!!
Incroyable ... C'est l'ami Marco MELANDRI qui doit rire sous cape, lui qui avait touché le fond avec cette déroutante DUCATI, alors que maintenant il brille en catégorie Superbike. Et c'est vrai qu'on ne pouvait pas dire que Marco MELANDRI était un manchot mais c'est tout aussi vrai qu'il n'a jamais pu dompter la surpuissante DUCATI de l'époque ...
Oui parce que, "surpuissante" elle ne l'est plus. Vous vous souvenez de ces images où l'on voyait le bolide rouge de STONER avaler littéralement tous ses concurrents dès qu'il y avait un petit bout de ligne droite ??
Là, c'est terminé, les HONDA ont pris le relais, suivies à la culotte par des YAMAHA qui reviennent en force avec un LORENZO qui se réveille après avoir reçu le coup de pied au cul salvateur de SPIES qui lui a montré à nouveau la voie de la victoire !
Et donc, non seulement les DUCATI n'avancent plus, façon de parler bien entendu mais tout de même, quand on voit les "top speed", elles traînent souvent en fond de classement, mais en plus, elles sont restées capricieuses, comme les pizzas du même nom, et manifestement un casse-tête italien pour être mises au point.
Le "dottore" himself, en perd son latin, c'est dire !!!

Bon, c'est pas tout ça mais sans savoir de quoi demain sera fait, et avec une météo aussi capricieuse qu'une pizza ;-), j'ai profité d'un début d'après-midi ensoleillé pour m'offrir une petite virée motarde en solitaire. Rien d'exceptionnel, une Molignée, une Meuse, (nan pas une Leffe sur la Lesse), une envie réfrénée de "frites de baraque" : en tout, environ 160 bornes parcourues en touriste, la main légère sur la poignée, j'avais envie d'écrire "les cheveux au vent" mais le terme aurait été impropre n'est-il pas ?
La TIGER accepte de tourner à 40 en 6ème et à 140 en 3ème, c'est dire si le trois pattes est souple et plein de ressources. Cela dit, il faut "tirer dedans" pour faire monter le taux d'adrénaline car autrement, il est un peu, comment dire, électrique, je rejoins là l'avis de la plupart des essayeurs qui lui ont reproché un certain manque de caractère surtout comparé au 675 cc de la Street Triple. Mais bon, la TIGER ne joue pas dans la même cour non plus, et chacun à sa place comme on dit.
Autre chose, dans les petits embarras urbains et donc à faible vitesse, le moteur dégage une belle chaleur qui se transmet au bas des jambes : agréable en hiver sans doute, mais un peu embêtant en été. C'est vrai que le moteur est large et placé relativement haut, ceci explique probablement cela !
La virée s'est terminée sous la pluie et, à peine rentré, j'ai béquillé sans problème la bête sur la centrale pour graisser la chaîne ...
Booooooooonnnnnnnn, comme dirait Jacques pour signifier qu'il est temps qu'on remonte sur nos montures, il va falloir que je m'attèle, un jeu d'enfant n'est-ce pas, à terminer ce compte-rendu de notre voyage en Irlande, compte rendu qui touche pratiquement à sa fin cela dit.

PS : notre petit belge, Xavier SIMEON, s'est qualifié en !!! SEPTIEME !!! position en Moto2. Course et pilote à suivre absolument !!!

17:24 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

15/07/2011

L'Irlande, le retour : Motteville II !

IRLANDE 2011 527.jpgPetit détail, j'ai changé le titre "van de la note" précédente. En effet, le titre premier était "L'Irlande, neuvième étape : Motteville" mais cet adjectif numéral ordinal me chiffonnait parce qu'on était au onzième jour de notre balade irlandaise !!
Ainsi donc, autant les étapes sur place étaient relativement courtes, sauf erreur nous n'avons dépassé les 200 bornes qu'à deux occasions, autant les étapes de retour nécessitaient d'abattre du kilomètre. Il était même envisageable de faire "ROSCOFF-MAISON" en un jour en se calant sur l'autoroute pendant 8 heures avec arrêt pipi/miam-miam dans un impersonnel fast-food et j'avoue que l'idée m'avait traversé l'esprit une fraction de seconde, mes jours de congés se comptant sur les doigts de ... deux mains et de deux pieds, très exactement : dans un tel cas, gagner un jour n'est jamais négligeable !
Si l'un d'entre mes amis avait choisi cette option, peut-être l'aurais-je accompagné mais il n'en avait rien été et dès avant le départ, Henri s'était chargé de réserver des chambres d'hôtes à L'Orangerie de MOTTEVILLE pour le retour en 2 jours et pour tout le monde.
Et c'est là que nous sommes arrivés vers 18h30 comme je vous l'indiquais pas plus tard qu'hier ! Ouais, on n'a pas beaucoup avancé depuis lors, je vous le concède ;-))
L'Orangerie est une entreprise familiale par excellence, avec l'oncle, le neveu et les "vieux" parents qui mettent tous la main à la pâte pour faire tourner l'affaire ... En plus de l'activité de chambres d'hôtes, la famille organise également des banquets avec soirées dansantes et un projet de manège de chevaux est dans les cartons, le neveu étant un grand amoureux de ces nobles quadrupèdes ...
Alors cette "Orangerie", quid ? Tout est "spécial" dans cet endroit : les personnes, hautes en couleur, extraverties et joviales autant qu'accueillantes et les chambres, au nombre de 5, plutôt kitsch avec des lits à baldaquins, des papiers-peints aux couleurs parfois criardes et des points d'eaux plutôt vieillots mais quelque part, on a eu, le temps d'une nuit, l'impression de vivre une vie de château ... du XVII ème siècle. Détail important : contrairement aux 10 jours qui ont précédé, nous avons pu bénéficier chacun de notre PROPRE chambre, un luxe qui n'a pas de prix même si je dois à la vérité de dire que cette longue promiscuité ne m'a pratiquement jamais pesé ...
Le repas que la maisonnée nous avait mitonné ce soir là volait un cran au dessus de ce à quoi nous avions été habitués même si là aussi, je ne crache absolument pas dans la soupe irlandaise, loin s'en faut !! Foie gras en entrée, cuisse de canard "maison", pommes-de-terre et champignons en plat de résistance, salade et fromage en dessert, le tout arrosé par un vin délicat, vraiment pas de quoi se plaindre. Nos machines ont été tout autant gâtées puisqu'elles ont dormi sur le parquet de la salle de banquets, une première mondiale assurément dans les annales du club !!!! Charlie, le lévrier de la maison était en plus là pour les garder ...
La soirée s'est terminée autour de la table avec un Patrice qui ne se lassait pas de nous raconter un tas d'anecdotes vécues dans sa "folle" jeunesse ...
On a aidé à débarrasser la table et puis on a rejoint nos appartements pour ce qui allait être la dernière nuit hors de nos foyers.
En y repensant, j'ai comme le sentiment qu'il était temps que ce voyage se termine pour François : en plus d'avoir renversé son shampoing dans son top-case et d'en avoir mis partout en essayant d'éponger, il a réussi à casser la lunette du wc. On ne peut définitivement pas le laisser seul trop longtemps le gaillard et vu que vous savez déjà ce qui l'attendait le lendemain lorsqu'il a voulu mettre la Tiger sur la béquille centrale, il aurait finalement peut-être mieux valu qu'on rentre ensemble et dare dare de ROSCOFF ;-)))))))))))))))
Voici pour clore la note van de la note, les photos du jour et ... du jour d'après d'ailleurs, ce dernier n'ayant fait l'objet que de 2 images furtives !

