22/09/2010

J5, Slovénie, vidi, vici ...

"Vidi" c'est un bien grand mot car cette journée a été tellement brumeuse et pluvieuse, qu'on a "vidi" pas grand chose !!
Ce devait être une belle virée de 254.6 kilomètres avec la traversée du parc naturel du Triglav, un détour par le lac de Bohinj et sa situation pittoresque avec, d'un côté, des rochers escarpés et, de l'autre, des pinèdes luxuriantes, puis cap sur les montagnes culminant à 1.250 mètres et franchissement de la belle vallée en direction de Cerkno ... Ensuite, ce devait être un superbe tronçon à parcourir à moto entre Cerkno et Tolmin, plus tard le Pont Napoléon qui enjambe la Soca suivi par la visite d'un musée intéressant dédié à la Première Guerre mondiale et les combats acharnés que livrèrent les soldats slovènes et italiens ...
Cela devait se terminer enfin par l'ascension vers le Passo Predil à 2070 mètres d'altitude à travers une nature de toute beauté : sans doute le plus beau trajet de tout le circuit !!!
Voilà pour le programme officiel, qui était censé nous mettre l'eau à la bouche !!
Le gros problème fut que l'eau justement s'invita tout partout et tout le temps. Les plastiques furent enfilés d'emblée, au départ de l'hôtel. Voyant que personne ne prenait l'initiative, c'est Jacques qui prit la tête du cortège cette fois. Après un plein à Krajska Gora (16.15 € de super 95 à quelque chose comme 1.22 € le litre ...) nous avons respecté le road-book à la lettre et au kilomètre jusqu'au lac de Bohinj. Il était conseillé de prendre à droite et de le longer, ce que Jacques fit après une courte hésitation. Evidemment, nous ne vîmes ni les rochers escarpés ni les pinèdes luxuriantes tant les nuages étaient bas et la brume épaisse. On rebrousse chemin au bout de celui-ci et on s'arrête pour prendre un café et se réchauffer quelque peu. Hélas, pas d'établissement susceptible d'accueillir une bande de motards en perdition et dégoulinant de partout ...
Nous sommes donc repartis un peu dépités sur des routes qui auraient pu prêter aux déhanchements et au plaisir du pilotage si seulement elles avaient été sèches, archi-sèches, comme les pampers de la p'tite duchesse ...
Alors que nous gravissions un col et que Jacques (& Solange), Didier et moi, avions étonnamment pris un peu d'avance sur François et Henri (mit Bernadette), nous sommes tombés nez à museau avec un troupeau de vache en vadrouille. Comme il y en avait des 2 côtés de la route et qu'elles avaient un air patibulaire mais presque, nous avons fait montre d'une extrême prudence. Est-ce qu'une vache pourrait charger ?? Finalement nous avons réussi à nous faufiler jusqu'à atteindre le sommet.SLOVENIE 2010 124_640x480.jpg Là, nous nous sommes rangés devant un restaurant de montagne en attendant les autres qui ne tardèrent pas.
Didier est allé s'inquiéter de ce qu'il y avait à becqueter dans cet endroit au milieu de nulle part et nous a fait signe que c'était "OK". Il y avait là un seul client me semble-t-il, qui scrutait une carte de la région et le tenancier accompagné de son chien. Il a proposé soit de la goulache soit un minestrone avec viande. Seul Jacques opta pour le potage qu'il trouva excellent alors que la goulache fut la bienvenue pour tous les autres, croyez-moi !!
Pendant le repas il fut question de la suite du programme. Au départ, certains voulaient rentrer directement par la voie la plus rapide alors que d'autres proposaient une alternative un brin plus respectueuse du road-book avec toutefois quelques raccourcis.
C'est finalement cette dernière option qui fut adoptée à l'humidité l'unanimité.
A ce stade, ne me demandez pas quel trajet nous avons emprunté, je n'en ai aucun souvenir à moins de me pencher sur la carte et de me lancer dans d'hypothétiques supputations ;-)))
Reste que nous sommes arrivés à Bovec, devant le musée de la Première Guerre mondiale et qu'à ce moment là, François et Henri (und forcément Bernadette) décidèrent de s'en retourner à l'hôtel Kompas, sans passer par la case "visite du musée" !
SLOVENIE 2010 138_640x480.jpgLe conservateur nous indiqua alors le parking et la pièce dans laquelle nous pouvions nous "dépiauter" et laisser nos effets (casques, gants, scaphandres, tubas & palmes). Le musée relate un pan de l'Histoire de la Ière Guerre, la Grande, que Didier, puits de science sans fonds s'il en est, NE CONNAISSAIT PAS !
Une meurtrière bataille de tranchées entre l'armée austro-hongroise (avec 3 % de slovènes qui parlaient pour la plupart italien) et l'armée italienne qui se prit une épouvantable raclée dans un premier temps et qui revint en vainqueur appuyée par les alliés dans un second temps ...
