21/07/2011

L'Irlande, le retour : Motteville -> Maison, SUITE (et qui sait, peut-être fin) !

Je ne suis pas très "vélo" mais là, j'ai regardé la fin de l'étape du Tour de France qui passait par les cols d'Agnel, du Lautaret et du Galibier et croyez-moi, j'y remettrais très très très volontiers les roues, celles de la Tiger ne les connaissant pas encore !
Sauf erreur, ça fait depuis 2007 qu'on n'a plus tourné dans les Alpes et je ne verrais pas d'un mauvais oeil qu'on s'y aventure l'an prochain, par exemple !
Bien entendu, aux dernières nouvelles, notre hôtel habituel, "Le Capricorne" situé au pied du col de la Madeleine, est fermé mais mais mais on avait vaguement discuté d'un autre point de chute, quelque part au milieu de tous ces cols mythiques, mi-voisins, sans encore concrétiser : la balle est dans le camp des G.O. et des "tripystes" invétérés que sont mes compagnons de route.
Oui, ils sont TOUS passés au TRIPY : il ne restait plus que Jacques à convaincre de l'utilité de ce "road tracer" et voilà qui est fait depuis un peu plus d'une semaine !
Quant à moi, j'attends le Tripy III qui fera les road-books tout seul, qui fera "full GPS", caméra embarquée et pilote automatique en cas de grosse fatigue ...
Cela ne saurait tarder !

Mais revenons à nos moutons irlandais, voulez-vous ?
Vous avez compris que François était "hors service" pour continuer la route avec nous et après discussion, il nous a convaincus de continuer le road-book alors qu'il prendrait la route la plus directe pour rentrer tout seul chez lui : sage décision me semble-t-il même si, un instant, j'ai pensé l'accompagner ...
Nous avons donc exaucé sa dernière volonté et c'est Henri qui, à partir de là, a pris la direction des opérations.
Cette "nouvelle responsabilité" lui a fait pousser des ailes dans le dos, oui c'est plus efficace que dans le ..., au point qu'il a commencé à tracer comme il a rarement tracé. Il faut dire que l'itinéraire était fait de lignes droites interminables et la Tiger 955i adore ça, les longues lignes droites interminables.
D'habitude il suffit de quelques virages pour que je recolle mais là, il prenait de plus en plus d'avance et, curieusement, il ne respectait même plus les sacrosaints 50 km/heure dans les villages traversés. J'étais un peu excédé par ce soudain empressement et je voyais par ailleurs que Didier, volontairement ou non, était également largué ... Je décidai alors à mon tour de me laisser décramponner mais ça ne modifia en rien les ardeurs de notre ami. Et pourtant il faisait plutôt dégueulasse, une fine pluie qui nous avait obligés à enfiler les plastiques, un ciel de plomb et des routes plutôt sales et bien entendu humides ...
Je n'ai toujours pas compris mais bon, quand on suit, on n'a rien à comprendre, on s'adapte et de toute façon, la vitesse moi, j'aime ça !
On est arrivé à NAOURS, en passant par MONTVILLE, LONDINIERES, VIEUX ROUEN EN BRESLE, HORNOY-LE-BOURG, MOLLIENS-DREUIL et BOURDON, après 158.6 km de course et c'est là que nous avions prévu de dîner (oui dîner, je suis "belge", en tout cas résident, et c'est ma fête aujourd'hui !!!)
Manque de bol, le resto ne servait que les "ceusses" qui avaient pris les tickets pour visiter les grottes et ça coûtait 10 € le ticket, un peu cher d'autant que nous n'avions pas trop le temps de nous enterrer là ...
Oui, sous NAOURS il y aurait des grottes et même toute une ville et une vie souterraine, je parle au conditionnel car je n'ai pas été voir. Il semble toutefois que le site vaille le détour et je propose qu'à l'occasion on se fasse une longue virée jusque là en partant un dimanche très tôt : la balle est de nouveau dans le camp des G.O. ;-))))
Et donc, on est reparti, on a prolongé d'une trentaine de kilomètres par les D60, 919 et D91, ainsi les "D" sont jetés, jusque la ville d'ALBERT, où nous avons marqué l'arrêt sur la place, face à l'église pour y investir le restaurant "Hygge Café"
A suivre ...
Je continue ...
Nous sommes dans le département de la Somme, région Picardie et, à la carte, il y avait "l'assiette picarde" ... En fait, je ne sais pas trop ce qu'il y avait dedans mais une chose est sûre c'est qu'il y avait un ramequin avec un truc gratiné au Maroilles et ce petit "+" a suffi pour me mettre de bonne humeur d'autant que, au cours du repas, nous avons eu des bonnes nouvelles de notre ami François, arrivé à bon port !
Au sortir du restaurant, nous avons salué Didier qui avait choisi de rentrer chez lui via un axe plus direct, pendant qu'Henri, Bernadette et moi, nous continuions le road-book à bord de nos deux félins à moteur : mettez un tigre dans votre moteur qu'on disait chez ESSO a une lointaine époque.
ALBERT, PERONNE, NAUROY, BOHAIN, ETROEUNGT, WIGNEHIES, FOURMIES, ... on s'approchait de l'écurie et ça commençait à fleurer bon la maison !! Alors qu'on avait +/- convenu que je transite par MOMIGNIES, à un "T" j'ai vu l'indication "CHARLEROI" à droite et j'ai subitement décidé de suivre cette voie là : j'ai klaxonné pour saluer mes amis et j'ai pris cette direction. J'ai toutefois fait un dernier arrêt à Chimay pour un ravitaillement en carburant car l'autonomie restante affichée par l'ordinateur de bord était insuffisante à moins d'avoir envie de finir à pied, ce qui n'était pas dans mes intentions.
J'ai ponctué le voyage par un passage sur les belles routes des Barrages, de quoi profiter jusqu'au bout du bout du plaisir du pelotage pilotage dont jamais on ne se lasse.
Cela dit, j'étais tout de même très content de rentrer, faut pas croire ;-) et au final, c'est encore chez soi qu'on est le mieux !
Je pourrais en rester là, avec cette conclusion un peu "bateau" mais je vais essayer de travailler un épilogue, c'est promis !!

18:42 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : irlande2011

Commentaires

Gaffe, il est trop pessimiste l'ordi de bord, il me disait que je n'avais plus rien alors qu'il restait encore 2L!

Écrit par : Guldur | 22/07/2011

Ben au moins comme ça on a une bonne marge : on peut encore faire au moins 30/40 bornes pour trouver l'oasis avec le puits de pétrole !
Dans tous les cas, il vaut mieux assurer que de se retrouver à pied !

Écrit par : Alberto | 22/07/2011

Les commentaires sont fermés.