23:06 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

14/07/2011

L'Irlande, le retour : Motteville.

IRLANDE 2011 502_640x480.jpgQu'on ne s'y trompe pas : si le titre "van de la note" comme on dit chez nous contient le mot "IRLANDE", nous n'y sommes plus vu qu'on a été débarqué à ROSCOFF dès 7h00 du matin.
Chronologiquement, on a en fait été réveillé dès 5h30 comme je le disais dans la note précédente, par une charmante hôtesse à la voix tout aussi charmante, mais on n'a pu descendre au pont 2 que vers 7h30, pour rejoindre nos motos, fixer les top-cases et les sacs de réservoir, avant que les entrailles du navire s'ouvrent pour nous libérer.
A peine avions-nous posé les roues sur le sol frrrrrrrrrançais, (frrrrrrrrrançaises, comme je vous comprends !) que les "bonnes vieilles habitudes" sont tout naturellement revenues sans même qu'on s'en aperçoive, à savoir qu'on s'est remis à rouler à droite toute. Il faut dire que la France roule de plus en plus à droite avec un SARKOZY qui resserre sans cesse la vis pour récupérer le plus possible d'électeurs à la Marine ... qui navigue pour le moins en eaux troubles comme chacun sait. Mais on n'est pas là pour faire de la politique, n'est-ce-pas, et de toute façon c'est toute l'Europe qui vire à tribord, tellement fort qu'elle menace de chavirer ... alors que, comble de l'ironie, elle manque de plus en plus de liquidités et que les cales s'assèchent !!!
Pff, pff, pffffffffff ...
Nous aurions pu prendre le petit déjeuner sur le bateau mais nous avons préféré manger à terre. C'est du propre !!
A la sortie du port, nous avons vu des motos rangées sur la place et nous avons rangé les nôtres pareillement. Le bistrot s'appelait "Ty Pierre" et j'apprendrai un peu plus tard que "Ty" ne veut pas dire "petit" mais "chez" en breton. Alors que nous nous sommes tous limités à 1 café et 1 ou 2 croissants, Didier a opté pour la "totale" à 7 €. Les croissants de François tardant à venir, j'ai pris le temps d'aller jusqu'au distributeur de billets, histoire d'avoir assez de liquide pour la chambre d'hôtes et le repas du lendemain.
Nous sommes ensuite montés sur les N12 et N176 pour rejoindre DOL-DE-BRETAGNE après un peu plus de 200 bornes d'ennui sur ces 4 voies limitées à 110 voire 90 km/heure, limitations que nous avons respectées au pied ... du nombre car on était dimanche et on était sur une nationale, deux ... facteurs qui attirent ... les poulets !!!
A DOL, on a dégoté un bistrot bien sympa, le "Bar du Centre", à même la place, où nous avons eu droit à un menu très copieux pour la somme ridicule de 12 € si je ne m'abuse, avec encore une fois des produits d'une fraîcheur au dessus de tout soupçon !! Petit détail toutefois : nous avons été obligés de manger à l'intérieur, mais étant donné que le temps s'est gâté au fur et à mesure qu'il passait (??), on n'a pas perdu au change.
Nous sommes donc repartis sous une bruine légère qui ne nécessitait toutefois pas qu'on enfile les scaphandres et nous avons atteint SAINT JAMES où nous avons fait les pleins (21.34 € aussi loin que je sois concerné) avant de continuer sur d'intéressantes départementales jusque FLERS. L'expression "Intéressantes départementales" en langage "motard" signifie qu'on prend du plaisir à y piloter : pas besoin de se taper du 299 km/heure pour avoir le frisson mais juste de quelques enfilades bien dégagées pour réveiller le motard, le vrai, qui avait somnolé sur ces foutues N12 et N176 !!!
Contrairement aux habitudes prises en Irlande, où Didier et son Petit Livre Vert avaient dicté leur loi, ce sont cette fois Henri et Bernadette qui proposèrent un crochet par LISIEUX et sa basilique qu'ils connaissaient déjà pour l'avoir visitée lors d'un de leurs innombrables périples dans l'Hexagone.
C'est ainsi qu'après environ 400 kilomètres parcourus depuis ROSCOFF, nous plantions nos bâtons béquilles sur le parking de cette fameuse basilique. Je dis bien BASILIQUE et non CATHEDRALE, car à LISIEUX vous avez la cathédrale Saint Pierre ET la basilique Sainte Thérèse. Et croyez-moi ou non, (oui, c'est une question de croyance !) on a eu un mal de chien à la trouver, cette basilique !! Les indications étaient rares et imprécises et nous avons dû demander notre chemin à plusieurs reprises, un comble pour un édifice aussi imposant, non ??
Je ne vais pas vous bassiner avec l'histoire de cette basilique : sachez juste que toute cette magnificence se justifie difficilement dans la mesure où la Thérèse qu'elle honore ne s'est pas faite remarquer par des actes particulièrement ... honorifiques même si honorables, et qu'elle a été construite à l'aide de dons dites-donc, et uniquement de dons ! Personnellement voilà bien un truc qui m'interpelle quelque part comme on dit : tout ce pognon pour "ça" alors qu'il y a tant de gens dans la misère ...
Enfin, ça n'enlève rien à la "grandiosité" de l'édifice et on ne va pas tirer sur l'ambulance, l'Eglise est suffisamment malmenée comme ça sans qu'on y rajoute une couche !
Il nous restait un peu plus de 80 kilomètres à parcourir avant de rejoindre notre chambre d'hôte à MOTTEVILLE. Nous y étions vers 18h30, heure locale ;-)
A suivre ...

