12/07/2011

L'Irlande, huitième étape : "back to Cork" !

IRLANDE 2011 498.jpgEt oui, la boucle se referme : débarqués le samedi 28 mai au port de CORK, sur l'ile aux mille et un lacs et autres lochs, l'étape du jour (04/06/2011) consistait à y revenir pour reprendre le ferry et regagner le continent !!
Autant dire qu'on naviguait déjà un peu sur la mer Tume ;-)))
Tout a une fin !
A propos de "faim", la spécialité que nous avait vantée l'officier gentleman du B&B de Coonagh Lodge à LIMERICK, n'était autre que du ... pain perdu ! Pas perdu pour tout le monde puisque nous avons été plusieurs à en faire notre menu ce matin là. Nos hôtes du jour avaient même eu une attention particulière en ajoutant des croissants à l'offre déjà pléthorique ! Je crois avoir un peu panaché l'insulaire et le continental, histoire d'avoir encore un pied en Irlande et l'autre déjà en France, terre d'asile : ce n'est pas le colosse de Rhodes qui pourrait se vanter d'un tel grand écart !!!
A regarder la carte de plus près, il s'agit ici d'une carte géographique et pas celle d'un restaurant, plus facile à lire par votre humble serviteur, il paraissait logique en quittant LIMERICK de plonger plein sud et en ligne quasi droite sur CORK et son port de RINGASKIDDY. A vue de nez, et surtout à la lecture de l'irréprochable travail préparatoire d'Henri, cela représentait 123 km à parcourir sur la N20.
Avouez toutefois que pour "plonger" ainsi, tête la première, même plein sud, sans savoir si l'eau était bonne, il y avait un pas à franchir ... que nous n'avons pas franchi !
Là encore, le Guide Vert, décidément plus utile aux touristes que le Petit Livre Rouge aux maoïstes, signalait avec force clignotants, gyrophares et sirènes hurlantes, qu'il était I-N-D-I-S-P-E-N-S-A-B-L-E de faire un détour par le site de CASHEL et de son rocher !!!!!!!
Le moment est venu de vous donner le lien vers les photos du jour, avec pour l'essentiel justement des images de ce site impressionnant et quelques autres concernant l'embarquement et le début de la "croisière" de retour ...
Or donc, plutôt que de cruiser à la verticale, nous avons obliqué vers la N24 en direction de TIPPERARY et, contrairement à ce que laisse entendre la chanson, "it was NOT a long way to TIPPERARY puisque 25 malheureux kilomètres nous en séparaient !!!
Aïe, aïe, cette chanson commence à galoper dans ma pauvre tête comme celle du CONNEMARA de l'autre là, le SARDOU !!
Bon, vu que " the sweetest girl I know" ne m'y attendait pas, on a continué jusque CASHEL, quelque douze kilomètres plus loin.
Là aussi, site impressionnant avec un château planté sur un rocher entouré d'épaisses murailles. On tourne d'abord autour du château en prenant le plus de recul possible pour le cadrer au mieux sans en tronquer les tours, on marche d'un pas solennel entre les très veilles tombes, on entre enfin dans le château, les yeux rivés vers le ciel pour mesurer la hauteur des murs. Le site est en complète restauration et, croyez-moi, il y a du boulot pour de nombreux artistes et plus encore d'années !! On se dit qu'ils vont en plus devoir faire preuve de beaucoup d'imagination pour reconstituer certaines fresques pratiquement effacées ...
Nous sommes restés une heure environ sur le site, chacun de son côté comme souvent, pour se laisser le loisir de s'attarder sur un détail plutôt qu'un autre, suivant l'intérêt qu'il lui porte. On en apprend sans doute moins qu'accompagné d'un guide mais on n'est pas perturbé par des commentaires idiots comme en font souvent les touristes qui se déplacent en groupe ;-)))))
Après cette visite ... j'ai un trou !!
J'ai vu, sur mon décompte VISA que j'ai fait le plein à FERMOY (18.74 € de Sp95), je sais par ailleurs qu'on est arrivé au quai d'embarquement vers 15h30 mais je n'ai AUCUN souvenir de l'endroit où nous aurions pu nous arrêter pour manger. Avons-nous seulement mangé d'ailleurs ?
A la réflexion, je pense que ça ne devait pas casser 3 pattes à un canard car ça m'est resté sur l'estomac ...
Le feu vert donné, nous sommes entrés dans le ventre du ferry dont le capitaine portait l'étrange nom de QUERE, à prononcer Quéré et non queer, n'est-ce pas !
Comme à l'aller, les matelots se sont occupés d'arrimer nos montures pendant que nous prenions les ascenseurs vers le pont n°8 et la vaste cabine n° 8225.
Même "ballet" pour y pénétrer, caser nos affaires pour empiéter le moins possible sur l'espace vital, le mot prenant ici tout son sens, nous changer vite fait et nous retrouver un étage plus haut, au bar.
Puis ce fut la longue attente pour le repas du soir. A force d'attendre le moment le plus propice, les queues au self ne désemplissaient jamais.
Lassé par cette attente, un peu assommé par la grande bière que j'avais bue au bar, un peu perturbé par le roulis du bateau, par la chaleur et les odeurs qui se dégageaient du restaurant, j'ai commencé à avoir une légère nausée et, ce fut plus fort que moi, vers 21H00 je dus fausser compagnie à mes amis et rejoindre la cabine en solitaire, comme Olivier de Kersauson de Pennendreff, le navigateur à la grosse tête, vous connaissez ?
Didier et François m'y ont rejoint vers 22h30 : François m'avait rapporté un petit pain offert par Bernadette et une barre "Lion" qu'il avait de côté.
J'ai TOUT mangé !! Et j'ai dormi comme un enfant jusqu'au lendemain matin, bercé cette fois par ce même roulis qui m'avait dérangé auparavant.
La nuit promettait d'être courte car le débarquement était prévu à 7h00. Et de fait, dès 5h30-6h00, des annonces fusèrent dans les haut-parleurs ... mais ceci est une autre histoire évidemment !

22:10 Écrit par Alberto | Commentaires (2) | Tags : irlande2011

Commentaires

nous avons mangé un sandwich, toi deux si je ne m'abuse, au restauroute de la station où nous avons pris de l'essence. Pas étonnant que tu te sois senti mal le soir...

Écrit par : françois | 13/07/2011

C'est exactement ça, merci pour le rappel : j'y reviens incessamment tout de suite et j'ai déjà un titre assez sympathique ... qui rime avec Cork d'ailleurs !

Écrit par : Alberto | 13/07/2011

Les commentaires sont fermés.