18/06/2011

Irlande : 1ère étape, ENNIS

IRLANDE 2011 149_640x480.jpgLa traversée s'est passée sans encombres : pas d'iceberg ni de monstre marin pour entraver la progression du "Pont Aven", bâtiment flottant de la compagnie Brittany Ferries. Bonne nuit de sommeil malgré l'étroitesse de la cabine et les ronflements des uns et des autres.
On a pris le petit déjeuner sur le bateau, Francois, Didier et moi d'un côté, Bernadette et Henri d'un autre, car on ne s'est pas trouvés. Je crois me souvenir qu'il y a eu, en outre, un malentendu sur l'heure du rendez-vous, les uns étant restés à l'heure continentale alors que les autres s'étaient mis d'emblée à l'heure locale à savoir GMT + 1 et je reporte 2 ;-)))
Nous avons tous patiemment attendu qu'on nous autorise à rejoindre le deck 2, sans nous presser, alors que François avait pris les devants et était descendu quasi directement au "garage", de sorte qu'il a gentiment déplacé les motos de ceux qui n'avaient pas bloquer la direction, afin qu'elles soient plus accessibles et prêtes pour le débarquement !
Comme prévu, il a aussi pris les devants une fois que nous avions posé les roues sur le sol irlandais. Pour rappel, il a vécu en Angleterre pendant de nombreuses années et nul n'est plus apte que lui, dans le groupe en tout cas, à directement prendre la mesure de cette chose curieuse qui consiste à rouler à contresens EN PERMANENCE !!!!! Là-bas, il n'y a que des "automobilistes fantômes" comme on les appelle chez nous mais ils n'ont de fantôme que le nom, car on les voit bien arriver croyez-moi !!! Cela dit, autant le dire tout de suite, ça ne nous a pratiquement jamais posé de problèmes enfin, à part à l'une ou l'autre occasion, mais j'y reviendrai incessamment tout de suite ... Il faut dire qu'en moto, on occupe souvent une position pratiquement centrale sur la route, on occupe également moins d'espace ce qui nous facilite un peu la besogne d'autant que le guidon reste à la même place voyez ? Pas de guidon à droite plutôt qu'à gauche, voyez voyez ??
Cela doit faire la 3ème fois qu'on traverse la Manche et la première fois qu'on "traverse" l'Océan Atlantique pour atteindre l'Irlande : on commence à avoir l'habitude de "croiser" à gauche.
Cela dit, à peine avions nous quitté RINGASKIDDY que, quelques ronds points plus loin, nous perdions Didier. Nous nous sommes arrêtés et avons rebroussé chemin pour le retrouver mais en vain ! Nous le retrouverons plus tard, à un feu rouge, alors que nous galérions pour sortir de la grande ville de CORK. Il nous expliquera qu'il s'est retrouvé dans un sens interdit, face à une meute d'automobilistes enragés, qui serraient ... normalement leur gauche, l'obligeant à emprunter le trottoir pour sauver sa peau ;-))))
Henri, qui a préparé TOUS LES ROAD-BOOKS du voyage il faut le souligner et l'en remercier vivement, voilà qui est fait, nous avait laissé ce jour là le choix entre deux itinéraires, un long (214 km) et un court (156 km).
Dans la mesure où le Guide Vert, la bible du parfait touriste en herbe, livre de chevet de notre ami Didier, signalait la présence sur le parcours du site de BUNRATTY, au nord-ouest de LIMERICK, site qui nécessitait une INDISPENSABLE autant que LONGUE visite, nous avons opté pour le parcours court qui empruntait la N20 jusque LIMERICK et la N18 jusque BUNRATTY : un itinéraire simple, comme une "mise en bouche" en quelque sorte, de quoi se familiariser avec la conduite à gauche et le franchissement de nombreux "round about" avec le regard qui se porte du bon côté.
On s'est arrêtés au JP Clarke's country pub, à 10 minutes du site de BUNRATTY : il était bondé et nous avons dû attendre un petit quart d'heure avant qu'on nous donne une table. Pourquoi autant de gens nous sommes nous demandés ? C'était jour de communion, les tenues endimanchées expliquant cela. Premier contact avec la cuisine irlandaise très satisfaisant, il faut dire que je ne m'étais pas aventuré à des spécialités locales mais à un bon poulet/frites/salade qui me sont allés tous trois et tout droit à l'estomac et pas par la gauche !!
Un peu plus tard nous nous sommes présentés au guichet du Château de BUNRATTY et du parc folklorique. Grâce à la prévenance de Didier qui était passé au Salon des vacances au stand irlandais, nous avons pu profiter de réductions substantielles sur les tickets d'entrée, qu'il en soit ici publiquement remercié.
Le site est vaste et il est possible d'y passer la journée, je dirais même plus, il est possible d'y passer également la soirée pleine de gaieté, de musique et de chants lors de banquets médiévaux où le vin coule en abondance !!!
Après la visite du château aux nombreux étages et autres recoins, aux escaliers qui tournent en colimaçon, aux pièces généreusement meublées les rendant très "vivantes", on passe à la visite du parc folklorique, peuplé de petites maisons qui ont eu, chacune, une fonction particulière : la maison du pêcheur, du cordonnier, du docteur, le bistrot du coin, la ferme, la chaudronnerie, etc ...
Nous avons eu la chance de croiser à plusieurs reprises, une très belle mariée accompagnée de sa Cour et y sommes tous allés d'une photo "volée" façon paparazzi qui traque Kate et William ;-)))
Il nous restait une quinzaine de kilomètres à parcourir pour atteindre notre premier B&B, l'Eden Hill House à ENNIS.
Il s'agissait d'une grande villa, plantée au milieu d'un immense terrain. Nous y avons été accueillis par un genre de "gentleman farmer" et ses deux chiens, un petit extraverti qui gambadait partout et un autre, plus grand, un basset artésien qui grognait plus par timidité que par agressivité. Le bonhomme avait un fort accent et je dois avoué que j'avais beaucoup de mal à le comprendre. Heureusement encore une fois, que la langue de Shakespeare, même "modifiée", n'a aucun secret pour notre ami François ...
C'était une famille amoureuse des chevaux et leur fils était d'ailleurs parti en France pour participer à un concours hippique réputé dans un patelin dont j'ai oublié le nom.
Nous avons juste pris le temps de déposer nos affaires et sommes remontés sur nos chevaux de fer en direction du centre d'ENNIS où nous avons dîné/soupé au Brogans, un pub bien dans la tradition du pays. J'ai pris un gigot d'agneau d'une tendreté qui frisait la tendresse ;-)) avec une purée d'une onctuosité qui frisait ... la moustache ;-)))
Ce soir là avait lieu la finale de la ligue des champions, au stade de Wembley à Londres, entre Manchester United et le FC Barcelone et deux écrans diffusaient les images que nous regardions furtivement entre deux bouchées ...
Deux heures plus tard, nous rentrions au bercail, plantions nos béquilles sous l'espèce de car port sur l'insistance de notre hôte du jour et rejoignions nos chambres pour une première nuit de l'autre côté du méridien de Greenwich ...
Le programme du lendemain prévoyait de rejoindre GALWAY en 144,5 km par la côte atlantique avec, comme plat de résistance, la visite aux falaises de MOHER !

18:27 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : irlande2011

Les commentaires sont fermés.