05/04/2011

The day of the Tiger !!

IMG_4042.JPGSamedi, 2 avril, 13h30 ...
Je viens de quitter la concession TRIUMPH de Gerpinnes, je suis devant chez moi, j'inspecte la TIGER aux entrailles encore toutes chaudes avec le fiston et j'entends le "bruit" familier émis par des échappements de motocyclettes ... Didier sur sa classieuse TDM aux couleurs passées ;-) et Jacques sur sa 1200 GS blanche, toute neuve, arrivent devant le portail que j'ouvre illlico presto.
Tous deux se penchent sur la nouvelle venue et, une fois n'est pas coutume ;-), ne font que des commentaires positifs, presque élogieux, auxquels ils ne m'avaient JAMAIS habitué que ce soit avec la Freewind comme avec la DL, et pour cause ...
Sans renier mon passé ni cracher dans la soupe que j'ai bue goulument ces 10 dernières années en leur compagnie, il faut bien avouer que ces 2 machines ne manquaient certes pas de qualités intrinsèques évidentes, mais question "look" et finition, elles faisaient un peu "cheap", moins la Freewind que la DL d'ailleurs ...
Ici, avec la TIGER, on joue dans une autre catégorie. Evidemment le budget est différent quoique, tous comptes faits et à y regarder à deux fois, une DL 650 ABS est affichée aujourd'hui à 8.630 € contre 9.790 € pour une TIGER 800 ABS, un écart de 1.160 € qui se justifie ... à tous les étages.
150 centimètres cubes de plus, un cylindre en plus, 27 chevaux de plus, voilà qui pourrait déjà expliquer l'écart de prix mais à cela il faut ajouter une multitude de détails esthétiques et une qualité perçue qui font toute la différence. Pas de jantes à 3 malheureux bâtons bêtement noires, pas de cadre arrière aux tubes de section carrée, pas d'étriers de freins noirs, pas de protège silencieux façon casserole de supermarché, pas de bras oscillant aux formes simplistes mais de belles jantes grises à 10 bâtons, un cadre au bel acier de section cylindrique avec des courbes qui n'ont rien à envier, au contraire, à celles d'une DUCATI Monster par exemple, des étriers de freins "dorés" et des durites aviation, un bras oscillant aux formes étudiées, un beau pot au look et au son de caractère ... Pas de doute, c'est une belle machine même si au niveau du "regard" on peut encore trouver à redire ... ainsi qu'au niveau des poignées passager qui font un peu "anses de panier à salade" ou d'égouttoir à spaghettis, c'est vous qui voyez !
Certes, elle pompe un peu sur la 1200 GS mais avec un côté moins "technologique" et une belle harmonie de la proue à la poupe, ce que ne peut pas revendiquer l'éléphantesque GS qui semble peser teutonne deux tonnes alors que son poids est en réalité extrêmement contenu et son centre de gravité extrêmement bas ;-))
Je souris, parce que ce dernier point est un "leitmotiv" chez notre ami Didier lorsqu'il parle du flat-twin de la GS. Tiens, tant qu'on est sur Didier (ouais, ça ne nous grandit pas beaucoup il faut bien le reconnaître), faut que je vous dise qu'il a critiqué le centre de gravité de la TIGER situé trop haut. Evidemment, la moto était béquillée sur un terrain fort en pente (chez moi, tout est en pente - même mon gosier diront les mauvaises langues - et vous trouverez difficilement 10 cm2 bien à plat !) et il a eu du mal à la redresser pour s'y installer, d'où sa conclusion. Personnellement j'ai eu plus facile dans la mesure où, même si je suis 1 cm plus petit moins grand que lui, je suis "tout en jambes" alors qu'il est "tout en tronc et en tête", c'est d'ailleurs pour ça qu'il est le chef et qu'on court sitôt qu'il donne un ordre : quand on n'a pas de tête il faut des bonnes jambes, comme on dit !!
Bon, ce n'est pas tout ça mais je crevais la dalle moi. J'ai tout d'abord appelé Henri pour voir si on pouvait goupiller un truc et se retrouver quelque part puis nous sommes entrés. J'ai offert un verre d'eau à Jacques qui est resté debout, la faute à un dos toujours convalescent, un coca light au citron à Didier qui m'a demandé de lui prêter la revue française avec le comparo entre la Tiger 800 et la 650 GS, je me suis goinfré deux tartines au gouda (rien d'autre au frigo, madame étant partie aux courses), puis Henri a rappelé et nous avons convenu de nous retrouver à LOMPRET (ben tiens, bis repetita petit vient en mangeant !) vers 16 heures.
Nos rots faits, nous avons enfourché nos montures, moi devant pour changer et avons rejoint la N5. Didier s'est porté 2 ou 3 fois à ma "hauteur", en donnant des coups de gaz sans doute pour me provoquer ou était-ce juste pour admirer la TIGER en mouvement ??
On s'est arrêté à Gerpinnes pour qu'il fasse le plein, puis on a été jusqu'à LOMPRET à une allure de sénateur, rodage obligeant :-(
Il n'était encore que 15 heures et nous avons dès lors poussé une pointe jusqu'à Signy, en France, pour nous arrêter ... au bord de la piscine de Didier !
C'est en effet à l'étang de la Motte, uniquement connu des locaux semble-t-il, et de Didier bien évidemment, que ce dernier vient faire ses ablutions dès que le temps s'y prête : il plante sa TDM au plus près de l'eau, sort son pique-nique, fait quelques brasses, sèche au soleil puis s'en retourne dans ses foyers, requinqué !

A suivre ... pffffffffff !

23:26 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

Commentaires

Fantastique ! C'est comme si j'y étais. Ce n'est qu'un début mais tu as l'air d'être tombé amoureux.
J'ai hâte de la voir en vrai cette bécane.

Écrit par : François | 06/04/2011

Amoureux ?
M'enfin, c'est un achat de raison et "nothing else" ou plutôt "nothing hill ... comme le coup de foudre ;-))
C'est le genre de bécane qu'on n'a pas honte de sortir avec tu vois, et qu'on aime montrer aux copains ...
Au pire on se voit le 17/04 à la R.A.T. en espérant évidemment que les cieux soient avec nous !

Écrit par : Alberto | 06/04/2011

Cette Triumph 800 a fière allure: c'est vrai qu'elle copie les BMW GS mais avec un dessin nettement plus beau sans la brutalité de l'asymétrie des phares.

Écrit par : ds | 06/04/2011

Les commentaires sont fermés.