09/10/2009

Compostelle, Jour 8, Digoin sur la D994

COMPOSTELLE 2009 201_640x480On est à Montferrand-du-Périgord et on a pour objectif d'atteindre Digoin : le road-book au format excel, légèrement retouché par mes soins pour le rendre plus lisible par l'alternance de lignes blanches et bleu ciel, un peu comme les listings d'antan qu'on utilisait avec les imprimantes 132 colonnes à aiguilles, et une police de caractères plus grande, affichait 432 kilomètres au total ...
La visite de Collonges-la-Rouge était au programme pour la partie culturelle.
D'entrée on a ajouté la visite de l'église de Montferrand dont on avait appris, après notre balade de la veille au soir, qu'elle se trouvait perchée 900 mètres plus loin, en haut du village ...
Un cimetière paisible (comment pourrait-il en être autrement ?) entoure la construction très simple à l'intérieur de laquelle une tentative grossière de restauration des peintures a fait sourire Solange qui en connait un rayon en matière de restauration de peintures ... puisque c'est un peu son métier !!
Deux pater, trois ave et un pipi plus tard, on est redescendu et on a enfilé le road book : Bouillac, Belvès, Siorad-en-Périgord, Sarlat-la Caneda, Salignac-Eyvigues, Gignac, Macac, Cressensac, Racagnac, Sarrazac, Aphrodisiac, Cadillac et les D26, 53, 710, 703, 704, 60, 63, 87, 820, 19 sur quelque 110 kilomètres qui nous mènent sur la D38 et Collonges-la-Rouge.
COMPOSTELLE 2009 228_640x480Nous béquillons les motos tout près de l'ancienne petite gare : située en haut du village, elle a vu s'arrêter le tramway départemental. Elle a été restaurée en 1982. Collonges se situait en effet sur le trajet du "Tacot " de Turenne (train tracté par une locomotive de 17 tonnes) qui allait jusqu'à Beaulieu, en deux heures et demie, en passant par Meyssac et Marcillac, de 1912 à 1931. L'exploitation de la ligne a pris fin le 1er janvier 1932.
Comme souvent dans les lieux touristiques, rien n'est prévu pour que le motard se débarrasse en toute quiétude de son cuir, son casque, ses gants, son sac de réservoir et c'est souvent très encombrés que nous entamons les visites ... Ici, grâce à la chaîne antivol de Jacques, Bernadette, Henri et moi, avons liés nos casques autour du cadre de la Tiger de quoi nous soulager d'un poids inutile.
Vous dire que Collonges est rouge parce qu'elle est entièrement construite à l'aide de grès rouge qu'on trouve dans la région, n'apportera rien à votre culture et n'expliquera pas pourquoi, elle seule, a gardé ce caractère rubicond ... que je ne franchirai pas d'ailleurs !
Je ne me suis pas penché sur son histoire pour en savoir plus : peut-être a-t-elle été administrée par le premier maire communiste de l'histoire, un "Peppone" avant l'heure au grand dam des ouailles du curé de l'époque, Don Playzètsongformi ...
L'église St Pierre, le Castel de Vassinhac, la Chapelle des Pénitents, la Maison de la Sirène, la Halle et le Four Banal, la Porte Plate, la maison Boutang du Peyrat, le Château de Benges, la Maison de la Ramade de Friac, la Porte du Prieuré, la Demeure des Ramade de la Serre, la Rue Noire (mais rouge), le Manoir de Beauvirie, la Place (rouge) de la Conche, le Castel de Maussac et le Château du Martret, TOUT EST uniformément ROUGE !!
On se disperse sur le site où fleurissent également toutes sortes de boutiques. Alors qu'il est en train de déjeuner avec d'autres personnes, j'entends un vieux "peï" qui, en nous voyant arriver, se plaint que "les motards n'achètent jamais rien, vous avez remarqué ça ?"
Comme Bernadette était "à l'achat" de je ne sais quoi, je lui ai glissé dans l'oreille que, si elle passait à l'acte, il fallait qu'elle aille justement dans cette boutique là pour lui prouver le contraire !!
Cela dit, il ne faut pas perdre de vue qu'en matière de bagages nous sommes généralement très limités et qu'il nous est difficile de ramener d'encombrants cadeaux : une manière d'aller à l'essentiel, encore une fois !!!
Pour faire de la moto il faut avoir "le sens de l'essentiel" !!
Tiens, je me demande si ça n'était pas le slogan publicitaire d'une marque d'électroménagers ... Appel à l'équipe des "Enfants de la télé" !!