23:20 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

L'Irlande : 8ème étape, CORK ! Précision(s)

images.jpgJe profite de "l'heure de table" pour parler "bouffe" ! Rappelez-vous : je ne me souvenais pas du repas du midi pour ce qui constituait la dernière étape en Irlande, entre LIMERICK et RINGASKIDDY.
Et bien l'ami François était une fois encore là pour sauver la situation ;-). On a effectivement fait les pleins à FERMOY et on a mangé au self de l'endroit, à côté de la station service !
Et même si toute la planète n'en a rien à kicker de savoir ce que j'ai mangé ce jour-là, il y en a bien un qui s'en inquiétait jusqu'il y a peu, c'est MOI !!! Et figurez-vous que je compte pour moi, je ... m'importe comme qui dirait !!
Or donc, comme le précise François dans son commentaire, nous avons mangé des sandwiches : si mes amis se sont tous contentés d'un seul petit pain, il a fallu que je fasse autrement. Vu que j'ai les yeux plus gros que le ventre (ouais, ça me défigure complètement quand j'ai très très faim et ça fait très très peur, on dirait une mouche géante, enfin, géante, c'est vite dit !), j'ai opté pour !! DEUX !! petits pains. Ils étaient fourrés avec du rôti de porc à l'ail ce qui me fait dire que j'ai mangé du "PORK non loin de CORK" ...
Et oui, tout ça pour en arriver là, désolant isn't it ??
Au passage, notez que "PORK" est le terme gastronomique pour "PIG" : dans le cas qui nous occupe, le repas n'avait rien de gastronomique !
C'est d'ailleurs peut-être vrai que ma petite nausée du soir était due au fait que j'ai un peu forcé sur la bouffe le midi mais il y en a d'autres qui se sont tapés des desserts après leur mono sandwich ...
Alors, hein ...
Cochon qui s'en dédit !

13:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

12/07/2011

L'Irlande, huitième étape : "back to Cork" !

IRLANDE 2011 498.jpgEt oui, la boucle se referme : débarqués le samedi 28 mai au port de CORK, sur l'ile aux mille et un lacs et autres lochs, l'étape du jour (04/06/2011) consistait à y revenir pour reprendre le ferry et regagner le continent !!
Autant dire qu'on naviguait déjà un peu sur la mer Tume ;-)))
Tout a une fin !
A propos de "faim", la spécialité que nous avait vantée l'officier gentleman du B&B de Coonagh Lodge à LIMERICK, n'était autre que du ... pain perdu ! Pas perdu pour tout le monde puisque nous avons été plusieurs à en faire notre menu ce matin là. Nos hôtes du jour avaient même eu une attention particulière en ajoutant des croissants à l'offre déjà pléthorique ! Je crois avoir un peu panaché l'insulaire et le continental, histoire d'avoir encore un pied en Irlande et l'autre déjà en France, terre d'asile : ce n'est pas le colosse de Rhodes qui pourrait se vanter d'un tel grand écart !!!
A regarder la carte de plus près, il s'agit ici d'une carte géographique et pas celle d'un restaurant, plus facile à lire par votre humble serviteur, il paraissait logique en quittant LIMERICK de plonger plein sud et en ligne quasi droite sur CORK et son port de RINGASKIDDY. A vue de nez, et surtout à la lecture de l'irréprochable travail préparatoire d'Henri, cela représentait 123 km à parcourir sur la N20.
Avouez toutefois que pour "plonger" ainsi, tête la première, même plein sud, sans savoir si l'eau était bonne, il y avait un pas à franchir ... que nous n'avons pas franchi !
Là encore, le Guide Vert, décidément plus utile aux touristes que le Petit Livre Rouge aux maoïstes, signalait avec force clignotants, gyrophares et sirènes hurlantes, qu'il était I-N-D-I-S-P-E-N-S-A-B-L-E de faire un détour par le site de CASHEL et de son rocher !!!!!!!
Le moment est venu de vous donner le lien vers les photos du jour, avec pour l'essentiel justement des images de ce site impressionnant et quelques autres concernant l'embarquement et le début de la "croisière" de retour ...
Or donc, plutôt que de cruiser à la verticale, nous avons obliqué vers la N24 en direction de TIPPERARY et, contrairement à ce que laisse entendre la chanson, "it was NOT a long way to TIPPERARY puisque 25 malheureux kilomètres nous en séparaient !!!
Aïe, aïe, cette chanson commence à galoper dans ma pauvre tête comme celle du CONNEMARA de l'autre là, le SARDOU !!
Bon, vu que " the sweetest girl I know" ne m'y attendait pas, on a continué jusque CASHEL, quelque douze kilomètres plus loin.
Là aussi, site impressionnant avec un château planté sur un rocher entouré d'épaisses murailles. On tourne d'abord autour du château en prenant le plus de recul possible pour le cadrer au mieux sans en tronquer les tours, on marche d'un pas solennel entre les très veilles tombes, on entre enfin dans le château, les yeux rivés vers le ciel pour mesurer la hauteur des murs. Le site est en complète restauration et, croyez-moi, il y a du boulot pour de nombreux artistes et plus encore d'années !! On se dit qu'ils vont en plus devoir faire preuve de beaucoup d'imagination pour reconstituer certaines fresques pratiquement effacées ...
Nous sommes restés une heure environ sur le site, chacun de son côté comme souvent, pour se laisser le loisir de s'attarder sur un détail plutôt qu'un autre, suivant l'intérêt qu'il lui porte. On en apprend sans doute moins qu'accompagné d'un guide mais on n'est pas perturbé par des commentaires idiots comme en font souvent les touristes qui se déplacent en groupe ;-)))))
Après cette visite ... j'ai un trou !!
J'ai vu, sur mon décompte VISA que j'ai fait le plein à FERMOY (18.74 € de Sp95), je sais par ailleurs qu'on est arrivé au quai d'embarquement vers 15h30 mais je n'ai AUCUN souvenir de l'endroit où nous aurions pu nous arrêter pour manger. Avons-nous seulement mangé d'ailleurs ?
A la réflexion, je pense que ça ne devait pas casser 3 pattes à un canard car ça m'est resté sur l'estomac ...
Le feu vert donné, nous sommes entrés dans le ventre du ferry dont le capitaine portait l'étrange nom de QUERE, à prononcer Quéré et non queer, n'est-ce pas !
Comme à l'aller, les matelots se sont occupés d'arrimer nos montures pendant que nous prenions les ascenseurs vers le pont n°8 et la vaste cabine n° 8225.
Même "ballet" pour y pénétrer, caser nos affaires pour empiéter le moins possible sur l'espace vital, le mot prenant ici tout son sens, nous changer vite fait et nous retrouver un étage plus haut, au bar.
Puis ce fut la longue attente pour le repas du soir. A force d'attendre le moment le plus propice, les queues au self ne désemplissaient jamais.
Lassé par cette attente, un peu assommé par la grande bière que j'avais bue au bar, un peu perturbé par le roulis du bateau, par la chaleur et les odeurs qui se dégageaient du restaurant, j'ai commencé à avoir une légère nausée et, ce fut plus fort que moi, vers 21H00 je dus fausser compagnie à mes amis et rejoindre la cabine en solitaire, comme Olivier de Kersauson de Pennendreff, le navigateur à la grosse tête, vous connaissez ?
Didier et François m'y ont rejoint vers 22h30 : François m'avait rapporté un petit pain offert par Bernadette et une barre "Lion" qu'il avait de côté.
J'ai TOUT mangé !! Et j'ai dormi comme un enfant jusqu'au lendemain matin, bercé cette fois par ce même roulis qui m'avait dérangé auparavant.
La nuit promettait d'être courte car le débarquement était prévu à 7h00. Et de fait, dès 5h30-6h00, des annonces fusèrent dans les haut-parleurs ... mais ceci est une autre histoire évidemment !