Et Didier de me dire qu'il valait peut-être mieux que je ne la ramène pas avec ma connaissance de l'italien, peut-être mal vu dans le pays ...
Allons, allons, on parle d'un truc qui s'est passé il y a presque 100 ans ! Vous croyez que les touristes allemands d'aujourd'hui font profil bas et chuchotent entre eux quand ils envahissent nos plages méditerranéennes ou autres, sous prétexte que leurs parents ont fait subir les pires affres aux nôtres ??
Ce n'est pas sérieux et tant qu'à faire, je préfère parler italien en Slovénie qu'allemand ... partout ailleurs !
D'ailleurs, je ne connais pas l'allemand, pas du tout, à part justement quelques mots qui caricaturent la langue et qu'on prononce à la façon de Chaplin dans le fantastique discours qu'il fait dans le non moins fantastique film "Le dictateur" !!
Il faut vivre avec son temps, point barre !! Cela ne veut pas dire qu'on oublie, c'est évidemment autre chose !!!
Dans le même ordre d'idée, il me revient un truc. Henri a dit à plusieurs reprises qu'il ne reviendrait pas en Slovénie (temps pourri, 140 jours de pluie par an tout de même c'est vrai) mais que les paysages autrichiens l'avaient enchanté et qu'il envisageait d'y revenir. Et bien, perso, pour venir en Autriche où on parle ... autrichien et où l'allemand est la langue passe-partout, je préfèrerais la Suisse qui possède les mêmes paysages et où l'on parle italien voire français dans certains cantons ...
J'espère que Moto 80 organisera à nouveau un voyage en Confédération Helvétique à une date plus propice pour moi !, à bon entendeur ...
Et pour en finir avec cette petite charentaise ;-)), j'accorde le bénéfice du doute à la Slovénie et me propose d'y revenir, peut-être en voiture avec ma douce dans quelques années, car on n'a pas tout vu, c'est sûr !!
Pour en revenir à nos motos, après le musée il fallait encore rejoindre l'hôtel. Entre lui et Bovec, il y avait un méchant col, avec 50 lacets, escalade et descente comprise. Si la montée n'a pas posé trop de problème, même si je déteste les lacets montants (!!!), il en fut tout autrement dans la descente. D'abord parce que le "MET" du coin, (la DDE en France), n'a pas trouvé mieux que de mettre des pavés dans chacun des lacets descendants : vous imaginez le truc ? Il pleut, les routes sont bien grasses et dans chaque lacet vous devez composer avec de foutus pavés qui brillent de mille feux tellement ils sont lisses : effrayant !!! Allez, plus que 18, 17, 16, 15 car ... les lacets étaient numérotés dans un décompte macabre ;-)).
Le plus effrayant fut qu'au détour d'un virage, Didier et moi, nous nous sommes retrouvés "bulle à calandre", face à un autocar qu'on se demandait bien ce qu'il foutait là ce foutu autocar (!!!) rempli de foutus touristes qui allaient visiter quoi par ce foutu temps hein (???)
Heureusement, il y avait un dégagement plus ou moins stabilisé sur la droite où nous nous sommes rangés, le palpitant ... battant !!!
Faut quand même être un peu barjot (comme Brigitte, Brigitte Barjot) pour faire de la moto par des conditions climatiques pareilles, non ?? Et bien, oui, on assume et on vous merde ;-)
Plus tard, nous nous sommes retrouvés à table pour honorer le buffet, varié et de qualité. J'ai reçu quelques SMS pour me souhaiter un happy birthday, même mon boss a pensé à moi ainsi qu'une collègue. Faut dire qu'au bureau, sur 6 membres +/- actifs, il y a 4 vierges : à croire que ce signe zodiacal ne génère pratiquement que des comptables ...
Foutu signe ;-)))

22:08 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

Commentaires

Bravo pour cette virée en Slovénie, pays que je connait particulièrement bien puisque maman est née là-bas. La descente avec les virages pavés, moi je l'ai faite aussi mais dans l'autre sens et par beau temps avec un Bandit 1200 S. Il s'agit d'une route construite par les prisonniers russes pendant la 1ere guerre mondiale, il y a d'ailleurs une stèle en souvenir de ceux qui y ont laissé leur vie...

Bon sinon en Slovénie il fait beau de temps en temps hein... et là ça vaut franchement le coup !!! Vous y retournez quand ??? je peut venir ??? :-)

A++

J'attends la suite avec impatience...

Écrit par : bobogan | 23/09/2010

S'il fait beau de temps en temps, il faudrait nous préciser ... DE QUAND A QUAND ... pour qu'on puisse arrêter de nouvelles dates ;-)))
Marrant ça : l'ami HENRI a possédé une "B12" avant son Tiger. C'est vrai que ça ne tourne pas dans les lacets ??
A++ sur les routes slovènes ou d'ailleurs !!

Écrit par : Albertino | 24/09/2010

Les commentaires sont fermés.