La marche ça creuse, c'est connu. Sachant qu'on allait encore s'offrir un gueuleton gastronomique le soir, à l'Hôtel des Diligences, on était tous d'accord de se contenter d'un "bête" sandwich et d'un soda encore plus bête ... Au moment de passer leurs commandes, les compagnes de Jacques et Henri, à savoir Solange et Bernadette, ont encore révélé leur caractère de "jouisseuses devant l'Eternel" (pardon Seigneur pour ce raccourci un peu osé !) : sandwich au foie gras et petit verre de moelleux !! Bah, on ne vit qu'une fois même si on bouffe trois fois par jour !!
On a quitté Collonges vers 14h00 je crois et on a prit la direction de Tulle par la D940 pour ensuite monter sur l'autoroute A89 pendant 182 km ...
Là, si certains ont vu clair, d'autres se sont laissés tromper par les distances.
Apparemment, un panneau indiquait que la prochaine station service se trouvait à 117 km ...
Henri l'a vu d'emblée et a fait le plein tout de suite alors que François, qui roulait devant, continuait sereinement la route, fort des 24 litres que peut contenir le réservoir de la frugale BREVA ...
Jacques et moi, nous roulions le nez au vent, moi derrière et lui devant.
Après une cinquantaine de kilomètres nous avons tous deux aperçu le panneau qui signalait qu'il en restait plus d'une fois autant pour atteindre le prochain ravitaillement alors que nous étions sur la "réserve" depuis ... trop longtemps déjà. Un calcul aussi sommaire que rapide me fit comprendre qu'à la moindre descente il serait de bon ton que je mette au point mort pour me laisser glisser et qu'à ce rythme là, handicapé par une aérodynamique "improbable" de la DL, la panne sèche interviendrait exactement à 14 km 823 mètres et 69 centimètres du but !!!
Heureusement, le temps de ranger la calculette mentale, qu'un panneau providentiel fit une apparition miraculeuse : "Dépannage carburant ici" !!!
Nous nous sommes précipités vers la sortie de l'autoroute et, malgré un prix qui flirtait (le salaud !) avec l'euro cinquante (!!!!), nous avons fait le plein.
Malgré ça, nous avons marqué un nouvel arrêt à la station suivante pour boire un café et pendant que nous étions dans la rampe d'accès, nous avons croisé Henri.
Nous nous sommes tous retrouvés à la sortie de l'autoroute, à Gannat pour le debriefing ;-))
Il restait un peu moins de 100 bornes pour atteindre Digoin et c'est par Bellerive, Cusset, Lapalisse (et un dernier godet pour le restant de la route) et une sympathique D994 que nous l'avons atteint.
L'Hôtel des Diligences, situé le long de la Loire, est un établissement vieillot mais qui a été rénové sans faute de goût (encore une phrase qui ne veut rien dire n'est-il pas ?).
Vu que nous y sommes arrivés vers 18h30, nous avons eu le temps de nous laver de la tête aux pieds, en insistant bien entre les orteils SVP et de faire une première petite marche apéritive le long de la Loire qui, soit dit en passant prend sa source en Ardèche, au Mont Gerbier de Jonc pour se jeter dans les bras de l'Océan Atlantique 1.013 km plus loin !!!!
La table était fine, le vin était bon, les desserts abondants, notamment un choix de fromages à donner le tournis et le service était efficace et enjoué : de quoi en sortir repu et souriant.
COMPOSTELLE 2009 245_640x480Sur mon insistance (paraît-il suivant le c-r de François) on est parti pour une seconde marche, digestive cette fois et, cette fois encore (cette fois ci ... ça fait Carembeu !) seuls Jacques, Solange et moi, avons poussé jusqu'à longer le "pont canal" sur toute sa longueur ... Nous y avons dénombré une quantité phénoménale d'araignées du genre "gblpvb" (gros bide longues pattes velues beurk) qui avaient tissé leurs toiles sur les rambardes du pont et sur les poteaux du faible éclairage public, au point que ces toiles ressemblaient par endroit à des espèces de ciels de lits.
Et justement, nous les avons rejoints, nos lits pour une dernière nuit hors de nos pénates !!
En effet, le lendemain nous quitterons Digoin pour regagner la Belgique et Couvin ...

PS : rappel du lien vers les PHOTOS du jour !

22:28 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : compostelle 2009

Commentaires

C'est très bien ces compte-rendus à retardement On en profite une nouvelle fois à découvrir ce récit qui raconte notre voyage sous un autre angle (en fait tu ne penches pas assez mais bon, là n'est pas la question).

Écrit par : Francois | 10/10/2009

Les commentaires sont fermés.