22:10 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : irlande2011

11/07/2011

L'Irlande, 7ème étape : LIMERICK ... suite !!!

IRLANDE 2011 442_640x480.jpgTOUT A commencé par le Big Bang paraît-il, sauf l'Amérique qui a commencé par le Big Mac, et bien ... en Irlande, tout commençait chaque matin par un copieux petit déjeuner. A notre arrivée à OUGHTERARD, le gars qui nous avait reçus (rappelez-vous, il nous avait salués du haut du Vélux de sa salle-de-bains) nous avait, entre autre question, demandé ce que nous voulions au petit-déjeuner ... du lendemain matin, bien entendu !
J'ai été le seul à commander un VRAI PETIT DEJEUNER IRLANDAIS, avec les champignons, les boudins blanc et noir, les tomates, les oeufs, le lard grillé, les saucisses, etc ... ce qui lui fit dire "Voilà un homme, un vrai !" ;-))
Oui parce que, pour certains, c'était sans les oeufs, ou sans les champignons ou encore sans les boudins blanc et noir, parfois sans le lard et les tomates mais avec de la confiture de coing, voyez ??
C'est comme si on arrivait au drive-in du Quick, qu'on commandait un menu "GIANT" mais ... sans le G, le I, le A, le N et/ou le T, voyez, voyez ?? Un truc pour nain, quoi !
Notez bien qu'à force de me goinfrer de la sorte, j'ai encore pris un peu plus de bide et il est des matins où j'ai souffert au moment de remonter la fermeture éclair du blouson de cuir !!
Aucun problème de ce côté-là pour l'ami François qui s'est acheté une nouvelle tenue, XXXXXXXL, et qui pourrait voyager avec un passager clandestin sous la même combi !
Menu du jour suivant le liflet d'Henri :
Nous continuons à descendre vers le sud (on dirait, on dirait), et plus exactement vers LIMERICK (voyez, je n'invente rien !) et plutôt que d'emprunter la N18 (plus rapide) nous ferons un grand détour plus à l'est. Cette étape fait 150.8 km.
Et on repart en noir ...
Il est 9h24, on quitte OUGHTERARD et, avant de véritablement prendre la route, nous sommes retournés au point de vue que nous avions rejoint la veille, histoire de voir l'endroit sous une autre lumière. Il faut toujours regarder les choses sous des lumières différentes, on apprend à prendre du recul sur les choses, j'ai dit !
On n'était pas installés sur nos selles depuis plus d'un gros quart d'heure que déjà nous marquions notre première halte là, au château de AUGHNANURE. François, déjà en nage, c'est dire si le temps était encore avec nous en cette belle journée, resta aux côtés de nos machines, le temps que nous poussions un peu plus loin, à pied, pour voir l'entrée du château et ses environs, plutôt plongés dans l'obscurité d'un sous-bois alors que sa tour s'élançait vers le ciel dégagé ...
Quel poète, je fais !
On a repris la N59 jusqu'à GALWAY que nous avons laissé derrière nous pour continuer jusque KILCOLGAN, quelque 10 kilomètres plus au sud. Là, nous avions le choix de faire " un grand détour plus à l'est" comme indiqué au road-book, soit de repiquer sur la côte, le long de la GALWAY BAY. Le "détour oriental" ne valant que par sa nouveauté mais absolument pas par les routes qu'il empruntait, aucune n'étant marquée de vert sur la carte, nous avons convenu à l'unanimité de "refaire le chemin à l'envers" puisque nous l'avions fait entre ENNIS et GALWAY lors de la première étape sur l'île !
Contrairement à l'aller et vu que nous n'étions pas en retard d'une guerre, nous nous sommes cette fois arrêtés au château de DUNGUAIRE (ben tiens !), juste le temps de faire la photo. Sauf que ... Sauf que ...
Si j'ai bonne mémoire c'est là que Didier oublia son guide vert sur un muret de pierres et qu'il me demanda de rattraper les autres pour leur signaler qu'il rebroussait chemin pour le récupérer. Chose aisée que de rattraper les autres bien entendu ;-))), de klaxonner pour leur demander de s'arrêter afin d'attendre notre Chef !!! Vu que les rayons du soleil dardaient et que Didier tardait, Henri, Bernadette et François décidèrent d'aller plus loin, se mettre à l'ombre pendant que j'attendais Didier ... Nous les avons rejoint bien plus tard car la circulation était plutôt dense et les routes étroites, souvent barrées de lignes blanches continues que nous avons respectées comme l'intime le code de la route, qu'on roule à gauche ou à droite d'ailleurs !!!
Nous avons continué de concert jusqu'à BALLYVAUGHAN et le MONKS bar où j'ai goûté à la "seafood chowder", un potage à base de poissons, potage tellement dense qu'on aurait presque dit de la crème : c'était excellent car accompagné de légumes qui relevaient encore le goût déjà prononcé !!
Nous avons mangé en terrasse, avec vue sur mer : il y avait là des hollandais, des italiens et des autochtones, qui en moto, qui en vélo et qui en décapotable ...
Après ça nous avons continué le long de la côté, sommes repassés "devant" les Cliffs of Moher et le Spanish Point sans nous arrêter cette fois, pour ensuite rentrer dans les terres via ENNIS et BUNRATTY, jusque LIMERICK et le "B&B", the Coonagh Lodge.
Encore une belle et grande demeure, bordée de beaux parterres et offrant des chambres spacieuses et d'un excellent confort. Le patron des lieux, un ancien officier de l'armée si j'ai bonne mémoire, nous a reçus chaleureusement et au moment de prendre la commande pour les petits-déjeuners, il nous a vanté une des spécialités de son épouse, une spécialité très "française" semblait-il et nous avons été plusieurs à la choisir !
Il nous a indiqué 2 ou 3 bars au centre-ville que nous avons rejoint à moto. Vu la courte distance à parcourir, certains ont fait une entorse au règlement en ne s'équipant que de jeans plutôt que des habituels cuirs ...
Visite infructueuse d'un premier bar et arrivée au Woodfield House Hotel et son bar food.
On s'est installé une fois encore en terrasse, on a commencé par siffler des grandes bières ou des grands cidres avant de passer au plat de résistance. S'agissant du dernier soir en Irlande, j'ai opté pour le traditionnel "Fish and Chips". Il régnait dans ce pub une belle ambiance : tout le monde semblait avoir un verre dans le nez, voire deux, et beaucoup chantaient des chansons joyeuses. On a pensé qu'il s'agissait d'un pot de départ à la retraite car au milieu des rires on a aussi vu quelques larmes couler ici et là ...
Vivement la retraite !!!!!
Ouais, la "sci-fi" ça sera pour une autre fois ;-)))
Encore une belle journée qui touchait à sa fin et qui sentait aussi la fin puisque le lendemain nous devions rejoindre CORK et RINGASKIDDY (keskidi ??) pour reprendre la malle après avoir fait les malles !!
Restait à profiter d'une dernière nuit dans une chambre SPACIEUSE, au moins cent fois plus grande que ces @#]$* cabines de ferry !!

22:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

07/07/2011

L'Irlande : septième étape, Limerick !!!

Ok, je m'y prends bien tard mais ne craignez rien, je ne vais pas vous soûler de phrases à rallonges, bourrées de mots compliqués ;-), de parenthèses et de guillemets : voici directement les photos de cette journée qui nous vit quitter OUGHTERARD pour rejoindre le B&B suivant, situé à LIMERICK.
Tiens, saviez-vous qu'un "limerick" était aussi un poème humoristique ? Moi non plus ! Et pourtant, il vous suffit de suivre ce LIEN pour vous en convaincre !
Et voici le copié/collé d'un des exemples cités et qui, ma foi, vient fort à propos ...
A propos de quoi me direz-vous ?
Voyez plutôt :

There was a young lady from Niger,
Who smiled as she rode on a tiger;
They came back from the ride
With the lady inside,
And the smile on the face of the tiger
...

23:45 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

05/07/2011

L'Irlande, 6ème étape : Oughterard ...

IRLANDE 2011 418_640x480.jpgJe vous ai déjà livré (sur un plateau), les grandes lignes de l'étape du jour : je serai donc bref, enfin, aussi bref que possible, enfin, je promets de faire un effort et d'être aussi concis ;-) que peut l'être le fruit qu'on trouve dans un gâteau sec, en circonscrivant au plus près les évènements (bien grand mot s'il en est, n'est-il pas ?) qui ont marqué la journée d'autant de pierres blanches, enfin de petits cailloux blancs ...
On a bien évidemment commencé par faire nos pleins en prenant le "petit déj" vers 8h30 comme d'habitude, puis on a fait ceux des motos. La Tiger a avalé l'équivalent de 24.06 € de SP95 et j'ai remarqué que son regard, un peu torve jusque là, s'est illuminé ;-))
Le ciel s'était aussi illuminé et les nuages étaient rares : le crachin de la veille au matin n'était plus qu'un vague souvenir ! Nous étions repartis pour une belle journée ensoleillée ...
Et de fait, lorsque nous nous sommes arrêtés 10 km plus loin sur le parking de la fabrique de textile, il faisait déjà presque trop chaud !!
Il y avait là un couple de motards, des français sur une YAMAHA FJR 1300 avec lesquels nous avons engagé la conversation. A la question de savoir si le site était intéressant, la moue que fit le gars nous en apprit beaucoup ;-))
Dans ces cas là, rien de tel, comme disait Guillaume, de se faire sa propre opinion, Monsieur Pignon !!
Finalement nous n'avons pas du tout été déçus. Renseignements pris, il y avait un "parcours" à suivre, dans plusieurs salles, parcours qui retraçait l'histoire d'Irlande depuis la Grande Famine (An Gorta Mór en irlandais) de 1845-1849 jusqu'à la reconversion de la région ... Grosso modo, il faut savoir que toute l'économie de l'époque reposait sur la pomme de terre TOUTE PUISSANTE jusqu'au jour où elle fut atteinte par le mildiou qui ravagea (la mouquère) les cultures, provoquant une débâcle épouvantable et une famine qui emporta plus d'un million de personnes !!!
De là, la volonté de diversifier les cultures et les activités et, dans la foulée, la naissance de cette usine de textile !
Ok, ça peut paraître un peu "short" comme ... raccourci, mais je n'ai pas la prétention d'être un historien et je n'ai pas non plus envie de me plonger dans d'épais manuels : si vous voulez TOUT SAVOIR et LE RESTE sur cet horrible épisode de l'histoire irlandaise, je vous invite à le faire "all by yourself" comme le chanterait Céline !!!
Reste que la reconstitution d'une salle de classe avec des orateurs qui remuent la tête et les lèvres, d'un bureau où une bonne soeur plus vraie que nature, au visage expressif, explique, à qui veut bien l'entendre, un tas de trucs que je n'ai pas pris la peine de comprendre (shocking, i know !!), d'une salle de théâtre où on projette un film avec des extraits d'époque mélangés aux images plus contemporaines, TOUT CELA participait à rendre la visite extrêmement intéressante !
Après ça, petit tour dans la boutique, très bien achalandée, où l'on trouvait tous les articles fabriqués par la maison ainsi que divers bibelots plus ou moins du cru : tout le monde a acheté quelque chose, aussi bien Didier que François, ainsi qu'Henri et Bernadette, sauf moi ... qui avait décidé de ne rien ramener de superflu ;-)))
Je sais par expérience que les brols qu'on ramène de voyage, terminent généralement leurs vies dans le fond d'un tiroir ... à brols ramenés d'autres voyages !!

Petit coup d'oeil dans les rétros pour constater qu'au niveau des comptes-rendus, mes amis sont loin loin loin derrière moi, tout le contraire sur la route me rétorqueront-ils bien évidemment : François traîne encore à ENNIS pendant qu'Henri fait la sieste à GALWAY !!! Méfiance toutefois car ces 2 là sont prompts à vous faire l'intérieur à l'insu de votre plein gré !!! C'est pourquoi je replonge la tête dans le guidon !!!!!!!

On quitte le "Foxford Woollen Mills", on regagne le parking, récupère les motos aux selles chauffées par les rayons du soleil, on lève nos roues avant de concert ;-) et on fonce jusqu'au Musée de la Vie Rurale, à CASTELBAR, devant lequel on exécute de ... plantureux "stoppies" que nous envierait le Roi du stunt himself ;-)))
Que dire de ce musée ? Qu'il est intéressant à plus d'un titre ... Qu'il vaut le détour pour qui a le temps de prendre le temps de visionner les nombreuses vidéos qui retracent la vie dans les campagnes ... Qu'il me parait toutefois relativement pauvre en "matière" alors que l'espace occupé est énorme. On dirait, comment dire, qu'il a reçu trop de subsides à n'en savoir qu'en faire, voyez ?? Il y a plein d'ouvrages d'art comme ça, relativement inutiles, qui sont financés par la collectivité dans l'intérêt de quelques uns seulement ...
Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit car, dans le cas présent, ce musée a le mérite de rassembler un tas de témoignages d'un passé récent qui sans cela, seraient sans doute disparus à jamais au fil du temps ! Il remplit un devoir de mémoire indispensable pour savoir d'où l'on vient et peut-être où l'on va ...
Là, dans l'immédiat, notre petit groupe savait où il allait : on allait MANGER et vu qu'il était tard, comme dirait Kermit la grenouille, on s'est dirigé fort justement vers la cafétéria du musée. Jusque là copieusement rassasiés de culture, on s'est tout naturellement contentés d'une petite soupe et de quelques tranches de pain ...
Il nous tardait d'ENFIN faire un peu de moto car, à y regarder de plus près, il était pratiquement 14 heures et on avait royalement parcouru quelque 25 kilomètres. Il en restait donc plus de 115 à parcourir avant d'atteindre notre but, c'est dire s'il allait falloir OUVRIR en tout grand ;-)))
On a commencé par traverser WESTPORT fissa, on a dévalé plein sud et pleins pots sur la N59 en direction de LEENANE. Petite respiration pour admirer la jolie cascade de AASLEAGH, encore un très bel endroit où n'importe quel peintre trouverait matière à exprimer son talent !! Un panneau nous indique un pub à un jet de pierre qui roule : on y va, on s'installe en terrasse, à l'abri d'un parasol et on consomme.
Au moment de repartir, l'endroit était tellement en pente que Didier et moi, avons préféré y aller à reculons pour éviter toute mauvaise surprise. Quand on est ... hum ... pas grand, c'est le genre de "topographie" où il faut se montrer très circonspect pour manoeuvrer nos pur-sang au risque de se faire désarçonner, voyez ?
L'asphalte était idéal sur la route R336-L100 (?) qui longeait la rivière Joyce et on a pu se lâcher un peu : dois-je souligner qu'on fait de la moto pour ces moments-là aussi ? Quel "fun" en effet de se dandiner sur la selle pour accompagner les trajectoires ... Pfff, j'y retournerais bien là, tout de suite !!!
On passe par TEERNAKILL, puis MAAM où l'on rejoint la N59 à nouveau jusque OUGHTERARD qu'on atteint vers 18h30 si je ne m'abuse.
Le "B&B" du jour, le "Nonaim Lodge" (le logis qui n'a pas de nom ??) n'est pas au centre-ville mais bien au bout du bout du bout d'une toute petite route très étroite, dans un hameau appelé SHANNAWAGH sur la Glann Road pour être précis..
On béquille nos machines dans les graviers et on entend un gars qui, du haut du Velux de sa salle de bain, nous demande de patienter quelques secondes, le temps qu'il finisse de se doucher.
Il arrive, nous ouvre, nous accueille et nous installe, nous prépare thé et café et nous explique qu'au bout du bout du bout du bout du chemin, il y a un point de vue à ne pas rater avant de retourner au centre ville où il nous indique également un bon pub !
Vu que c'est tout droit et qu'on ne peut pas se tromper, les amis me laisse l'initiative de passer devant pour rejoindre le Faherty's bar.
IRLANDE 2011 426_640x480.jpgCertains d'entre nous y ont enfin goûté la fameuse "stout", cette bière d'un brun profond et quasi sans collier qui, ma foi, se laisse boire agréablement. Personnellement je n'ai pas pu résister à un excellent "stew of lamb" ... J'ai appris à aimer l'agneau et le mouton grâce à mon regretté beau-père qui avait un petit troupeau qu'il nourrissait amoureusement et qui lui rendait cet amour une fois dans l'assiette tellement c'était "goûtu" et tendre.
Nous sommes rentrés alors qu'il faisait presque nuit noire : j'en ai profité pour allumer les feux additionnels montés en accessoires sur la Tiger et je dois dire que j'y voyais pratiquement comme en plein jour ;-))))
Evidemment, du fait que la route remontait vers SHANNAWAGH, ils ont un peu perturbé la vision d'Henri qui roulait devant.
Moralité : la Tiger ainsi équipée est une moto d'autant plus éblouissante !!
Bon, sur ces bonnes paroles, je vous laisse à vos occupations et vous donne rendez-vous jeudi pour la suite des évènements car demain je vais saluer ma mère-en-loi ;-))
Bye bye comme dit DDR !

21:03 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

04/07/2011

L'Irlande : sixième étape, OUGHTERARD.

IRLANDE 2011 425_640x480.jpgSixième étape mais huitième jour puisqu'on a mis 2 jours pour poser nos roues sur le sol irlandais ... Soit dit en passant, et sauf erreur, il me semble que c'est la première fois que je m'absente aussi longtemps, loin de mon port d'attache : 12 jours dont 2 samedis et 2 dimanches, 1 jour férié (l'Ascension) et 1 jour à mettre sur les RTT comme on dit depuis que notre ancienne RTT est devenue la société BELGACOM ...
Petite explication peut-être ? RTT signifiait "Régie des Téléphones et des Télégraphes". Dit comme cela, ça fait vraiment vieux jeu et obsolète, tandis que BELGACOM c'est beaucoup plus dans l'air du temps, c'est sûr : BELGA pour Belgique évidemment et "COM" pour communication, cela va sans dire !
Quant aux "RTT", il s'agit des "Récupérations de Temps de Travail" qui ne concernent que les gens qui font des heures supplémentaires, c'est-à-dire, vous et moi : et oui, nous ne sommes plus que deux à nous sacrifier pour faire tourner le monde ;-)))
Tout compte fait, ce périple ne m'aura coûté que 6 jours de congés. Quant à l'autre "coût", celui qui touche le portefeuille, il suffirait d'une pirouette et de dire "quand on aime on ne compte pas", mais je n'éluderai pas la question et j'y reviendrai plus tard si vous le voulez bien.
Donc, au programme du jour, départ de BALLINA, visite d'une petite usine de textile à FOXFORD, visite du musée de la vie rurale à CASTELBAR, passage obligé par WESTPORT (où nous nous étions arrêtés avant BALLINA), traversée de JOYCE COUNTRY, région ainsi baptisée parce qu'y coule la rivière JOYCE (logique, n'est-il pas ?), oserais-je écrire région montagneuse dans la mesure où on se situe autour de 600/700 mètres d'altitude, un peu comme autour de la Baraque à frites Fraiture chez nous ... Le road-book, toujours à l'instigation d'Henri, faisait 140.6 km ce jour-là, autant dire que nous avions à nouveau largement le temps de papillonner et/ou de butiner, ce dont nous ne nous sommes pas privés.
Voici les IMAGES du jour : je vous laisse les regarder à l'aise et j'y reviendrai incessamment !
A suivre ...

23:53 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

02/07/2011

Des contrastes ...

D'un côté du cuir et de la pluie, de l'autre des jupettes et du soleil ...
D'un côté, les essais au Mugello en Italie où il pleut par intermittence et où des nains (pour la plupart) restent au stand, de l'autre la finale du tournoi de Winbledon avec deux grandes et magnifiques blondes qui étalent leur talent : dans les 2 cas, c'est du sport.
Avouez qu'en Moto GP on n'est pas gâtés question météo ces derniers temps : au Mugello, deuxième séance d'essais libres quasi inexistante et qualifications idem !
Bon, je termine la haie et j'attaque la pelouse, ça aussi c'est du sport !!

16:05 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

01/07/2011

L'Irlande : cinquième étape, BALLINA !!!

IRLANDE 2011 340_640x480.jpgJ'aurais pu sous-titrer "Un Achille peut en cacher un autre".
Alors que je m'apprêtais à vous raconter la suite avec cette étape du jour (1er juin 2011) au départ de WESTPORT et arrivée à BALLINA, étape qui nous faisait "tournicoter" dans "ACHILL ISLAND" avant de remonter plein nord, comme on dit en Laponie orientale, notre ami François nous donnait aujourd'hui des nouvelles de son tendon d'Achille ... dans la foulée !!!
Pour ceux qui ne suivraient pas nos aventures pas à pas, mais de loin et de façon distraite, je rappelle qu'il s'était pété le tendon en tentant de dresser la Tiger sur sa béquille centrale lors de la dernière étape entre MOTTEVILLE et NOSFOYERSRESPECTIFS.
Depuis le vendredi 10 juin il portait un premier plâtre qu'on vient juste de lui enlever pour le remplacer par un plâtre de marche qui lui permet ENFIN de poser le pied au sol : "a small step for Franck, but a big step for Humanity" comme l'a chanté le lunatique Louis ARMSTRONG en son temps ;-))
Je lui réitère mes meilleurs voeux de prompt rétablissement en espérant qu'il puisse reprendre toutes ses activités le plus rapidement possible ...
Assez curieux de dire ça mais "une fois n'est pas coutume", il faisait brumeux et une fine bruine finissait d'obscurcir le ciel, probablement une première (!!) depuis le départ de ce voyage. Que voulez-vous, on nous a tellement bassinés avec la météo irlandaise, pays où il fait soi-disant beau une semaine par an et encore, par intermittence, qu'on s'attendait à devoir porter nos scaphandres tout au long du voyage ... Et en fait, sur le terrain, il n'en a rien "été", c'est bien le mot à mettre entre guillemets puisqu'il a fait très beau. Entendons-nous, ça n'a jamais été (pffff) la canicule mais à 20°C et par temps sec, l'habitant se considère déjà comme au Sahara !!! Et cette température est PARFAITE pour faire de la moto et pour tout dire, elle est même déjà trop élevée lorsqu'on s'arrête, par exemple pour visiter des spots touristiques, vu qu'on est malgré tout lourdement équipés : l'IDEAL tourne autour de 15-16 degrés selon moi, quitte à glisser une petite laine sous le cuir ou le textile GoreTex quand on roule.
Attention, achtung, warning, attenzione, pas op : ne jamais essayer d'enfiler ladite laine EN ROULANT et se ranger d'abord !!!
IRLANDE 2011 363_640x480.jpg
On ne s'est pas laissés démonter par le mauvais temps, pensez on en a vu d'autres, bien pires, et après un petit déjeuner toujours aussi varié et copieux, on a enfourché nos belles pour une nouvelle étape longue de 191 km qui pouvait une fois encore être raccourcie mais que finalement nous avons allongée puisqu'on a fait +/- 216,7 kilomètres ;-))
On a d'abord suivi la voie principale jusqu'à NEWPORT et avant de bifurquer à gauche vers la CORRAUN PENINSULA, on a fait un crochet pour "fixer" le point de vue entre les lough FURNACE et FEEAGH.
Cap ensuite sur la péninsule (on dirait du Cyrano, hein ?) où nous avons zigzagué, en long, en large et en travers, sillonnant pratiquement toutes les petites routes marquées de vert sur la carte, pour nous arrêter enfin au "Golden strand bar food" aux alentours de midi et demi : un énorme bar, totalement vide si ce n'est le gars au comptoir évidemment !!
On s'est installés, on a commandé les boissons, on a parcouru la carte et on a choisi qui la soupe du jour, qui le traditionnel poisson et frites, qui enfin les champignons frits accompagnés de crudités. Le gars nous a expliqué que l'endroit était bondé en saison ce que nous n'avons pas eu peine à croire vu la belle plage de sable fin qui s'étendait devant nos yeux ... Ce n'est peut-être pas la Méditerranée mais, avec un peu de bol ... et un maillot de bain molletonné, il doit être possible de profiter de belles baignades dans le coin !!
Le soleil était revenu parmi nous, salut toi, et nous sommes repartis vers le nord jusque BANGOR où nous avons continué vers l'Est sur la N59 et CROSSMOLINA.
Didier avait repéré une abbaye qui valait le détour d'après le GVM et c'est sans hésiter une seconde que nous avons quitté la N59 pour la L140 qui nous mena tout droit à ERREW ABBEY sur les rives du LOUGH CONN !
François s'est, une fois encore, porté volontaire pour garder les motos. Il est très curieux de constater qu'un TEL HAUT LIEU DE L'HISTOIRE puisque repris dans les guides touristiques les plus cotés n'est-ce pas, ne fasse pas plus que ça l'objet de soins particuliers de la part des autorités locales ! RIEN n'est fait pour le signaler !! On a même dû escalader un muret, un peu comme quand on allait en maraude lorsque nous étions gamins, puis on s'est enfoncés un peu au petit bonheur la chance dans des champs et des sous-bois pendant plusieurs centaines de mètres avant de tomber sur cette fameuse abbaye du treizième siècle tout de même !!
Encore des vieilles pierres mais empilées dans un certain ordre et une certaine harmonie ;-) de sorte qu'on reconnait aisément une tentative de construction religieuse ...
A un moment on s'est retrouvés nez à naseaux avec un troupeau de chevaux : je n'avais jamais eu l'occasion de côtoyer de si près ce qu'on appelle la plus noble conquête de l'homme et c'est ma foi relativement impressionnant lorsque rien ne vous sépare de l'animal, ni clôture, ni muret pour vous abriter le cas échéant ...
Nous avons été retrouver NOS DESTRIERS qui étaient restés bien sages sous la surveillance de François et sommes repartis pour rejoindre cette fois notre destination finale : petite particularité ici, nous avons été divisés, B&H étant logés au B&B "Quignalegan House" alors que pour François, Didier et moi, WESTEUROBIKES avait réservé le "Green Hill", juste derrière la Saint Muredachs Cathedral de BALLINA.
Madame était sortie faire les courses et monsieur était un peu déboussolé : il nous a toutefois préparé deux cafetières, une de café et une ... d'eau chaude pour les amateurs de thé. Le temps de se rafraîchir, vite fait bien fait, que B&H étaient déjà de retour : eux à moto, nous à pied, nous avons rejoint le "Murphy Bros. pub", encore un bar plein de charme et de caractère qui invite à en devenir un pilier ;-)))))
Si je ne me rappelle pas de ce qu'il y avait dans l'assiette de François, Henri et Bernadette, je me rappelle parfaitement avoir pris des pâtes "carbonara" pendant que Didier les avaient choisies "à la bolognaise". Alors que les croutes de pains retournées sur mes pâtes étaient trop grillées, celles de Didier étaient carrément carbonisées. En plus de ça, la bolognaise était paraît-il beaucoup trop salée, ce qui fait qu'il s'en est doublement et très justement plaint au moment où la serveuse est venue ramasser les assiettes : le repas ne lui a pas été compté ! Inutile de dire qu'on l'a gentiment chambré là-dessus, par exemple en lui conseillant d'ajouter que le verre de vin qu'on lui avait servi était bouchonné et, au moment de l'addition, on a proposé pour une fois de la partager en cinq, voyez ?? On sait se montrer taquins parfois, hein oui ??
Henri et Bernadette ont regagné leur bed and breakfast et nous avons rejoint le nôtre : deux chambres communicantes avec une salle de bain et un point d'eau, et une fois de plus, une literie très confortable. Tiens, ça me rappelle que dans un "B&B" précédent nous avions même bénéficié de couvertures chauffantes : personnellement, j'ai juste branché le truc quelques minutes, le temps de réchauffer le fond du lit. Pas trop confiance dans ce genre de matos, pas envie de me retrouver comme ces tranches de bacon le matin, vous voyez ce que je veux incinérer ?
Bonne nuitée !!!!!!!!!!!!!!!!!!

23:36 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

L'Irlande, cinquième étape : BALLINA ...

Si vous le voulez bien, on va continuer à s'enfoncer dans cet autre pays des mille lacs ... Après ENNIS, notre premier arrêt sur l'île, puis GALWAY, CLIFDEN et WESTPORT, l'arrivée de l'étape du jour avait été fixée à BALLINA, au nord-est du LOUGH CONN, "point culminant" de notre périple puisqu'à partir de ce jour là, nous entreprendrons de redescendre sur CORK.
A vol d'oiseau, en supposant qu'il aille tout droit sans batifoler de branche en branche, sans s'égarer à droite à gauche pour chasser goulument les insectes, nous ne nous situerons à la fin de cette étape qu'à 66 cm de notre lieu de débarquement : de là à dire qu'on a fait la route 66, je ne me permettrai pas !
Sachant que la carte utilisée est au 1/400.000ème, je vous laisse faire le calcul. Cela ne représente, somme toute, que 13.2 cm par jour, ce qui peut paraître peu pour le profane ou ... l'aviateur ;-)
Sachant toutefois que nous sommes de ceux qui batifolons d'embranchement en embranchement en s'égarant à droite à gauche, puis à droite encore et de nouveau à gauche, pour voir où ça nous mène et pour immortaliser le "gnègnème" point de vue, on n'a pas eu trop le temps de tout voir malgré ce relativement faible kilométrage.
Voici les PHOTOS du jour : si la journée a commencé sous une fine bruine, nous obligeant pour la PREMIERE FOIS à enfiler les plastiques, elle s'est une fois encore terminée sous le soleil et la banane aux lèvres !!!
Bananana Bananana, banana split, mmmhhhh : voilà pour les amis friands de desserts.

A suivre ...

00:08 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011